Pack d’initiation au traitement ebixa comprimés de 5, 10, 15 et 20 mg


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Ebixa 5 mg / pompe actionnement solution buvable

Ebixa 5 mg comprimés pelliculés

Ebixa 10 mg comprimés pelliculés

Ebixa 15 mg comprimés pelliculés

Ebixa 20 mg comprimés pelliculés

2. Composition qualitative et quantitative

Solution orale

Chaque actionnement de pompe délivre 0,5 ml de solution qui contient 5 mg de chlorhydrate de mémantine, ce qui équivaut à 4,16 mg de mémantine

Excipients à effet connu :

Chaque millilitre de solution contient 100 mg de sorbitol (E420) et 0,5 mg de potassium, voir rubrique 4.4.

Comprimés pelliculés

Chaque comprimé pelliculé de 5 mg contient 5 mg de chlorhydrate de mémantine équivalent à 4,15 mg de mémantine.

Chaque comprimé pelliculé de 10 mg contient 10 mg de chlorhydrate de mémantine équivalent à 8,31 mg de mémantine.

Chaque comprimé pelliculé de 15 mg contient 15 mg de chlorhydrate de mémantine équivalent à 12,46 mg de mémantine.

Chaque comprimé pelliculé de 20 mg contient 20 mg de chlorhydrate de mémantine équivalent à 16,62 mg de mémantine.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Solution orale

La solution est claire et incolore à jaunâtre clair.

Comprimés pelliculés

Les comprimés pelliculés à 5 mg sont des comprimés pelliculés de couleur blanche à blanc cassé, de forme ovale-oblongue, portant l’inscription «5» sur une face et l’inscription «MEM» sur l’autre face.

Les comprimés pelliculés à 10 mg sont de couleur jaune pâle à jaune, de forme ovale, pelliculés, avec une ligne de rupture et des gravures «1 0» d’un côté et «MM» de l’autre. Le comprimé peut être divisé en doses égales.

Les comprimés pelliculés à 15 mg sont des comprimés pelliculés ovales-oblongs de couleur orange à gris-orange, portant l’impression «15» d’un côté et l’inscription «MEM» de l’autre.

Les comprimés pelliculés à 20 mg sont des comprimés pelliculés de couleur rouge pâle à gris-rouge, de forme ovale-oblongue portant l’inscription «20» d’un côté et l’inscription «MEM» de l’autre.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement des patients adultes atteints de la maladie d’Alzheimer modérée à sévère.

4.2 Posologie et mode d’administration

Le traitement doit être initié et supervisé par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement de la démence d’Alzheimer.

Posologie

Le traitement ne doit être instauré que si un soignant est disponible et surveille régulièrement l’ingestion du médicament par le patient. Le diagnostic doit être effectué conformément aux directives en vigueur. La tolérance et l’administration de mémantine doivent être réévaluées régulièrement, de préférence dans les trois mois suivant le début du traitement. Par la suite, le bénéfice clinique de la mémantine et la tolérance du patient doivent être réévalués régulièrement selon les recommandations cliniques actuelles. Le traitement d’entretien peut être poursuivi aussi longtemps qu’un bénéfice thérapeutique est favorable et que le patient tolère le traitement par la mémantine. L’arrêt de la mémantine doit être envisagé lorsque la preuve d’un effet thérapeutique n’est plus présente ou si le patient ne tolère pas le traitement.

Adultes:

Titration de dose

Paquet d’initiation de traitement :

La dose initiale recommandée est de 5 mg par jour, augmentée progressivement au cours des 4 premières semaines de traitement, atteignant la dose d’entretien recommandée comme suit:

Semaine 1 (jour 1-7):

Le patient doit prendre un comprimé pelliculé de 5 mg par jour (blanc à blanc cassé, ovale-oblong) pendant 7 jours.

Semaine 2 (jour 8-14):

Le patient doit prendre un comprimé pelliculé de 10 mg par jour (jaune pâle à jaune, de forme ovale) pendant 7 jours.

Semaine 3 (jour 15-21):

Le patient doit prendre un comprimé pelliculé de 15 mg par jour (gris-orange, ovale-oblong) pendant 7 jours.

Semaine 4 (jour 22-28):

Le patient doit prendre un comprimé pelliculé de 20 mg par jour (gris-rouge, ovale-oblong) pendant 7 jours.

La dose quotidienne maximale est de 20 mg par jour.

Comprimés de 10 mg et 20 mg et pompe de 5 mg / pompage

La dose quotidienne maximale est de 20 mg par jour. Afin de réduire le risque d’effets indésirables, la dose d’entretien est obtenue par une titration à la hausse de 5 mg par semaine pendant les 3 premières semaines comme suit:

Semaine 1 (jour 1-7):

Le patient doit prendre un demi-comprimé pelliculé de 10 mg / 0,5 ml de solution (5 mg) équivalent à une activation de la pompe par jour pendant 7 jours.

Semaine 2 (jour 8-14):

Le patient doit prendre un comprimé pelliculé de 10 mg / 1 ml de solution par jour (10 mg) équivalent à deux actionnements de la pompe, par jour pendant 7 jours.

Semaine 3 (jour 15-21):

Le patient doit prendre 1 comprimé et demi de 10 mg / 1,5 ml de solution par jour

(15 mg) équivalent à trois actionnements de la pompe, par jour pendant 7 jours.

De la semaine 4 sur:

Le patient doit prendre un comprimé pelliculé de 20 mg / deux comprimés pelliculés de 10 mg / 2 ml de solution par jour (20 mg) équivalent à quatre actionnements de la pompe, une fois par jour.

Dose d’entretien

La dose d’entretien recommandée est de 20 mg par jour.

Personnes âgées

Sur la base des études cliniques, la dose recommandée pour les patients de plus de 65 ans est de 20 mg par jour (un comprimé pelliculé de 20 mg / deux comprimés pelliculés de 10 mg / solution de 2 ml équivalant à quatre actionnements de la pompe) comme décrit ci-dessus.

Insuffisance rénale

Chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine de 50 à 80 ml / min), aucun ajustement de la dose n’est requis. Chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine comprise entre 30 et 49 ml / min), la dose quotidienne doit être de 10 mg (un comprimé pelliculé de 10 mg / 1 ml, équivalent à deux actionnements de la pompe) par jour. Si elle est bien tolérée après au moins 7 jours de traitement, la dose peut être augmentée jusqu’à 20 mg / jour selon le schéma de titrage standard. Chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine 5 – 29 ml / min), la dose quotidienne doit être de 10 mg (un comprimé pelliculé de 10 mg / 1 ml de solution, équivalent à deux actionnements de la pompe) par jour.

Insuffisance hépatique

Chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère ou modérée (Child-Pugh A et Child-Pugh B), aucun ajustement posologique n’est nécessaire. Aucune donnée sur l’utilisation de la mémantine chez les patients atteints d’insuffisance hépatique sévère n’est disponible. L’administration d’Ebixa n’est pas recommandée chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère.

Population pédiatrique

Pas de données disponibles.

Méthode d’administration

Ebixa Oral Solution doit être pris par voie orale une fois par jour à la même heure chaque jour. La solution peut être prise avec ou sans nourriture. La solution ne doit pas être versée ou pompée dans la bouche directement à partir de la bouteille ou de la pompe, mais doit être dosée sur une cuillère ou dans un verre d’eau à l’aide de la pompe.

Pour des instructions détaillées sur la préparation et la manipulation du produit, voir la section 6.6.

Les comprimés d’Ebixa doivent être administrés par voie orale une fois par jour et doivent être pris à la même heure tous les jours. Les comprimés pelliculés peuvent être pris avec ou sans nourriture.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

La prudence est recommandée chez les patients souffrant d’épilepsie, d’antécédents de convulsions ou de patients présentant des facteurs prédisposant à l’épilepsie.

L’utilisation concomitante d’antagonistes du N-méthyl-D-aspartate (NMDA) tels que l’amantadine, la kétamine ou le dextrométhorphane doit être évitée. Ces composés agissent sur le même système récepteur que la mémantine et, par conséquent, les effets indésirables (principalement liés au système nerveux central (SNC)) peuvent être plus fréquents ou plus prononcés (voir également rubrique 4.5).

Certains facteurs pouvant augmenter le pH de l’urine (voir la section 5.2 «Élimination») peuvent nécessiter une surveillance attentive du patient. Ces facteurs incluent des changements drastiques dans le régime alimentaire, par exemple d’un carnivore à un régime végétarien, ou une ingestion massive de tampons gastriques alcalin. En outre, le pH urinaire peut être élevé par des états d’acidose tubulaire rénale (RTA) ou d’infections graves des voies urinaires par des bactéries Proteus .

Dans la plupart des essais cliniques, les patients présentant un infarctus du myocarde récent, une insuffisance cardiaque congestive non compensée (NYHA III-IV) ou une hypertension non contrôlée ont été exclus. En conséquence, seules des données limitées sont disponibles et les patients atteints de ces maladies doivent être étroitement surveillés.

Excipients: La solution buvable contient du sorbitol. Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au fructose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

En raison des effets pharmacologiques et du mécanisme d’action de la mémantine, les interactions suivantes peuvent survenir:

• Le mode d’action suggère que les effets de la L-dopa, des agonistes dopaminergiques et des anticholinergiques peuvent être améliorés par un traitement concomitant avec des antagonistes du NMDA tels que la mémantine. Les effets des barbituriques et des neuroleptiques peuvent être réduits. L’administration concomitante de mémantine avec les agents antispasmodiques, le dantrolène ou le baclofène, peut modifier leurs effets et un ajustement posologique peut être nécessaire.

• L’utilisation concomitante de mémantine et d’amantadine doit être évitée, en raison du risque de psychose pharmacotoxique. Les deux composés sont des antagonistes de NMDA chimiquement apparentés. Il en va de même pour la kétamine et le dextrométhorphane (voir également rubrique 4.4). Il y a un rapport de cas publié sur un risque possible aussi pour la combinaison de mémantine et de phénytoïne.

• D’autres substances actives telles que la cimétidine, la ranitidine, la procaïnamide, la quinidine, la quinine et la nicotine qui utilisent le même système de transport cationique rénal que l’amantadine peuvent également interagir avec la mémantine, entraînant un risque potentiel d’augmentation des taux plasmatiques.

• Il pourrait y avoir une possibilité de réduction du taux sérique d’hydrochlorothiazide (HCT) lorsque la mémantine est co-administrée avec HCT ou toute combinaison avec HCT.

• Après la commercialisation, des cas isolés d’augmentation du taux normalisé international (INR) ont été signalés chez des patients traités simultanément par la warfarine. Bien qu’aucune relation causale n’ait été établie, une surveillance étroite du temps de prothrombine ou de l’INR est recommandée chez les patients traités simultanément par des anticoagulants oraux.

Lors d’études pharmacocinétiques à dose unique chez des sujets jeunes en bonne santé, on n’a observé aucune interaction substance active-substance active de la mémantine avec le glyburide / metformine ou le donépézil.

Lors d’une étude clinique chez des sujets sains jeunes, aucun effet significatif de la mémantine sur la pharmacocinétique de la galantamine n’a été observé.

La mémantine n’inhibe pas CYP 1A2, 2A6, 2C9, 2D6, 2E1, 3A, la monooxygénase contenant de la flavine, l’époxyde hydrolase ou la sulfatation in vitro .

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’y a pas ou peu de données sur l’utilisation de la mémantine chez les femmes enceintes. Les études chez l’animal indiquent un potentiel de réduction de la croissance intra-utérine à des niveaux d’exposition identiques ou légèrement supérieurs à l’exposition humaine (voir rubrique 5.3). Le risque potentiel pour les humains est inconnu. La mémantine ne doit pas être utilisée pendant la grossesse à moins d’une nécessité absolue.

Allaitement maternel

On ne sait pas si la mémantine est excrétée dans le lait maternel humain mais, compte tenu de la lipophilie de la substance, cela se produit probablement. Les femmes qui prennent de la mémantine ne devraient pas allaiter.

La fertilité

Aucune réaction indésirable de la mémantine n’a été notée sur la fertilité masculine et féminine.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

La maladie d’Alzheimer modérée à sévère entraîne généralement une altération de la performance de conduite et compromet la capacité à utiliser des machines. En outre, Ebixa a une influence mineure à modérée sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines, de sorte que les patients externes doivent être avertis de prendre des précautions particulières.

4.8 Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

Dans les essais cliniques sur la démence légère à sévère, impliquant 1 784 patients traités par Ebixa et 1 595 patients traités par placebo, le taux d’incidence global des effets indésirables avec Ebixa n’a pas différé de celui des patients sous placebo; les effets indésirables étaient généralement d’intensité légère à modérée. Les effets indésirables les plus fréquents avec une incidence plus élevée dans le groupe Ebixa que dans le groupe placebo étaient les vertiges (6,3% vs 5,6%, respectivement), les céphalées (5,2% vs 3,9%), la constipation (4,6% vs 2,6%), la somnolence (3,4% vs 2,2%) et l’hypertension (4,1% vs 2,8%).

Liste tabulée des effets indésirables

Les réactions défavorables suivantes énumérées dans le tableau ci-dessous ont été accumulées dans les études cliniques avec Ebixa et depuis son introduction sur le marché.

Les effets indésirables sont classés en fonction de la classe de systèmes d’organes, selon la convention suivante: très fréquent (≥1 / 10), commun (≥1 / 100 à <1/10), rare (≥ 1/1000 à <1/100), rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000), très rare (<1/10 000), inconnu (ne peut être estimé d’après les données disponibles). Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

SYSTÈME ORGAN CLASS

LA FRÉQUENCE

RÉACTION DÉFAVORABLE

Infections et infestations

Rare

Les infections fongiques

Troubles du système immunitaire

Commun

Hypersensibilité médicamenteuse

Troubles psychiatriques

Commun

Somnolence

Rare

Confusion

Rare

Hallucinations 1

Pas connu

Réactions psychotiques 2

Troubles du système nerveux

Commun

Vertiges

Commun

Troubles de l’équilibre

Rare

Démarche anormale

Très rare

Saisies

Troubles cardiaques

Rare

Insuffisance cardiaque

Troubles vasculaires

Commun

Hypertension

Rare

Thrombose veineuse / thromboembolie

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Commun

Dyspnée

Problèmes gastro-intestinaux

Commun

Constipation

Rare

Vomissement

Pas connu

Pancréatite 2

Troubles hépatobiliaires

Commun

Test de la fonction hépatique élevée

Pas connu

Hépatite

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Commun

Mal de tête

Rare

Fatigue

1 Les hallucinations ont principalement été observées chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer sévère.

2 cas isolés signalés après la commercialisation.

La maladie d’Alzheimer a été associée à la dépression, aux idées suicidaires et au suicide. Au cours de l’expérience post-commercialisation, ces réactions ont été rapportées chez des patients traités par Ebixa.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le programme de carte jaune à l’ adresse suivante : www.mhra.gov.uk/yellowcard

4.9 Surdosage

Seule une expérience limitée du surdosage est disponible à partir des études cliniques et de l’expérience post-commercialisation.

Symptômes

Des surdosages relatifs importants (200 mg et 105 mg / jour pendant 3 jours, respectivement) ont été associés soit à des symptômes de fatigue, de faiblesse et / ou de diarrhée, soit à aucun symptôme. Dans les cas de surdosage inférieurs à 140 mg ou dose inconnue, les patients ont présenté des symptômes du système nerveux central (confusion, somnolence, somnolence, vertiges, agitation, agressivité, hallucinations et troubles de la marche) et / ou d’origine gastro-intestinale (vomissements et diarrhée).

Dans le cas le plus extrême de surdosage, le patient a survécu à la prise orale d’un total de 2000 mg de mémantine avec des effets sur le système nerveux central (coma pendant 10 jours, puis diplopie et agitation). Le patient a reçu un traitement symptomatique et une plasmaphérèse. Le patient s’est rétabli sans séquelles permanentes.

Dans un autre cas de surdosage important, le patient a également survécu et s’est rétabli. Le patient avait reçu 400 mg de mémantine par voie orale. Le patient a présenté des symptômes du système nerveux central tels que l’agitation, la psychose, les hallucinations visuelles, la proconvulsivité, la somnolence, la stupeur et l’inconscience.

Traitement

En cas de surdosage, le traitement doit être symptomatique. Aucun antidote spécifique pour l’intoxication ou le surdosage n’est disponible. Des procédures cliniques standard pour éliminer les substances actives, par exemple un lavage gastrique, une carbo medicinalis (interruption de la recirculation entéro-hépatique potentielle), une acidification de l’urine, une diurèse forcée doivent être utilisées comme il convient.

En cas de signes et de symptômes d’hyperstimulation générale du système nerveux central (SNC), un traitement clinique symptomatique soigneux doit être envisagé.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Psychoanaleptics. Autres médicaments anti-démence, code ATC: N06DX01.

Il y a de plus en plus de preuves que le dysfonctionnement de la neurotransmission glutamatergique, en particulier au niveau des récepteurs NMDA, contribue à la fois à l’expression des symptômes et à la progression de la maladie dans la démence neurodégénérative.

La mémantine est un antagoniste non compétitif du récepteur NMDA non compétitif et dépendant de la tension. Il module les effets de niveaux de glutamate tonique pathologiquement élevés qui peuvent conduire à un dysfonctionnement neuronal.

Etudes cliniques

Une étude pivot en monothérapie dans une population de patients souffrant de la maladie d’Alzheimer modérée à sévère (scores totaux de l’examen d’état mental mini (MMSE) au départ de 3-14) a inclus un total de 252 patients ambulatoires. L’étude a montré des effets bénéfiques du traitement par la mémantine par rapport au placebo à 6 mois (analyse des cas observés pour l’interview du clinicien sur le changement (CIBIC-plus): p = 0,025, étude coopérative de la maladie d’Alzheimer – activités de la vie quotidienne (ADCS -ADLsev): p = 0,003, batterie avec déficience grave (SIB): p = 0,002).

Une étude pivot en monothérapie de la mémantine dans le traitement de la maladie d’Alzheimer légère à modérée (scores totaux MMSE au départ de 10 à 22) a inclus 403 patients. Les patients traités par la mémantine ont montré un effet statistiquement significativement meilleur que les patients traités par placebo sur les critères primaires: échelle d’évaluation de la maladie d’Alzheimer (ADAS-cog) (p = 0,003) et CIBIC-plus (p = 0,004) à la semaine 24 (dernière observation réalisée). vers l’avant (LOCF)). Dans une autre étude en monothérapie sur la maladie d’Alzheimer légère à modérée, un total de 470 patients (scores totaux MMSE au départ de 11-23) ont été randomisés. Dans l’analyse primaire définie prospectivement, la signification statistique n’a pas été atteinte au critère principal d’efficacité à la semaine 24.

Une méta-analyse de patients atteints de maladie d’Alzheimer modérée à sévère (scores totaux MMSE <20) des six études de phase III, contrôlées par placebo, de 6 mois (y compris des études en monothérapie et des patients sous dose stable d’inhibiteurs de l’acétylcholinestérase) qu’il y avait un effet statistiquement significatif en faveur du traitement mémantine pour les domaines cognitifs, globaux et fonctionnels. Lorsque les patients ont été identifiés avec une aggravation concomitante dans les trois domaines, les résultats ont montré un effet statistiquement significatif de la mémantine dans la prévention de l’aggravation, deux fois plus de patients sous placebo que de patients traités par la mémantine dans les trois domaines (21% contre 11% , p <0,0001).

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

La mémantine a une biodisponibilité absolue d’environ 100%. T max est entre 3 et 8 heures. Il n’y a aucune indication que la nourriture influence l’absorption de la mémantine.

Distribution

Des doses quotidiennes de 20 mg conduisent à des concentrations plasmatiques de mémantine à l’état d’équilibre comprises entre 70 et 150 ng / ml (0,5 – 1 μmol) avec de grandes variations interindividuelles. Lorsque des doses quotidiennes de 5 à 30 mg ont été administrées, un ratio liquide céphalo-rachidien (CSF) / sérum de 0,52 a été calculé. Le volume de distribution est d’environ 10 l / kg. Environ 45% de la mémantine est liée aux protéines plasmatiques.

Biotransformation

Chez l’homme, environ 80% du matériel circulant apparenté à la mémantine est présent comme composé parent. Les principaux métabolites humains sont le N-3,5-diméthyl-gludantan, le mélange isomérique de 4- et 6-hydroxy-mémantine et le 1-nitroso-3,5-diméthyl-adamantane. Aucun de ces métabolites ne présente une activité antagoniste au NMDA. Aucun métabolisme catalysé par le cytochrome P 450 n’a été détecté in vitro.

Dans une étude utilisant 14 C-mémantine administrée par voie orale, une moyenne de 84% de la dose a été récupérée dans les 20 jours, plus de 99% étant excrétés par voie rénale.

Élimination

La mémantine est éliminée de manière monoexponentielle avec une borne t ½ de 60 à 100 heures. Chez les volontaires ayant une fonction rénale normale, la clairance totale (Cl tot ) est de 170 ml / min / 1,73 m² et une partie de la clairance rénale totale est obtenue par sécrétion tubulaire.

La manipulation rénale implique également une réabsorption tubulaire, probablement induite par les protéines de transport des cations. Le taux d’élimination rénale de la mémantine dans des conditions urinaires alcalines peut être réduit d’un facteur de 7 à 9 (voir rubrique 4.4). Alcalinisation de l’urine peut résulter de changements drastiques dans le régime alimentaire, par exemple d’un carnivore à un régime végétarien, ou de l’ingestion massive de tampons gastriques alcalin.

Linéarité

Des études chez des volontaires ont démontré une pharmacocinétique linéaire dans la gamme de dose de 10 à 40 mg.

Relation pharmacocinétique / pharmacodynamique

À une dose de mémantine de 20 mg par jour, les niveaux de CSF correspondent à la valeur k i (k i = constante d’inhibition) de la mémantine, qui est de 0,5 μmol dans le cortex frontal humain.

5.3 Données de sécurité précliniques

Dans des études à court terme chez le rat, la mémantine comme d’autres antagonistes du NMDA ont induit une vacuolisation neuronale et une nécrose (lésions d’Olney) seulement après des doses entraînant des concentrations sériques maximales très élevées. L’ataxie et d’autres signes précliniques ont précédé la vacuolisation et la nécrose. Comme les effets n’ont pas été observés dans les études à long terme chez les rongeurs ni chez les non-rongeurs, la pertinence clinique de ces résultats est inconnue.

Les changements oculaires ont été observés de manière incohérente dans les études de toxicité à doses répétées chez les rongeurs et les chiens, mais pas chez les singes. Les examens ophtalmoscopiques spécifiques dans les études cliniques avec la mémantine n’ont révélé aucun changement oculaire.

Une phospholipidose dans les macrophages pulmonaires due à l’accumulation de mémantine dans les lysosomes a été observée chez les rongeurs. Cet effet est connu d’autres substances actives ayant des propriétés amphiphiles cationiques. Il existe une relation possible entre cette accumulation et la vacuolisation observée dans les poumons. Cet effet n’a été observé qu’à fortes doses chez les rongeurs. La pertinence clinique de ces résultats est inconnue.

Aucune génotoxicité n’a été observée après le test de la mémantine dans les essais standard. Il n’y avait aucune preuve de cancérogénicité dans les études de longue durée chez les souris et les rats. La mémantine n’était pas tératogène chez les rats et les lapins, même à des doses toxiques pour la mère, et aucun effet indésirable de la mémantine n’a été noté sur la fertilité. Chez le rat, la réduction de la croissance fœtale a été observée à des niveaux d’exposition identiques ou légèrement supérieurs à ceux de l’exposition humaine.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Solution orale:

Sorbate de potassium

Sorbitol E420

Eau purifiée

Comprimés pelliculés

Noyaux de comprimés pour comprimés pelliculés à 5/10/15/20 mg:

La cellulose microcristalline

Croscarmellose sodique

Silice colloïdale anhydre

Stéarate de magnésium

Comprimé pour comprimés pelliculés 5/10/15/20 mg:

Hypromellose

Macrogol 400

Dioxyde de titane (E 171)

Supplémentaire pour les comprimés pelliculés à 10 mg:

Oxyde de fer jaune (E 172)

Supplémentaire pour les comprimés pelliculés de 15 mg et 20 mg:

Oxyde de fer jaune et rouge (E 172)

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

Solution orale: 4 ans.

Une fois ouvert, le contenu de la bouteille doit être utilisé dans les 3 mois.

Comprimés pelliculés: 4 ans.

6.4 Précautions particulières de conservation

Solution buvable: Ne pas conserver au-dessus de 30 ° C. La bouteille avec la pompe montée ne peut être conservée et transportée qu’en position verticale.

Comprimés pelliculés: Ce médicament ne nécessite aucune condition particulière de conservation.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Solution orale: Bouteilles en verre brun (hydrolytique de classe III) contenant une solution de 50 ml, 100 ml ou 10 x 50 ml.

Trousse d’initiation au traitement: Chaque boîte contient 28 comprimés pelliculés dans 4 plaquettes thermoformées PVDC / PE / PVC / Al ou plaquettes PP / Al avec 7 comprimés pelliculés de 5 mg, 7 comprimés pelliculés de 10 mg, 7 pellicules comprimés enrobés de 15 mg et 7 comprimés pelliculés de 20 mg.

Comprimés de 10 mg pour comprimés: plaquettes thermoformées contenant 7, 10, 14 ou 20 comprimés par plaquette thermoformée. Boîtes de 14, 28, 30, 42, 49 x 1, 50, 56, 56 x 1, 70, 84, 98, 98 x 1, 100, 100 x 1, 112, 980 (10 x 98) ou 1000 ( 20 x 50) comprimés sont présentés. Les conditionnements de 49 x 1, 56 x 1, 98 x 1 et 100 x 1 comprimés sont présentés en plaquettes thermoformées.

Comprimés de 20 mg: plaquettes thermoformées contenant 14 comprimés pelliculés par plaquette alvéolée PVDC / PE / PVC / Al ou plaquette alvéolée PP / Al. Des conditionnements de 14, 28, 42, 49 x 1, 56, 56 x 1, 70, 84, 98, 98 x 1, 100 x 1, 112 ou 840 (20 x 42) comprimés pelliculés sont présentés. Les conditionnements de 49 x 1, 56 x 1, 98 x 1 et 100 x 1 comprimés sont présentés en plaquettes thermoformées.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

Solution orale: Avant la première utilisation, la pompe doseuse doit être vissée sur la bouteille. Pour retirer le bouchon à vis de la bouteille, le bouchon doit être tourné dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et dévissé complètement (fig.1).

Montage de la pompe de dosage sur la bouteille:

La pompe de dosage doit être retirée du sac en plastique (figure 2) et placée sur le dessus de la bouteille, en faisant glisser le tube plongeur en plastique avec précaution dans la bouteille. Ensuite, la pompe doseuse doit être maintenue sur le col de la bouteille et vissée dans le sens des aiguilles d’une montre jusqu’à ce qu’elle soit fermement fixée (fig 3). Pour l’utilisation prévue, la pompe de dosage est seulement vissée une fois au début de l’utilisation et ne doit jamais être dévissée.

Utilisation de la pompe doseuse pour la distribution:

La tête de pompe de dosage a deux positions et est facile à tourner – dans le sens inverse des aiguilles d’une montre (position déverrouillée) et dans le sens des aiguilles d’une montre (position verrouillée). La tête de pompe doseuse ne doit pas être enfoncée lorsqu’elle est en position verrouillée. La solution ne peut être distribuée qu’en position déverrouillée. Pour ce faire, la tête de pompe de dosage doit être tournée d’environ un huitième de tour dans le sens de la flèche, jusqu’à ce qu’une résistance soit ressentie (fig.4)

La pompe doseuse est alors prête à l’emploi.

Préparation de la pompe de dosage:

Lorsqu’elle est utilisée pour la première fois, la pompe doseuse ne distribue pas la quantité adéquate de solution buvable. Par conséquent, la pompe doit être préparée (amorcée) en poussant complètement la tête de la pompe de dosage cinq fois de suite (figure 5).

La solution ainsi distribuée est rejetée. La prochaine fois que la tête de la pompe de dosage est complètement enfoncée (équivalent à un actionnement de la pompe), elle distribue la dose correcte (1 pompe correspond à 0,5 ml de solution buvable et contient 5 mg de chlorhydrate de mémantine, fig. ).

Utilisation correcte de la pompe de dosage:

La bouteille doit être placée sur une surface plane et horizontale, par exemple un dessus de table, et ne l’utiliser que dans une position verticale. Un verre avec un peu d’eau ou une cuillère doit être maintenu sous la buse et la tête de la pompe doseuse doit être abaissée de manière ferme mais calme et régulière (pas trop lentement) jusqu’à la butée (fig.7, fig. 8).

La tête de pompe de dosage peut alors être libérée et est prête pour l’actionnement de la pompe suivante.

La pompe doseuse ne peut être utilisée qu’avec la solution de chlorhydrate de mémantine contenue dans la bouteille fournie, et non pour d’autres substances ou récipients. Si la pompe ne fonctionne pas comme décrit lors de l’utilisation prévue et conformément aux instructions, le patient doit consulter le médecin traitant ou un pharmacien. La pompe doseuse doit être verrouillée après utilisation.

7. Titulaire de l’autorisation

H. Lundbeck A / S

Ottiliavej 9

2500 Valby

Danemark

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

Solution orale à 5 mg / pompe: EU / 1/02/219 / 005-6, EU / 1/02/219/013

Trousse d’initiation au traitement (comprimés pelliculés à 5/10/15/20 mg): EU / 1/02/218/022, EU / 1/02/218/036

10 mg, comprimés pelliculés: EU / 1/02/219 / 001-3, EU / 1/02/219 / 007-012, EU / 1/02/219 / 014-021

20 mg, comprimés pelliculés: EU / 1/02/219 / 023-035, EU / 1/02/219 / 037-049

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 15 mai 2002

Date du dernier renouvellement: 15 mai 2007

10. Date de révision du texte

09/2014

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site internet de l’Agence européenne des médicaments (EMA) http://www.ema.europa.eu