Trimethoprim 50 mg / 5 ml suspension


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Trimethoprim 50 mg / 5 ml Suspension

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque 5 ml contient 50 mg de Trimethoprim Ph.Eur.

Excipients à effet connu

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Suspension orale.

Une suspension blanche, opalescente et visqueuse.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Trimethoprim est indiqué pour la prévention et le traitement des infections urinaires chez les adultes et les enfants et le traitement d’autres infections sensibles chez les adultes et les enfants causés par un large éventail d’organismes Gm + ve et Gm -ve sensibles à la triméthoprime, y compris Haemophilus influenzae, Streptococcus pneumoniae , Klebsiella pneumoniae, Staphylococcus aureus, E. coli, Enterobacter, Proteus et Streptococcus faecalis .

4.2 Posologie et mode d’administration

Méthode d’administration

Pour l’administration orale

Posologie

Adultes et enfants de plus de 12 ans

Traitement des infections des voies urinaires et de toutes les autres infections sensibles: 200 mg (20 ml) deux fois par jour.

Prévention à long terme des infections récurrentes des voies urinaires: 100 mg (10 ml) la nuit.

Enfants de 6 semaines à 12 ans

Le traitement des infections des voies urinaires est basé sur une dose de 8 mg / kg de poids corporel par jour, subdivisé en deux doses égales. Les régimes suggérés sont:

6 semaines – 5 mois

25 mg (2,5 ml) deux fois par jour

6 mois – 5 ans

50 mg (5 ml) deux fois par jour

6 ans – 12 ans

100 mg (10 ml) deux fois par jour

La prévention à long terme des infections récurrentes des voies urinaires est basée sur l’administration quotidienne de 2 mg / kg de poids corporel en dose unique la nuit. Les régimes suggérés sont:

6 mois – 5 ans

25 mg (2,5 ml) la nuit

6 ans – 12 ans

50 mg (5 ml) la nuit

Posologie conseillée en cas de réduction de la fonction rénale:

Clairance de la créatinine ml / sec

Créatine micromol plasma / l

Dosage conseillé

Plus de 0.45

Hommes <250

Femmes <175

Ordinaire

0,25-0,45

Hommes 250-600

Femmes 175-400

Normal pendant 3 jours puis demi dose

Moins de 0,25

Hommes> 600

Femmes> 400

La moitié de la dose normale

Le triméthoprime est éliminé par dialyse. Il ne devrait cependant pas être administré aux patients dialysés à moins que les concentrations plasmatiques puissent être estimées.

Personnes âgées

Selon la fonction rénale, voir la posologie spéciale.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

Le triméthoprime est contre-indiqué en cas d’insuffisance hépatique sévère et également en cas d’insuffisance rénale sévère, sauf si les concentrations sanguines de triméthoprime peuvent être surveillées régulièrement.

Le triméthoprime est contre-indiqué dans l’anémie mégaloblastique et d’autres dyscrasies sanguines.

Trimethoprim ne devrait pas être administré aux femmes enceintes, aux bébés prématurés ou aux enfants moins de 4 mois.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Des précautions sont nécessaires lors de l’administration à des patients présentant une insuffisance rénale.

Des tests hématologiques réguliers doivent être effectués pendant un traitement à long terme.

Utiliser la moitié de la dose normale après 3 jours si la clairance de la créatinine est de 15 à 30 mL / minute; utiliser la moitié de la dose normale si la clairance de la créatinine est inférieure à 15 – 30 mL / minute; (Surveiller la concentration plasmatique de triméthoprime si la clairance de la créatinine est inférieure à 10 mL / minute).

Chez les patients atteints d’insuffisance rénale, des précautions doivent être prises pour éviter l’accumulation.

Le triméthoprime peut causer une dépression de l’hématopoïèse. Des tests hématologiques réguliers doivent être effectués chez les patients recevant un traitement à long terme et chez ceux prédisposés à une carence en folate (par exemple les personnes âgées), afin de rechercher une éventuelle pancytopénie. S’il y a des signes de carence en acide folique, le folinate de calcium doit être administré et la réponse vérifiée par une surveillance hématologique. Il peut être nécessaire d’arrêter le triméthoprime. Un soin particulier doit être apporté à la surveillance hématologique des enfants sous traitement à long terme.

Des cas isolés d’anémie mégohblastique au cours d’un traitement prolongé par le triméthoprime à des doses supérieures à celles recommandées ont été signalés, mais ils sont réversibles avec l’arrêt du traitement et l’administration de folinate de calcium.

Si un patient a un risque connu ou soupçonné de prophylaxie aiguë, le traitement par triméthoprime doit être évité.

Une surveillance étroite des électrolytes sériques est recommandée chez les patients à risque d’hyperkaliémie (voir rubrique 4.8).

La surveillance de la glycémie est recommandée en cas d’administration concomitante de répaglinide (voir rubrique 4.5).

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au fructose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Antagonistes des folates et anticonvulsivants: Le triméthoprime peut induire une déficience en folate chez les patients prédisposés à une déficience en folate, tels que ceux qui reçoivent des antagonistes foliques concomitants ou des anticonvulsivants.

Les dépresseurs de la moelle osseuse: Le triméthoprime peut augmenter le risque d’aplasie de la moelle osseuse.

Les cytotoxiques tels que l’azathioprine, la mercaptopurine, le méthotrexate, augmentent le risque de toxicité hématologique lorsqu’ils sont administrés avec le triméthoprime. Une attention particulière est nécessaire chez les patients recevant de la pyriméthamine en plus du triméthoprime.

Phénytoïne et digoxine: Une surveillance attentive des patients traités par la digoxine ou la phénytoïne est conseillée, car le triméthoprime peut augmenter la concentration plasmatique de ces agents en augmentant leur demi-vie d’élimination.

La rifampicine peut diminuer les concentrations de triméthoprime.

Diurétiques: Chez les patients âgés prenant simultanément des diurétiques, principalement des thiazides, il existe une incidence accrue de thrombocytopénie associée au purpura.

L’hyperkaliémie peut être exacerbée par l’administration concomitante de diurétiques, en particulier de diurétiques épargneurs de potassium et / ou de diurétiques thiazidiques et d’éplérénone.

Ciclosporine: Risque accru de néphrotoxicitie.

Procaïnamide: Le triméthoprime augmente les concentrations plasmatiques de procaïnamide.

Dapsone: Les concentrations plasmatiques de triméthoprime et de dapsone peuvent augmenter lorsqu’elles sont prises ensemble.

Répaglinide: Le triméthoprime peut augmenter les effets hypoglycémiques du répaglinide.

Anticoagulants: Le triméthoprime peut potentialiser l’effet anticoagulant de la warfarine et d’autres coumarines.

Antibactériens: La concentration de triméthoprime dans le plasma peut être réduite par la rifampicine. La concentration plasmatique des deux médicaments peut augmenter lorsque le triméthoprime est administré avec de la dapsone.

Antipaludéens: Augmentation de l’effet antifolate lorsque le triméthoprime est administré avec de la pyriméthamine.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Le triméthoprime est contre-indiqué chez les femmes enceintes, les prématurés ou les nourrissons pendant les premières semaines de vie.

Allaitement maternel

Le triméthoprime est excrété dans le lait maternel. Des effets sur l’enfant allaité sont probables si des doses thérapeutiques sont administrées aux mères qui allaitent. Trimethoprim est contre-indiqué si l’enfant nourri au sein a moins de 4 mois.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Pas connu.

4.8 Effets indésirables

La liste suivante d’effets indésirables a été rapportée par des professionnels de la santé. Parfois, il peut être difficile de distinguer les réactions provoquées par l’état traité des réactions indésirables aux médicaments, ce qui signifie que toutes les réactions énumérées n’ont pas été causées par l’administration du médicament.

Infections et infestations

Fréquent: prolifération moniliale

Troubles du système sanguin et lymphatique

Très rare: leucopénie, neutropénie, thrombocytopénie, pancytopénie, dépression médullaire, agranulocytose, anémie aplasique, anémie hémolytique, éosinophilie, purpura, hémolyse.

Inconnu: anémie mégaloblastique, méthémoglobinémie, dépression de l’hématopoïèse.

Des décès ont été signalés (en particulier chez les personnes âgées, ou chez les insuffisants rénaux ou hépatiques chez lesquels une surveillance attentive est recommandée – voir section 4.3 Contre-indications), cependant la majorité des changements hématologiques sont légers et réversibles lorsque le traitement est arrêté.

Troubles du système immunitaire

Très rare: hypersensibilité, anaphylaxie, œdème de Quincke, fièvre médicamenteuse, vascularite allergique ressemblant au purpura rhumatoïde, à la périartérite noueuse, au lupus systémique arythémateux.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Très commun: Hyperkaliémie

Très rare: hypoglycémie, hyponatrémie, anorexie.

Une surveillance étroite est recommandée lorsque le triméthoprime est utilisé chez des patients âgés ou chez des patients prenant des doses élevées car ces patients peuvent être plus sensibles à l’hyperkaliémie et à l’hyponatrémie.

Troubles psychiatriques

Très rare: Dépression, hallucinations, états confusionnels, agitation, anxiété, comportement anormal, insomnie et cauchemars.

Troubles du système nerveux

Fréquent: Maux de tête

Très rare: dyskinésies, méningite aseptique, tremblements, ataxie, vertiges, léthargie, syncope, paresthésies, convulsions, névrite périphérique, vertiges, acouphènes.

La méningite aseptique était rapidement réversible à l’arrêt du traitement, mais a réapparu dans un certain nombre de cas lors de la ré-exposition au cotrimoxazole ou au triméthoprime seul.

Troubles oculaires

Très rare: uvéite.

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Très rare: Toux, essoufflement, respiration sifflante, épistaxis.

Problèmes gastro-intestinaux

Fréquent: Nausée, diarrhée, vomissement.

Très rare: constipation, glossite, stomatite, colite pseudomembraneuse, pancréatite. Inconnu: bouche douloureuse, troubles gastro-intestinaux

Troubles hépatobiliaires

Très rare: élévation des transaminases sériques, élévation des taux de bilirubine, ictère cholestatique, nécrose hépatique. La jaunisse cholestatique et la nécrose hépatique peuvent être mortelles.

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Fréquent: éruptions cutanées, urticaire

Très rare: photosensibilité, dermatite exfoliatrice, éruption fixe de médicament, érythème polymorphe, érythème noueux, syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique, dermatite bulleuse, purpura.

Inconnu: Prurit

Le syndrome de Lyell (nécrolyse épidermique toxique) entraîne une mortalité élevée.

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Très rare: Arthralgie, myalgie et uvéite.

Troubles rénaux et urinaires

Très rare: Fonction rénale altérée (parfois rapportée comme insuffisance rénale), hématurie.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable présumé via le programme Carte Jaune à l’adresse www.mhra.gov.uk/yellowcard ou à rechercher une Carte Jaune MHRA dans Google Play ou Apple App Store.

4.9 Surdosage

Traitement du surdosage: Un traitement symptomatique, un lavage gastrique et une diurèse forcée peuvent être utilisés. La dépression de l’hématopoïèse par le triméthoprime peut être contrecarrée par l’administration intramusculaire de folinate de calcium.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: antibactérien systémique, code ATC: J01EA01

Mécanisme d’action

Le triméthoprime est un inhibiteur de la dihydrofolate réductase, inhibant la conversion de l’acide dihydrofolique bactérien en acide tétrahydrofolique, nécessaire à la synthèse de certains acides aminés.

Ses effets sont considérablement plus importants sur les cellules des micro-organismes que sur les cellules de mammifères. Le triméthoprime peut être bactéricide ou bactériostatique selon les conditions de croissance.

Le triméthoprime in vitro a des effets sur la plupart des organismes aérobies à Gram positif et à Gram négatif, y compris les entérobactéries comme E Coli, Proteus, Klebsiella pneumoniae, Streptococcus faecalis, Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenzae et Staphylococcus aureus.

Il n’a aucun effet sur Mycobacterium tuberculosis, Neisseria gonorrhoeae, Pseudomonas aeruginosa, Treponema pallidum, Brucella abortis ou les bactéries anaérobies.

Mécanisme (s) de résistance

La résistance au triméthoprime peut être due à plusieurs mécanismes. La résistance clinique est souvent due à des dihydrofolates réductases à médiation plasmidique qui sont résistantes au triméthoprime: de tels gènes peuvent être incorporés dans le chromosome via des transposons. La résistance peut également être due à une surproduction de dihydrofolate réductase, à des modifications de la perméabilité cellulaire ou à des mutants bactériens intrinsèquement résistants au triméthoprime car ils dépendent de la thymidine exogène et de la thymine pour la croissance. L’émergence de la résistance au triméthoprime ne semble pas être plus élevée dans les zones où il est utilisé seul que dans les zones où le triméthoprime est utilisé en association avec des sulfamides.

Néanmoins, la résistance au triméthoprime a été signalée chez de nombreuses espèces, et des taux de résistance très élevés ont été observés dans certains pays en développement, en particulier chez les Enterobacteriaceae .

Les points de rupture MIC d’EUCAST pour séparer les pathogènes sensibles (S) des pathogènes résistants (R) sont:

EUCAST Points de rupture relatifs aux espèces (Susceptible≤ / Resistant>) Unités: mg /

Enterobacteriaceae

Staphylococcus

Enterococcus

≤2 /> 4

≤2 /> 4

≤0.032 /> 1 *

* L’activité du triméthoprime est incertaine contre les entérocoques. Par conséquent, la population de type sauvage est classée comme intermédiaire.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Le triméthoprime est facilement absorbé par le tractus gastro-intestinal et les concentrations maximales dans la circulation surviennent environ 3 heures après la prise d’une dose. Environ 45% est lié aux protéines plasmatiques. Les concentrations tissulaires seraient plus élevées que les concentrations sériques avec des concentrations particulièrement élevées dans les reins et les poumons. Les concentrations dans le LCR sont environ la moitié de celles du sang. La demi-vie est d’environ 10-16 heures. 40-50% de la dose est excrétée inchangée dans l’urine dans les 24 heures.

5.3 Données de sécurité précliniques

L’information préclinique n’a pas été incluse parce que le profil d’innocuité du triméthoprime a été établi après plusieurs années d’utilisation clinique. Veuillez vous référer à la section 4.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Sorbitol

Gélose

Hydroxybenzoate de méthyle

Hydroxybenzoate de propyle

Polysorbate 80

Saccharine sodique

Eau purifiée

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

36 mois non ouvert.

6.4 Précautions particulières de conservation

Stocker dans le récipient d’origine. Conserver le récipient dans l’emballage extérieur.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Bouteille en verre ambré avec bouchon à vis en aluminium pilfer et doublure en polyéthylène expansé.

Taille de l’emballage: 100 ml.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

N’est pas applicable.

7. Titulaire de l’autorisation

Pinewood Laboratories Limited

Ballymacarbry

Clonmel

Co. Tipperary

Irlande

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 04917/0065

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

15 juillet 2005

10. Date de révision du texte

17/10/2017