Taurazil xl 10 mg comprimés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Taurazil XL 10 mg comprimés

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 10 mg de chlorhydrate d’alfuzosine

Excipients avec des effets connus:

Chaque comprimé contient 7,6 mg de lactose sous forme de (lactose monohydraté).

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimé à libération prolongée

Comprimés blancs, ronds, à bords biseautés, non enrobés.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement des symptômes fonctionnels modérés à sévères de l’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP).

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Adultes

HBP: Un comprimé à libération prolongée de 10 mg une fois par jour. La première dose doit être prise au coucher. Le comprimé doit être pris immédiatement après le même repas chaque jour.

Personnes âgées (plus de 65 ans)

Les données pharmacocinétiques et de sécurité clinique démontrent qu’aucune réduction de dose n’est nécessaire chez les patients âgés. Une dose initiale plus faible peut toutefois être envisagée chez les patients présentant un risque accru d’effets indésirables.

Population pédiatrique:

L’innocuité et l’efficacité de l’alfuzosine n’ont pas été démontrées chez les enfants âgés de 2 à 16 ans (voir rubrique 5.1). Par conséquent, l’alfuzosine n’est pas indiquée pour une utilisation dans la population pédiatrique.

Patients avec une fonction rénale réduite

Insuffisance rénale légère à modérée

Si une dose plus faible n’est pas suffisante, le traitement peut être ajusté à un comprimé à libération prolongée de 10 mg par jour en fonction de la réponse clinique. La première dose doit être prise au coucher.

Insuffisance rénale sévère

Taurazil XL 10 mg comprimés à libération prolongée ne doit pas être administré aux patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <30 ml / min) car il n’existe pas de données cliniques de sécurité disponibles pour ce groupe de patients (voir rubrique 4.4).

Patients avec insuffisance hépatique

Taurazil XL administré sous forme de comprimés à libération prolongée de 10 mg est contre-indiqué chez les patients atteints d’insuffisance hépatique. Une préparation à libération immédiate contenant une faible dose de chlorhydrate d’alfuzosine peut être utilisée chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère à modérée. Voir les informations de produit correspondantes pour les instructions de dosage.

Méthode d’administration

Pour usage oral.

Le comprimé à libération prolongée doit être avalé entier avec une quantité suffisante de liquide (voir rubrique 4.4).

4.3 Contre-indications

– Hypersensibilité à la substance active, à d’autres quinazolines (par exemple la térazosine, la doxazosine) ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

– Conditions avec hypotension orthostatique.

– Insuffisance hépatique.

– Combinaison avec d’autres bloqueurs alpha-récepteurs.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Patients atteints d’insuffisance rénale sévère

En l’absence de données cliniques de sécurité chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <30 ml / min), les comprimés à libération prolongée alfuzosine 10 mg ne doivent pas être administrés à ce groupe de patients (voir rubrique 4.2).

Risque d’hypotension

Taurazil XL doit être administré avec prudence aux patients sous antihypertenseurs ou sous forme de nitrates. La pression artérielle doit être surveillée régulièrement, en particulier au début du traitement.

Chez les patients coronariens, le traitement spécifique de l’insuffisance coronarienne doit être poursuivi, en tenant compte du fait que l’administration concomitante de nitrates et d’alfuzosine peut augmenter le risque de survenue d’une hypotension. Si l’angine de poitrine réapparaît ou s’aggrave, l’alfuzosine doit être interrompue.

Chez certains sujets, une hypotension orthostatique peut survenir, avec ou sans symptômes (vertiges, fatigue, asthénie, sudation) dans les quelques heures suivant l’administration. Dans ce cas, le patient doit s’allonger jusqu’à la disparition complète des symptômes.

Ces effets sont transitoires, se produisent au début du traitement et n’empêchent généralement pas la poursuite du traitement. Une chute prononcée de la pression artérielle a été rapportée après la commercialisation chez des patients présentant des facteurs de risque préexistants (tels qu’une maladie cardiaque sous-jacente et / ou un traitement concomitant avec un médicament antihypertenseur). Le risque de développer une hypotension et des réactions indésirables peuvent être plus importants chez les personnes âgées. Les patients doivent être avertis de la possibilité de ces effets.

Il existe un risque de troubles ischémiques cérébraux chez les patients présentant des troubles circulatoires cérébraux préexistants, symptomatiques ou asymptomatiques, du fait qu’une hypotension peut apparaître après l’administration d’alfuzosine (voir rubrique 4.8).

Des précautions doivent être prises lorsque l’alfuzosine est administrée à des patients qui ont eu une réponse hypotensive prononcée à un autre inhibiteur des alpha 1- récepteurs.

Antécédents d’hypersensibilité à d’autres bloqueurs alpha 1- récepteurs

Le traitement doit être instauré progressivement chez les patients présentant une hypersensibilité à d’autres inhibiteurs des alpha 1- récepteurs.

Insuffisance cardiaque

Comme avec tous les bloqueurs des récepteurs alpha 1 , l’alfuzosine doit être utilisée avec précaution chez les patients présentant une insuffisance cardiaque aiguë.

Allongement QTc

Les patients présentant un allongement de l’intervalle QTc congénital, ayant des antécédents connus d’allongement de l’intervalle QTc acquis ou prenant des médicaments connus pour allonger l’intervalle QTc, doivent être évalués avant et pendant l’administration d’alfuzosine.

Syndrome de l’iris disopératoire peropératoire

Le «syndrome de l’iris du tractus peropératoire» (IFIS, une variante du syndrome de la petite pupille) a été observé pendant la chirurgie de la cataracte chez certains patients traités ou précédemment traités avec la tamsulosine. Des rapports isolés ont également été reçus avec d’autres bloqueurs alpha 1- récepteurs et la possibilité d’un effet de classe ne peut pas être exclue. . Comme l’IFIS peut entraîner des complications procédurales accrues pendant l’opération, le chirurgien doit être informé de l’utilisation actuelle ou passée des inhibiteurs des récepteurs alpha 1 et se préparer à d’éventuelles modifications de leur technique chirurgicale.

Administration de la tablette

Les patients doivent être avertis que le comprimé doit être avalé entier. Tout autre mode d’administration, tel que le broyage, l’écrasement, la mastication, le broyage ou le pilage en poudre, devrait être interdit. Ces actions peuvent entraîner une libération et une absorption inappropriées du médicament et, par conséquent, des réactions indésirables précoces possibles.

Lactose

Ce médicament contient du lactose. Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Combinaisons contre-indiquées:

• Bloqueurs de récepteurs alpha 1 (voir rubrique 4.3).

Combinaisons à prendre en compte:

• Médicaments antihypertenseurs (voir rubrique 4.4).

• Nitrates (voir section 4.4)

• Les inhibiteurs puissants du CYP3A4 tels que l’itraconazole, le kétoconazole, les inhibiteurs de la protéase, la clarithromycine, la télithromycine et la néfazodone étant donné que les taux sanguins d’alfuzosine sont augmentés (voir rubrique 5.2).

• Les patients traités par l’alfuzosine doivent être hémodynamiquement stables avant le début du traitement par un inhibiteur de la phosphodiestérase-5 (sildénafil, tadalafil, vardénafil).

Kétoconazole

Une administration quotidienne répétée de 200 mg de kétoconazole pendant sept jours a entraîné une augmentation de 2,1 fois de la C max et une augmentation de 2,5 fois de l’exposition à 10 mg d’alfuzosine en comprimés à libération prolongée. Les autres paramètres tels que t max et t 1/2 n’ont pas été modifiés.

L’augmentation de la Cmax de l’ alfuzosine et de l’ASC (dernière) après l’administration quotidienne répétée de 400 mg de kétoconazole était de 2,3 fois et de 3,2 fois respectivement (voir rubrique 5.2).

L’administration d’anesthésiques généraux à un patient traité par l’alfuzosine peut entraîner une instabilité de la pression artérielle. Il est recommandé de retirer les comprimés 24 heures avant la chirurgie.

Aucune interaction pharmacodynamique ou pharmacocinétique n’a été observée lors d’études menées chez des volontaires sains entre l’alfuzosine et les substances actives suivantes: warfarine, digoxine, hydrochlorothiazide et aténolol.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse / Allaitement

En raison de la zone d’indication, cette section n’est pas applicable.

La fertilité

Aucune donnée disponible

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Il n’y a pas de données disponibles sur l’effet sur la conduite des véhicules.

Les effets indésirables tels que le vertige, le vertige et l’asthénie peuvent survenir essentiellement au début du traitement. Ceci doit être pris en compte lors de la conduite de véhicules et de l’utilisation de machines.

4.8 Effets indésirables

Classification des fréquences attendues:

Très fréquent (≥1 / 10), commun (≥1 / 100 à <1/10), rare (≥1 / 1000 à <1/100), rare (≥1 / 10.000 à <1/1000), très rare (<1/10 000), inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

L’événement le plus fréquemment rapporté est le vertige, qui survient chez environ 5% des patients traités.

MedDRA

classe d’organe de système

Commun

Rare

Rare

Très rare

Pas connu:

Troubles du système sanguin et lymphatique

Neutropénie, thrombocytopénie

Troubles du système nerveux

Fatigue / étourdissements, maux de tête, fatigue

Vertige, somnolence, syncope *)

Troubles ischémiques cérébraux chez les patients présentant des troubles cérébro-vasculaires sous-jacents (voir rubrique 4.4)

Troubles oculaires

Perturbations visuelles

Syndrome de l’iris souple peropératoire (voir rubrique 4.4)

Troubles cardiaques

Tachycardie, palpitations

Angine de poitrine chez les patients atteints d’une maladie coronarienne préexistante; aggravation ou récurrence de l’angine de poitrine (voir rubrique 4.4)

La fibrillation auriculaire.

Troubles vasculaires

Rinçage, hypotension orthostatique *

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Rhinite

Problèmes gastro-intestinaux

Douleur abdominale, nausée, dyspepsie

Diarrhée, bouche sèche

Vomissement

Troubles hépatobiliaires

Lésion hépatocellulaire, maladie cholestatique du foie

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Éruption cutanée (urticaire, exanthème), prurit

Angioedème

Troubles rénaux et urinaires

Incontinence urinaire

Système reproducteur et troubles mammaires

Priapisme

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Asthénie, malaise

Douleur thoracique, œdème, bouffées de chaleur, transpiration

* au début du traitement, avec une dose trop élevée ou après une courte interruption du traitement

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le programme de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard

4.9 Surdosage

Symptômes

Hypotension, tachycardie réflexe

La gestion

En cas de surdosage, le patient doit être hospitalisé, maintenu en décubitus dorsal et un traitement conventionnel d’hypotension doit être instauré.

En cas d’hypotension significative, le traitement correctif approprié peut être un vasoconstricteur qui agit directement sur les fibres musculaires vasculaires.

Un lavage gastrique et / ou l’administration de charbon médicinal doivent être envisagés. Taurazil XL est fortement lié aux protéines, par conséquent, la dialyse peut ne pas être bénéfique

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Médicaments utilisés dans l’hypertrophie bénigne de la prostate, antagonistes des récepteurs alpha-adrénergiques

Code ATC: G 04 CA 01

Mécanisme d’action

L’alfuzosine, qui est un racémate, est un dérivé de quinazoline agissant par voie orale qui bloque sélectivement les récepteurs alpha 1 post-synaptiques.

Effets pharmacodynamiques

Des études in vitro ont confirmé la sélectivité de l’alfuzosine pour les alpha 1 -adrénorécepteurs situés dans la prostate, le trigonum vesicae et l’urètre prostatique.

Efficacité clinique et sécurité

Hypertrophie bénigne de la prostate (HBP)

Les symptômes cliniques de l’HBP sont non seulement liés à la taille de la prostate, mais aussi aux impulsions nerveuses sympathomimétiques qui, en stimulant les récepteurs alpha post-synaptiques, augmentent la tension du muscle lisse des voies urinaires inférieures. Le traitement à l’alfuzosine détend ce muscle lisse, améliorant ainsi le flux urinaire.

Des preuves cliniques de l’urosélectivité ont été démontrées par l’efficacité clinique et un bon profil d’innocuité chez les hommes traités par l’alfuzosine, y compris les personnes âgées et les patients hypertendus.

Cependant, l’alfuzosine peut provoquer des effets anti-hypertensifs modérés.

Chez l’homme, l’alfuzosine améliore l’évacuation de l’eau en réduisant le tonus musculaire de l’urètre, avec une réduction de la résistance à la sortie de la vessie, ce qui facilite le vidage de la vessie.

Dans les études contrôlées par placebo de patients atteints d’HBP, l’alfuzosine a:

– augmentation significative du débit urinaire maximal (Q max ) chez les patients avec Q max <15 ml / s en moyenne de 30%. Cette amélioration a été observée dès la première dose,

– réduit significativement la pression du detrusor et augmente le volume produisant un fort désir d’annulation,

– réduit significativement le volume d’urine résiduel.

Ces effets urodynamiques conduisent à une amélioration des symptômes du bas appareil urinaire (SBAU), c’est-à-dire des symptômes de remplissage (irritatifs) ainsi que des symptômes d’obstruction (obstruction), qui ont été clairement démontrés.

Rétention urinaire aiguë (RAU) liée à l’HBP

Il a été démontré que l’alfuzosine augmente les chances de succès de la miction spontanée lors du premier épisode de rétention urinaire aiguë liée à l’HBP et dans les six mois qui suivent cet épisode, réduisant ainsi les besoins en chirurgie.

Dans une étude contrôlée contre placebo en double aveugle incluant 357 patients, l’alfuzosine 10 mg par jour a augmenté le taux de succès de la miction spontanée après l’ablation du cathéter chez les hommes de plus de 65 ans.

88 patients (56,1%) du groupe alfuzosine ont eu une miction réussie, tandis que 30 patients (35,7%) du groupe placebo ont eu une miction réussie (p = 0,003).

165 patients ayant obtenu une miction réussie au cours de la première phase ont été inclus dans la seconde phase et ont été réexaminés: l’alfuzosine a réduit le risque de chirurgie (chirurgie d’urgence suite à une récurrence d’AUR ou non urgente) par rapport au placebo avec réduction du risque de respectivement 61%, 52% et 29% à 1, 3 et 6 mois de traitement par l’alfuzosine.

Population pédiatrique

L’alfuzosine n’est pas indiquée dans la population pédiatrique (voir rubrique 4.2).

L’efficacité du chlorhydrate d’alfuzosine n’a pas été démontrée dans les deux études menées chez 197 patients âgés de 2 à 16 ans présentant une pression de fuite du détrusor élevée (LPP ≥ 40 cm H2O) d’origine neurologique. Les patients ont été traités avec du chlorhydrate d’alfuzosine 0,1 mg / kg / jour ou 0,2 mg / kg / jour en utilisant des formulations pédiatriques adaptées.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

La concentration plasmatique maximale est atteinte 9 heures après l’administration.

Des études ont montré que des profils pharmacocinétiques uniformes sont obtenus lorsque le produit est administré après un repas.

Après la première dose (administrée), la concentration plasmatique maximale moyenne était de 7,72 ng / ml,

L’ASCinf était de 127 ng xh / ml (nourri) et le tmax était de 6,69 h (alimenté). À l’état d’équilibre (alimenté), l’ASC moyenne sur l’intervalle de dosage (ASC ) était de 194 (SD = 75) ng xh / ml, la Cmax moyenne était de 13,6 (SD = 5,6) ng / ml et Cmin était de 3,1 (SD = 1,6) ng / ml.

Distribution

Le taux de liaison à la protéine plasmatique est d’environ. 90%. Le volume de distribution de l’alfuzosine est de 2,5 l / kg chez les volontaires sains. Il a été montré pour distribuer préférentiellement dans la prostate en comparaison avec le plasma.

Biotransformation

L’alfuzosine est largement métabolisée dans le foie (par diverses voies). Aucun des métabolites n’est pharmacologiquement actif.

Interactions métaboliques: L’isoforme CYP3A4 est la principale enzyme hépatique impliquée dans le métabolisme de l’alfuzosine (voir rubrique 4.5).

Élimination

La demi-vie d’élimination apparente est d’env. 9.1 heures.

Les métabolites de l’alfuzosine sont éliminés par excrétion rénale et probablement aussi par excrétion biliaire.

D’une dose orale, 75-91% est excrété dans les fèces, 35% dans la forme non modifiée et le reste sous forme de métabolites, ce qui indique un certain degré d’excrétion biliaire. Environ 10% de la dose est excrétée dans l’urine sous sa forme non modifiée.

Linéarité / non-linéarité

L’alfuzosine a des propriétés pharmacocinétiques linéaires dans la gamme des doses thérapeutiques.

Insuffisance rénale ou hépatique

Comparativement aux sujets ayant une fonction rénale normale, les valeurs moyennes de la Cmax et de l’ASC sont modérément augmentées chez les patients atteints d’insuffisance rénale, sans modification de la demi-vie d’élimination apparente. Cette modification du profil pharmacocinétique n’est pas considérée cliniquement pertinente avec une clairance de la créatinine> 30 ml / min.

Chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère, la demi-vie est prolongée. La concentration plasmatique maximale est doublée et la biodisponibilité augmente par rapport à celle des jeunes volontaires sains.

Patients âgés

La C max et l’ASC ne sont pas augmentées chez les patients âgés par rapport aux volontaires sains d’âge moyen.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données précliniques ne révèlent aucun risque particulier pour l’homme d’après les études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité à doses répétées, de génotoxicité, de potentiel carcinogène ou de toxicité pour la reproduction.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose monohydraté

Hypromellose

Povidone K25

Stéarate de magnésium

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

4 années

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 30 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Plaquette en PVC / PVDC-aluminium.

10, 20, 30, 30×1, 50, 60, 60×1, 90, 100 comprimés

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales

7. Titulaire de l’autorisation

Generics [UK] Limited t / a Mylan,

Station Close,

Potters Bar,

Hertfordshire,

EN6 1TL

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 04569/0774

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

05/09/2010

10. Date de révision du texte

Juillet 2016