Mylafent 75 microgrammes / heure patch transdermique


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Mylafent 75 microgrammes / heure Patch transdermique

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque timbre transdermique Mylafent 75 microgrammes / heure contient 12,6 mg de fentanyl dans un patch de 31,5 cm 2 , libérant 75 microgrammes de fentanyl par heure.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Patch transdermique

Un patch rectangulaire translucide imprimé avec de l’encre blanche sur une doublure amovible.

Ce qui suit est imprimé sur chaque patch:

Fentanyl 75 μg / h

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Adultes:

Mylafent est indiqué dans les douleurs chroniques sévères qui peuvent être traitées de manière adéquate uniquement avec des analgésiques opioïdes.

Enfants et adolescents:

Prise en charge à long terme de la douleur chronique sévère chez les enfants et les adolescents recevant un traitement opioïde à partir de 2 ans.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Adultes:

Sélection de dose initiale

Le dosage est individuel et basé sur l’historique des opioïdes du patient et prend en compte:

• développement possible de la tolérance

• l’état général actuel, le statut médical du patient et

• le degré de gravité du trouble

La posologie requise de fentanyl est ajustée individuellement et devrait être évaluée régulièrement après chaque administration.

Les patients recevant un traitement opioïde pour la première fois

Des patchs avec un taux de libération de 12 microgrammes / heure sont disponibles et doivent être utilisés pour le dosage initial. Chez les patients très âgés ou faibles, il n’est pas recommandé d’instaurer un traitement par Mylafent en raison de leur sensibilité connue aux traitements opioïdes. Dans ces cas, il serait préférable d’initier un traitement avec de faibles doses de morphine à libération immédiate et de prescrire Mylafent après la détermination du dosage optimal.

Passer d’autres opioïdes

Lors du passage des opioïdes oraux ou parentéraux au traitement au fentanyl, la dose initiale doit être calculée comme suit:

1. La quantité d’analgésiques requis au cours des dernières 24 heures doit être déterminée.

2. La somme obtenue doit être convertie pour correspondre à la dose orale de morphine en utilisant le tableau 1.

3. La posologie correspondante de fentanyl doit être déterminée comme suit:

a) en utilisant le tableau 2 pour les patients qui ont besoin d’une rotation d’opioïdes (taux de conversion de la morphine orale en fentanyl transdermique égal à 150: 1)

b) en utilisant le tableau 3 pour les patients recevant un traitement opioïde stable et bien toléré (taux de conversion de la morphine orale en fentanyl transdermique égal à 100: 1)

Tableau 1: Conversion d’activité équianalgésique

Toutes les doses indiquées dans le tableau ont un effet analgésique équivalent à 10 mg de morphine.

Substance active

Dosage équianalgésique (mg)

Parenteral im

Oral

Morphine

dix

30-40

Hydromorphone

1,5

7,5

Méthadone

dix

20

Oxycodone

10-15

20-30

Levorphanol

2

4

Oxymorphine

1

10 (rectale)

Diamorphine

5

60

Péthidine

75

Codéine

200

Buprénorphine

0,4

0,8 (sublinguale)

Kétobémidone

dix

20-30

Tableau 2: Dose recommandée de Mylafent basée sur la dose orale quotidienne de morphine

Oral 24 heures morphine

(mg / jour )

Dose de Mylafent

(μg / h)

30-44

12

45-134

25

135-224

50

225-314

75

315-404

100

405-494

125

495-584

150

585-674

175

675-764

200

765-854

225

855-944

250

945-1034

275

1035-1124

300

Tableau 3: Dose initiale recommandée de Mylafent basée sur la dose quotidienne de morphine par voie orale (pour les patients sous traitement opioïde stable et bien toléré)

Dose de morphine orale

(mg / 24 h)

Libération de Mylafent (μg / h)

<60

12

60-89

25

90-149

50

150-209

75

210-269

100

270-329

125

330-389

150

390-449

175

450-509

200

510-569

225

570-629

250

630-689

275

690-749

300

En combinant plusieurs patchs transdermiques, un taux de libération de plus de 100 microgrammes / h peut être atteint.

L’évaluation initiale de l’effet analgésique maximal de Mylafent ne doit pas être faite avant que le patch ne soit porté pendant 24 heures. Ceci est dû à l’augmentation progressive des concentrations sériques de fentanyl au cours des 24 premières heures suivant l’application du timbre.

Dans les 12 premières heures après avoir changé en Mylafent le patient continue à recevoir l’analgésique précédent à la dose précédente; au cours des 12 heures suivantes, cet analgésique est administré en fonction des besoins.

Dosage de dose et traitement d’entretien

Le patch doit être remplacé toutes les 72 heures. La dose doit être ajustée individuellement jusqu’à ce que l’efficacité analgésique soit atteinte. Chez les patients qui présentent une diminution marquée dans la période de 48 à 72 heures après l’application, le remplacement de Mylafent après 48 heures peut être nécessaire. Une modification du traitement après moins de 72 heures peut entraîner une augmentation de la concentration sérique de fentanyl (voir rubrique 5.2).

Des patchs avec un taux de libération de 12 microgrammes / heure sont disponibles et sont appropriés pour le titrage de dose dans la zone de dosage inférieure. Si l’analgésie est insuffisante à la fin de la période initiale d’application, la dose peut être augmentée après 3 jours, jusqu’à ce que l’effet désiré soit obtenu pour chaque patient. Un ajustement supplémentaire de la dose doit normalement être effectué par paliers de 25 microgrammes / heure, bien que les besoins antalgiques supplémentaires et l’état de la douleur du patient doivent être pris en compte. Les patients peuvent nécessiter des doses supplémentaires périodiques d’un analgésique à courte durée d’action pour les accès douloureux paroxystiques. Des méthodes supplémentaires ou alternatives d’analgésie ou d’administration alternative d’opioïdes doivent être envisagées lorsque la dose de fentanyl dépasse 300 microgrammes / heure.

Changement ou arrêt du traitement

Si l’arrêt du patch est nécessaire, tout remplacement par d’autres opioïdes doit être progressif, en commençant à faible dose et en augmentant lentement. En effet, les concentrations de fentanyl diminuent progressivement après l’élimination du timbre; il faut au moins 17 heures pour que la concentration sérique de fentanyl diminue de 50% (voir rubrique 5.2). En règle générale, l’arrêt de l’analgésie opioïde doit être progressif, afin de prévenir les symptômes de sevrage (tels que nausées, vomissements, diarrhée, anxiété et tremblements musculaires).

Les symptômes de sevrage aux opioïdes (voir rubrique 4.8) sont possibles chez certains patients après conversion ou adaptation de la posologie. En cas de symptômes de sevrage, il est recommandé de traiter à faible dose ceux qui ont une morphine à action brève.

Les tableaux 2 et 3 ne doivent pas être utilisés pour passer du fentanyl transdermique à d’autres traitements afin d’éviter une surestimation du dosage du nouvel analgésique et une surdose potentielle.

Patients âgés

Les personnes âgées doivent être surveillées attentivement et la dose doit être réduite si nécessaire (voir rubriques 4.4 et 5.2).

Insuffisance rénale

Les patients présentant une insuffisance rénale doivent être surveillés attentivement et la dose doit être réduite si nécessaire (voir rubrique 4.4).

Insuffisance hépatique

Les patients atteints d’insuffisance hépatique doivent être surveillés attentivement et la dose doit être réduite si nécessaire (voir rubrique 4.4).

Population pédiatrique

Adolescents âgés de 16 ans et plus: suivre la posologie adulte

Enfants et adolescents âgés de 2 à 16 ans:

Mylafent doit être administré uniquement aux patients pédiatriques tolérants aux opioïdes (âgés de 2 à 16 ans) qui reçoivent déjà au moins 30 mg d’équivalents de morphine par voie orale par jour. Pour convertir les patients pédiatriques des opioïdes oraux en Mylafent, se reporter au tableau 4, Dose recommandée de Mylafent, basée sur la dose de morphine orale quotidienne et l’état de la douleur.

Tableau 4: Mylafent recommandé basé sur la dose orale quotidienne de morphine 1

Morphine orale de 24 heures (mg / jour)

Mylafent

Pour les patients pédiatriques 2

30-44

12

45-134

25

1 Dans les essais cliniques, ces doses quotidiennes de morphine orale ont servi de base à la conversion en fentanyl transdermique.

2 La conversion en doses de fentanyl supérieures à 25 μg / h est la même pour la population adulte et pédiatrique

Pour les enfants qui ont reçu plus de 90 mg de morphine par jour par voie orale, seules des informations limitées sont actuellement disponibles à partir d’essais cliniques. Dans les études pédiatriques, la dose de fentanyl transdermique requise a été calculée de manière conservatrice: 30 mg à 44 mg de morphine par jour ou sa dose d’opioïde équivalente a été remplacée par un timbre transdermique de fentanyl à 12 microgrammes / h. Il est à noter que ce calendrier de conversion pour les enfants ne s’applique qu’au passage de la morphine orale (ou son équivalent) au fentanyl transdermique. Le calendrier de conversion n’a pas pu être utilisé pour convertir le fentanyl transdermique en d’autres opioïdes, car un surdosage pourrait alors se produire.

L’effet analgésique de la première dose de fentanyl transdermique ne sera pas optimal dans les premières 24 heures. Par conséquent, pendant les 12 premières heures après le passage à Mylafent, le patient doit recevoir la dose régulière d’analgésiques. Au cours des 12 prochaines heures, ces analgésiques devraient être éliminés en fonction des besoins cliniques.

Étant donné que les concentrations maximales de fentanyl se produisent après 12 à 24 heures de traitement, il est recommandé de surveiller les effets indésirables, y compris l’hypoventilation, pendant au moins 48 heures après l’instauration du traitement par Mylafent ou l’augmentation de la dose (voir rubrique 4.4 )

Dosage et maintien de la dose

Si l’effet analgésique de Mylafent est insuffisant, il faut administrer de la morphine supplémentaire ou un autre opioïde de courte durée. En fonction des besoins antalgiques supplémentaires et de l’état de la douleur de l’enfant, il peut être décidé d’utiliser plus de patchs. Les ajustements de dose doivent être effectués par paliers de 12 microgrammes / heure.

Méthode d’administration

Pour une utilisation transdermique.

Mylafent doit être appliqué sur la peau non irritée et non irradiée sur une surface plane du torse ou du bras.

Chez les jeunes enfants, le haut du dos est l’endroit privilégié pour appliquer le timbre, afin de minimiser le risque que l’enfant enlève le timbre.

Une zone non poilue doit être sélectionnée. Si cela n’est pas possible, les poils sur le site d’application doivent être coupés (non rasés) avant l’application.

Si le site d’application de Mylafent nécessite d’être nettoyé avant l’application du patch, cela doit être fait avec de l’eau. Les savons, les huiles, les lotions ou tout autre agent susceptible d’irriter la peau ou d’altérer ses caractéristiques ne doivent pas être utilisés. La peau doit être complètement sèche avant l’application du patch.

Les patchs doivent être inspectés avant utilisation. Les patchs coupés, divisés ou endommagés ne doivent pas être utilisés.

Le Mylafent doit être retiré du sachet protecteur en faisant une petite incision près du bord scellé du sachet, puis en déchirant soigneusement le sachet à la main. Saisissez les deux côtés du sachet ouvert et séparez-le de sorte que le sachet soit ouvert sur trois côtés et retirez le patch.

Mylafent doit être appliqué immédiatement après l’enlèvement du sachet scellé. Évitez de toucher le côté adhésif du patch. Après l’enlèvement des deux parties de la doublure protectrice, le patch transdermique doit être fermement maintenu en place avec la paume de la main pendant environ 30 secondes, en s’assurant que le contact est complet, en particulier sur les bords. Ensuite, se laver les mains avec de l’eau propre.

Mylafent devrait être porté continuellement pendant 72 heures. Si le timbre transdermique doit être changé plus tôt dans certains cas, il ne peut être modifié plus de 48 heures après l’application, sinon on suppose qu’il y aura une augmentation de la concentration moyenne de fentanyl (voir rubrique 5.2).

Un nouveau patch doit ensuite être appliqué sur un site cutané différent après l’élimination du patch transdermique précédent. 7 jours devraient s’écouler avant qu’un nouveau patch soit appliqué sur la même zone de la peau.

L’effet analgésique peut persister pendant un certain temps après l’élimination du timbre transdermique.

S’il y a des résidus sur la peau après le retrait du pansement transdermique, celui-ci peut être retiré avec beaucoup d’eau et de savon. La zone ne doit en aucun cas être nettoyée avec de l’alcool ou un autre solvant car cela peut pénétrer à travers la peau en raison de l’effet du pansement transdermique.

Si le dosage continue à augmenter, la zone nécessaire à l’application peut atteindre le point où une augmentation supplémentaire n’est plus possible.

La nécessité d’un traitement continu devrait être évaluée à intervalles réguliers.

Pour éviter toute interférence avec les propriétés adhésives du timbre, aucune crème, huile, lotions ou poudre ne doit être appliquée sur la peau lorsque le timbre est appliqué.

Ne pas couper Mylafent. Un patch qui a été divisé, coupé ou endommagé de quelque façon que ce soit ne doit pas être utilisé.

4.3 Contre-indications

▪ Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

▪ Douleur aiguë ou postopératoire, étant donné que la posologie n’est pas possible pendant une utilisation à court terme et qu’une hypoventilation grave ou potentiellement mortelle pourrait en résulter.

▪ Altération sévère du système nerveux central.

▪ Dépression respiratoire sévère

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

LES PATIENTS SOUFFRANT DE MANIFESTATIONS GRAVES DOIVENT ETRE SURVEILLES PENDANT AU MOINS 24 HEURES APRES L’ELIMINATION DU MYLAFENT OU PLUS COMME SYMPTOMES CLINIQUES DICTATE, CAR LES CONCENTRATIONS DE SERUM FENTANYL SE REFERENT GRADUELLEMENT ET SONT REDUITES D’ENVIRON 50% 17 (GAMME 13-22) PLUS TARD.

Ce médicament ne doit être instauré que sous la surveillance de médecins connaissant la pharmacocinétique des patchs transdermiques et présentant un risque d’hypoventilation sévère.

Patients non opioïdes et tolérants aux opioïdes:

L’utilisation du fentanyl chez les patients n’ayant jamais pris d’opioïdes a été associée à de très rares cas de dépression respiratoire significative et / ou de décès lorsqu’ils ont été utilisés comme traitement opiacé initial. Le risque d’hypoventilation grave ou mettant la vie en danger existe même si la dose la plus faible de fentanyl est utilisée pour initier un traitement chez des patients n’ayant jamais reçu d’opioïdes. Il est recommandé d’utiliser le fentanyl chez les patients ayant présenté une tolérance aux opioïdes (voir rubrique 4.2).

Dépression respiratoire:

Comme avec tous les opioïdes puissants, certains patients peuvent souffrir d’une dépression respiratoire significative avec Mylafent; les patients doivent être observés pour ces effets. La dépression respiratoire peut persister au-delà du retrait du timbre. L’incidence de la dépression respiratoire augmente avec l’augmentation de la dose de fentanyl (voir rubrique 4.9). Les médicaments actifs sur le SNC peuvent augmenter la dépression respiratoire (voir rubrique 4.5).

Maladie pulmonaire chronique:

Le fentanyl peut avoir des effets indésirables plus graves chez les patients atteints d’une maladie obstructive chronique ou d’une autre maladie pulmonaire. Chez ces patients, les opioïdes peuvent diminuer la pulsion respiratoire et augmenter la résistance des voies respiratoires.

Syndrome de sérotonine

La prudence est recommandée lorsque le fentanyl est utilisé de manière concomitante avec d’autres médicaments qui affectent les systèmes de neurotransmetteurs sérotoninergiques.

Le développement d’un syndrome sérotoninergique potentiellement mortel peut survenir avec l’utilisation concomitante de médicaments sérotoninergiques tels que les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine noradrénaline (IRSN) et les médicaments qui altèrent le métabolisme de la sérotonine. (y compris les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO)). Cela peut se produire dans la dose recommandée.

Le syndrome sérotoninergique peut comprendre des modifications de l’état mental (agitation, hallucinations, coma), une instabilité autonome (tachycardie, tension artérielle instable, hyperthermie), des modifications neuromusculaires (hyperréflexie, troubles de la coordination, rigidité) et / ou gastro-intestinales ( par exemple, nausée, vomissement, diarrhée).

Si le syndrome de sérotonine est suspecté, l’arrêt rapide de Mylafent devrait être considéré.

Interactions avec les inhibiteurs du CYP3A4

L’utilisation concomitante d’inhibiteurs du cytochrome P450 3A4 (p. Ex. Ritonavir, kétoconazole, itraconazole, fluconazole, voriconazole, troléandomycine, clarithromycine, nelfinavir, néfazodone, vérapamil, diltiazem et amiodarone) peut entraîner une augmentation des concentrations plasmatiques de fentanyl, ce qui pourrait augmenter ou prolonger les deux. les effets thérapeutiques et indésirables, et peuvent provoquer une dépression respiratoire grave. Dans cette situation, des soins et une observation particuliers des patients sont appropriés. Par conséquent, l’utilisation concomitante de fentanyl transdermique et d’inhibiteurs du cytochrome P450 3A4 n’est pas recommandée, sauf si le patient est étroitement surveillé. Les patients, en particulier ceux qui reçoivent du fentanyl et des inhibiteurs du CYP3A4, doivent être surveillés afin de déceler des signes de dépression respiratoire et des ajustements posologiques doivent être effectués si nécessaire.

Dépendance et potentiel d’abus:

La tolérance, la dépendance physique et la dépendance psychologique peuvent se développer lors de l’administration répétée d’opioïdes. La dépendance iatrogène après l’administration d’opioïdes est rare. Les patients ayant des antécédents de toxicomanie / abus d’alcool sont plus à risque de développer une dépendance et un abus dans le traitement aux opioïdes. Les patients présentant un risque accru d’abus d’opioïdes peuvent encore être traités de manière appropriée avec des formulations d’opioïdes à libération modifiée; Cependant, ces patients devront être surveillés pour déceler tout signe d’abus, d’abus ou de dépendance. Fentanyl peut être abusé d’une manière similaire à d’autres agonistes opioïdes. Un abus ou une mauvaise utilisation intentionnelle de Mylafent peut entraîner un surdosage et / ou la mort.

Augmentation de la pression intracrânienne:

Le fentanyl doit être utilisé avec prudence chez les patients qui peuvent être particulièrement sensibles aux effets intracrâniens de la rétention du CO 2, tels que ceux qui présentent une augmentation de la pression intracrânienne, une altération de la conscience ou un coma. Le fentanyl doit être utilisé avec prudence chez les patients atteints de tumeurs cérébrales.

Maladie cardiaque:

Le fentanyl peut entraîner une bradycardie et doit donc être administré avec prudence aux patients atteints de bradyarythmie.

Les opioïdes peuvent provoquer une hypotension, en particulier chez les patients présentant une hypovolémie aiguë. Sous-jacent, l’hypotension symptomatique et / ou l’hypovolémie doivent être corrigées avant le début du traitement par Mylafent.

Insuffisance hépatique

Puisque le fentanyl est métabolisé en métabolites inactifs dans le foie, l’insuffisance hépatique pourrait retarder son élimination. Si les patients atteints d’insuffisance hépatique reçoivent du fentanyl, ils doivent être étroitement surveillés afin de détecter tout signe de toxicité du fentanyl et la posologie de Mylafent doit être réduite si nécessaire (voir rubrique 5.2).

Insuffisance rénale:

Moins de 10% du fentanyl est excrété sous forme inchangée par le rein et, contrairement à la morphine, aucun métabolite actif connu n’est éliminé par le rein. Si les patients atteints d’insuffisance rénale reçoivent du fentanyl, ils doivent être étroitement surveillés afin de détecter tout signe de toxicité du fentanyl et la dose de Mylafent doit être réduite si nécessaire (voir rubrique 5.2).

Fièvre / application de chaleur externe:

Un modèle pharmacocinétique suggère que les concentrations sériques de fentanyl peuvent augmenter d’environ un tiers si la température de la peau augmente à 40 ° C. Il faut donc surveiller les effets indésirables des opioïdes chez les patients fiévreux et ajuster la dose de Mylafent si nécessaire.

Il y a un risque d’augmentation de la fentanyl libérée par le système, qui dépend de la température, ce qui pourrait entraîner une surdose et la mort. Un essai de pharmacologie clinique mené chez des sujets adultes en bonne santé a montré que l’application de chaleur sur le système Mylafent augmentait les valeurs moyennes d’AUC du fentanyl de 120% et les valeurs Cmax moyennes de 61%.

Tous les patients doivent éviter d’exposer le site d’application Mylafent à des sources de chaleur externes directes comme des coussins chauffants, des couvertures électriques, des lits d’eau chauffés, des lampes chauffantes ou bronzantes, des bains de soleil, des bouillottes, des saunas et des bains bouillonnants. thermes.

Tube digestif

Les opioïdes augmentent le tonus et diminuent le péristaltisme propulsif des muscles lisses du tractus gastro-intestinal. La prolongation résultante du temps de transit gastro-intestinal peut être responsable de l’effet constipant du fentanyl.

On devrait conseiller aux patients de prendre des mesures pour empêcher la constipation et l’utilisation laxative prophylactique peut être considérée dans quelques situations. Des précautions supplémentaires doivent être prises chez les patients souffrant de constipation chronique. Si un iléus paralytique est présent ou suspecté, le traitement par Mylafent doit être arrêté.

Douleur révolutionnaire

Des études ont montré que malgré le traitement par le fentanyl transdermique, presque tous les patients doivent être traités avec un médicament puissant à libération rapide pour soulager les accès douloureux paroxystiques.

Utilisation chez les patients âgés

Les données provenant d’études intraveineuses avec le fentanyl suggèrent que les patients âgés peuvent avoir une clairance réduite, une demi-vie prolongée, et ils peuvent être plus sensibles à la substance active que les patients plus jeunes. Si les patients âgés reçoivent Mylafent, ils doivent être étroitement surveillés afin de détecter les signes de toxicité du fentanyl et la dose doit être réduite si nécessaire (voir rubrique 5.2).

Population pédiatrique

Le fentanyl ne doit pas être administré aux patients pédiatriques naïfs aux opioïdes (voir rubrique 4.2). Le risque d’hypoventilation grave ou potentiellement mortelle existe quelle que soit la dose de Mylafent administrée.

Le fentanyl transdermique n’a pas été étudié chez les enfants de moins de 2 ans. Mylafent doit être administré uniquement aux enfants tolérants aux opioïdes âgés de 2 ans ou plus (voir rubrique 4.2). Mylafent ne doit pas être utilisé chez les enfants de moins de 2 ans.

Pour éviter toute ingestion accidentelle chez les enfants, soyez prudent lorsque vous choisissez le site d’application de Mylafent (voir rubrique 4.2) et surveillez de près l’adhérence du timbre .

Les patients atteints de myasthénie

Des réactions non-épileptiques (myo) cloniques peuvent survenir. La prudence devrait être exercée en traitant des patients avec la myasthenia gravis.

Exposition accidentelle par transfert de patch

Le transfert accidentel d’un timbre de fentanyl sur la peau d’un porteur qui ne porte pas de patch (en particulier un enfant), tout en partageant un lit ou en étant physiquement en contact étroit avec un porteur de patch, peut entraîner une surdose d’opioïdes. Les patients doivent être informés que si un transfert de patch accidentel se produit, le patch transféré doit être retiré immédiatement de la peau de l’utilisateur qui ne porte pas de patch (voir section 4.9).

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

L’utilisation concomitante d’autres dépresseurs du système nerveux central, y compris les opioïdes, les sédatifs, les hypnotiques, les anesthésiques généraux, les phénothiazines, les tranquillisants, les myorelaxants, les antihistaminiques sédatifs et les boissons alcoolisées peut produire des effets dépresseurs additifs; une hypoventilation, une hypotension et une sédation profonde, un coma ou la mort peuvent survenir. Par conséquent, l’utilisation concomitante de l’une ou l’autre de ces substances actives avec Mylafent nécessite des soins et des observations spécifiques, et la posologie d’un ou des deux médicaments doit être réduite.

Inhibiteurs du CYP3A4

Le fentanyl, substance active dont la clairance est élevée, est rapidement et largement métabolisé par le CYP3A4.

L’utilisation concomitante de fentanyl transdermique avec les inhibiteurs du cytochrome P450 3A4 (CYP3A4) (p. Ex. Ritonavir, kétoconazole, itraconazole, fluconazole, voriconazole, troléandomycine, clarithromycine, nelfinavir, néfazodone, vérapamil, diltiazem et amiodarone) peut entraîner une augmentation des concentrations plasmatiques de fentanyl. , ce qui pourrait augmenter ou prolonger les effets thérapeutiques et indésirables, et causer une dépression respiratoire grave. Dans cette situation, des soins spéciaux aux patients et l’observation sont appropriés. L’utilisation concomitante d’inhibiteurs du CYP3A4 et de fentanyl transdermique n’est pas recommandée, sauf si le patient est étroitement surveillé (voir rubrique 4.4).

Inducteurs du CYP3A4

L’utilisation concomitante avec des inducteurs du CYP3A4 (p. Ex. Rifampicine, carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne) peut entraîner une réduction des concentrations plasmatiques de fentanyl et une diminution de l’effet thérapeutique. Cela peut nécessiter un ajustement de la dose de fentanyl transdermique. Après l’arrêt d’un inducteur du CYP3A4, l’effet de l’inducteur diminue progressivement. Cela peut entraîner une augmentation de la concentration plasmatique de fentanyl, ce qui pourrait augmenter ou prolonger les effets thérapeutiques et indésirables, et provoquer une grave dépression respiratoire. Dans cette situation, une surveillance attentive et un ajustement de la dose doivent être effectués si nécessaire.

Inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO)

Le fentanyl n’est pas recommandé chez les patients nécessitant l’administration concomitante d’un IMAO. Des interactions sévères et imprévisibles avec les IMAO, impliquant la potentialisation des effets opiacés ou la potentialisation des effets sérotoninergiques, ont été rapportées. Par conséquent, Mylafent ne doit pas être utilisé dans les 14 jours suivant l’arrêt du traitement par les IMAO.

Agents sérotoninergiques

L’utilisation concomitante de fentanyl et d’un médicament sérotoninergique, comme un inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine (ISRS) ou un inhibiteur du recaptage de la sérotonine-noradrénaline (IRSNA) ou un inhibiteur de la monoamine oxydase (IMAO), peut augmenter le risque de syndrome sérotoninergique. , une condition potentiellement mortelle.

Utilisation concomitante d’agonistes / antagonistes mixtes

L’utilisation concomitante de buprénorphine, de nalbuphine ou de pentazocine n’est pas recommandée. Ils ont une forte affinité pour les récepteurs opioïdes avec une activité intrinsèque relativement faible et par conséquent antagonisent partiellement l’effet analgésique du fentanyl et peuvent induire des symptômes de sevrage chez les patients dépendants aux opioïdes.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’y a pas de données adéquates sur l’utilisation du fentanyl chez les femmes enceintes. Des études chez l’animal ont montré une certaine toxicité sur la reproduction (voir rubrique 5.3). Le risque potentiel pour les humains est inconnu, bien que le fentanyl comme anesthésique IV ait été trouvé pour traverser le placenta dans les grossesses humaines tôt. Un syndrome de sevrage néonatal a été rapporté chez des nouveau-nés avec un usage maternel chronique du fentanyl pendant la grossesse. Mylafent ne doit pas être utilisé pendant la grossesse sauf en cas de nécessité absolue.

L’utilisation de Mylafent pendant l’accouchement n’est pas recommandée car elle ne doit pas être utilisée dans la prise en charge de la douleur aiguë ou postopératoire (voir rubrique 4.3). De plus, comme le fentanyl traverse le placenta, l’utilisation de Mylafent pendant l’accouchement peut entraîner une dépression respiratoire chez le nouveau-né.

Allaitement maternel

Le fentanyl est excrété dans le lait maternel et peut provoquer une sédation et une dépression respiratoire chez le nourrisson allaité. L’allaitement doit donc être interrompu pendant le traitement par Mylafent et pendant au moins 72 heures après l’enlèvement du timbre.

La fertilité

Dans les tests sur les animaux, une altération de la fertilité a été observée à des doses élevées (voir rubrique 5.3).

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Mylafent a une influence majeure sur la capacité à conduire et à utiliser des machines. Cela doit être attendu en particulier au début du traitement, à tout changement de dosage ainsi que dans le cadre de l’alcool ou des tranquillisants. Les patients stabilisés à un dosage spécifique ne seront pas nécessairement limités. Par conséquent, les patients doivent consulter leur médecin pour savoir si la conduite ou l’utilisation de machines est autorisée.

Ce médicament peut altérer la fonction cognitive et affecter la capacité du patient à conduire en toute sécurité. Cette classe de médicaments est dans la liste des médicaments inclus dans les règlements en vertu du paragraphe 5a du Road Traffic Act 1988. Lors de la prescription de ce médicament, les patients doivent être informés:

• Le médicament est susceptible d’affecter votre capacité à conduire

• Ne conduisez pas jusqu’à ce que vous sachiez comment le médicament vous affecte

• Conduire sous l’influence de ce médicament est une infraction.

• Cependant, vous ne commettrez pas d’infraction (appelée «défense statutaire») si:

o Le médicament a été prescrit pour traiter un problème médical ou dentaire et

o Vous l’avez pris selon les instructions données par le prescripteur et dans les informations fournies avec le médicament et

o Cela n’affectait pas votre capacité à conduire en toute sécurité.

4.8 Effets indésirables

L’innocuité du fentanyl transdermique a été évaluée chez 1854 participants adultes et pédiatriques dans 11 essais cliniques (en double aveugle [placebo ou contrôle actif] et / ou en ouvert [aucun contrôle ou contrôle actif]) pour le traitement des affections malignes ou non chroniques chroniques. douleur maligne. Les participants à l’étude ont reçu au moins une dose de fentanyl transdermique et ont fourni des données de sécurité.

a) Résumé du profil de sécurité

Sur la base des données de sécurité regroupées issues des essais cliniques, les effets indésirables les plus fréquemment rapportés (incidence ≥ 10%) étaient (avec% d’incidence): nausées (35,7%), vomissements (23,2%), constipation (23,1%) ), la somnolence (15,0%), les vertiges (13,1%), les maux de tête (11,8%).

L’effet indésirable le plus grave du fentanyl est la dépression respiratoire.

b) Liste tabulée des effets indésirables

Les effets indésirables rapportés dans les essais cliniques sur le fentanyl transdermique, y compris les effets indésirables mentionnés ci-dessus, et sur l’expérience post-commercialisation, sont énumérés ci-dessous dans le tableau A.

Les fréquences suivantes sont utilisées pour la description de la survenue d’effets indésirables: très fréquent (≥ 1/10); commun (≥1 / 100 à <1/10); peu fréquent (≥ 1/1 000 à <1/100); rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000); très rare (<1/10 000); inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Tableau A: Réactions indésirables au médicament du timbre de fentanyl provenant d’essais cliniques et de l’expérience post-commercialisation

System Organ Class

Effets indésirables du médicament

Catégorie de fréquence

très commun

Commun

Rare

Rare

Très rare

Pas connu

Troubles du système immunitaire

Hypersensibilité

Choc anaphylactique, réaction anaphylactique, réaction anaphylactique

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Anorexie

Troubles psychiatriques

Insomnie, dépression, anxiété, état de confusion, hallucinations

Agitation, désorientation, humeur euphorique

Troubles du système nerveux

Somnolence, vertiges, maux de tête 1

Tremblement, paresthésie

Hypoesthésie, convulsions (y compris convulsions cloniques et convulsions grand mal), amnésie, troubles de la parole, diminution du niveau de conscience, perte de conscience

Troubles oculaires

Conjonctivite

Vision floue

Miosis

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

vertige

Troubles cardiaques

Palpitations, tachycardie

Bradycardie, cyanose

Arythmie

Troubles vasculaires

Hypertension

Hypotension

Vaso-dilatation

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Dyspnée

Dépression respiratoire, détresse respiratoire

Apnée, hypoventilation

Bradypnoea,

Problèmes gastro-intestinaux

Nausées 1 , vomissements 1 , constipation 1

Diarrhée 1 , bouche sèche, douleur abdominale, douleur abdominale supérieure, dyspepsie

Iléus

Subileus

Flatulences douloureuses

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Hyperhidrose, prurit, éruption cutanée, érythème

Eczéma, dermatite allergique, dermatose, dermatite, dermatite

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Spasmes musculaires

Contractions musculaires

Troubles rénaux et urinaires

Rétention urinaire

Oligurie, cystalgia

Système reproducteur et troubles mammaires

Dysfonction érectile, dysfonction sexuelle

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Fatigue, œdème périphérique, asthénie, malaise, sensation de froid

Réaction au site d’application, syndrome grippal, sensation de changement de température corporelle, hypersensibilité au site d’application, syndrome de sevrage médicamenteux 2 , pyrexie

Dermite du site d’application, eczéma du site d’application

1 voir section 4.8 d)

2 voir la section 4.8 c)

c) Description des effets indésirables sélectionnés

Comme avec les autres analgésiques opioïdes, la tolérance, la dépendance physique et la dépendance psychologique peuvent se développer lors de l’utilisation répétée de Mylafent (voir rubrique 4.4).

Des symptômes de sevrage aux opioïdes (tels que nausées, vomissements, diarrhée, anxiété et frissons) sont possibles chez certains patients après la conversion de leur précédent analgésique opioïde en fentanyl ou en cas d’arrêt brutal du traitement (voir rubrique 4.2).

Il y a eu de très rares cas de nouveau-nés présentant un syndrome de sevrage néonatal lorsque les mères utilisaient le fentanyl de manière chronique pendant la grossesse (voir rubrique 4.6).

d) Population pédiatrique

Le profil d’effets indésirables chez les enfants et les adolescents traités par le fentanyl était similaire à celui observé chez les adultes (voir rubrique 5.2). Aucun risque n’a été identifié dans la population pédiatrique au-delà de ce qui est prévu avec les opioïdes pour soulager la douleur associée à une maladie grave et aucun risque pédiatrique spécifique ne semble associé à l’utilisation du fentanyl chez les enfants dès l’âge de 2 ans. utilisé comme dirigé. Les réactions indésirables très courantes rapportées dans les essais cliniques pédiatriques étaient la fièvre, les maux de tête, les vomissements, la nausée, la constipation et le prurit.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Symptômes

Les manifestations du surdosage de fentanyl sont une extension de ses actions pharmacologiques, l’effet le plus grave étant la dépression respiratoire.

Traitement

Pour la gestion de la dépression respiratoire, les contre-mesures immédiates incluent l’élimination de Mylafent et la stimulation physique ou verbale du patient. Ces actions peuvent être suivies par l’administration d’un antagoniste opioïde spécifique tel que le naloxone. La dépression respiratoire après un surdosage peut durer plus longtemps que la durée d’action de l’antagoniste des opioïdes. L’intervalle entre les doses d’antagonistes IV doit être soigneusement choisi en raison de la possibilité d’une nouvelle narcotisation après l’élimination du timbre; une administration répétée ou une perfusion continue de naloxone peuvent être nécessaires. L’inversion de l’effet narcotique peut entraîner un début aigu de douleur et la libération de catécholamines.

Si la situation clinique le justifie, une voie aérienne devrait être établie et maintenue, éventuellement avec une voie oropharyngée ou une sonde endotrachéale, et de l’oxygène devrait être administré et une respiration assistée ou contrôlée, selon le cas. Une température corporelle et un apport hydrique adéquats doivent être maintenus.

En cas d’hypotension sévère ou persistante, une hypovolémie doit être envisagée et l’affection doit être prise en charge par un traitement par fluide parentéral approprié.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Système nerveux; analgésiques; les opioïdes; dérivés de phénylpipéridine, code ATC: N02AB03

Le fentanyl est un analgésique opioïde avec une affinité principalement pour le récepteur μ.

Ses principaux effets thérapeutiques sont l’analgésie et la sédation. Les concentrations sériques de fentanyl qui provoquent un effet analgésique minimal chez les patients naïfs d’opioïdes fluctuent entre 0,3 et 1,5 nanogramme / ml; une augmentation de l’incidence des effets indésirables est observée si les taux sériques dépassent 2 nanogrammes / ml. La concentration de fentanyl efficace la plus faible et la concentration entraînant des réactions indésirables augmenteront avec le développement d’une tolérance croissante. La tendance à développer une tolérance varie considérablement d’un individu à l’autre.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Adultes

Mylafent fournit une administration systémique continue de fentanyl au cours de la période d’administration de 72 heures. Le fentanyl est libéré à un rythme relativement constant. Le gradient de concentration existant entre la matrice et la plus faible concentration dans la peau entraîne la libération de la substance active.

Absorption

Après la première application de Mylafent, les concentrations sériques de fentanyl augmentent graduellement, se stabilisant généralement entre 12 et 24 heures, et restent relativement constantes pendant le reste de la période d’application de 72 heures. Les concentrations sériques de fentanyl atteintes sont proportionnelles à la taille de Mylafent. Au cours de la deuxième application de 72 heures, une concentration sérique à l’état d’équilibre est atteinte et maintenue pendant les applications suivantes d’un timbre de la même taille.

Un modèle pharmacocinétique a suggéré que les concentrations sériques de fentanyl peuvent augmenter de 14% (intervalle de 0 à 26%), si un nouveau timbre est appliqué après 24 heures au lieu de 72 heures comme recommandé.

Distribution

La liaison aux protéines plasmatiques du fentanyl est de 84%.

Biotransformation

Le fentanyl est une substance active dont la clairance est élevée et il est rapidement et largement métabolisé par le CYP3A4 dans le foie. Le principal métabolite, le norfentanyl, est inactif. La peau ne semble pas métaboliser le fentanyl administré par voie transdermique. Cela a été déterminé dans un dosage de cellules kératinocytaires humaines et dans des études cliniques dans lesquelles 92% de la dose délivrée par le système était considérée comme du fentanyl inchangé qui est apparu dans la circulation systémique.

Élimination

Après l’élimination de Mylafent, les concentrations sériques de fentanyl diminuent graduellement, tombant d’environ 50% en environ 17 heures (plage de 13 à 22) chez les adultes et de 22 à 25 heures chez les enfants après une application de 24 heures. Après une application de 72 heures, la demi-vie moyenne varie de 20 à 27 heures.

L’absorption continue du fentanyl par la peau explique une disparition plus lente de la substance active du sérum que celle observée après une perfusion IV, où la demi-vie apparente est d’environ 7 (intervalle de 3 à 12 heures).

Le fentanyl est principalement métabolisé dans le foie. Dans les 72 heures suivant l’administration intraveineuse de fentanyl, environ 75% de la dose de fentanyl est excrétée dans l’urine, principalement sous forme de métabolites, avec moins de 10% de substance active inchangée. Environ 9% de la dose est récupérée dans les fèces, principalement sous forme de métabolites. Les valeurs moyennes pour les fractions non liées de fentanyl dans le plasma sont estimées entre 13 et 21%.

Population pédiatrique

L’innocuité du fentanyl transdermique a été étudiée chez 289 participants à l’étude pédiatrique (<18 ans) dans le cadre de trois essais cliniques portant sur le traitement de la douleur chronique ou persistante d’origine maligne ou non maligne. Les participants à l’étude ont reçu au moins une dose de fentanyl transdermique et ont fourni des données de sécurité. Bien que les critères d’inclusion pour les études pédiatriques limitent l’inclusion aux participants âgés d’au moins deux ans, deux participants à ces études ont reçu leur première dose de fentanyl transdermique à l’âge de 23 mois.

Chez les enfants de moins de 2 ans, le fentanyl transdermique n’a pas été étudié chez les enfants. Après ajustement pour le poids corporel, il a été démontré que la clairance (L / heure / kg) chez les patients pédiatriques était d’environ 20% plus élevé que chez les adultes. Ces résultats ont été pris en compte dans la détermination des recommandations posologiques pour les patients pédiatriques.

Le fentanyl transdermique ne doit être administré qu’aux enfants tolérants aux opioïdes âgés de 2 ans ou plus (voir rubriques 4.2 et 4.4).

Patients âgés et débilités

Les données provenant d’études intraveineuses avec le fentanyl suggèrent que les patients âgés et affaiblis peuvent avoir une clairance réduite du fentanyl entraînant une demi-vie terminale prolongée et qu’ils peuvent être plus sensibles au médicament que les patients plus jeunes.

Dans une étude chez des sujets âgés ayant reçu du fentanyl transdermique, les données pharmacocinétiques sur le fentanyl n’ont pas montré de différences significatives par rapport à celles de sujets jeunes et en bonne santé, bien que les concentrations sériques maximales aient été plus faibles et les demi-vies moyennes prolongées à environ 34 heures. Les patients âgés doivent être étroitement surveillés afin de détecter tout signe de toxicité du fentanyl et, si nécessaire, la dose doit être diminuée (voir rubrique 4.2).

Chez ces patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique, la clairance du fentanyl peut être altérée en raison de modifications des protéines plasmatiques et de la clairance métabolique entraînant une augmentation des concentrations sériques (voir rubriques 4.2 et 4.4).

Insuffisance hépatique

Dans une étude menée auprès de patients atteints de cirrhose hépatique, la pharmacocinétique d’une seule application de timbre transdermique de 50 μg / h a été évaluée. Bien que t max et t 1/2 n’aient pas été modifiés, les valeurs moyennes de C max et d’ASC du plasma ont augmenté respectivement d’environ 35% et 73% chez ces patients. Les patients présentant une insuffisance hépatique doivent être étroitement surveillés afin de détecter les signes de toxicité du fentanyl et la dose de Mylafent réduite si nécessaire (voir rubrique 4.4).

Insuffisance rénale

Les données obtenues d’une étude administrant du fentanyl IV chez des patients subissant une transplantation rénale suggèrent que la clairance du fentanyl peut être réduite dans cette population de patients. Si les patients atteints d’insuffisance rénale reçoivent Mylafent, ils doivent être étroitement surveillés afin de détecter les signes de toxicité du fentanyl et la dose doit être réduite si nécessaire (voir rubrique 4.4).

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité à doses répétées et de génotoxicité n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.

Des tests chez des rats femelles ont montré une diminution de la fertilité et de la mortalité embryonnaire. De nouvelles études ont montré que l’effet embryotoxique est indirectement déclenché par la toxicité matérielle et n’est pas dû à un effet direct de la substance active sur l’embryon en développement. Des essais sur deux espèces n’ont donné aucune indication d’effets tératogènes. Dans une étude prénatale et postnatale, le taux de survie de la progéniture au jour 4 de la période de lactation à une dose entraînant une légère réduction du poids corporel de la mère était significativement diminué. Dans une étude sur le développement et la toxicité de la reproduction chez des rats recevant des doses de fentanyl toxiques pour les mères, un retard de développement physique, des fonctions sensorielles, des réflexes et le comportement de la progéniture ont été observés. Ces effets peuvent être dus à un changement du comportement maternel de la part de la mère ou à un effet direct du fentanyl sur la progéniture.

Dans une étude de cancérogénicité de deux ans menée chez le rat, le fentanyl n’a pas été associé à une incidence accrue de tumeurs à des doses sous-cutanées allant jusqu’à 33 μg / kg / jour chez les mâles ou 100 μg / kg / jour chez les femelles (0,16 et 0,39 fois charge journalière qui est atteinte par le plâtre de 100 μg / h sur la base d’une comparaison AUC 0-24 h ).

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Couche adhésive

Adhésif polyacrylate

Couche de support

Film de polyéthylène téréphtalate / acétate d’éthyle et de vinyle

Encre d’impression blanche

Doublure de protection

Film de polyester siliconé

6.2 Incompatibilités

Pour éviter toute interférence avec les propriétés adhésives du timbre, aucune crème, huile, lotions ou poudre ne doit être appliquée sur la peau lorsque le timbre est appliqué.

6.3 Durée de conservation

2 ans

6.4 Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite aucune condition de stockage particulière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Chaque timbre est emballé dans un sachet thermosoudé en polyéthylène téréphtalate (PET) résistant aux enfants, en polyéthylène basse densité (LDPE) et en feuille d’aluminium. Les sachets sont placés dans une boîte en carton avec une notice d’information pour le patient.

Conditionnements: 3, 4, 5, 8, 10, 16, 20 patchs transdermiques

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Veuillez vous référer à la section 4.2 pour les instructions sur la façon d’appliquer le patch. Il n’y a pas de données de sécurité et de pharmacocinétique disponibles pour d’autres sites d’application.

Pour des raisons d’environnement et de sécurité, les patchs utilisés ainsi que les patchs inutilisés et / ou obsolètes doivent être mis au rebut hors de la vue et de la portée des enfants ou retournés à la pharmacie pour élimination. De grandes quantités de fentanyl restent dans le dispositif transdermique même après utilisation.

Les patchs utilisés peuvent contenir des résidus significatifs de substance active. Après le retrait, les patchs utilisés doivent être pliés fermement en deux, de sorte que le côté adhésif du patch adhère à lui-même et conservé dans l’emballage extérieur jusqu’à ce qu’il soit jeté hors de la vue et portée des enfants ou livré à la pharmacie. Les patchs inutilisés doivent être retournés à la pharmacie de l’hôpital pour être éliminés conformément aux exigences locales.

Se laver les mains avec de l’eau seulement après avoir appliqué ou enlevé le timbre

7. Titulaire de l’autorisation

Génériques [UK] Limited t / a Mylan

Station Fermer

Potters Bar

Hertfordshire

EN6 1TL

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 04569/1364

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

10/04/2012

10. Date de révision du texte

Juillet 2016