Lercanidipine hydrochloride 10 mg comprimé pelliculé


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Lercanidipine Hydrochloride 10 mg comprimé pelliculé

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé pelliculé contient 10 mg de chlorhydrate de lercanidipine, équivalent à 9,4 mg de lercanidipine.

Excipient à effet connu:

Chaque comprimé pelliculé de 10 mg contient 30 mg de lactose monohydraté

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimé pelliculé

Comprimés pelliculés jaunes, ronds, biconvexes, de 6,5 mm, marqués d’un côté, portant l’inscription «L» de l’autre côté.

La ligne de score est seulement pour faciliter la rupture pour faciliter la déglutition et ne pas diviser en doses égales.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Le chlorhydrate de lercanidipine est indiqué pour le traitement de l’hypertension essentielle légère à modérée.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

La posologie recommandée est de 10 mg par voie orale une fois par jour au moins 15 minutes avant les repas; la dose peut être augmentée à 20 mg en fonction de la réponse individuelle du patient.

Le dosage de dose devrait être graduel, parce que cela peut prendre environ 2 semaines avant que l’effet antihypertenseur maximal soit apparent.

Certaines personnes, qui ne sont pas suffisamment contrôlées par un seul antihypertenseur, peuvent bénéficier de l’ajout de la lercandipine à un traitement par un bêta-bloquant, un diurétique (hydrochlorothiazide) ou un inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine.

Comme la courbe dose-réponse est raide avec un plateau à des doses comprises entre 20 et 30 mg, il est peu probable que l’efficacité soit améliorée par des doses plus élevées; alors que les effets secondaires peuvent augmenter.

Personnes âgées

Bien que les données pharmacocinétiques et l’expérience clinique suggèrent qu’aucun ajustement de la posologie quotidienne n’est nécessaire, des précautions particulières doivent être prises lors de l’initiation du traitement chez les personnes âgées.

Population pédiatrique

La lercanidipine n’est pas recommandée chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans car il n’y a pas d’expérience clinique.

Insuffisance rénale ou hépatique

Des précautions particulières doivent être prises lors du début du traitement chez les patients présentant un dysfonctionnement rénal ou hépatique léger à modéré. Bien que le schéma posologique habituellement recommandé puisse être toléré par ces sous-groupes, une augmentation de la dose jusqu’à 20 mg par jour doit être envisagée avec prudence. L’effet antihypertenseur peut être augmenté chez les patients atteints d’insuffisance hépatique et, par conséquent, un ajustement de la posologie doit être envisagé.

La lercanidipine n’est pas recommandée chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère ou une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <30 ml / min).

Méthode d’administration

Pour usage oral

Les comprimés doivent être pris avec de l’eau au moins 15 minutes avant un repas.

4.3 Contre-indications

– Hypersensibilité à la substance active, à toute dihydropyridine ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

– Obstruction du canal d’éjection ventriculaire gauche.

– Insuffisance cardiaque congestive non traitée.

– L’angine de poitrine instable.

– Dans un mois d’un infarctus du myocarde.

– Insuffisance rénale ou hépatique sévère.

– Co-administration avec:

puissants inhibiteurs du CYP3A4 (voir rubrique 4.5),

la cyclosporine (voir la section 4.5),

le jus de pamplemousse (voir section 4.5).

– Grossesse et allaitement (voir rubrique 4.6).

– Femmes en âge de procréer à moins qu’une contraception efficace soit utilisée.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Maladie du sinus

Des précautions particulières doivent être prises lorsque la lercanidipine est utilisée chez les patients présentant un syndrome sinusal (si un stimulateur cardiaque n’est pas installé sur place). Bien que les études hémodynamiques contrôlées n’ont révélé aucune altération de la fonction ventriculaire, des précautions sont également requises chez les patients présentant un dysfonctionnement ventriculaire gauche. Il a été suggéré que certaines dihydropyridines à action brève pourraient être associées à un risque cardiovasculaire accru chez les patients atteints de cardiopathie ischémique. Bien que la lercanidipine soit à action prolongée, la prudence s’impose chez ces patients.

Angine de poitrine

Certaines dihydropyridines peuvent rarement entraîner une douleur précordiale ou une angine de poitrine. Très rarement, les patients souffrant d’angine de poitrine préexistante peuvent ressentir une augmentation de la fréquence, de la durée ou de la gravité de ces crises.

Des cas isolés d’infarctus du myocarde peuvent être observés (voir rubrique 4.8).

Utilisation en cas de dysfonctionnement rénal ou hépatique:

Des précautions particulières doivent être prises lors du début du traitement chez les patients présentant un dysfonctionnement rénal ou hépatique léger à modéré. Bien que le schéma posologique habituellement recommandé puisse être toléré par ces sous-groupes, une augmentation de la dose jusqu’à 20 mg par jour doit être envisagée avec prudence. L’effet antihypertenseur peut être augmenté chez les patients atteints d’insuffisance hépatique et, par conséquent, un ajustement de la posologie doit être envisagé.

La lercanidipine n’est pas recommandée chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère ou chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <30 ml / min) (voir rubrique 4.2).

De l’alcool

L’alcool doit être évité car il peut potentialiser l’effet des médicaments antihypertenseurs vasodilatateurs (voir rubrique 4.5).

Inducteurs du CYP3A4

Les inducteurs du CYP3A4 comme les anticonvulsivants (par exemple la phénytoïne, la carbamazépine) et la rifampicine peuvent réduire les concentrations plasmatiques de la lercanidipine et, par conséquent, l’efficacité de la lercanidipine peut être inférieure à celle attendue (voir rubrique 4.5).

Excipients

Ce médicament contient du lactose monohydraté. Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Interactions métaboliques

La lercanidipine est connue pour être métabolisée par l’enzyme CYP3A4 et, par conséquent, les inhibiteurs et les inducteurs du CYP3A4 administrés simultanément peuvent interagir avec le métabolisme et l’élimination de la lercanidipine.

Inhibiteurs du CYP3A4

L’administration concomitante de lercanidipine et d’inhibiteurs du CYP3A4 (p. Ex. Kétoconazole, itraconazole, ritonavir, érythromycine, troléandomycine) devrait être évitée. Une étude d’interaction avec un inhibiteur puissant du CYP3A4, le kétoconazole, a montré une augmentation considérable des taux plasmatiques de lercanidipine (une augmentation de 15 fois de l’ASC et une augmentation de 8 fois la C max de l’eutomère S-lercanidipine).

Des concentrations plasmatiques accrues de lercanidipine et de ciclosporine ont été observées après l’administration concomitante. Une étude chez de jeunes volontaires sains a montré que lorsque la ciclosporine était administrée 3 heures après la prise de lercanidipine, les taux plasmatiques de lercanidipine ne changeaient pas, alors que l’ASC de la ciclosporine augmentait de 27%. Cependant, la co-administration de lercanidipine avec la ciclosporine a provoqué une augmentation de 3 fois des taux plasmatiques de lercanidipine et une augmentation de 21% de l’ASC de la ciclosporine. La ciclosporine et la lercanidipine ne doivent pas être administrées ensemble.

Comme pour les autres dihydropyridines, la lercanidipine est sensible à l’inhibition du métabolisme par le jus de pamplemousse, avec pour conséquence une augmentation de sa disponibilité systémique et une augmentation de l’effet hypotenseur. La lercanidipine ne doit pas être prise avec du jus de pamplemousse.

Lors de l’administration concomitante à 20 mg de midazolam po à des volontaires âgés, l’absorption de la lercanidipine a augmenté (d’environ 40%) et le taux d’absorption a été diminué (t max a été retardé de 1,75 à 3 heures). Les concentrations de midazolam n’ont pas été modifiées.

Inducteurs du CYP3A4

L’administration concomitante de lercanidipine et d’inducteurs du CYP3A4 comme les anticonvulsivants (p. Ex. Phénytoïne, carbamazépine) et la rifampicine doit être envisagée avec prudence, car l’effet antihypertenseur peut être réduit et la pression artérielle doit être surveillée plus fréquemment que d’habitude.

Substrats du CYP3A4

Des précautions doivent être prises lorsque la lercanidipine est co-prescrite avec d’autres substrats du CYP3A4, comme la terfénadine, l’astémizole, des antiarythmiques de classe III tels que l’amiodarone, la quinidine.

L’administration concomitante de 20 mg de lercanidipine chez des patients traités de manière chronique par la b-méthyldigoxine n’a montré aucun signe d’interaction pharmacocinétique. Des volontaires sains traités par la digoxine après l’administration de 20 mg de lercanidipine à jeun ont montré une augmentation moyenne de 33% de la digoxine C max , tandis que l’ASC et la clairance rénale n’étaient pas significativement modifiées. Les patients recevant un traitement concomitant par la digoxine doivent être étroitement surveillés cliniquement afin de détecter tout signe de toxicité de la digoxine.

L’administration concomitante de 800 mg de cimétidine par jour ne provoque pas de modifications significatives des taux plasmatiques de lercanidipine, mais à des doses plus élevées, il faut être prudent car la biodisponibilité et l’effet hypotenseur de la lercanidipine peuvent être augmentés.

Une étude d’interaction avec la fluoxétine (un inhibiteur du CYP2D6 et du CYP3A4), réalisée chez des volontaires âgés de 65 ± 7 ans (moyenne ± sd), n’a montré aucune modification cliniquement significative de la pharmacocinétique de la lercanidipine.

La co-administration de 20 mg de lercanidipine à des volontaires sains à jeun n’a pas modifié la pharmacocinétique de la warfarine.

De l’alcool

L’alcool doit être évité car il peut potentialiser l’effet des médicaments antihypertenseurs vasodilatateurs (voir rubrique 4.4).

Autres interactions

Lorsque la lercanidipine était co-administrée avec le métoprolol, le β-bloquant éliminé principalement par le foie, la biodisponibilité du métoprolol n’était pas modifiée alors que celle de la lercanidipine était réduite de 50%. Cet effet peut être dû à la réduction du flux sanguin hépatique causée par les β-bloquants et peut donc se produire avec d’autres médicaments de cette classe. Par conséquent, la lercanidipine peut être administrée en toute sécurité avec des médicaments bloquant les récepteurs bêta-adrénergiques, mais un ajustement de la dose peut être nécessaire.

Lorsqu’une dose de 20 mg de lercanidipine a été co-administrée de façon répétée avec 40 mg de simvastatine, l’ASC de la lercanidipine n’a pas été significativement modifiée, alors que l’ASC de la simvastatine a augmenté de 56% et celle de son métabolite actif β-hydroxyacide de 28%. Il est peu probable que de tels changements soient d’intérêt clinique. Aucune interaction n’est attendue lorsque la lercanidipine est administrée le matin et la simvastatine le soir, comme indiqué pour ce médicament.

La lercanidipine a été administrée en toute sécurité avec des diurétiques et des inhibiteurs de l’ECA.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’y a pas de données adéquates sur l’utilisation de la lercanidipine chez les femmes enceintes. Les données non cliniques ne fournissent aucune preuve d’un effet tératogène chez le rat et le lapin et les performances de reproduction chez le rat ne sont pas altérées. Puisque d’autres composés de dihydropyridine ont été trouvés tératogènes chez les animaux, la lercanidipine ne devrait pas être administrée pendant la grossesse ou aux femmes en âge de procréer, à moins qu’une contraception efficace soit utilisée.

Lactation

En raison de la lipophilie élevée de la lercanidipine, on peut s’attendre à une distribution dans le lait. Par conséquent, il ne devrait pas être administré aux mères qui allaitent.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

La lercanidipine n’a aucun effet ou qu’un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Cependant, des précautions doivent être prises car des étourdissements, une asthénie, de la fatigue et rarement de la somnolence peuvent survenir.

4.8 Effets indésirables

Environ 1,8% des patients traités ont présenté des effets indésirables.

Le tableau ci-dessous montre l’incidence des réactions indésirables au médicament, au moins possiblement liées à la cause, regroupées selon la classification du système d’organes MedDRA, et classées par fréquence (rare, rare).

Comme le montre le tableau, les réactions indésirables les plus courantes signalées dans les essais cliniques contrôlés sont les céphalées, les étourdissements, l’œdème périphérique, la tachycardie, les palpitations, les bouffées vasomotrices, survenant chez moins de 1% des patients.

MedDRA System Organ Class

La fréquence

Effets indésirables du médicament

Troubles du système immunitaire

Très rare (<1/10 000)

hypersensibilité

Troubles psychiatriques

Rare (> 1/10 000 <1/1000)

somnolence

Troubles du système nerveux

Peu fréquent (> 1/1000 <1/100)

mal de tête; vertiges

Troubles cardiaques

Rare (> 1/10 000 <1/1000)

Peu fréquent (> 1/1000 <1/100)

angine de poitrine

tachycardie; palpitations

Troubles vasculaires

Peu fréquent (> 1/1000 <1/100)

Très rare (<1/10 000)

rinçage

syncope

Problèmes gastro-intestinaux

Rare (> 1/10 000 <1/1000)

la nausée; dyspepsie; la diarrhée; douleur abdominale; vomissement

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Rare (> 1/10 000 <1/1000)

téméraire

Troubles musculo-squelettiques, du tissu conjonctif et des os

Rare (> 1/10 000 <1/1000)

myalgie

Troubles rénaux et urinaires

Rare (> 1/10 000 <1/1000)

polyurie

Troubles généraux et conditions du site d’administration

Peu fréquent (> 1/1000 <1/100)

Rare (> 1/10 000 <1/1000)

oedème périphérique

asthénie; fatigue

Au cours de la phase post-commercialisation, les effets indésirables suivants ont été rapportés très rarement (<1/10 000): hypertrophie gingivale, augmentation réversible des taux sériques de transaminases hépatiques, hypotension, fréquence urinaire et douleurs thoraciques.

Certaines dihydropyridines peuvent rarement entraîner une douleur précordiale ou une angine de poitrine. Très rarement, les patients souffrant d’angine de poitrine préexistante peuvent ressentir une augmentation de la fréquence, de la durée ou de la gravité de ces crises. Des cas isolés d’infarctus du myocarde peuvent être observés.

La lercanidipine ne semble pas influencer négativement les niveaux de sucre dans le sang ou de lipides sériques.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune: www.mhra.gov.uk/yellowcard

4.9 Surdosage

Dans l’expérience post-commercialisation, trois cas de surdosage ont été rapportés (150 mg, 280 mg et 800 mg de lercanidipine, respectivement, ingérés dans une tentative de suicide).

Niveau de dose

Signes / Symptômes

La gestion

Résultat

150 mg + quantité d’alcool non définie

Envie de dormir

Lavage gastrique

Charbon actif

Rétabli

280 mg + 5,6 mg de moxonidine

Choc cardiogénique

Ischémie myocardique sévère

Insuffisance rénale légère

Catécholamines à haute dose

Furosémide

Digitale

Expanseurs plasmatiques parentéraux

Rétabli

800 mg

Émèse

Hypotension

Charbon actif

Cathartics

Dopamine iv

Rétabli

On peut s’attendre à ce qu’un surdosage provoque une vasodilatation périphérique excessive accompagnée d’hypotension marquée et d’une tachycardie réflexe. En cas d’hypotension sévère, de bradycardie et d’inconscience, un soutien cardiovasculaire pourrait être utile, avec de l’atropine par voie intraveineuse pour la bradycardie.

Compte tenu de l’effet pharmacologique prolongé de la lercanidipine, il est essentiel que l’état cardiovasculaire des patients qui prennent un surdosage soit surveillé pendant au moins 24 heures. Il n’y a pas d’information sur la valeur de la dialyse. Étant donné que la substance active est hautement lipophile, il est très probable que les taux plasmatiques ne soient pas indicatifs de la durée de la période de risque et que la dialyse ne soit pas efficace.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: inhibiteurs sélectifs des canaux calciques ayant principalement des effets vasculaires

Code ATC: C08CA13

Lercanidipine est un antagoniste du calcium du groupe dihydropyridine et inhibe l’influx transmembranaire de calcium dans le muscle cardiaque et lisse. Le mécanisme de son action antihypertensive est dû à un effet relaxant direct sur le muscle lisse vasculaire, abaissant ainsi la résistance périphérique totale. Malgré sa courte demi-vie plasmatique pharmacocinétique, la lercanidipine est dotée d’une activité antihypertensive prolongée en raison de son coefficient de partage membranaire élevé et est dépourvue d’effets inotropes négatifs en raison de sa forte sélectivité vasculaire.

Puisque la vasodilatation induite par la lercanidipine est progressive, une hypotension aiguë avec tachycardie réflexe a rarement été observée chez les patients hypertendus.

Comme pour les autres 1,4-dihydropyridines asymétriques, l’activité antihypertensive de la lercanidipine est principalement due à son (S) -énantiomère.

En plus des études cliniques menées à l’appui des indications thérapeutiques, une autre petite étude non contrôlée mais randomisée de patients présentant une hypertension sévère (pression diastolique ± SD moyenne de 114,5 ± 3,7 mmHg) a montré que la pression artérielle était normalisée dans 40% des cas. patients recevant 20 mg une fois par jour et chez 56% des 25 patients recevant 10 mg deux fois par jour de lercanidipine. Dans une étude contrôlée randomisée en double aveugle contre placebo chez des patients présentant une hypertension systolique isolée, la lercanidipine a été efficace pour abaisser la pression artérielle systolique à partir de valeurs initiales moyennes de 172,6 ± 5,6 mmHg à 140,2 ± 8,7 mmHg.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

La lercanidipine est complètement absorbée après administration orale de 10 à 20 mg et les concentrations plasmatiques maximales, 3,30 ng / ml ± 2,09 sd et 7,66 ng / ml ± 5,90 sd respectivement, surviennent environ 1,5-3 heures après l’administration.

Les deux énantiomères de la lercanidipine présentent un profil plasmatique similaire: le pic de concentration plasmatique est le même, la concentration plasmatique maximale et l’ASC sont en moyenne 1,2 fois plus élevées pour l’énantiomère (S) et les demi-vies d’élimination de les deux énantiomères sont essentiellement les mêmes. Aucune interconversion “in vivo” des énantiomères n’est observée.

En raison du métabolisme de premier passage élevé, la biodisponibilité absolue de la lercanidipine administrée par voie orale aux patients nourris est d’environ 10%, bien qu’elle soit réduite à 1/3 lorsqu’elle est administrée à des volontaires sains à jeun.

L’administration orale de lercanidipine entraîne des taux plasmatiques de lercanidipine qui ne sont pas directement proportionnels au dosage (cinétique non linéaire). Après 10, 20 ou 40 mg, les concentrations plasmatiques maximales observées étaient dans le rapport 1: 3: 8 et les régions sous courbes de concentration plasmatique dans le rapport 1: 4: 18, suggérant une saturation progressive du métabolisme de premier passage. En conséquence, la disponibilité augmente avec l’élévation du dosage.

La disponibilité orale de la lercanidipine augmente de 4 fois lorsque la lercanidipine est ingérée jusqu’à 2 heures après un repas riche en graisses. En conséquence, la lercanidipine doit être prise avant les repas.

Distribution

La distribution du plasma aux tissus et aux organes est rapide et étendue.

Le degré de liaison de la lercanidipine aux protéines sériques dépasse 98%. Étant donné que les taux de protéines plasmatiques sont réduits chez les patients présentant un dysfonctionnement rénal ou hépatique sévère, la fraction libre du médicament peut être augmentée.

Biotransformation

La lercanidipine est largement métabolisée par le CYP3A4; aucun médicament parent n’est trouvé dans l’urine ou les fèces. Il est principalement converti en métabolites inactifs et environ 50% de la dose est excrétée dans l’urine.

Des expériences in vitro avec des microsomes hépatiques humains ont montré que la lercanidipine présente un certain degré d’inhibition du CYP3A4 et du CYP2D6, respectivement à des concentrations de 160 et 40 fois supérieures à celles atteintes au pic plasmatique après la dose de 20 mg.

De plus, des études d’interactions chez l’homme ont montré que la lercanidipine ne modifiait pas les taux plasmatiques du midazolam, un substrat typique du CYP3A4, ou du métoprolol, un substrat typique du CYP2D6. Par conséquent, l’inhibition de la biotransformation des médicaments métabolisés par le CYP3A4 et le CYP2D6 par la lercanidipine n’est pas attendue aux doses thérapeutiques.

Élimination

L’élimination se produit essentiellement par biotransformation.

Une demi-vie d’élimination terminale moyenne de 8-10 heures a été calculée et l’activité thérapeutique dure 24 heures en raison de sa forte liaison à la membrane lipidique. Aucune accumulation n’a été observée lors d’une administration répétée.

Personnes âgées, insuffisance rénale et hépatique

Chez les patients âgés et chez les patients présentant un dysfonctionnement rénal léger à modéré ou une insuffisance hépatique légère à modérée, le comportement pharmacocinétique de la lercanidipine s’est révélé similaire à celui observé dans la population générale de patients; les patients avec un dysfonctionnement rénal sévère ou des patients dépendants de la dialyse ont montré des niveaux plus élevés (environ 70%) du médicament. Chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée à sévère, la biodisponibilité systémique de la lercanidipine est susceptible d’être augmentée puisque le médicament est normalement largement métabolisé dans le foie.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les études pharmacologiques de sécurité chez les animaux n’ont montré aucun effet sur le système nerveux autonome, le système nerveux central ou sur la fonction gastro-intestinale aux doses antihypertensives.

Les effets pertinents qui ont été observés dans des études à long terme chez le rat et le chien étaient liés, directement ou indirectement, aux effets connus de doses élevées d’antagonistes de Ca, reflétant principalement une activité pharmacodynamique exagérée.

La lercanidipine n’était pas génotoxique et ne présentait aucun signe de danger cancérogène. La fertilité et la performance de reproduction générale chez les rats n’ont pas été affectées par le traitement par la lercanidipine.

Il n’y avait aucune preuve d’effet tératogène chez les rats et les lapins; cependant, chez les rats, la lercanidipine administrée à des doses élevées a induit des pertes avant et après l’implantation et retardé le développement du fœtus.

Le chlorhydrate de lercanidipine, lorsqu’il était administré à une dose élevée (12 mg / kg / jour) pendant le travail, provoquait une dystocie.

La distribution de la lercanidipine et / ou de ses métabolites chez les femelles gravides et leur excrétion dans le lait maternel n’ont pas été étudiées.

Les métabolites n’ont pas été évalués séparément dans les études de toxicité.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Noyau de comprimé:

Stéarate de magnésium

Povidone

Glycolate d’amidon sodique (type A)

Lactose monohydraté

Cellulose microcristalline

Film-revêtement:

Macrogol

Alcool polyvinylique partiellement hydrolysé

Talc

Dioxyde de titane (E 171)

Oxyde de fer jaune (E 172)

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

3 années

6.4 Précautions particulières de conservation

Blister Al / PVC: Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C. Conserver dans l’emballage d’origine afin de protéger de l’humidité.

Bouteilles HDPE: Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C. Conserver dans l’emballage d’origine afin de protéger de l’humidité.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Blister (Aluminium / PVC) avec feuille à pousser.

Blister (Aluminium / PVdC) avec feuille à pousser.

Bouteille (paquet de HDPE) avec des chapeaux de LDPE

Pack tailles:

Blisters:

14, 20, 28, 30, 50, 56, 98, 100 comprimés pelliculés

Bouteilles

14, 25, 28, 30, 50, 56, 84, 90, 98, 100, 112 comprimés pelliculés

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Generics [UK] Limitée t / a Mylan, Station Close, Potters Bar, Hertfordshire

EN6 1TL

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 04569/1097

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

19/06/2009

10. Date de révision du texte

01/06/2017

11 Dosimétrie

LE CAS ÉCHÉANT

12 Instructions pour la préparation de produits radiopharmaceutiques

LE CAS ÉCHÉANT