Sevoflurane baxter, 100%, vapeur d’inhalation, liquide


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Sevoflurane Baxter , 100%, vapeur d’inhalation, liquide

2. Composition qualitative et quantitative

Sevoflurane 100%

Excipient à effet connu:

Aucun

Le médicament ne comprend que la substance active, voir rubrique 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Vapeur d’inhalation, liquide

Liquide clair et incolore

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Induction et maintien de l’anesthésie générale chez les adultes et les enfants.

4.2 Posologie et mode d’administration

La prémédication doit être choisie en fonction des besoins du patient et à la discrétion de l’anesthésiste.

Anesthésie chirurgicale

La concentration de sévoflurane délivré par un vaporisateur pendant l’anesthésie devrait être connue. Ceci peut être accompli en utilisant un vaporisateur calibré spécifiquement pour Sevoflurane.

Induction de l’anesthésie

Le dosage devrait être individualisé et titré à l’effet désiré selon l’âge et l’état clinique du patient.

Un barbiturique à action brève ou un autre agent d’induction intraveineux peut être administré, suivi d’une inhalation de sévoflurane.

L’induction par le sévoflurane peut être obtenue par inhalation de 0,5-1,0% de sévoflurane dans l’oxygène (O 2 ) avec ou sans oxyde nitreux (N 2 O), augmentant par incréments de 0,5-1,0% de sévoflurane, jusqu’à un maximum de 8% chez les adultes et enfants jusqu’à ce que la profondeur d’anesthésie requise soit atteinte. Chez les adultes, des concentrations inspirées de jusqu’à 5% de sévoflurane produisent habituellement une anesthésie chirurgicale en moins de deux minutes. Chez les enfants, des concentrations inspirées de jusqu’à 7% de sévoflurane produisent habituellement une anesthésie chirurgicale en moins de deux minutes.

Maintien de l’anesthésie

Les niveaux chirurgicaux d’anesthésie peuvent être maintenus par inhalation de 0,5-3% de sévoflurane dans O 2 avec ou sans utilisation concomitante de N 2 O.

Tableau 1

Valeurs MAC pour les adultes et les patients pédiatriques selon l’âge

Âge du patient

(Années)

Sevoflurane dans l’oxygène

Sevoflurane dans 65% N 2 0/35% 0 2

0 – 1 mois *

3,3%

1 – <6 mois

3,0%

6 mois – <3 ans

2,8%

2,0% @

3 – 12

2,5%

25

2,6%

1,4%

40

2,1%

1,1%

60

1,7%

0,9%

80

1,4%

0,7%

* Les nouveau-nés sont l’âge gestationnel à terme. MAC chez les nourrissons prématurés n’a pas été déterminée.

Chez les patients pédiatriques de 1 à <3 ans, 60% de N 2 0/40% 0 2 ont été utilisés.

Émergence

Les temps d’émergence sont généralement courts après l’anesthésie au sévoflurane. Par conséquent, les patients peuvent nécessiter un soulagement de la douleur post-opératoire plus tôt.

Personnes âgées

MAC diminue avec l’âge croissant. La concentration moyenne de sévoflurane pour atteindre le MAC chez un sujet âgé de 80 ans est d’environ 50% de celle requise chez un enfant de 20 ans.

Population pédiatrique

Se référer au tableau 1 pour les valeurs MAC pour les patients pédiatriques en fonction de l’âge lorsqu’ils sont utilisés dans l’oxygène avec ou sans utilisation concomitante d’oxyde nitreux.

4.3 Contre-indications

Le sévoflurane ne doit pas être utilisé chez les patients présentant une hypersensibilité avérée ou soupçonnée au sévoflurane ou à d’autres anesthésiques halogénés (p. Ex. Antécédents de trouble de la fonction hépatique, fièvre ou leucocytose de cause inconnue après anesthésie avec l’un de ces agents).

Le sévoflurane ne doit pas être utilisé chez les patients ayant des antécédents d’hépatite confirmée due à un anesthésique halogéné ou à des antécédents de dysfonction hépatique modérée à sévère inexpliquée avec jaunisse, fièvre et éosinophilie après anesthésie au sévoflurane.

Le sévoflurane ne doit pas être utilisé chez les patients présentant une susceptibilité génétique connue ou soupçonnée à l’hyperthermie maligne.

Sevoflurane est contre-indiqué chez les patients chez qui l’anesthésie générale est contre-indiquée.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Sevoflurane doit être administré uniquement par des personnes formées à l’administration de l’anesthésie générale. Les installations pour la maintenance d’une voie aérienne, la ventilation artificielle, l’enrichissement en oxygène et la réanimation circulatoire doivent être immédiatement disponibles. Tous les patients anesthésiés au sévoflurane doivent être surveillés en permanence, y compris l’électrocardiogramme (ECG), la pression artérielle (TA), la saturation en oxygène et le dioxyde de carbone (CO 2 ).

La concentration de sévoflurane délivré par un vaporisateur doit être connue exactement. Comme les anesthésiques volatils diffèrent dans leurs propriétés physiques, seuls les vaporisateurs spécifiquement calibrés pour le sévoflurane doivent être utilisés. L’administration de l’anesthésie générale doit être individualisée en fonction de la réponse du patient. L’hypotension et la dépression respiratoire augmentent à mesure que l’anesthésie est approfondie.

Pendant le maintien de l’anesthésie, l’augmentation de la concentration de sévoflurane entraîne des diminutions de la pression artérielle proportionnelles à la dose. Une réduction excessive de la pression artérielle peut être liée à la profondeur de l’anesthésie et, dans de tels cas, peut être corrigée en diminuant la concentration inspirée de sévoflurane. En raison de l’insolubilité du sévoflurane dans le sang, les changements hémodynamiques peuvent survenir plus rapidement qu’avec certains autres anesthésiques volatils. Le rétablissement de l’anesthésie générale doit être évalué soigneusement avant que les patients ne soient sortis de l’unité de soins post-anesthésie.

L’émergence est généralement rapide après l’anesthésie au sévoflurane; par conséquent, les patients peuvent nécessiter un soulagement précoce de la douleur postopératoire.

Bien que la récupération de la conscience après l’administration de sévoflurane survienne généralement en quelques minutes, l’impact sur la fonction intellectuelle pendant deux ou trois jours après l’anesthésie n’a pas été étudié. Comme avec d’autres anesthésiques, de petits changements d’humeur peuvent persister plusieurs jours après l’administration (voir rubrique 4.7).

Patients atteints de maladie coronarienne

Comme avec tous les anesthésiques, le maintien de la stabilité hémodynamique est important afin d’éviter l’ischémie myocardique chez les patients atteints de coronaropathie.

Patients subissant des procédures obstétricales

Des précautions doivent être prises en cas d’anesthésie obstétricale en raison de l’effet relaxant du sévoflurane sur l’utérus et de l’augmentation de l’hémorragie utérine (voir rubrique 4.6).

Patients subissant des procédures neurochirurgicales

Chez les patients à risque d’élévation de la PIC, le sévoflurane doit être administré avec précaution en conjonction avec des manœuvres de réduction du PIC comme l’hyperventilation.

Saisies

De rares cas de convulsions ont été rapportés en association avec l’utilisation du sévoflurane.

L’utilisation du sévoflurane a été associée à des crises convulsives chez les enfants et les jeunes adultes ainsi que chez les adultes plus âgés avec ou sans facteur de risque prédisposant. Un jugement clinique est nécessaire avant l’utilisation du sévoflurane chez les patients à risque de convulsions. Chez les enfants, la profondeur de l’anesthésie devrait être limitée. L’EEG peut permettre l’optimisation de la dose de sévoflurane et aider à éviter le développement d’une activité épileptique chez les patients prédisposés aux crises épileptiques (voir rubrique 4.4 – Population pédiatrique).

Patients avec une lésion rénale

Bien que les données provenant d’études cliniques contrôlées à faible débit soient limitées, les résultats d’études menées chez des patients et des animaux suggèrent un potentiel de lésion rénale, qui est présumé attribuable au composé A. Des études chez l’animal et chez l’humain démontrent que le sévoflurane heures et à des débits de gaz frais <2 L / min peuvent être associés à une protéinurie et à une glycosurie. Voir aussi la section 5.1.

Le niveau d’exposition au composé A pour lequel une néphrotoxicité clinique pourrait survenir n’a pas été établi. Considérer tous les facteurs menant à l’exposition au composé A chez l’humain, en particulier la durée de l’exposition, le débit de gaz frais et la concentration de sévoflurane.

La concentration inspirée de sévoflurane et le débit de gaz frais doivent être ajustés pour minimiser l’exposition au composé A. L’exposition au sévoflurane ne doit pas dépasser 2 heures MAC à des débits de 1 à <2 L / min. Les débits de gaz frais <1 L / min ne sont pas recommandés.

Patients atteints d’insuffisance rénale

Le sévoflurane doit être administré avec prudence aux patients présentant une insuffisance rénale (DFG ≤ 60 ml / min); la fonction rénale doit être surveillée après l’opération.

Patients atteints d’une maladie du foie

De très rares cas de dysfonctionnement hépatique postopératoire léger, modéré ou grave ou d’hépatite (avec ou sans jaunisse) ont été signalés après la commercialisation. Le jugement clinique doit être exercé lorsque le sévoflurane est utilisé chez des patients présentant des problèmes hépatiques sous-jacents ou chez ceux qui reçoivent un traitement avec des médicaments connus pour provoquer un dysfonctionnement hépatique. Chez les patients ayant présenté une lésion hépatique, un ictère, une fièvre inexpliquée ou une éosinophilie après l’administration d’autres anesthésiques par inhalation, il est recommandé d’éviter l’administration de sévoflurane si une anesthésie par des médicaments intraveineux ou une anesthésie locorégionale est possible (voir rubrique 4.8 ).

Patients avec des troubles mitochondriaux

Des précautions doivent être prises lors de l’administration d’une anesthésie générale, y compris le sévoflurane, aux patients présentant des troubles mitochondriaux.

Les circonstances du patient qui justifient une considération

Des précautions particulières doivent être prises lors de la sélection du dosage pour les patients hypovolémiques, hypotendus, affaiblis ou autrement hémodynamiquement compromis, par exemple, en raison de médicaments concomitants.

Les patients ayant des expositions répétées à des hydrocarbures halogénés, y compris le sévoflurane, dans un intervalle relativement court peuvent présenter un risque accru de lésion hépatique.

Des cas isolés d’allongement de l’intervalle QT, très rarement associés à des torsades de pointes (exceptionnellement fatales), ont été signalés. Des précautions doivent être prises lors de l’administration de sévoflurane à des patients sensibles.

Hyperthermie maligne:

Chez les individus sensibles, de puissants anesthésiques par inhalation peuvent déclencher un état hypermétabolique du muscle squelettique entraînant une forte demande en oxygène et un syndrome clinique connu sous le nom d’hyperthermie maligne. De rares cas d’hyperthermie maligne ont été rapportés avec l’utilisation du sévoflurane (voir également rubrique 4.8). Le syndrome clinique est signalé par l’hypercapnie, et peut inclure la rigidité musculaire, la tachycardie, la tachypnée, la cyanose, les arythmies et / ou la tension artérielle instable. Certains de ces signes non spécifiques peuvent également apparaître lors d’anesthésie légère, d’hypoxie aiguë, d’hypercapnie et d’hypovolémie. L’issue fatale de l’hyperthermie maligne a été rapportée avec le sévoflurane. Le traitement comprend l’arrêt des agents déclenchants (par exemple le sévoflurane), l’administration intraveineuse de dantrolène sodique et l’application d’un traitement de soutien. L’insuffisance rénale peut apparaître plus tard, et la production d’urine doit être surveillée et maintenue si possible. L’utilisation d’agents anesthésiques inhalés a été associée à de rares augmentations des taux sériques de potassium qui ont entraîné des arythmies cardiaques et la mort chez les patients pédiatriques au cours de la période postopératoire.

Les patients présentant une maladie neuromusculaire latente ou manifeste, en particulier la dystrophie musculaire de Duchenne, semblent être les plus vulnérables. L’utilisation concomitante de succinylcholine a été associée à la plupart de ces cas, mais pas à tous. Ces patients ont également connu des élévations significatives des taux sériques de créatine kinase et, dans certains cas, des changements dans les urines compatibles avec la myoglobinurie. Malgré la similitude dans la présentation à l’hyperthermie maligne, aucun de ces patients n’a présenté des signes ou des symptômes de rigidité musculaire ou état hypermétabolique.

Une intervention précoce et agressive pour traiter l’hyperkaliémie et les arythmies résistantes est recommandée, de même qu’une évaluation subséquente de la maladie neuromusculaire latente.

Remplacement des absorbants de CO 2desséchés

La réaction exothermique entre le sévoflurane et la chaux absorbante de CO 2 est renforcée lorsque la chaux absorbante de CO 2 est séchée, par exemple après une période plus longue avec le courant de gaz sec sur la bouteille avec de la chaux absorbante de CO 2 . Des cas rares de chaleur extrême, de fumée et / ou de feu spontané ont été rapportés par le vaporisateur d’anesthésie lors de l’utilisation du sévoflurane avec de la chaux absorbante desséchée, en particulier ceux contenant de l’hydroxyde de potassium. Un retard inattendu dans l’augmentation de la concentration inspirée de sévoflurane ou une diminution inattendue de la concentration inspirée de sévoflurane par rapport au réglage du vaporisateur peut être un signe de surchauffe du flacon de chaux absorbant le CO 2 .

Une réaction exothermique, une dégradation accrue du sévoflurane et la production de produits de dégradation () peuvent se produire lorsque l’absorbant de CO 2 devient desséché, par exemple après une période prolongée d’écoulement de gaz sec à travers les absorbeurs de CO 2 . Des agents de dégradation du sévoflurane (méthanol, formaldéhyde, monoxyde de carbone et composés A, B, C et D) ont été observés dans le circuit respiratoire d’une machine d’anesthésie expérimentale utilisant des absorbeurs de CO 2 desséchés et des concentrations maximales de sévoflurane (8%) pendant de longues périodes. (≥ 2 heures). Les concentrations de formaldéhyde observées au niveau du circuit respiratoire de l’anesthésie (en utilisant des absorbants contenant de l’hydroxyde de sodium) étaient en accord avec les niveaux connus pour provoquer une légère irritation des voies respiratoires. La pertinence clinique des dégradants observés sous ce modèle expérimental extrême est inconnue.

Si le médecin traitant soupçonne que la chaux absorbante au CO 2 doit être séchée, elle doit être remplacée avant l’administration du sévoflurane. L’indicateur de couleur sur la plupart des chaux absorbantes au CO 2 ne change pas nécessairement lorsqu’il est desséché. Par conséquent, l’absence de changement de couleur marqué ne doit pas être considérée comme un signe sûr d’une hydratation suffisante. Les absorbants de CO 2 doivent être remplacés régulièrement, quel que soit l’indicateur de couleur (voir section 6.6).

Population pédiatrique

L’utilisation de sévoflurane a été associée à des crises. Beaucoup ont eu lieu chez les enfants et les jeunes adultes à partir de l’âge de 2 mois, dont la plupart n’avaient aucun facteur de risque prédisposant. Le jugement clinique doit être exercé lors de l’utilisation de sévoflurane chez les patients qui peuvent présenter un risque de convulsions (voir rubrique 4.4 – Crises d’épilepsie).

L’émergence rapide chez les enfants peut brièvement évoquer un état d’agitation et entraver la coopération (chez environ 25% des enfants anesthésiés).

Des cas isolés d’arythmie ventriculaire ont été rapportés chez des patients pédiatriques atteints de la maladie de Pompe.

Les mouvements dystoniques, qui disparaissent sans traitement, sont observés chez les enfants qui ont reçu du sévoflurane pour l’induction de l’anesthésie. La relation avec le sévoflurane est incertaine.

Le syndrome de Down

Une prévalence et un degré de bradycardie significativement plus élevés ont été rapportés chez des enfants atteints du syndrome de Down pendant et après l’induction du sévoflurane.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Le sévoflurane s’est montré sûr et efficace lorsqu’il est administré simultanément avec une grande variété d’agents couramment utilisés dans des situations chirurgicales telles que les agents du système nerveux central, les médicaments autonomes, les myorelaxants, les agents anti-infectieux, notamment les aminoglycosides, les hormones et les substituts synthétiques. dérivés et médicaments cardiovasculaires, y compris l’épinéphrine.

Protoxyde d’azote

Comme avec d’autres anesthésiques volatils halogénés, le MAC du sévoflurane est diminué lorsqu’il est administré en combinaison avec du protoxyde d’azote. L’équivalent MAC est réduit d’environ 50% chez les adultes et d’environ 25% chez les patients pédiatriques (voir rubrique 4.2 – Entretien).

Bloqueurs neuromusculaires

Comme d’autres anesthésiques par inhalation, le sévoflurane affecte à la fois l’intensité et la durée du blocage neuromusculaire par les myorelaxants non dépolarisants. Lorsqu’il est utilisé pour compléter l’anesthésie à l’alfentanil-N 2 O, le sévoflurane potentialise le blocage neuromusculaire induit par le pancuronium, le vécuronium ou l’atracurium. Les ajustements posologiques pour ces relaxants musculaires lorsqu’ils sont administrés avec du sévoflurane sont similaires à ceux requis avec l’isoflurane. L’effet du sévoflurane sur la succinylcholine et la durée du blocage neuromusculaire dépolarisant n’ont pas été étudiés.

La réduction posologique des inhibiteurs neuromusculaires pendant l’induction de l’anesthésie peut retarder l’apparition de conditions propices à l’intubation endotrachéale ou à une relaxation musculaire insuffisante, car la potentialisation des agents bloquants neuromusculaires est observée quelques minutes après le début de l’administration de sévoflurane.

Parmi les agents non dépolarisants, les interactions vecuronium, pancuronium et atracurium ont été étudiées. En l’absence de directives spécifiques: (1) pour l’intubation endotrachéale, ne pas réduire la dose de relaxants musculaires non dépolarisants; et (2) pendant le maintien de l’anesthésie, la dose de myorelaxants non dépolarisants est susceptible d’être réduite par rapport à celle pendant l’anesthésie au N 2 O / opioïde. L’administration de doses supplémentaires de myorelaxants devrait être guidée par la réponse à la stimulation nerveuse .

Benzodiazépines et opioïdes

On s’attend à ce que les benzodiazépines et les opiacés réduisent la MAC du sévoflurane de la même manière que les autres anesthésiques inhalés. L’administration de sévoflurane est compatible avec les benzodiazépines et les opioïdes couramment utilisés en chirurgie.

Les opioïdes tels que le fentanyl, l’alfentanil et le sufentail, associés au sévoflurane, peuvent entraîner une diminution synergique de la fréquence cardiaque, de la tension artérielle et de la fréquence respiratoire.

Bêta-bloquants

Le sévoflurane peut augmenter les effets négatifs ionotropes, chronotropes et dromotropiques des bêtabloquants par le blocage des mécanismes de compensation cardiovasculaire.

Épinéphrine / adrénaline

Le sévoflurane est similaire à l’isoflurane dans la sensibilisation du myocarde à l’effet arythmogène de l’adrénaline administrée de manière exogène, la dose seuil d’adrénaline produisant de multiples arythmies ventriculaires a été établie à 5 microgrammes par kg.

Inducteurs du CYP2E1

Les médicaments et les composés qui augmentent l’activité de l’isoenzyme CYP2E1 du cytochrome P450, tels que l’isoniazide et l’alcool, peuvent augmenter le métabolisme du sévoflurane et entraîner une augmentation significative des concentrations plasmatiques de fluorure. L’utilisation concomitante de sévoflurane et d’isoniazide peut potentialiser les effets hépatotoxiques de l’isoniazide.

Sympathomimétiques à action indirecte

Il existe un risque d’épisode hypertendu aigu avec l’utilisation concomitante de sévoflurane et de médicaments sympathomimétiques indirects (amphétamines, éphédrine).

Vérapamil

Une altération de la conduction auriculo-ventriculaire a été observée lorsque le vérapamil et le sévoflurane étaient administrés en même temps.

Millepertuis

Une hypotension sévère et un retard de l’émergence de l’anesthésie avec des anesthésiques halogénés par inhalation ont été rapportés chez des patients traités à long terme par le millepertuis.

Barbituriques

L’administration de sévoflurane est compatible avec les barbituriques, le propofol et d’autres anesthésiques intraveineux couramment utilisés. Des concentrations plus faibles de sévoflurane peuvent être nécessaires après l’utilisation d’un anesthésique intraveineux.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’y a pas ou peu de données sur l’utilisation du sévoflurane chez la femme enceinte. Des études chez l’animal ont montré une toxicité pour la reproduction (voir rubrique 5.3); par conséquent, le sévoflurane doit être utilisé pendant la grossesse et chez la femme en âge de procréer n’utilisant pas de contraception seulement si cela est clairement nécessaire.

Travail et livraison

Dans un essai clinique, la sécurité du sévoflurane a été démontrée chez les mères et les nourrissons lors d’une anesthésie pendant la césarienne. L’innocuité du sévoflurane pendant le travail et l’accouchement par voie basse n’a pas été démontrée.

La prudence s’impose dans l’anesthésie obstétricale en raison de l’effet relaxant du sévoflurane sur l’utérus et de l’augmentation de l’hémorragie utérine.

Allaitement maternel

On ne sait pas si le sévoflurane est excrété dans le lait maternel. Des précautions doivent être prises lorsque le sévoflurane est administré à une femme qui allaite.

La fertilité

Des études chez l’animal ont montré des effets indésirables sur la fertilité (voir rubrique 5.3). Il n’y a pas de données sur les effets sur la fertilité chez l’homme.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Les patients doivent être informés que l’exécution d’activités nécessitant de la vigilance, comme la conduite d’un véhicule à moteur ou de machines dangereuses, peut être perturbée pendant un certain temps après une anesthésie générale (voir rubrique 4.4). Les patients ne doivent pas conduire après une anesthésie au sévoflurane pendant une période déterminée par l’anesthésiste.

4.8 Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

Comme tous les anesthésiques par inhalation puissants, le sévoflurane peut entraîner une dépression respiratoire cardiaque dose-dépendante. La plupart des effets indésirables sont de sévérité légère à modérée et de durée transitoire. Des nausées et des vomissements ont été rapportés au cours de la période postopératoire – symptômes courants après une chirurgie et une anesthésie générale – qui peuvent être dus à l’anesthésie par inhalation, à d’autres agents administrés en peropératoire ou postopératoire ou à la réaction du patient à l’intervention chirurgicale.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés ont été les suivants:

Chez les patients adultes: hypotension, nausées et vomissements;

Chez les patients âgés: bradycardie, hypotension et nausée; et

Chez les patients pédiatriques: agitation, toux, vomissements et nausées.

Résumé tabulé des effets indésirables

Toutes les réactions, au moins possiblement liées au sévoflurane provenant des essais cliniques et de l’expérience post-commercialisation, sont présentées dans le tableau ci-dessous selon la classe d’organes du système MedDRA, le terme privilégié et la fréquence. Les groupes de fréquences suivants sont utilisés: très commun (≥ 1/10); commun (≥1 / 100 et <1/10); peu fréquent (≥1 / 1000 et <1/100); rare (≥ 1/10 000 et <1/1 000); très rare (<1/10 000), y compris les cas isolés. Les effets indésirables post-commercialisation sont signalés volontairement par une population dont le taux d’exposition est inconnu. Il n’est donc pas possible d’estimer l’incidence réelle des événements indésirables et la fréquence est «inconnue». Le type, la gravité et la fréquence des effets indésirables observés chez les patients traités par le sévoflurane dans les essais cliniques étaient comparables à ceux observés chez les patients de référence.

Données sur les effets indésirables dérivées des essais cliniques et de l’expérience post-commercialisation

Résumé des effets indésirables les plus fréquents dans les essais cliniques sur le sévoflurane et l’expérience post-commercialisation

System Organ Class

La fréquence

Effets indésirables

Troubles du système immunitaire

Inconnu

Réaction anaphylactique 1

Réaction anaphylactoïde

Hypersensibilité 1

Troubles psychiatriques

très commun

Rare

Agitation

Confusion

Troubles du système nerveux

Commun

Inconnu

Somnolence

Vertiges

Mal de tête

Convulsion 2 3

Dystonie

Augmentation de la pression intracrânienne

Troubles cardiaques

très commun

Commun

Rare

Inconnu

Bradycardie

Tachycardie

Bloc auriculo-ventriculaire complet, arythmies cardiaques (y compris les arythmies ventriculaires), fibrillation auriculaire, extrasystoles (ventriculaire, supra-ventriculaire, bigéminé),

Arrêt cardiaque 4

Fibrillation ventriculaire

Torsades de pointes

Tachycardie ventriculaire, l’électrocardiogramme QT prolongée

Troubles vasculaires

très commun

Commun

Hypotension

Hypertension

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

très commun

Commun

Rare

Inconnu

La toux

Trouble respiratoire

Dépression respiratoire

Laryngospasme

Obstruction des voies respiratoires

Apnée

Asthme

Hypoxie

Bronchospasme

Dyspnée 1

Respiration sifflante 1

Retenir son souffle

Problèmes gastro-intestinaux

très commun

Commun

Inconnu

La nausée

Vomissement

Hypersécrétion salivaire

Pancréatite

Métabolisme et troubles nutritionnels

Inconnu

Hyperkaliémie

Tissu conjonctif musculo-squelettique et troubles osseux

Inconnu

Rigidité musculaire

Troubles hépato-biliaires

Inconnu

Hépatite 1 2

Insuffisance hépatique 1 2

Nécrose hépatique 1 2

Jaunisse

Troubles rénaux et urinaires

Inconnu

Néphrite tubulo-interstitielle

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Inconnu

Contact de dermatite 1

Prurit

Éruption 1

Gonflement du visage 1

Urticaire

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Commun

Inconnu

Des frissons

Pyrexie

Malaise à la poitrine 1

Hyperthermie maligne 1 2

Œdème

Enquêtes

Commun

Rare

Glucose sanguine anormale

Test de la fonction hépatique anormal 5

Nombre de globules blancs anormal

Fluorure de sang augmenté 1

Créatinine sérique augmentée

Blessure, empoisonnement et complications procédurales

Commun

Hypothermie

1 Voir rubrique 4.8 – Description des effets indésirables sélectionnés.

2 Voir la section 4.4.

3 Voir rubrique 4.8 – Population pédiatrique.

4 De très rares cas d’arrêt cardiaque ont été signalés après la commercialisation du sevoflurane.

Des cas occasionnels de modifications transitoires des tests de la fonction hépatique ont été signalés avec le sévoflurane et des agents de référence.

Description des effets indésirables sélectionnés

Des augmentations transitoires des concentrations sériques de fluorure sérique peuvent survenir pendant et après l’anesthésie au sévoflurane. Les concentrations de fluorure inorganique atteignent généralement leur maximum dans les deux heures suivant la fin de l’anesthésie au sévoflurane et reviennent dans les 48 heures suivant l’administration préopératoire. Dans les essais cliniques, les concentrations élevées de fluorure n’étaient pas associées à une altération de la fonction rénale.

Des cas rares d’hépatite post-opératoire existent. De plus, de rares cas d’insuffisance hépatique et de nécrose hépatique associés à l’utilisation d’agents anesthésiques volatils puissants, y compris le sévoflurane, ont été signalés après la commercialisation. Cependant, l’incidence réelle et la relation entre le sévoflurane et ces événements ne peuvent être établies avec certitude (voir rubrique 4.4).

De rares cas d’hypersensibilité (dermatite de contact, éruption cutanée, dyspnée, respiration sifflante, gêne thoracique, œdème de la paupière, œdème des paupières, érythème, urticaire, bronchospasme prurigineux, réactions anaphylactiques ou anaphylactoïdes) ont été signalés, particulièrement en association avec une exposition professionnelle prolongée à l’anesthésique inhalé. agents, y compris le sévoflurane.

Chez les individus sensibles, de puissants anesthésiques par inhalation peuvent déclencher un état hypermétabolique du muscle squelettique entraînant une forte demande en oxygène et un syndrome clinique connu sous le nom d’hyperthermie maligne (voir rubrique 4.4).

Population pédiatrique

L’utilisation de sévoflurane a été associée à des crises. Beaucoup d’entre elles sont survenues chez des enfants et des jeunes adultes à partir de l’âge de 2 mois, la plupart d’entre eux n’ayant aucun facteur de risque prédisposant. Plusieurs cas n’ont rapporté aucun médicament concomitant, et au moins un cas a été confirmé par électroencéphalographie (EEG). Bien que de nombreux cas aient été des crises uniques résolues spontanément ou après traitement, des cas de crises multiples ont également été rapportés. Des convulsions ont eu lieu pendant, ou peu après l’induction du sévoflurane, pendant l’émergence, et pendant la récupération post-opératoire jusqu’à un jour après l’anesthésie. Le jugement clinique doit être exercé lors de l’utilisation du sévoflurane chez les patients pouvant présenter un risque de convulsions (voir rubrique 4.4).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune.

Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard ou recherchez MHRA Yellow Card dans Google Play ou Apple App Store

4.9 Surdosage

Les symptômes de surdose comprennent la dépression respiratoire et l’insuffisance circulatoire.

En cas de surdosage apparent, les mesures suivantes doivent être prises: l’administration de sévoflurane doit être interrompue et des mesures de soutien doivent être prises: maintenir les voies aériennes du patient et instaurer une ventilation artificielle ou contrôlée avec de l’oxygène pur ainsi que des mesures pour maintenir la fonction cardiovasculaire.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: anesthésiques généraux; hydrocarbures halogénés.

Code ATC: N 01 AB 08

Le sévoflurane est un anesthésique halogéné à base d’éther isopropylique de méthyle qui produit une phase d’induction et de récupération rapide. MAC (concentration alvéolaire minimale) est spécifique à l’âge (voir rubrique 4.2).

Le sévoflurane entraîne une perte de conscience, une abolition réversible de la douleur et de l’activité motrice, une diminution des réflexes neurovégétatifs, une dépression respiratoire et cardiovasculaire. Ces effets dépendent de la dose.

Le sévoflurane a un faible coefficient de partage sang / gaz (0,65) menant à une récupération rapide de l’anesthésie.

Effets cardiovasculaires: Le sévoflurane peut entraîner une diminution de la tension artérielle liée à la concentration. Sevoflurane produit une sensibilisation du myocarde à l’effet arythmogène de l’adrénaline administrée de manière exogène. Cette sensibilisation est similaire à celle produite par l’isoflurane.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Le sévoflurane est faiblement soluble dans le sang et les tissus, ce qui entraîne l’obtention rapide d’une concentration alvéolaire suffisante pour produire une anesthésie et une élimination rapide subséquente jusqu’à la cessation de l’anesthésie.

Chez l’humain, <5% du sévoflurane absorbé est métabolisé dans le foie en hexafluoroisopropanol (HFIP) avec libération de fluorure inorganique et de dioxyde de carbone (ou d’un fragment à un carbone). Une fois formé, le HFIP est rapidement conjugué à l’acide glucuronique et éliminé dans l’urine.

L’élimination pulmonaire rapide et étendue du sévoflurane minimise la quantité disponible pour le métabolisme. Le métabolisme du sévoflurane n’est pas induit par les barbituriques.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données précliniques sur la toxicité à dose unique et répétée du sévoflurane n’ont montré aucune toxicité spécifique pour les organes.

Études de reproduction: Des études sur la fertilité effectuées chez le rat ont indiqué une diminution des taux d’implantation et de grossesse après une exposition répétée aux doses anesthésiques. Les études de toxicité sur le développement réalisées chez le rat et le lapin n’ont révélé aucun effet tératogène. Dans les concentrations sous-anesthésiques pendant la phase périnatale, les rats ont montré une prolongation de la gestation.

Une étude chez des rats mâles a démontré une diminution de la motilité et de la concentration des spermatozoïdes ainsi qu’une augmentation de la dégénérescence testiculaire après une exposition chronique au sévoflurane (1 inhalation de sévoflurane pendant 7 ou 14 jours) comparativement aux témoins.

Des études publiées sur le macaque rhésus démontrent que l’administration d’anesthésiques (isoflurane) ou de sédatifs (propofol, kétamine) bloquant les récepteurs NMDA et / ou potentialisant l’activité du GABA, comme le sévoflurane, augmente l’apoptose neuronale et oligodendrocytaire dans le cerveau en développement de la progéniture. La signification clinique de ces résultats non cliniques n’est pas claire; Cependant, des études sur des animaux juvéniles suggèrent que l’augmentation de la neuroapoptose pourrait être en corrélation avec des déficits cognitifs à long terme.

Des études approfondies de mutagénicité in vitro et in vivo sur le sévoflurane ont donné des résultats négatifs. Les études de cancérogénicité n’ont pas été réalisées.

Effets sur la fonction circulatoire et la consommation d’oxygène: Les résultats d’études menées chez le chien indiquent que le sévoflurane ne provoque pas de syndrome coronarien et n’exacerbe pas une ischémie myocardique préexistante. Des études chez l’animal ont montré que la circulation hépatique et rénale se maintient bien avec le sévoflurane.

Le sévoflurane diminue le métabolisme cérébral de l’oxygène (CMRO 2 ) d’une manière analogue à celle observée avec l’isoflurane. Une réduction d’environ 50% du CMRO 2 est observée à des concentrations proches de 2,0 MAC. Des études chez l’animal ont démontré que le sévoflurane n’a pas d’effet significatif sur le débit sanguin cérébral.

Effets du sévoflurane sur le système nerveux central: Chez les animaux, le sévoflurane supprime de manière significative l’activité électroencéphalographique (EEG), comparable aux doses équipotentes d’isoflurane. Il n’y a aucune preuve que le sévoflurane soit associé à une activité épileptiforme pendant la normocapnie ou l’hypocapnie. Contrairement à l’enflurane, les tentatives d’éveiller l’activité de l’EEG au cours de l’hypocapnie avec des stimuli auditifs rythmiques ont été négatives.

Composé A: Le composé A est un produit de dégradation du sévoflurane, qui est généré dans des absorbeurs de CO2. Sa concentration augmente normalement avec l’augmentation de la température de l’absorbeur, la concentration de sévoflurane et l’abaissement du débit de gaz frais.

Des études réalisées chez le rat ont montré une dose et une durée de néphrotoxicité réversible et dépendante de l’exposition (nécrose monocellulaire des cellules tubulaires proximales). Chez le rat, des signes de néphrotoxicité ont été observés entre 25 et 50 ppm après 6 et 12 heures d’exposition. La pertinence pour les humains est inconnue.

Dans les études cliniques, la plus forte concentration de composé A (en utilisant de la chaux sodée comme absorbant du CO 2 dans le circuit) était de 15 ppm chez les enfants et de 32 ppm chez les adultes. Dans les systèmes utilisant de la chaux de baryum, des concentrations d’absorbants de CO 2 allant jusqu’à 61 ppm ont été trouvées. Bien que l’expérience avec l’anesthésie à faible débit soit limitée, à ce jour, il n’y a aucune preuve d’insuffisance rénale due au composé A.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Aucun

6.2 Incompatibilités

En milieu clinique, par contact direct avec les absorbants de CO 2 (chaux sodée et hydroxyde de baryum), le sévoflurane peut se dégrader et produire de faibles teneurs en composé A (pentafluoroisopropényl fluorométhyl éther) et des traces de composé B (pentfluorométhoxy isopropyl fluorométhyl éther). (PMFE)). L’interaction avec les absorbants de CO 2 n’est pas unique au sévoflurane. La production de dégradants dans le circuit d’anesthésie résulte de l’extraction du proton acide en présence d’une base forte (hydroxyde de potassium (KOH) et / ou hydroxyde de sodium (NaOH)) formant un alcène (composé A) à partir de sévoflurane. Aucun ajustement de dose ou changement de pratique clinique n’est nécessaire lors de l’utilisation de circuits de réinhalation.

Des niveaux plus élevés du composé A sont obtenus en utilisant de la chaux d’hydroxyde de baryum plutôt que de la chaux sodée.

6.3 Durée de conservation

2 ans.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite aucune condition de stockage particulière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Bouteilles en aluminium de 250 ml, revêtues d’une laque protectrice interne en résine époxyphénolique. Les bouteilles sont fermées avec:

– des capuchons à vis en plastique avec un revêtement intérieur en stratifié de polytétrafluoroéthylène (PTFE) ou

– une fermeture de valve sertie intégrée avec de l’acier inoxydable, du nylon, un copolymère d’éthylène-propylène (EPDM) et des composants de contact en polyéthylène.

Lot de 1 et 6 bouteilles.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Le sévoflurane doit être administré avec un vaporisateur calibré spécifiquement pour le sévoflurane. Le remplissage se fait directement à partir de la bouteille via une vanne intégrée ou, dans le cas d’une bouteille sans vanne intégrée, avec l’utilisation d’un adaptateur approprié spécialement conçu pour le vaporisateur au sévoflurane. Seuls les vaporisateurs dont la compatibilité avec ce médicament a été démontrée doivent être utilisés pour l’administration. On a constaté que le sévoflurane subit une dégradation en présence d’acides forts de Lewis pouvant se former sur des surfaces de métal ou de verre dans des conditions difficiles et l’utilisation de vaporisateurs contenant de tels acides de Lewis ou pouvant les former dans des conditions normales d’utilisation, doit être évité.

Les absorbants de dioxyde de carbone ne doivent pas se dessécher lorsque des anesthésiques par inhalation sont administrés. Si l’absorbant de CO 2 est suspecté d’être desséché, il devrait être remplacé.

7. Titulaire de l’autorisation

Baxter Healthcare Ltd

Caxton Way

Thetford

Norfolk

IP24 3SE

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00116/0420

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 21 octobre 2009

10. Date de révision du texte

15/02/2018