Levocetirizine dihydrochloride 5 mg comprimés pelliculés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Levocetirizine dihydrochloride 5 mg comprimés pelliculés

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé pelliculé contient 5 mg de dichlorhydrate de lévocétirizine (équivalent à 4,2 mg de lévocétirizine).

Excipient à effet connu:

Chaque comprimé pelliculé contient 64,0 mg de lactose monohydraté.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimé pelliculé

Les comprimés pelliculés sont des comprimés pelliculés de couleur blanche à blanc cassé, ovales, biconvexes, portant l’inscription «L9CZ» d’un côté et «5» de l’autre.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement symptomatique de la rhinite allergique (incluant la rhinite allergique persistante) et de l’urticaire chez les adultes et les enfants de 6 ans et plus.

Une formulation pédiatrique de lévocétirizinr est recommandée pour les enfants âgés de 2 à 5 ans.

4.2 Posologie et mode d’administration

Adultes et adolescents de 12 ans et plus

La dose quotidienne recommandée est de 5 mg (1 comprimé pelliculé).

Population pédiatrique âgée de 6 à 12 ans

La dose quotidienne recommandée est de 5 mg (1 comprimé pelliculé)

Population pédiatrique moins de 6 ans

Pour les enfants âgés de 2 à 5 ans, aucun dosage ajusté n’est possible avec la formulation de comprimé pelliculé. Il est recommandé d’utiliser une formulation pédiatrique de lévocétirizine dans le groupe d’âge de 2 à 5 ans.

Des données clairsemées n’existent que pour soutenir l’administration de lévocétirizine dans la population pédiatrique âgée de moins de 6 ans et, par conséquent, l’administration de lévocétirizine dans toute formulation aux nourrissons et aux tout-petits âgés de moins de 2 ans n’est pas recommandée.

Personnes âgées

L’ajustement de la dose est recommandé chez les patients âgés présentant une insuffisance rénale modérée à sévère (voir ci-dessous les patients adultes atteints d’insuffisance rénale ).

Patients adultes atteints d’insuffisance rénale

Les intervalles de dosage doivent être individualisés en fonction de la fonction rénale. Reportez-vous au tableau suivant et ajustez la dose comme indiqué. Pour utiliser ce tableau de dosage, une estimation de la clairance de la créatinine du patient (CLcr) en ml / min est nécessaire. Le CLcr (ml / min) peut être estimé à partir de la détermination de la créatinine sérique (mg / dl) en utilisant la formule suivante:

Ajustements de dosage pour les patients adultes avec la fonction rénale diminuée:

Groupe

Clairance de la créatinine (ml / min)

Dosage et fréquence

Ordinaire

≥ 80

1 comprimé une fois par jour

Doux

50 – 79

1 comprimé une fois par jour

Modérer

30 – 49

1 comprimé une fois tous les 2 jours

Sévère

<30

1 comprimé une fois tous les 3 jours

Affection rénale en phase terminale – patients sous dialyse

<10

Contre-indiqué

Chez les patients pédiatriques atteints d’insuffisance rénale, la dose devra être ajustée sur une base individuelle en tenant compte de la clairance rénale du patient, de son âge et de son poids corporel. Il n’y a pas de données spécifiques pour les enfants atteints d’insuffisance rénale

Patients atteints d’insuffisance hépatique

Aucun ajustement posologique n’est nécessaire chez les patients présentant uniquement une insuffisance hépatique. Chez les patients présentant une insuffisance hépatique et une insuffisance rénale, un ajustement de la dose est recommandé (voir ci-dessus les patients adultes atteints d’insuffisance rénale ).

Durée d’utilisation

La rhinite allergique intermittente (symptômes <4 jours / semaine ou persistant pendant moins de 4 semaines) doit être traitée en fonction de la maladie et de son histoire; il peut être arrêté une fois que les symptômes ont disparu et peut être relancé quand les symptômes réapparaissent. En cas de rhinite allergique persistante (symptômes> 4 jours / semaine et persistant pendant plus de 4 semaines), une thérapie continue peut être proposée au patient pendant la période d’exposition aux allergènes. L’expérience clinique avec 5 mg de lévocétirizine sous forme de comprimé pelliculé est actuellement disponible pour une période de traitement de 6 mois. Pour l’urticaire chronique et la rhinite allergique chronique, jusqu’à une expérience clinique d’un an est disponible pour le racémate (cetirizine).

Méthode d’administration

Pour usage oral.

Le comprimé pelliculé doit être pris par voie orale, avalé entier avec un liquide et peut être pris avec ou sans nourriture

Il est recommandé de prendre la dose quotidienne en une seule prise.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active, à la cétirizine, à l’hydroxyzine, à tout autre dérivé de la pipérazine ou à l’un des autres excipients énumérés à la rubrique 6.1

Les patients présentant une insuffisance rénale sévère à une clairance de la créatinine inférieure à 10 ml / min.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Population pédiatrique

L’utilisation de comprimés de lévocétirizine n’est pas recommandée chez les enfants âgés de moins de 6 ans car la subdivision des comprimés pour obtenir une réduction de dose n’est pas possible et les comprimés ne sont généralement pas recommandés pour l’administration aux jeunes enfants. Il est recommandé d’utiliser une formulation pédiatrique de lévocétirizine chez les enfants âgés de 2 à 5 ans. En raison de la rareté des données chez les enfants de moins de 6 ans, la lévocétirizine dans toute formulation n’est pas recommandée chez les enfants de moins de 2 ans.

La prudence est recommandée lors de la prise d’alcool (voir rubrique 4.5).

Des précautions doivent être prises chez les patients présentant des facteurs prédisposants de rétention urinaire (par ex. Lésion de la moelle épinière, hyperplasie prostatique) car la lévocétirizine peut augmenter le risque de rétention urinaire.

Ce médicament contient du lactose monohydraté: Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Aucune étude d’interaction n’a été réalisée avec la lévocétirizine (y compris aucune étude avec les inducteurs du CYP3A4); des études avec le composé racémate cétirizine ont démontré qu’il n’y avait pas d’interactions indésirables cliniquement pertinentes (avec l’antipyrine, la pseudoéphédrine, la cimétidine, le kétoconazole, l’érythromycine, l’azithromycine, le glipizide et le diazépam). Une légère diminution de la clairance de la cétirizine (16%) a été observée dans une étude à doses multiples avec la théophylline (400 mg une fois par jour); tandis que la disposition de la théophylline n’a pas été modifiée par l’administration concomitante de cétirizine.

Dans une étude à doses multiples du ritonavir (600 mg deux fois par jour) et de la cétirizine (10 mg par jour), l’exposition à la cétirizine a augmenté d’environ 40% tandis que la disposition du ritonavir était légèrement modifiée (-11%). administration.

L’étendue de l’absorption de la lévocétirizine n’est pas réduite avec la nourriture, bien que le taux d’absorption diminue.

Chez les patients sensibles, l’administration concomitante de cétirizine ou de lévocétirizine et d’alcool ou d’autres dépresseurs du SNC peut entraîner des réductions supplémentaires de la vigilance et une altération de la performance.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’y a pas ou peu de données (moins de 300 issues de grossesse) provenant de l’utilisation de la lévocétirizine chez les femmes enceintes. Cependant, pour la cétirizine, le racémate de lévocétirizine, une grande quantité de données (plus de 1000 grossesses) sur les femmes enceintes n’indique aucune toxicité malformative ou foeto-néonatale. Les études animales n’indiquent pas d’effets nocifs directs ou indirects sur la développement fœtal, parturition ou développement postnatal (voir rubrique 5.3)

L’utilisation de la lévocétirizine peut être envisagée pendant la grossesse, si nécessaire.

Allaitement maternel

Il a été démontré que la cétirizine, le racémate de lévocétirizine, est excrétée chez l’humain. Par conséquent, l’excrétion de lévocétirizine dans le lait maternel est probable. Des effets indésirables associés à la lévocétirizine peuvent être observés chez les nourrissons allaités. Par conséquent, des précautions doivent être prises lors de la prescription de lévocétirizine aux femmes qui allaitent.

La fertilité

Pour la lévocétirizine, aucune donnée clinique n’est disponible.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Des essais cliniques comparatifs n’ont révélé aucune preuve que la lévocétirizine à la dose recommandée nuit à la vigilance, à la réactivité ou à la capacité de conduire. Néanmoins, certains patients peuvent présenter une fatigue somnolence et une asthénie sous traitement par la lévocétirizine. Par conséquent, les patients ayant l’intention de conduire, de se livrer à des activités potentiellement dangereuses ou d’utiliser des machines devraient tenir compte de leur réponse au médicament.

4.8 Effets indésirables

Adultes et adolescents de plus de 12 ans:

Etudes cliniques

Dans les études thérapeutiques chez les femmes et les hommes âgés de 12 à 71 ans, 15,1% des patients du groupe lévocétirizine 5 mg ont eu au moins une réaction indésirable contre 11,3% dans le groupe placebo. 91,6% de ces réactions indésirables étaient d’intensité légère à modérée.

Dans les essais thérapeutiques, le taux d’abandon dû aux effets indésirables était de 1,0% (9/935) avec la lévocétirizine 5 mg et 1,8% (14/771) avec le placebo.

Les essais cliniques cliniques sur la lévocétirizine ont porté sur 935 sujets exposés à la dose recommandée de 5 mg par jour. À partir de ce regroupement, les effets indésirables suivants ont été rapportés à des taux de 1% ou plus (fréquence: ≥ 1/100 à <1/10) sous lévocétirizine à 5 mg ou un placebo:

Terme préféré

(WHOART)

Placebo

(n = 771)

Levocétirizine 5 mg

(n = 935)

Mal de tête

25 (3,2%)

24 (2,6%)

Somnolence

11 (1,4%)

49 (5,2%)

Bouche sèche

12 (1,6%)

24 (2,6%)

Fatigue

9 (1,2%)

23 (2,5%)

D’autres cas peu fréquents d’effets indésirables (peu fréquents entre 1/1000 et <1/100), tels qu’une asthénie ou des douleurs abdominales, ont été observés.

L’incidence des effets indésirables sédatifs tels que la somnolence, la fatigue et l’asthénie était plus fréquente (8,1%) sous lévocétirizine 5 mg que sous placebo (3,1%).

Population pédiatrique

Dans deux études contrôlées par placebo chez des patients pédiatriques âgés de 6 à 11 mois et âgés de 1 an à moins de 6 ans, 159 sujets ont été exposés à la lévocétirizine à raison de 1,25 mg par jour pendant 2 semaines et 1,25 mg deux fois par jour respectivement. L’incidence suivante des effets indésirables a été signalée à des taux de 1% ou plus sous lévocétirizine ou un placebo.

Système System Organ et Terme préféré

Placebo (n = 83)

Levocétirizine (n = 159)

Troubles psychiatriques

Troubles du sommeil

0

2 (1,3%)

Troubles du système nerveux

Somnolence

2 (2,4%)

3 (1,9%)

Problèmes gastro-intestinaux

La diarrhée

0

3 (1,9%)

Vomissement

1 (1,2%)

1 (0,6%)

Constipation

0

2 (1,3%)

Chez les enfants âgés de 6 à 12 ans, des études contrôlées contre placebo en double aveugle ont été réalisées, où 243 enfants ont été exposés quotidiennement à 5 mg de lévocétirizine pendant des périodes variables allant de moins d’une semaine à 13 semaines. L’incidence suivante des effets indésirables a été signalée à des taux de 1% ou plus sous lévocétirizine ou un placebo.

Terme préféré

Placebo (n = 240)

Levocétirizine 5 mg (n = 243)

Mal de tête

5 (2,1%)

2 (0,8%)

Somnolence

1 (0,4%)

7 (2,9%)

Expérience post-marketing

Les réactions défavorables sont énumérées selon la classe d’organe de système de MedDRA et la catégorie de fréquence. Les catégories de fréquence sont définies selon la convention suivante: très fréquent (≥1 / 10); commun (≥1 / 100 à <1/10); peu fréquent (≥ 1/1 000 à <1/100); rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000); très rare (<1/10 000); inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

System Organ Class

Très commun

(≥1 / 10)

Commun

(≥1 / 100 à <1/10)

Rare

(≥1 / 1,000 à <1/100)

Rare

(≥ 1/10 000 à <1/1 000)

Très rare

(<1/10 000)

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Troubles du système immunitaire

Hypersensibilité, y compris l’anaphylaxie

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Augmentation de l’appétit

Troubles psychiatriques

Hallucination, dépression, insomnie, agression, agitation, idées suicidaires

Troubles du système nerveux

Paresthésie, vertiges, syncope, tremblements, dysgueusie, convulsions

Troubles oculaires

Vision trouble, troubles visuels

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

vertige

Troubles cardiaques

Tachycardie, palpitations

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Dyspnée

Problèmes gastro-intestinaux

Vomissements, nausées. la diarrhée

Troubles hépatobiliaires

Hépatite

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Œdème angioneurotique, éruption médicamenteuse fixe, prurit, éruption cutanée, urticaire

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Myalgie, arthralgie

Troubles rénaux et urinaires

Dysurie, rétention urinaire

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Œdème

Enquêtes

Poids augmenté, tests anormaux de la fonction hépatique

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté par le biais du programme de cartes jaunes sur www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Symptômes

Les symptômes observés après un surdosage de lévocétirizine sont principalement associés à des effets CAN ou à des effets pouvant suggérer un effet anticholinergique.

Les effets indésirables signalés après un apport d’au moins 5 fois la dose journalière recommandée sont: confusion, diarrhée, vertiges, fatigue, mal de tête, malaise, mydriase, prurit, agitation, sédation, somnolence, stupeur, tachycardie, tremblements et rétention urinaire.

Gestion des surdoses

Il n’existe aucun antidote spécifique connu à la lévocétirizine.

En cas de surdosage, un traitement symptomatique ou de soutien est recommandé. Un lavage gastrique peut être envisagé peu de temps après l’ingestion du médicament.

La lévocétirizine n’est pas efficacement éliminée par dialyse.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Antihistaminique à usage systémique, dérivés de la pipérazine, code ATC: R06A E09

Mécanisme d’action

La lévocétirizine, l’énantiomère (R) de la cétirizine, est un antagoniste puissant et sélectif des récepteurs H1 périphériques.

Effets pharmacodynamiques

Des études de liaison ont révélé que la lévocétirizine a une forte affinité pour les récepteurs H1 humains (Ki = 3,2 nmol / l). La lévocétirizine a une affinité deux fois plus élevée que celle de la cétirizine (Ki = 6,3 nmol / l). La lévocétirizine se dissocie des récepteurs H1 avec une demi-vie de 115 ± 38 min. Après administration unique, la lévocétirizine montre un taux d’occupation des récepteurs de 90% à 4 heures et de 57% à 24 heures.

Des études pharmacodynamiques effectuées chez des volontaires sains ont démontré qu’à la moitié de la dose, la lévocétirizine a une activité comparable à celle de la cétirizine, tant dans la peau que dans le nez.

L’activité pharmacodynamique de la lévocétirizine a été étudiée dans des essais contrôlés randomisés:

Dans une étude comparant les effets de la lévocétirizine 5mg, de la desloratadine 5mg et d’un placebo sur la papule et l’éblouissement induits par l’histamine, le traitement par lévocétirizine a entraîné une diminution significative de la formation de papules et érythèmes, au cours des 12 premières heures. 0,001) par rapport au placebo et à la desloratadine.

Le début de l’action de la lévocétirizine 5 mg dans le contrôle des symptômes induits par le pollen a été observé 1 heure après la prise du médicament dans des essais contrôlés contre placebo dans le modèle de la chambre de provocation allergénique.

Des études in vitro (chambres de Boyden et techniques de couches cellulaires) montrent que la lévocétirizine inhibe la migration transendothéliale des éosinophiles induite par l’éotaxine à travers les cellules dermiques et pulmonaires. Une étude pharmacodynamique expérimentale in vivo (technique de la peau) a montré trois effets inhibiteurs principaux de la lévocétirizine 5 mg dans les 6 premières heures de réaction induite par le pollen comparé au placebo chez 14 patients adultes: inhibition de la libération de VCAM-1, modulation de la perméabilité vasculaire et une diminution du recrutement des éosinophiles.

Efficacité clinique et sécurité

L’efficacité et l’innocuité de la lévocétirizine ont été démontrées dans plusieurs essais cliniques en double aveugle, contrôlés par placebo, menés chez des patients adultes souffrant de rhinite allergique saisonnière, de rhinite allergique pérenne ou de rhinite allergique persistante. Il a été démontré que la lévocétirizine améliore significativement les symptômes de la rhinite allergique, y compris l’obstruction nasale dans certaines études.

Une étude clinique de 6 mois chez 551 patients adultes (dont 276 patients traités par lévocétirizine) souffrant de rhinite allergique persistante (symptômes présents 4 jours par semaine pendant au moins 4 semaines consécutives) et sensibilisée aux acariens et pollens de graminées a montré que la lévocétirizine 5 mg était cliniquement et statistiquement significativement plus puissant que le placebo sur le soulagement du score symptomatique total de la rhinite allergique pendant toute la durée de l’étude, sans tachyphylaxie. Pendant toute la durée de l’étude, la lévocétirizine a significativement amélioré la qualité de vie des patients.

Population pédiatrique

L’innocuité et l’efficacité pédiatriques des comprimés de lévocétirizine ont été étudiées dans le cadre de deux essais cliniques contrôlés contre placebo, portant respectivement sur des patients âgés de 6 à 12 ans et souffrant de rhinite allergique saisonnière et pérenne. Dans les deux essais, la lévocétirizine a significativement amélioré les symptômes et amélioré la qualité de vie liée à la santé.

Chez les enfants de moins de 6 ans, l’innocuité clinique a été établie à partir de plusieurs études thérapeutiques à court ou à long terme:

– un essai clinique dans lequel 29 enfants de 2 à 6 ans atteints de rhinite allergique ont été traités par la lévocétirizine 1,25 mg deux fois par jour pendant 4 semaines

– un essai clinique dans lequel 114 enfants âgés de 1 à 5 ans atteints de rhinite allergique ou d’urticaire chronique idiopathique ont été traités avec 1,25 mg de lévocétirizine deux fois par jour pendant 2 semaines

– un essai clinique au cours duquel 45 enfants âgés de 6 à 11 mois atteints de rhinite allergique ou d’urticaire chronique idiopathique ont reçu 1,25 mg de lévocétirizine une fois par jour pendant 2 semaines

– un essai clinique à long terme (18 mois) chez 255 sujets atopiques traités par la lévocétirizine âgés de 12 à 24 mois à l’inclusion

Le profil d’innocuité était similaire à celui observé dans les études à court terme menées chez les enfants de 1 à 5 ans.

Dans un essai clinique contrôlé contre placebo incluant 166 patients souffrant d’urticaire chronique idiopathique, 85 patients ont été traités avec un placebo et 81 patients avec 5 mg de lévocétirizine une fois par jour pendant six semaines. Le traitement par la lévocétirizine a entraîné une diminution significative de la sévérité du prurit au cours de la première semaine et pendant toute la durée du traitement par rapport au placebo. La lévocétirizine a également entraîné une amélioration plus importante de la qualité de vie liée à la santé, telle qu’évaluée par l’indice de qualité de vie en dermatologie par rapport au placebo.

L’urticaire chronique idiopathique a été étudiée comme modèle pour les conditions urticariennes. Puisque la libération d’histamine est un facteur causal dans les maladies urticariennes, la lévocétirizine devrait être efficace pour soulager les symptômes d’autres affections urticariennes, en plus de l’urticaire chronique idiopathique.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

La pharmacocinétique de la lévocétirizine est linéaire ou indépendante de la dose et du temps, avec une faible variabilité inter-individuelle. Le profil pharmacocinétique est le même lorsqu’il est administré sous forme d’énantiomère unique ou lorsqu’il est administré sous forme de cétirizine. Aucune inversion chirale ne se produit pendant le processus d’absorption et d’élimination.

Absorption

La lévocétirizine est rapidement et largement absorbée après administration orale. Les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes 0,9 h après l’administration. L’état d’équilibre est atteint après deux jours. Les concentrations maximales sont généralement de 270 ng / ml et de 308 ng / ml après une dose unique et une dose répétée de 5 mg, respectivement. L’étendue de l’absorption est indépendante de la dose et n’est pas altérée par les aliments, mais la concentration maximale est réduite et retardée.

Distribution:

Aucune donnée sur la distribution tissulaire n’est disponible chez l’homme, ni concernant le passage de la lévocétirizine à travers la barrière hémato-encéphalique. Chez le rat et le chien, les concentrations tissulaires les plus élevées se retrouvent dans le foie et les reins, les plus faibles dans le compartiment du SNC.

Chez l’homme, la lévocétirizine est liée à 90% aux protéines plasmatiques. La distribution de la lévocétirizine est restrictive, le volume de distribution étant de 0,4 l / kg.

Biotransformation

L’étendue du métabolisme de la lévocétirizine chez l’humain est inférieure à 14% de la dose et, par conséquent, les différences résultant du polymorphisme génétique ou de la prise concomitante d’inhibiteurs enzymatiques devraient être négligeables. Les voies métaboliques comprennent l’oxydation aromatique, la N- et O-désalkylation et la conjugaison de la taurine. Les voies de dealkylation sont principalement médiées par le CYP 3A4 tandis que l’oxydation aromatique implique des isoformes de CYP multiples et / ou non identifiées. La lévocétirizine n’a eu aucun effet sur les activités des isoenzymes CYP 1A2, 2C9, 2C19, 2D6, 2E1 et 3A4 à des concentrations bien supérieures aux concentrations maximales atteintes après une dose orale de 5 mg.

En raison de son faible métabolisme et de l’absence de potentiel d’inhibition métabolique, l’interaction de la lévocétirizine avec d’autres substances, ou vice versa, est peu probable.

Élimination

La demi-vie plasmatique chez l’adulte est de 7,9 ± 1,9 heures. La clairance corporelle totale apparente moyenne est de 0,63 ml / min / kg. La principale voie d’excrétion de la lévocétirizine et de ses métabolites est l’urine, qui représente en moyenne 85,4% de la dose. L’excrétion via les fèces ne représente que 12,9% de la dose. La lévocétirizine est excrétée à la fois par filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire active.

Insuffisance rénale

La clairance corporelle apparente de la lévocétirizine est corrélée à la clairance de la créatinine. Il est donc recommandé d’ajuster les intervalles de dosage de la lévocétirizine, en fonction de la clairance de la créatinine chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée et sévère. Chez les sujets atteints de maladie rénale en phase terminale anurique, la clairance corporelle totale est réduite d’environ 80% par rapport aux sujets normaux. La quantité de lévocétirizine éliminée au cours d’une procédure d’hémodialyse standard de 4 heures était <10%.

Insuffisance hépatique

La pharmacocinétique de la lévocétirizine chez les sujets atteints d’insuffisance hépatique n’a pas été testée. Les patients atteints de maladies hépatiques chroniques (cirrhose hépatocellulaire, cholestatique et biliaire) recevant 10 ou 20 mg de cetirizine sous forme de dose unique présentaient une augmentation de 50% de la demi-vie et une diminution de la clairance de 40% par rapport aux sujets sains.

Population pédiatrique

Les données d’une étude pharmacocinétique pédiatrique avec administration orale d’une dose unique de 5 mg de lévocétirizine chez 14 enfants âgés de 6 à 11 ans et pesant entre 20 et 40 kg montrent que les valeurs C max et AUC sont environ 2 fois supérieures à celles rapportées chez des sujets adultes en bonne santé dans une comparaison inter-étude. La C max moyenne était de 450 ng / ml, survenant au temps moyen de 1,2 heures, la clairance corporelle totale normalisée par rapport au poids était supérieure de 30% et la demi-vie d’élimination 24% plus courte dans cette population pédiatrique que chez les adultes. Des études pharmacocinétiques dédiées n’ont pas été menées chez des patients pédiatriques âgés de moins de 6 ans. Une analyse pharmacocinétique de population rétrospective a été réalisée chez 324 sujets (181 enfants de 1 à 5 ans, 18 enfants de 6 à 11 ans et 124 adultes de 18 à 55 ans) ayant reçu des doses uniques ou multiples de lévocétirizine allant de 1,25 mg à 30 mg. Les données générées par cette analyse indiquent que l’administration de 1,25 mg une fois par jour à des enfants de 6 mois à 5 ans devrait entraîner des concentrations plasmatiques similaires à celles des adultes recevant 5 mg une fois par jour.

Patients âgés

Des données pharmacocinétiques limitées sont disponibles chez les sujets âgés. Après administration orale répétée une fois par jour de 30 mg de lévocétirizine pendant 6 jours chez 9 sujets âgés (de 65 à 74 ans), la clairance corporelle totale était d’environ 33% inférieure à celle observée chez les adultes plus jeunes. Il a été démontré que la disposition de la cétirizine racémique dépend de la fonction rénale plutôt que de l’âge. Cette constatation serait également applicable à la lévocétirizine, car la lévocétirizine et la cétirizine sont toutes deux excrétées principalement dans l’urine. Par conséquent, la dose de lévocétirizine doit être ajustée en fonction de la fonction rénale chez les patients âgés.

Le genre

Les résultats pharmacocinétiques de 77 patients (40 hommes, 37 femmes) ont été évalués pour l’effet potentiel du sexe. La demi-vie était légèrement plus courte chez les femmes (7,08 ± 1,72 h) que chez les hommes (8,62 ± 1,84 h); cependant, la clairance orale ajustée selon le poids corporel chez les femmes (0,67 ± 0,16 ml / min / kg) semble être comparable à celle chez les hommes (0,59 ± 0,12 ml / min / kg). Les mêmes doses quotidiennes et intervalles de dosage sont applicables pour les hommes et les femmes avec la fonction rénale normale.

Course

L’effet de la race sur la lévocétirizine n’a pas été étudié. Comme la lévocétirizine est principalement excrétée par voie rénale et qu’il n’y a pas de différences raciales importantes dans la clairance de la créatinine, les caractéristiques pharmacocinétiques de la lévocétirizine ne devraient pas être différentes d’une race à l’autre. Aucune différence liée à la race dans la cinétique de la cétirizine racémique n’a été observée.

Relation pharmacocinétique / pharmacodynamique

L’action sur les réactions cutanées induites par l’histamine était déphasée par rapport aux concentrations plasmatiques.

Les ECG n’ont pas montré d’effets significatifs de la lévocétirizine sur l’intervalle QT

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, toxicologie en administration répétée, génotoxicité, cancérogénèse, et des fonctions de reproduction, n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Noyau de comprimé

Lactose monohydraté

Cellulose microcristalline

Stéarate de magnésium (E572)

Film-revêtement

Hypromellose (E464)

Dioxyde de titane (E171)

Macrogol 400

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

3 années

6.4 Précautions particulières de conservation

Conserver dans l’emballage d’origine afin de protéger de l’humidité

6.5 Nature et contenu de l’emballage

PVC / PVDC: Al blisters ou oPA / Al / PVC: Blisters Al

Pack tailles:

Plaquettes thermoformées contenant 7, 10, 14, 15, 20, 21, 28, 30, 40, 50, 56, 60, 70, 90, 100, 112 ou 120 comprimés

Plaquettes thermoformées à dose unitaire contenant: 30×1 comprimés

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières

7. Titulaire de l’autorisation

Mylan, Potters Bar, Hertfordshire, EN6 1TL, Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 04569/1197

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

14/04/2011

10. Date de révision du texte

22 juillet 2016