Naproxen milpharm 500 mg comprimés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Naproxen 500 mg comprimés

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 500 mg de naproxène.

Excipients à effet connu:

Chaque comprimé de Naproxen 500 mg contient 121,66 mg de lactose (sous forme de lactose monohydraté).

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Tablette

De couleur jaune, marbré, biconvexe, en forme de capsule, les comprimés non revêtus debossed avec «T» et «20» de chaque côté de la ligne de rupture d’un côté et de l’autre plaine de côté. La taille est de 18,5 mm × 8 mm. Le comprimé peut être divisé en deux doses égales.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Adultes:

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde, de l’ostéoarthrose (arthrite dégénérative), de la spondylarthrite ankylosante, de la goutte aiguë, des troubles musculo-squelettiques aigus et de la dysménorrhée.

Enfants:

Polyarthrite rhumatoïde juvénile

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Les effets indésirables peuvent être minimisés en utilisant la dose efficace la plus faible pendant la durée la plus courte nécessaire pour contrôler les symptômes (voir rubrique 4.4).

Adultes

La polyarthrite rhumatoïde, l’ostéoarthrite et la spondylarthrite ankylosante

500mg à 1g pris en 2 doses à intervalles de 12 heures ou alternativement, en une seule administration. Dans les cas suivants, une dose de charge de 750 mg ou 1 g par jour pour la phase aiguë est recommandée:

une. Chez les patients rapportant une douleur nocturne sévère / ou une raideur matinale.

b. Chez les patients passant à Naproxen à partir d’une forte dose d’un autre composé antirhumatismal.

c. Dans l’ostéoarthrose où la douleur est le symptôme prédominant.

Goutte aiguë

La dose initiale de 750 mg, puis 8 heures plus tard 500 mg, après ce 250 mg toutes les 8 heures jusqu’à ce que la crise est passée.

Troubles musculo-squelettiques aigus et dysménorrhée

500 mg initialement suivi de 250 mg à des intervalles de 6 à 8 heures selon les besoins, avec une dose quotidienne maximale après le premier jour de 1250 mg.

Les personnes plus âgées

Des études indiquent que bien que la concentration plasmatique totale de naproxène soit inchangée, la fraction plasmatique non liée du naproxène est augmentée chez les personnes âgées. L’implication de cette découverte pour l’administration de Naproxen est inconnue. Comme avec d’autres médicaments utilisés chez les personnes âgées, il est prudent d’utiliser la dose efficace la plus faible et pour la durée la plus courte possible, car les personnes âgées sont plus sujettes aux événements indésirables. Le patient devrait être surveillé régulièrement pour le saignement gastro-intestinal pendant le traitement d’AINS. Pour l’effet de l’élimination réduite chez les personnes âgées, se référer à la section 4.4.

Population pédiatrique (plus de 5 ans, poids supérieur à 25 kg)

Pour la polyarthrite rhumatoïde juvénile: 10 mg / kg / jour pris en 2 doses à 12 heures d’intervalle.

Le naproxène n’est pas recommandé dans toutes les autres indications chez les enfants de moins de 16 ans.

Insuffisance rénale / hépatique

Une dose plus faible doit être envisagée chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique. Le naproxène est contre-indiqué chez les patients dont la clairance de la créatinine initiale est inférieure à 30 ml / minute, car l’accumulation de métabolites du naproxène a été observée chez des patients insuffisants rénaux sévères ou dialysés (voir rubrique 4.3).

Le traitement doit être revu à intervalles réguliers et interrompu si aucun avantage n’est observé ou si une intolérance survient.

Méthode d’administration

Pour l’administration orale.

A prendre de préférence avec ou après la nourriture.

4.3 Contre-indications

Actif ou antécédent d’ulcération peptique ou de saignement gastro-intestinal actif (au moins deux épisodes distincts d’ulcération ou de saignement prouvés). Antécédents de saignement gastro-intestinal ou de perforation, liés à un traitement antérieur par les AINS.

Hypersensibilité au naproxène, au naproxène sodique ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1. Étant donné qu’il existe un potentiel de réactions de sensibilité croisée, le naproxène ne doit pas être administré aux patients chez lesquels l’aspirine ou d’autres médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens / antalgiques induisent le syndrome de l’asthme, de la rhinite, des polypes nasaux ou de l’urticaire. Ces réactions ont le potentiel d’être fatales. Des réactions anaphylactiques sévères au naproxène ont été rapportées chez ces patients.

– Insuffisance rénale sévère.

– Insuffisance cardiaque sévère.

– Insuffisance hépatique sévère.

Le naproxène est contre-indiqué pendant le dernier trimestre de la grossesse (voir rubrique 4.6).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Si l’on utilise la dose efficace la plus faible possible pendant la plus courte période nécessaire pour combattre les symptômes, les effets secondaires peuvent être réduits au minimum. (voir rubrique 4.2, et risques gastro-intestinaux et cardiovasculaires ci-dessous). Le naproxène doit être administré sous surveillance médicale stricte aux patients ayant des antécédents de troubles du tractus gastro-intestinal et aux patients présentant des troubles de la coagulation, ainsi qu’aux patients traités par des AINS à long terme.

Bronchospasme peut être précipité chez les patients souffrant ou ayant des antécédents d’asthme bronchique ou de maladie allergique.

Comme avec d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens, des élévations d’un ou plusieurs tests de la fonction hépatique peuvent survenir. Les anomalies hépatiques peuvent être le résultat d’une hypersensibilité plutôt que d’une toxicité directe. Des réactions hépatiques sévères, y compris la jaunisse et l’hépatite (certains cas d’hépatite ont été mortels) ont été rapportées avec ce médicament comme avec d’autres médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens. Une réactivité croisée a été rapportée.

LE SLE et la maladie mixte du tissu conjonctif

Chez les patients atteints de lupus érythémateux disséminé (LED) et de troubles mixtes du tissu conjonctif, il existe un risque accru de méningite aseptique (voir rubrique 4.8).

Le naproxène réduit l’agrégation plaquettaire et prolonge le temps de saignement.

Les patients utilisant des produits anticoagulants doivent être surveillés attentivement pendant l’utilisation du naproxène.

Les patients qui utilisent des dérivés de la coumarine ou de l’héparine en plus du naproxène présentent un risque accru de saignements. Dans ce cas, les avantages doivent être soigneusement évalués par rapport aux risques. Dans tous les cas, l’utilisation concomitante de naproxène et d’une dose élevée d’héparine (ou de dérivés de celle-ci) n’est pas recommandée.

Des effets indésirables gastro-intestinaux graves peuvent survenir chez les patients qui utilisent des produits inhibiteurs de la prostaglandine-synthétase. Le risque de survenue d’ulcères ou de saignements gastro-intestinaux augmente avec la durée d’utilisation et la dose de naproxène. Ce risque ne se limite pas à une population spécifique de patients, mais les patients âgés et les patients affaiblis montrent une plus faible tolérance aux ulcérations gastro-intestinales ou aux saignements que d’autres. Les effets gastro-intestinaux les plus mortels attribués aux produits inhibiteurs de la prostaglandine synthétase sont survenus dans cette population.

Des réactions d’hypersensibilité peuvent survenir chez les patients sensibles à cela.

Des réactions anaphylactiques (anaphylactoïdes) peuvent survenir chez des patients avec et sans antécédents d’hypersensibilité ou chez des patients qui n’ont pas été exposés à l’acide acétylsalicylique, au naproxène (sodium) et à d’autres AINS auparavant. Ils peuvent survenir chez des patients présentant un angio-œdème, une réactivité bronchospastique (par exemple, l’asthme), une rhinite et des antécédents de polypes nasaux. Les réactions anaphylactoïdes peuvent, tout comme l’anaphylaxie, avoir un résultat fatal.

Chez quelques patients, un œdème périphérique léger a été rapporté.

Aucune rétention de sodium n’a été observée avec les études métaboliques, mais il ne peut être exclu que certains patients avec (probablement) des fonctions cardiaques anormales courent un plus grand risque de montrer ce symptôme d’effet secondaire.

Effets rénaux

Des cas d’altération de la fonction rénale, d’insuffisance rénale, de néphrite interstitielle aiguë, d’hématurie, de protéinurie, de nécrose papillaire rénale et parfois de syndrome néphrotique associé au naproxène ont été signalés.

Chez les patients atteints d’insuffisance rénale, le naproxène doit être administré avec une extrême prudence, surtout s’il s’agit d’un traitement à long terme. Une diurèse suffisante doit également être prise en charge.

En cas de réduction de la perfusion rénale, il est recommandé de surveiller la fonction rénale avant et pendant le traitement par le naproxène. L’insuffisance rénale sévère est une contre-indication, voir 4.3 “Contre-indications”.

Insuffisance rénale liée à la réduction de la production de prostaglandines

L’administration d’un AINS peut entraîner une réduction dose-dépendante de la formation de prostaglandines et une insuffisance rénale précipitée. Les patients les plus à risque de cette réaction sont ceux dont la fonction rénale est altérée, l’insuffisance cardiaque, la dysfonction hépatique, les diurétiques, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II et les personnes âgées. La fonction rénale doit être surveillée chez ces patients (voir également rubrique 4.3).

La prudence est également nécessaire chez les patients atteints d’insuffisance hépatique.

La prudence est recommandée lorsque des doses élevées de naproxène sont administrées à des patients âgés, car il semble que la quantité de naproxène non lié aux protéines augmente chez ces patients.

Comme le naproxène a un effet anti-inflammatoire, analgésique et antipyrétique, certains symptômes d’infection peuvent être masqués.

Dans de rares cas, des anomalies oculaires (voir 4.8 «Effets indésirables») ont été rapportées chez des utilisateurs d’AINS, y compris le naproxène, bien qu’un lien de causalité n’ait pu être établi. Les patients chez lesquels des troubles visuels surviennent pendant le traitement par le naproxène doivent subir un examen ophtalmologique.

Si la peau devient délicate, si des cloques ou d’autres symptômes apparaissent indiquant une pseudoporphyrie, le traitement doit être interrompu et le patient doit être surveillé attentivement.

Lorsqu’un corticostéroïde est remplacé par du naproxène et qu’une substitution partielle ou complète a lieu, il faut appliquer les précautions habituelles qui sont envisagées pour l’arrêt d’un traitement aux corticostéroïdes.

L’administration de naproxen n’est pas recommandée chez les patients de moins de six ans.

Effets cardiovasculaires et cérébrovasculaires

Les patients ayant des antécédents d’hypertension et / ou une forme légère ou modérée d’insuffisance cardiaque congestive devront être surveillés attentivement et conseillés, car la rétention hydrique et la formation d’œdème ont été rapportées en association avec un traitement par AINS.

Les informations provenant des études cliniques et des données épidémiologiques suggèrent que l’utilisation de certains AINS (en particulier à forte dose et à long terme) peut être associée à un risque légèrement accru de thrombose des artères (par exemple infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral). Des études épidémiologiques suggèrent que le naproxène à faible dose (1000 mg par jour) peut être associé à un risque plus faible, certains risques ne pouvant être exclus.

Les patients présentant une hypertension artérielle non contrôlée, une insuffisance cardiaque congestive, une cardiopathie ischémique établie, une artériopathie périphérique et / ou une maladie cérébrovasculaire doivent être traités uniquement avec du naproxène après un examen attentif. La même considération doit être faite avant de commencer un traitement à long terme chez des patients présentant des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire (par exemple, hypertension, hyperlipidémie, diabète sucré et tabagisme).

Ce médicament contient du lactose monohydraté. Les patients présentant des problèmes héréditaires rares, tels qu’une intolérance au galactose, un déficit en Lapp-lactase ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas utiliser ce médicament.

L’utilisation concomitante du naproxène et d’autres AINS, y compris les inhibiteurs sélectifs de la COX-2, doit être évitée.

Patients âgés: Les patients âgés présentent plus fréquemment des effets indésirables des AINS, en particulier des saignements gastro-intestinaux et des perforations, qui peuvent être fatals (voir rubrique 4.2).

Hémorragie gastro-intestinale, ulcération et perforation: Des hémorragies gastro-intestinales, des ulcérations et des perforations, qui peuvent être mortelles, ont été rapportées avec l’utilisation de tous les AINS à n’importe quel moment du traitement, avec ou sans symptômes précurseurs ou effets secondaires gastro-intestinaux.

Le risque de saignement gastro-intestinal, d’ulcération et de perforation est plus important avec des doses plus élevées, l’apparition préalable d’ulcération, en particulier si elle est compliquée de saignement et de perforation (voir rubrique 4.3) et chez les patients âgés. Ces patients devraient commencer le traitement avec le plus bas dosage disponible. Un traitement combiné avec des produits protecteurs (par exemple le misoprostol ou des inhibiteurs de la pompe à protons) doit être envisagé chez ces patients ainsi que chez les patients nécessitant de faibles doses d’acide acétylsalicylique ou d’autres médicaments augmentant probablement le risque gastro-intestinal (voir rubrique 4.5 ).

Les patients ayant déjà eu un problème de toxicité gastro-intestinale, en particulier les patients âgés, doivent signaler tout symptôme abdominal inhabituel (en particulier hémorragique), en particulier au début du traitement. Des précautions sont nécessaires chez les patients traités simultanément avec des médicaments pouvant augmenter le risque d’ulcération ou de saignement, tels que les corticoïdes oraux, les anticoagulants tels que la warfarine, les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine et les produits anti-agrégants plaquettaires tels que l’acide acétylsalicylique. (voir la section 4.5).

Lorsque des saignements ou des ulcérations gastro-intestinales surviennent chez des patients sous naproxène, le traitement doit être interrompu.

Les AINS doivent être utilisés avec précaution chez les patients ayant des antécédents de maladies gastro-intestinales (rectocolite hémorragique, maladie de Crohn) car ces états peuvent s’aggraver (voir rubrique 4.8).

La prudence est nécessaire chez les patients ayant des antécédents d’hypertension et / ou d’insuffisance cardiaque, car une rétention hydrique et un œdème ont été rapportés en rapport avec un traitement par AINS.

Des réactions cutanées sévères, dont certaines dermatites mortelles, y compris la dermatite exfoliatrice, le syndrome de Stevens-Johnson et la nécrolyse épidermique toxique, ont été très rarement rapportées en rapport avec l’utilisation des AINS (voir rubrique 4.8). Les patients semblent présenter le risque le plus élevé de ces réactions au début du traitement: dans la majorité des cas, la réaction a débuté au cours du premier mois du traitement. Le traitement par le naproxène doit être interrompu avec les premiers symptômes d’éruption cutanée, de lavement des muqueuses ou de tout autre signe d’hypersensibilité.

L’utilisation de naproxen peut réduire la fertilité de la femme et n’est pas recommandée pour les femmes qui veulent devenir enceintes. Chez les femmes qui ont des difficultés à devenir enceintes ou qui subissent des examens de fertilité devrait être considéré comme interrompant l’utilisation du naproxène.

Dans des cas exceptionnels, la varicelle peut causer de graves complications infectieuses de la peau et des tissus mous. À ce jour, le rôle des AINS dans la potentialisation de ces infections ne peut être exclu. Il est donc recommandé d’éviter l’utilisation du naproxène en cas de varicelle.

L’utilisation à long terme de tout médicament contre la douleur pour le mal de tête peut aggraver le mal de tête existant. Si cette situation se produit ou est suspectée, un docteur devrait être consulté et le traitement devrait être arrêté. Chez les patients qui ont des maux de tête fréquents ou quotidiens, malgré (ou à la suite de) l’utilisation régulière de médicaments contre les maux de tête, le diagnostic de céphalée résultant d’un usage excessif de médicaments doit être pris en compte.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Les combinaisons suivantes doivent être évitées avec le naproxène:

Anticoagulants

Il est considéré comme dangereux de prendre des AINS en association avec des anticoagulants tels que la warfarine ou l’héparine, sauf sous surveillance médicale directe, car les AINS peuvent renforcer les effets des anticoagulants (voir rubrique 4.4).

Méthotrexate

La prudence est recommandée lorsque le méthotrexate est administré simultanément en raison de l’augmentation possible de sa toxicité, car le naproxène, entre autres anti-inflammatoires non stéroïdiens, réduit la sécrétion tubulaire du méthotrexate dans un modèle animal.

Ticlopidine

Les AINS ne doivent pas être associés à la ticlopidine en raison de l’inhibition supplémentaire de la fonction thrombocytaire.

AINS et aspirine

Autres antalgiques, y compris les inhibiteurs sélectifs de la cyclo-oxygénase-2: Éviter l’utilisation concomitante de deux AINS ou plus (y compris l’aspirine) car cela peut augmenter le risque d’effets indésirables (voir rubrique 4.4).

Mifepristone

Les AINS ne doivent pas être utilisés pendant 8 à 12 jours après l’administration de mifépristone, car les AINS peuvent réduire les effets de la mifépristone.

Les combinaisons suivantes avec le naproxène peuvent nécessiter un ajustement posologique ou une surveillance spécifique du patient:

Lithium

Le naproxène diminue la clairance rénale du lithium. Cela peut entraîner une augmentation jusqu’à 40% des concentrations de lithium dans le sérum. En raison de l’index thérapeutique très faible du lithium, l’association de lithium et d’AINS doit être évitée, sauf si un contrôle fréquent des taux sériques de lithium peut être mis en œuvre et si des réductions peuvent être apportées à la dose de lithium.

Ciclosporine

Comme avec tous les AINS, il faut être prudent lorsque la ciclosporine est coadministrée en raison du risque accru de néphrotoxicité.

Probénécide

Le probénécide administré simultanément augmente les concentrations plasmatiques de naproxène et prolonge considérablement sa demi-vie.

Diurétiques et autres médicaments antihypertenseurs

La prudence est recommandée lorsque Naproxen est co-administré avec des diurétiques car il peut y avoir une diminution de l’effet diurétique. L’effet natriurétique du furosémide a été signalé comme étant inhibé par certains médicaments de cette classe. Les diurétiques peuvent augmenter le risque de néphrotoxicité des AINS.

Le naproxène et d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent réduire l’effet antihypertenseur des antihypertenseurs.

Inhibiteurs de l’ECA et antagonistes de l’angiotensine II

L’utilisation concomitante d’AINS avec des inhibiteurs de l’ECA ou des antagonistes des récepteurs de l’angiotensine-II peut augmenter le risque d’insuffisance rénale, en particulier chez les patients présentant une insuffisance rénale préexistante (voir rubrique 4.4).

Tacrolimus

Il existe un risque possible de néphrotoxicité lorsque les AINS sont administrés avec du tacrolimus.

Clopidogrel

Des études expérimentales ont montré que le clopidrogrel augmente la perte de sang gastro-intestinale induite par le naproxène. Ceci est susceptible de s’appliquer à tous les AINS.

Corticostéroïdes

Comme avec tous les AINS, des précautions doivent être prises lors de l’administration concomitante de corticostéroïdes en raison du risque accru d’ulcération ou de saignement gastro-intestinal.

Agents antiplaquettaires et inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS)

Il existe un risque accru de saignement gastro-intestinal (voir rubrique 4.4) lorsque des antiagrégants plaquettaires et des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) sont associés aux AINS.

Hydantoïnes, sulfonamides ou sulfonylurées

En raison de la liaison élevée du naproxène aux protéines plasmatiques, les patients recevant simultanément des hydantoïnes, des anticoagulants, d’autres AINS, de l’aspirine ou un sulfamide à haute teneur en protéines doivent être surveillés pour déceler tout signe de surdosage de ces médicaments. Les patients recevant simultanément du naproxène et une hydantoïne, un sulfamide ou un sulfamide hypoglycémiant doivent être surveillés pour ajuster la dose si nécessaire. Aucune interaction n’a été observée dans les études cliniques sur le naproxène et les anticoagulants ou les sulfonylurées, mais la prudence est néanmoins recommandée, car une interaction a été observée avec d’autres agents non stéroïdiens de cette classe.

Il est suggéré que le traitement par Naproxen soit temporairement interrompu 48 heures avant que les tests de la fonction surrénalienne ne soient effectués, car le naproxène peut interférer artificiellement avec certains tests pour les stéroïdes 17-cétogènes. De même, le naproxène peut interférer avec certains dosages de l’acide 5-hydroxyindoleacétique urinaire.

Antibiotiques Quinolone

Les données chez l’animal indiquent que les AINS peuvent augmenter le risque de convulsions associées aux antibiotiques quinolones. Les patients prenant des quinolones peuvent avoir un risque accru de développer des convulsions.

Glycosides cardiaques

Les AINS peuvent aggraver l’insuffisance cardiaque, réduire le taux de filtration glomérulaire et augmenter les taux plasmatiques de glycosides cardiaques lorsqu’ils sont co-administrés avec des glycosides cardiaques.

Zidovudine et Ibuprofène

Il existe un risque accru de toxicité hématologique lorsque les AINS sont administrés avec la zidovudine. Il existe des preuves d’un risque accru d’hémarthroses et d’hématomes chez les hémophiles VIH (+) recevant un traitement concomitant avec la zidovudine et l’ibuprofène.

La signification clinique des associations suivantes avec le naproxène n’a pas encore été établie:

L’administration concomitante d’antiacides, de colestyramine ou d’aliments peut retarder l’absorption du naproxène mais n’affecte pas son étendue.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

La fertilité

Il y a eu certaines indications que les produits qui inhibent la synthèse de la cyclo-oxygénase / prostaglandine réduisent la fertilité des femmes en ayant un effet sur l’ovulation. Ceci est réversible en interrompant le traitement.

Grossesse

L’inhibition de la synthèse des prostaglandines peut affecter négativement la grossesse et / ou le développement embryonnaire / fœtal. Les données provenant d’études épidémiologiques suggèrent un risque accru de fausse couche et de malformations cardiaques et de gastroschisis après l’utilisation d’inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines dans les premiers stades de la grossesse. Le risque absolu de malformation cardiovasculaire est passé de moins de 1% à environ 1,5%. Il est admis que le risque augmente avec la dose et la durée du traitement. L’administration d’inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines chez les animaux a entraîné une perte pré- et post-implantation accrue et une létalité embryo-fœtale. En outre, une incidence accrue de diverses malformations, y compris cardiovasculaires, a été rapportée chez des animaux ayant reçu un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines pendant la période d’organogenèse. Le naproxène ne doit pas être utilisé pendant le premier et le deuxième trimestre de la grossesse, sauf si cela est absolument nécessaire. Si le naproxen est utilisé par une femme qui tente de devenir enceinte, ou au cours du premier ou du deuxième trimestre de la grossesse, la dose doit être maintenue aussi faible que possible et le traitement doit être aussi court que possible.

Au cours du troisième trimestre de la grossesse, tous les inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines peuvent exposer le fœtus à:

– toxicité cardiopulmonaire (fermeture prématurée du canal artériel et hypertension pulmonaire);

– dysfonction rénale, qui peut évoluer en insuffisance rénale avec oligohydroamnios; À la fin de la grossesse, la mère et le nouveau-né:

– une prolongation possible du temps de saignement, un effet antiagrégant pouvant même se produire à très faible dose.

– l’inhibition de la contraction de l’utérus entraînant un accouchement retardé ou prolongé.

En conséquence, le naproxène est contre-indiqué au cours du troisième trimestre de la grossesse.

Allaitement maternel

Le naproxène a été retrouvé dans le lait des femmes qui allaitent. L’utilisation de Naproxen doit être évitée chez les patientes qui allaitent.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Le naproxène peut causer de la somnolence et des étourdissements. Dans certains cas, cela peut avoir des conséquences sur la capacité de conduire un véhicule automobile et / ou de faire fonctionner des machines dangereuses.

4.8 Effets indésirables

Au cours du traitement par le naproxène, les effets secondaires et les symptômes suivants, qui n’ont pas entraîné l’arrêt du traitement dans tous les cas, ont été observés dans diverses gradations et fréquences.

Les fréquences ont été définies comme:

Très commun (≥1 / 10)

Commun (≥1 / 100, <1/10)

Peu fréquent (≥1 / 1.000, <1/100)

Rarement (≥1 / 10000, <1/1000)

Très rarement (<1 / 10.000)

Inconnu (ne peut être déterminé avec les données disponibles)

Système d’organes

Effet secondaire Fréquence

Très commun

Commun

Rare

Rarement

Très rarement

Inconnu

Troubles du système sanguin et lymphatique

Ecchymoses, capacité d’agrégation réduite des plaquettes, temps de saignement prolongé.

Réduction du taux d’hémoglobine et / ou de l’hématocrite, anémie aplasique ou hémolytique, thrombocytopénie, neutropénie, granulocytopénie, agranulocytose, éosinophilie, leucopénie.

Troubles du système immunitaire

Réaction anaphylactique.

Réactions allergiques

Troubles de la nutrition et du métabolisme

Appétit réduit.

Troubles psychiatriques

Insomnie, nervosité, euphorie, rêves anormaux, capacité réduite à se concentrer, dysfonctionnement cognitif, dépression légère, hallucinations.

Troubles du système nerveux

Maux de tête, vertiges, somnolence, étourdissements.

Méningite aseptique, œdème angioneurotique, convulsions.

Troubles oculaires

Vision floue

Obscurité de la cornée, papillite, névrite optique rétrobulbaire, œdème papillaire

Equilibre et troubles de l’oreille

Sonner dans l’oreille.

Vertige, troubles auditifs

Troubles cardiaques

Palpitations

Tension artérielle élevée, l’insuffisance cardiaque

Troubles vasculaires

Vascularite.

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Dyspnée

Œdème pulmonaire, pneumonie éosinophile, asthme.

Troubles du système gastro-intestinal

Brûlures d’estomac, nausées, sensation de malaise dans la zone épigastrique ou l’abdomen, constipation.

Vomissements, pertes sanguines du tractus gastro-intestinal, ulcère peptique, stomatite (rarement ulcéreuse), soif, dyspepsie, diarrhée.

Perforation du tractus gastro-intestinal, ulcères non peptiques, colite, oesophagite, hématémèse, pancréatite, sensation de bouche sèche, irritation de la gorge.

gastrite, obstruction, exacerbation de la colite ulcéreuse et de la maladie de Crohn

Troubles hépatiques et biliaires

Augmentation des transaminases ou des phosphatases alcalines, augmentation du taux de bilirubine, ictère, hépatite, y compris quelques cas avec des résultats fatals.

Peau et troubles cutanés sous-cutanés

Éruptions cutanées, prurit.

Purpura.

Alopécie, urticaire, érythème polymorphe, réactions d ‘hypersensibilité légères incluant porphyrie cutanée tardive, porphyrie cutanée tardive et épidermolyse bulleuse, nécrolyse épidermique, érythème noueux, lichen plan, réactions pustuleuses, éruptions médicamenteuses fixes, syndrome de Stevens – Johnson.

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Faiblesse musculaire

myalgie, SLE (lupus érythémateux disséminé)

Troubles rénaux et urinaires

Pollakiurie, protéinurie, néphrite glomérulaire, néphrite interstitielle, nécrose papillaire rénale, syndrome néphrotique, insuffisance rénale, hématurie, augmentation de la créatininémie, hyperkaliémie.

Système reproducteur et troubles mammaires:

Infertilité féminine

Troubles généraux et anomalies du site d’administration

Œdème périphérique

Transpiration.

Fatigue, réduction de la température, pyrexie.

malaise

Des cas de formation d’œdème, d’hypertension et d’insuffisance cardiaque ont été rapportés en association avec un traitement par AINS.

Les informations provenant des études cliniques ainsi que les données épidémiologiques suggèrent que l’utilisation du naproxen, en particulier à fortes doses et à long terme, peut être associée à un risque légèrement accru de thrombose des artères (par exemple infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’ adresse suivante : www.mhra.gov.uk/yellowcard .

4.9 Surdosage

Les symptômes de surdosage peuvent être: nausées, vomissements, douleurs gastriques, somnolence, étourdissements, désorientation, diarrhée, saignements gastriques, convulsions (rarement), modifications transitoires des fonctions hépatiques, hypothrombinémie, insuffisance rénale, apnée et acidose métabolique.

En premier lieu, le traitement consiste à éviter l’absorption par lavage puis à boire de l’eau ou des boissons aux fruits avec du charbon actif (adsorbant) et du sulfate de sodium (laxatif). En cas de grandes quantités, un lavage gastrique est indiqué, laissant derrière lui du charbon actif et du sulfate de sodium.

La base acide doit être surveillée attentivement en relation avec l’apparition possible d’une acidose métabolique sévère.

Un traitement complémentaire est favorable et symptomatique.

L’hémodialyse ne réduit pas la concentration plasmatique de naproxène, en raison de la forte liaison aux protéines.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Produits antiinflammatoires et antirhumatismaux, non stéroïdiens.Dérivés de l’acide propionique.Code ATC: M01AE02

Mécanisme d’action

Le naproxène est un composé analgésique anti-inflammatoire non stéroïdien ayant des propriétés antipyrétiques, comme cela a été démontré dans les systèmes d’expérimentation animale classiques. Le naproxène manifeste son effet anti-inflammatoire même chez les animaux surrénalectomisés, ce qui indique que son action n’est pas médiée par l’axe hypophyso-surrénalien.

Le naproxène inhibe la prostaglandine synthétase (comme les autres AINS). Cependant, comme avec les autres AINS, le mécanisme exact de son action anti-inflammatoire n’est pas connu.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

L’absorption à partir du tractus gastro-intestinal après administration orale est pratiquement complète et a lieu plutôt rapidement.

Distribution

La liaison protéique du naproxène à des doses normales est supérieure à 99%.

Biotransformation

30% du naproxène est transformé en 6-O-desméthyl-naproxène dans le foie.

Élimination

Avec l’augmentation de la dose, l’excrétion urinaire est plus rapide que ce que l’on pouvait attendre d’après des processus linéaires. La demi-vie plasmatique est d’environ 11 à 15 heures. Environ 95% de la dose administrée est excrétée dans l’urine, principalement sous forme de naproxène, de 6-O-desméthyl naproxène ou de formes conjuguées des substances mentionnées.

5.3 Données de sécurité précliniques

Cancérogénicité

Le naproxène a été administré avec de la nourriture à des rats SpragueDawley pendant 24 mois à des doses de 8, 16 et 24 mg / kg / jour. Le naproxène n’était pas cancérogène chez le rat.

Mutagénicité

La mutagénicité n’a pas été détectée chez Salmonella typhimurium (5 lignées cellulaires), S achharomyces cerevisisa e (1 lignée cellulaire) et les tests de lymphome chez la souris.

La fertilité

Le naproxène n’a pas affecté la fertilité des rats lorsqu’il a été administré par voie orale à des doses de 30 mg / kg / jour aux mâles et de 20 mg / kg / jour aux femelles.

Tératogénicité

Le naproxène n’était pas tératogène lorsqu’il était administré par voie orale à raison de 20 mg / kg / jour pendant l’organogenèse chez le rat et le lapin.

Reproduction périnatale / postnatale

L’administration orale de naproxène à des rates gravides à des doses de 2, 10 et 20 mg / kg / jour au cours du troisième trimestre de la grossesse a entraîné un travail difficile. Ce sont des effets connus de cette classe de composés et ont été démontrés chez des rates gravides avec de l’aspirine et de l’indométacine.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose monohydraté

Amidon de maïs

Glycolate d’amidon sodique

Povidone (E1201)

Oxyde de fer jaune (E172)

Stéarate de magnésium (E470b)

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

4 années.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite aucune condition de stockage particulière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Les comprimés de naproxène sont disponibles en plaquettes thermoformées transparentes en PVC / PE / PVdC – aluminium et en HDPE opaque blanc fermé par une fermeture à nervures en polypropylène blanc opaque avec un tampon ayant une doublure à induction.

Tailles de paquet:

Blisters : 7, 10, 12, 15, 16, 20, 24, 25, 28, 30, 40, 50, 56, 60, 90, 98, 100, 250 et 500 comprimés

Packs HDPE :

30, 100 et 500 comprimés

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Millpharm Limited

Bloc Ares

Odyssey Business Park

West End Road

Ruislip

HA4 6QD

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 16363/0480

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

04/05/2016

10. Date de révision du texte

04/05/2016