Fluvoxamine 50mg comprimés pelliculés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Fluvoxamine 50mg Comprimés pelliculés

2. Composition qualitative et quantitative

Fluvoxamine Maleate 50mg

Pour une liste complète des excipients , voir la section 6.1

3. Forme pharmaceutique

Tablette.

Blanc à blanc cassé, comprimés circulaires pelliculés. Face supérieure FX / 50, face inférieure CP.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Épisode dépressif majeur.

Trouble obsessionnel compulsif (TOC).

4.2 Posologie et mode d’administration

Dépression:

Adultes

La dose recommandée est de 100 mg par jour. Les patients doivent commencer 50 ou 100 mg, administrés en une seule dose le soir. La posologie doit être revue et ajustée si nécessaire dans les trois à quatre semaines suivant le début du traitement, puis jugée cliniquement appropriée. Bien qu’il puisse y avoir un risque accru d’effets indésirables à des doses plus élevées, si après quelques semaines à la dose recommandée, une réponse insuffisante est observée, certains patients peuvent bénéficier d’une augmentation progressive de leur dose jusqu’à 300 mg par jour (voir rubrique 5.1). Des doses allant jusqu’à 150 mg peuvent être administrées en une seule dose, de préférence le soir. Il est recommandé d’administrer une dose quotidienne totale de plus de 150 mg en deux ou trois doses fractionnées. Les ajustements de dosage devraient être faits soigneusement sur une base individuelle de patient, pour maintenir les patients à la dose efficace la plus basse.

Les patients souffrant de dépression devraient être traités pendant une période suffisante d’au moins six mois pour s’assurer qu’ils sont exempts de symptômes.

Enfants / adolescents

Fluvoxamine ne doit pas être utilisé chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans pour le traitement de l’épisode dépressif majeur. L’efficacité et la tolérance de Fluvoxamine n’ont pas été établies dans le traitement de l’épisode dépressif majeur pédiatrique (voir rubrique 4.4).

Trouble obsessionnel compulsif:

Adultes

La dose recommandée est entre 100-300 mg par jour. Les patients devraient commencer à 50mg par jour. Bien qu’il puisse y avoir un potentiel accru d’effets indésirables à des doses plus élevées, si après quelques semaines à la dose recommandée, une réponse insuffisante est observée, certains patients peuvent bénéficier d’une augmentation progressive de leur dose jusqu’à maximum de 300 mg par jour (voir rubrique 5.1). Des doses allant jusqu’à 150 mg peuvent être administrées en une seule dose, de préférence le soir. Il est recommandé d’administrer une dose quotidienne totale de plus de 150 mg en deux ou trois doses fractionnées. Si une bonne réponse thérapeutique a été obtenue, le traitement peut être poursuivi à une dose ajustée sur une base individuelle.

Bien qu’il n’y ait pas d’études systématiques pour répondre à la question de savoir combien de temps il faut continuer le traitement par la fluvoxamine, le TOC est une maladie chronique et il est raisonnable de considérer la poursuite au-delà de 10 semaines chez les patients répondeurs. Les ajustements de dosage devraient être faits soigneusement sur une base individuelle de patient, pour maintenir les patients à la dose efficace la plus basse. Le besoin de traitement devrait être réévalué périodiquement. Certains cliniciens préconisent une psychothérapie comportementale concomitante pour les patients qui ont obtenu de bons résultats en pharmacothérapie. L’efficacité à long terme (plus de 24 semaines) n’a pas été démontrée dans OCD.

Enfants / adolescents

Chez les enfants de plus de huit ans et les adolescents, il existe des données limitées sur une dose allant jusqu’à 100 mg bid pendant 10 semaines. La dose initiale est de 25 mg par jour. Augmenter tous les 4 à 7 jours par paliers de 25 mg, jusqu’à ce qu’une dose efficace soit atteinte. La dose maximale chez les enfants ne doit pas dépasser 200 mg / jour. (Pour plus de détails, voir les sections 5.1 et 5.2). Il est recommandé d’administrer une dose quotidienne totale de plus de 50 mg en deux prises. Si les deux doses divisées ne sont pas égales, la plus grande dose doit être administrée au coucher.

Symptômes de sevrage observés à l’arrêt de la fluvoxamine:

L’arrêt brusque devrait être évité. Lors de l’arrêt du traitement par la fluvoxamine, la dose doit être progressivement réduite sur une période d’au moins une ou deux semaines afin de réduire le risque de réactions de sevrage (voir rubriques 4.4 et 4.8). Si des symptômes intolérables surviennent après une diminution de la dose ou à l’arrêt du traitement, la reprise de la dose prescrite peut être envisagée. Par la suite, le médecin peut continuer à diminuer la dose, mais à un rythme plus progressif.

Insuffisance hépatique ou rénale

Les patients souffrant d’insuffisance hépatique ou rénale doivent commencer à faible dose et être surveillés attentivement.

Méthode d’administration

Les comprimés de fluvoxamine doivent être avalés avec de l’eau et sans mâcher.

4.3 Contre-indications

Les comprimés de fluvoxamine sont contre-indiqués en association avec la tizanidine et les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO) (voir rubriques 4.4 et 4.5).

Le traitement par la fluvoxamine peut être initié:

– deux semaines après l’arrêt d’un IMAO irréversible , ou

– le jour suivant l’arrêt d’un IMAO réversible (p. ex. moclobémide, linézolide).

Voir rubrique 4.4 pour les précautions dans le cas exceptionnel où le linézolide doit être administré en association avec la fluvoxamine.

Au moins une semaine doit s’écouler entre l’arrêt de la fluvoxamine et l’instauration d’un traitement par un IMAO.

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Suicide / pensées suicidaires ou aggravation clinique:

La dépression est associée à un risque accru de pensées suicidaires, d’automutilation et de suicide (événements liés au suicide). Ce risque persiste jusqu’à ce qu’une rémission significative se produise. Comme l’amélioration peut ne pas se produire au cours des premières semaines ou plus de traitement, les patients doivent être étroitement surveillés jusqu’à ce qu’une telle amélioration se produise. C’est l’expérience clinique générale que le risque de suicide peut augmenter dans les premiers stades de récupération.

D’autres troubles psychiatriques pour lesquels la fluvoxamine est prescrite peuvent également être associés à un risque accru d’événements liés au suicide. En outre, ces conditions peuvent être comorbides avec un trouble dépressif majeur. Les mêmes précautions observées lors du traitement de patients présentant un trouble dépressif majeur doivent donc être observées lors du traitement de patients présentant d’autres troubles psychiatriques.

Les patients ayant des antécédents d’événements suicidaires, ou ceux présentant un degré élevé d’idées suicidaires avant le début du traitement, sont plus à risque de pensées suicidaires ou de tentatives de suicide et devraient faire l’objet d’une surveillance attentive pendant le traitement.

Jeunes adultes (de 18 à 24 ans)

Une méta-analyse d’essais cliniques contrôlés contre placebo sur des antidépresseurs chez des patients adultes atteints de troubles psychiatriques a montré un risque accru de comportement suicidaire avec les antidépresseurs par rapport au placebo chez les patients de moins de 25 ans.

Une surveillance étroite des patients, en particulier des patients à haut risque, doit accompagner la pharmacothérapie, en particulier en début de traitement et après des changements de dose.

Les patients (et les soignants des patients) doivent être avertis de la nécessité de surveiller toute aggravation clinique, tout comportement suicidaire ou pensées et tout changement de comportement inhabituel et de consulter immédiatement un médecin si ces symptômes se manifestent.

Population pédiatrique:

Fluvoxamine ne doit pas être utilisé dans le traitement des enfants et des adolescents de moins de 18 ans, à l’exception des patients atteints de troubles obsessionnels compulsifs. Les comportements liés au suicide (tentative de suicide et pensées suicidaires) et l’hostilité (agression prédominante, comportement oppositionnel et colère) ont été plus fréquemment observés dans les essais cliniques chez les enfants et adolescents traités par antidépresseurs comparativement à ceux traités par placebo. Si, en fonction des besoins cliniques, une décision de traiter est néanmoins prise, le patient doit être surveillé attentivement pour détecter l’apparition de symptômes suicidaires.

En outre, les données de sécurité à long terme chez les enfants et les adolescents concernant la croissance, la maturation et le développement cognitif et comportemental font défaut.

Population gériatrique:

Les données chez les sujets âgés ne donnent aucune indication de différences cliniquement significatives dans les doses quotidiennes normales par rapport aux sujets plus jeunes. Cependant, la posologie de la dose à la hausse doit être plus lente chez les personnes âgées, et le dosage doit toujours être fait avec prudence.

Insuffisance rénale et hépatique :

Les patients souffrant d’insuffisance hépatique ou rénale doivent commencer à faible dose et être surveillés attentivement.

Le traitement par la fluvoxamine a rarement été associé à une augmentation des enzymes hépatiques, généralement accompagnée de symptômes cliniques. Dans de tels cas, le traitement doit être interrompu.

Symptômes de sevrage observés à l’arrêt du traitement par la fluvoxamine:

Les symptômes de sevrage à l’arrêt du traitement sont fréquents, en particulier si l’arrêt est brutal (voir rubrique 4.8). Dans les essais cliniques, des effets indésirables observés à l’arrêt du traitement sont survenus chez environ 12% des patients traités par fluvoxamine, ce qui est similaire à l’incidence observée chez les patients sous placebo. Le risque de symptômes de sevrage peut dépendre de plusieurs facteurs, notamment la durée et la dose du traitement, ainsi que le taux de réduction de la dose.

Les symptômes les plus fréquemment associés au retrait du produit incluent: vertiges, troubles sensoriels (y compris paresthésie, troubles visuels et sensations de choc électrique), troubles du sommeil (insomnie et rêves intenses), agitation, irritabilité, confusion, instabilité émotionnelle, maux de tête , nausées et / ou vomissements et diarrhée, transpiration et palpitations, tremblements et anxiété (voir rubrique 4.8).

Généralement, ces événements sont légers à modérés; Cependant, chez certains patients, ils peuvent être sévères. Ils surviennent habituellement dans les premiers jours suivant l’arrêt du traitement, mais de très rares cas de tels symptômes ont été signalés chez des patients ayant oublié une dose par inadvertance.

En général, ces symptômes sont spontanément résolutifs et disparaissent habituellement dans les deux semaines, mais chez certaines personnes, ils peuvent être prolongés (2-3 mois ou plus). Il est donc conseillé de réduire progressivement la fluvoxamine à l’arrêt du traitement sur une période de plusieurs semaines ou mois, en fonction des besoins du patient (voir rubrique 4.2).

Troubles psychiatriques:

Fluvoxamine doit être utilisé avec prudence chez les patients ayant des antécédents de manie / hypomanie. Fluvoxamine devrait être arrêté dans n’importe quel patient entrant dans une phase maniaque.

Akathisie / agitation psychomotrice:

L’utilisation de la fluvoxamine a été associée au développement de l’acathisie, caractérisée par une agitation subjectivement désagréable ou pénible et un besoin de bouger souvent accompagné d’une incapacité à s’asseoir ou à rester immobile. Ceci est le plus susceptible de se produire dans les premières semaines de traitement. Chez les patients qui développent ces symptômes, l’augmentation de la dose peut être préjudiciable.

Troubles du système nerveux:

Bien que dans les études sur l’animal, la fluvoxamine n’ait pas de propriétés pro-convulsives, la prudence est recommandée lorsque le médicament est administré à des patients ayant des antécédents de troubles convulsifs. La fluvoxamine doit être évitée chez les patients souffrant d’épilepsie instable et les patients atteints d’épilepsie contrôlée doivent être surveillés attentivement. Le traitement par la fluvoxamine doit être interrompu si des crises surviennent ou si la fréquence des crises augmente.

En de rares occasions, des cas de syndrome sérotoninergique ou de syndrome malin des neuroleptiques ont été rapportés en association avec le traitement de la fluvoxamine, en particulier lorsqu’ils sont associés à d’autres médicaments sérotoninergiques et / ou neuroleptiques. Comme ces syndromes peuvent entraîner des affections potentiellement mortelles, le traitement par fluvoxamine doit être arrêté si de tels événements (caractérisés par des symptômes tels que hyperthermie, rigidité, myoclonie, instabilité autonome avec d’éventuelles fluctuations rapides des signes vitaux, changements de l’état mental, confusion comprise). , irritabilité, agitation extrême progressant vers le délire et le coma) et un traitement symptomatique de soutien doit être initié.

Dans des circonstances exceptionnelles, le linézolide (un antibiotique MAOI réversible, relativement faible, non sélectif) peut être administré en association avec la fluvoxamine à condition qu’il existe des moyens permettant une observation et une prise en charge rapprochées des symptômes du syndrome sérotoninergique (voir rubrique 4.3 et 4.5). Si des symptômes apparaissent, les médecins devraient envisager d’arrêter l’un ou les deux agents.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Comme avec d’autres ISRS, l’hyponatrémie a été rarement rapportée, et il semble être réversible lorsque la fluvoxamine est arrêtée. Certains cas étaient probablement dus au syndrome de sécrétion inappropriée d’hormone antidiurétique. La majorité des rapports étaient associés à des patients plus âgés.

Le contrôle glycémique peut être perturbé (hyperglycémie, hypoglycémie, diminution de la tolérance au glucose), en particulier au début du traitement. Lorsque la fluvoxamine est administrée à des patients ayant des antécédents connus de diabète sucré, la posologie de médicaments antidiabétiques peut devoir être ajustée.

Troubles oculaires

Une mydriase a été rapportée en association avec des ISRS tels que la fluvoxamine. Par conséquent, des précautions doivent être prises lors de la prescription de fluvoxamine chez les patients présentant une pression intraoculaire élevée ou chez ceux présentant un risque de glaucome aigu à angle fermé.

Troubles hématologiques

Des cas de troubles hémorragiques ont été signalés: saignement gastro-intestinal, hémorragie gynécologique et autres hémorragies cutanées ou muqueuses avec des ISRS. La prudence est recommandée chez les patients prenant des ISRS en particulier chez les patients âgés et chez les patients utilisant simultanément des médicaments connus pour affecter la fonction plaquettaire (antipsychotiques atypiques et phénothiazines, la plupart des ATC, acide acétylsalicylique, AINS) ou des médicaments augmentant le risque hémorragique. les patients ayant des antécédents de saignement et ceux ayant des affections prédisposantes (par exemple, thrombocytopénie ou troubles de la coagulation).

Troubles cardiaques:

La fluvoxamine ne doit pas être co-administrée avec la terfénadine, l’astémizole ou le cisapride, car les concentrations plasmatiques peuvent être augmentées, ce qui augmente le risque d’allongement de l’intervalle QT / torsades de pointes.

En raison du manque d’expérience clinique, une attention particulière est recommandée en cas d’infarctus du myocarde post-aigu.

Électroconvulsivothérapie (ECT)

L’expérience clinique de l’administration concomitante de fluvoxamine et d’ECT étant limitée, la prudence est recommandée.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Interactions pharmacodynamiques

Les effets sérotoninergiques de la fluvoxamine peuvent être améliorés lorsqu’ils sont utilisés en association avec d’autres agents sérotoninergiques (y compris le tramadol, les triptans, le linézolide, les ISRS et les préparations de millepertuis). (Voir aussi la section 4.4).

La fluvoxamine a été utilisée en association avec le lithium dans le traitement de patients gravement malades et pharmacorésistants. Cependant, le lithium (et peut-être aussi le tryptophane) augmente les effets sérotoninergiques de la fluvoxamine. L’association doit être utilisée avec précaution chez les patients présentant une dépression sévère et pharmacorésistante.

Chez les patients prenant des anticoagulants oraux et de la fluvoxamine, le risque d’hémorragie peut augmenter et ces patients doivent donc être étroitement surveillés.

Comme avec d’autres médicaments psychotropes, les patients doivent être avisés d’éviter la consommation d’alcool pendant la prise de fluvoxamine.

Inhibiteurs de la monoamine oxydase

La fluvoxamine ne doit pas être utilisée en association avec des IMAO, y compris le linézolide, en raison du risque de syndrome sérotoninergique (voir également rubriques 4.3 et 4.4).

Effet de la fluvoxamine sur le métabolisme oxydatif d’autres médicaments

La fluvoxamine peut inhiber le métabolisme des médicaments métabolisés par certaines isoenzymes du cytochrome P450 (CYP). Une forte inhibition du CYP1A2 et du CYP 2C19 est démontrée dans des études in vitro et in vivo . CYP2C9, CYP 2D6 et CYP3A4 sont inhibés dans une moindre mesure. Les médicaments qui sont largement métabolisés par ces isoenzymes sont éliminés plus lentement et peuvent avoir des concentrations plasmatiques plus élevées lorsqu’ils sont co-administrés avec la fluvoxamine.

L’administration concomitante de fluvoxamine et de ces médicaments doit être amorcée ou ajustée à la limite inférieure de leur gamme posologique. Les concentrations plasmatiques, les effets ou les effets indésirables des médicaments co-administrés doivent être surveillés et leur posologie doit être réduite, si nécessaire.

Ceci est particulièrement pertinent pour les médicaments avec un index thérapeutique étroit.

Composés à index thérapeutique étroit

L’administration concomitante de fluvoxamine et de médicaments à index thérapeutique étroit (tels que tacrine, théophylline, méthadone, mexilétine, phénytoïne, carbamazépine et cyclosporine) doit être surveillée attentivement lorsque ces médicaments sont métabolisés exclusivement ou par une association de CYP inhibés par la fluvoxamine.

Si nécessaire, un ajustement posologique de ces médicaments est recommandé.

Une augmentation des niveaux plasmatiques précédemment stables des antidépresseurs tricycliques (clomipramine, imipramine, amitriptyline) et des neuroleptiques (p. Ex. Clozapine et olanzapine, quétiapine) qui sont largement métabolisés par le cytochrome P450 1A2 en association avec la fluvoxamine, a été rapportée. Une diminution de la dose de ces produits doit être envisagée si un traitement par la fluvoxamine est initié.

Les taux plasmatiques de benzodiazépines métabolisées par oxydation (p. Ex., Triazolam, midazolam, alprazolam et diazépam) sont susceptibles d’être augmentés lorsqu’ils sont administrés en concomitance avec la fluvoxamine. Le dosage de ces benzodiazépines devrait être réduit pendant la co-administration avec la fluvoxamine.

Les concentrations plasmatiques de ropinirole pouvant être augmentées en association avec la fluvoxamine augmentant ainsi le risque de surdosage, la surveillance et la réduction du dosage du ropinirole pendant le traitement par fluvoxamine et après son retrait peuvent être nécessaires.

Comme les concentrations plasmatiques de propranolol sont augmentées en association avec la fluvoxamine, la dose de propranolol peut devoir être diminuée.

Lorsqu’elles sont administrées avec de la fluvoxamine, les concentrations plasmatiques de warfarine sont significativement augmentées et les temps de prothrombine sont prolongés.

Cas d’effets secondaires accrus

Des cas isolés de toxicité cardiaque ont été rapportés lorsque la fluvoxamine était associée à la thioridazine.

Les concentrations plasmatiques de caféine sont susceptibles d’être augmentées lors de l’administration concomitante de fluvoxamine. Ainsi, les patients qui consomment de grandes quantités de boissons contenant de la caféine devraient réduire leur consommation lorsque la fluvoxamine est administrée et les effets néfastes de la caféine (comme les tremblements, les palpitations, la nausée, l’agitation, l’insomnie) sont observés.

Terfénadine, astémizole, cisapride, sildénafil (voir également rubrique 4.4).

La fluvoxamine n’influence pas les concentrations plasmatiques de digoxine.

La fluvoxamine n’influence pas les concentrations plasmatiques d’aténolol.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Des données épidémiologiques ont suggéré que l’utilisation d’inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) pendant la grossesse, en particulier en fin de grossesse, pourrait augmenter le risque d’hypertension pulmonaire persistante chez le nouveau-né (PPHN). Le risque observé était d’environ 5 cas pour 1000 grossesses. Dans la population générale, 1 à 2 cas de PPHN pour 1000 grossesses se produisent.

Des études de toxicité sur la reproduction chez les animaux ont révélé des augmentations de l’embryotoxicité liées au traitement (mort embryofœtale, anomalies de l’œil fœtal). La pertinence pour les humains est inconnue. La marge de sécurité pour la toxicité pour la reproduction est inconnue (voir rubrique 5.3).

La fluvoxamine ne doit pas être utilisée pendant la grossesse, sauf si l’état clinique de la femme nécessite un traitement par la fluvoxamine.

Des cas isolés de symptômes de sevrage chez le nouveau-né ont été décrits après l’utilisation de la fluvoxamine à la fin de la grossesse.

Certains nourrissons ont des difficultés d’alimentation et / ou respiratoires, convulsions, instabilité de température, hypoglycémie, tremblements, tonus musculaire anormal, nervosité, cyanose, irritabilité, léthargie, somnolence, vomissements, difficulté à dormir et pleurs constants après une exposition aux ISRS au troisième trimestre. hospitalisation prolongée.

Allaitement maternel

La fluvoxamine est excrétée par le lait maternel en petites quantités. Par conséquent, le médicament ne doit pas être utilisé par les femmes qui allaitent.

La fertilité

Des études de toxicité pour la reproduction chez les animaux ont montré que la fluvoxamine nuit à la fertilité des mâles et des femelles. La marge de sécurité pour cet effet n’a pas été identifiée. La pertinence de ces résultats pour l’homme est inconnue (voir rubrique 5.3).

Les données chez l’animal ont montré que la fluvoxamine pouvait affecter la qualité du sperme (voir rubrique 5.3). Les rapports de cas humains avec certains ISRS ont montré qu’un effet sur la qualité du sperme est réversible. L’impact sur la fertilité humaine n’a pas été observé jusqu’à présent.

La fluvoxamine ne doit pas être utilisée chez les patients qui tentent de concevoir, sauf si l’état clinique du patient nécessite un traitement par la fluvoxamine.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

La fluvoxamine jusqu’à 150 mg n’a aucun effet ou qu’un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Il n’a montré aucun effet sur les compétences psychomotrices associées à la conduite et à l’utilisation de machines chez des volontaires sains. Cependant, une somnolence a été rapportée pendant le traitement par la fluvoxamine. Par conséquent, la prudence est recommandée jusqu’à ce que la réponse individuelle au médicament ait été déterminée.

4.8 Effets indésirables

Les événements indésirables, observés dans les études cliniques aux fréquences énumérées ci-dessous, sont souvent associés à la maladie et ne sont pas nécessairement liés au traitement.

Estimation de fréquence: Très fréquent (≥1 / 10), commun (≥1 / 100 à <1/10), rare (≥1 / 1.000 à <1/100), rare (≥1 / 10.000 à <1/1000) , très rare (<1/10 000), non connu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Classe d’organe de système

Commun

Rare

Rare

Très rare

Fréquence non connue

Troubles endocriniens

Hyperprolactinémie, sécrétion inappropriée d’hormone antidiurétique.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Anorexie

Hyponatrémie, augmentation du poids, diminution du poids

Troubles psychiatriques

Hallucination, stade confusionnel, agression

La manie

Idées suicidaires (voir rubrique 4.4)

Troubles du système nerveux

Agitation, nervosité, anxiété, insomnie, somnolence, tremblements, maux de tête, vertiges

Trouble extrapyramidal, ataxie

Convulsion

Des cas de syndrome sérotoninergique, de syndrome pseudo-malin des neuroleptiques, de paresthésie, de dysgueusie et de SIADH ont été rapportés (voir également rubrique 4.4).

Agitation psychomotrice / Akathisie (voir rubrique 4.4).

Troubles oculaires

Glaucome, mydriase

Troubles rénaux et urinaires

trouble de la miction (y compris la rétention urinaire, l’incontinence urinaire, la pollakiurie, la nycturie et l’énurésie)

Troubles cardiaques

Palpitations / tachycardie

Troubles vasculaires

(Hypotension orthostatique

Hémorragie (par exemple, hémorragie gastro-intestinale, gynécologique, hémorragique, ecchymose, purpura)

Problèmes gastro-intestinaux

Douleurs abdominales, constipation, diarrhée, bouche sèche, dyspepsie, nausées, vomissements

Troubles hépatobiliaires

Fonction hépatique anormale

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Hyperhydrose

Transpiration

Réactions cutanées d’hypersensibilité (y compris œdème angioneurotique, éruption cutanée, prurit)

Réaction de photosensibilité

Troubles musculo-squelettiques, du tissu conjonctif et des os

Arthralgie, myalgie

** Fractures osseuses

Système reproducteur et troubles mammaires

Éjaculation anormale (retardée)

Galactorrhée

Anorgasmie, troubles menstruels (tels que aménorrhée, hypoménorrhée, métrorragie, ménorragie).

Troubles généraux et réactions au site d’administration

Asthénie, malaise

syndrome de sevrage médicamenteux, y compris syndrome de sevrage médicamenteux néonatal (voir rubrique 4.6)

* Les nausées, parfois accompagnées de vomissements, sont les symptômes les plus fréquemment associés au traitement par la fluvoxamine. Cet effet secondaire diminue habituellement au cours des deux premières semaines de traitement.

** Effets de classe: Les études épidémiologiques, principalement menées chez des patients âgés de 50 ans et plus, montrent un risque accru de fractures osseuses chez les patients recevant des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) et des antidépresseurs tricycliques (ATC). Le mécanisme conduisant à ce risque est inconnu.

Des cas d’idées suicidaires et de comportements suicidaires ont été rapportés pendant le traitement par fluvoxamine ou tôt après l’arrêt du traitement (voir rubrique 4.4).

Symptômes de sevrage observés à l’arrêt du traitement par la fluvoxamine:

L’arrêt de la fluvoxamine (particulièrement lorsqu’elle est brutale) entraîne généralement des symptômes de sevrage. Vertiges, troubles sensoriels (y compris paresthésie, troubles visuels et chocs électriques), troubles du sommeil (insomnie et rêves intenses), agitation et anxiété, irritabilité, confusion, instabilité émotionnelle, nausées et / ou vomissements, diarrhée, transpiration, palpitations, maux de tête et les tremblements sont les réactions les plus fréquemment rapportées. En général, ces événements sont d’intensité légère à modérée et se limitent spontanément, mais chez certains patients, ils peuvent être graves et / ou prolongés. Il est donc conseillé que lorsque le traitement par la fluvoxamine n’est plus nécessaire, l’arrêt progressif par réduction progressive de la dose doit être effectué (voir rubriques 4.2 et 4.4).

Population pédiatrique

Dans un essai de 10 semaines contrôlé par placebo chez des enfants et des adolescents atteints de TOC, les effets indésirables fréquemment signalés avec une incidence plus élevée que le placebo étaient: insomnie, asthénie, agitation, hyperkinésie, somnolence et dyspepsie. Les événements indésirables graves dans cette étude comprenaient: l’agitation et l’hypomanie.

Des convulsions chez les enfants et les adolescents ont été signalées pendant l’utilisation en dehors des essais cliniques.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable présumé via le programme Carte Jaune sur www.mhra.gov.uk/yellowcard ou à rechercher MHRA Yellow Card sur Google Play ou Apple App Store.

.

4.9 Surdosage

Symptômes

Les symptômes comprennent des troubles gastro-intestinaux (nausées, vomissements et diarrhée), de la somnolence et des étourdissements. Des événements cardiaques (tachycardie, bradycardie, hypotension), des troubles de la fonction hépatique, des convulsions et un coma ont également été rapportés.

La fluvoxamine a une grande marge de sécurité en cas de surdosage. Depuis l’introduction sur le marché, les rapports de décès attribués au surdosage de fluvoxamine seul ont été extrêmement rares. La dose documentée la plus élevée de fluvoxamine ingérée par un patient est de 12 grammes. Ce patient s’est complètement rétabli. Occasionnellement, des complications plus graves ont été observées en cas de surdosage délibéré de fluvoxamine en association avec d’autres médicaments.

Traitement

Il n’y a pas d’antidote spécifique à la fluvoxamine. En cas de surdosage, l’estomac doit être vidé dès que possible après l’ingestion du comprimé et un traitement symptomatique doit être administré. L’utilisation répétée de charbon médicinal, accompagné éventuellement d’un laxatif osmotique, est également recommandée. Une diurèse forcée ou une dialyse est peu susceptible d’être bénéfique.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Antidépresseurs, Inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine Code ATC: N06AB08

On pense que le mécanisme d’action de la fluvoxamine est lié à l’inhibition sélective de la recapture de la sérotonine dans les neurones du cerveau. Il y a une interférence minimale avec les processus noradrénergiques. Les études de liaison des récepteurs ont démontré que la fluvoxamine a une capacité de liaison négligeable aux récepteurs alpha adrénergiques, bêta-adrénergiques, histaminergiques, muscariniques cholinergiques, dopaminergiques ou sérotoninergiques.

Dans un essai contrôlé par placebo chez 120 patients atteints de TOC, âgés entre 8 et 17 ans, une amélioration statistiquement significative a été observée dans la population totale en faveur de la fluvoxamine à 10 semaines. Une autre analyse de sous-groupe a montré une amélioration de l’échelle d’évaluation C-YBOCS chez les enfants alors qu’aucun effet n’a été observé chez les adolescents. La dose moyenne était respectivement de 158 mg et 168 mg / jour.

Réponse à la dose

Aucun essai clinique formel n’a été mené sur la réponse à la dose de fluvoxamine. Cependant, l’expérience clinique montre que l’augmentation de la dose pourrait être bénéfique pour certains patients.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

La fluvoxamine est complètement absorbée après l’administration orale. Les concentrations plasmatiques maximales se produisent dans les 3 à 8 heures suivant l’administration. La biodisponibilité absolue moyenne est de 53%, en raison du métabolisme de premier passage.

La pharmacocinétique de la fluvoxamine n’est pas influencée par l’apport alimentaire concomitant.

Distribution

La liaison de la fluvoxamine aux protéines plasmatiques in vitro est de 80%. Le volume de distribution chez l’homme est de 25 1 / kg.

Métabolisme

La fluvoxamine subit un métabolisme important dans le foie. Bien que le CYP2D6 soit in vitro la principale isoenzyme impliquée dans le métabolisme de la fluvoxamine, les concentrations plasmatiques chez les métaboliseurs lents du CYP2D6 ne sont pas beaucoup plus élevées que chez les métaboliseurs rapides.

La demi-vie plasmatique moyenne est d’environ 13-15 heures après une dose unique, et légèrement plus longue (17-22 heures) au cours des doses répétées, lorsque les concentrations plasmatiques à l’état d’équilibre sont généralement atteintes en 10-14 jours.

La fluvoxamine subit une transformation hépatique importante, principalement par déméthylation oxydative, en au moins neuf métabolites, qui sont excrétés par les reins. Les deux principaux métabolites ont montré une activité pharmacologique négligeable. Les autres métabolites ne devraient pas être actifs sur le plan pharmacologique. La fluvoxamine est un puissant inhibiteur du CYP1A2 et du CYP2C19. Une inhibition modérée a été observée pour le CYP2C9, le CYP2D6 et le CYP3A4.

La fluvoxamine présente une pharmacocinétique linéaire à dose unique. Les concentrations à l’état d’équilibre sont plus élevées que celles calculées à partir de données à dose unique, et cette augmentation disproportionnée est plus prononcée avec des doses quotidiennes plus élevées.

Groupes de patients spéciaux

La pharmacocinétique de la fluvoxamine est similaire chez les adultes en bonne santé, les patients âgés et les patients atteints d’insuffisance rénale. Le métabolisme de la fluvoxamine est altéré chez les patients atteints d’une maladie hépatique.

Les concentrations plasmatiques de fluvoxamine à l’état d’équilibre étaient deux fois plus élevées chez les enfants (âgés de 6 à 11 ans) que chez les adolescents (âgés de 12 à 17 ans). Les concentrations plasmatiques chez les adolescents sont similaires à celles des adultes.

5.3 Données de sécurité précliniques

Carcinogenèse et mutagenèse

Il n’y a aucune preuve de cancérogénicité ou de mutagénicité avec la fluvoxamine.

Fertilité et toxicité pour la reproduction

Des études chez l’animal sur la fertilité des mâles et des femelles ont révélé une réduction de la performance d’accouplement, une diminution du nombre de spermatozoïdes et un indice de fertilité et une augmentation du poids des ovaires à des niveaux supérieurs à l’exposition humaine. Les effets ont été observés à des expositions> deux fois plus élevées que les expositions à la dose thérapeutique maximale. Comme il n’y a pas de marge de sécurité entre l’exposition à la NOAEL dans les études de reproduction et l’exposition à la dose thérapeutique maximale, un risque pour les patients ne peut pas être exclu.

Des études de toxicité pour la reproduction chez le rat ont montré que la fluvoxamine est embryotoxique (augmentation de la mortalité embryofœtale [résorptions], augmentation des anomalies fœtales [rétine pliée], diminution du poids fœtal et retard de l’ossification). Les effets sur le poids du fœtus et l’ossification sont susceptibles d’être secondaires à la toxicité maternelle (diminution du poids corporel maternel et du gain pondéral).

En outre, une incidence accrue de la mortalité périnatale des petits dans les études pré et postnatales a été observée.

La marge de sécurité pour la toxicité pour la reproduction est inconnue.

Dépendance physique et psychologique Le potentiel d’abus, de tolérance et de dépendance physique a été étudié dans un modèle de primate non humain. Aucune preuve de phénomènes de dépendance n’a été trouvée.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Mannitol

Amidon prégélatinisé

Amidon de maïs

Fumarate de stéaryle sodique

Opadry White Y-1-7000 (contenant de l’hydroxypropylméthylcellulose [HPMC], du polyéthylèneglycol [PEG] et de l’E171, oxyde de titane).

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

36 mois

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C. Stocker dans le récipient d’origine.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Blister constitué d’une feuille d’aluminium trempé dur (20 microns) et d’un film de PVC (250 microns) contenant 30, 60 et 90 comprimés dans des cartons.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Wockhardt UK Ltd

Ash Road North

Wrexham

LL13 9UF

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 29831/0096

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 18 septembre 2000

Date du dernier renouvellement: 03 mars 2008

10. Date de révision du texte

05/01/2018