Zinacef


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Zinacef® pour injection ou perfusion.

2. Composition qualitative et quantitative

Les flacons contiennent 250 mg, 750 mg ou 1,5 g de céfuroxime (sous forme de sodium).

La quantité totale de sodium par flacon est la suivante:

La force de Zinacef

Quantité de sodium par flacon

250 mg

14 mg

750 mg

42 mg

1,5 g

83 mg

3. Forme pharmaceutique

Le céfuroxime est une poudre blanche à crème à laquelle des quantités appropriées d’eau sont ajoutées pour préparer une suspension blanc cassé pour une utilisation intramusculaire ou une solution jaunâtre pour l’administration intraveineuse.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Zinacef est indiqué pour le traitement des infections énumérées ci-dessous chez les adultes et les enfants, y compris les nouveau-nés (dès la naissance) (voir rubriques 4.4 et 5.1).

• Pneumonie acquise dans la communauté

• Exacerbations aiguës de la bronchite chronique

• Infections des voies urinaires compliquées, y compris la pyélonéphrite

• Infections des tissus mous: cellulite, érysipèle et infections des plaies

• Infections intra-abdominales (voir rubrique 4.4)

• Prophylaxie contre l’infection en chirurgie gastro-intestinale (y compris œsophagienne), orthopédique, cardiovasculaire et gynécologique (y compris la césarienne)

Dans le traitement et la prévention des infections dans lesquelles il est très probable que des organismes anaérobies soient rencontrés, le céfuroxime doit être administré avec des agents antibactériens supplémentaires appropriés.

Une attention particulière devrait être accordée aux directives officielles sur l’utilisation appropriée des agents antibactériens.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Tableau 1. Adultes et enfants ≥ 40 kg

Indication

Dosage

Pneumonie acquise dans la communauté et exacerbations aiguës de bronchite chronique

750 mg toutes les 8 heures

(intraveineuse ou intramusculaire)

Infections des tissus mous: cellulite, érysipèle et infections des plaies.

Infections intra-abdominales

Infections des voies urinaires compliquées, y compris la pyélonéphrite

1,5 g toutes les 8 heures

(intraveineuse ou intramusculaire)

Infections graves

750 mg toutes les 6 heures (par voie intraveineuse)

1,5 g toutes les 8 heures (par voie intraveineuse)

Prophylaxie chirurgicale pour chirurgie gastro-intestinale, gynécologique (y compris césarienne) et opérations orthopédiques

1,5 g avec l’induction de l’anesthésie. Ceci peut être complété par deux doses de 750 mg (intramusculaire) après 8 heures et 16 heures

Prophylaxie chirurgicale pour les opérations cardiovasculaires et œsophagiennes

1,5 g avec induction de l’anesthésie suivie de 750 mg (intramusculaire) toutes les 8 heures pendant 24 heures supplémentaires

Tableau 2. Enfants <40 kg

Nourrissons et tout-petits> 3 semaines et enfants <40 kg

Nourrissons (naissance à 3 semaines)

Pneumonie acquise dans la communauté

30 à 100 mg / kg / jour (par voie intraveineuse) administrés en 3 ou 4 doses divisées; une dose de 60 mg / kg / jour est appropriée pour la plupart des infections

30 à 100 mg / kg / jour (par voie intraveineuse) en 2 ou 3 doses fractionnées (voir rubrique 5.2)

Infections des voies urinaires compliquées, y compris la pyélonéphrite

Infections des tissus mous: cellulite, érysipèle et infections de plaies

Infections intra-abdominales

Insuffisance rénale

Le céfuroxime est principalement excrété par les reins. Par conséquent, comme avec tous ces antibiotiques, chez les patients présentant une insuffisance rénale marquée, il est recommandé de réduire la posologie de Zinacef pour compenser son excrétion plus lente.

Tableau 3. Doses recommandées pour Zinacef en cas d’insuffisance rénale

Clairance de la créatinine

T 1/2 (heures)

Dose (mg)

> 20 mL / min / 1,73 m 2

1.7-2.6

Il n’est pas nécessaire de réduire la dose standard (750 mg à 1,5 g trois fois par jour).

10-20 mL / min / 1,73 m 2

4.3-6.5

750 mg deux fois par jour

<10 mL / min / 1,73 m 2

14.8-22.3

750 mg une fois par jour

Patients sous hémodialyse

3,75

Une dose supplémentaire de 750 mg doit être administrée par voie intraveineuse ou intramusculaire à la fin de chaque dialyse; En plus de l’administration par voie parentérale, le céfuroxime sodique peut être incorporé dans le liquide de dialyse péritonéale (habituellement 250 mg pour 2 litres de liquide de dialyse).

Patients insuffisants rénaux sous hémodialyse artério-veineuse continue (CAVH) ou hémofiltration à haut flux (HF) dans les unités de traitement intensif

7,9-12,6 (CAVH)

1,6 (HF)

750 mg deux fois par jour; Pour l’hémofiltration à faible flux, suivre la posologie recommandée en cas d’insuffisance rénale.

Insuffisance hépatique

Le céfuroxime est principalement éliminé par le rein. Chez les patients présentant un dysfonctionnement hépatique, cela ne devrait pas affecter la pharmacocinétique du céfuroxime.

Méthode d’administration

Zinacef doit être administré par injection intraveineuse sur une période de 3 à 5 minutes, directement dans une veine ou via un tube de perfusion ou une perfusion de 30 à 60 minutes, ou par injection intramusculaire profonde.

Les injections intramusculaires doivent être injectées bien dans la masse d’un muscle relativement gros et pas plus de 750 mg doivent être injectés sur un site. Pour les doses supérieures à 1,5 g, l’administration intraveineuse doit être utilisée. Pour les instructions sur la reconstitution du médicament avant administration, voir rubrique 6.6.

750 mg, 1,5 g poudre pour solution pour perfusion (présentation Monovial).

Pour les instructions sur la préparation du médicament avant l’administration, voir rubrique 6.6.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité au céfuroxime ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

Les patients présentant une hypersensibilité connue aux antibiotiques céphalosporines.

Antécédents d’hypersensibilité sévère (par exemple réaction anaphylactique) à tout autre type d’agent antibactérien bêta-lactame (pénicillines, monobactamines et carbapénèmes).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Réactions d’hypersensibilité

Comme avec tous les agents antibactériens bêta-lactamines, des réactions d’hypersensibilité graves et parfois fatales ont été rapportées. En cas de réactions d’hypersensibilité sévères, le traitement par céfuroxime doit être arrêté immédiatement et des mesures d’urgence adéquates doivent être prises.

Avant de commencer le traitement, il convient d’établir si le patient a des antécédents de réactions d’hypersensibilité sévères au céfuroxime, à d’autres céphalosporines ou à tout autre type d’agent bêta-lactame. Des précautions doivent être prises si le céfuroxime est administré à des patients ayant des antécédents d’hypersensibilité non sévère à d’autres agents bêta-lactamines.

Traitement concomitant avec des diurétiques puissants ou des aminoglycosides

Les antibiotiques céphalosporines à forte dose doivent être administrés avec prudence aux patients recevant un traitement concomitant avec des diurétiques puissants tels que le furosémide ou les aminosides. Une insuffisance rénale a été rapportée lors de l’utilisation de ces associations. La fonction rénale doit être surveillée chez les personnes âgées et celles présentant une insuffisance rénale préexistante connue (voir rubrique 4.2).

Croissance excessive de micro-organismes non sensibles

L’utilisation de céfuroxime peut entraîner la prolifération de Candida. L’utilisation prolongée peut également entraîner la prolifération d’autres microorganismes non sensibles (par exemple, les entérocoques et Clostridium difficile ), ce qui peut nécessiter une interruption du traitement (voir rubrique 4.8).

Une colite pseudomembraneuse associée à un agent antibactérien a été rapportée lors de l’utilisation du céfuroxime et sa gravité peut varier de bénigne à potentiellement mortelle. Ce diagnostic doit être pris en compte chez les patients présentant une diarrhée pendant ou après l’administration de céfuroxime (voir rubrique 4.8). L’arrêt du traitement par le céfuroxime et l’administration d’un traitement spécifique contre Clostridium difficile doivent être envisagés. Les médicaments qui inhibent le péristaltisme ne doivent pas être administrés.

Infections intra-abdominales

En raison de son spectre d’activité, le céfuroxime ne convient pas au traitement des infections causées par des bactéries Gram-négatives non fermentantes (voir rubrique 5.1).

Interférence avec les tests de diagnostic

Le développement d’un test de Coomb positif associé à l’utilisation de céfuroxime peut interférer avec la compatibilité croisée du sang (voir rubrique 4.8).

Une légère interférence avec les méthodes de réduction du cuivre (Benedict, Fehling, Clinitest) peut être observée. Cependant, ceci ne devrait pas conduire à des résultats faussement positifs, comme cela peut être le cas avec d’autres céphalosporines.

Comme un résultat faussement négatif peut se produire dans le test au ferricyanure, il est recommandé d’utiliser les méthodes de la glucose oxydase ou de l’hexokinase pour déterminer les taux de glucose dans le sang et dans le plasma chez les patients recevant du céfuroxime sodique.

Informations importantes sur les excipients

Zinacef poudre pour solution injectable et pour perfusion contient du sodium. Ceci devrait être considéré pour les patients qui suivent un régime de sodium contrôlé.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Le céfuroxime peut affecter la flore intestinale, entraînant une diminution de la réabsorption des œstrogènes et une diminution de l’efficacité des contraceptifs oraux combinés.

Le céfuroxime est excrété par filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire. L’utilisation concomitante de probénicide n’est pas recommandée. L’administration concomitante de probénécide prolonge l’excrétion de l’antibiotique et produit un pic sérique élevé.

Médicaments néphrotoxiques potentiels et diurétiques de l’anse

Les patients recevant des diurétiques à action forte (tels que le furosémide) ou des préparations néphrotoxiques potentielles (telles que les antibiotiques aminoglycosides) doivent être traités avec prudence à l’aide de céphalosporines, car une altération de la fonction rénale par de telles associations ne peut être exclue.

Autres interactions

Détermination des taux de glucose sanguin / plasmatique: voir rubrique 4.4.

L’utilisation concomitante d’anticoagulants oraux peut entraîner une augmentation du rapport international normalisé (RIN).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

.

Grossesse

Les données sur l’utilisation du céfuroxime chez les femmes enceintes sont limitées. Des études chez l’animal n’ont montré aucune toxicité pour la reproduction (voir rubrique 5.3). Zinacef ne doit être prescrit aux femmes enceintes que si le bénéfice l’emporte sur le risque.

Il a été démontré que le céfuroxime traversait le placenta et atteignait des niveaux thérapeutiques dans le liquide amniotique et le sang de cordon après administration par voie intramusculaire ou intraveineuse à la mère.

Allaitement maternel

Le céfuroxime est excrété dans le lait maternel en petites quantités. Des effets indésirables à des doses thérapeutiques ne sont pas attendus, bien qu’un risque de diarrhée et d’infection fongique des muqueuses ne puisse être exclu. La décision d’interrompre l’allaitement ou d’interrompre ou de s’abstenir du traitement par le céfuroxime doit être prise en tenant compte du bénéfice de l’allaitement pour l’enfant et du bénéfice du traitement pour la femme.

La fertilité

Il n’y a pas de données sur les effets du céfuroxime sodique sur la fertilité chez les humains. Les études de reproduction chez les animaux n’ont montré aucun effet sur la fertilité.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Aucune étude sur les effets du céfuroxime sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n’a été réalisée. Cependant, d’après les effets indésirables connus, il est peu probable que le céfuroxime ait un effet sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

Les effets indésirables les plus fréquents sont une neutropénie, une éosinophilie, une élévation transitoire des enzymes hépatiques ou de la bilirubine, en particulier chez les patients atteints d’une maladie hépatique préexistante, mais aucun effet nocif sur le foie et aucune réaction au site d’injection.

Les catégories de fréquence attribuées aux effets indésirables ci-dessous sont des estimations, car pour la plupart des réactions, les données appropriées pour le calcul de l’incidence ne sont pas disponibles. En outre, l’incidence des effets indésirables associés au céfuroxime sodique peut varier selon l’indication.

Les données des essais cliniques ont été utilisées pour déterminer la fréquence des effets indésirables très fréquents à rares. Les fréquences attribuées à tous les autres effets indésirables (c.-à-d. Ceux se situant à <1/10 000) ont été principalement déterminées au moyen de données postcommercialisation et se rapportent à un taux de signalement plutôt qu’à une fréquence réelle.

Les effets indésirables liés au traitement, tous grades confondus, sont listés ci-dessous par classe d’organes du système MedDRA, fréquence et degré de gravité. La convention suivante a été utilisée pour la classification de fréquence: très fréquent ≥ 1/10; commun ≥ 1/100 à <1/10; peu fréquent ≥ 1/1000 à <1/100; rare ≥ 1/10 000 à <1/1 000; très rare <1/10 000 et non connu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Classe d’organe de système

Commun

Rare

Pas connu

Infections et infestations

Prolifération de Candida , prolifération de Clostridium difficile

Troubles du système sanguin et lymphatique

neutropénie, éosinophilie, diminution de la concentration en hémoglobine

leucopénie, test positif de Coomb

thrombocytopénie, anémie hémolytique

Troubles du système immunitaire

fièvre médicamenteuse, néphrite interstitielle, anaphylaxie, vascularite cutanée

Problèmes gastro-intestinaux

perturbation gastro-intestinale

colite pseudomembraneuse (voir rubrique 4.4)

Troubles hépatobiliaires

augmentation transitoire des enzymes hépatiques

augmentation transitoire de la bilirubine

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

éruption cutanée, urticaire et prurit

érythème polymorphe, nécrolyse épidermique toxique et syndrome de Stevens-Johnson, œdème angioneurotique

Troubles rénaux et urinaires

élévation de la créatininémie, élévation de l’azote uréique sanguin et diminution de la clairance de la créatinine (voir rubrique 4.4)

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

réactions au site d’injection pouvant inclure douleur et thrombophlébite

Description des effets indésirables sélectionnés

Les céphalosporines en général ont tendance à être absorbées à la surface des membranes des globules rouges et à réagir avec les anticorps dirigés contre le médicament pour produire un test de Coombs positif (qui peut interférer avec l’appariement sanguin) et très rarement une anémie hémolytique.

Des élévations transitoires des enzymes hépatiques sériques ou de la bilirubine ont été observées, habituellement réversibles.

La douleur au site d’injection intramusculaire est plus probable à des doses plus élevées. Cependant, il est peu probable que ce soit une cause d’arrêt du traitement.

Population pédiatrique

Le profil d’innocuité du céfuroxime sodique chez les enfants concorde avec celui des adultes.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’ adresse suivante : www.mhra.gov.uk/yellowcard .

4.9 Surdosage

Un surdosage peut entraîner des séquelles neurologiques, notamment une encéphalopathie, des convulsions et un coma. Les symptômes de surdosage peuvent survenir si la dose n’est pas réduite de manière appropriée chez les patients présentant une insuffisance rénale (voir rubriques 4.2 et 4.4).

Les taux sériques de céfuroxime peuvent être réduits par hémodialyse ou dialyse péritonéale.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: antibactériens à usage systémique, céphalosporines de deuxième génération, code ATC: J01DC02

Mécanisme d’action

Le céfuroxime inhibe la synthèse de la paroi cellulaire bactérienne après la fixation aux protéines de liaison à la pénicilline (PBP). Cela entraîne l’interruption de la biosynthèse de la paroi cellulaire (peptidoglycane), ce qui conduit à la lyse des cellules bactériennes et à la mort.

Mécanisme de résistance

La résistance bactérienne au céfuroxime peut être due à un ou plusieurs des mécanismes suivants:

• l’hydrolyse par les bêta-lactamases, y compris (mais sans s’y limiter) les bêta-lactamases à spectre étendu (BLSE) et les enzymes Amp-C, qui peuvent être induites ou déréprimées de manière stable dans certaines espèces bactériennes aérobies à Gram négatif;

• affinité réduite des protéines liant la pénicilline pour le céfuroxime;

• l’imperméabilité de la membrane externe, qui limite l’accès du céfuroxime aux protéines se liant à la pénicilline chez les bactéries à Gram négatif;

• pompes à efflux bactériennes.

Les organismes qui ont acquis une résistance à d’autres céphalosporines injectables devraient être résistants au céfuroxime. Selon le mécanisme de résistance, les organismes ayant une résistance acquise aux pénicillines peuvent démontrer une sensibilité réduite ou une résistance au céfuroxime.

Points de rupture du céfuroxime sodique

Les seuils de concentration minimale inhibitrice (CMI) établis par le Comité européen sur les tests de sensibilité aux antimicrobiens (EUCAST) sont les suivants:

Micro-organisme

Points de rupture (mg / L)

Sensible

Résistant

Enterobacteriaceae 1

≤8 2

> 8

Staphylococcus spp.

Note 3

Note 3

Streptococcus A, B, C et G

Note 4

Note 4

Streptococcus pneumoniae

≤0.5

> 1

Streptococcus (autre)

≤0.5

> 0,5

Haemophilus influenzae

≤1

> 2

Moraxella catarrhalis

≤4

> 8

Points de rupture non liés à l’espèce 1

≤4 5

> 8 5

1 Les points de rupture de la céphalosporine pour Enterobacteriaceae détecteront tous les mécanismes de résistance cliniquement importants (y compris les BLSE et les AmpC plasmidiques). Certaines souches produisant des bêta-lactamases sont sensibles ou intermédiaires aux céphalosporines de troisième ou quatrième génération avec ces points de rupture et devraient être déclarées comme trouvées, c’est-à-dire que la présence ou l’absence d’une BLSE n’influence pas en soi la catégorisation de la susceptibilité. Dans de nombreux domaines, la détection et la caractérisation des BLSE sont recommandées ou obligatoires pour le contrôle des infections.

2 Le point de rupture correspond à une dose de 1,5 g × 3 et à E. coli, P. mirabilis et Klebsiella spp. seulement

3 La susceptibilité à la méticilline induit la sensibilité des staphylocoques aux céphalosporines, à l’exception du ceftazidme, du céfixime et du ceftibuten, qui n’ont pas de point de rupture et ne devraient pas être utilisés pour les infections staphylococciques.

4 La susceptibilité des streptocoques des groupes A, B, C et G aux céphalosporines est déduite de la susceptibilité à la benzylpénicilline.

5 Les points d’arrêt s’appliquent à la dose intraveineuse quotidienne de 750 mg × 3 et à une dose élevée d’au moins 1,5 g × 3.

Susceptibilité microbiologique

La prévalence de la résistance acquise peut varier géographiquement et avec le temps pour les espèces sélectionnées et des informations locales sur la résistance sont souhaitables, en particulier lors du traitement des infections sévères. Si nécessaire, des conseils d’experts devraient être recherchés lorsque la prévalence locale de la résistance est connue et que l’utilité de l’agent dans au moins certains types d’infections est discutable.

Le céfuroxime est habituellement actif contre les micro-organismes suivants in vitro .

Espèces communément sensibles

Aérosols à Gram positif:

Staphylococcus aureus (méthicilline-désirable)

Streptococcus pyogenes

Streptococcus agalactiae

Aérosols à Gram négatif:

Haemophilus parainfluenzae

Moraxella catarrhalis

Micro-organismes pour lesquels la résistance acquise peut être un problème

Aérosols à Gram positif:

Streptococcus pneumoniae

Streptococcus mitis (groupe des viridans)

Aérosols à Gram négatif:

Citrobacter spp. ne comprend pas C. freundii

Enterobacter spp. sans inclure E. aerogenes et E. cloacae

Escherichia coli

Haemophilus influenzae

Klebsiella pneumoniae

Proteus mirabilis

Proteus spp. ne comprend pas P. penneri et P. Vulgaris

Providencia spp.

Salmonella spp.

Anaérobies à Gram positif:

Peptostreptococcus spp.

Propionibacterium spp.

Anaérobies Gram négatif:

Fusobacterium spp.

Bacteroides spp.

Micro-organismes intrinsèquement résistants

Aérosols à Gram positif:

Enterococcus faecalis

Enterococcus faecium

Aérosols à Gram négatif:

Acinetobacter spp.

Burkholderia cepacia

Campylobacter spp.

Citrobacter freundii

Enterobacter aerogenes

Enterobacter cloacae

Morganella morganii

Proteus penneri

Proteus vulgaris

Pseudomonas aeruginosa

Serratia marcescens

Stenotrophomonas maltophilia

Anaérobies à Gram positif:

Clostridium difficile

Anaérobies Gram négatif:

Bacteroides fragilis

Autres:

Chlamydia spp.

Mycoplasma spp.

Legionella spp.

$ Tous les S. aureus résistants à la méthicilline sont résistants au céfuroxime.

In vitro, il a été démontré que les activités combinées des antibiotiques céfuroxime sodique et aminoglycoside sont au moins additives, avec parfois des signes de synergie.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Après injection intramusculaire (IM) de céfuroxime à des volontaires sains, les concentrations sériques maximales moyennes variaient de 27 à 35 μg / mL pour une dose de 750 mg et de 33 à 40 μg / mL pour une dose de 1000 mg, et atteignaient 60 minutes après l’administration. Après des doses intraveineuses (IV) de 750 et 1500 mg, les concentrations sériques étaient d’environ 50 et 100 μg / mL, respectivement, à 15 minutes.

L’ASC et la Cmax semblent augmenter linéairement avec l’augmentation de la dose dans l’intervalle de dose unique de 250 à 1 000 mg après l’administration intramusculaire et intraveineuse. Il n’y avait pas de signe d’accumulation de céfuroxime dans le sérum de volontaires sains après une administration intraveineuse répétée de doses de 1500 mg toutes les 8 heures.

Distribution

La liaison aux protéines a été établie entre 33 et 50%, selon la méthodologie utilisée. Le volume moyen de distribution varie de 9,3 à 15,8 L / 1,73 m 2 après l’administration intramusculaire ou intraveineuse sur la plage posologique de 250 à 1000 mg. Des concentrations de céfuroxime supérieures aux niveaux inhibiteurs minimaux pour les pathogènes courants peuvent être atteintes dans l’amygdale, les sinus, la muqueuse bronchique, l’os, le liquide pleural, le liquide synovial, le liquide interstitiel, la bile, les expectorations et l’humeur aqueuse. Le céfuroxime traverse la barrière hémato-encéphalique lorsque les méninges sont enflammées.

Biotransformation

Le céfuroxime n’est pas métabolisé.

Élimination

Le céfuroxime est excrété par filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire. La demi-vie sérique après injection intramusculaire ou intraveineuse est d’environ 70 minutes. Il y a une récupération presque complète (85 à 90%) de céfuroxime inchangé dans l’urine dans les 24 heures suivant l’administration. La majorité du céfuroxime est excrétée dans les 6 premières heures. La clairance rénale moyenne varie de 114 à 170 mL / min / 1,73 m 2 après l’administration intramusculaire ou intraveineuse dans la gamme posologique de 250 à 1000 mg.

Populations particulières de patients

Le genre

Aucune différence dans la pharmacocinétique du céfuroxime n’a été observée entre les mâles et les femelles à la suite d’une seule injection intraveineuse de 1 000 mg de céfuroxime sous forme de sel de sodium.

Personnes âgées

Après administration intramusculaire ou intraveineuse, l’absorption, la distribution et l’excrétion du céfuroxime chez les patients âgés sont similaires à celles des patients plus jeunes ayant une fonction rénale équivalente. Étant donné que les patients âgés sont plus susceptibles d’avoir une fonction rénale diminuée, il faut prendre soin de choisir la dose de céfuroxime et il peut être utile de surveiller la fonction rénale (voir rubrique 4.2).

Pédiatrie

La demi-vie sérique du céfuroxime s’est révélée sensiblement prolongée chez les nouveau-nés selon l’âge gestationnel. Cependant, chez les nourrissons plus âgés (âgés de plus de 3 semaines) et chez les enfants, la demi-vie sérique de 60 à 90 minutes est similaire à celle observée chez les adultes.

Insuffisance rénale

Le céfuroxime est principalement excrété par les reins. Comme pour tous les antibiotiques de ce type, chez les patients présentant une insuffisance rénale marquée (C1 cr <20 mL / minute), il est recommandé de réduire la dose de céfuroxime pour compenser son excrétion plus lente (voir rubrique 4.2). Le céfuroxime est efficacement éliminé par hémodialyse et dialyse péritonéale.

Insuffisance hépatique

Puisque le céfuroxime est principalement éliminé par le rein, la dysfonction hépatique ne devrait pas avoir d’effet sur la pharmacocinétique du céfuroxime.

PK / PD relation

Pour les céphalosporines, l’indice pharmacocinétique-pharmacodynamique le plus important corrélé à l’ efficacité in vivo est le pourcentage de l’intervalle posologique (% T) que la concentration non liée reste supérieure à la concentration minimale inhibitrice (CMI) du céfuroxime pour les espèces cibles individuelles ( c’est-à-dire% T> MIC).

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicologie en administration répétée, de génotoxicité et de toxicité pour la reproduction et le développement n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme. Aucune étude de cancérogénicité n’a été réalisée. Cependant, il n’y a aucune preuve suggérant un potentiel cancérogène.

L’activité gamma glutamyl transpeptidase dans l’urine de rat est inhibée par diverses céphalosporines; Cependant, le niveau d’inhibition est moindre avec le céfuroxime. Cela peut avoir une signification dans l’interférence dans les essais cliniques en laboratoire chez l’homme.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Aucun.

6.2 Incompatibilités

Le céfuroxime est compatible avec les solutions intraveineuses et électrolytiques les plus couramment utilisées.

Le pH de 2,74% p / v d’injection de bicarbonate de sodium BP affecte considérablement la couleur des solutions et par conséquent cette solution n’est pas recommandée pour la dilution de Zinacef. Cependant, si nécessaire, pour les patients recevant une injection de bicarbonate de sodium par perfusion, le Zinacef peut être introduit dans le tube de l’ensemble donneur.

Zinacef ne doit pas être mélangé dans la seringue avec des antibiotiques aminoglycosides.

6.3 Durée de conservation

Trois ans lorsqu’il est conservé au-dessous de 25 ° C et protégé de la lumière.

6.4 Précautions particulières de conservation

Conserver au-dessous de 25 ° C et protéger de la lumière.

Après constitution, Zinacef doit être conservé entre 2 et 8 ° C pendant 24 heures maximum.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

1) Flacons en verre moulé (type 1 ou III) avec bouchons en caoutchouc butyle laminé bromobutyle ou résine fluorée, bouchon overseal et flip-off contenant 250 mg, 750 mg ou 1,5 g de Zinacef.

2) Un paquet en vrac de 100 flacons.

3) Monovial contenant 750 mg ou 1,5 g de Zinacef avec aiguille de transfert.

* Seul le pack d’injection de 1,5 g est commercialisé (le pack d’infusion ne l’est pas)

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Instructions pour la constitution

Tableau 4. Volumes et concentrations supplémentaires pouvant être utiles lorsque des doses fractionnées sont requises.

Volumes et concentrations supplémentaires, qui peuvent être utiles lorsque des doses fractionnaires sont nécessaires

Taille du flacon

Voies d’administration

État physique

Quantité d’eau à ajouter (mL)

Concentration approximative de céfuroxime

(mg / mL) **

250 mg de poudre pour solution injectable

250 mg

intramusculaire

bolus intraveineux

Perfusion intraveineuse

suspension

Solution

Solution

1 mL

au moins 2 mL

au moins 2 mL *

216

116

116

750 mg de poudre pour solution injectable ou pour perfusion

750 mg

intramusculaire

bolus intraveineux

perfusion intraveineuse

suspension

Solution

Solution

3 ml

au moins 6 ml

au moins 6 ml

216

116

116

1,5 g de poudre pour solution injectable ou pour perfusion

1,5 g

intramusculaire

bolus intraveineux

perfusion intraveineuse

suspension

Solution

Solution

6 ml

au moins 15 mL

15 ml *

216

94

94

* Solution reconstituée à ajouter à 50 ou 100 mL de liquide de perfusion compatible (voir les informations sur la compatibilité ci-dessous)

** Le volume résultant de la solution de céfuroxime dans le milieu de reconstitution est augmenté en raison du facteur de déplacement de la substance médicamenteuse résultant en les concentrations énumérées en mg / mL.

Zinacef 750 mg et 1,5 g poudre pour solution pour perfusion (présentation Monovial)

Préparation de la solution pour perfusion intraveineuse

Le contenu du Monovial est ajouté aux poches de perfusion de petit volume contenant 0,9% p / v de chlorure de sodium injectable BP, ou 5% de dextrose injectable, ou un autre liquide compatible.

1. Décollez la partie supérieure amovible de l’étiquette et retirez le capuchon.

2. Insérez l’aiguille du Monovial dans le port d’additif du sac de perfusion.

3. Pour activer, poussez le porte-aiguille en plastique du Monovial vers le bas sur l’épaulement du flacon jusqu’à entendre un “clic”.

4. En le tenant debout, remplissez le flacon à environ deux tiers de sa capacité en pressant le sac plusieurs fois.

5. Agitez le flacon pour reconstituer le céfuroxime sodique.

6. Avec le flacon le plus haut, transférer le sodium céfuroxime reconstitué dans le sac de perfusion en pressant et en libérant le sac.

7. Répétez les étapes 4 à 6 pour rincer l’intérieur du flacon. Jetez le Monovial vide en toute sécurité. Vérifiez que la poudre est dissoute et que le sac ne présente aucune fuite.

Compatibilité

1,5 g de céfuroxime sodique constitué de 15 ml d’eau pour injection peut être ajouté à l’injection de métronidazole (500 mg / 100 ml) et les deux conservent leur activité pendant 24 heures au-dessous de 25 ° C.

1,5 g de céfuroxime sodique est compatible avec 1 g d’azlocilline (dans 15 ml) ou 5 g (dans 50 ml) jusqu’à 24 heures à 4 ° C ou 6 heures au-dessous de 25 ° C.

Le céfuroxime sodique (5 mg / mL) dans une injection de 5% p / v ou 10% p / v de xylitol peut être conservé jusqu’à 24 heures à 25 ° C.

Le céfuroxime sodique est compatible avec les solutions aqueuses contenant jusqu’à 1% de chlorhydrate de lidocaïne.

Le céfuroxime sodique est compatible avec les liquides de perfusion suivants. Il conservera sa puissance jusqu’à 24 heures à température ambiante dans:

0.9% w / v Chlorure de sodium injection BP

5% de Dextrose Injection BP

0,18% p / v de chlorure de sodium plus 4% d’injection de dextrose BP

5% de dextrose et 0,9% en poids / volume de chlorure de sodium injectable BP

5% de dextrose et 0,45% de chlorure de sodium injectable

5% de dextrose et 0,225% de chlorure de sodium injectable

10% de dextrose injectable

10% Inverser le sucre dans l’eau pour l’injection

Ringer’s injection USP

Injection de Ringer lactate USP

M / 6 Injection de lactate de sodium

Injection de lactate de sodium composé BP (solution de Hartmann).

La stabilité du céfuroxime sodique dans le chlorure de sodium injectable à 0,9% p / v BP et dans le dextrose injectable à 5% n’est pas affectée par la présence de phosphate de sodium hydrocortisone.

Le céfuroxime sodique a également été trouvé compatible pendant 24 heures à température ambiante lorsqu’il a été mélangé en perfusion intraveineuse avec:

Héparine (10 et 50 unités / ml) dans du chlorure de sodium injectable à 0,9% p / v BP; Chlorure de potassium (10 et 40 mEqL) dans 0.9% w / v de chlorure de sodium Injection BP.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Opérations Glaxo UK Limitée, 980 Great West Road, Brentford, TW8 9GS

Trading en tant que

GlaxoSmithKline Royaume-Uni, Stockley Park Ouest, Uxbridge, Middlesex UB11 1BT

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00004/0263.

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

28 avril 2002

10. Date de révision du texte

31 juillet 2015

11. Statut juridique

POM