Rewisca 100 mg gélules


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Rewisca 25 mg gélules

Rewisca 50 mg gélules

Rewisca 75 mg gélules

Rewisca 100 mg gélules

Rewisca 150 mg gélules

Rewisca 200 mg gélules

Rewisca 225 mg gélules

Rewisca 300 mg gélules

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque gélule contient 25 mg, 50 mg, 75 mg, 100 mg, 150 mg, 200 mg, 225 mg ou 300 mg de prégabaline.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Capsule dure

25 mg gélules: Le corps de la gélule est de couleur blanche, le bouchon de la gélule est de couleur blanche. Le capuchon de la capsule est imprimé avec la marque noire P25. Le contenu de la capsule est blanc à blanc cassé.

50 mg gélules: Le corps de la capsule est de couleur blanche, le capuchon de la gélule est de couleur jaune pâle. Le capuchon de la capsule est imprimé avec la marque noire P50. Le contenu de la capsule est blanc à blanc cassé.

75 mg gélules: Le corps de la capsule est de couleur jaune brunâtre, le capuchon de la gélule est de couleur jaune brunâtre. Le capuchon de la capsule est imprimé avec la marque noire P75. Le contenu de la capsule est blanc à blanc cassé.

100 mg gélules: Le corps de la capsule est de couleur brun rougeâtre, le capuchon de la capsule est de couleur brun rougeâtre. Le capuchon de la capsule est imprimé avec la marque blanche P100. Le contenu de la capsule est blanc à blanc cassé.

150 mg gélules: Le corps de la capsule est de couleur blanche, le capuchon de la gélule est de couleur brun jaunâtre. Le capuchon de la capsule est imprimé avec la marque noire P150. Le contenu de la capsule est blanc à blanc cassé.

200 mg gélules: Le corps de la capsule est de couleur brune, le capuchon de la gélule est de couleur brune. Le capuchon de la capsule est imprimé avec la marque noire P200. Le contenu de la capsule est blanc à blanc cassé.

225 mg gélules: Le corps de la capsule est de couleur blanche, le capuchon de la gélule est de couleur brune. Le capuchon de la capsule est imprimé avec la marque noire P225. Le contenu de la capsule est blanc à blanc cassé.

300 mg gélules: Le corps de la gélule est de couleur blanche, le bouchon de la gélule est de couleur brun foncé. Le capuchon de la capsule est imprimé avec la marque blanche P300. Le contenu de la capsule est blanc à blanc cassé.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Douleur neuropathique

Rewisca est indiqué pour le traitement de la douleur neuropathique périphérique et centrale chez les adultes.

Épilepsie

Rewisca est indiqué comme traitement d’appoint chez les adultes présentant des crises partielles avec ou sans généralisation secondaire.

Trouble d’anxiété généralisée

Rewisca est indiqué pour le traitement du trouble d’anxiété généralisée (TAG) chez les adultes.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

La gamme de doses est de 150 à 600 mg par jour administrée en deux ou trois doses fractionnées.

Douleur neuropathique

Le traitement par la prégabaline peut être instauré à la dose de 150 mg par jour, administrée en deux ou trois doses fractionnées. En fonction de la réponse individuelle du patient et de sa tolérabilité, la dose peut être augmentée à 300 mg par jour après un intervalle de 3 à 7 jours et, si nécessaire, à une dose maximale de 600 mg par jour après un intervalle supplémentaire de 7 jours.

Épilepsie

Le traitement par prégabaline peut être instauré avec une dose de 150 mg par jour administrée en deux ou trois prises. En fonction de la réponse individuelle du patient et de la tolérabilité, la dose peut être augmentée à 300 mg par jour après 1 semaine. La dose maximale de 600 mg par jour peut être atteinte après une semaine supplémentaire.

Trouble d’anxiété généralisée

La gamme de doses est de 150 à 600 mg par jour en deux ou trois doses divisées. Le besoin de traitement devrait être réévalué régulièrement.

Le traitement par prégabaline peut être commencé avec une dose de 150 mg par jour. En fonction de la réponse individuelle du patient et de la tolérabilité, la dose peut être augmentée à 300 mg par jour après 1 semaine. Après une semaine supplémentaire, la dose peut être augmentée à 450 mg par jour. La dose maximale de 600 mg par jour peut être atteinte après une semaine supplémentaire.

Arrêt de la prégabaline

Conformément à la pratique clinique actuelle, si la prégabaline doit être arrêtée, il est recommandé de le faire progressivement sur une durée minimale d’une semaine, indépendamment de l’indication (voir rubriques 4.4 et 4.8).

Insuffisance rénale

La prégabaline est éliminée de la circulation générale principalement par excrétion rénale sous forme de médicament inchangé. Comme la clairance de la prégabaline est directement proportionnelle à la clairance de la créatinine (voir rubrique 5.2), la réduction de la dose chez les patients présentant une insuffisance rénale doit être individualisée en fonction de la clairance de la créatinine (CLcr).

La prégabaline est efficacement éliminée du plasma par hémodialyse (50% du médicament en 4 heures). Pour les patients sous hémodialyse, la dose quotidienne de prégabaline doit être ajustée en fonction de la fonction rénale.

En plus de la dose quotidienne, une dose supplémentaire doit être administrée immédiatement après chaque traitement d’hémodialyse de 4 heures (voir le tableau 1).

Tableau 1. Ajustement de la dose de prégabaline en fonction de la fonction rénale

Clairance de la créatinine (CLcr)

(ml / min)

Dose quotidienne totale de prégabaline *

Régime posologique

Dose de départ

(mg / jour)

Dose maximale

(mg / jour)

≥ 60

150

600

BID ou TID

≥30 – <60

75

300

BID ou TID

≥15 – <30

25 – 50

150

Une fois par jour ou BID

<15

25

75

Une fois par jour

Dosage supplémentaire suivant l’hémodialyse (mg)

25

100

Dose unique +

TID = Trois doses divisées

BID = Deux doses divisées

* La dose quotidienne totale (mg / jour) doit être divisée comme indiqué par le schéma posologique pour fournir mg / dose

+ La dose supplémentaire est une dose supplémentaire unique

Insuffisance hépatique

Aucun ajustement posologique n’est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance hépatique (voir rubrique 5.2).

Population pédiatrique

L’innocuité et l’efficacité de la prégabaline chez les enfants de moins de 12 ans et chez les adolescents (de 12 à 17 ans) n’ont pas été établies. Les données actuellement disponibles sont décrites dans les sections 4.8, 5.1 et 5.2 mais aucune recommandation sur une posologie ne peut être faite.

Personnes âgées

Les personnes âgées peuvent nécessiter une réduction de la dose de prégabaline due à une diminution de la fonction rénale (voir rubrique 5.2).

Méthode d’administration

Rewisca peut être pris avec ou sans nourriture.

Rewisca est à usage oral seulement.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Patients diabétiques

Conformément à la pratique clinique actuelle, certains patients diabétiques qui prennent du poids sous traitement par la prégabaline peuvent avoir besoin d’ajuster les médicaments hypoglycémiants.

Réactions d’hypersensibilité

Il y a eu des rapports dans l’expérience de post-marketing des réactions d’hypersensibilité, y compris des cas d’angioedème. La prégabaline doit être arrêtée immédiatement si des symptômes d’œdème de Quincke, comme un gonflement du visage, du périorème ou des voies aériennes supérieures, se produisent.

Vertiges, somnolence, perte de conscience, confusion et troubles mentaux

Le traitement par la prégabaline a été associé à des étourdissements et à de la somnolence, ce qui pourrait augmenter la fréquence des blessures accidentelles (chute) chez les personnes âgées. Des cas de perte de connaissance, de confusion et de troubles mentaux ont également été rapportés après la commercialisation. Par conséquent, il faut conseiller aux patients de faire preuve de prudence jusqu’à ce qu’ils soient familiarisés avec les effets potentiels du médicament.

Effets liés à la vision

Dans les essais contrôlés, une proportion plus élevée de patients traités par la prégabaline ont présenté une vision trouble que les patients traités par le placebo qui ont disparu dans la majorité des cas avec une administration continue. Dans les études cliniques où des tests ophtalmologiques ont été réalisés, l’incidence de la réduction de l’acuité visuelle et des modifications du champ visuel était plus importante chez les patients traités par la prégabaline que chez les patients traités par placebo; l’incidence des modifications fundoscopiques était plus importante chez les patients traités par placebo (voir rubrique 5.1).

Au cours de l’expérience post-commercialisation, des effets indésirables visuels ont également été rapportés, notamment une perte de vision, un flou visuel ou d’autres modifications de l’acuité visuelle, dont beaucoup étaient transitoires. L’arrêt de la prégabaline peut entraîner la résolution ou l’amélioration de ces symptômes visuels.

Insuffisance rénale

Des cas d’insuffisance rénale ont été rapportés et dans certains cas, l’arrêt de la prégabaline a montré une réversibilité de cette réaction indésirable.

Retrait des médicaments antiépileptiques concomitants

Il n’y a pas suffisamment de données pour le retrait des médicaments anti-épileptiques concomitants, une fois que le contrôle des crises avec la prégabaline dans la situation d’add-on a été atteint, afin d’atteindre la monothérapie par la prégabaline.

Les symptômes de sevrage

Après l’arrêt du traitement à court et à long terme avec la prégabaline, des symptômes de sevrage ont été observés chez certains patients. Les événements suivants ont été mentionnés: insomnie, céphalée, nausée, anxiété, diarrhée, syndrome grippal, nervosité, dépression, douleur, convulsions, hyperhidrose et étourdissements, évocateurs d’une dépendance physique. Le patient doit être informé à ce sujet au début du traitement.

Des convulsions, y compris un état de mal épileptique et des convulsions grand mal, peuvent survenir pendant l’utilisation de la prégabaline ou peu après l’arrêt de la prégabaline.

Concernant l’arrêt du traitement à long terme de la prégabaline, les données suggèrent que l’incidence et la sévérité des symptômes de sevrage peuvent être liées à la dose.

Insuffisance cardiaque congestive

Des cas d’insuffisance cardiaque congestive ont été rapportés après la commercialisation chez certains patients recevant de la prégabaline. Ces réactions sont surtout observées chez les patients âgés atteints de troubles cardiovasculaires au cours du traitement par la prégabaline pour une indication neuropathique. La prégabaline doit être utilisée avec prudence chez ces patients. L’arrêt de la prégabaline peut résoudre la réaction.

Traitement de la douleur neuropathique centrale due à une lésion de la moelle épinière

Dans le traitement de la douleur neuropathique centrale due à une lésion de la moelle épinière, l’incidence des effets indésirables en général, des effets indésirables du système nerveux central et en particulier de la somnolence a été augmentée. Ceci peut être attribué à un effet additif dû aux médicaments concomitants (par exemple les agents anti-spasticité) nécessaires pour cette maladie. Cela devrait être considéré lors de la prescription de la prégabaline dans cette condition.

Idées et comportements suicidaires

Des idées et comportements suicidaires ont été rapportés chez des patients traités par des anti-épileptiques dans plusieurs indications. Une méta-analyse d’études contrôlées par placebo randomisées sur des médicaments anti-épileptiques a également montré un faible risque accru d’idées et de comportements suicidaires. Le mécanisme de ce risque n’est pas connu et les données disponibles n’excluent pas la possibilité d’un risque accru de prégabaline.

Les patients doivent donc être surveillés afin de détecter les signes d’idées et de comportements suicidaires et un traitement approprié doit être envisagé. Les patients (et les soignants des patients) devraient être avisés de consulter un médecin si des signes d’idées ou de comportements suicidaires apparaissent.

Réduction de la fonction du tractus gastro-intestinal inférieur

Il y a des rapports post-commercialisation d’événements liés à la réduction de la fonction du tractus gastro-intestinal inférieur (obstruction intestinale, iléus paralytique, constipation) lorsque la prégabaline est co-administrée avec des médicaments susceptibles de provoquer la constipation, tels que les analgésiques opioïdes. Lorsque la prégabaline et les opioïdes seront utilisés en association, des mesures visant à prévenir la constipation peuvent être envisagées (en particulier chez les femmes et les personnes âgées).

Mauvais usage, abus potentiel ou dépendance

Des cas d’abus, d’abus et de dépendance ont été signalés. Des précautions doivent être prises chez les patients ayant des antécédents de toxicomanie et le patient doit être surveillé pour détecter les symptômes d’abus, d’abus ou de dépendance à la prégabaline (développement de tolérance, augmentation de la dose, comportement de recherche de drogue).

Encéphalopathie

Des cas d’encéphalopathie ont été rapportés, principalement chez des patients présentant des affections sous-jacentes susceptibles de provoquer une encéphalopathie.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Comme la prégabaline est principalement excrétée inchangée dans l’urine, subit un métabolisme négligeable chez l’homme (<2% d’une dose retrouvée dans l’urine sous forme de métabolites), n’inhibe pas le métabolisme des médicaments in vitro et n’est pas liée aux protéines plasmatiques. ou être sujet à des interactions pharmacocinétiques.

Études in vivo et analyse pharmacocinétique de population

En conséquence, dans les études in vivo , aucune interaction pharmacocinétique cliniquement pertinente n’a été observée entre la prégabaline et la phénytoïne, la carbamazépine, l’acide valproïque, la lamotrigine, la gabapentine, le lorazépam, l’oxycodone ou l’éthanol. L’analyse pharmacocinétique de population a indiqué que les antidiabétiques oraux, les diurétiques, l’insuline, le phénobarbital, la tiagabine et le topiramate n’avaient pas d’effet cliniquement significatif sur la clairance de la prégabaline.

Contraceptifs oraux, noréthistérone et / ou éthinylestradiol

L’administration concomitante de prégabaline avec les contraceptifs oraux noréthistérone et / ou éthinylestradiol n’influence pas la pharmacocinétique à l’état d’équilibre de l’une ou l’autre substance.

Système nerveux central influençant les produits médicaux

La prégabaline peut potentialiser les effets de l’éthanol et du lorazépam. Dans les essais cliniques contrôlés, de multiples doses orales de prégabaline co-administrées avec de l’oxycodone, du lorazépam ou de l’éthanol n’ont pas entraîné d’effets cliniquement importants sur la respiration. Dans l’expérience post-commercialisation, des cas d’insuffisance respiratoire et de coma ont été rapportés chez des patients prenant de la prégabaline et d’autres médicaments dépresseurs du système nerveux central (SNC). La prégabaline semble être additive dans l’altération de la fonction motrice cognitive et globale causée par l’oxycodone.

Interactions et les personnes âgées

Aucune étude d’interaction pharmacodynamique spécifique n’a été menée chez des volontaires âgés. Les études d’interaction ont seulement été réalisées chez les adultes.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Femmes en âge de procréer / Contraception chez les hommes et les femmes

Comme le risque potentiel pour l’homme est inconnu, une contraception efficace doit être utilisée chez les femmes en âge de procréer.

Grossesse

Il n’y a pas de données adéquates sur l’utilisation de la prégabaline chez les femmes enceintes.

Des études chez l’animal ont montré une toxicité sur la reproduction (voir rubrique 5.3). Le risque potentiel pour les humains est inconnu.

Rewisca ne doit pas être utilisé pendant la grossesse à moins d’une nécessité absolue (si le bénéfice pour la mère l’emporte clairement sur le risque potentiel pour le fœtus).

Allaitement maternel

La prégabaline est excrétée dans le lait maternel (voir rubrique 5.2). L’effet de la prégabaline sur les nouveau-nés / nourrissons est inconnu. La décision d’interrompre l’allaitement ou d’interrompre le traitement par la prégabaline doit être prise en tenant compte du bénéfice de l’allaitement pour l’enfant et du bénéfice du traitement pour la femme.

La fertilité

Il n’y a pas de données cliniques sur les effets de la prégabaline sur la fertilité féminine.

Lors d’un essai clinique visant à évaluer l’effet de la prégabaline sur la motilité des spermatozoïdes, des sujets masculins en bonne santé ont été exposés à la prégabaline à la dose de 600 mg / jour. Après 3 mois de traitement, il n’y a eu aucun effet sur la motilité des spermatozoïdes.

Une étude de fertilité chez des rats femelles a montré des effets nocifs sur la reproduction. Des études de fertilité chez des rats mâles ont montré des effets nocifs sur la reproduction et le développement. La pertinence clinique de ces résultats est inconnue (voir rubrique 5.3).

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Rewisca peut avoir une influence mineure ou modérée sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Rewisca peut causer des étourdissements et de la somnolence et peut donc influencer l’aptitude à conduire ou à utiliser des machines. Il est conseillé aux patients de ne pas conduire, d’opérer des machines complexes ou de s’engager dans d’autres activités potentiellement dangereuses jusqu’à ce que l’on sache si ce médicament affecte leur capacité à effectuer ces activités.

4.8 Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

Le programme clinique de prégabaline a impliqué plus de 8900 patients qui ont été exposés à la prégabaline, dont plus de 5600 ont été dans des essais contrôlés par placebo en double aveugle. Les effets indésirables les plus fréquemment signalés étaient les vertiges et la somnolence. Les réactions défavorables étaient habituellement d’intensité légère à modérée. Dans toutes les études contrôlées, le taux d’abandon dû aux effets indésirables a été de 12% chez les patients recevant la prégabaline et de 5% chez les patients recevant le placebo. Les effets indésirables les plus fréquents ayant entraîné l’arrêt du traitement par la prégabaline ont été des étourdissements et de la somnolence.

Liste tabulée des effets indésirables

Dans le tableau 2 ci-dessous, tous les effets indésirables, survenus à une fréquence supérieure à celle du placebo et chez plus d’un patient, sont classés par classe et fréquence (très fréquent (≥ 1/10), commun (≥ 1/100 à <1/10) ): peu fréquent (≥ 1/1000 à <1/100), rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000), très rare (<1/10 000), inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles). Pour chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

Les effets indésirables listés peuvent également être associés à la maladie sous-jacente et / ou aux médicaments concomitants.

Dans le traitement de la douleur neuropathique centrale due à une lésion de la moelle épinière, l’incidence des effets indésirables en général, des effets indésirables du SNC et en particulier de la somnolence a été augmentée (voir rubrique 4.4).

Les réactions supplémentaires signalées après la commercialisation sont indiquées en italique dans la liste ci-dessous.

La table 2. Les Réactions de Médicament défavorables de Prégabaline

Classe d’organe de système

Effets indésirables du médicament

Infections et infestations

Commun

Nasopharyngite

Troubles du système sanguin et lymphatique

Rare

Neutropénie

Troubles du système immunitaire

Rare

Hypersensibilité

Rare

Angioedème, réaction allergique

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Commun

Appétit augmenté

Rare

Anorexie, hypoglycémie

Troubles psychiatriques

Commun

Humeur euphorique, confusion, irritabilité, désorientation, insomnie, diminution de la libido

Rare

Hallucination, attaque de panique, agitation, agitation, dépression, humeur dépressive, humeur élevée, agressivité , sautes d’humeur, dépersonnalisation, difficulté à trouver des mots, rêves anormaux, augmentation de la libido, anorgasmie, apathie

Rare

Désinhibition

Troubles du système nerveux

Très commun

Vertiges, somnolence, maux de tête

Commun

Ataxie, coordination anormale, tremblements, dysarthrie, amnésie, troubles de la mémoire, troubles de l’attention, paresthésie, hypoesthésie, sédation, troubles de l’équilibre, léthargie

Rare

Syncope, stupeur, myoclonie, perte de conscience , hyperactivité psychomotrice, dyskinésie, vertiges posturaux, tremblements intentionnels, nystagmus, troubles cognitifs, troubles mentaux , troubles de la parole, hyporéflexie, hyperesthésie, sensation de brûlure, agueusie, malaise

Rare

Convulsions , parosmie, hypokinésie, dysgraphie

Troubles oculaires

Commun

Vision floue, diplopie

Rare

Perte de la vision périphérique, troubles visuels, gonflement des yeux, défaut du champ visuel, acuité visuelle réduite, douleur oculaire, asthénopie, photopsie, sécheresse oculaire, larmoiement accru, irritation des yeux

Rare

Perte de vision, kératite , oscillopsie, altération de la perception de la profondeur visuelle, mydriase, strabisme, luminosité visuelle

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Commun

vertige

Rare

Hyperacousie

Troubles cardiaques

Rare

Tachycardie, bloc auriculo-ventriculaire au premier degré, bradycardie sinusale, insuffisance cardiaque congestive

Rare

Allongement de l’intervalle QT , tachycardie sinusale, arythmie sinusale

Troubles vasculaires

Rare

Hypotension, hypertension, bouffées de chaleur, bouffées de chaleur, froideur périphérique

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Rare

Dyspnée, épistaxis, toux, congestion nasale, rhinite, ronflement, sécheresse nasale

Rare

Œdème pulmonaire , étanchéité de la gorge

Problèmes gastro-intestinaux

Commun

Vomissements, nausées , constipation, diarrhée , flatulence, distension abdominale, bouche sèche

Rare

Reflux gastrooesophagien, hypersécrétion salivaire, hypoesthésie orale

Rare

Ascite, pancréatite, langue enflée , dysphagie

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Rare

Rash papuleux, urticaire, hyperhidrose, prurit

Rare

Syndrome de Stevens-Johnson , sueur froide

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Commun

Crampes musculaires, arthralgies, douleurs dorsales, douleurs dans les membres, spasme cervical

Rare

Gonflement articulaire, myalgie, contractions musculaires, douleur au cou, raideur musculaire

Rare

Rhabdomyolyse

Troubles rénaux et urinaires

Rare

Incontinence urinaire, dysurie

Rare

Insuffisance rénale, oligurie, rétention urinaire

Système reproducteur et troubles mammaires

Commun

Dysfonction érectile

Rare

Dysfonctionnement sexuel, éjaculation retardée, dysménorrhée, douleur mammaire

Rare

Aménorrhée, écoulement mammaire, hypertrophie mammaire, gynécomastie

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Commun

Oedème périphérique, œdème, démarche anormale, chute, se sentir ivre, se sentir anormal, fatigue

Rare

Oedème généralisé, œdème facial , oppression thoracique, douleur, pyrexie, soif, frissons, asthénie

Enquêtes

Commun

Poids augmenté

Rare

La créatine phosphokinase sanguine a augmenté, l’alanine aminotransférase a augmenté, l’aspartate aminotransférase a augmenté, la glycémie a augmenté, la numération plaquettaire a diminué, la créatinine sanguine a augmenté, le potassium sanguin a diminué, le poids a diminué

Rare

Le nombre de globules blancs a diminué

Après l’arrêt du traitement à court et à long terme avec la prégabaline, des symptômes de sevrage ont été observés chez certains patients. Les réactions suivantes ont été mentionnées: insomnie, céphalée, nausée, anxiété, diarrhée, syndrome grippal, convulsions, nervosité, dépression, douleur, hyperhidrose et étourdissements, évocateurs d’une dépendance physique. Le patient doit être informé à ce sujet au début du traitement.

Concernant l’arrêt du traitement à long terme de la prégabaline, les données suggèrent que l’incidence et la sévérité des symptômes de sevrage peuvent être liées à la dose.

Population pédiatrique

Le profil d’innocuité de la prégabaline observé dans deux études pédiatriques (étude de pharmacocinétique et de tolérabilité, n = 65, étude ouverte de sécurité 1 an sur l’innocuité, n = 54) était similaire à celui observé chez l’adulte (voir rubriques 4.2, 5.1 et 5.2) .

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté par le biais du programme de cartes jaunes sur www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Symptômes

Au cours de l’expérience post-commercialisation, les effets indésirables les plus fréquemment rapportés lors de la prise de la prégabaline en cas de surdosage étaient la somnolence, l’état confusionnel, l’agitation et l’agitation.

Des saisies ont également été signalées.

En de rares occasions, des cas de coma ont été rapportés.

La gestion

Le traitement du surdosage de prégabaline doit inclure des mesures de soutien générales et peut inclure une hémodialyse si nécessaire (voir rubrique 4.2 Tableau 1).

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: anti-épileptiques, autres anti-épileptiques; Code ATC: N03AX16.

La substance active, la prégabaline, est un analogue de l’acide gamma-aminobutyrique (acide (S) -3- (aminométhyl) -5-méthylhexanoïque).

Mécanisme d’action

La prégabaline se lie à une sous-unité auxiliaire (protéine α 2 -δ) des canaux calciques voltage-dépendants dans le système nerveux central.

Efficacité clinique et sécurité

Douleur neuropathique

L’efficacité a été démontrée dans des essais sur la neuropathie diabétique, la névralgie post-herpétique et les lésions de la moelle épinière. L’efficacité n’a pas été étudiée dans d’autres modèles de douleur neuropathique.

La prégabaline a été étudiée dans le cadre de 10 essais cliniques contrôlés d’une durée allant jusqu’à 13 semaines avec une administration deux fois par jour (BID) et jusqu’à 8 semaines avec une administration trois fois par jour (TID). Dans l’ensemble, les profils d’innocuité et d’efficacité pour les schémas posologiques BID et TID étaient similaires.

Dans les essais cliniques allant jusqu’à 12 semaines pour les douleurs neuropathiques périphériques et centrales, une réduction de la douleur a été observée à la semaine 1 et s’est maintenue tout au long de la période de traitement.

Dans des essais cliniques contrôlés sur la douleur neuropathique périphérique, 35% des patients traités par la prégabaline et 18% des patients sous placebo ont présenté une amélioration de 50% du score de douleur. Chez les patients ne présentant pas de somnolence, une telle amélioration a été observée chez 33% des patients traités par la prégabaline et chez 18% des patients sous placebo. Pour les patients qui ont souffert de somnolence, les taux de répondeurs étaient de 48% sous prégabaline et de 16% sous placebo.

Dans l’essai clinique contrôlé portant sur la douleur neuropathique centrale, 22% des patients traités par la prégabaline et 7% des patients sous placebo ont présenté une amélioration de 50% du score de douleur.

Épilepsie

Traitement d’appoint

La prégabaline a été étudiée dans le cadre de 3 essais cliniques contrôlés d’une durée de 12 semaines avec une administration de BID ou de TID. Dans l’ensemble, les profils d’innocuité et d’efficacité pour les schémas posologiques BID et TID étaient similaires.

Une réduction de la fréquence des crises a été observée à la semaine 1.

Population pédiatrique

L’efficacité et l’innocuité de la prégabaline en tant que traitement d’appoint de l’épilepsie chez les enfants de moins de 12 ans et les adolescents n’ont pas été établies. Les événements indésirables observés dans une étude de pharmacocinétique et de tolérabilité chez des patients âgés de 3 mois à 16 ans (n = 65) étaient similaires à ceux observés chez les adultes. Les résultats d’une étude d’innocuité de 1 an chez 54 enfants âgés de 3 mois à 16 ans atteints d’épilepsie indiquent que les effets indésirables de la pyrexie et des infections des voies respiratoires supérieures étaient plus fréquents que chez les adultes (voir rubriques 4.2, 4.8 et 5.2 ).

Monothérapie (patients nouvellement diagnostiqués)

La prégabaline a été étudiée dans le cadre d’un essai clinique contrôlé d’une durée de 56 semaines avec une administration de BID. La prégabaline n’a pas atteint la non-infériorité par rapport à la lamotrigine sur la base du critère d’évaluation de la liberté de convulsion après 6 mois. La prégabaline et la lamotrigine étaient également sans danger et bien tolérées.

Trouble d’anxiété généralisée

La prégabaline a été étudiée dans le cadre de 6 essais contrôlés d’une durée de 4 à 6 semaines, d’une étude de 8 semaines sur les personnes âgées et d’une étude de prévention des rechutes à long terme avec une phase de prévention des rechutes à double insu de 6 mois.

Le soulagement des symptômes du TAG tel que reflété par l’échelle d’évaluation d’anxiété de Hamilton (HAM-A) a été observé à la semaine 1.

Dans les essais cliniques contrôlés (durée de 4 à 8 semaines), 52% des patients traités par la prégabaline et 38% des patients sous placebo ont présenté une amélioration d’au moins 50% du score total HAM-A entre le début et la fin de l’étude.

Dans les essais contrôlés, une proportion plus élevée de patients traités par la prégabaline ont présenté une vision trouble que les patients traités par le placebo qui ont disparu dans la majorité des cas avec une administration continue. Des tests ophtalmologiques (y compris des tests d’acuité visuelle, des tests de champ visuel formel et un examen funduscopique dilaté) ont été effectués chez plus de 3600 patients dans le cadre d’essais cliniques contrôlés. Chez ces patients, l’acuité visuelle a été réduite chez 6,5% des patients traités par la prégabaline et chez 4,8% des patients traités par placebo. Des modifications du champ visuel ont été détectées chez 12,4% des patients traités par la prégabaline et 11,7% des patients traités par placebo. Des modifications funduscopiques ont été observées chez 1,7% des patients traités par la prégabaline et 2,1% des patients traités par le placebo.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

La pharmacocinétique à l’état d’équilibre de la prégabaline est similaire chez les volontaires sains, chez les patients épileptiques recevant des médicaments antiépileptiques et chez les patients souffrant de douleur chronique.

Absorption

La prégabaline est rapidement absorbée lorsqu’elle est administrée à jeun, les concentrations plasmatiques maximales étant atteintes dans l’heure suivant l’administration d’une dose unique ou multiple. La biodisponibilité orale de la prégabaline est estimée à ≥ 90% et est indépendante de la dose. Après administration répétée, l’état d’équilibre est atteint dans les 24 à 48 heures. Le taux d’absorption de la prégabaline est diminué lorsqu’il est administré avec de la nourriture, ce qui entraîne une diminution de la C max d’environ 25 à 30% et un retard de la température max à environ 2,5 heures. Cependant, l’administration de prégabaline avec de la nourriture n’a aucun effet cliniquement significatif sur l’étendue de l’absorption de la prégabaline.

Distribution

Dans des études précliniques, il a été démontré que la prégabaline traverse la barrière hémato-encéphalique chez la souris, le rat et le singe. Il a été démontré que la prégabaline traverse le placenta chez le rat et est présente dans le lait des rates en lactation. Chez l’homme, le volume de distribution apparent de la prégabaline après administration orale est d’environ 0,56 l / kg. La prégabaline n’est pas liée aux protéines plasmatiques.

Biotransformation

La prégabaline subit un métabolisme négligeable chez les humains. Après une dose de prégabaline radiomarquée, environ 98% de la radioactivité retrouvée dans l’urine était la prégabaline inchangée. Le dérivé N-méthylé de la prégabaline, principal métabolite de la prégabaline dans l’urine, représentait 0,9% de la dose. Dans les études précliniques, il n’y avait aucune indication de racémisation de l’énantiomère S de la prégabaline à l’énantiomère R.

Élimination

La prégabaline est éliminée de la circulation générale principalement par excrétion rénale sous forme de médicament inchangé. La demi-vie d’élimination moyenne de la prégabaline est de 6,3 heures. La clairance plasmatique de la prégabaline et la clairance rénale sont directement proportionnelles à la clairance de la créatinine (voir rubrique 5.2 Insuffisance rénale). Un ajustement de la dose chez les patients ayant une fonction rénale réduite ou subissant une hémodialyse est nécessaire (voir rubrique 4.2 Tableau 1).

Linéarité / non-linéarité

La pharmacocinétique de la prégabaline est linéaire par rapport à la dose quotidienne recommandée. La variabilité pharmacocinétique inter-sujets de la prégabaline est faible (<20%). La pharmacocinétique de doses multiples est prévisible à partir de données à dose unique. Par conséquent, il n’est pas nécessaire de surveiller régulièrement les concentrations plasmatiques de prégabaline.

Le genre

Les essais cliniques indiquent que le sexe n’a pas d’influence cliniquement significative sur les concentrations plasmatiques de la prégabaline.

Insuffisance rénale

La clairance de la prégabaline est directement proportionnelle à la clairance de la créatinine. De plus, la prégabaline est efficacement éliminée du plasma par hémodialyse (après un traitement d’hémodialyse de 4 heures, les concentrations plasmatiques de prégabaline sont réduites d’environ 50%). L’élimination rénale étant la principale voie d’élimination, une réduction de la dose chez les patients insuffisants rénaux et une supplémentation en dose après hémodialyse sont nécessaires (voir rubrique 4.2 Tableau 1).

Insuffisance hépatique

Aucune étude pharmacocinétique spécifique n’a été réalisée chez des patients présentant une insuffisance hépatique. Étant donné que la prégabaline ne subit pas de métabolisme important et qu’elle est principalement excrétée sous forme inchangée dans l’urine, une altération de la fonction hépatique ne devrait pas modifier de façon significative les concentrations plasmatiques de la prégabaline.

Population pédiatrique

La pharmacocinétique de la prégabaline a été évaluée chez des patients pédiatriques atteints d’épilepsie (groupes d’âge: 1 à 23 mois, 2 à 6 ans, 7 à 11 ans et 12 à 16 ans) à des doses de 2,5, 5, 10 et 15 mg / kg / jour. une étude pharmacocinétique et de tolérance.

Après l’administration orale de la prégabaline à des patients pédiatriques à jeun, en général, le temps nécessaire pour atteindre la concentration plasmatique maximale était similaire dans tout le groupe d’âge et se produisait 0,5 heure à 2 heures après l’administration du médicament.

Les paramètres de la prégabaline C max et de l’AUC ont augmenté de façon linéaire avec l’augmentation de la dose dans chaque groupe d’âge. L’ASC était inférieure de 30% chez les patients pédiatriques de moins de 30 kg, en raison d’une augmentation de la clairance ajustée du poids corporel de 43% chez ces patients par rapport aux patients pesant ≥ 30 kg.

La demi-vie terminale de la prégabaline était d’environ 3 à 4 heures en moyenne chez les patients pédiatriques âgés de moins de 6 ans et de 4 à 6 heures chez les patients de 7 ans et plus.

L’analyse pharmacocinétique de population a montré que la clairance de la créatinine était une covariable significative de la clairance orale de la prégabaline; le poids corporel était une covariable significative du volume de la distribution orale de la prégabaline, et ces relations étaient similaires chez les patients pédiatriques et adultes.

La pharmacocinétique de la prégabaline chez les patients âgés de moins de 3 mois n’a pas été étudiée (voir rubriques 4.2, 4.8 et 5.1).

Personnes âgées

La clairance de la prégabaline a tendance à diminuer avec l’âge. Cette diminution de la clairance orale de la prégabaline est compatible avec une diminution de la clairance de la créatinine associée à l’âge. Une réduction de la dose de prégabaline peut être nécessaire chez les patients ayant une fonction rénale altérée liée à l’âge (voir rubrique 4.2 Tableau 1).

Les mères qui allaitent

La pharmacocinétique de 150 mg de prégabaline administrée toutes les 12 heures (dose quotidienne de 300 mg) a été évaluée chez 10 femmes allaitantes qui étaient au moins 12 semaines après l’accouchement. La lactation avait peu ou pas d’influence sur la pharmacocinétique de la prégabaline. La prégabaline a été excrétée dans le lait maternel avec des concentrations moyennes à l’état d’équilibre d’environ 76% de celles du plasma maternel. La dose estimée pour le nourrisson du lait maternel (en supposant une consommation moyenne de lait de 150 ml / kg / jour) chez les femmes recevant 300 mg / jour ou 600 mg / jour serait respectivement de 0,31 ou 0,62 mg / kg / jour. Ces doses estimées représentent environ 7% de la dose quotidienne totale de la mère, en mg / kg.

5.3 Données de sécurité précliniques

Dans les études de pharmacologie de sécurité classiques chez les animaux, la prégabaline a été bien tolérée à des doses cliniquement pertinentes. Dans des études de toxicité à doses répétées chez le rat et le singe, des effets sur le SNC ont été observés, y compris l’hypoactivité, l’hyperactivité et l’ataxie. Une augmentation de l’incidence de l’atrophie rétinienne observée chez des rats albinos âgés a été observée après une exposition à long terme à la prégabaline à des expositions ≥ 5 fois l’exposition humaine moyenne à la dose clinique maximale recommandée.

La prégabaline n’était pas tératogène chez la souris, le rat ou le lapin. La toxicité fœtale chez les rats et les lapins s’est produite uniquement à des expositions suffisamment supérieures à l’exposition humaine. Dans les études de toxicité prénatale / postnatale, la prégabaline a induit une toxicité sur le développement des descendants chez le rat à des expositions> 2 fois l’exposition humaine maximale recommandée.

Des effets indésirables sur la fertilité chez les rats mâles et femelles ont été observés seulement à des expositions suffisamment supérieures à l’exposition thérapeutique. Les effets indésirables sur les organes reproducteurs mâles et les paramètres des spermatozoïdes étaient réversibles et se produisaient uniquement à des expositions suffisamment supérieures à l’exposition thérapeutique ou étaient associés à des processus dégénératifs spontanés dans les organes reproducteurs mâles chez le rat. Par conséquent, les effets ont été considérés de peu ou pas de pertinence clinique.

La prégabaline n’est pas génotoxique sur la base des résultats d’une batterie de tests in vitro et in vivo .

Des études de cancérogénicité de deux ans sur la prégabaline ont été menées chez le rat et la souris. Aucune tumeur n’a été observée chez le rat à des expositions allant jusqu’à 24 fois l’exposition humaine moyenne à la dose clinique maximale recommandée de 600 mg / jour. Chez les souris, aucune augmentation de l’incidence des tumeurs n’a été observée à des expositions similaires à l’exposition humaine moyenne, mais une incidence accrue d’hémangiosarcome a été observée à des expositions plus élevées. Le mécanisme non génotoxique de la formation de tumeurs induite par la prégabaline chez la souris implique des modifications plaquettaires et la prolifération des cellules endothéliales associées. Ces changements plaquettaires n’étaient pas présents chez le rat ou chez l’homme sur la base de données cliniques à court terme et limitées à long terme. Il n’y a aucune évidence pour suggérer un risque associé aux humains.

Chez les rats juvéniles, les types de toxicité ne diffèrent pas qualitativement de ceux observés chez les rats adultes. Cependant, les rats juvéniles sont plus sensibles. Aux expositions thérapeutiques, il y avait des signes de signes cliniques d’hyperactivité et de bruxisme du SNC et de certains changements dans la croissance (suppression du gain de poids corporel transitoire). Les effets sur le cycle de l’œstrus ont été observés à 5 fois l’exposition thérapeutique humaine. Une réponse acoustique réduite a été observée chez des rats juvéniles 1 à 2 semaines après l’exposition à plus de 2 fois l’exposition thérapeutique humaine. Neuf semaines après l’exposition, cet effet n’était plus observable.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Contenu de la capsule:

Amidon prégélatinisé

Talc (E553b)

Coquille de capsule:

25 mg de gélules

Dioxyde de titane (E171)

Gélatine (E441)

Encre d’imprimerie noire (gomme laque (E904), oxyde de fer noir (E172), alcool N-butylique, eau purifiée, propylèneglycol (E1520), éthanol déshydraté, alcool isopropylique, hydroxyde d’ammonium (E527))

50 mg, 75 mg de gélules

Dioxyde de titane (E171)

Gélatine (E441)

Oxyde de fer jaune (E172)

Encre d’imprimerie noire (gomme laque (E904), oxyde de fer noir (E172), alcool N-butylique, eau purifiée, propylèneglycol (E1520), éthanol déshydraté, alcool isopropylique, hydroxyde d’ammonium (E527))

100 mg de gélules

Dioxyde de titane (E171)

Gélatine (E441)

Oxyde de fer rouge (E172)

Encre d’imprimerie blanche (gomme laque (E904), alcool déshydraté, alcool isopropylique, alcool butylique, propylèneglycol (E1520), hydroxyde d’ammonium (E527), eau purifiée, hydroxyde de potassium (E525), dioxyde de titane (E171))

150 mg de gélules

Dioxyde de titane (E171)

Gélatine (E441)

Oxyde de fer rouge (E172)

Oxyde de fer jaune (E172)

Encre d’imprimerie noire (gomme laque (E904), oxyde de fer noir (E172), alcool N-butylique, eau purifiée, propylèneglycol (E1520), éthanol déshydraté, alcool isopropylique, hydroxyde d’ammonium (E527))

200 mg, 225 mg de gélules

Dioxyde de titane (E171)

Gélatine (E441)

Oxyde de fer rouge (E172)

Oxyde de fer jaune (E172)

Oxyde de fer noir (E172)

Encre d’imprimerie noire (gomme laque (E904), oxyde de fer noir (E172), alcool N-butylique, eau purifiée, propylèneglycol (E1520), éthanol déshydraté, alcool isopropylique, hydroxyde d’ammonium (E527))

300 mg de gélules

Dioxyde de titane (E171)

Gélatine (E441)

Oxyde de fer rouge (E172)

Oxyde de fer jaune (E172)

Oxyde de fer noir (E172)

Encre d’imprimerie blanche (gomme laque (E904), alcool déshydraté, alcool isopropylique, alcool butylique, propylèneglycol (E1520), hydroxyde d’ammonium (E527), eau purifiée, hydroxyde de potassium (E525), dioxyde de titane (E171))

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

2 ans

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 30 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Blister (PVC / PVDC // Al): 14, 21, 56, 70, 84, 100 ou 112 (2 x 56) gélules, dans une boîte.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Consilient Health Limited, 5 e étage, maison Beaux Lane, Mercer Street Lower, Dublin 2, Irlande

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

25 mg: PL 24837/0061

50 mg: PL 24837/0062

75 mg: PL 24837/0063

100 mg: PL 24837/0064

150 mg: PL 24837/0065

200 mg: PL 24837/0066

225 mg: PL 24837/0067

300 mg: PL 24837/0068

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

23/12/2014

10. Date de révision du texte

15/08/2017