Isoket retard 40 comprimés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Isoket Retard 40 Comprimés

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 40 mg de dinitrate d’isosorbide dans une formulation à libération prolongée.

Pour les excipients voir 6.1

3. Forme pharmaceutique

Comprimés à libération prolongée.

Blanc avec un score de rupture, marqué IR 40 sur le côté supérieur et avec SCHWARZ PHARMA sur le verso.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Pour la prophylaxie et le traitement de l’angine de poitrine.

4.2 Posologie et mode d’administration

Pour l’administration orale.

Adultes: Un comprimé à prendre une fois par jour sans mâcher et avec une quantité suffisante de liquide. Pour les patients ayant des besoins en nitrates plus élevés, la dose peut être augmentée à un comprimé deux fois par jour; la deuxième dose doit être administrée 6 à 8 heures après la première.

Personnes âgées: L’expérience clinique n’a pas nécessité d’autres conseils chez les patients âgés.

Enfants: L’innocuité et l’efficacité d’Isoket Retard n’ont pas encore été établies.

4.3 Contre-indications

Ce produit ne doit pas être administré aux patients présentant une sensibilité connue aux nitrates (ou à tout autre ingrédient de ce produit), hypotension artérielle, infarctus aigu du myocarde à faible pression de remplissage, anémie marquée, traumatisme crânien, hémorragie cérébrale, insuffisance circulatoire aiguë, hypotension sévère ou hypovolémie.

Il a été démontré que les inhibiteurs de la phosphodiestérase (p. Ex., Le sildénafil) potentialisent les effets hypotenseurs des nitrates, et leur administration conjointe avec des nitrates ou des donneurs d’oxyde nitrique est donc contre-indiquée.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Ces comprimés doivent être utilisés avec prudence chez les patients souffrant d’hypothyroïdie, d’hypothermie, de malnutrition, de maladie hépatique grave ou de maladie rénale.

Les symptômes d’un collapsus circulatoire peuvent survenir après la première dose, en particulier chez les patients ayant une circulation labile.

Ce produit peut provoquer des symptômes d’hypotension orthostatique et de sycope chez certains patients.

Ces comprimés doivent être utilisés avec une prudence particulière et sous surveillance médicale dans les domaines suivants:

Cardiomyopathie hypertrophique obstructive (HOCM), péricardite constrictive, tamponnade cardiaque, pression de remplissage cardiaque faible, sténose valvulaire aortique / mitrale et maladies associées à une pression intracrânienne élevée.

Le traitement avec ces comprimés ne doit pas être interrompu ou arrêté pour prendre des inhibiteurs de phosphodiestearase en raison du risque accru d’induire une crise d’angine de poitrine.

Si ces comprimés ne sont pas pris comme indiqué avec l’intervalle posologique approprié (voir rubrique 4.2), une tolérance au médicament pourrait se développer.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

La prise concomitante de médicaments ayant des propriétés abaissant la tension artérielle, par exemple des bêta-bloquants, des antagonistes du calcium, des vasodilatateurs, etc. et / ou de l’alcool, peut potentialiser l’effet hypotenseur des comprimés. Les symptômes d’un collapsus circulatoire peuvent survenir chez les patients prenant déjà des inhibiteurs de l’ECA.

L’effet hypotenseur des nitrates est potentialisé par l’administration concomitante d’inhibiteurs de la phosphodiestérase (p. Ex. Sildénafil). Cela pourrait également se produire avec des neuroleptiques et des antidépresseurs tricycliques.

Les rapports suggèrent que lorsqu’ils sont administrés de façon concomitante, les nitrates peuvent augmenter le taux sanguin de dihydroergotamine et son effet hypertenseur.

La saprotérine (tétrahydrobiotérine, BH4) est un cofacteur de l’oxyde nitrique synthétase. La prudence est recommandée lors de l’utilisation concomitante du médicament contenant de la saprotérine et de tous les agents qui provoquent la vasodilatation en agissant sur le métabolisme ou l’action du monoxyde d’azote (NO) (par exemple trinitrate de glycéryle (GTN), dinitrate d’isosorbide (ISDN), mononitrate d’isosorbide (ISMN). ) et d’autres).

4.6 Grossesse et allaitement

Ce produit ne doit pas être utilisé pendant la grossesse ou l’allaitement sauf si cela est considéré comme essentiel par le médecin.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Des maux de tête, de la fatigue et des étourdissements peuvent survenir. Ceux-ci peuvent affecter la capacité de conduire et d’utiliser des machines. Les patients ne doivent pas conduire ou utiliser des machines si leur capacité est altérée.

4.8 Effets indésirables

Une réaction indésirable très fréquente (> 10% des patients) à ces comprimés est un mal de tête. L’incidence des maux de tête diminue progressivement avec le temps et l’utilisation continue.

Au début du traitement ou lorsque la posologie est augmentée, une hypotension et / ou une étourdissement au repos sont fréquemment observées (chez 1 à 10% des patients). Ces symptômes peuvent être associés à des étourdissements, de la somnolence, une tachycardie réflexe et une sensation de faiblesse.

Rarement (chez moins de 1% des patients), des nausées, des vomissements, des rougeurs et des réactions cutanées allergiques (par exemple des éruptions cutanées), parfois sévères, peuvent survenir rarement. Dans des cas isolés, une dermatite exfoliatrice peut survenir. Très rarement, le syndrome de Stevens-Johnson ou l’angiodème peuvent survenir.

Des réponses hypotensives sévères ont été rapportées pour les nitrates organiques et comprennent des nausées, des vomissements, de l’agitation, de la pâleur et une transpiration excessive. Un collapsus peu fréquent peut survenir (parfois accompagné d’une bradyarythmie et d’une syncope). Une hypotension inhabituellement sévère peut entraîner une augmentation des symptômes d’angine.

Quelques rapports sur les brûlures d’estomac très probablement dus à une relaxation du sphincter induite par le nitrate ont été enregistrés.

Pendant le traitement avec ces comprimés, une hypoxémie temporaire peut survenir en raison d’une redistribution relative du flux sanguin dans les zones alvéolaires hypoventilées. Cela peut entraîner une hypoxie myocardique chez les patients atteints de coronaropathie.

4.9 Surdosage

Caractéristiques cliniques:

• Chute de tension artérielle ≤ 90 mm Hg, pâleur, transpiration, pouls faible, tachycardie, sensation de tête baissée, maux de tête, faiblesse, vertiges, nausées et vomissements

• Au cours de la biotransformation du monintrate d’isosorbide, des ions nitrite sont libérés, ce qui peut inclure une méthémoglobinémie et une cyanose avec tachypnée subséquente, anxiété, perte de conscience et arrêt cardiaque. Il ne peut être exclu qu’un surdosage de dinitrate d’isosorbide puisse provoquer cette réaction indésirable.

• À très forte dose, la pression intracrânienne peut être augmentée. Cela pourrait entraîner des symptômes cérébraux.

Mesures de soutien

• Arrêtez la prise du médicament

• Procédures générales en cas d’hypotension liée aux nitrates:

– Le patient doit rester horizontal avec la tête baissée et les jambes surélevées

– Fournir de l’oxygène

– Augmenter le volume du plasma

– Pour un traitement de choc spécifique admettre le patient à l’unité de soins intensifs

Procédures spécifiques

• Augmenter la tension artérielle si la pression artérielle est très basse

• Traitement de la méthaglobinémie

– Thérapie de réduction de choix avec de la vitamine C, du bleu de méthylène ou du bleu de toluidine

– Administrer de l’oxygène (si nécessaire)

– Initier la ventilation artificielle

– Hémodialyse (de nécessaire)

• Mesures de réanimation:

En cas de signes d’arrêt respiratoire et circulatoire, initier immédiatement des mesures de réanimation.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Code ATC: C01D A08 (nitrates organiques)

Le dinitrate d’isosorbide provoque une relaxation du muscle lisse vasculaire, induisant ainsi une vasodilatation.

Les artères périphériques et les veines sont relaxées par le dinitrate d’isosorbide. Ce dernier effet favorise la mise en commun veineuse du sang et diminue le retour veineux vers le cœur, réduisant ainsi la pression et le volume ventriculaire en fin de diastole (précharge).

L’action sur artériel, et à des doses plus élevées des vaisseaux artériolaires, réduit la résistance vasculaire systémique (post-charge). Cela réduit le travail cardiaque.

Les effets à la fois sur la précharge et la post-charge conduisent par la suite à une réduction de la consommation d’oxygène du cœur.

De plus, le dinitrate d’isosorbide entraîne une redistribution du flux sanguin vers les régions sous-endocardiques du cœur lorsque la circulation coronaire est partiellement obstruée par des lésions artérioscléreuses. Ce dernier effet est probablement dû à une dilatation sélective des gros vaisseaux coronaires. La dilatation induite par les nitrates des artères collatérales peut améliorer la perfusion du myocarde poststenotique. Les nitrates dilatent également les sténoses excentriques car ils peuvent contrer d’éventuels facteurs de constriction agissant sur l’arche résiduelle du muscle lisse conforme au site du rétrécissement coronarien. En outre, les spasmes coronaires peuvent être relaxés par les nitrates.

Il a été démontré que les nitrates améliorent l’hémodynamique au repos et à l’effort chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque congestive. Dans cet effet bénéfique plusieurs mécanismes y compris une amélioration de la régurgitation valvulaire (en raison de la diminution de la dilatation ventriculaire) et la réduction de la demande en oxygène du myocarde sont impliqués.

En diminuant la demande en oxygène et en augmentant l’apport d’oxygène, la zone d’endommagement du myocarde est réduite. Par conséquent, le dinitrate d’isosorbide peut être utile chez certains patients ayant subi un infarctus du myocarde.

Les effets sur d’autres systèmes d’organes comprennent une relaxation du muscle bronchique, des muscles du tractus gastro-intestinal, des voies biliaires et des voies urinaires. La relaxation des muscles lisses utérins est également signalée.

Mécanisme d’action:

Comme tous les nitrates organiques, le dinitrate d’isosorbide agit comme donneur d’oxyde nitrique (NO). Le NO provoque une relaxation du muscle lisse vasculaire via la stimulation de la guanylyl cyclase et l’augmentation subséquente de la concentration de guanosine monophosphate cyclique intracellulaire (GMPc). Une protéine kinase cGMP-dépendante est ainsi stimulée, avec une altération résultante de la phosphorylation de diverses protéines dans la cellule musculaire lisse. Cela conduit finalement à la déphosphorylation de la chaîne légère de la myosine et à l’abaissement de la contractilité

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Après administration d’un comprimé d’Isoket Retard 40, les concentrations plasmatiques maximales moyennes de RNIS (8,0 ± 12 ng / ml) à 7,7 ± 2,9 heures et de IS-5N (190 ± 33 ng / ml) à 8,7 ± 2,1 heures. La demi-vie terminale de l’IS-5N qui était la moins affectée par le processus d’absorption était de 5,4 heures ± 0,5 sd.

L’absorption gastro-intestinale est plus lente que l’absorption par la muqueuse buccale. L’effet du premier passage est plus élevé lorsqu’il est administré par voie orale. Le dinitrate d’isosorbide est métabolisé en 2-mononitrate d’isosorbide avec une demi-vie de 2,01 h (± 0,4 h) à 2,5 h et le 5-mononitrate d’isosorbide avec une demi-vie de 4,6 h (± 8 h). Les deux métabolites sont pharmacologiquement actifs.

La biodisponibilité relative d’Isoket Retard par rapport au comprimé à libération prolongée est supérieure à 80% après administration orale.

5.3 Données de sécurité précliniques

Aucun déclaré.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose monohydraté

Talc

Acétate de polyvinyle

Stéarate de magnésium

Purée de pomme de terre

6.2 Incompatibilités

Aucun connu

6.3 Durée de conservation

5 années.

6.4 Précautions particulières de conservation

Aucun

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Cartons de plaquettes thermoformées en polypropylène (PP) et en aluminium ou en PP / PP

Boîtes de 50, 56 , 60, 84 et 90 comprimés.

Seules les tailles d’emballage marquées en gras sont actuellement commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Aucun

7. Titulaire de l’autorisation

Merus Labs Luxco II S.à rl

26-28, rue Edward Steichen

L-2540 Luxembourg

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 44374/0018

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

30 juin 2008

10. Date de révision du texte

Août 2016