Zithromax poudre pour suspension orale (pil)


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Zithromax 200 mg dans une suspension de 5 ml

2. Composition qualitative et quantitative

Zithromax poudre pour suspension orale est un mélange sec d’azithromycine dihydrate 209,64 mg / 5 ml contenant l’équivalent de 200 mg d’azithromycine base pour 5 ml sur reconstitution avec de l’eau.

Excipients à effet connu:

Contient également 3,87 g de saccharose par 5 ml.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Poudre pour suspension orale

Une poudre sèche qui se reconstitue avec de l’eau pour donner une suspension aromatisée à la cerise / banane avec une légère odeur de vanille.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

L’azithromycine est indiquée pour le traitement des infections suivantes lorsqu’elles sont connues ou susceptibles d’être dues à un ou plusieurs micro-organismes sensibles (voir rubrique 5.1):

– bronchite

– pneumonie acquise dans la communauté

– sinusite

– pharyngite / amygdalite (voir rubrique 4.4 concernant les infections streptococciques)

– otite moyenne

– infections de la peau et des tissus mous

– Infections génitales non compliquées dues à Chlamydia trachomatis et Neisseria gonorrhoeae.

Des considérations devraient être données aux directives officielles concernant l’utilisation appropriée des agents antibactériens.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie:

Zithromax doit être administré en une seule dose quotidienne.

Zithromax Suspension peut être pris avec ou sans nourriture.

Enfants pesant plus de 45 kg et adultes, y compris les patients âgés : La dose totale d’azithromycine est de 1500 mg, qui doit être administrée en trois jours (500 mg une fois par jour).

Dans les infections génitales non compliquées dues à Chlamydia trachomatis , la dose est de 1000 mg en une seule dose orale. Pour Neisseria gonorrhoeae sensible, la dose recommandée est de 1000 mg ou 2000 mg d’azithromycine en association avec 250 mg ou 500 mg de ceftriaxone selon les directives thérapeutiques locales. Pour les patients allergiques à la pénicilline et / ou aux céphalosporines, les prescripteurs doivent consulter les directives de traitement locales.

Population pédiatrique:

Chez les enfants de moins de 45 kg, la suspension Zithromax doit être utilisée chez les enfants de moins de 45 kg. Il n’y a aucune information sur les enfants de moins de 6 mois. La dose chez les enfants est de 10 mg / kg en une seule dose quotidienne pendant 3 jours:

Jusqu’à 15 kg (moins de 3 ans): Mesurer la dose aussi étroitement que possible en utilisant la seringue doseuse de 10 ml fournie. La seringue est graduée en divisions de 0,25 ml, fournissant 10 mg d’azithromycine à chaque graduation.

Pour les enfants pesant plus de 15 kg , la suspension de Zithromax doit être administrée à l’aide de la cuillère fournie conformément aux directives suivantes:

15-25 kg (3-7 ans): 5 ml (200 mg) administrés en 1 cuillère à soupe de 5 ml, une fois par jour pendant 3 jours.

26-35 kg (8-11 ans): 7,5 ml (300 mg) donnés en 1 x 7,5 ml de cuillerée, une fois par jour pendant 3 jours.

36-45 kg (12-14 ans): 10 ml (400 mg) administrés en 1 cuillerée à soupe de 10 ml, une fois par jour pendant 3 jours.

Plus de 45 kg: Dose selon les adultes.

Voir la section 6.5 pour connaître la taille de l’emballage à utiliser en fonction de l’âge et du poids corporel de l’enfant.

La mesure spécialement fournie doit être utilisée pour administrer la suspension de Zithromax aux enfants.

Insuffisance rénale

Aucun ajustement posologique n’est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (DFG 10 – 80 ml / min). Des précautions doivent être prises lorsque l’azithromycine est administrée à des patients présentant une insuffisance rénale sévère (DFG <10 ml / min) (voir rubrique 4.4 et rubrique 5.2).

Insuffisance hépatique

Comme l’azithromycine est métabolisée dans le foie et excrétée dans la bile, le médicament ne doit pas être administré aux patients souffrant d’une maladie hépatique sévère. Aucune étude n’a été menée concernant le traitement de ces patients par l’azithromycine (voir rubrique 4.4).

Méthode d’administration :

Zithromax Suspension est destiné à l’administration orale seulement.

4.3 Contre-indications

Le zithromax est contre-indiqué chez les patients présentant une hypersensibilité connue à l’azithromycine, à l’érythromycine, à un antibiotique macrolide ou cétolide, ou à l’un des excipients (énumérés à la rubrique 6.1).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Hypersensibilité

Comme avec l’érythromycine et d’autres macrolides, des réactions allergiques graves incluant l’œdème angioneurotique et l’anaphylaxie (rarement fatale), la pustulose exanthématique aiguë généralisée (AGEP) et la réaction au médicament avec l’éosinophilie et les symptômes systémiques (DRESS) ont été rapportées. Certaines de ces réactions avec l’azithromycine ont entraîné des symptômes récurrents et ont nécessité une période d’observation et de traitement plus longue.

Hépatotoxicité

Puisque le foie est la principale voie d’élimination de l’azithromycine, l’azithromycine doit être utilisée avec précaution chez les patients atteints d’une hépatopathie importante. Des cas d’hépatite fulminante pouvant potentiellement entraîner une insuffisance hépatique potentiellement mortelle ont été rapportés avec l’azithromycine (voir rubrique 4.8). Certains patients peuvent avoir eu une maladie hépatique préexistante ou avoir pris d’autres médicaments hépatotoxiques.

En cas de signes et de symptômes de dysfonctionnement hépatique, tels qu’une asthénie évolutive associée à un ictère, une urine foncée, une tendance hémorragique ou une encéphalopathie hépatique, des tests / investigations de la fonction hépatique doivent être effectués immédiatement. L’administration d’azithromycine doit être arrêtée si un dysfonctionnement hépatique est apparu.

Les dérivés de l’ergot

Chez les patients recevant des dérivés de l’ergot, l’ergotisme a été précipité par la co-administration de certains antibiotiques macrolides. Il n’y a pas de données concernant la possibilité d’une interaction entre l’ergot et l’azithromycine. Cependant, en raison de la possibilité théorique de l’ergotisme, l’azithromycine et les dérivés de l’ergot ne devraient pas être co-administrés.

Prolongation de l’intervalle QT

Une repolarisation cardiaque prolongée et un intervalle QT, donnant un risque de développer une arythmie cardiaque et des torsades de pointes, ont été observés dans le traitement avec d’autres macrolides. Un effet similaire avec l’azithromycine ne peut être complètement éliminé chez les patients à risque accru de repolarisation cardiaque prolongée (voir rubrique 4.8). par conséquent, la prudence est requise lors du traitement des patients:

• Avec un allongement du QT congénital ou documenté

• En cours de traitement par d’autres substances actives connues pour prolonger l’intervalle QT, telles que les antiarythmiques des classes Ia et III, le cisapride et la terfénadine.

• Avec des troubles électrolytiques, en particulier en cas d’hypokaliémie et d’hypomagnésémie

• Avec une bradycardie cliniquement pertinente, une arythmie cardiaque ou une insuffisance cardiaque sévère.

Superinfection

Comme pour toute préparation antibiotique, l’observation des signes de surinfection avec des organismes non sensibles, y compris les champignons, est recommandée.

Diarrhée associée à Clostridium difficile

La diarrhée associée à Clostridium difficile (DACD) a été rapportée avec l’utilisation de presque tous les agents antibactériens, y compris l’azithromycine, et peut aller de la sévérité de la diarrhée légère à la colite mortelle. Les souches de C. difficile qui produisent l’hypertoxine A et B contribuent au développement de la CDAD. Les souches productrices d’hypertoxine de C. difficile entraînent une augmentation de la morbidité et de la mortalité, car ces infections peuvent être réfractaires à la thérapie antimicrobienne et nécessiter une colectomie. Par conséquent, la DACD doit être envisagée chez les patients qui présentent une diarrhée pendant ou après l’administration de tout antibiotique. Des antécédents médicaux soigneux sont nécessaires puisque l’on a observé que la DACD survient plus de 2 mois après l’administration d’agents antibactériens. L’arrêt du traitement par l’azithromycine et l’administration d’un traitement spécifique contre C. difficile devraient être envisagés.

Infections streptococciques

La pénicilline est généralement le premier choix pour le traitement de la pharyngite / amygdalite due à Streptococcus pyogenes et aussi pour la prophylaxie de la fièvre rhumatismale aiguë. L’azithromycine est généralement efficace contre le streptocoque dans l’oropharynx, mais aucune donnée n’est disponible pour démontrer l’efficacité de l’azithromycine dans la prévention du rhumatisme articulaire aigu.

Insuffisance rénale

Chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (DFG <10 ml / min), une augmentation de 33% de l’exposition systémique à l’azithromycine a été observée (voir rubrique 5.2).

Myasthénie

Des exacerbations des symptômes de la myasthénie grave et un nouveau déclenchement du syndrome myasthénique ont été rapportés chez des patients recevant un traitement par azithromycine (voir rubrique 4.8).

Diabète

Précaution chez les patients diabétiques: 5 ml de suspension reconstituée contient 3,87 g de saccharose.

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au fructose, de malabsorption du glucose-galactose ou d’insuffisance en sucrase-isomaltase ne doivent pas prendre ce médicament.

Zithromax Suspension est destiné à l’administration orale seulement.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Antiacides : Dans une étude pharmacocinétique portant sur les effets de l’administration simultanée d’antiacide et d’azithromycine, aucun effet sur la biodisponibilité globale n’a été observé, bien que les concentrations sériques maximales aient été réduites d’environ 24%. Chez les patients recevant à la fois de l’azithromycine et des antiacides, les médicaments ne doivent pas être pris simultanément.

Cétirizine: Chez des volontaires sains, l’administration concomitante d’un régime d’azithromycine de 5 jours et de 20 mg de cétirizine à l’état d’équilibre n’a entraîné aucune interaction pharmacocinétique et aucun changement significatif de l’intervalle QT.

Didanosine (didésoxyinosine) : L’administration concomitante de 1200 mg / jour d’azithromycine et de didanosine à raison de 400 mg / jour chez six sujets séropositifs n’a pas semblé avoir influé sur la pharmacocinétique à l’état d’équilibre de la didanosine comparativement au placebo.

Digoxine et colchicine : l’administration concomitante d’antibiotiques macrolides, y compris l’azithromycine, avec des substrats de la glycoprotéine P tels que la digoxine et la colchicine a entraîné une augmentation des taux sériques du substrat de la glycoprotéine P. Par conséquent, si des substrats d’azithromycine et de P-glycoprotéine tels que la digoxine sont administrés de façon concomitante, la possibilité d’élévation des concentrations sériques de digoxine doit être envisagée. La surveillance clinique, et éventuellement les niveaux sériques de digoxine, pendant le traitement par l’azithromycine et après son arrêt sont nécessaires.

Zidovudine: Des doses uniques de 1 000 mg et de multiples doses de 1200 mg ou 600 mg d’azithromycine ont eu peu d’effet sur la pharmacocinétique plasmatique ou l’excrétion urinaire de la zidovudine ou de son métabolite glucuronide. Cependant, l’administration d’azithromycine a augmenté les concentrations de zidovudine phosphorylée, le métabolite cliniquement actif, dans les cellules mononucléées du sang périphérique. La signification clinique de cette découverte n’est pas claire, mais elle peut être bénéfique pour les patients.

L’azithromycine n’interagit pas de manière significative avec le système hépatique du cytochrome P450. On ne croit pas qu’il subisse les interactions médicamenteuses pharmacocinétiques observées avec l’érythromycine et d’autres macrolides. L’induction ou l’inactivation hépatique du cytochrome P450 par l’intermédiaire du complexe cytochrome-métabolite ne se produit pas avec l’azithromycine.

Dérivés de l’ergot: En raison de la possibilité théorique d’ergotisme, l’utilisation concomitante d’azithromycine et de dérivés de l’ergot n’est pas recommandée (voir rubrique 4.4).

Des études pharmacocinétiques ont été menées entre l’azithromycine et les médicaments suivants connus pour subir un métabolisme important du cytochrome P450.

Atorvastatine: L’ administration concomitante d’atorvastatine (10 mg par jour) et d’azithromycine (500 mg par jour) n’a pas modifié les concentrations plasmatiques d’atorvastatine (d’après un test d’inhibition de la HMG-CoA-réductase).

Carbamazépine : Lors d’une étude d’interaction pharmacocinétique chez des volontaires sains, aucun effet significatif n’a été observé sur les concentrations plasmatiques de la carbamazépine ou de son métabolite actif chez les patients recevant de l’azithromycine en concomitance.

Cimétidine : Dans une étude pharmacocinétique portant sur les effets d’une dose unique de cimétidine, administrée 2 heures avant l’azithromycine, sur la pharmacocinétique de l’azithromycine, aucune altération de la pharmacocinétique de l’azithromycine n’a été observée.

Anticoagulants oraux de type coumarin: Dans une étude d’interaction pharmacocinétique, l’azithromycine n’a pas modifié l’effet anticoagulant d’une dose unique de 15 mg de warfarine administrée à des volontaires sains. Des cas d’anticoagulation potentialisée ont été signalés après la commercialisation après l’administration concomitante d’azithromycine et d’anticoagulants oraux de type coumarine. Bien qu’une relation causale n’ait pas été établie, il convient de prendre en compte la fréquence de surveillance du temps de prothrombine lorsque l’azithromycine est utilisée chez des patients recevant des anticoagulants oraux de type coumarine.

Ciclosporine: Dans une étude pharmacocinétique menée chez des volontaires sains auxquels on a administré une dose orale de 500 mg / jour d’azithromycine pendant 3 jours et qui ont ensuite reçu une dose orale unique de 10 mg / kg de ciclosporine, la ciclosporine C max et l’ASC 0-5 ont été administrées. ont été significativement élevés (de 24% et 21% respectivement), mais aucun changement significatif n’a été observé dans l’ASC 0-∞ . Par conséquent, il faut faire preuve de prudence avant d’envisager l’administration concomitante de ces médicaments. Si la co-administration de ces médicaments est nécessaire, les niveaux de ciclosporine doivent être surveillés et la dose ajustée en conséquence.

Efavirenz: L’ administration concomitante d’une dose unique de 600 mg d’azithromycine et 400 mg d’éfavirenz par jour pendant 7 jours n’a entraîné aucune interaction pharmacocinétique cliniquement significative.

Fluconazole: L’ administration concomitante d’une dose unique de 1 200 mg d’azithromycine n’a pas modifié la pharmacocinétique d’une dose unique de 800 mg de fluconazole. L’exposition totale et la demi-vie de l’azithromycine n’ont pas été modifiées par l’administration concomitante de fluconazole; toutefois, une diminution cliniquement insignifiante de la C max (18%) de l’azithromycine a été observée.

Indinavir: L’ administration concomitante d’une dose unique de 1 200 mg d’azithromycine n’a eu aucun effet statistiquement significatif sur la pharmacocinétique de l’indinavir administré à raison de 800 mg trois fois par jour pendant 5 jours.

Méthylprednisolone: Dans une étude d’interaction pharmacocinétique chez des volontaires sains, l’azithromycine n’a eu aucun effet significatif sur la pharmacocinétique de la méthylprednisolone.

Midazolam : Chez des volontaires sains, l’administration concomitante de 500 mg / jour d’azithromycine pendant 3 jours n’a pas entraîné de modification cliniquement significative de la pharmacocinétique et de la pharmacodynamie d’une dose unique de 15 mg de midazolam.

Nelfinavir: L’ administration concomitante d’azithromycine (1200 mg) et de nelfinavir à l’état d’équilibre (750 mg trois fois par jour) a entraîné une augmentation des concentrations d’azithromycine. Aucun effet indésirable cliniquement significatif n’a été observé et aucun ajustement posologique n’a été nécessaire.

Rifabutine: L’ administration concomitante d’azithromycine et de rifabutine n’a pas modifié les concentrations sériques des deux médicaments. Une neutropénie a été observée chez des sujets recevant un traitement concomitant par l’azithromycine et la rifabutine. Bien qu’une neutropénie ait été associée à l’utilisation de la rifabutine, une relation de cause à effet avec l’association azithromycine n’a pas été établie (voir rubrique 4.8.).

Sildénafil: Chez les volontaires sains normaux, il n’y avait aucune preuve d’un effet de l’azithromycine (500 mg par jour pendant 3 jours) sur l’ASC et la Cmax du sildénafil ou de son principal métabolite circulant.

Terfénadine: Des études pharmacocinétiques n’ont rapporté aucun signe d’interaction entre l’azithromycine et la terfénadine. Il y a eu de rares cas signalés où la possibilité d’une telle interaction ne pouvait être entièrement exclue; cependant, il n’y avait aucune preuve spécifique qu’une telle interaction s’était produite.

Théophylline: Il n’y a aucune preuve d’une interaction pharmacocinétique cliniquement significative lorsque l’azithromycine et la théophylline sont co-administrés à des volontaires sains.

Triazolam : Chez 14 volontaires sains, l’administration concomitante de 500 mg d’azithromycine au jour 1 et de 250 mg le jour 2 avec 0,125 mg de triazolam au jour 2 n’a eu aucun effet significatif sur les variables pharmacocinétiques du triazolam comparativement au triazolam et au placebo.

Triméthoprime / sulfaméthoxazole: L’ administration concomitante de triméthoprime / sulfaméthoxazole DS (160 mg / 800 mg) pendant 7 jours avec 1200 mg d’azithromycine au jour 7 n’a eu aucun effet significatif sur les concentrations maximales, l’exposition totale ou l’excrétion urinaire du triméthoprime ou du sulfaméthoxazole. Les concentrations sériques d’azithromycine étaient similaires à celles observées dans d’autres études.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Des études de reproduction chez l’animal ont été réalisées à des doses allant jusqu’à des concentrations de dose toxiques modérément maternelles. Dans ces études, aucune preuve de dommage au foetus dû à l’azithromycine n’a été trouvée. Il n’y a cependant pas d’études adéquates et bien contrôlées chez les femmes enceintes. Étant donné que les études de reproduction chez l’animal ne permettent pas toujours de prédire la réponse chez l’humain, l’azithromycine ne devrait être utilisée pendant la grossesse qu’en cas de nécessité absolue.

Allaitement maternel

Il n’y a pas de données sur la sécrétion dans le lait maternel. Étant donné que de nombreux médicaments sont excrétés dans le lait maternel, l’azithromycine ne devrait pas être utilisée dans le traitement d’une femme qui allaite, à moins que le médecin estime que les avantages potentiels justifient les risques potentiels pour le nourrisson.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Il n’y a aucune preuve suggérant que Zithromax peut avoir un effet sur la capacité d’un patient à conduire ou à utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

Zithromax est bien toléré avec une faible incidence d’effets secondaires.

La section ci-dessous dresse la liste des réactions indésirables identifiées au cours des essais cliniques et de la surveillance post-commercialisation par classe d’organe systémique et par fréquence. Les effets indésirables identifiés après la commercialisation sont indiqués en italique. Le regroupement de fréquence est défini en utilisant la convention suivante: Très commun (≥1 / 10); Commun (≥ 1/100 à <1/10); Peu fréquent (≥1 / 1000 à <1/100); Rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000); Très rare (<1/10 000); et Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles). Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

Effets indésirables pouvant ou pouvant être liés à l’azithromycine sur la base de l’expérience des essais cliniques et de la surveillance post-commercialisation:

Infections et infestations

Peu fréquent (≥1 / 1000 à <1/100)

Candidose, candidose buccale, infection vaginale

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Colite pseudo-membraneuse (voir rubrique 4.4)

Troubles du système sanguin et lymphatique

Peu fréquent (≥ 1/1000 à <1/100)

Leucopénie, neutropénie

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Thrombocytopénie, anémie hémolytique

Troubles du système immunitaire

Peu fréquent (≥1 / 1000 à <1/100)

Angioedème, hypersensibilité

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Réaction anaphylactique (voir rubrique 4.4)

Métabolisme et troubles nutritionnels

Commun (> 1/100 <1/10)

Anorexie

Troubles psychiatriques

Peu fréquent (≥1 / 1000 à <1/100)

Nervosité

Rare (> 1/10 000 <1/1 000)

Agitation

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Agression, anxiété

Troubles du système nerveux

Commun (> 1/100 <1/10)

Vertiges, maux de tête, paresthésies, dysgueusie

Peu fréquent (≥1 / 1000 à <1/100)

Hypoaesethesia, somnolence, insomnie

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Syncope, convulsion, hyperactivité psychomotrice, anosmie, agiosie, parosmie, myasthénie (voir rubrique 4.4)

Troubles oculaires

Commun (> 1/100 <1/10)

Déficience visuelle

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Commun (> 1/100 <1/10)

Surdité

Peu fréquent (≥1 / 1000 à <1/100)

Malentendants, acouphènes

Rare (> 1/10 000 <1/1 000)

vertige

Troubles cardiaques

Peu fréquent (≥1 / 1000 à <1/100)

Palpitations

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Torsades de pointes (voir rubrique 4.4), arythmie (voir rubrique 4.4), y compris tachycardie ventriculaire

Troubles vasculaires

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Hypotension

Problèmes gastro-intestinaux

Très commun (≥1 / 10)

Diarrhée, douleur abdominale, nausée, flatulence

Commun (> 1/100 <1/10)

Vomissements, dyspepsie

Peu fréquent (> 1/1000 <1/100)

Gastrite, constipation

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Pancréatite, décoloration de la langue

Troubles hépatobiliaires

Peu fréquent (> 1/1000 <1/100)

Hépatite

Rare (> 1/10 000 <1/1 000)

Fonction hépatique anormale

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Insuffisance hépatique (voir rubrique 4.4), qui a rarement entraîné la mort, hépatite fulminante, nécrose hépatique, ictère cholestatique

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Commun (> 1/100 <1/10)

Prurit et éruption cutanée

Peu fréquent (> 1/1000 <1/100)

SJS, réaction de photosensibilité, urticaire

Rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000)

Pustulose exanthématique aiguë généralisée (AGEP) * §

Très rare (<1/10 000)

ROBE

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

TEN, érythème polymorphe

Troubles musculo-squelettiques, des tissus conjonctifs

Commun (> 1/100 <1/10)

Arthralgie

Troubles rénaux et urinaires

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Insuffisance rénale aiguë, néphrite interstitielle

Troubles généraux et conditions du site d’administration

Commun (> 1/100 <1/10)

Fatigue

Peu fréquent (> 1/1000 <1/100)

Douleur thoracique, œdème, malaise, asthénie

Enquêtes

Commun (> 1/100 <1/10)

La numération lymphocytaire a diminué, le nombre d’éosinophiles a augmenté, le taux de bicarbonate de sang a diminué

Peu fréquent (> 1/1000 <1/100)

L’aspartate aminotransférase a augmenté, l’alanine aminotransférase a augmenté, la bilirubine sanguine a augmenté, l’urée sanguine a augmenté, la créatinine sanguine a augmenté, le potassium sanguin est anormal

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Électrocardiogramme QT prolongé (voir rubrique 4.4)

* ADR identifié après commercialisation

§ Fréquence ADR représentée par la limite supérieure estimée de l’intervalle de confiance à 95% calculé en utilisant la “Règle de 3”.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté par le biais du programme de cartes jaunes sur www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Les effets indésirables observés à des doses plus élevées que celles recommandées étaient similaires à ceux observés aux doses normales. Les symptômes typiques d’un surdosage avec des antibiotiques de macrolide incluent la perte réversible d’audition, la nausée sévère, le vomissement et la diarrhée. En cas de surdosage, l’administration de charbon médicinal et de traitements symptomatiques généraux et de mesures de soutien est indiquée au besoin.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Les propriétés générales

Groupe pharmacothérapeutique: Antibactériens à usage systémique. Code ATC: J01FA10

Mode d’action:

Zithromax est un antibiotique macrolide appartenant au groupe azalide. La molécule est construite en ajoutant un atome d’azote au cycle lactone de l’érythromycine A. Le nom chimique de l’azithromycine est la 9-désoxy-9a-aza-9a-méthyl-9a-homoérythromycine A. Le poids moléculaire est de 749,0. Le mécanisme d’action de l’azithromycine est basé sur la suppression de la synthèse des protéines bactériennes au moyen de la liaison à la sous-unité ribosomale 50S et l’inhibition de la translocation peptidique.

Mécanisme de résistance:

La résistance à l’azithromycine peut être inhérente ou acquise. Il existe trois principaux mécanismes de résistance chez les bactéries: l’altération du site cible, l’altération du transport des antibiotiques et la modification de l’antibiotique.

L’azithromycine présente une résistance croisée avec des isolats Gram positifs résistants à l’érythromycine. Une diminution de la sensibilité aux macrolides au cours du temps a été notée en particulier chez Streptococcus pneumoniae et Staphylococcus aureus. De même, une sensibilité réduite a été observée chez Streptococcus viridans et Streptococcus agalactiae (groupe B) streptocoque contre d’autres macrolides et lincosamides.

Points d’arrêt

Les seuils de sensibilité à l’azithromycine pour les agents pathogènes bactériens typiques publiés par EUCAST sont:

Organisme

Points de rupture MIC (mg / L)

Sensible (S≤)

Résistant (R>)

Staphylococcus spp.

1

2

Groupes de streptocoques A, B, C et G

0,25

0.5

Streptococcus pneumoniae

0,25

0.5

Haemophilus influenzae

0,12

4

Moraxella catarrhalis

0,25

0.5

Neisseria gonorrhoeae

0,25

0.5

Susceptibilité

La prévalence de la résistance acquise peut varier géographiquement et avec le temps pour les espèces sélectionnées et des informations locales sur la résistance sont souhaitables, en particulier lors du traitement des infections sévères. Si nécessaire, des conseils d’experts devraient être recherchés lorsque la prévalence locale de la résistance est telle que l’utilité de l’agent dans au moins certains types d’infections est discutable.

Tableau: Spectre antibactérien de l’azithromycine

Espèces communément sensibles

Microorganismes aérobies à Gram positif

Staphylococcus aureus

Méthycilline sensible

Streptococcus pneumoniae

Sensible à la pénicilline

Streptococcus pyogenes (groupe A)

Microorganismes aérobies à Gram négatif

Haemophilus influenzae

Haemophilus parainfluenzae

Legionella pneumophila

Moraxella catarrhalis

Neisseria gonorrhoeae

Pasteurella multocida

Micro-organismes anaérobies

Clostridium perfringens

Fusobacterium spp.

Prevotella spp.

Porphyromonas spp.

Autres micro-organismes

Chlamydia trachomatis

Espèces pour lesquelles la résistance acquise peut poser problème

Microorganismes aérobies à Gram positif

Streptococcus pneumoniae

Pénicilline-intermédiaire

Résistant à la pénicilline

Organismes intrinsèquement résistants

Microorganismes aérobies à Gram positif

Enterococcus faecalis

MRSA à staphylocoques , MRSE *

Micro-organismes anaérobies

Groupe de Bacteroides fragilis

* Les staphylocoques résistants à la méthycilline ont une prévalence très élevée de résistance acquise aux macrolides et ont été placés ici parce qu’ils sont rarement sensibles à l’azithromycine.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

La biodisponibilité après administration orale est d’environ 37%. Les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes 2 à 3 heures après la prise du médicament.

Distribution

L’azithromycine administrée par voie orale est largement distribuée dans tout le corps. Dans les études de pharmacocinétique, il a été démontré que les concentrations d’azithromycine mesurées dans les tissus sont sensiblement plus élevées (jusqu’à 50 fois) que celles mesurées dans le plasma, ce qui indique que l’agent se lie fortement aux tissus.

La liaison aux protéines sériques varie en fonction de la concentration plasmatique et va de 12% à 0,5 microgramme / ml jusqu’à 52% à 0,05 microgramme d’azithromycine / ml de sérum. Le volume moyen de distribution à l’état d’équilibre (VVss) a été calculé à 31,1 l / kg.

Élimination

La demi-vie d’élimination plasmatique terminale reflète étroitement la demi-vie d’élimination des tissus de 2 à 4 jours.

Environ 12% d’une dose intraveineuse d’azithromycine est excrétée sous forme inchangée dans les urines dans les trois jours suivants. Des concentrations particulièrement élevées d’azithromycine inchangée ont été trouvées dans la bile humaine. Dans la bile également, dix métabolites ont été détectés, qui ont été formés par déméthylation N et O, l’hydroxylation des anneaux de désosamine et d’aglycone et le clivage du conjugué de cladinose. La comparaison des résultats de la chromatographie liquide et des analyses microbiologiques a montré que les métabolites de l’azithromycine ne sont pas microbiologiquement actifs.

Dans les tests sur les animaux, des concentrations élevées d’azithromycine ont été trouvées dans les phagocytes. Il a également été établi que pendant la phagocytose active, des concentrations plus élevées d’azithromycine sont libérées par les phagocytes inactifs. Dans les modèles animaux, il en résulte des concentrations élevées d’azithromycine qui sont administrées au site d’infection.

5.3 Données de sécurité précliniques

Une phospholipidose (accumulation de phospholipides intracellulaires) a été observée dans plusieurs tissus (yeux, ganglions de la racine dorsale, foie, vésicule biliaire, rein, rate et / ou pancréas) de souris, de rats et de chiens recevant plusieurs doses d’azithromycine. La phospholipidose a été observée dans une mesure similaire dans les tissus des rats et des chiens nouveau-nés. L’effet s’est révélé réversible après l’arrêt du traitement par l’azithromycine. La signification de la découverte pour les animaux et les humains est inconnue.

Potentiel cancérigène:

Des études à long terme sur des animaux n’ont pas été réalisées pour évaluer le potentiel carcinogène, car le médicament est indiqué pour le traitement à court terme seulement et aucun signe n’indique une activité cancérogène.

Potentiel mutagène:

Il n’y avait aucune preuve d’un potentiel de mutations génétiques et chromosomiques dans les modèles de test in vivo et in vitro.

Toxicité pour la reproduction:

Dans les études animales portant sur les effets embryotoxiques de la substance, aucun effet tératogène n’a été observé chez les souris et les rats. Chez le rat, des doses d’azithromycine de 100 et 200 mg / kg de poids corporel / jour ont entraîné un léger retard de l’ossification fœtale et un gain de poids maternel. Au cours d’études péri- et postnatales chez le rat, un léger retard a été observé après un traitement par 50 mg / kg / jour d’azithromycine et plus.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Hydroxypropylcellulose

Phosphate de sodium tribasique anhydre

Saccharose

Gomme de xanthane

Les saveurs:

Banane artificielle

Cerise artificielle

Crème de vanille artificielle.

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

Zithromax Poudre pour suspension orale: 3 ans.

Une fois reconstitué avec de l’eau, Zithromax Suspension a une durée de conservation de 5 jours.

6.4 Précautions particulières de conservation

Aucun

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Zithromax Powder for Oral Suspension est disponible en:

600 mg (15 ml) Pack: (Recommandé pour les enfants jusqu’à 7 ans (25 kg)).

Paquets de poudre équivalents à 600 mg d’azithromycine dans un récipient en polypropylène avec bouchon à vis à l’épreuve des enfants (avec ou sans scellé inviolable), dans une boîte en carton. Le pack contient une cuillère multi-doseuse à double extrémité 1 et 10 ml de seringue doseuse avec adaptateur détachable. Reconstituer avec 9 ml d’eau pour obtenir 15 ml de suspension.

900 mg (22,5 ml) Pack: (Recommandé pour les enfants âgés de 8-11 ans (26-35 kg)).

Paquets de poudre équivalent à 900 mg d’azithromycine dans un récipient en polypropylène avec bouchon à vis à l’épreuve des enfants (avec ou sans scellé inviolable), dans une boîte en carton. Le paquet contient une cuillère multi-doseuse à double extrémité 1 . Reconstituer avec 12 ml d’eau pour obtenir 22,5 ml de suspension.

1200 mg (30 ml) Pack: (Recommandé pour une utilisation chez les enfants âgés de 12-14 ans (36-45 kg)).

Des paquets de poudre équivalents à 1200 mg d’azithromycine dans un récipient en polypropylène avec un bouchon à vis à l’épreuve des enfants (avec ou sans scellé inviolable) dans une boîte en carton. Le paquet contient une cuillère multi-doseuse à double extrémité 1 . Reconstituer avec 15 ml d’eau pour obtenir 30 ml de suspension.

1500 mg (37.5ml) Emballage:

Des sachets de poudre équivalent à 1500 mg d’azithromycine dans un récipient en polypropylène avec un bouchon à vis à l’épreuve des enfants et un sceau inviolable, dans une boîte en carton. Le paquet contient une cuillère multi-doseuse à double extrémité 1 . Reconstituer avec 19 ml d’eau pour donner 37,5 ml de suspension.

La cuillère multi-dosante délivre les doses comme suit:

Petite extrémité à l’obtention du diplôme

2,5 ml

(100 mg)

débordant

5 ml

(200 mg)

Grande fin à l’obtention du diplôme

7,5 ml

(300 mg)

débordant

10 ml

(400 mg)

Chaque paquet contient une notice d’information / d’instruction pour le patient.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Lors de la distribution de l’emballage de 15 ml, il faut indiquer si la dose doit être mesurée à l’aide de la seringue de dosage orale ou de la cuillère fournie et d’une utilisation correcte. Si la dose doit être administrée à l’aide de la seringue de dosage orale, avant de la distribuer, l’adaptateur de seringue doit être détaché de la seringue et inséré dans le col de la bouteille et le bouchon doit être remplacé.

Lors de la distribution de paquets de 22,5 ml, 30 ml et 37,5 ml, des conseils doivent être donnés quant à l’utilisation correcte de la cuillère multi-doseuse.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Pfizer Limitée

Ramsgate Road

Sandwich

Kent CT13 9NJ

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00057/0336

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 25 septembre 1996

Date du dernier renouvellement: 22 décembre 2005

10. Date de révision du texte

05/2018

Réf ZX 28_0