Logynon


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Logynon ® comprimés enrobés

2. Composition qualitative et quantitative

Pack de calendrier contenant 6 comprimés brun clair, 5 comprimés blancs et 10 comprimés de couleur ocre contenant les ingrédients suivants:

Chaque comprimé marron clair (Phase I) contient:

Actives

Levonorgestrel

50 microgrammes

Ethinylestradiol

30 microgrammes

Excipients

Lactose

33,07 mg

Saccharose

19,297 mg

Chaque comprimé blanc (Phase II) contient:

Actives

Levonorgestrel

75 microgrammes

Ethinylestradiol

40 microgrammes

Excipients

Lactose

33,035 mg

Saccharose

19,66 mg

Chaque comprimé d’ocre (Phase III) contient:

Actives

Levonorgestrel

125 microgrammes

Ethinylestradiol

30 microgrammes

Excipients

Lactose

32,995 mg

Saccharose

19,223 mg

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1

3. Forme pharmaceutique

Des comprimés enrobés

Chaque comprimé de Phase I est brun clair

Chaque comprimé de Phase II est blanc

Chaque comprimé de Phase III est ocre

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

La contraception orale et les indications gynécologiques reconnues pour de telles associations œstrogène-progestérone.

La décision de prescrire Logynon devrait tenir compte des facteurs de risque actuels de la femme, en particulier ceux de la thromboembolie veineuse (TEV), et de la comparaison du risque de TEV avec Logynon et d’autres contraceptifs hormonaux combinés (CCH) (voir rubriques 4.3 et 4.4).

4.2 Posologie et mode d’administration

Les comprimés doivent être pris par voie orale dans l’ordre dirigé sur l’emballage blister à peu près à la même heure tous les jours, avec un peu de liquide si nécessaire.

Premier cycle de traitement: 1 comprimé par jour pendant 21 jours, à partir du premier jour du cycle menstruel. La protection contraceptive commence immédiatement.

Cycles suivants: La prise du comprimé du prochain emballage de Logynon se poursuit après un intervalle de 7 jours sans comprimés, commençant le même jour de la semaine que le premier comprimé. Un saignement de retrait se produit généralement pendant l’intervalle sans comprimés.

Changement des contraceptifs oraux combinés de 21 jours: Le premier comprimé de Logynon doit être pris le premier jour suivant immédiatement la fin de la contraception orale précédente. Des précautions contraceptives supplémentaires ne sont pas nécessaires.

Changement d’une pilule Every Day combinée (comprimés de 28 jours):

Logynon doit être démarré après avoir pris le dernier comprimé actif du pack Pill Every Day. Le premier comprimé de Logynon est pris le lendemain. Des précautions contraceptives supplémentaires ne sont alors pas nécessaires.

Changement d’une pilule progestative seule (POP):

Le premier comprimé de Logynon doit être pris le premier jour de saignement, même si un POP a déjà été pris ce jour-là. Des précautions contraceptives supplémentaires ne sont alors pas nécessaires. Les pilules progestatives restantes doivent être jetées.

Utilisation post-partum et post-abortum: Après la grossesse, la contraception orale peut être commencée 21 jours après l’accouchement par voie basse , à condition que le patient soit complètement ambulatoire et qu’il n’y ait pas de complications puerpérales. Des précautions contraceptives supplémentaires seront nécessaires pendant les 7 premiers jours de prise du comprimé. Puisque la première ovulation post-partum peut précéder le premier saignement, une autre méthode de contraception devrait être utilisée dans l’intervalle entre l’accouchement et le premier cours de comprimés. Après un avortement au premier trimestre, la contraception orale peut être commencée immédiatement, auquel cas aucune précaution contraceptive supplémentaire n’est requise.

Circonstances particulières nécessitant une contraception supplémentaire

Administration incorrecte:

Un comprimé à prise unique devrait être pris le plus tôt possible, et si cela peut être fait dans les 12 heures suivant l’heure exacte, la protection contraceptive est maintenue.

Avec des délais plus longs, une contraception supplémentaire est nécessaire. Seul le comprimé le plus récemment retardé doit être pris, les comprimés oubliés plus tôt étant omis, et des méthodes de contraception non hormonales supplémentaires (à l’exception des méthodes de rythme ou de température) doivent être utilisées pendant les 7 jours suivants. De plus, par conséquent, si des comprimés ont été manqués au cours des 7 derniers jours d’un paquet, il ne devrait pas y avoir de pause avant le début du prochain paquet. Dans cette situation, un saignement de retrait ne devrait pas être attendu jusqu’à la fin du deuxième paquet. Des saignements intermenstruels peuvent se produire sur des jours de prise de comprimés, mais ceci n’est pas cliniquement significatif. Si le patient ne présente pas de saignement de retrait pendant l’intervalle sans comprimés suivant la fin du deuxième paquet, la possibilité d’une grossesse doit être exclue avant de commencer le prochain conditionnement.

Dérangement gastro-intestinal:

Les vomissements ou la diarrhée peuvent réduire l’efficacité des contraceptifs oraux en empêchant une absorption complète. Si des vomissements ou de la diarrhée surviennent dans les 4 heures suivant la prise du comprimé dans l’emballage actuel, il faut continuer. Des méthodes contraceptives non hormonales supplémentaires (à l’exception des méthodes de rythme ou de température) doivent être utilisées pendant les troubles gastro-intestinaux et pendant les 7 jours qui suivent la contrariété. Si ces 7 jours dépassent la fin d’un pack, le pack suivant doit être démarré sans interruption. Dans cette situation, un saignement de retrait ne devrait pas être attendu jusqu’à la fin du deuxième paquet. Si le patient ne présente pas de saignement de retrait pendant l’intervalle sans comprimés suivant la fin du deuxième paquet, la possibilité d’une grossesse doit être exclue avant de commencer le prochain conditionnement. D’autres méthodes de contraception devraient être envisagées si le trouble gastro-intestinal est susceptible de se prolonger.

Enfants: Non applicable

Personnes âgées: Non applicable

4.3 Contre-indications

Les contraceptifs hormonaux combinés (CHC) ne doivent pas être utilisés dans les conditions suivantes. Si l’une des conditions apparaît pour la première fois lors de l’utilisation du CHC, le produit doit être arrêté immédiatement.

• Présence ou risque de thromboembolie veineuse (TEV)

o Thromboembolie veineuse – ETEV (sur les anticoagulants) ou antécédents de (par exemple, thrombose veineuse profonde [TVP] ou embolie pulmonaire [EP])

o Prédisposition héréditaire ou acquise connue pour la thromboembolie veineuse, telle que la résistance à l’APC (incluant le facteur V Leiden), la déficience en antithrombine-III, la carence en protéine C, la carence en protéine S

o Chirurgie majeure avec immobilisation prolongée (voir rubrique 4.4)

o Un risque élevé de thromboembolie veineuse dû à la présence de multiples facteurs de risque (voir rubrique 4.4)

• Présence ou risque de thromboembolie artérielle (ATE)

o Thromboembolie artérielle – thromboembolie artérielle actuelle, antécédents de thromboembolie artérielle (par exemple, infarctus du myocarde) ou d’état prodromique (par exemple angine de poitrine)

o Maladie cérébrovasculaire – accident vasculaire cérébral en cours, antécédent d’accident vasculaire cérébral ou d’état prodromique (par exemple, accident ischémique transitoire, AIT)

o Prédisposition héréditaire ou acquise connue pour thromboembolie artérielle, telle que l’hyperhomocystéinémie et les anticorps anti-phospholipides (anticardiolipine-anticorps, lupus anticoagulant)

o Histoire de la migraine avec des symptômes neurologiques focaux

o Un risque élevé de thromboembolie artérielle dû à de multiples facteurs de risque (voir rubrique 4.4) ou à la présence d’un facteur de risque grave tel que:

• diabète sucré avec symptômes vasculaires

• hypertension sévère

• dyslipoprotéinémie sévère

• Présence ou antécédents de maladie hépatique grave, par exemple une hépatite virale active et une cirrhose sévère, tant que les valeurs de la fonction hépatique ne sont pas revenues à la normale.

• Présence ou antécédents de tumeurs hépatiques (bénignes ou malignes).

• Actuel ou historique du cancer du sein.

• Hypersensibilité à la (aux) substance (s) active (s) ou à l’un des excipients.

Les directives cliniques britanniques pertinentes doivent également être consultées.

Logynon est contre-indiqué en cas d’utilisation concomitante avec les médicaments contenant de l’ombitasvir / paritaprévir / ritonavir et du dasabuvir (voir rubriques 4.4 et 4.5).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Avertissements

• Si l’une des conditions ou les facteurs de risque mentionnés ci-dessous est présent, l’aptitude de Logynon doit être discutée avec la femme.

• En cas d’aggravation ou d’apparition de l’une de ces affections ou facteurs de risque, il est conseillé à la patiente de contacter son médecin afin de déterminer si l’utilisation de Logynon doit être interrompue.

Risque de thromboembolie veineuse (TEV)

L’utilisation de tout contraceptif hormonal combiné (CHC) augmente le risque de thromboembolie veineuse (TEV) par rapport à l’absence d’utilisation. Les produits contenant du lévonorgestrel, tels que Logynon, norgestimate ou norethistérone sont associés au risque le plus faible de TEV. La décision d’utiliser Logynon devrait être prise après une discussion avec la patiente pour s’assurer qu’elle comprend le risque de TEV avec Logynon, comment ses facteurs de risque actuels influencent ce risque et que son risque de TEV est le plus élevé au cours de la première année d’utilisation. Il y a également des preuves que le risque est augmenté lorsqu’un CSC est redémarré après une interruption d’utilisation de 4 semaines ou plus.

Chez les femmes qui n’utilisent pas de CSC et qui ne sont pas enceintes, environ 2 sur 10 000 développeront une TEV sur une période d’un an. Cependant, chez toute femme, le risque peut être beaucoup plus élevé, en fonction de ses facteurs de risque sous-jacents (voir ci-dessous).

On estime que sur 10 000 femmes qui utilisent un CHC contenant du lévonorgestrel, environ 6 1 développeront une TEV dans une année.

Ce nombre de TEV par an est inférieur au nombre attendu chez les femmes pendant la grossesse ou la période post-partum.

La TEV peut être fatale dans 1-2% des cas.

Nombre d’événements TEV pour 10 000 femmes en un an

Extrêmement rarement, une thrombose a été rapportée chez des utilisateurs de CHC dans d’autres vaisseaux sanguins, par exemple les veines et les artères hépatiques, mésentériques, rénales, cérébrales ou rétiniennes.

Facteurs de risque pour la TEV

Le risque de complications thromboemboliques veineuses chez les utilisatrices de CHC peut augmenter considérablement chez une femme présentant d’autres facteurs de risque, particulièrement s’il existe plusieurs facteurs de risque (voir le tableau).

Logynon est contre-indiqué si une femme présente de multiples facteurs de risque qui la rendent à risque élevé de thrombose veineuse (voir rubrique 4.3). Si une femme a plus d’un facteur de risque, il est possible que l’augmentation du risque soit supérieure à la somme des facteurs individuels – dans ce cas, son risque total de TEV doit être pris en compte. Si la balance des avantages et des risques est considérée comme négative, un CSC ne devrait pas être prescrit (voir la section 4.3).

Tableau: Facteurs de risque de TEV

Facteur de risque

Commentaire

Obésité (indice de masse corporelle supérieur à 30 kg / m 2 )

Le risque augmente considérablement à mesure que l’IMC augmente.

Particulièrement important à considérer si d’autres facteurs de risque sont également présents.

Immobilisation prolongée, chirurgie majeure, chirurgie des jambes ou du bassin, neurochirurgie ou traumatisme majeur

Remarque: l’immobilisation temporaire, y compris le transport aérien> 4 heures, peut également constituer un facteur de risque de TEV, en particulier chez les femmes présentant d’autres facteurs de risque.

Dans ces situations, il est conseillé de cesser l’utilisation de la pilule (dans le cas d’une chirurgie élective au moins quatre semaines à l’avance) et de ne pas reprendre avant deux semaines après la remobilisation complète. Une autre méthode de contraception doit être utilisée pour éviter une grossesse involontaire.

Un traitement antithrombotique doit être envisagé si Logynon n’a pas été interrompu à l’avance.

Antécédents familiaux positifs (thromboembolie veineuse chez un frère ou une sœur ou un parent, particulièrement à un âge relativement précoce, par exemple avant 50 ans).

Si une prédisposition héréditaire est suspectée, la femme devrait être référée à un spécialiste pour obtenir des conseils avant de décider de l’utilisation d’un CSC.

D’autres conditions médicales associées à la TEV

Cancer, lupus érythémateux disséminé, syndrome urémique hémolytique, maladie inflammatoire chronique de l’intestin (maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique) et drépanocytose.

Augmentation de l’âge

Particulièrement au-dessus de 35 ans.

Il n’y a pas de consensus sur le rôle possible des varices et de la thrombophlébite superficielle dans l’apparition ou la progression de la thrombose veineuse.

Le risque accru de thromboembolie pendant la grossesse, et en particulier la période de six semaines de la période puerpérale, doit être pris en compte (pour des informations sur «Grossesse et allaitement», voir rubrique 4.6).

Les symptômes de la TEV (thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire)

En cas de symptômes, les femmes devraient être avisées de consulter un médecin d’urgence et d’informer le professionnel de la santé qu’elle prend un CSC.

Les symptômes de la thrombose veineuse profonde (TVP) peuvent inclure:

– gonflement unilatéral de la jambe et / ou du pied ou le long d’une veine dans la jambe;

– une douleur ou une sensibilité dans la jambe qui peut être ressentie seulement en se tenant debout ou en marchant,

– augmentation de la chaleur dans la jambe touchée; peau rouge ou décolorée sur la jambe.

Les symptômes de l’embolie pulmonaire (EP) peuvent inclure:

– apparition soudaine d’un essoufflement inexpliqué ou d’une respiration rapide;

– une toux soudaine pouvant être associée à une hémoptysie;

– douleur thoracique aiguë;

– vertiges sévères ou vertiges;

– rythme cardiaque rapide ou irrégulier.

Certains de ces symptômes (p. Ex. «Essoufflement», «toux») sont non spécifiques et pourraient être interprétés à tort comme des événements plus fréquents ou moins graves (p. Ex. Infections des voies respiratoires).

D’autres signes d’occlusion vasculaire peuvent inclure: douleur soudaine, gonflement et légère décoloration bleue d’une extrémité.

Si l’occlusion se produit dans les yeux, les symptômes peuvent aller d’une vision floue indolore pouvant évoluer vers une perte de vision. Parfois, la perte de vision peut survenir presque immédiatement.

Risque de thromboembolie artérielle (ATE)

Des études épidémiologiques ont associé l’utilisation de CHC à un risque accru de thromboembolie artérielle (infarctus du myocarde) ou d’accident vasculaire cérébral (par exemple, accident ischémique transitoire, accident vasculaire cérébral). Les événements thromboemboliques artériels peuvent être mortels.

Facteurs de risque pour ATE

Le risque de complications thromboemboliques artérielles ou d’accident vasculaire cérébral chez les utilisatrices de CHC augmente chez les femmes présentant des facteurs de risque (voir tableau). Logynon est contre-indiqué si une femme présente un facteur de risque sérieux ou multiple d’ATE qui la met à haut risque de thrombose artérielle (voir rubrique 4.3). Si une femme a plus d’un facteur de risque, il est possible que l’augmentation du risque soit supérieure à la somme des facteurs individuels – dans ce cas, son risque total doit être pris en compte. Si la balance des avantages et des risques est considérée comme négative, un CSC ne devrait pas être prescrit (voir la section 4.3).

Tableau: Facteurs de risque pour ATE

Facteur de risque

Commentaire

Augmentation de l’âge

Particulièrement au-dessus de 35 ans

Fumeur

Les femmes devraient être avisées de ne pas fumer si elles souhaitent utiliser un CSC. Les femmes de plus de 35 ans qui continuent de fumer devraient être fortement encouragées à utiliser une méthode de contraception différente.

Hypertension

Obésité (indice de masse corporelle supérieur à 30 kg / m 2 )

Le risque augmente considérablement à mesure que l’IMC augmente.

Particulièrement important chez les femmes présentant des facteurs de risque supplémentaires

Antécédents familiaux positifs (thromboembolie artérielle chez un frère ou une sœur ou un parent, en particulier à un âge relativement précoce, par exemple en dessous de 50 ans).

Si une prédisposition héréditaire est soupçonnée, la femme devrait être référée à un spécialiste pour obtenir des conseils avant de décider de l’utilisation d’un CSC

Migraine

Une augmentation de la fréquence ou de la sévérité de la migraine pendant l’utilisation de CHC (qui peut être prodromal d’un événement cérébrovasculaire) peut être une raison pour l’arrêt immédiat

D’autres conditions médicales associées aux événements vasculaires défavorables

Diabète sucré, hyperhomocystéinémie, cardiopathie valvulaire et fibrillation auriculaire, dyslipoprotéinémie et lupus érythémateux disséminé.

Les symptômes de l’ATE

En cas de symptômes, les femmes devraient être avisées de consulter un médecin d’urgence et d’informer le professionnel de la santé qu’elle prend un CSC.

Les symptômes d’un accident vasculaire cérébral peuvent inclure:

– engourdissement ou faiblesse soudaine du visage, du bras ou de la jambe, en particulier d’un côté du corps;

– difficulté soudaine à marcher, vertiges, perte d’équilibre ou de coordination;

– confusion soudaine, difficulté à parler ou à comprendre;

– difficulté soudaine à voir dans un ou dans les deux yeux;

– mal de tête soudain, sévère ou prolongé sans cause connue;

– Perte de connaissance ou évanouissement avec ou sans crise.

Les symptômes temporaires suggèrent que l’événement est un accident ischémique transitoire (AIT).

Les symptômes de l’infarctus du myocarde (IM) peuvent inclure:

– douleur, gêne, pression, lourdeur, sensation de compression ou de plénitude dans la poitrine, le bras ou sous le sternum;

– malaise irradiant dans le dos, la mâchoire, la gorge, le bras, l’estomac;

– sentiment d’être plein, d’avoir une indigestion ou d’étouffer;

– transpiration, nausée, vomissement ou vertiges;

– faiblesse extrême, anxiété ou essoufflement;

– battements de coeur rapides ou irréguliers.

Examen médical / consultation

Avant l’initiation ou la réinstitution de Logynon, un historique médical complet (y compris les antécédents familiaux) doit être pris et la grossesse doit être exclue. La pression artérielle doit être mesurée et un examen physique doit être effectué, guidé par les contre-indications (voir rubrique 4.3) et les mises en garde (voir rubrique 4.4). Il est important d’attirer l’attention de la patiente sur les informations sur les thromboses veineuses et artérielles, y compris le risque de Logynon comparé aux autres CHC, les symptômes de TEV et d’ATE, les facteurs de risque connus et quoi faire en cas de suspicion de thrombose.

La femme devrait également être avisée de lire attentivement la notice de l’utilisateur et de suivre les conseils donnés. La fréquence et la nature des examens devraient être fondées sur des directives de pratique établies et adaptées à chaque femme.

Les femmes doivent être informées que les contraceptifs hormonaux ne protègent pas contre les infections à VIH (SIDA) et autres maladies sexuellement transmissibles.

Les saignements vaginaux non diagnostiqués suspects d’affections sous-jacentes doivent être étudiés.

Conditions qui nécessitent une surveillance médicale stricte

La décision de prescrire le COC doit être prise en utilisant un jugement clinique et en consultation avec la femme. L’exacerbation ou la première apparition d’une de ces conditions ou facteurs de risque peut indiquer que l’utilisation du contraceptif oral doit être interrompue. La femme doit contacter son médecin, qui doit alors décider si l’utilisation de COC doit être interrompue:

• Diabète sucré avec maladie vasculaire légère ou légère néphropathie, rétinopathie ou neuropathie

• Hypertension contrôlée de manière adéquate, c.-à-d. Systolique> 140 à 159 mm Hg ou diastolique> 90 à 94 mm Hg (voir également la section 4.4 «Raisons de l’arrêt immédiat de la contraception orale»)

• porphyrie

• obésité

• migraine

• maladies cardiovasculaires

Les raisons de l’arrêt immédiat de la contraception orale:

Lors de l’arrêt de la contraception orale, une contraception non hormonale doit être utilisée pour assurer la protection contraceptive.

1. Apparition pour la première fois ou exacerbation de maux de tête migraineux ou de maux de tête anormalement fréquents ou exceptionnellement sévères

2. Les violations brusques de la vue, de l’ouïe ou d’autres troubles de la perception

3. Premiers signes de thrombose ou de caillots sanguins (p. Ex. Douleurs inhabituelles ou gonflement de la (des) jambe (s), douleur lancinante à la respiration ou à la toux sans raison apparente). Sensation de douleur et d’oppression dans la poitrine

4. Six semaines avant une opération majeure programmée (par exemple abdominale, orthopédique), toute intervention chirurgicale sur les jambes, un traitement médical des varices ou une immobilisation prolongée, par exemple après un accident ou une intervention chirurgicale. Ne redémarrez pas avant 2 semaines après la marche complète. En cas de chirurgie d’urgence, la prophylaxie thrombotique est généralement indiquée, par exemple l’héparine sous-cutanée

5. Début de la jaunisse, de l’hépatite, des démangeaisons du corps entier

6. Augmentation significative de la pression artérielle

7. Douleur abdominale sévère ou hypertrophie du foie

8. Exacerbation manifeste des conditions connues pour être susceptibles de se détériorer pendant la contraception orale ou la grossesse (voir rubrique 4.4 «Conditions qui se détériorent pendant la grossesse ou lors d’une utilisation antérieure de COC» sous «Autres conditions»)

Tumeurs

De nombreuses études épidémiologiques ont été rapportées sur les risques de cancer de l’ovaire, de l’endomètre, du col de l’utérus et du sein chez les femmes utilisant des contraceptifs oraux combinés. La preuve est claire que les contraceptifs oraux combinés à forte dose offrent une protection substantielle contre le cancer de l’ovaire et de l’endomètre. Cependant, il n’est pas clair si les COC à faible dose confèrent des effets protecteurs au même niveau.

Cancer du sein

Une méta-analyse de 54 études épidémiologiques a indiqué qu’il existe un risque relatif légèrement plus élevé (RR = 1,24) d’avoir un cancer du sein diagnostiqué chez les femmes qui utilisent actuellement des contraceptifs oraux combinés (COC). La tendance observée du risque accru peut être due à un diagnostic plus précoce du cancer du sein chez les utilisatrices de COC, aux effets biologiques des COC ou à une combinaison des deux. Les cancers du sein supplémentaires diagnostiqués chez les utilisatrices actuelles de COC ou chez les femmes ayant utilisé des COC au cours des dix dernières années sont plus susceptibles d’être localisés au sein que ceux qui n’ont jamais utilisé de COC.

Le cancer du sein est rare chez les femmes de moins de 40 ans, qu’elles prennent ou non des COC. Alors que ce risque augmente avec l’âge, le nombre excessif de diagnostics de cancer du sein chez les utilisatrices actuelles et récentes de COC est faible par rapport au risque global de cancer du sein (voir diagramme à barres).

Le facteur de risque le plus important pour le cancer du sein chez les utilisatrices de COC est l’âge auquel les femmes arrêtent le COC; plus l’âge de l’arrêt est élevé, plus les cancers du sein sont diagnostiqués. La durée d’utilisation est moins importante et l’excès de risque disparaît progressivement au cours des 10 années qui suivent l’arrêt de l’utilisation des COC, si bien qu’il ne semble pas y avoir d’excès avant 10 ans.

L’augmentation possible du risque de cancer du sein devrait être discutée avec l’utilisateur et pesée contre les avantages des COC en tenant compte des preuves qu’ils offrent une protection substantielle contre le risque de développer certains autres cancers (cancer de l’ovaire et de l’endomètre, par exemple).

Nombre cumulatif estimé de cancers du sein pour 10 000 femmes diagnostiquées dans les 5 années d’utilisation et jusqu’à 10 ans après l’arrêt des COC, comparativement au nombre de cancers du sein diagnostiqués chez 10 000 femmes n’ayant jamais utilisé de COC

Cancer du col utérin

Le facteur de risque le plus important pour le cancer du col de l’utérus est l’infection persistante au VPH. Certaines études épidémiologiques ont indiqué que l’utilisation à long terme de COC peut contribuer à ce risque accru, mais la mesure dans laquelle ce résultat est attribuable à des effets confusionnels continue d’être controversée, comme le dépistage du cancer du col de l’utérus et l’utilisation de contraceptifs .

Cancer du foie

Dans de rares cas bénins et, dans des cas encore plus rares, des tumeurs malignes du foie conduisant dans des cas isolés à une hémorragie intra-abdominale mortelle ont été observées après l’utilisation de substances hormonales telles que celles contenues dans Logynon. En cas de troubles sévères du haut de l’abdomen, d’hypertrophie du foie ou de signes d’hémorragie intra-abdominale, la possibilité d’une tumeur hépatique doit être incluse dans le diagnostic différentiel.

D’autres conditions

On ne peut exclure la possibilité que certaines maladies chroniques se détériorent occasionnellement lors de l’utilisation de contraceptifs oraux combinés.

Hyperlipidémies connues

Les femmes qui présentent une hypertriglycéridémie ou des antécédents familiaux peuvent présenter un risque accru de pancréatite lorsqu’elles utilisent des COC.

Les femmes présentant une hyperlipidémie présentent un risque accru de maladie artérielle (voir rubrique 4.4 «Risque de thromboembolie artérielle (TEA)»). Cependant, le dépistage systématique des femmes sur les COC n’est pas approprié.

Pression artérielle

L’hypertension est un facteur de risque d’accident vasculaire cérébral et d’infarctus du myocarde (voir rubrique 4.4 «Risque de thromboembolie artérielle (TEA)»). Bien que de faibles augmentations de la pression artérielle aient été rapportées chez de nombreuses femmes prenant des COC, les augmentations cliniquement pertinentes sont rares. Cependant, si une hypertension artérielle persistante se développe pendant l’utilisation d’un COC, un traitement antihypertenseur devrait normalement être initié à 160/100 mm Hg chez les patients non compliqués ou à 140/90 mm Hg chez les patients atteints d’atteinte des organes cibles, de maladie cardiovasculaire établie, de diabète ou avec des facteurs de risque cardiovasculaires accrus. Les décisions concernant l’utilisation continue du COC devraient être prises à des niveaux de pression artérielle plus faibles, et une contraception alternative peut être conseillée.

• Les conditions qui se détériorent pendant la grossesse ou lors d’une utilisation antérieure de COC

Les conditions suivantes ont été rapportées à se produire ou se détériorer avec la grossesse et l’utilisation de COC. L’arrêt de Logynon devrait être envisagé si l’un des événements suivants se produit pendant l’utilisation:

• jaunisse et / ou prurit lié à la cholestase

• Les COC peuvent augmenter le risque de formation de calculs biliaires et peuvent aggraver la maladie existante.

• le lupus érythémateux disséminé

• herpès gestationis

• perte d’audition liée à l’otosclérose

• l’anémie falciforme

• dysfonctionnement rénal

• angioedème héréditaire

• toute autre condition qu’une femme a connue s’aggraver pendant la grossesse ou l’utilisation antérieure de COC.

• Les violations de la fonction du foie

Des troubles aigus ou chroniques de la fonction hépatique peuvent nécessiter l’arrêt de l’utilisation du COC jusqu’à ce que les marqueurs de la fonction hépatique reviennent à la normale. La récurrence d’un ictère cholestatique et / ou d’un prurit lié à la cholestase survenant pendant la grossesse ou l’utilisation antérieure de stéroïdes sexuels nécessite l’arrêt des COC.

Diabète (sans atteinte vasculaire )

Les diabétiques insulino-dépendants sans maladie vasculaire peuvent utiliser des COC. Cependant, il convient de rappeler que tous les diabétiques sont exposés à un risque accru de maladie artérielle, ce qui devrait être pris en compte lors de la prescription de COC. Les diabétiques atteints d’une maladie vasculaire existante sont contre-indiqués lorsqu’ils utilisent des COC (voir rubrique Contre-indications).

Bien que les COC puissent avoir un effet sur la résistance périphérique à l’insuline et la tolérance au glucose, rien n’indique qu’il soit nécessaire de modifier le schéma thérapeutique chez les diabétiques utilisant des COC à faible dose (contenant <0,05 mg d’éthinylestradiol). Cependant, les femmes diabétiques devraient être soigneusement observées en prenant des COC.

Chloasma

Chloasma peut parfois se produire, en particulier chez les femmes ayant des antécédents de chloasma gravidarum. Les femmes ayant tendance à chloasma devraient éviter l’exposition au soleil ou aux rayons ultraviolets lorsqu’elles prennent des COC.

Changements menstruels

Réduction du flux menstruel: Ce n’est pas anormal et il faut s’y attendre chez certains patients. En effet, il peut être bénéfique lorsque de lourdes périodes ont déjà été vécues.

Menstruations manquées: Il peut arriver que des saignements de retrait ne se produisent pas du tout. Si les comprimés ont été pris correctement, la grossesse est très improbable. Si le saignement de retrait ne se produit pas à la fin d’un deuxième paquet, la possibilité d’une grossesse doit être exclue avant de reprendre avec le prochain paquet.

Saignement intermenstruel : Des saignements irréguliers (saignotements ou saignements intermenstruels) peuvent survenir surtout pendant les premiers mois d’utilisation. Par conséquent, l’évaluation de tout saignement irrégulier n’a de sens qu’après un intervalle d’adaptation d’environ trois cycles. Si des irrégularités hémorragiques persistent ou surviennent après des cycles réguliers, des causes non hormonales doivent être envisagées et des mesures diagnostiques adéquates sont indiquées pour exclure une malignité ou une grossesse. Cela peut inclure le curetage.

Certaines femmes peuvent présenter une aménorrhée ou une oligoménorrhée après l’arrêt des contraceptifs oraux, en particulier lorsque ces conditions existaient avant leur utilisation. Les femmes devraient être informées de cette possibilité.

Intolérance au lactose et au saccharose

Chaque comprimé marron clair (phase I) contient 33,07 mg de lactose et 19,297 mg de saccharose par comprimé. Chaque comprimé blanc (phase II) contient 33,035 mg de lactose et 19,66 mg de saccharose par comprimé. Chaque comprimé d’ocre (phase III) contient 32,995 mg de lactose et 19,223 mg de saccharose par comprimé. Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp, une intolérance au fructose ou une malabsorption du glucose-galactose ou une sucrase-isomaltase ne doivent pas prendre ce médicament.

Efficacité réduite

L’efficacité des COC peut être réduite en cas de comprimés manqués, de vomissements ou de diarrhée, ou de médicaments concomitants.

Altitudes ALT

Au cours des essais cliniques avec les patients traités pour les infections par le virus de l’hépatite C (VHC) avec les médicaments contenant ombitasvir / paritaprevir / ritonavir et dasabuvir avec ou sans ribavirine, des élévations des transaminases (ALT) supérieures à 5 fois la limite supérieure de la normale (LSN) plus fréquente chez les femmes utilisant des médicaments contenant de l’éthinylestradiol tels que les contraceptifs hormonaux combinés (CHC) (voir rubriques 4.3 et 4.5).

1 Milieu de l’échelle de 5-7 pour 10.000 ans, basé sur un risque relatif pour les CSC contenant du lévonorgestrel par rapport à la non-utilisation d’environ 2,3 à 3,6.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Remarque: Les informations posologiques des médicaments concomitants doivent être consultées pour identifier les interactions potentielles.

• Interactions

Inducteurs d’enzymes

Des interactions peuvent survenir avec des médicaments qui induisent des enzymes microsomales (en particulier le cytochrome P450 3A4), ce qui peut entraîner une augmentation de la clairance des hormones sexuelles et entraîner des saignements intermenstruels et / ou un échec de la contraception.

L’induction enzymatique peut déjà être observée après quelques jours de traitement. L’induction enzymatique maximale est généralement observée en quelques semaines. Après l’arrêt du traitement médicamenteux, l’induction enzymatique peut être maintenue pendant environ 4 semaines.

Les femmes suivant un traitement à court terme avec l’un de ces médicaments devraient temporairement utiliser une méthode de barrière en plus du COC ou choisir une autre méthode de contraception. La méthode de barrière doit être utilisée pendant la période d’administration concomitante du médicament et pendant 28 jours après l’arrêt du traitement. Si la période pendant laquelle la méthode de barrière est utilisée va au-delà de la fin d’un pack, le pack suivant doit être démarré sans interruption. Dans cette situation, un saignement de retrait ne devrait pas être attendu jusqu’à la fin du deuxième paquet. Si le patient ne présente pas de saignement de retrait pendant l’intervalle sans comprimés qui suit la fin du deuxième paquet, la possibilité d’une grossesse doit être exclue avant de reprendre avec le prochain conditionnement.

Pour les femmes recevant un traitement à long terme avec des inducteurs enzymatiques, une autre méthode de contraception doit être utilisée.

Les interactions suivantes ont été démontrées cliniquement importantes avec les COC:

Anticonvulsivants: barbituriques (y compris le phénobarbitone), primidone, phénytoïne, carbamazépine, oxcarbazépine, topiramate.

Antibiotiques / antifongiques: griséofulvine, rifampacine.

Remèdes à base de plantes médicinales : millepertuis ( Hypericum perforatum )

Agents antirétroviraux : ritonavir, nelfinavir, névirapine.

Remarque: Il existe d’autres agents antirétroviraux qui peuvent augmenter la concentration plasmatique des hormones sexuelles.

Substances diminuant la clairance des COC (inhibiteurs d’enzymes)

Les inhibiteurs puissants et modérés du CYP3A4 tels que les antifongiques azolés (par exemple l’itraconazole, le voriconazole, le fluconazole) et les macrolides (par exemple l’érythromycine) peuvent augmenter les concentrations plasmatiques de l’œstrogène ou du progestatif ou des deux.

Il a été démontré que des doses d’étoricoxib de 60 à 120 mg / jour augmentent les concentrations plasmatiques d’éthinylestradiol de 1,4 à 1,6 fois, respectivement, en association avec un contraceptif hormonal combiné contenant 0,035 mg d’éthinylestradiol.

Effets sur d’autres drogues

Les contraceptifs oraux peuvent affecter le métabolisme de certains autres médicaments. En conséquence, les concentrations plasmatiques et tissulaires peuvent augmenter (p. Ex. Cyclosporine, tizanidine, théophylline) ou diminuer (p. Ex. Lamotrigine).

Interactions pharmacodynamiques

L’utilisation concomitante avec les médicaments contenant de l’ombitasvir / paritaprevir / ritonavir et du dasabuvir, avec ou sans ribavirine, peut augmenter le risque d’élévation des taux d’ALT (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Par conséquent, les utilisateurs de Logynon doivent adopter une autre méthode de contraception (p. Ex., Contraception à base de progestatif seul ou méthodes non hormonales) avant de commencer le traitement avec ce schéma thérapeutique. Logynon peut être redémarré 2 semaines après la fin du traitement avec cette combinaison médicamenteuse.

• Tests de laboratoire

L’utilisation de contraceptifs oraux peut influencer les résultats de certains tests de laboratoire incluant les paramètres biochimiques du foie, de la thyroïde, des surrénales et du rein, les concentrations plasmatiques de protéines porteuses, par exemple les corticostéroïdes et les lipides / lipoprotéines, les paramètres du métabolisme glucidique et les paramètres de coagulation et fibrinolyse. Le personnel de laboratoire doit donc être informé de l’utilisation de contraceptifs oraux lorsque des tests de laboratoire sont demandés.

4.6 Grossesse et allaitement

Logynon n’est pas indiqué pendant la grossesse. Si une grossesse survient pendant le traitement par Logynon, il faut interrompre la prise d’autres médicaments. Cependant, des études épidémiologiques approfondies n’ont révélé ni un risque accru de malformations congénitales chez les enfants nés de femmes ayant utilisé des COC avant la grossesse, ni un effet tératogène lorsque les COC étaient pris par inadvertance au début de la grossesse.

Le risque accru de TEV pendant la période post-partum doit être pris en compte lors du redémarrage de Logynon (voir rubriques 4.2 et 4.4).

L’utilisation de Logynon pendant la lactation peut entraîner une réduction du volume de lait produit et une modification de sa composition. Les quantités infimes de substances actives sont excrétées avec le lait. Ces quantités peuvent affecter l’enfant en particulier dans les 6 premières semaines post-partum. Les mères qui allaitent peuvent être conseillées d’utiliser une autre méthode de contraception.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

L’éthinylestradiol / lévonorgestrel n’a aucun effet ou influence négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés avec Logynon sont les suivants: nausées, douleurs abdominales, augmentation du poids, céphalées, humeur dépressive, humeur altérée, douleur mammaire, sensibilité des seins. Ils surviennent chez ≥ 1% des utilisateurs.

Les effets indésirables graves sont la thromboembolie artérielle et veineuse.

Les effets indésirables suivants ont été rapportés lors de l’utilisation de l’éthinylestradiol / lévonorgestrel:

System Organ Class

Les événements indésirables rapportés dans les essais cliniques

Événements indésirables rapportés après la commercialisation

Commun

(≥ 1/100)

Rare

(≥ 1/1000, <1/100)

Rare

(<1/1000)

Troubles oculaires

intolérance aux lentilles de contact

Problèmes gastro-intestinaux

nausée, douleur abdominale

vomissements, diarrhée

Maladie de Crohn, rectocolite hémorragique

Troubles du système immunitaire

hypersensibilité

exacerbation de l’angioedème héréditaire

Enquêtes

poids augmenté

poids diminué

Troubles du métabolisme et de la nutrition

la rétention d’eau

Hypertriglycéridémie

Troubles du système nerveux

mal de tête

migraine

exacerbation de la chorée

Troubles du système vasculaire

Thromboembolie veineuse (TEV), Thromboembolie artérielle (TEA)

Troubles hépatobiliaires

perturbations de la fonction hépatique

Troubles psychiatriques

humeur dépressive, humeur changée

la libido a diminué

la libido a augmenté

Système reproducteur et troubles mammaires

douleur mammaire, sensibilité des seins

hypertrophie mammaire

écoulement vaginal, écoulement du sein

diminution du flux menstruel, spotting, saignement intermenstruel et saignement de retrait manqué, aménorrhée après la pilule

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

éruption cutanée, urticaire

érythème noueux, érythème polymorphe

chloasma

Description des effets indésirables sélectionnés

Un risque accru d’événements thrombotiques et thrombo-emboliques artériels et veineux, y compris un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral, des accidents ischémiques transitoires, une thrombose veineuse et une embolie pulmonaire a été observé chez les femmes utilisant des CHC.

Les effets indésirables graves suivants ont été rapportés chez des femmes utilisant des COC, qui sont discutés dans la section 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions d’emploi»:

• Troubles thromboemboliques veineux

• Troubles thromboemboliques artériels

• Accidents vasculaires cérébraux (par exemple, attaque ischémique transitoire, accident vasculaire cérébral ischémique, accident vasculaire cérébral hémorragique)

• Hypertension

• Tumeurs hépatiques (bénignes et malignes)

La fréquence du diagnostic du cancer du sein est très légèrement augmentée chez les utilisatrices de COC. Comme le cancer du sein est rare chez les femmes de moins de 40 ans, le nombre excédentaire est faible par rapport au risque global de cancer du sein. La cause de l’utilisation de COC est inconnue. Pour plus d’informations, voir les sections 4.3 «Contre-indications» et 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions d’emploi».

Conditions signalées comme se détériorant avec la grossesse ou l’utilisation antérieure de COC

Jaunisse et / ou prurit lié à la cholestase; formation de calculs biliaires; le lupus érythémateux disséminé; herpes gestationis; perte d’audition liée à l’otosclérose; l’anémie falciforme; dysfonctionnement rénal; angioedème héréditaire; la porphyrie; cancer du col de l’utérus

Des modifications de la tolérance au glucose ou des effets sur la résistance à l’insuline périphérique ont été rapportées chez des femmes utilisant des COC (voir rubrique 4.4).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Aucune surdose n’a été signalée. Un surdosage peut provoquer des nausées, des vomissements et, chez les femmes, des saignements de retrait. Des saignements de sevrage peuvent même survenir chez les filles avant leur ménarche, si elles prennent accidentellement le médicament.

Il n’y a pas d’antidotes spécifiques et le traitement doit être symptomatique.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Logynon est une combinaison œstrogène-progestatif qui agit en inhibant l’ovulation en supprimant la poussée du cycle moyen de l’hormone lutéinisante, en inspectant la glaire cervicale de manière à constituer une barrière aux spermatozoïdes et en rendant l’endomètre non réceptif à l’implantation.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Levonorgestrel

Le lévonorgestrel administré par voie orale est rapidement et complètement absorbé. Après l’ingestion de 0,125 mg de lévonorgestrel et 0,03 mg d’éthinylestradiol (qui représente la combinaison avec la plus forte teneur en lévonorgestrel de la formulation en trois étapes), les concentrations sériques maximales d’environ 4,3 ng / ml sont atteintes à 1,0 heure. Par la suite, les niveaux sériques de lévonorgestrel diminuent en deux phases caractérisées par des demi-vies de 0,4 heure et d’environ 22 heures. Pour le lévonorgestrel, un taux de clairance métabolique du sérum d’environ 1,5 ml / min / kg a été déterminé. Le lévonorgestrel n’est pas excrété sous forme inchangée, mais sous forme de métabolites. Les métabolites du lévonorgestrel sont excrétés à des proportions à peu près égales avec l’urine et les fèces. Le lévonorgestrel est largement métabolisé. Les principaux métabolites du plasma sont les formes non conjuguées et conjuguées du 3α, 5β-tétrahydrolévonorgestrel. Sur la base d’études in vitro et in vivo , le CYP3A4 est la principale enzyme impliquée dans le métabolisme du lévonorgestrel.

Le lévonorgestrel est lié à la sérumalbumine et au SHBG. Seulement 1,4% des taux sériques totaux de médicaments sont présents sous forme de stéroïdes libres, mais 55% sont spécifiquement liés à SHBG. La distribution relative (libre, liée à l’albumine, liée à SHBG) dépend des concentrations de SHBG trouvées dans le sérum. Après l’induction de la protéine de liaison, la fraction liée au SHBG augmente alors que la fraction non liée diminue.

Après l’administration quotidienne répétée de Logynon, les concentrations de lévonorgestrel dans le sérum augmentent d’un facteur d’environ 4. Les états d’équilibre sont atteints au cours de la seconde moitié du cycle de traitement. La pharmacocinétique du lévonorgestrel est influencée par les niveaux de SHBG. Sous traitement avec Logynon, une augmentation des taux sériques de SHBG d’un facteur d’environ 2 survient au cours d’un cycle de traitement. En raison de la liaison spécifique du lévonorgestrel à la SHBG, l’augmentation des taux de SHBG s’accompagne d’une augmentation presque parallèle des taux sériques de lévonorgestrel. La biodisponibilité absolue du lévonorgestrel a été évaluée à près de 100% de la dose administrée.

Ethinylestradiol

L’éthinylestradiol administré par voie orale est rapidement et complètement absorbé. Après l’ingestion de 0,03 mg d’éthinylestradiol avec 0,125 mg de lévonorgestrel, les concentrations sériques maximales de médicament d’environ 116 pg / ml sont atteintes à 1,3 heure. Par la suite, les taux sériques d’éthinylestradiol diminuent en deux phases caractérisées par des demi-vies de 1 à 2 heures. Par la suite, les taux sériques d’éthinylestradiol diminuent en deux phases caractérisées par des demi-vies de 1 à 2 heures et d’environ 20 heures. Pour des raisons techniques, ces paramètres ne peuvent être calculés qu’après l’administration de doses plus élevées. Pour l’éthinylestradiol, un volume de distribution apparent d’environ 5 l / kg et un taux de clairance métabolique d’environ 5 ml / min / kg ont été déterminés. L’éthinylestradiol est fortement mais non lié de manière spécifique à la sérumalbumine. Environ 2% des niveaux de médicament sont présents non liés. Au cours de l’absorption et du premier passage hépatique, l’éthinylestradiol est métabolisé, ce qui entraîne une biodisponibilité orale absolue réduite. Le médicament inchangé n’est pas excrété. Les métabolites de l’éthinylestradiol sont excrétés dans un rapport urinaire / biliaire de 4: 6 avec une demi-vie d’environ un jour.

En raison de la demi-vie de la phase d’élimination terminale du sérum et de l’ingestion quotidienne, les taux sériques stables sont atteints après 3 à 4 jours et sont supérieurs de 30 à 40% par rapport à une dose unique. La biodisponibilité absolue de l’éthinylestradiol est sujette à une variation interindividuelle considérable. Après l’administration orale, la biodisponibilité moyenne s’est avérée être d’environ 40 à 60% de la dose administrée.

Au cours de la lactation établie, 0,02% de la dose quotidienne de la mère pourrait être transférée au nouveau-né via le lait.

La disponibilité systémique de l’éthinylestradiol pourrait être influencée dans les deux sens par d’autres médicaments. Il n’y a cependant pas d’interaction avec des doses élevées de vitamine C. L’éthinylestradiol induit la synthèse hépatique de SHBG et de CBG (corticoïde binding globulin) lors d’une utilisation continue. L’étendue de l’induction de SHBG, cependant, dépend de la structure chimique et de la dose du progestatif co-administré. Pendant le traitement par Logynon, les concentrations de SHBG dans le sérum sont passées d’environ 76 nmol / l à 164 nmol / l et les concentrations sériques de CBG sont passées d’environ 48 μg / ml à 111 μg / ml.

5.3 Données de sécurité précliniques

Il n’y a pas de données de sécurité précliniques qui pourraient être pertinentes pour le prescripteur et qui ne sont pas déjà incluses dans d’autres sections du RCP.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose

Amidon de maïs

Povidone

Talc

Stéarate de magnésium (E572)

Saccharose

Macrogol

Carbonate de calcium (E170)

Dioxyde de titane (E171)

Glycérol (E422)

Gomme de Montan Glycol

Pigment d’oxyde ferrique, jaune (E172)

Pigment d’oxyde ferrique, rouge (E172)

6.2 Incompatibilités

Aucun connu

6.3 Durée de conservation

60 mois

6.4 Précautions particulières de conservation

N’est pas applicable

6.5 Nature et contenu de l’emballage

6 comprimés de la phase I, 5 comprimés de la phase II et 10 comprimés de la phase III sont emballés dans chaque emballage de feuille d’aluminium et de boursouflure de PVC.

Conditionnements (n ° comprimés), 21, 5 x 21, 50 x 21.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Bayer plc

400 South Oak Way

En train de lire

RG2 6AD

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00010/0540

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

06 mars 2009

10. Date de révision du texte

Le 31 août 2017