Fosinopril sodium 20mg comprimés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Fosinopril sodium 20 mg comprimés

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé de Fosinopril sodique à 20 mg contient: 20 mg de fosinopril sodique.

Excipient à effet notoire : Chaque comprimé contient 136 mg de lactose anhydre.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Tablette

Fosinopril sodium 20 mg comprimés :

Comprimés blancs à blanc cassé, ronds, biconvexes, non enrobés, portant l’inscription «X» d’un côté et «84» de l’autre.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement de l’hypertension.

Traitement de l’insuffisance cardiaque symptomatique.

4.2 Posologie et mode d’administration

Le fosinopril sodique doit être administré par voie orale en une seule dose quotidienne. Comme tous les autres médicaments pris une fois par jour, il doit être pris à peu près à la même heure chaque jour. L’absorption du fosinopril sodique n’est pas affectée par les aliments.

La dose initiale habituelle de 10 mg n’a pas été étudiée chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque grave NYHA IV et chez les patients de plus de 75 ans traités pour insuffisance cardiaque (voir rubrique 4.4).

Chez les patients présentant un risque particulier d’hypotension (puisque le système rénine-angiotensine-aldostérone a été activé, voir rubrique 4.4), tels que les patients cardiaques sévères (NYHA IV), les patients de plus de 75 ans traités pour insuffisance cardiaque, patients En cas d’insuffisance rénale sévère et / ou hépatique sévère, et chez les patients traités par des diurétiques, il est toutefois recommandé de débuter le traitement par une dose réduite (5 mg).

La dose de maintien doit être individualisée en fonction du profil du patient et de la réponse de la pression artérielle (voir rubrique 4.4).

Hypertension

Le fosinopril sodique peut être utilisé en monothérapie ou en association avec d’autres classes de médicaments antihypertenseurs (voir rubriques 4.3, 4.4, 4.5 et 5.1).

Les patients hypertendus ne sont pas traités avec des diurétiques

Dose de départ

La dose initiale recommandée est de 10 mg une fois par jour. Les patients dont le système rénine-angiotensine-aldostérone est fortement activé (en particulier l’hypertension rénovasculaire, l’épuisement du sel et / ou du volume, la décompensation cardiaque ou l’hypertension sévère) peuvent subir une chute de tension artérielle excessive après la dose initiale. L’initiation du traitement doit avoir lieu sous surveillance médicale.

Dose d’entretien

La dose quotidienne habituelle est de 10 mg à un maximum de 40 mg administrée en une seule dose. En général, si l’effet thérapeutique souhaité ne peut pas être atteint sur une période de 3 à 4 semaines à un certain niveau de dose, la dose peut encore être augmentée.

Patients hypertendus traités par un traitement diurétique concomitant

Des hypotens symptomatiques peuvent survenir après l’instauration du traitement par le fosinopril sodique. Cela est plus probable chez les patients traités actuellement par des diurétiques, en particulier chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque, les patients âgés (plus de 75 ans) et les patients atteints d’insuffisance rénale. La prudence est donc recommandée, car ces patients peuvent avoir un volume et / ou un appauvrissement en sel. Si possible, le diurétique doit être arrêté 2 à 3 jours avant le début du traitement par le fosinopril sodique. Chez les patients hypertendus chez lesquels le diurétique ne peut être interrompu, le traitement par le fosinopril sodique doit être instauré avec une dose de 5 mg. La fonction rénale et le potassium sérique doivent être surveillés. La posologie ultérieure de fosinopril sodique doit être ajustée en fonction de la réponse de la pression artérielle. Si nécessaire, un traitement diurétique peut être repris (voir rubrique 4.4 et rubrique 4.5). Lorsque le traitement est initié chez un patient prenant déjà des diurétiques, il est recommandé de commencer le traitement par le fosinopril sodique sous surveillance médicale pendant plusieurs heures et jusqu’à ce que la pression artérielle soit stabilisée (voir rubriques 4.3, 4.4, 4.5 et 5.1).

Arrêt cardiaque

Chez les patients présentant une insuffisance cardiaque symptomatique et une rétention hydrique, le fosinopril sodique doit être utilisé comme traitement d’appoint aux diurétiques et, le cas échéant, à la digitale. La dose initiale recommandée est de 10 mg une fois par jour, sous étroite surveillance médicale. Cette dose initiale de 10 mg n’a pas été étudiée chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque grave NYHA IV et / ou supérieure à 75 ans (voir rubrique 4.4). Si la dose initiale est bien tolérée, les patients doivent être titrés à une dose allant jusqu’à 40 mg une fois par jour en fonction de la réponse clinique. L’apparition d’une hypotension après la dose initiale ne doit pas exclure une titration prudente du fosinopril sodique, après une prise en charge efficace de l’hypotension (voir rubriques 4.3, 4.4, 4.5 et 5.1).

Les patients présentant un risque élevé d’hypotension symptomatique, par exemple les patients présentant une déplétion saline avec ou sans hyponatrémie, les patients hypovolémiques ou les patients recevant un traitement diurétique vigoureux doivent, dans la mesure du possible, être corrigés avant le traitement par le fosinopril sodique. La fonction rénale et le potassium sérique doivent être surveillés (voir rubriques 4.3, 4.4, 4.5 et 5.1).

Patients atteints d’insuffisance rénale

Une dose initiale de 10 mg par jour est recommandée, mais la prudence est recommandée surtout avec un DFG inférieur à 10 ml / min.

Patients atteints d’insuffisance hépatique

Une dose initiale de 10 mg par jour est recommandée, toutefois il faut être prudent. Bien que le taux d’hydrolyse puisse être ralenti, l’ampleur de l’hydrolyse n’est pas notablement réduite chez les patients atteints d’insuffisance hépatique. Dans ce groupe de patients, il existe des signes de réduction de la clairance hépatique du fosinoprilate avec augmentation compensatoire de l’excrétion rénale.

Enfants et adolescents:

L’utilisation dans ce groupe d’âge n’est pas recommandée. L’expérience des essais cliniques sur l’utilisation du fosinopril chez les enfants hypertendus âgés de 6 ans et plus est limitée (voir rubriques 4.8, 5.1 et 5.2). La dose optimale n’a pas été déterminée chez les enfants de tout âge. Une dose appropriée n’est pas disponible pour les enfants pesant moins de 50 kg.

Utilisation chez les personnes âgées

Aucune réduction posologique n’est nécessaire chez les patients ayant une fonction rénale et hépatique cliniquement normale, car aucune différence significative dans les paramètres pharmacocinétiques ou l’effet antihypertensif du fosinoprilat n’a été observée par rapport aux sujets plus jeunes. Cependant, la fonction rénale et le potassium sérique doivent être surveillés, car une détérioration de la fonction rénale et une hyperkaliémie peuvent survenir.

4.3 Contre-indications

• Le fosinopril sodique est contre-indiqué chez les patients qui présentent une hypersensibilité au fosinopril, aux autres inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) ou à tout autre composant de la formulation de fosinopril sodique.

• antécédents d’œdème de Quincke associé à un traitement antérieur par inhibiteur de l’ECA,

• Œdème angioneurotique héréditaire ou idiopathique,

• L’utilisation d’inhibiteurs de l’ECA est contre-indiquée pendant les deuxième et troisième trimestres de la grossesse.

• “L’utilisation concomitante de Fosinopril sodique avec des produits contenant de l’aliskiren est contre-indiquée chez les patients présentant un diabète sucré ou une insuffisance rénale (DFG <60 ml / min / 1,73 m 2 ) (voir sections 4.5 et 5.1).”

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

La dose initiale de 10 mg n’a pas été étudiée chez les patients de plus de 75 ans traités pour insuffisance cardiaque et chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque grave NYHA IV. On s’attend à une augmentation du risque d’hypotension majeure, d’hyperkaliémie et / ou d’augmentation rapide des taux de potassium lors de l’instauration du traitement par le fosinopril chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque grave (NYHA IV) et / ou chez les patients âgés. les patients atteints d’insuffisance rénale traités pour insuffisance cardiaque ou hypertendus traités avec des diurétiques concomitants.

Grossesse:

Les inhibiteurs de l’ECA ne doivent pas être instaurés pendant la grossesse. À moins qu’un traitement continu par inhibiteurs de l’ECA ne soit considéré comme essentiel, les patientes qui envisagent une grossesse doivent être remplacées par d’autres traitements antihypertenseurs qui ont un profil d’innocuité établi pour une utilisation pendant la grossesse. Lorsque la grossesse est diagnostiquée, le traitement par inhibiteurs de l’ECA doit être arrêté immédiatement et, le cas échéant, un traitement alternatif doit être instauré. (voir les sections 4.3 et 4.6).

Morbidité et mortalité fœtales / néonatales: Lorsqu’ils sont utilisés pendant la grossesse, les inhibiteurs de l’ECA peuvent causer des blessures et même entraîner la mort du fœtus en développement.

Hypotension: Le fosinopril sodique a rarement été associé à une hypotension chez des patients hypertendus non compliqués. Comme avec d’autres inhibiteurs de l’ECA, l’hypotension symptomatique est plus susceptible de survenir chez les patients appauvris en sel ou en volume, tels que ceux traités vigoureusement avec des diurétiques et / ou une restriction saline, ou ceux sous dialyse rénale. La déplétion volémique et / ou saline doit être corrigée avant de commencer le traitement par le fosinopril. Une réponse hypotensive transitoire n’est pas une contre-indication à d’autres doses qui peuvent être administrées sans difficulté après reconstitution du sel et / ou du volume.

Chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque congestive, avec ou sans insuffisance rénale associée, un traitement par IEC peut entraîner une hypotension excessive pouvant être associée à une oligurie ou à une azotémie et, rarement, à une insuffisance rénale aiguë et à la mort. Chez ces patients, le traitement par fosinopril sodique doit être instauré sous surveillance médicale étroite. ils doivent être suivis de près pendant les deux premières semaines de traitement et chaque fois que la dose de fosinopril ou de diurétique est augmentée. Il faudrait envisager de réduire la dose diurétique chez les patients ayant une pression artérielle normale ou basse qui ont été traités vigoureusement avec des diurétiques ou qui sont hyponatrémiques.

L’hypotension n’est pas en soi une raison d’arrêter le fosinopril. L’ampleur de la diminution est maximale au début du traitement; cet effet se stabilise en une semaine ou deux et revient généralement aux niveaux de prétraitement sans diminution de l’efficacité thérapeutique.

Sténose valvulaire aortique et mitrale / cardiomyopathie hypertrophique

Comme avec les autres inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA), le fosinopril sodique doit être administré avec prudence aux patients présentant une sténose valvulaire mitrale et une obstruction à la sortie du ventricule gauche, comme une sténose aortique ou une cardiomyopathie hypertrophique.

Altération de la fonction rénale: Chez les patients hypertendus présentant une sténose de l’artère rénale dans l’un ou les deux reins, des augmentations de l’azote uréique du sang et de la créatinine sérique peuvent survenir pendant le traitement par un inhibiteur de l’ECA. Ces augmentations sont habituellement réversibles à l’arrêt du traitement. Chez ces patients, la fonction rénale doit être surveillée pendant les premières semaines de traitement.

Certains patients hypertendus sans maladie vasculaire rénale préexistante apparente développent une augmentation de l’azote uréique du sang et de la créatinine sérique, habituellement mineure ou transitoire, lorsque le fosinopril est administré en concomitance avec un diurétique. Cet effet est plus susceptible de se produire chez les patients présentant une insuffisance rénale préexistante. La réduction posologique du fosinopril sodique peut être nécessaire.

Chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque congestive sévère dont la fonction rénale peut dépendre de l’activité du système rénine-angiotensine-aldostérone, un traitement par IEC peut être associé à une oligurie et / ou une azotémie progressive et rarement à une insuffisance rénale aiguë et / ou la mort.

Protéinurie

Chez les patients présentant une insuffisance rénale préexistante, une protéinurie peut survenir dans de rares cas. En cas de protéinurie cliniquement significative (supérieure à 1 g / jour), Fosinopril ne doit être utilisé qu’après une évaluation très critique du rapport bénéfice / risque et une surveillance régulière des paramètres chimiques cliniques et de laboratoire.

Hypersensibilité / Angioedème

Un œdème angioneurotique du visage, des extrémités, des lèvres, de la langue, de la glotte et / ou du larynx a été rarement signalé chez des patients traités par des inhibiteurs de l’ECA, y compris le fosinopril sodique. Cela peut se produire à tout moment pendant le traitement. Dans de tels cas, le fosinopril sodique doit être arrêté rapidement et un traitement et un suivi appropriés doivent être mis en place pour assurer une résolution complète des symptômes avant de renvoyer les patients. Même dans les cas où le gonflement de la langue seulement est impliqué, sans détresse respiratoire, les patients peuvent nécessiter une observation prolongée, car le traitement avec des antihistaminiques et des corticostéroïdes peut ne pas être suffisant.

Très rarement, des décès ont été rapportés en raison d’un œdème de Quincke associé à un œdème laryngé ou à un œdème de la langue. Les patients présentant une atteinte de la langue, de la glotte ou du larynx sont susceptibles de présenter une obstruction des voies aériennes, en particulier ceux ayant des antécédents de chirurgie des voies respiratoires. Dans de tels cas, un traitement d’urgence doit être administré rapidement. Cela peut inclure l’administration d’adrénaline et / ou le maintien d’une voie aérienne. Le patient doit être sous surveillance médicale étroite jusqu’à ce que la résolution complète et soutenue des symptômes se soit produite.

Les inhibiteurs de l’ECA provoquent un taux plus élevé d’œdème de Quincke chez les patients de race noire que chez les patients de race non noire.

Les patients ayant des antécédents d’œdème de Quincke non lié au traitement par inhibiteurs de l’ECA peuvent présenter un risque accru d’œdème de Quincke lorsqu’ils reçoivent un inhibiteur de l’ECA (voir rubrique 4.3).

Angio-œdème de la tête et du cou: Un œdème de Quincke a été observé chez des patients traités par des inhibiteurs de l’ECA, y compris le fosinopril sodique. Si l’œdème de Quincke touche la langue, la glotte ou le larynx, une obstruction des voies respiratoires peut survenir et être fatale. La thérapie d’urgence, devrait être rapidement instituée. L’enflure confinée au visage, les muqueuses de la bouche, les lèvres et les extrémités se sont habituellement résorbées avec l’arrêt du fosinopril; certains cas ont nécessité un traitement médical.

Angio-œdème intestinal: Un angio-œdème intestinal a été rarement signalé chez des patients traités par des inhibiteurs de l’ECA. Ces patients présentaient des douleurs abdominales (avec ou sans nausées ou vomissements); dans certains cas, il n’y avait pas d’antécédents d’angio-œdème facial et les taux d’estérase C -1 étaient normaux. L’angio-œdème a été diagnostiqué par des procédures comprenant un scanner abdominal ou une échographie, ou à la chirurgie, et les symptômes ont disparu après l’arrêt de l’inhibiteur de l’ECA. L’angio-œdème intestinal doit être inclus dans le diagnostic différentiel des patients sous inhibiteurs de l’ECA présentant des douleurs abdominales.

Réactions anaphylactoïdes pendant la désensibilisation: Deux patients subissant un traitement désensibilisant avec du venin d’hyménoptère pendant qu’ils recevaient un autre inhibiteur de l’ECA, l’énalapril, ont présenté des réactions anaphylactoïdes potentiellement mortelles. Chez les mêmes patients, ces réactions ont été évitées lorsque l’inhibiteur de l’ECA a été temporairement retenu, mais elles sont réapparues lors d’une reprise par inadvertance. Par conséquent, la prudence devrait être utilisée chez les patients traités avec des inhibiteurs de l’ECA subissant de telles procédures de désensibilisation.

Réactions anaphylactoïdes lors d’une exposition membranaire par dialyse à haut débit / aphérèse par des lipoprotéines : Des réactions anaphylactoïdes ont été rapportées chez des patients hémodialysés avec des membranes de dialyse à flux élevé pendant un traitement par un inhibiteur de l’ECA. Des réactions anaphylactoïdes ont également été rapportées chez des patients subissant une aphérèse de lipoprotéines de basse densité avec absorption de sulfate de dextran. Chez ces patients, il faut envisager d’utiliser un type différent de membrane de dialyse ou une classe différente de médicaments.

Défaillance hépatique

Rarement, les inhibiteurs de l’ECA ont été associés à un syndrome qui commence par un ictère cholestatique et évolue vers une nécrose hépatique fulminante et (parfois) la mort. Le mécanisme de ce syndrome n’est pas compris. Les patients recevant des inhibiteurs de l’ECA qui développent un ictère ou des élévations marquées des enzymes hépatiques doivent arrêter l’inhibiteur de l’ECA et recevoir un suivi médical approprié.

Fonction hépatique altérée: Les patients présentant une insuffisance hépatique pourraient développer des taux plasmatiques élevés de fosinopril. Dans une étude chez des patients atteints de cirrhose alcoolique ou biliaire, la clairance corporelle totale apparente du fosinoprilate a diminué et l’ASC plasmatique a doublé.

Neutropénie / Agranulocytose: Il a été rapporté que les inhibiteurs de l’ECA provoquent rarement une agranulocytose et une dépression de la moelle osseuse; Ceux-ci surviennent plus fréquemment chez les patients atteints d’insuffisance rénale, en particulier s’ils présentent également une maladie collagénique-vasculaire telle que le lupus érythémateux disséminé ou la sclérodermie. La surveillance du nombre de globules blancs devrait être envisagée chez ces patients.

Course

Comme avec d’autres inhibiteurs de l’ECA, le fosinopril sodique peut être moins efficace pour abaisser la tension artérielle chez les patients noirs que chez les non-noirs, possiblement en raison d’une prévalence plus élevée d’états rénaux bas dans la population hypertendue noire.

La toux

Une toux a été rapportée avec l’utilisation d’inhibiteurs de l’ECA. De manière caractéristique, la toux est non productive, persistante et disparaît après l’arrêt du traitement. La toux induite par un inhibiteur de l’ECA doit être considérée comme faisant partie du diagnostic différentiel de la toux.

Chirurgie / Anesthésie

Chez les patients subissant une chirurgie majeure ou pendant l’anesthésie avec des agents qui produisent une hypotension, le fosinopril peut augmenter la réponse hypotensive. Si une hypotension survient et est considérée comme due à ce mécanisme, elle peut être corrigée par l’expansion volumique.

Utilisation pédiatrique: L’innocuité et l’efficacité chez les enfants n’ont pas été établies.

Utilisation gériatrique: Parmi les patients ayant reçu du fosinopril sodique dans des études cliniques, des différences globales d’efficacité ou d’innocuité n’ont pas été observées entre les patients plus âgés (65 ans ou plus) et les patients plus jeunes; Cependant, une plus grande sensibilité de certaines personnes âgées ne peut être exclue.

Hyperkaliémie

Des élévations du potassium sérique ont été observées chez certains patients traités par des inhibiteurs de l’ECA, y compris le fosinopril sodique. Les patients à risque de développer une hyperkaliémie incluent les personnes âgées, les insuffisants rénaux, les insuffisances cardiaques sévères, le diabète sucré, les diurétiques d’épargne potassique, les suppléments potassiques ou les substituts du sel contenant du potassium, ou les patients prenant d’autres médicaments associés. avec des augmentations de potassium sérique (par exemple héparine). Si l’utilisation concomitante des produits susmentionnés est jugée appropriée, une surveillance régulière du potassium sérique est recommandée (voir rubrique 4.5).

Double blocage du système rénine-angiotensine-aldostérone (RAAS)

Il existe des preuves que l’utilisation concomitante d’inhibiteurs de l’ECA, de bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine II ou d’aliskiren augmente le risque d’hypotension, d’hyperkaliémie et de diminution de la fonction rénale (y compris l’insuffisance rénale aiguë). Le double blocage du RAAS par l’utilisation combinée d’inhibiteurs de l’ECA, de bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine II ou d’aliskiren n’est donc pas recommandé (voir rubriques 4.5 et 5.1).

Si la thérapie à double insu est considérée comme absolument nécessaire, cela ne devrait se produire que sous la supervision d’un spécialiste et sous surveillance étroite et fréquente de la fonction rénale, des électrolytes et de la tension artérielle.

Les inhibiteurs de l’ECA et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II ne doivent pas être utilisés de façon concomitante chez les patients atteints de néphropathie diabétique.

Patients diabétiques

Chez les patients diabétiques traités par des antidiabétiques oraux ou de l’insuline, le contrôle glycémique doit être étroitement surveillé pendant le premier mois de traitement par un inhibiteur de l’ECA (voir rubrique 4.5)

Lithium

La combinaison de lithium et de fosinopril sodique n’est généralement pas recommandée (voir rubrique 4.5).

Excipient:

Ce médicament contient du lactose. Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, de déficit en lactase de Lapp ou de malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Diurétiques

Lorsqu’un diurétique est ajouté au traitement d’un patient recevant du fosinopril sodique, l’effet antihypertenseur est habituellement additif.

Les patients sous diurétiques et en particulier ceux chez qui un traitement diurétique a été instauré récemment, ainsi que ceux soumis à des restrictions sévères ou à la dialyse, peuvent occasionnellement subir une réduction abrupte de leur tension artérielle dans la première heure suivant la prise initiale de fosinopril sodique.

Suppléments de potassium et diurétiques épargneurs de potassium: Les diurétiques épargneurs de potassium (spironolactone, amiloride, triamtérène et autres) ou les suppléments de potassium peuvent augmenter le risque d’hyperkaliémie. Par conséquent, si l’utilisation concomitante de fosinopril sodique et de tels agents est indiquée, ils doivent être administrés avec précaution, et le potassium sérique du patient doit être surveillé fréquemment.

.

Lithium: Des taux sériques élevés de lithium et un risque de toxicité du lithium ont été rapportés chez des patients recevant des inhibiteurs de l’ECA de manière concomitante avec le lithium. Le fosinopril sodique et le lithium doivent être administrés avec précaution, et une surveillance fréquente des taux sériques de lithium est recommandée.

Inhibiteurs de la synthèse de la prostaglandine endogène: Il a été rapporté que l’indométhacine pouvait réduire l’effet antihypertenseur d’autres inhibiteurs de l’ECA, en particulier dans les cas d’insuffisance rénale basse. D’autres agents anti-inflammatoires non stéroïdiens (par exemple, l’aspirine) peuvent avoir un effet similaire.

Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), y compris l’acide acétylsalicylique ≥ 3 g / jour

L’administration chronique d’AINS peut réduire l’effet antihypertenseur d’un inhibiteur de l’ECA. Les AINS et les inhibiteurs de l’ECA exercent un effet additif sur l’augmentation de la kaliémie et peuvent entraîner une détérioration de la fonction rénale. Ces effets sont généralement réversibles. Rarement, une insuffisance rénale aiguë peut survenir, en particulier chez les patients dont la fonction rénale est compromise, comme les personnes âgées ou déshydratées.

D’autres agents antihypertenseurs

L’association avec d’autres agents antihypertenseurs tels que les bêta-bloquants, la méthyldopa, les antagonistes du calcium et les diurétiques peut augmenter l’efficacité anti-hypertensive. L’utilisation concomitante avec le trinitrate de glycéryle et d’autres nitrates, ou d’autres vasodilatateurs, peut réduire davantage la pression artérielle.

L’utilisation concomitante de certains médicaments anesthésiques, d’antidépresseurs tricycliques et d’antipsychotiques avec des IEC peut entraîner une réduction supplémentaire de la pression artérielle (voir rubrique 4.4.).

Les données des essais cliniques ont montré que le double blocage du système rénine-angiotensine-aldostérone (RAAS) par l’utilisation combinée d’inhibiteurs de l’ECA, d’antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II ou d’aliskiren est associé à une fréquence plus élevée d’effets indésirables tels qu’hypotension, hyperkaliémie et diminution de la fonction rénale (y compris l’insuffisance rénale aiguë) par rapport à l’utilisation d’un seul agent agissant sur le RAAS (voir sections 4.3, 4.4 et 5.1).

Antidépresseurs tricycliques / Antipsychotiques / Anesthésiques

L’utilisation concomitante de certains médicaments anesthésiques, d’antidépresseurs tricycliques et d’antipsychotiques avec des inhibiteurs de l’ECA peut entraîner une réduction supplémentaire de la pression artérielle (voir rubrique 4.4).

Sympathomimétiques

Les sympathomimétiques peuvent réduire les effets antihypertenseurs des inhibiteurs de l’ECA.

Antidiabétiques

Des études épidémiologiques ont suggéré que l’administration concomitante d’inhibiteurs de l’ECA et de médicaments antidiabétiques (insulines, hypoglycémiants oraux) peut entraîner une augmentation de l’effet hypoglycémiant associé au risque d’hypoglycémie. Ce phénomène semble être plus susceptible de survenir au cours des premières semaines de traitement combiné et chez les patients atteints d’insuffisance rénale.

Acide acétylsalicylique, thrombolytiques, bêta-bloquants, nitrates

Le fosinopril sodique peut être utilisé de façon concomitante avec l’acide acétylsalicylique (à des doses cardiologiques), les thrombolytiques, les bêtabloquants et / ou les nitrates.

Immunosuppresseurs, cytostatiques, corticostéroïdes systémiques ou procaïnamide, allopurinol

La combinaison de fosinopril sodique avec des médicaments immunosuppresseurs et / ou des médicaments susceptibles de provoquer une leucopénie doit être évitée.

De l’alcool

L’alcool augmente l’effet hypotenseur du fosinopril sodique.

Antiacides

Les antiacides (p. Ex. Hydroxyde d’aluminium, hydroxyde de magnésium, siméticone) peuvent nuire à l’absorption du fosinopril sodique. Par conséquent, si l’administration concomitante de ces agents est indiquée, le dosage doit être séparé de 2 heures.

Interférence avec les tests sérologiques: Le fosinopril sodique peut provoquer une fausse mesure des taux de digoxine sérique avec des dosages utilisant la méthode d’absorption du charbon. D’autres kits, qui utilisent la méthode du tube revêtu d’anticorps, peuvent être utilisés à la place. Le traitement au fosinopril sodique doit être interrompu pendant quelques jours avant d’effectuer des tests de la fonction parathyroïdienne.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

L’utilisation d’IEC n’est pas recommandée pendant le premier trimestre de la grossesse (voir rubrique 4.4). L’utilisation d’inhibiteurs de l’ECA est contre-indiquée pendant les 2ème et 3ème trimestres de la grossesse (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Les preuves épidémiologiques concernant le risque de tératogénicité suite à l’exposition aux inhibiteurs de l’ECA pendant le premier trimestre de la grossesse n’ont pas été concluantes; Cependant, une légère augmentation du risque ne peut être exclue. À moins qu’un traitement continu aux inhibiteurs de l’ECA ne soit considéré comme essentiel, les patientes qui envisagent une grossesse devraient être remplacées par d’autres traitements antihypertenseurs qui ont un profil d’innocuité établi pour une utilisation pendant la grossesse. Lorsque la grossesse est diagnostiquée, le traitement par inhibiteurs de l’ECA doit être arrêté immédiatement et, le cas échéant, un traitement alternatif doit être instauré.

On sait que l’exposition aux inhibiteurs de l’ECA pendant les deuxième et troisième trimestres induit une fœtotoxicité chez l’humain (diminution de la fonction rénale, oligoamnios, retard de l’ossification du crâne) et toxicité néonatale (insuffisance rénale, hypotension, hyperkaliémie). (Voir rubrique 5.3.) En cas d’exposition à un inhibiteur de l’ECA à partir du deuxième trimestre de la grossesse, une échographie de la fonction rénale et du crâne est recommandée. Les nourrissons dont les mères ont pris des inhibiteurs de l’ECA doivent être surveillés de près pour détecter une hypotension (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Allaitement maternel

Comme on ne dispose d’aucune information sur l’utilisation du fosinopril sodique pendant l’allaitement, le fosinopril sodique n’est pas recommandé et il est préférable d’administrer d’autres traitements ayant des profils d’innocuité mieux établis pendant l’allaitement, surtout chez les nouveau-nés et les prématurés.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Bien que le fosinopril sodique ne devrait pas avoir d’effet direct, des effets indésirables tels qu’une hypotension, des vertiges et des vertiges peuvent interférer avec la conduite ou l’utilisation de machines.

Cela se produit en particulier au début du traitement, lors de l’augmentation de la posologie, lors du changement d’autres préparations et lors de l’utilisation concomitante d’alcool, en fonction de la sensibilité de l’individu.

4.8 Effets indésirables

Chez les patients traités par le fosinopril sodique, les effets indésirables étaient en général bénins et transitoires. La liste des effets indésirables présentés ci-dessous est présentée par classe de systèmes d’organes, par terme préférentiel MedDRA et par fréquence, en utilisant les catégories de fréquence suivantes:

Très commun (≥ 1/10),

Commun (≥ 1/100 à <1/10),

Peu fréquent (≥ 1/1000 à <1/100),

Rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000),

Très rare (<1/10 000)

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Infections et infestations

Commun:

Infection des voies respiratoires supérieures, pharyngite, rhinite, infection virale

Troubles du système sanguin et lymphatique

Rare:

Diminution transitoire de l’hémoglobine, diminution de l’hématocrite

Rare:

Anémie transitoire, éosinophilie, leucopénie, lymphadénopathie, neutropénie, thrombocytopénie

Très rare:

Agranulocytose

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Rare:

Diminution de l’appétit, goutte, hyperkaliémie

Pas connu:

trouble de l’appétit, fluctuation du poids

Troubles psychiatriques

Commun:

Humeur altérée, trouble du sommeil

Rare:

Dépression, confusion

Pas connu:

un comportement anormal

Troubles du système nerveux

Commun:

Vertiges, maux de tête, paresthésie

Rare:

Infarctus cérébral, somnolence, accident vasculaire cérébral, syncope, tremblement

Rare:

Dysphasie, troubles de la mémoire, désorientation

Pas connu:

trouble de l’équilibre

Troubles oculaires

Commun:

Troubles oculaires, troubles visuels

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Rare:

Oreille, acouphène, vertige

Troubles cardiaques

Commun:

Tachycardie, arythmie, palpitations, angine de poitrine

Rare:

infarctus du myocarde ou accident cérébrovasculaire, arrêt cardiaque, troubles du rythme, troubles de la conduction

Pas connu:

Arrêt cardio-respiratoire

Troubles vasculaires

Commun:

Hypotension, hypotension orthostatique

Rare:

Hypertension, choc, ischémie transitoire

Rare:

Flush, hémorragie, maladie vasculaire périphérique

Pas connu:

Crise d’hypertension.

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Commun:

Toux, trouble des sinus

Rare:

Dyspnée, sinusite, trachéo-bronchite

Rare:

Bronchospasme, épistaxis, laryngite / enrouement, pneumonie, congestion pulmonaire

Pas connu:

Dysphonie, douleur pleurétique

Problèmes gastro-intestinaux

Commun:

Nausées, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales, dyspepsie, dysgueusie

Rare:

Constipation, bouche sèche, flatulence

Rare:

Lésions buccales, pancréatite, langue enflée, distension abdominale, dysphagie

Très rare:

angioedème intestinal, (sous) iléus

Troubles hépatobiliaires

Rare:

Hépatite

Très rare:

Défaillance hépatique

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Commun:

Éruption cutanée, angioedème, dermatite

Rare:

Hyperhidrose, prurit, urticaire

Rare:

Ecchymose

Un complexe de symptômes a été rapporté, pouvant inclure un ou plusieurs des symptômes suivants: fièvre, vascularite, myalgie, arthralgie / arthrite, anticorps antinucléaires positifs (ANA), taux élevé de sédimentation des globules rouges (érythrocytes), éosinophilie et leucocytose, éruptions cutanées, une photosensibilité ou d’autres manifestations dermatologiques peuvent survenir.

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Commun:

Douleur musculo-squelettique, myalgie

Rare:

Arthrite

Pas connu:

Faiblesse musculaire

Troubles rénaux et urinaires

Commun:

Trouble de la miction

Rare:

Insuffisance rénale, protéinurie

Très rare:

insuffisance rénale aiguë

Troubles de la reproduction et des seins

Commun:

Dysfonction sexuelle

Pas connu:

Trouble prostatique

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Commun:

Douleur thoracique (non cardiaque), fatigue, œdème, asthénie

Rare:

Fièvre, mort subite, douleur thoracique

Rare:

Faiblesse à une extrémité

Pas connu:

douleur

Enquêtes

Commun:

Augmentation de la phosphatase alcaline, augmentation de la bilirubine, augmentation de la LDH, augmentation des transaminases

Rare:

Augmentation du poids, augmentation de l’urée sanguine, augmentation de la créatininémie

Rare:

Légère augmentation de l’hémoglobine, hyponatrémie

Pas connu:

Test de la fonction hépatique anormal

Au cours des essais cliniques sur le fosinopril sodique, l’incidence des effets indésirables chez les personnes âgées (≥ 65 ans) était semblable à celle observée chez les patients plus jeunes.

L’hypotension ou la syncope était une cause d’arrêt du traitement chez 0,3% des patients.

Un complexe symptomatique de toux, de bronchospasme et d’éosinophilie a été observé chez deux patients traités par le fosinopril.

Les données d’innocuité dans la population pédiatrique recevant du fosinopril sont encore limitées, on a seulement évalué une exposition à court terme. Dans un essai clinique randomisé de 253 enfants et adolescents âgés de 6 à 16 ans, les événements indésirables suivants sont survenus pendant la phase à double insu de 4 semaines: céphalées (13,9%), hypotension (4,8%), toux (3,6%) et hyperkaliémie (3,6 %), des taux élevés de créatinine sérique (9,2%), des taux sériques élevés de créatinine kinase (2,9%). Différents des adultes sont cette CK élevée signalée dans cet essai (même transitoire et sans symptômes cliniques). Les effets à long terme du fosinopril sur la croissance, la puberté et le développement général n’ont pas été étudiés.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté sur le site Internet du Yellow Card Scheme: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Les symptômes associés au surdosage d’inhibiteurs de l’ECA peuvent inclure hypotension, choc circulatoire, troubles électrolytiques, insuffisance rénale, hyperventilation, tachycardie, palpitations, bradycardie, étourdissements, anxiété et toux.

Le traitement recommandé du surdosage est une perfusion intraveineuse d’une solution saline normale.

Après l’ingestion d’un surdosage, les patients doivent être maintenus sous étroite surveillance, de préférence dans une unité de soins intensifs. Les électrolytes sériques et la créatinine doivent être surveillés fréquemment. Les mesures thérapeutiques dépendent de la nature et de la gravité des symptômes. Les mesures visant à prévenir l’absorption, telles que le lavage gastrique, l’administration d’adsorbants et de sulfate de sodium dans les 30 minutes suivant l’ingestion et à accélérer l’élimination, doivent être appliquées si l’ingestion est récente. Si une hypotension survient, le patient doit être placé en position de choc et une supplémentation en sel et en volume doit être administrée rapidement. Un traitement par angiotensine II doit être envisagé. La bradycardie ou les réactions vagales étendues doivent être traitées par l’administration d’atropine. L’utilisation d’un stimulateur cardiaque peut être envisagée.

Aucune information spécifique n’est disponible sur le traitement du surdosage par le fosinopril sodique; le traitement doit être symptomatique et favorable. Le traitement par le fosinopril sodique doit être interrompu et le patient doit être étroitement surveillé. Les mesures suggérées comprennent l’induction de vomissements et / ou un lavage gastrique, et la correction de l’hypotension par des procédures établies.

Le fosinopril est mal éliminé du corps par hémodialyse ou dialyse péritonéale.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC), code ATC: C09A A09

Mécanisme d’action

Le fosinopril sodique est le promédicament ester de l’inhibiteur de l’ACE à action prolongée, le fosinoprilaat. Après administration orale, le fosinopril est rapidement et entièrement métabolisé en fosinoprilate actif. Le fosinopril sodique contient un groupe phosphinique capable de se lier spécifiquement au site actif de l’enzyme de conversion de la peptidyl dipeptidase angiotensine, empêchant la conversion du décapeptide angiotensine I en octapeptide, l’angiotensine II. La réduction des taux d’angiotensine II qui en résulte entraîne une réduction de la vasoconstriction et une diminution de la sécrétion d’aldostérone, ce qui pourrait induire une légère augmentation de la kaliémie et une perte de sodium et de liquide. Habituellement, il n’y a pas de changement dans le débit sanguin rénal ou le taux de filtration glomérulaire.

L’inhibition de l’ECA prévient également la dégradation de la bradykinine vasodépressive puissante, contribuant à l’effet antihypertenseur; Le fosinopril sodique présente une action thérapeutique chez les patients hypertendus à faible taux de rénine.

Chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque, on suppose que les effets bénéfiques du fosinopril sodique sont principalement dus à la suppression du système rénine-angiotensine-aldostérone; L’inhibition de l’ECA produit une réduction de la pré-charge et de la post-charge.

Pharmacodynamique

L’administration de fosinopril sodique à des patients souffrant d’hypertension entraîne une réduction de la pression artérielle en décubitus et debout sans augmentation significative de la fréquence cardiaque.

En cas d’hypertension, le fosinopril sodique réduit la tension artérielle dans l’heure suivant l’administration, l’effet maximal étant observé dans les 3 à 6 heures. Avec la posologie quotidienne habituelle, l’effet anti-hypertenseur dure 24 heures

Chez certains patients recevant des doses plus faibles, l’effet peut être réduit à la fin de l’intervalle posologique.

Les effets orthostatiques et la tachycardie sont rares mais peuvent survenir chez les patients présentant une déplétion saline ou une hypovolémie (voir rubrique 4.4). Chez certains patients, le développement d’une réduction optimale de la tension artérielle peut nécessiter 3 à 4 semaines de traitement. Le fosinopril sodique et les diurétiques thiazidiques ont des effets additifs.

En cas d’insuffisance cardiaque, le fosinopril sodique améliore les symptômes et la tolérance à l’effort et réduit la gravité et la fréquence des hospitalisations dues à une insuffisance cardiaque.

Dans une étude portant sur 8 patients cirrhotiques, le fosinopril à 20 mg / jour pendant un mois n’a pas modifié les fonctions hépatiques (alanine transférase, gamma-glutamyl-transpeptidase, test de clairance du galactose et antipyrine) ou rénales.

La réduction de la pression artérielle avec des doses cibles faibles (0,1 mg / kg), moyennes (0,3 mg / kg) et élevées (0,6 mg / kg) de fosinopril une fois par jour a été évaluée dans une étude randomisée en double aveugle portant sur 252 enfants et adolescents âgés. 6 – 16 ans avec hypertension ou tension artérielle élevée. À la fin des quatre semaines de traitement, la réduction moyenne par rapport à la valeur initiale de la pression artérielle systolique résiduelle était similaire chez les enfants traités avec du fosinopril à faible, moyenne et forte dose. Aucune relation dose-réponse n’a été démontrée entre les trois doses. La dose optimale n’a pas été déterminée chez les enfants de tout âge. Une dose appropriée n’est pas disponible pour les enfants pesant moins de 50 kg.

“Deux grands essais contrôlés randomisés (ONTARGET (ONT Telmisartan seul et en combinaison avec Ramipril Global Endpoint Trial), VA NEPHRON-D (La néphropathie des anciens combattants dans le diabète) ont examiné l’utilisation de l’association d’un inhibiteur de l’ECA avec une angiotensine II bloqueur des récepteurs.

ONTARGET était une étude menée chez des patients ayant des antécédents de maladie cardiovasculaire ou cérébrovasculaire, ou de diabète sucré de type 2, accompagnés de signes de lésions des organes cibles. VA NEPHRON-D était une étude chez des patients atteints de diabète sucré de type 2 et de néphropathie diabétique.

Ces études n’ont montré aucun effet bénéfique significatif sur les résultats rénaux et / ou cardiovasculaires et la mortalité, alors qu’un risque accru d’hyperkaliémie, de lésion rénale aiguë et / ou d’hypotension par rapport à la monothérapie a été observé.

Étant donné leurs propriétés pharmacodynamiques similaires, ces résultats sont également pertinents pour d’autres inhibiteurs de l’ECA et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II.

Les inhibiteurs de l’ECA et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II ne doivent donc pas être utilisés de façon concomitante chez les patients atteints de néphropathie diabétique.

ALTITUDE (Essai d’aliskiren dans le diabète de type 2 utilisant des critères cardiovasculaires et rénaux) a été conçu pour tester le bénéfice de l’ajout d’aliskiren à un traitement standard d’un inhibiteur de l’ECA ou d’un antagoniste des récepteurs de l’angiotensine II chez des patients atteints de diabète sucré chronique. une maladie rénale, une maladie cardiovasculaire ou les deux. L’étude a été interrompue prématurément en raison d’un risque accru de résultats indésirables. Les décès cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux étaient numériquement plus fréquents dans le groupe aliskiren que dans le groupe placebo et les événements indésirables et les événements indésirables graves (hyperkaliémie, hypotension et dysfonctionnement rénal) étaient plus fréquemment rapportés dans le groupe aliskiren que dans le groupe placebo.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Après administration orale, l’extension de l’absorption du fosinopril est en moyenne de 30% à 40%. L’absorption du fosinopril n’est pas affectée par la présence de nourriture dans le tractus gastro-intestinal, mais le taux d’absorption pourrait être réduit. L’hydrolyse rapide et complète du fosinoprilate actif se produit dans la muqueuse gastro-intestinale et le foie.

Le temps nécessaire pour atteindre la C max est indépendant de la dose, atteinte en environ trois heures et compatible avec l’inhibition maximale de la réponse pressive de l’angiotensine I 3 à 6 heures après l’administration. Après l’administration de doses multiples ou uniques, les paramètres pharmacocinétiques (C max , ASC) sont directement proportionnels à la dose de fosinopril administrée.

Distribution

Le fosinoprilate est fortement lié aux protéines (> 95%), a un volume de distribution relativement faible et une liaison négligeable aux composants cellulaires du sang.

Biotransformation

Une heure après l’administration orale de fosinopril sodique, moins de 1% de fosinopril dans le plasma demeure inchangé; 75% est présent sous forme de fosinoprilate actif, 15 à 20% sous forme de fosinoprilate glucuronide (inactif) et le reste (environ 5%) sous forme de métabolite 4-hydroxy du fosinoprilate (actif).

Élimination

Après administration intraveineuse, l’élimination du fosinopril se fait par voie hépatique et rénale. Chez les patients hypertendus ayant une fonction rénale et hépatique normale ayant reçu des doses répétées de fosinopril, le T ½ efficace pour l’accumulation de fosinoprilate était en moyenne de 11,5 heures. Chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque, la T ½ efficace était de 14 heures. L’élimination du fosinopril se fait par voie hépatique et rénale.

Groupes de patients spéciaux

Chez les patients insuffisants rénaux (clairance de la créatinine <80 ml / min / 1,73 m 2 ), la clairance corporelle totale du fosinoprilat est environ la moitié de celle observée chez les patients ayant une fonction rénale normale, sans modification significative de l’absorption, de la biodisponibilité et la liaison aux protéines plasmatiques. La clairance du fosinoprilat ne varie pas en fonction du degré d’insuffisance rénale; la réduction de l’élimination rénale est compensée par l’augmentation de l’élimination hépato-biliaire. Une légère augmentation des valeurs de l’ASC (inférieure au double des valeurs normales) a été observée chez des patients présentant plusieurs degrés d’insuffisance rénale, y compris une insuffisance rénale terminale (clairance de la créatinine <10 ml / min / 1,73 m 2 ).

Chez les patients présentant une insuffisance hépatique (alcoolisme ou cirrhose biliaire), l’hydrolyse du fosinopril sodique n’est pas significativement réduite, bien que le taux d’hydrolyse puisse être réduit; la clairance totale du fosinoprilat est près de la moitié de la clairance observée chez les patients ayant une fonction hépatique normale.

Des données pharmacocinétiques limitées chez les enfants et les adolescents ont été fournies par une étude pharmacocinétique en dose unique chez 19 patients hypertendus âgés de 6 à 16 ans ayant reçu 0,3 mg / kg d’une solution de fosinopril.

Il faut démontrer si les valeurs de l’ASC et du C max du fosinoprilat (forme active du fosinopril) chez les enfants de 6 à 16 ans étaient comparables à celles observées chez les adultes recevant 20 mg de fosinopril en solution.

La demi-vie d’élimination terminale du fosinoprilate était de 11 à 13 heures et similaire à tous les stades d’études.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données précliniques ne révèlent aucun risque particulier pour l’homme sur la base d’études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité à doses répétées, de génotoxicité et de potentiel carcinogène. Les études de toxicité pour la reproduction suggèrent que le fosinopril n’a aucun effet négatif sur la fertilité et la performance de reproduction chez le rat, et qu’il n’est pas tératogène. Les inhibiteurs de l’ECA, en tant que classe, administrés au cours du deuxième ou du troisième trimestre, ont induit des effets indésirables sur le développement fœtal tardif, entraînant la mort du fœtus et des effets congénitaux, en particulier sur le crâne. Une foetotoxicité, un retard de croissance intra-utérin et une persistance du canal artériel ont également été rapportés. Ces anomalies du développement sont en partie dues à une action directe des inhibiteurs de l’ECA sur le système rénine-angiotensine fœtale et en partie à l’ischémie résultant de l’hypotension maternelle et de la diminution du débit sanguin fœto-placentaire et de l’apport d’oxygène / nutriments au fœtus. Dans une étude dans laquelle des rats femelles ont reçu du fosinopril avant l’accouplement pendant la gestation, une augmentation de l’incidence des décès de petits rats s’est produite pendant l’allaitement. Il a été démontré que la substance traverse le placenta et est sécrétée dans le lait.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose anhydre

La cellulose microcristalline

Crospovidone

Stéarylfumarate de sodium

Povidone (K-30)

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

2 ans

6.4 Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite aucune condition de stockage particulière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

PVC / PE / PVdC / aluminium blister:

Conditionnement: 10, 14, 20, 21, 28, 30, 42, 50, 56, 60, 98, 100 et 400 comprimés

Bouteille en HDPE avec bouchon en polypropylène contenant un sachet de gel de silice et une bobine de coton

Taille du paquet: 28 et 500 comprimés

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Milpharm Limitée

Ares, Odyssey Business Park, West End Road,

South Ruislip HA4 6QD.

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 16363/0314

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

14/10/2011

10. Date de révision du texte

30/03/2017