Trandolapril 1mg capsules


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Trandolapril 1mg Capsules

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque capsule contient: Trandolapril, 1,0 mg

Excipients à effet connu:

Chaque capsule contient 24 mg de lactose monohydraté

Chaque capsule contient 1,26 mg de jaune soleil (E110)

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Capsule, dure

Capsules légères écarlates / orange clair

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Hypertension légère ou modérée.

Dysfonction ventriculaire gauche après infarctus aigu du myocarde.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Adultes:

Hypertension:

Pour les adultes ne prenant pas de diurétiques, sans insuffisance cardiaque congestive et sans insuffisance rénale ou hépatique, la posologie initiale recommandée est de 0,5 mg en une seule prise quotidienne. Une dose de 0,5 mg ne permettra d’obtenir une réponse thérapeutique que chez une minorité de patients. La posologie doit être doublée par paliers de 2 à 4 semaines, selon la réponse du patient, jusqu’à un maximum de 4 mg par dose quotidienne unique.

La gamme de doses d’entretien habituelles est de 1 à 2 mg en une seule dose quotidienne. Si la réponse du patient est encore insatisfaisante à la dose de 4 mg de trandolapril, un traitement combiné doit être envisagé avec les diurétiques et les inhibiteurs calciques.

Dysfonction ventriculaire gauche après un infarctus aigu du myocarde:

Après un infarctus aigu du myocarde, le traitement peut être commencé dès le troisième jour une fois que les conditions de traitement nécessaires ont été atteintes (hémodynamique stable et prise en charge de toute ischémie résiduelle). La dose initiale doit être faible (voir rubrique 4.4), en particulier si le patient présente une pression artérielle normale ou basse au début du traitement. Le traitement initial doit être de 0,5 mg par jour (24 heures). La dose peut être augmentée progressivement jusqu’à un maximum de 4 mg par jour en une seule dose. Cette titration forcée peut être temporairement suspendue, par exemple en cas d’hypotension symptomatique.

Le traitement doit être instauré à l’hôpital sous surveillance stricte, en particulier en ce qui concerne la tension artérielle (voir rubrique 4.4).

En cas d’hypotension, tous les traitements hypotenseurs concomitants (par exemple les vasodilatateurs tels que les nitrates, les diurétiques) doivent être évalués avec soin et, si possible, leur dose doit être réduite. La dose de trandolapril doit être réduite seulement si ces précautions sont insuffisantes ou ne peuvent pas être effectuées.

En cas de traitement diurétique préalable, des précautions particulières doivent être prises:

Il est recommandé soit d’interrompre le traitement diurétique au moins 72 heures avant le début du traitement par le trandolapril et / ou de commencer par 0,5 mg par jour. Dans ce cas, la dose doit être ajustée en fonction de la réponse du patient. Si le traitement diurétique doit nécessairement se poursuivre, une surveillance médicale est nécessaire.

Traitement diurétique préalable:

Chez les patients à risque d’un système rénine-angiotensine stimulé (p. Ex. Patients présentant une déplétion hydrique et sodique), le diurétique doit être arrêté 2 à 3 jours avant le début du traitement par 0,5 mg de trandolapril afin de réduire la probabilité d’hypotension symptomatique. Le diurétique peut être repris plus tard si nécessaire.

Insuffisance cardiaque

Chez les patients hypertendus présentant également une insuffisance cardiaque congestive, avec ou sans insuffisance rénale associée, une hypotension symptomatique a été observée après traitement par IEC. Chez ces patients, le traitement doit débuter à la dose de 0,5 mg de trandolapril une fois par jour, sous surveillance médicale étroite à l’hôpital.

Altération de la fonction rénale:

À une clairance de la créatinine de 0,2 – 0,5 ml / s (10-30 ml / min), le traitement doit être initié avec une dose quotidienne de 0,5 mg. Si nécessaire, la dose peut être augmentée à 1 mg par jour en une seule dose. À une clairance de la créatinine inférieure à 0,2 ml / s (10 ml / min) et pour les patients sous hémodialyse, la dose est de 0,5 mg par jour en dose unique. Pour ces patients, une surveillance régulière du potassium sérique et de la créatinine sérique est nécessaire.

Hypertension rénovasculaire:

Le traitement initial doit être de 0,5 mg par jour. La dose doit être ajustée en fonction de la réponse de la pression artérielle.

Ajustement de la posologie en cas d’insuffisance hépatique:

Chez les patients atteints d’insuffisance hépatique sévère, une diminution de la clairance métabolique du composé d’origine, du trandolapril et du métabolite actif trandolaprilat entraîne une augmentation importante des taux plasmatiques de trandolapril et, dans une moindre mesure, une augmentation des taux de trandolaprilate. Le traitement par le trandolapril doit donc être instauré à la dose de 0,5 mg une fois par jour, sous surveillance médicale étroite (voir rubriques 4.4 et 5.2).

Population pédiatrique:

Le médicament ne doit pas être administré aux enfants, car l’expérience du traitement des enfants est insuffisante.

Les personnes âgées:

Normalement, aucune réduction de dose n’est nécessaire. Les études pharmacocinétiques de patients hypertendus de plus de 65 ans qui ont une fonction rénale normale pour leur âge indiquent qu’un ajustement de la dose n’est pas nécessaire. Comme certains patients âgés peuvent être particulièrement sensibles aux inhibiteurs de l’ECA, il est recommandé de commencer par de faibles doses et de surveiller la réponse de la pression sanguine et la fonction rénale.

La prudence doit être exercée chez les patients âgés ayant un traitement diurétique concomitant, une insuffisance cardiaque congestive ou une insuffisance rénale ou hépatique. La dose doit être ajustée en fonction de la réponse de la pression artérielle.

Méthode d’administration

Le trandolapril peut être pris avant, pendant ou après un repas.

4.3 Contre-indications

• Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1 ou à tout autre inhibiteur de l’ECA.

• Antécédents d’hypersensibilité, y compris un angiœdème (par exemple l’œdème de Quincke) associé à l’administration préalable d’un inhibiteur de l’ECA.

• Angioedème héréditaire ou idiopathique.

• Deuxième et troisième trimestres de la grossesse (voir rubriques 4.4 et 4.6).

• L’utilisation concomitante de Trandolapril avec des produits contenant de l’aliskiren est contre-indiquée chez les patients présentant un diabète sucré ou une insuffisance rénale (DFG <60 ml / min / 1,73 m 2 ) (voir rubriques 4.5 et 5.1).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Double blocage du système rénine-angiotensine-aldostérone (RAAS)

Il existe des preuves que l’utilisation concomitante d’inhibiteurs de l’ECA, de bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine II ou d’aliskiren augmente le risque d’hypotension, d’hyperkaliémie et de diminution de la fonction rénale (y compris l’insuffisance rénale aiguë). Le double blocage du RAAS par l’utilisation combinée d’inhibiteurs de l’ECA, de bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine II ou d’aliskiren n’est donc pas recommandé (voir rubriques 4.5 et 5.1).

Si la thérapie à double insu est considérée comme absolument nécessaire, cela ne devrait se produire que sous la supervision d’un spécialiste et sous surveillance étroite et fréquente de la fonction rénale, des électrolytes et de la tension artérielle.

Les inhibiteurs de l’ECA et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II ne doivent pas être utilisés de façon concomitante chez les patients atteints de néphropathie diabétique.

Risque d’hypotension et / ou d’insuffisance rénale

Chez les patients présentant une hypertension non compliquée, une hypotension symptomatique a été observée dans de rares cas après la première dose ou après une augmentation de la dose. Une activation marquée du système rénine-angiotensine-aldostérone survient dans certaines conditions, notamment en cas de déplétion sévère en sodium et en fluides (régime pauvre en sel, traitement diurétique prolongé, dialyse, diarrhée ou vomissements), sténose artérielle rénale, insuffisance cardiaque et cirrhose de le foie avec un œdème et / ou une ascite. La suppression du système rénine-angiotensine-aldostérone par l’inhibiteur de l’ECA peut provoquer une hypotension artérielle sévère et / ou une insuffisance rénale fonctionnelle, en particulier à la première dose, lorsque la dose est augmentée et pendant les deux premières semaines de traitement. Une hypotension sévère peut entraîner des évanouissements et / ou des lésions ischémiques dans les organes présentant des troubles artériels (par exemple un infarctus aigu du myocarde, un infarctus cérébrovasculaire).

Chez ces patients à risque, y compris ceux souffrant d’angine de poitrine ou de troubles cérébro-vasculaires, le traitement par le trandolapril doit être instauré sous étroite surveillance médicale à faibles doses, avec un ajustement soigneux de la dose. En cas de traitement diurétique préalable, il est recommandé d’interrompre le traitement diurétique au moins 72 heures avant le début du traitement par le trandolapril et de commencer par 0,5 mg par jour (voir rubrique 4.5).

La déplétion des fluides et des sels doit être corrigée avant de commencer le traitement au trandolapril.

Si le patient développe une hypotension artérielle ou une insuffisance rénale au cours du traitement, il peut être nécessaire de réduire la dose ou de suspendre le traitement par le trandolapril et / ou les diurétiques.

Un cas d’hypotension artérielle survenant après la dose initiale n’exclut pas un traitement subséquent avec le trandolapril à condition que la dose soit ajustée avec soin.

En cas d’hypotension symptomatique, le patient doit être placé en décubitus dorsal et, si nécessaire, recevoir une perfusion intraveineuse de sérum physiologique. L’atropine intraveineuse peut être nécessaire s’il y a une bradycardie associée.

Les patients souffrant d’hypertension rénovasculaire

Le traitement de l’hypertension rénovasculaire est réalisé par revascularisation.

Cependant, les inhibiteurs de l’ECA peuvent être utiles jusqu’à ce que la revascularisation puisse être effectuée, ou si une telle procédure ne doit pas être effectuée. Le risque d’hypotension artérielle sévère et d’insuffisance rénale est augmenté lorsque les patients présentant une sténose unilatérale ou bilatérale de l’artère rénale sont traités par un inhibiteur de l’ECA. Les diurétiques peuvent encore augmenter le risque. La perte de fonction rénale peut se produire avec seulement de petits changements dans la créatinine sérique, même chez les patients présentant une sténose unilatérale de l’artère rénale. Pour ces patients, le traitement doit être initié à l’hôpital sous étroite surveillance médicale avec de faibles doses et un ajustement soigneux de la dose. Le traitement diurétique doit être interrompu, et la fonction rénale et le potassium sérique surveillés pendant les premières semaines de traitement.

Évaluation de la fonction rénale

L’évaluation du patient doit inclure l’évaluation de la fonction rénale avant le début du traitement et pendant le traitement. Une protéinurie peut survenir si une insuffisance rénale est présente avant le traitement ou si des doses relativement élevées sont utilisées.

Patients atteints d’insuffisance rénale

En cas d’insuffisance rénale, la dose doit être réduite si la clairance de la créatinine est <0,5 ml / s (≤ 30 ml / min) (voir rubrique 4.2). Chez les patients présentant une insuffisance rénale, le risque d’hyperkaliémie doit être pris en compte et il est recommandé que la fonction rénale et le potassium sérique soient étroitement surveillés pendant les premières semaines de traitement et, le cas échéant, ultérieurement. Certains patients hypertendus sans maladie rénale préalablement diagnostiquée peuvent développer une augmentation de l’urée sérique et de la créatinine sérique et une augmentation de l’azote uréique sanguin et de la créatinine sérique lorsque le trandolapril est administré en même temps que des diurétiques. Une protéinurie peut survenir.

Chez les patients présentant une insuffisance rénale, une insuffisance cardiaque congestive ou une sténose unilatérale ou bilatérale de l’artère rénale, dans le rein unique ainsi qu’après la transplantation rénale, il existe un risque d’altération de la fonction rénale. Si elle est reconnue tôt, une telle altération de la fonction rénale est réversible à l’arrêt du traitement.

Transplantation rénale

Il n’y a aucune expérience concernant l’administration de trandolapril chez les patients avec une transplantation rénale récente. Le traitement par le trandolapril n’est donc pas recommandé.

Patients atteints d’insuffisance hépatique

Comme le trandolapril est un promédicament métabolisé sous sa forme active dans le foie, une prudence particulière et une surveillance étroite doivent être appliquées aux patients présentant une insuffisance hépatique.

Défaillance hépatique

Rarement, les inhibiteurs de l’ECA ont été associés à un syndrome qui commence par un ictère cholestatique ou une hépatite et évolue vers une nécrose hépatique fulminante et (parfois) la mort. Le mécanisme de ce syndrome n’est pas compris. Les patients recevant des inhibiteurs de l’ECA qui développent un ictère ou des élévations marquées des enzymes hépatiques doivent arrêter l’inhibiteur de l’ECA et recevoir un suivi médical approprié.

Angioedème

Des cas d’œdème du visage, des lèvres, de la langue, de la glotte et / ou du larynx ainsi que des extrémités ont été rapportés chez des patients traités par un inhibiteur de l’ECA, y compris le trandolapril. Un œdème de Quincke peut survenir en particulier au cours des premières semaines de traitement. Il ne se développe que rarement après un traitement prolongé avec un inhibiteur de l’ECA.

Dans de tels cas, le traitement par le trandolapril doit être interrompu et le patient doit être surveillé jusqu’à la disparition de l’œdème. Lorsque l’œdème est localisé pour n’inclure que le visage, il disparaît généralement sans traitement , bien que les antihistaminiques aient été utiles pour soulager les symptômes.

La combinaison d’un œdème facial et d’un œdème du larynx peut être mortelle. Un gonflement de la langue, de la glotte ou du larynx peut provoquer une obstruction respiratoire. L’adrénaline sous-cutanée 0,1% (0,3-0,5 ml) doit être administrée rapidement et d’autres mesures thérapeutiques doivent être prises selon les besoins.

Après une telle réaction, le traitement avec un inhibiteur de l’ECA ne doit pas être repris. Les patients présentant un œdème de Quincke antérieur au traitement par inhibiteurs de l’ECA courent un plus grand risque d’un nouvel œdème de Quincke s’ils sont traités avec un inhibiteur de l’ECA (voir rubrique 4.3).

Il a été montré que les inhibiteurs de l’ECA provoquent plus fréquemment un œdème de Quincke chez les patients négroïdes que chez les patients non négroïdes.

Un angio-œdème intestinal a été signalé très rarement chez des patients traités par des inhibiteurs de l’ECA. Ces patients présentaient des douleurs abdominales (avec ou sans nausées ou vomissements); dans certains cas, il n’y avait pas d’angioedème facial antérieur et les taux de C-1 estérase étaient normaux. L’œdème de Quincke a été diagnostiqué par des procédures comprenant un scanner abdominal, une échographie ou une intervention chirurgicale et les symptômes ont été résolus après l’arrêt de l’inhibiteur de l’ECA. L’angio-œdème intestinal doit être inclus dans le diagnostic différentiel des patients sous inhibiteurs de l’ECA présentant des douleurs abdominales (voir rubrique 4.8).

Hypersensibilité / angioedème

Utilisation concomitante d’inhibiteurs de mTOR (p. Ex. Sirolimus, évérolimus, temsirolimus)

Les patients prenant un traitement concomitant par inhibiteurs mTOR (par ex. Sirolimus, évérolimus, temsirolimus) peuvent présenter un risque accru d’œdème de Quincke (par ex. Gonflement des voies respiratoires ou de la langue, avec ou sans atteinte respiratoire) (voir rubrique 4.5).

Différences ethniques

Comme c’est le cas avec d’autres inhibiteurs de l’ECA, le trandolapril pourrait être moins efficace pour abaisser la tension artérielle chez les patients atteints de maladies négroïdes que chez les patients non négroïdes. Cela peut être dû à une incidence plus élevée de conditions de rénine basse chez les patients hypertendus Negroid.

La toux

Pendant le traitement avec un inhibiteur de l’ECA, une toux sèche et non productive peut survenir et disparaître après l’arrêt du traitement. Si le traitement avec un inhibiteur de l’ECA est considéré comme essentiel, une reprise du traitement peut être envisagée.

La toux induite par un inhibiteur de l’ECA doit être considérée comme faisant partie du diagnostic différentiel de la toux.

Hyperkaliémie

Des élévations du potassium sérique ont été observées chez certains patients traités par des inhibiteurs de l’ECA, y compris le trandolapril. L’insuffisance rénale, l’aggravation de l’état rénal, l’âge (> 70 ans), le diabète sucré, les événements intercurrents, en particulier la déshydratation, la décompensation cardiaque aiguë, la dysfonction ventriculaire gauche après un infarctus du myocarde, l’acidose métabolique et l’administration concomitante sont des facteurs de risque d’hyperkaliémie. l’utilisation de diurétiques épargneurs de potassium (p. ex. spironolactone, éplérénone, triamtérène ou amiloride), de suppléments de potassium ou de substituts de sel contenant du potassium; ou les patients prenant d’autres médicaments associés à des augmentations de potassium sérique (par exemple, héparine, co-trimoxazole également connu sous le nom de triméthoprime / sulfaméthoxazole). L’utilisation de suppléments de potassium, de diurétiques épargneurs de potassium ou de substituts de sel contenant du potassium, en particulier chez les patients présentant une insuffisance rénale, peut entraîner une augmentation significative du potassium sérique. L’hyperkaliémie peut provoquer des arythmies graves, parfois fatales. Si l’utilisation concomitante de trandolapril et de l’un des agents susmentionnés est jugée appropriée, ils doivent être utilisés avec prudence et avec une surveillance fréquente du potassium sérique. (Voir la section 4.5).

Chirurgie / anesthésie

Chez les patients subissant une intervention chirurgicale ou pendant une anesthésie avec des agents potentiellement hypotenseurs, les inhibiteurs de l’ECA peuvent bloquer la formation d’angiotensine II secondaire à la libération de rénine compensatoire, qui peut être corrigée avec des expanseurs plasmatiques. S’il n’est pas possible d’interrompre le traitement par l’inhibiteur de l’ECA, le traitement par volume doit être administré avec précaution.

Population pédiatrique

L’innocuité et l’efficacité du trandolapril chez les enfants n’ont pas été étudiées.

Sténose aortique / cardiomyopathie hypertrophique

Les inhibiteurs de l’ECA ne doivent pas être utilisés chez les patients présentant une sténose aortique ou un écoulement obstrué du ventricule gauche.

Neutropénie / agranulocytose

Dans de très rares cas, des neutropénies / agranulocytoses ont été observées après un traitement par des inhibiteurs de l’ECA administrés à fortes doses et / ou à des insuffisants rénaux, notamment associés à des maladies du tissu conjonctif (par exemple lupus érythémateux disséminé et sclérodermie) et immunosuppresseurs. ayant un risque potentiel de leucopénie. La neutropénie est réversible après l’arrêt de l’inhibiteur de l’ECA. La meilleure prévention est de garder soigneusement la dose recommandée. Si un traitement par un inhibiteur de l’ECA est jugé nécessaire chez ces patients à risque, le rapport bénéfice / risque doit être soigneusement examiné. Une surveillance régulière des vaisseaux sanguins blancs et des protéines dans l’urine doit être envisagée chez les patients atteints de collagénoses vasculaires (par exemple lupus érythémateux et sclérodermie), notamment associée à une altération de la fonction rénale et à un traitement concomitant, en particulier corticoïdes et antimétabolites, ou à l’allopurinol ou procaïnamide.

Protéinurie

Une protéinurie peut survenir en particulier chez les patients présentant une insuffisance rénale ou des doses relativement élevées d’inhibiteurs de l’ECA. Le trandolapril ne doit être administré qu’après une évaluation critique du rapport bénéfice / risque du traitement chez les patients présentant une protéinurie cliniquement significative (plus de 1 g / jour).

Réactions anaphylactoïdes pendant la désensibilisation des hyménoptères

Rarement, les patients recevant des inhibiteurs de l’ECA pendant la désensibilisation au venin d’hyménoptère ont présenté des réactions anaphylactoïdes potentiellement mortelles. Ces réactions ont été évitées en interrompant temporairement le traitement par un inhibiteur de l’ECA avant chaque désensibilisation.

Réactions anaphylactoïdes pendant l’aphérèse des LDL

Rarement, les patients recevant des inhibiteurs de l’ECA au cours de l’hémaphérèse de lipoprotéines de basse densité (LDL) avec du sulfate de dextran ont présenté des réactions anaphylactoïdes potentiellement mortelles. Ces réactions ont été évitées en interrompant temporairement le traitement par un inhibiteur de l’ECA avant chaque aphérèse.

Patients hémodialysés

Des réactions anaphylactoïdes ont été signalées chez des patients dialysés avec des membranes à haut flux (p. Ex. AN 69®) et traités de façon concomitante avec un inhibiteur de l’ECA. Chez ces patients, l’utilisation d’un type différent de membrane de dialyse ou d’une classe différente d’agent antihypertenseur devrait être envisagée.

Patients diabétiques

Chez les patients diabétiques traités par des antidiabétiques oraux ou l’insuline, le contrôle glycémique doit être étroitement surveillé pendant le premier mois de traitement par un inhibiteur de l’ECA (voir rubrique 4.5).

Grossesse

Les inhibiteurs de l’ECA ne doivent pas être instaurés pendant la grossesse. À moins qu’un traitement continu par inhibiteurs de l’ECA ne soit considéré comme essentiel, les patientes qui envisagent une grossesse doivent être remplacées par d’autres traitements antihypertenseurs qui ont un profil d’innocuité établi pour une utilisation pendant la grossesse. Lorsque la grossesse est diagnostiquée, le traitement par inhibiteurs de l’ECA doit être arrêté immédiatement et, le cas échéant, un traitement alternatif doit être instauré (voir rubriques 4.3 et 4.6).

Interactions

Ce médicament n’est généralement PAS RECOMMANDÉ en association avec des diurétiques d’épargne potassique, des sels de potassium et du lithium (voir rubrique 4.5).

Avertissements de l’excipient

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose / galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

Trandolapril 0,5 mg, 1 mg et 2 mg contient du jaune orangé (E110) pouvant causer des réactions allergiques.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Combinaisons non recommandées (voir section 4.4)

Diurétiques d’épargne potassique ou potassique: Amiloride, canrétoate de potassium, spironolactone, triamtérène, potassium (sels):

L’administration concomitante de diurétiques épargneurs de potassium ou de potassium augmente le risque d’hyperkaliémie, en particulier en cas d’insuffisance rénale, de diabète sucré et / ou de dysfonction ventriculaire gauche après un infarctus du myocarde. Les médicaments bloquant les adrénergiques ne doivent être associés au trandolapril que sous surveillance attentive et une surveillance fréquente du potassium sérique est essentielle.

Dans l’étude randomisée, contrôlée par placebo, en groupe parallèle TRAndolapril Cardiac Evaluation (TRACE) chez des patients ayant survécu à un infarctus aigu du myocarde avec une dysfonction systolique résiduelle du ventricule gauche, une hyperkaliémie a été observée chez 5% (apparentée à 0,2%) et 3% (aucun) dans les groupes trandolapril et placebo, respectivement. Quatre-vingt (80%) sujets de cette étude ont reçu des diurétiques. (Voir la section 4.4).

Le trandolapril peut atténuer la perte de potassium causée par les diurétiques thiazidiques.

Lithium:

Augmentation de la concentration de lithium, potentiellement à des niveaux toxiques (diminution de l’excrétion rénale de lithium).

L’utilisation de trandolapril avec du lithium n’est pas recommandée, mais si la combinaison s’avère nécessaire, une surveillance attentive des taux sériques de lithium doit être effectuée.

Combinaison nécessitant une précaution d’utilisation

Thiazidiques et diurétiques de l’anse:

Les patients sous traitement diurétique, en particulier les patients ayant récemment commencé un traitement ou les patients présentant une déplétion en volume et / ou en sel, peuvent développer une chute sévère de la pression artérielle et / ou une insuffisance prérénale après un traitement initial par IEC. Le risque d’épisodes d’hypotension peut être réduit en interrompant les diurétiques, en augmentant la consommation de sel au préalable et en commençant le traitement avec des doses initiales plus faibles d’inhibiteur de l’ECA. Une augmentation supplémentaire de la dose doit être faite avec précaution. Le trandolapril peut atténuer la perte de potassium causée par les thiazidiques et les diurétiques de l’anse.

Antihypertenseurs

La combinaison de trandolapril et d’autres agents antihypertenseurs peut potentialiser la réponse antihypertensive aux inhibiteurs de l’ECA.

Les données des essais cliniques ont montré que le double blocage du système rénine-angiotensine-aldostérone (RAAS) par l’utilisation combinée d’inhibiteurs de l’ECA, d’antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II ou d’aliskiren est associé à une fréquence plus élevée d’effets indésirables tels qu’hypotension, hyperkaliémie et diminution de la fonction rénale (y compris insuffisance rénale aiguë) par rapport à l’utilisation d’un seul agent agissant sur le RAAS (voir rubriques 4.3, 4.4 et 5.1).

Agents antipsychotiques:

Une hypotension orthostatique peut survenir si elle est administrée simultanément.

Allopurinol, procaïnamide, agents cytostatiques ou immunosuppresseurs, corticostéroïdes systémiques:

En cas d’utilisation concomitante avec des inhibiteurs de l’ECA, ils peuvent augmenter le risque de leucopénie.

Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens:

Lorsque les inhibiteurs de l’ECA sont administrés simultanément avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (p. Ex. L’acide acétylsalicylique à des schémas posologiques anti-inflammatoires, les inhibiteurs de la COX-2 et les AINS non sélectifs), l’effet antihypertenseur peut être atténué. L’utilisation concomitante d’inhibiteurs de l’ECA et d’AINS peut entraîner un risque accru d’aggravation de la fonction rénale, y compris une possible insuffisance rénale aiguë, et une augmentation du potassium sérique, en particulier chez les patients ayant une fonction rénale préexistante médiocre. L’association doit être administrée avec prudence, en particulier chez les personnes âgées. La surveillance de la pression artérielle doit être augmentée lorsqu’un AINS est ajouté ou arrêté chez un patient traité par le trandolapril. Les patients doivent être bien hydratés et il faut envisager de surveiller la fonction rénale après l’instauration du traitement concomitant, et périodiquement par la suite.

Anesthésiques

Les effets hypotenseurs de certains anesthésiques par inhalation peuvent être améliorés par les inhibiteurs de l’ECA.

Antidiabétiques (insuline, hypoglycémiants sulfonamides):

Bien que les études cliniques n’indiquent pas de risque accru d’hypoglycémie chez les patients diabétiques traités avec de l’insuline ou des antidiabétiques oraux en même temps qu’un inhibiteur de l’ECA, des cas d’hypoglycémie ont été rapportés chez ces patients. Par conséquent, la glycémie doit être étroitement surveillée chez les diabétiques, en particulier au début ou à l’augmentation de la dose d’un inhibiteur de l’ECA.

Antiacides

L’administration concomitante peut entraîner une réduction de l’absorption des inhibiteurs de l’ECA. Par conséquent, au moins deux heures devraient s’écouler entre l’administration de trandolapril et les antiacides.

De l’alcool:

L’alcool augmente le risque d’hypotension.

Sympathomimétiques:

Les effets antihypertenseurs des inhibiteurs de l’ECA peuvent être réduits par des sympathomimétiques. Les patients doivent être surveillés attentivement.

inhibiteurs de mTOR (par ex. sirolimus, évérolimus, temsirolimus):

Les patients prenant un traitement concomitant par des inhibiteurs de mTOR peuvent présenter un risque accru d’œdème de Quincke (voir rubrique 4.4).

Co-trimoxazole (triméthoprime / sulfaméthoxazole ):

Les patients prenant simultanément du cotrimoxazole (triméthoprime / sulfaméthoxazole) peuvent présenter un risque accru d’hyperkaliémie (voir rubrique 4.4).

Utilisation de membranes de polyacrylonitrile à haut flux en hémodialyse:

Des réactions anaphylactoïdes aux membranes de polyacrylonitrile à flux élevé utilisées en hémodialyse ont été rapportées chez des patients traités par des inhibiteurs de l’ECA. Comme avec d’autres antihypertenseurs de cette classe chimique, cette association doit être évitée lors de la prescription d’inhibiteurs de l’ECA à des patients dialysés rénaux.

Absence d’interactions avec d’autres médicaments:

Dans les études sur des volontaires sains, les interactions pharmacocinétiques n’ont pas été observées lorsque le trandolapril était associé à la digoxine, au furosémide, à la nifédipine, au glibenclamide, au propranolol ou à la cimétidine. Les propriétés anticoagulantes de la warfarine n’ont pas été modifiées après l’administration concomitante de trandolapril.

Les interactions cliniques n’ont pas été observées chez les patients présentant un dysfonctionnement ventriculaire gauche après un infarctus aigu du myocarde lorsque le trandolapril était administré en même temps que des thrombolytiques, l’acide acétylsalicylique, des bêtabloquants, des antagonistes du calcium, des nitrates, des anticoagulants, des diurétiques ou la digoxine.

4.6 Grossesse et allaitement

Grossesse

L’utilisation d’IEC n’est pas recommandée pendant le premier trimestre de la grossesse (voir rubrique 4.4). L’utilisation des inhibiteurs de l’ECA est contre-indiquée pendant les 2ème et 3ème trimestres de la grossesse (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Les preuves épidémiologiques concernant le risque de tératogénicité suite à l’exposition aux inhibiteurs de l’ECA pendant le premier trimestre de la grossesse n’ont pas été concluantes; Cependant, une légère augmentation du risque ne peut être exclue. À moins qu’un traitement continu par inhibiteurs de l’ECA ne soit considéré comme essentiel, les patientes qui envisagent une grossesse doivent être remplacées par d’autres traitements antihypertenseurs qui ont un profil d’innocuité établi pour une utilisation pendant la grossesse. Lorsque la grossesse est diagnostiquée, le traitement par inhibiteurs de l’ECA doit être arrêté immédiatement et, le cas échéant, un traitement alternatif doit être instauré.

L’exposition aux inhibiteurs de l’ECA pendant les deuxième et troisième trimestres est connue pour induire une foetotoxicité chez l’humain (diminution de la fonction rénale, oligohydramnios, retard de l’ossification du crâne) et toxicité néonatale (insuffisance rénale, hypotension, hyperkaliémie). (Voir aussi la section 5.3). En cas d’exposition à un inhibiteur de l’ECA à partir du deuxième trimestre de la grossesse, il est recommandé d’effectuer une échographie de la fonction rénale et du crâne. Les nourrissons dont les mères ont pris des inhibiteurs de l’ECA doivent être surveillés de près pour détecter une hypotension (voir également rubriques 4.3 et 4.4).

Allaitement maternel

Étant donné qu’aucune information n’est disponible sur l’utilisation du Trandolapril pendant l’allaitement, le Trandolapril n’est pas recommandé et des traitements alternatifs avec des profils d’innocuité mieux établis pendant l’allaitement sont préférables, surtout en allaitant un nouveau-né ou un prématuré.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Compte tenu des propriétés pharmacologiques du trandolapril, aucun effet particulier n’est attendu. Cependant, en raison des différences individuelles dans la réaction à un inhibiteur de l’ECA, la capacité de conduire ou d’utiliser des machines peut être réduite.

En particulier au début du traitement, après une augmentation de la dose, lors d’un changement d’un autre médicament, ou lors d’une consommation concomitante d’alcool, le trandolapril peut affecter l’aptitude à conduire ou à faire fonctionner les machines à un degré moindre ou modéré. Par conséquent, après la première dose ou l’augmentation subséquente de la dose, il est déconseillé de conduire ou d’utiliser des machines pendant plusieurs heures.

4.8 Effets indésirables

Les effets secondaires indésirables sont énumérés ci-dessous en utilisant la convention suivante:

Très commun (≥1 / 10)

Commun (≥1 / 100 à <1/10)

Peu fréquent (≥1 / 1000 à <1/100)

Rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000)

Très rare (<1/10 000)

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Infections et infestations

Peu fréquent (> 1/1 000 et <1/100)

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Infection des voies respiratoires supérieures

Infection des voies urinaires, pharyngite

Troubles du système sanguin et lymphatique

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Pas connu

Anémie, trouble plaquettaire, trouble des globules blancs, leucopénie

L’agranulocytose, la pancytopénie, la numération plaquettaire ont diminué, l’hémoglobine a diminué, l’hématocrite a diminué

Troubles du système immunitaire

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Les réactions allergiques, y compris le prurit et les éruptions cutanées

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Pas connu

Hyperglycémie, hyponatrémie, hypercholestérolémie, hyperlipidémie, hyperuricémie, goutte, anorexie, augmentation de l’appétit, anomalie enzymatique

Hyperkaliémie

Troubles psychiatriques

Peu fréquent (> 1/1 000 et <1/100)

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Insomnie, diminution de la libido, somnolence

Hallucination, dépression, troubles du sommeil, anxiété, agitation, apathie

Troubles du système nerveux

Commun (> 1/100 et <1/10)

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Pas connu

Maux de tête, vertiges

Myoclonus, paresthésie, migraine, migraine sans aura, dysgueusie

Atteinte ischémique transitoire, hémorragie cérébrale, trouble de l’équilibre

Troubles oculaires

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Blépharite, œdème conjonctival, déficience visuelle, trouble oculaire

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Peu fréquent (> 1/1 000 et <1/100)

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

vertige

Acouphène

Troubles cardiaques

Peu fréquent (> 1/1 000 et <1/100)

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Pas connu

Palpitations

Infarctus du myocarde, ischémie myocardique, angine de poitrine, insuffisance cardiaque, tachycardie ventriculaire, tachycardie, bradycardie

Bloc auriculo-ventriculaire, arrêt cardiaque, arythmie, électrocardiogramme anormal

Troubles vasculaires

Commun – très commun (> 1/100)

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Hypotension artérielle *

Hypertension, angiopathie, hypotension orthostatique, trouble vasculaire périphérique, varice, infarctus cérébrovasculaire, syncope

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Commun (> 1/100 et <1/10)

Peu fréquent (> 1/1 000 et <1/100)

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Pas connu

La toux

Inflammation des voies respiratoires supérieures, rhinorrhée

Épistaxis, inflammation du pharynx, irritation de la gorge, toux productive, trouble respiratoire, dyspnée, bronchite

Bronchospasme

Problèmes gastro-intestinaux

Peu fréquent (> 1/1 000 et <1/100)

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Pas connu

Nausées, douleurs gastro-intestinales, troubles gastro-intestinaux, diarrhée, obstipation

Hématémèse, douleurs abdominales, vomissements, dyspepsie, gastrite, flatulence, sécheresse buccale

Iléus, pancréatite

Troubles hépatobiliaires

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Pas connu

Hépatite, hyperbilirubinémie

Jaunisse, transaminases augmentées

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Peu fréquent (> 1/1 000 et <1/100)

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Rare – très rare (<1/1 000)

Pas connu

Prurit, éruption cutanée

Angioedème, psoriasis, tendance à la sueur, eczéma, acné, peau sèche, troubles de la peau

Urticaire

Alopécie, syndrome de Steven-Johnson, nécrolyse épidermique toxique

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Peu fréquent (> 1/1 000 et <1/100)

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Rare – très rare (<1/1 000)

Douleurs dorsales, spasmes musculaires, douleurs aux extrémités

Arthralgie, douleur osseuse, arthrose

Myalgie

Troubles rénaux et urinaires

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Pas connu

Insuffisance rénale fonctionnelle, azotémie, polyurie, pollakiurie

Protéinurie

Système reproducteur et troubles mammaires

Peu fréquent (> 1/1 000 et <1/100)

Dysfonction érectile

Troubles congénitaux, familiaux et génétiques

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Malformation artérielle congénitale, ichtyose

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Commun (> 1/100 et <1/10)

Peu fréquent (> 1/1 000 et <1/100)

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Pas connu

Asthénie

Malaise, douleur thoracique, œdème périphérique, sensation anormale, bouffées de chaleur

Oedème, fatigue

Fièvre

Enquêtes

Pas connu

Les augmentations de l’urée sérique et de la créatinine sérique ont augmenté les lectures des enzymes hépatiques (y compris l’ASAT et l’ALAT), la phosphatase alcaline du sang a augmenté, la lactate déshydrogénase du sang a augmenté, les résultats des tests de laboratoire ont été anormaux.

Blessure, empoisonnement et complications procédurales

Rare (> 1/10 000 et <1/1 000)

Blessure

* L’hypotension a une fréquence commune chez les patients présentant un dysfonctionnement ventriculaire gauche suite à un infarctus du myocarde de l’étude clinique TRACE (n = 876). Cependant, il a une fréquence rare chez ces patients d’essais cliniques d’hypertension (n = 2.520).

Les effets indésirables suivants ont été rapportés avec les inhibiteurs de l’ECA en tant que classe avec une fréquence inconnue.

Effets indésirables signalés pour les inhibiteurs de l’ECA en tant que classe (fréquence non indiquée):

Troubles du système sanguin et lymphatique:

Pancytopénie, anémie hémolytique, éosinophilie et / ou augmentation de l’ANA (anticorps anti-nucléaire)

Disorers du système nerveux:

État confus

Troubles oculaires:

Vision floue

Troubles cardiaques:

Angine de poitrine, infarctus du myocarde, bloc AV, bradycardie, arrêt cardiaque, tachycardie.

Troubles vasculaires

Hémorragie cérébrale, ischémie transitoire.

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux:

Sinusite, rhinite, glossite, bronchospasme

Problèmes gastro-intestinaux:

Iléus, angioedème intestinal

Troubles hépatobiliaires:

Ictère cholestatique, hépatite

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés:

Erythème polymorphe, syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique, efflorescences pseudo-psoriasiques et alopécie.

Troubles rénaux et urinaires:

Bilirubine sérique élevée, anémie hémolytique avec déficit congénital en G-6 PDH (glucose-6-phosphate déshydrogénase).

Enquêtes

Diminution de l’hémoglobine et de l’hématocrite.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le programme de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard

4.9 Surdosage

Symptômes:

Les doses les plus élevées utilisées dans les études cliniques sont respectivement de 32 mg (doses uniques administrées à des volontaires sains) et de 16 mg (doses répétées à des patients hypertendus).

Les symptômes de surdosage sont une hypotension sévère, un choc, une stupeur, une bradycardie, une perturbation électrolytique et une insuffisance rénale.

Traitement:

Après l’ingestion d’un surdosage, le patient doit être surveillé de près, de préférence dans une unité de soins intensifs. Les électrolytes sériques et la créatinine sérique doivent être mesurés fréquemment. Les procédures thérapeutiques dépendent de la gravité des symptômes. Il faut envisager de vider le contenu de l’estomac si l’ingestion est récente (p. Ex. Vomissements, lavage gastrique, administration d’absorbants et sulfate de sodium). En cas d’hypotension symptomatique, le patient doit être placé en position de choc et un traitement avec une solution saline physiologique ou d’autres formes d’expansion plasmatique doit être initié dès que possible. Le traitement par l’angiotensine II peut être envisagé dans un centre de référence. La bradycardie ou les réactions vaso-vagales graves doivent être traitées avec de l’atropine. Le traitement par pacemaker devrait être envisagé. On ne sait pas si le trandolaprilat peut être éliminé du corps par hémodialyse.

Il n’y a aucun antidote spécifique pour le surdosage de trandolapril.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Inhibiteurs de l’ECA, simples – Code ATC: C 09 AA10

Le trandolapril est un promédicament qui est rapidement, non spécifiquement hydrolysé en son puissant métabolite actif à action prolongée, le trandolaprilate (autres métabolites inactifs) et agit comme inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (inhibiteur de l’ECA) sans groupe sulfhydryle. En plus de l’inhibition de l’ECA plasmatique, il a été démontré expérimentalement que le trandolapril inhibe l’ECA tissulaire (en particulier vasculaire, cardial et surrénalien). La pertinence clinique de l’inhibition de l’ECA tissulaire n’a pas été établie chez l’humain.

L’enzyme de conversion de l’angiotensine est une peptidyl-dipeptidase qui catalyse la transformation de l’angiotensine I en angiotensine II vasoconstrictrice et favorise le métabolisme de la bradykinine en fragments inactifs.

De petites doses de trandolapril induisent une puissante inhibition de l’ECA, ce qui réduit la production d’angiotensine II, diminue la sécrétion d’aldostérone et augmente l’activité de la rénine plasmatique en inhibant la rétroaction négative.

Le trandolapril module donc le système rénine / angiotensine / aldostérone, qui joue un rôle important dans la régulation du volume sanguin et de la pression artérielle.

L’inhibition de la dégradation de la bradykinine, la libération de prostaglandines et une activité réduite dans le système nerveux sympathique sont d’autres mécanismes d’action qui peuvent être importants pour l’activité vasodilatatrice des inhibiteurs de l’ECA.

Les propriétés du trandolapril peuvent expliquer les résultats obtenus dans la régression de l’hypertrophie cardiaque avec l’amélioration de la fonction diastolique et l’amélioration de la compliance artérielle chez l’homme. De plus, une diminution de l’hypertrophie vasculaire a été observée chez les animaux.

La chute de la résistance périphérique induite par le trandolapril ne s’accompagne ni d’une rétention de liquide et de sel, ni d’une tachycardie.

Chez les patients hypertendus, le trandolapril réduit la tension artérielle systolique et diastolique. Le trandolapril a une activité antihypertensive indépendante du taux plasmatique de rénine.

Chez l’homme, l’effet antihypertenseur du trandolapril est évident environ 1 heure après l’administration et persiste pendant au moins 24 heures, ce qui permet le dosage une fois par jour. Le trandolapril n’affecte pas le rythme circadien (24 heures) de la pression artérielle.

L’effet antihypertenseur est maintenu pendant le traitement à long terme sans le développement de la tolérance. Il n’y a pas d’effet rebond après l’arrêt du traitement. Le traitement au trandolapril s’accompagne d’un score plus élevé dans l’évaluation de la qualité de vie.

L’association avec un diurétique ou un antagoniste du calcium potentialise l’effet antihypertenseur du trandolapril.

Une étude clinique multicentrique contrôlée contre placebo a été réalisée chez des patients présentant un dysfonctionnement ventriculaire gauche après un infarctus aigu du myocarde. Un total de 1749 patients ont été randomisés pour recevoir un placebo ou du trandolapril à partir du troisième jour après un infarctus aigu du myocarde et ont été suivis pendant au moins 24 mois.

Le traitement au trandolapril a entraîné une réduction de 22% de la mortalité totale, de 25% de la mortalité cardiovasculaire, de 24% du risque de mort subite, de 29% de l’insuffisance cardiaque sévère ou résistante et de 14% de l’infarctus récidivant.

Comparativement au placebo, les patients traités par le trandolapril présentaient significativement moins de symptômes cliniques d’insuffisance cardiaque, d’œdème périphérique, de dyspnée, d’orthopnée, de dyspnée nocturne paroxystique et de fatigue.

Deux grands essais contrôlés randomisés (ONTARGET (ONT Telmisartan seul et en combinaison avec Ramipril Global Endpoint Trial) et VA NEPHRON-D (La néphropathie des anciens combattants dans le diabète) ont examiné l’utilisation de l’association d’un inhibiteur de l’ECA avec une angiotensine Bloqueur des récepteurs II.

ONTARGET était une étude menée chez des patients ayant des antécédents de maladie cardiovasculaire ou cérébrovasculaire, ou de diabète sucré de type 2, accompagnés de signes de lésions des organes cibles. VA NEPHRON-D était une étude chez des patients atteints de diabète sucré de type 2 et de néphropathie diabétique.

Ces études n’ont montré aucun effet bénéfique significatif sur les résultats rénaux et / ou cardiovasculaires et la mortalité, alors qu’un risque accru d’hyperkaliémie, de lésion rénale aiguë et / ou d’hypotension par rapport à la monothérapie a été observé. Compte tenu de leurs propriétés pharmacodynamiques similaires, ces résultats sont également pertinents pour d’autres inhibiteurs de l’ECA et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II.

Les inhibiteurs de l’ECA et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II ne doivent donc pas être utilisés de façon concomitante chez les patients atteints de néphropathie diabétique.

ALTITUDE (Essai d’aliskiren dans le diabète de type 2 utilisant des critères cardiovasculaires et rénaux) a été conçu pour tester le bénéfice de l’ajout d’aliskiren à un traitement standard d’un inhibiteur de l’ECA ou d’un antagoniste des récepteurs de l’angiotensine II chez des patients atteints de diabète sucré chronique. une maladie rénale, une maladie cardiovasculaire ou les deux. L’étude a été interrompue prématurément en raison d’un risque accru de résultats indésirables. Les décès cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux étaient numériquement plus fréquents dans le groupe aliskiren que dans le groupe placebo et les événements indésirables et les événements indésirables graves (hyperkaliémie, hypotension et dysfonction rénale) étaient plus fréquemment rapportés dans le groupe aliskiren que dans le groupe placebo.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption:

Le trandolapril est rapidement absorbé après administration orale. La quantité absorbée est équivalente à 40 à 60% de la dose administrée et n’est pas affectée par la consommation alimentaire. Environ 36% de la quantité absorbée est convertie en trandolaprilate. La biodisponibilité du trandolaprilate est d’environ 13% après l’administration orale de trandolapril.

Distribution – Biotransformation – Élimination:

La concentration plasmatique maximale du trandolapril est atteinte environ 30 minutes après l’administration. Le trandolapril disparaît rapidement du plasma avec une demi-vie de moins d’une heure.

Le trandolapril est hydrolysé en son métabolite actif, le trandolaprilate, un inhibiteur spécifique de l’ECA (enzyme de conversion de l’angiotensine). La quantité de trandolaprilate formée n’est pas modifiée par la consommation alimentaire. La concentration plasmatique maximale du trandolaprilat est atteinte 4 à 6 heures après l’administration.

Dans le plasma, le trandolaprilat est lié à plus de 80% de protéines. Il se lie de manière saturante, avec une haute affinité, à l’ECA. Le trandolaprilate est également lié de manière non saturable à l’albumine.

Après l’administration répétée de doses quotidiennes uniques de trandolaprilat, l’état d’équilibre a été atteint en moyenne en quatre jours, chez des volontaires sains et chez des hypertendus jeunes ou âgés ainsi que chez des patients souffrant d’insuffisance cardiaque. La demi-vie effective de l’accumulation de trandolaprilate est comprise entre 16 et 24 heures.

L’excrétion du trandolaprilate non métabolisé dans l’urine représente 10 à 15% de la dose administrée. Après administration orale du produit marqué, 33% de la radioactivité est retrouvée dans l’urine et 66% dans les fèces.

Insuffisance rénale:

La clairance rénale du trandolaprilat (environ 70 ml / min) est proportionnelle à la clairance de la créatinine. Les concentrations plasmatiques de trandolaprilate sont significativement plus élevées chez les patients ayant une clairance de la créatinine ≤ 30 ml / min et chez les patients en hémodialyse. Un ajustement de la dose est recommandé chez ces patients (voir rubrique 4.2).

Après des doses répétées chez des patients atteints d’insuffisance rénale chronique, l’état d’équilibre est également atteint en quatre jours environ, quel que soit le degré d’insuffisance rénale.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les effets dans les études non cliniques ont été observés uniquement à des expositions considérées comme suffisamment supérieures à l’exposition humaine maximale, ce qui indique peu de pertinence pour l’utilisation clinique. Ceux-ci comprennent l’anémie et l’irritation gastrique et l’ulcération.

Des études sur la toxicité pour la reproduction ont révélé que le développement rénal chez les jeunes rats avait une incidence accrue de dilatation du bassin rénal après des doses d’au moins 10 mg / kg / jour, mais le développement normal de la progéniture n’était pas affecté.

Le trandolapril n’était pas mutagène ou cancérogène.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Diméticone

Cellulose microcristalline

Lactose monohydraté

Amidon, maïs prégélatinisé

Silice colloïdale anhydre

Stéarate de magnésium

Capsules shell

Gélatine

Dioxyde de titane (E171)

Érythrosine (E127)

Coucher de soleil jaune (E110)

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

5 années

6.4 Précautions particulières de conservation

Magasin au-dessous de 30 ° C

Conserver dans l’emballage d’origine afin de protéger de la lumière et de l’humidité

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Blister (PVC / PE / PVDC / Al)

0,5 mg, 1 mg, 2 mg et 4 mg:

14, 20, 28, 30, 50, 56, 84, 90 et 100 capsules.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières

7. Titulaire de l’autorisation

Actavis Group PTC ehf

Reykjavíkurvegi 76-78

IS-220 Hafnarfjörður

Islande

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 30306/0002

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

12.03.08

Renouvellement approuvé: 13/01/2012

10. Date de révision du texte

30 juillet 2017

11. Dosimétrie

LE CAS ÉCHÉANT

12. Instructions pour la préparation de produits radiopharmaceutiques

LE CAS ÉCHÉANT