Héparine sodique 25 000 ui / ml, solution injectable ou solution à diluer pour perfusion (avec conservateur) (pl 29831/0108)


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Multiparin 25 000 UI / ml, solution injectable ou concentrée pour solution pour perfusion ou héparine sodique 25 000 UI / ml, solution injectable ou solution à diluer pour perfusion

2. Composition qualitative et quantitative

Héparine sodique 25 000 UI / ml (125 000 UI dans 5 ml)

Pour la liste complète des excipients, voir section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Solution injectable ou concentrée pour solution pour perfusion

Liquide incolore ou de couleur paille, exempt de turbidité et de matière qui se dépose au repos.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Prophylaxie de la thrombose veineuse profonde et de l’embolie pulmonaire

Traitement de la thrombose veineuse profonde, de l’embolie pulmonaire, de l’angine de poitrine instable et de l’occlusion artérielle périphérique aiguë.

Prophylaxie de la thrombose murale à la suite d’un infarctus du myocarde.

Dans la circulation extracorporelle et l’hémodialyse.

4.2 Posologie et mode d’administration

Voie d’administration

Par perfusion intraveineuse continue dans 5% de glucose ou 0,9% de chlorure de sodium ou par injection intraveineuse intermittente, ou par injection sous-cutanée.

Le volume d’injection intraveineuse d’injection d’héparine ne doit pas dépasser 15 ml.

Comme les effets de l’héparine sont de courte durée, l’administration par perfusion intraveineuse ou par injection sous-cutanée est préférable aux injections intraveineuses intermittentes.

Dosage recommandé

Prophylaxie de la thrombose veineuse profonde et de l’embolie pulmonaire:

Adultes:

2 heures avant l’opération:

5000 unités sous-cutanées

suivi par:

5000 unités par voie sous-cutanée toutes les 8-12 heures, pendant 7-10 jours ou jusqu’à ce que le patient soit complètement ambulatoire.

Aucune surveillance en laboratoire ne devrait être nécessaire pendant la prophylaxie à l’héparine à faible dose. Si la surveillance est jugée souhaitable, des tests anti-Xa doivent être utilisés car le temps de céphaline activée (APTT) n’est pas prolongé de manière significative.

Pendant la grossesse:

5 000 à 10 000 unités toutes les 12 heures, par voie sous-cutanée, ajustées selon le test APTT ou anti-Xa.

Personnes âgées

La réduction du dosage et la surveillance de l’APTT peuvent être recommandées.

Enfants:

Aucune recommandation de dosage.

Traitement de la thrombose veineuse profonde et de l’embolie pulmonaire:

Adultes:

Dose de chargement:

5 000 unités par voie intraveineuse (10 000 unités peuvent être nécessaires pour une embolie pulmonaire grave)

Entretien:

1000-2000 unités / heure par perfusion intraveineuse,

ou 10 000-20 000 unités 12 heures par voie sous-cutanée,

ou 5 000 à 10 000 unités toutes les 4 heures par injection intraveineuse.

Personnes âgées

La réduction de dosage peut être conseillée.

Enfants et petits adultes:

Dose de charge: 50 unités / kg par voie intraveineuse

Entretien:

15-25 unités / kg / heure par perfusion intraveineuse,

ou 250 unités / kg 12 heures sous-cutanée

ou 100 unités / kg 4 heures par injection intraveineuse

Traitement de l’angine de poitrine instable et de l’occlusion artérielle périphérique aiguë:

Adultes:

Dose de chargement:

5 000 unités par voie intraveineuse

Entretien:

1000-2000 unités / heure par perfusion intraveineuse,

ou 5 000 à 10 000 unités toutes les 4 heures par injection intraveineuse.

Personnes âgées

La réduction de dosage peut être conseillée.

Enfants et petits adultes:

Dose de chargement:

50 unités / kg par voie intraveineuse

Entretien:

15-25 unités / kg / heure par perfusion intraveineuse,

ou 100 unités / kg 4 heures par injection intraveineuse

Une surveillance quotidienne en laboratoire (idéalement à la même heure chaque jour, de 4 à 6 heures après le début du traitement) est essentielle pendant le traitement à l’héparine à dose complète, avec ajustement de la posologie pour maintenir une valeur APTT de 1,5-2,5 x point milieu ou témoin valeur.

Prophylaxie de la thrombose murale à la suite d’un infarctus du myocarde

Adultes:

12 500 unités 12 heures par voie sous-cutanée pendant au moins 10 jours.

Personnes âgées

La réduction de dosage peut être conseillée

Dans la circulation extracorporelle et l’hémodialyse

Adultes:

Dérivation cardiopulmonaire:

Initialement 300 unités / kg par voie intraveineuse, ajusté ensuite pour maintenir le temps de coagulation activé (ACT) dans la gamme de 400-500 secondes.

Hémodialyse et hémofiltration:

Initialement 1-5.000 unités,

Entretien: 1-2 000 unités / heure, ajusté pour maintenir le temps de coagulation> 40 minutes.

Résistance à l’héparine

Les patients dont la réponse à l’héparine ou la résistance à l’héparine est altérée peuvent nécessiter des doses d’héparine disproportionnées pour obtenir l’effet désiré. Voir également la section 4.4, Mises en garde spéciales et précautions d’emploi.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

Ne doit pas être administré aux bébés prématurés ou aux nouveau-nés (contient de l’alcool benzylique).

Les patients qui consomment de grandes quantités d’alcool, qui sont sensibles au médicament, qui saignent activement ou qui souffrent d’hémophilie ou d’autres troubles hémorragiques, une maladie hépatique sévère (y compris les varices oesophagiennes), purpura, hypertension sévère, tuberculose active ou augmentation de la perméabilité capillaire.

Les patients atteints de thrombocytopénie présente ou antérieure. L’occurrence rare de nécrose cutanée chez les patients recevant l’héparine contre-indique l’utilisation ultérieure de l’héparine par voie sous-cutanée ou intraveineuse en raison du risque de thrombocytopénie. En raison du risque particulier d’hémorragie post-opératoire, l’héparine est contre-indiquée pendant la chirurgie du cerveau, de la moelle épinière et de l’œil, dans les procédures sur les sites présentant un risque de saignement, chez les patients récemment opérés et chez les patients ponction lombaire ou bloc anesthésique régional.

Les risques et les avantages relatifs de l’héparine doivent être soigneusement évalués chez les patients présentant une tendance hémorragique ou chez les patients présentant un site de saignement réel ou potentiel, par exemple. hernie hiatale, ulcère gastro-duodénal, néoplasme, endocardite bactérienne, rétinopathie, hémorroïdes saignantes, suspicion d’hémorragie intracrânienne, thrombose cérébrale ou menace d’avortement.

La menstruation n’est pas une contre-indication.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

La numération plaquettaire doit être mesurée chez les patients recevant un traitement par héparine pendant plus de 5 jours et le traitement doit être arrêté immédiatement chez les patients qui développent une thrombocytopénie.

Chez les patients atteints d’une maladie rénale ou hépatique avancée, une réduction de la dose peut être nécessaire. Le risque de saignement augmente avec l’insuffisance rénale sévère et chez les personnes âgées (en particulier les femmes âgées).

Bien que l’hypersensibilité à l’héparine soit rare, il est recommandé de donner une dose d’essai de 1 000 UI chez les patients ayant des antécédents d’allergie. Des précautions doivent être prises chez les patients présentant une hypersensibilité connue aux héparines de bas poids moléculaire.

Injection d’héparine contient de l’alcool benzylique (10 mg / ml) et du parahydroxybenzoate de méthyle comme conservateurs. La prudence devrait être utilisée si prescrire l’injection d’héparine aux patients sensibles. L’alcool benzylique peut provoquer des réactions toxiques et des réactions anaphylactoïdes chez les nourrissons et les enfants jusqu’à l’âge de trois ans. Le parahydroxybenzoate de méthyle peut causer des réactions allergiques (possiblement retardées) et, exceptionnellement, un bronchospasme.

Chez la plupart des patients, le régime à faible dose recommandé ne modifie pas le temps de coagulation. Cependant, les patients montrent une réponse individuelle à l’héparine, et il est donc essentiel que l’effet du traitement sur le temps de coagulation soit surveillé chez les patients subissant une intervention chirurgicale majeure.

La prudence est recommandée en cas d’anesthésie rachidienne ou péridurale (risque d’hématome rachidien).

L’héparine peut supprimer la sécrétion surrénale d’aldostérone conduisant à l’hyperkaliémie, en particulier chez les patients atteints de diabète sucré, d’insuffisance rénale chronique, d’acidose métabolique préexistante, de hausse du taux de potassium plasmatique ou de prise de médicaments potassiques. Le risque d’hyperkaliémie semble augmenter avec la durée du traitement, mais il est habituellement réversible. Le potassium plasmatique doit être mesuré chez les patients à risque avant de commencer un traitement par héparine et chez tous les patients traités pendant plus de 7 jours.

Résistance à l’héparine

Il existe une variation considérable des réponses anticoagulantes individuelles à l’héparine.

La résistance à l’héparine, définie comme une réponse inadéquate à l’héparine à une dose standard pour atteindre un objectif thérapeutique, survient chez environ 5 à 30% des patients.

Les facteurs prédisposant au développement de la résistance à l’héparine comprennent:

• Activité antithrombine III inférieure à 60% de la normale (résistance à l’héparine dépendante de l’antithrombine III):

L’activité réduite de l’antithrombine III peut être héréditaire ou plus communément acquise (secondaire à l’héparinothérapie préopératoire, hépatopathie chronique, syndrome néphrotique, pontage cardiopulmonaire, coagulation intravasculaire disséminée de bas grade ou médicamenteuse, par exemple par l’aprotinine, l’œstrogène ou éventuellement la nitroglycérine).

• Patients ayant des taux d’antithrombine III normaux ou supranormaux (résistance à l’héparine indépendante de l’antithrombine III)

• Troubles thromboemboliques

• Augmentation de la clairance de l’héparine

• Taux élevés de protéines liant l’héparine, facteur VIII, facteur de von Willebrand, fibrinogène, facteur plaquettaire 4 ou glycoprotéine riche en histidine

• Infection active (septicémie ou endocardite)

• Contrepulsion ballonnet intra-aortique préopératoire

• Thrombocytopénie

• Thrombocytose

• Âge avancé

• Concentration d’albumine plasmatique ≤ 35g / dl

• Hypovolémie relative

La résistance à l’héparine est également souvent rencontrée chez les patients gravement malades, chez les patients atteints de malignité et pendant la grossesse ou la période post-partum.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Analgésiques: Les médicaments qui interfèrent avec l’agrégation plaquettaire, par exemple. l’aspirine et les autres AINS doivent être utilisés avec précaution. Risque accru d’hémorragie avec le kétorolac (évitez l’utilisation concomitante même avec de l’héparine à faible dose)

Anticoagulants, antiagrégants plaquettaires, etc.: Augmentation du risque de saignement par anticoagulants oraux, époprosténol, clopidogrel, ticlopidine, streptokinase, dipyridamole, solutions de dextran ou tout autre médicament pouvant interférer avec la coagulation.

Céphalosporines: Certaines céphalosporines, comme le céfaclor, le céfixime et la ceftriaxone, peuvent affecter le processus de coagulation et peuvent donc augmenter le risque d’hémorragie lorsqu’elles sont utilisées en même temps que l’héparine.

Inhibiteurs de l’ECA: Une hyperkaliémie peut survenir en cas d’utilisation concomitante.

Nitrates: Une activité réduite de l’héparine a été rapportée avec une perfusion intraveineuse simultanée de trinitrate de glycéryle.

Probénécide: Peut augmenter les effets anticoagulants de l’héparine.

Fumée de tabac: La nicotine peut partiellement neutraliser l’effet anticoagulant de l’héparine. Une dose accrue d’héparine peut être nécessaire chez les fumeurs.

L’interférence avec les tests diagnostiques peut être associée à une pseudo-hypocalcémie (chez les patients hémodialysés), à des augmentations artéfactuelles de la thyroxine totale et de la triiodothyronine, à une acidose métabolique simulée et à l’inhibition du dosage du lysat chromogène pour l’endotoxine. L’héparine peut interférer avec la détermination des aminoglycosides par immunodosage.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

L’héparine n’est pas contre-indiquée pendant la grossesse. L’héparine ne traverse pas le placenta et n’apparaît pas dans le lait maternel. La décision d’utiliser l’héparine pendant la grossesse doit être prise après évaluation du risque / bénéfice dans des circonstances particulières.

Une diminution de la densité osseuse a été rapportée avec un traitement prolongé à l’héparine pendant la grossesse.

L’hémorragie peut être un problème pendant la grossesse ou après l’accouchement

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Aucun déclaré.

4.8 Effets indésirables

Hémorragie (voir également Mises en garde et précautions spéciales et Informations sur le surdosage).

Une insuffisance surrénalienne secondaire à une hémorragie surrénalienne a été associée à l’héparine (rarement).

Une thrombocytopénie a été observée occasionnellement (voir également Précautions spéciales et mises en garde). Deux types de thrombocytopénie induite par l’héparine ont été définis. Le type I est fréquent, léger (habituellement> 50 x 10 9 / L) et transitoire, survenant dans les 1-5 jours suivant l’administration de l’héparine. Le type II est moins fréquent mais souvent associé à une thrombocytopénie sévère (habituellement <50 x 10 9 / L). Il est à médiation immunitaire et survient après une semaine ou plus (plus tôt chez les patients précédemment exposés à l’héparine). Il est associé à la production d’un anticorps plaquettaire et de complications thromboemboliques pouvant précéder l’apparition de la thrombocytopénie. L’héparine devrait être interrompue immédiatement.

Il existe des preuves que l’administration prolongée d’héparine (c.-à-d. Pendant plusieurs mois) peut causer l’alopécie et l’ostéoporose. Une déminéralisation osseuse significative a été rapportée chez des femmes prenant plus de 10 000 UI par jour d’héparine pendant au moins 6 mois.

Les produits à base d’héparine peuvent provoquer un hypoaldostéronisme pouvant entraîner une augmentation du potassium plasmatique. Rarement, une hyperkaliémie cliniquement significative peut survenir en particulier chez les patients atteints d’insuffisance rénale chronique et de diabète sucré (voir Mises en garde et précautions).

Les réactions d’hypersensibilité à l’héparine sont rares. Ils comprennent l’urticaire, la conjonctivite, la rhinite, l’asthme, la cyanose, la tachypnée, la sensation d’oppression, la fièvre, les frissons, l’œdème angioneurotique et le choc anaphylactique.

Dans certains cas, l’agent précipitant s’avérera être le conservateur plutôt que l’héparine elle-même.

Une irritation locale et une nécrose cutanée peuvent survenir mais sont rares.

Des nodules érythémateux, ou des plaques infiltrées et parfois semblables à de l’eczéma, sur le site des injections sous-cutanées sont fréquents, survenant 3 à 21 jours après le début du traitement par l’héparine.

Le priapisme a été signalé. Des valeurs sériques accrues de transaminases peuvent survenir mais disparaissent habituellement après l’arrêt de l’héparine. L’administration d’héparine est associée à la libération de lipoprotéine lipase dans le plasma; rebond hyperlipidémie peut suivre le retrait de l’héparine.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le programme Carte Jaune à l’adresse www.mhra.gov.uk/yellowcard ou à rechercher une Carte Jaune MHRA dans l’App Store Google ou l’App Store d’Apple.

4.9 Surdosage

Un risque potentiel de traitement par l’héparine est l’hémorragie, mais cela est généralement dû à un surdosage et le risque est minimisé par un contrôle strict en laboratoire. Une légère hémorragie peut habituellement être traitée en retirant le médicament. Si le saignement est plus sévère, le temps de coagulation et le nombre de plaquettes doivent être déterminés. Le temps de coagulation prolongé indiquera la présence d’un effet anticoagulant excessif nécessitant une neutralisation par le sulfate de protamine par voie intraveineuse, à la dose de 1 mg pour 100 UI d’héparine à neutraliser. La dose bolus de sulfate de protamine doit être administrée lentement pendant environ 10 minutes et ne pas dépasser 50 mg. Si plus de 15 minutes se sont écoulées depuis l’injection d’héparine, des doses plus faibles de protamine seront nécessaires.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

L’héparine est un anticoagulant et agit en inhibant la thrombine et en potentialisant les inhibiteurs naturels du facteur X activé (Xa).

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Comme l’héparine n’est pas absorbée par le tractus gastro-intestinal et les sites sublinguaux, elle est administrée par injection. Après injection, l’héparine se lie abondamment aux protéines plasmatiques.

L’héparine est métabolisée dans le foie et les produits métaboliques inactifs sont excrétés dans l’urine.

La demi-vie de l’héparine dépend de la dose.

5.3 Données de sécurité précliniques

Il n’y a pas de données précliniques pertinentes pour le prescripteur qui s’ajoutent à celles déjà incluses dans d’autres sections.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

L’alcool benzylique

Parahydroxybenzoate de méthyle (E218)

Eau pour les injections

Solution d’hydroxide de sodium

Acide hydrochlorique

6.2 Incompatibilités

L’héparine est incompatible avec de nombreuses préparations injectables, par exemple des antibiotiques, des analgésiques opioïdes et des antihistaminiques.

Les médicaments suivants sont incompatibles avec l’héparine;

Altéplase, sulfate d’amikarine, chlorhydrate d’amiodarone, ampicilline sodique, aprotinine, benzylpénicilline, potassium ou sodium, céfalotine sodique, chlorhydrate de chlorpromazine, lactate de ciprofloxacine, bésilate de cisatracurium, cytarabine, dacarbazine, chlorhydrate de daunorubicine, diazépam, chlorhydrate de doxorubicine, dropéridol, lactobionate d’érythromycine, sulfate de gentamicine, lactate d’halopéridol, hyaluronidase, succinate d’hydrocortisone sodique, sulfate de kanamycine, chlorhydrate de labétolol, méthicilline sodique, méthotriméprazine, sulfate de nétilmicine, chlorhydrate de nicardipine, chlorhydrate d’oxytétracycline, chlorhydrate de pethidine, sulfate de polymyxine B, chlorhydrate de prométhazine, sulfate de streptomycine, sulfate de tobramycine, chlorhydrate de triflupromazine, chlorhydrate de triflupromazine et le sulfate de vinblastine.

Le chlorhydrate de dobutamine et l’héparine ne doivent pas être mélangés ou perfusés par la même voie intraveineuse, car cela provoque une précipitation.

L’héparine et la retéplase sont incompatibles lorsqu’elles sont combinées en solution.

Si la rétéplase et l’héparine doivent être administrées par la même ligne, cela doit être soigneusement rincé avec une solution saline à 0,9% ou une solution de glucose à 5% avant et après l’injection de retéplase.

6.3 Durée de conservation

3 années

Après le retrait de la première dose, le reste doit être utilisé dans les 28 jours. Après cette période, tout matériel non utilisé doit être jeté.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C

Stocker dans l’emballage d’origine

La stabilité chimique et physique a été démontrée pendant 28 jours à 25 ° C.

D’un point de vue microbiologique, une fois ouvert, le produit peut être conservé pendant 28 jours maximum à 25 ° C. Les autres durées et conditions de stockage sont la responsabilité de l’utilisateur.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Flacon de 5 ml en verre neutre multidose (Type 1, Ph Eur). Carton contenant 10 flacons

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Chaque flacon multidose doit être réservé à un seul patient.

7. Titulaire de l’autorisation

Wockhardt UK Ltd

Ash Road North

Wrexham

LL13 9UF

ROYAUME-UNI.

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 29831/0108

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 01/07/1991

Date du dernier renouvellement: 20/09/2006

10. Date de révision du texte

03 mai 2018