Maxtrex comprimés 10 mg


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Maxtrex comprimés 10,0 mg

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient du méthotrexate Ph. Eur. 10,0 mg.

Pour les excipients, voir 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Tablette.

Comprimés jaunes profonds, en forme de capsule, non revêtus, convexes marqués du symbole «M10» et marqués du même côté.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Le méthotrexate est un antagoniste de l’acide folique et est classé comme agent cytotoxique antimétabolite.

Le méthotrexate a été utilisé pour produire une régression dans un large éventail de conditions néoplasiques, y compris les leucémies aiguës, les lymphomes non hodgkiniens, les sarcomes des tissus mous et ostéogéniques et les tumeurs solides en particulier les seins, les poumons, la tête et le cou, la vessie, les ovaires et les testicules. carcinome.

Le méthotrexate a également été utilisé dans le traitement du psoriasis sévère non contrôlé qui ne réagit pas aux autres traitements.

4.2 Posologie et mode d’administration

Mode d’administration: Orale.

Posologie pour le traitement du cancer:

Une dose test de 5 – 10 mg par voie parentérale est recommandée, une semaine avant le traitement pour détecter les événements indésirables idiosyncratiques. Les doses uniques, ne dépassant pas 30 mg / m 2 , sur pas plus de 5 jours consécutifs. Une période de repos d’au moins deux semaines est recommandée entre les traitements, afin de permettre à la moelle osseuse de revenir à la normale.

Les doses supérieures à 100 mg sont généralement administrées par voie parentérale, lorsque la préparation injectable doit être utilisée. Les doses supérieures à 70 mg / m 2 ne doivent pas être administrées sans délivrance de leucovorine (sauvetage par l’acide folinique) ou dosage des concentrations sériques de méthotrexate 24 à 48 heures après l’administration.

Si le méthotrexate est administré en chimiothérapie combinée, la posologie doit être réduite, en tenant compte de la toxicité qui se chevauche entre les autres composants du médicament.

Dosage pour le psoriasis:

Pour le traitement du psoriasis sévère 10 – 25 mg par voie orale, une fois par semaine est recommandée. Le dosage doit être ajusté en fonction de la réponse du patient et de la toxicité hématologique. Le prescripteur peut spécifier le jour de la prise sur l’ordonnance.

4.3 Contre-indications

Le méthotrexate est contre-indiqué en présence d’insuffisance rénale grave ou significative ou d’une insuffisance hépatique, maladie du foie, y compris la fibrose, la cirrhose, l’hépatite récente ou active; maladie infectieuse active; et des signes manifestes ou de laboratoire de syndrome (s) d’immunodéficience et d’anémie grave, de leucopénie ou de thrombocytopénie. Maxtrex ne doit pas être utilisé de façon concomitante avec des médicaments ayant des propriétés antifoliques (voir rubrique 4.5, Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction). Le méthotrexate est tératogène et ne doit pas être administré pendant la grossesse ni aux mères qui allaitent (voir rubrique 4.6., Grossesse et Allaitement).

Après l’administration à un homme ou une femme, la conception doit être évitée en utilisant une méthode contraceptive efficace pendant au moins 3 mois après l’utilisation de Maxtrex Tablets 10 mg (voir rubrique 4.4, Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi).

Les patients présentant une hypersensibilité allergique connue au méthotrexate ou à l’un des excipients ne doivent pas recevoir de méthotrexate.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

• Le prescripteur peut spécifier le jour de la prise sur l’ordonnance.

• Les patients doivent être conscients de l’importance de respecter les doses hebdomadaires.

Le méthotrexate doit être utilisé avec une extrême prudence chez les patients souffrant de dépression hématologique, d’insuffisance rénale, de diarrhée, de troubles ulcéreux du tractus gastro-intestinal et de troubles psychiatriques. Une toxicité hépatique a été observée, généralement associée à une maladie hépatique chronique. L’administration de faibles doses de méthotrexate pendant des périodes prolongées peut entraîner, en particulier, une toxicité hépatique. La fonction hépatique devrait être étroitement surveillé. Si des anomalies de la fonction hépatique se développent, l’administration de méthotrexate doit être interrompue pendant au moins deux semaines. Il est seulement approprié de redémarrer le méthotrexate à condition que les anomalies reviennent à la normale et que la réexposition soit jugée appropriée.

Des précautions particulières et l’arrêt éventuel du traitement sont indiqués en cas de stomatite ou de toxicité gastro-intestinale, car une entérite hémorragique et une perforation intestinale peuvent en résulter.

Des réactions pulmonaires éosinophiles réversibles et une fibrose interstitielle résistante au traitement peuvent survenir, en particulier après un traitement à long terme.

Les lésions rénales peuvent se développer si le flux urinaire est entravé et le pH urinaire est faible, surtout si de fortes doses ont été administrées.

La fonction rénale doit être étroitement surveillée avant, pendant et après le traitement. Réduire la dose de méthotrexate chez les patients atteints d’insuffisance rénale. Des doses élevées peuvent entraîner la précipitation du méthotrexate ou de ses métabolites dans les tubules rénaux. Un débit élevé de liquide et une alcalinisation de l’urine à un pH de 6,5 à 7 par administration orale ou intraveineuse de bicarbonate de sodium (comprimés de 5 x 625 mg toutes les trois heures) est recommandé à titre de mesure préventive.

La suppression hématopoïétique causée par le méthotrexate peut survenir brusquement et avec des doses apparemment sans danger. Les numérations globulaires complètes doivent être étroitement surveillées avant, pendant et après le traitement. Si une baisse cliniquement significative du nombre de globules blancs ou de plaquettes se développe, le traitement par méthotrexate doit être arrêté immédiatement et un traitement symptomatique approprié doit être administré (voir rubrique 4.8, Effets indésirables). On devrait conseiller aux patients de rapporter tous les symptômes ou signes suggérant l’infection.

Des lymphomes malins peuvent survenir chez des patients recevant de faibles doses de méthotrexate, auquel cas le traitement doit être interrompu. L’échec du lymphome à montrer des signes de régression spontanée nécessite l’initiation d’une thérapie cytotoxique.

Le méthotrexate s’est révélé tératogène. il a été rapporté pour causer la mort fœtale et / ou des anomalies congénitales. Par conséquent, il n’est pas recommandé chez les femmes en âge de procréer, sauf si les avantages peuvent l’emporter sur les risques considérés. Si ce médicament est utilisé pendant la grossesse pour des indications antinéoplasiques, ou si le patient devient enceinte en prenant ce médicament, le patient devrait être évalué du danger potentiel pour le fœtus.

Après l’administration à un homme ou une femme, la conception doit être évitée en utilisant une méthode contraceptive efficace pendant au moins 3 mois après l’utilisation de Maxtrex Tablets 10 mg (voir rubrique 4.3, Contre-indications).

Le méthotrexate a une certaine activité immunosuppressive et, par conséquent, la réponse immunologique à la vaccination simultanée peut être diminuée. De plus, l’utilisation concomitante d’un vaccin vivant pourrait provoquer une réaction antigénique sévère.

Le méthotrexate ne doit être utilisé que par des cliniciens familiers avec les différentes caractéristiques du médicament et son mode d’action. Avant de commencer le traitement par le méthotrexate ou de rétablir le méthotrexate après une période de repos, une radiographie pulmonaire, une évaluation de la fonction rénale, de la fonction hépatique et des éléments sanguins doivent être effectuées par l’anamnèse, l’examen physique et des tests de laboratoire. Cela comprend un examen de routine des ganglions lymphatiques et les patients doivent signaler tout gonflement inhabituel au médecin.

Les patients recevant du méthotrexate à faible dose doivent:

• Avoir une numération globulaire complète et des tests de la fonction rénale et hépatique avant de commencer le traitement. Ceux-ci doivent être répétés chaque semaine jusqu’à ce que la thérapie soit stabilisée, par la suite les patients doivent être surveillés tous les 2-3 mois tout au long du traitement.

• Les patients doivent signaler tous les symptômes et signes évocateurs d’une infection, en particulier les maux de gorge.

En cas de toxicité aiguë au méthotrexate, les patients peuvent nécessiter un traitement à l’acide folinique.

La disparition du méthotrexate du plasma doit être surveillée, si possible. Ceci est recommandé en particulier lorsque des doses élevées ou très élevées sont administrées afin de permettre le calcul d’une dose adéquate de sauvetage de la leucovorine (acide folinique).

Les patients présentant des épanchements pleuraux et des ascites doivent être drainés avant le début du traitement par le méthotrexate. Une radiographie pulmonaire est recommandée avant le début du traitement par le méthotrexate ou le traitement doit être interrompu.

Le méthotrexate administré en concomitance avec la radiothérapie peut augmenter le risque de nécrose des tissus mous et d’ostéonécrose.

Une pneumonie aiguë ou chronique, souvent associée à une éosinophilie sanguine, peut survenir et des décès ont été signalés. Les symptômes comprennent généralement la dyspnée, la toux (en particulier une toux sèche et productive) et la fièvre pour laquelle les patients doivent être surveillés à chaque visite de suivi. Les patients doivent être informés du risque de pneumonite et conseillé de contacter leur médecin immédiatement s’ils développent une toux persistante ou une dyspnée.

Le méthotrexate devrait être retiré des patients présentant des symptômes pulmonaires, et une recherche approfondie devrait être faite pour exclure l’infection. Si une pneumopathie induite par le méthotrexate est suspectée, un traitement par des corticostéroïdes doit être instauré et le traitement par le méthotrexate ne doit pas être repris.

Des manifestations pulmonaires de la PR et d’autres troubles du tissu conjonctif ont été observées. Chez les patients atteints de PR, le médecin doit être spécifiquement informé du potentiel d’effets indésirables induits par le méthotrexate sur le système pulmonaire.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Le méthotrexate est immunosuppresseur et peut donc réduire la réponse immunologique à la vaccination concomitante. Des réactions antigéniques sévères peuvent survenir si un vaccin vivant est administré simultanément.

Le méthotrexate est fortement lié aux protéines et peut déplacer ou être remplacé par d’autres médicaments acides. L’administration concomitante d’agents tels que l’acide p-aminobenzoïque, le chloramphénicol, les pénicillines, la ciprofloxacine, les diphénylhydantoïnes, la phénytoïne, les anti-inflammatoires acides, les salicylés, les sulfonamides, les tétracyclines, les diurétiques thiazidiques, le probénicide, la sulfinpyrazone ou les hypoglycémiants oraux diminuera la fonction de transport du méthotrexate des tubules rénaux, réduisant ainsi l’excrétion et augmentant presque certainement la toxicité du méthotrexate. La posologie du méthotrexate doit être surveillée si un traitement concomitant par l’aspirine, l’ibuprofène ou l’indométacine (AINS) est commencé, car l’utilisation concomitante d’AINS a été associée à une toxicité mortelle au méthotrexate. L’administration concomitante d’antagonistes des folates tels que le triméthoprime, le cotrimoxazole et l’oxyde nitreux doit être évitée. Les médicaments hépatiques et néphrotoxiques doivent être évités.

L’acitrétine (un traitement contre le psoriasis) est métabolisée pour s’éroder. Les taux de méthotrexate peuvent être augmentés par l’érétase et une hépatite sévère a été rapportée après l’administration concomitante.

Il a été rapporté que l’administration concomitante de lévétiracétam et de méthotrexate réduisait la clairance du méthotrexate, entraînant une augmentation / une prolongation de la concentration de méthotrexate dans le sang à des niveaux potentiellement toxiques. Les concentrations sanguines de méthotrexate et de lévétiracétam doivent être surveillées attentivement chez les patients traités simultanément par les deux médicaments.

Les préparations de vitamines contenant de l’acide folique ou ses dérivés peuvent modifier la réponse au méthotrexate.

4.6 Grossesse et allaitement

Le méthotrexate est contre-indiqué pendant la grossesse. Le méthotrexate affecte la spermatogenèse et l’ovogenèse et peut donc diminuer la fertilité. Cet effet semble être réversible après l’arrêt du traitement. Il faut conseiller aux patients et à leurs partenaires d’éviter la grossesse jusqu’à 3 mois après l’arrêt du traitement par méthotrexate.

Les patients ne doivent pas allaiter pendant qu’ils prennent du méthotrexate.

Le méthotrexate provoque l’embryotoxicité, l’avortement et les malformations fœtales chez les humains. Par conséquent, les risques possibles d’effets sur la reproduction doivent être discutés avec les patients en âge de procréer (voir rubrique 4.4, Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi et section 4.3, Contre-indications).

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Aucun connu

4.8 Effets indésirables

En général, l’incidence et la gravité des effets secondaires sont considérées comme liées à la dose. Les réactions indésirables pour les différents systèmes sont les suivantes:

Peau:

Syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique, éruptions érythémateuses, prurit, urticaire, photosensibilité, changements pigmentaires, alopécie, ecchymose, télangiectasie, acné, furonculose. Les lésions du psoriasis peuvent être aggravées par une exposition concomitante au rayonnement ultraviolet. Une ulcération cutanée chez les patients psoriasiques et une érosion rarement douloureuse des plaques psoriasiques ont été rapportées. Le phénomène de rappel a été signalé à la fois dans la peau irradiée et dans la peau endommagée par le soleil.

Hématopoïétique

La dépression de la moelle osseuse se manifeste le plus souvent par une leucopénie, une thrombocytopénie (qui sont habituellement réversibles) et une anémie, ou toute combinaison peut survenir. Une infection ou une hypogammaglobulinémie a été rapportée.

Système alimentaire

La mucosite (le plus souvent une stomatite bien que gingivite, pharyngite et même entérite, ulcération intestinale et saignement) peut survenir. Dans de rares cas, l’effet du méthotrexate sur la muqueuse intestinale a conduit à une malabsorption ou à un mégacôlon toxique. La nausée, l’anorexie et le vomissement et / ou la diarrhée peuvent également se produire.

Hépatique:

Une toxicité hépatique entraînant une élévation significative des enzymes hépatiques, une atrophie hépatique aiguë, une nécrose, une métamorphose graisseuse, une fibrose périportale ou une cirrhose ou la mort peut survenir, généralement après une administration chronique.

Système urogénital:

L’insuffisance rénale et l’urémie peuvent survenir après l’administration de méthotrexate, en particulier après des doses élevées ou une administration prolongée. Une vaginite, des ulcères vaginaux, une cystite, une hématurie et une néphropathie ont également été signalés. Le méthotrexate peut diminuer la fertilité. Cet effet semble être réversible après l’arrêt du traitement (voir rubrique 4.6, Grossesse et Allaitement).

Système pulmonaire

Rarement, une pneumonie interstitielle aiguë ou chronique, souvent associée à une éosinophilie sanguine, peut survenir et des décès ont été signalés. Un œdème pulmonaire aigu a également été rapporté après l’administration orale et intrathécale. La fibrose pulmonaire est rare. Un syndrome consistant en une douleur pleurétique et un épaississement pleural a été rapporté après des doses élevées.

Dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, la maladie pulmonaire induite par le méthotrexate est une réaction indésirable potentiellement grave qui peut survenir à n’importe quel moment pendant le traitement. Ce n’est pas toujours complètement réversible. Les symptômes pulmonaires (en particulier une toux sèche et non productive) peuvent nécessiter l’interruption du traitement et une investigation minutieuse.

Système nerveux central:

Des maux de tête, de la somnolence, de l’ataxie et une vision floue ont été observés après de faibles doses de méthotrexate, un dysfonctionnement cognitif subtil transitoire, une altération de l’humeur ou des sensations craniennes inhabituelles. L’aphasie, la parésie, l’hémiparésie et les convulsions sont également survenues après l’administration de doses plus élevées.

Des cas de leucoencéphalopathie ont été signalés à la suite de l’administration de méthotrexate par voie intraveineuse à de fortes doses ou de faibles doses à la suite d’une irradiation crânio-spinale.

D’autres rapports incluent l’irritation d’oeil, le malaise, la fatigue indue, la vascularite, le sepsis, l’arthralgia / myalgia, les frissons et la fièvre, le vertige, la perte de libido / impuissance et la résistance diminuée à l’infection. Infections opportunistes telles que le zona. Ostéoporose, morphologie des globules rouges anormale (généralement «mégaloblastique»), précipitation du diabète, autres changements métaboliques et mort subite par rapport à l’utilisation du méthotrexate.

Bien que très rares, des réactions anaphylactiques au méthotrexate ont été rapportées.

Une pneumonie interstitielle aiguë ou chronique, souvent associée à l’éosinophile sanguin, peut survenir et des décès ont été rapportés (voir rubrique 4.4, Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi).

4.9 Surdosage

La leucovorine est un antidote spécifique au méthotrexate et, après un surdosage accidentel, elle doit être administrée en une heure à une dose égale ou supérieure à la dose de méthotrexate. Il peut être administré par bolus intraveineux ou perfusion. D’autres doses peuvent être nécessaires. Le patient doit être surveillé attentivement et des transfusions sanguines, une dialyse rénale et des soins infirmiers à barrière inversée peuvent être nécessaires.

En cas de surdosage massif, l’hydratation et l’alcalinisation urinaire peuvent être nécessaires pour prévenir la précipitation du méthotrexate et / ou de ses métabolites dans les tubules rénaux. Il n’a pas été démontré que l’hémodialyse ni la dialyse péritonéale améliorent l’élimination du méthotrexate. Une clairance efficace du méthotrexate a été rapportée avec une hémodialyse aiguë intermittente utilisant un dialyseur à haut flux.

Des cas de surdosage, parfois fatals, dus à un apport quotidien erroné au lieu d’une prise hebdomadaire de méthotrexate par voie orale ont été rapportés. Dans ces cas, les symptômes généralement rapportés sont des réactions hématologiques et gastro-intestinales.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Le méthotrexate est un antagoniste de l’acide folique et son principal site d’action est l’enzyme dihydrofolate réductase. Son principal effet est l’inhibition de la synthèse de l’ADN, mais il agit aussi directement sur la synthèse de l’ARN et des protéines. Le méthotrexate est une substance spécifique de la phase, l’effet principal étant dirigé pendant la phase S de la division cellulaire.

L’inhibition de la dihydrofolate réductase peut être contournée par l’utilisation de la leucovorine (acide folinique, facteur citrovorum) et la protection des tissus normaux peut être réalisée par une administration correctement chronométrée de la leucovorine calcique.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Lorsqu’il est administré à faibles doses, le méthotrexate est rapidement absorbé par le tractus gastro-intestinal, ce qui donne des concentrations plasmatiques équivalentes à celles obtenues après l’administration intraveineuse. Des doses plus élevées sont moins bien absorbées. Environ 50% s’est avéré être lié aux protéines. La clairance plasmatique biphasique et triphasique a été démontrée. La plus grande partie de la dose est excrétée dans les 24 heures dans l’urine, principalement sous forme inchangée.

5.3 Données de sécurité précliniques

Aucune autre donnée de sécurité préclinique n’est disponible.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Amidon de maïs

Lactose

Amidon prégélatinisé

Polysorbate 80

La cellulose microcristalline

Stéarate de magnésium

Eau purifiée

6.2 Incompatibilités

Aucun déclaré.

6.3 Durée de conservation

60 mois.

6.4 Précautions particulières de conservation

Aucun déclaré.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Récipient blanc en polyéthylène haute densité avec fermeture à vis en polyéthylène haute densité contenant 100 comprimés.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Aucun.

7. Titulaire de l’autorisation

Pfizer Limitée

Ramsgate Road

Sandwich

Kent

CT13 9NJ

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00057/1009

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

17 juillet 2002

10. Date de révision du texte

01/2018

Catégorie juridique

POM

Réf: MX 11_1