Flutamide 250 mg comprimés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Flutamide 250 mg comprimés

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 250 mg de flutamide.

Excipient d’effet connu:

Chaque comprimé contient 221,7 mg de lactose monohydraté.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimés.

Les comprimés jaunes biconvexes marqués «FT» obtiennent «250» sur un côté et «G» sur l’autre.

La ligne de score est seulement pour faciliter la rupture pour faciliter la déglutition et ne pas diviser en doses égales.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Le flutamide est indiqué pour le traitement du carcinome prostatique avancé dans lequel la suppression des effets de la testostérone est indiquée. Le flutamide peut être utilisé en association avec un agoniste de la LHRH, à la fois au début du traitement ou comme traitement d’appoint chez les patients recevant déjà un agoniste de la LHRH. Flutamide peut également être utilisé chez les patients castrés chirurgicalement.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Adultes et personnes âgées: Un comprimé trois fois par jour à intervalles de 8 heures. Lorsque Flutamide est utilisé comme traitement initial avec un agoniste de la LHRH, une réduction de la sévérité de la réaction de la torche peut être obtenue si le traitement par Flutamide est initié avant l’agoniste de la LHRH. Par conséquent, il est recommandé que le traitement par Flutamide commence simultanément ou au moins 24 heures ou plus avant l’agoniste de la LHRH.

L’administration de Flutamide doit commencer 8 semaines avant la radiothérapie et continuer pendant toute sa durée, ou pendant 12 semaines avant la prostatectomie.

Chez les patients présentant une altération de la fonction hépatique, un traitement à long terme par Flutamide ne doit être initié qu’après une évaluation minutieuse des bénéfices et des risques individuels.

Le flutamide doit être administré avec prudence chez les patients présentant une insuffisance rénale.

Méthode d’administration

Pour usage oral.

Les comprimés doivent être pris de préférence après la nourriture.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Lésion hépatique

Le flutamide peut être hépatotoxique et doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant un dysfonctionnement hépatique préexistant seulement après avoir examiné les avantages et les risques potentiels.

Des cas d’élévation des taux sériques de transaminases, d’ictère cholostatique, de nécrose hépatique et d’encéphalopathie hépatique associés au traitement par Flutamide ont été signalés. Les effets hépatiques étaient habituellement réversibles après l’arrêt du flutamide, bien que des cas de mort aient été rapportés après de graves lésions hépatiques liées à l’utilisation du flutamide. L’hépatotoxicité, qui peut être fatale, peut survenir après plusieurs semaines ou plusieurs mois de traitement. La fonction hépatique doit être surveillée régulièrement avant, pendant et après le début du traitement par Flutamide. Le traitement par Flutamide ne doit pas être instauré chez les patients présentant des taux sériques de transaminases supérieurs à 2-3 fois la limite supérieure de la normale.

Des tests périodiques de la fonction hépatique doivent être effectués avant l’initiation et pendant le traitement, en particulier chez les patients recevant un traitement à long terme par Flutamide. Des tests appropriés de la fonction hépatique en laboratoire doivent également être effectués pour chaque patient une fois par mois pendant les 4 premiers mois puis périodiquement ou en présence du premier signe ou symptôme de dysfonction hépatique ( p. Ex. Prurit, urine foncée, anorexie persistante, jaunisse, sensibilité du quadrant supérieur droit). ou des symptômes pseudo-grippaux inexpliqués).

Les patients doivent être avisés d’arrêter le traitement par Flutamide et de consulter immédiatement un médecin si des symptômes ou des signes évocateurs d’hépatotoxicité se produisent. Si le patient présente des résultats de tests de la fonction hépatique indiquant une lésion hépatique, un ictère clinique en l’absence de métastase hépatique confirmée par biopsie ou des taux sériques de transaminases 2 à 3 fois supérieurs aux limites normales chez les patients ne présentant pas de signes pathologiques, traitement au flutamide doit être suspendu.

Altération de la fonction rénale

Le flutamide doit être administré avec prudence chez les patients présentant une insuffisance rénale.

Cardiovasculaire

Des numérations de spermatozoïdes périodiques doivent être envisagées chez les patients recevant un traitement chronique par Flutamide et n’ayant pas reçu de castration médicale ou chirurgicale. L’administration de flutamide peut entraîner une élévation des taux plasmatiques de testostérone et d’œstradiol chez ces patients, entraînant une rétention hydrique. Dans les cas graves, cela peut entraîner un risque accru d’angine et d’insuffisance cardiaque. Par conséquent, des précautions doivent être prises lors de l’utilisation de Flutamide en cas de cardiopathie. Il peut aggraver l’œdème ou le gonflement de la cheville chez les patients prédisposés à ces conditions.

Une augmentation des taux d’œstradiol peut prédisposer à des événements thromboemboliques.

Il a été rapporté dans la littérature qu’une augmentation du risque cardiovasculaire (infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, mort subite cardiaque) et des effets indésirables sur les facteurs de risque cardiovasculaires indépendants (lipoprotéines sériques, sensibilité à l’insuline et obésité) peuvent être liés à la privation androgénique avec des analogues de la LHRH. les patients atteints d’un cancer de la prostate. Il faut évaluer si les avantages du blocage combiné des androgènes compensent le risque cardiovasculaire potentiel chez les patients présentant des facteurs de risque. Les patients traités dont les signes ou symptômes suggèrent le développement d’une maladie cardiovasculaire doivent être surveillés.

Effet sur l’intervalle QT / QTc

L’allongement potentiel du QT / QTc associé au flutamide n’a pas été étudié. Le traitement de privation androgénique peut prolonger l’intervalle QT.

Chez les patients ayant des antécédents ou des facteurs de risque d’allongement de l’intervalle QT et chez les patients recevant des médicaments concomitants susceptibles de prolonger l’intervalle QT (voir rubrique 4.5), les médecins doivent évaluer le rapport risque-bénéfice avant le traitement par Flutamide.

Endocrinologie et métabolisme

Une diminution de la tolérance au glucose a été observée chez les mâles en traitement combiné avec un blocage des androgènes. Cela peut se manifester par un diabète ou une perte de contrôle glycémique chez les patients atteints de diabète préexistant. La surveillance des taux de glucose sanguin et / ou d’hémoglobine glycosylée (HbA1c) doit être envisagée chez les patients traités par le flutamide en association avec des agonistes de la LHRH.

Musculo-squelettique / modifications de la densité osseuse

La thérapie d’épuisement des androgènes est connue pour réduire la densité minérale osseuse et augmenter le risque de fractures ostéoporotiques. Dans des études récentes, cela a été observé chez des patients traités avec des analogues de la LHRH et du flutamide. Le risque de fractures osseuses augmente avec la durée du blocage combiné des androgènes. Ces complications peuvent être potentialisées lorsque les patients sont déjà ostéoporotiques en raison de leur âge avancé au moment du diagnostic du cancer de la prostate.

La densité minérale osseuse (DMO) doit être mesurée régulièrement pour identifier les patients à risque plus élevé de fractures. La DMO devrait être mesurée au départ, puis un an plus tard au minimum. D’autres mesures peuvent être envisagées tous les ans chez les hommes atteints de DMO qui s’approchent de l’ostéoporose ou chez ceux dont la densité minérale osseuse est diminuée chez qui l’espérance de vie le justifie.

Chez les patients présentant des facteurs de risque significatifs de diminution du contenu minéral osseux et / ou de masse osseuse tels que les consommateurs chroniques d’alcool et / ou de tabac, antécédents familiaux présumés ou marqués d’ostéoporose ou utilisation chronique de médicaments pouvant réduire la masse osseuse tels que anticonvulsivants ou les corticostéroïdes, le blocage combiné des androgènes peut représenter un risque supplémentaire. Chez ces patients, le risque et le bénéfice doivent être pesés soigneusement avant de commencer le traitement.

Des cas de pneumonie interstitielle ont été signalés chez des patients traités par flutamide. Les patients doivent être surveillés pour le développement de symptômes respiratoires tels que la dyspnée au cours des premières semaines de traitement.

Le flutamide est indiqué uniquement chez les patients de sexe masculin.

Des mesures contraceptives doivent être prises pendant le traitement.

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Il n’y a eu aucune interaction entre le flutamide et la leuproréline; néanmoins, dans le traitement combiné avec le flutamide et un agoniste de la LHRH, les effets secondaires possibles de chaque médicament doivent être pris en compte.

Des augmentations du temps de prothrombine ont été rapportées chez des patients recevant un traitement chronique par des anticoagulants oraux ( par exemple la warfarine) après le début de la monothérapie par le flutamide. Par conséquent, une surveillance attentive du temps de prothrombine est recommandée et il peut être nécessaire d’ajuster la dose d’anticoagulant si Flutamide est administré de façon concomitante avec des anticoagulants oraux.

L’administration concomitante d’autres médicaments potentiellement hépatotoxiques ne doit être entreprise qu’après une évaluation minutieuse des bienfaits et des risques. Étant donné les toxicités hépatiques et rénales potentielles connues du produit, il est important d’éviter une consommation excessive d’alcool.

Des cas d’augmentation des concentrations plasmatiques de théophylline ont été rapportés chez des patients recevant un traitement concomitant par la théophylline et le flutamide. La théophylline est principalement métabolisée par le CYP 1A2 qui est la principale enzyme responsable de la transformation du flutamide en son agent actif, le 2-hydroflutamide.

Comme le traitement de privation androgénique peut prolonger l’intervalle QT, l’utilisation concomitante de Flutamide avec des médicaments connus pour allonger l’intervalle QT ou des médicaments pouvant induire une torsade de pointes telle que la classe IA ( par exemple quinidine, disopyramide) ou de classe III ( par exemple amiodarone, sotalol, dofétilide, ibutilide), la méthadone, la moxifloxacine, les antipsychotiques, etc. doivent être soigneusement évalués (voir rubrique 4.4).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Flutamide est destiné uniquement à une utilisation chez les patients masculins. Des mesures contraceptives doivent être prises pendant le traitement.

Le flutamide peut nuire au fœtus lorsqu’il est administré à une femme enceinte. Dans des études chez l’animal, la toxicité sur la reproduction du flutamide était associée à l’activité anti-androgénique de cet agent. On a observé une diminution de la survie à 24 heures chez la progéniture des rats traités au flutamide à des doses de 30, 100 ou 200 mg / kg / jour (environ 3, 9 et 19 fois la dose humaine) pendant la grossesse. Une légère augmentation des variations mineures dans le développement de la sternebra et de la vertèbre a été observée chez les foetus des rats aux deux doses plus élevées. La féminisation des mâles s’est également produite aux deux niveaux de dose plus élevés. Le taux de survie des lapins recevant la plus forte dose (15 mg / kg / jour, soit 1,4 fois la dose humaine) a diminué.

Aucune étude n’a été menée chez les femmes enceintes ou allaitantes. Par conséquent, la possibilité que le flutamide puisse nuire au fœtus s’il est administré à une femme enceinte ou puisse être présente dans le lait maternel des femmes qui allaitent doit être prise en considération.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Aucune étude sur les effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n’a été réalisée avec le flutamide. Des effets indésirables possibles tels que fatigue, vertiges et confusion ont été signalés et peuvent interférer avec l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

Monothérapie

Les effets indésirables du flutamide les plus fréquemment rapportés sont la gynécomastie et / ou la sensibilité des seins, parfois accompagnés de périodes de galactorrhée. Ces réactions disparaissent souvent avec la suspension du traitement ou la réduction de la dose.

Il a été prouvé que la famotidine a un potentiel de risque cardiovasculaire faible, significativement inférieur à celui du diéthylstilboestrol.

Traitement combiné

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés lors du traitement combiné de la famotidine avec un agoniste de la LHRH étaient les bouffées de chaleur, la réduction de la libido, la dysfonction érectile, la diarrhée, les nausées et les vomissements. À l’exception de la diarrhée, il s’agit d’effets indésirables connus des seuls agonistes de la LHRH, avec une fréquence similaire.

Le taux élevé de survenue de gynécomastie observé en monothérapie avec la Famotidine a diminué considérablement dans le traitement combiné. Dans les essais cliniques, aucune différence significative n’a été observée dans le taux d’apparition de la gynécomastie entre le groupe placebo et le groupe traité par la famotidine et les agonistes de la LHRH.

La convention suivante a été utilisée pour la classification de fréquence:

Très commun – (≥1 sur 10)

Commun – (≥1 sur 100 à <1 sur 10)

Peu fréquent – (≥1 sur 1000 à <1 sur 100)

Rare – (≥1 sur 10 000 à <1 sur 1 000)

Très rare – (<1 sur 10 000)

Inconnu – (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

SOC

Monothérapie

Thérapie de combinaison avec l’analogue de LHRH

Infections et infestations

Rare

Zona

Néoplasmes bénins, malins et non précisés (y compris les kystes et les polypes)

Très rare

Tumeur du sein masculin *

Troubles du système sanguin et lymphatique

Rare

Anémie, leucopénie, thrombocytopénie

Très rare

Anémie hémolytique, anémie mégalocytaire, méthémoglobinémie, sulfhémoglobinémie, anémie macrocytaire

Troubles du système immunitaire

Rare

Syndrome pseudo-lupique

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Commun

Augmentation de l’appétit

Rare

Anorexie

Anorexie

Très rare

Hyperglycémie, aggravation du diabète sucré

Troubles psychiatriques

Commun

Insomnie

Rare

Anxiété dépression

Dépression, anxiété

Troubles du système nerveux

Rare

Vertiges, maux de tête

Engourdissement, confusion, nervosité, somnolence

Troubles oculaires

Rare

Vision floue

Troubles cardiaques

Rare

Troubles cardiovasculaires

Pas connu

Allongement de l’intervalle QT (voir rubriques 4.4 et 4.5)

Troubles vasculaires

Très commun

Bouffées de chaleur

Rare

Bouffées de chaleur, hypertension, lymphœdème

Hypertension

Pas connu

Thromboembolie

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Rare

Pneumonie interstitielle, dyspnée

Très rare

La toux

Symptômes pulmonaires ( par exemple dyspnée), maladie pulmonaire interstitielle

Problèmes gastro-intestinaux

Très commun

Diarrhée, nausée, vomissement

Commun

Nausées, vomissements, diarrhée

Rare

Troubles abdominaux non spécifiques, constipation, douleur de type ulcère, dyspepsie, colite, maux d’estomac, brûlures d’estomac

Troubles abdominaux non spécifiques, douleurs abdominales

Troubles hépatobiliaires

Commun

Hépatite

Rare

Hépatite

Rare

Anomalies du test de la fonction hépatique (voir rubrique 4.4)

Dysfonction hépatique, jaunisse

Très rare

Ictère cholostatique, encéphalopathie hépatique, nécrose des cellules hépatiques, hépatotoxicité avec issue fatale

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Rare

Urticaire, prurit, ecchymose, altération de la croissance des cheveux et perte de cheveux (tête)

Téméraire

Très rare

Réactions de photosensibilité

Réactions de photosensibilité, érythème, ulcères, éruptions bulleuses, nécrolyse épidermique

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Rare

Crampes musculaires

Symptômes neuromusculaires, diminution de la densité minérale osseuse, troubles ostéoporotiques, arthralgies, myalgies

Troubles rénaux et urinaires

Rare

Symptômes du tractus génito-urinaire, dysurie, changements de la fréquence urinaire, changement de la couleur de l’urine en orange ou jaune-vert

Système reproducteur et troubles mammaires

Très commun

Gynécomastie et / ou douleur mammaire, sensibilité des seins, galactorrhée

Diminution de la libido, impuissance

Rare

Gynécomastie

Rare

Augmentation réversible des niveaux sériques de testostérone, réduction du nombre de spermatozoïdes, diminution de la libido

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Commun

Somnolence, fatigue

Rare

Œdème, asthénie, malaise, soif, douleur thoracique, bouffées de chaleur, faiblesse

Œdème, irritation du site d’injection

Enquêtes

Commun

Fonction hépatique anormale transitoire

Changements dans la fonction hépatique

Rare

Valeurs élevées de l’azote uréique sanguin (BUN), valeurs élevées de la créatinine sérique

* Quelques cas de néoplasmes mammaires malins ont été rapportés chez des patients masculins traités par la famotidine. L’un d’eux consistait en l’aggravation d’une masse détectée précédemment, trois ou quatre mois avant le début de la monothérapie par le flutamide chez un patient atteint d’hypertrophie bénigne de la prostate. Après l’excision, un diagnostic de carcinome canalaire légèrement différencié a été posé. L’autre cas était constitué de gynécomastie et d’une grosseur, observées respectivement de deux à six mois après le début de la monothérapie par le flutamide pour traiter un carcinome avancé de la prostate. Neuf mois après le début du traitement, la tumeur a été retirée et une tumeur canalaire invasive modérément différenciée a été diagnostiquée à l’état T4N0M0, G3.

L’incidence élevée de gynécomastie observée avec la monothérapie au flutamide est généralement réduite avec un traitement combiné.

Des altérations micronodulaires du corps du sein peuvent exceptionnellement se produire.

Une augmentation de la testostérone sérique est initialement possible pendant la monothérapie au flutamide. En outre, des bouffées de chaleur et des changements dans le caractère des cheveux peuvent se produire.

Après la commercialisation du flutamide, des cas d’insuffisance rénale aiguë, de néphrite interstitielle et d’ischémie myocardique ont été signalés avec une fréquence inconnue.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse: www.mhra.go.uk/yellowcard

4.9 Surdosage

Symptômes

Dans les études animales portant uniquement sur le flutamide, les signes de surdose comprenaient l’hypoactivité, l’horripilation, la respiration lente, l’ataxie et / ou la lacrymation, l’anorexie, la tranquillisation, les vomissements et la méthémoglobinémie.

Des essais cliniques ont été menés avec de la famotidine à des doses allant jusqu’à 1500 mg par jour pendant des périodes allant jusqu’à 36 semaines sans que l’on ait signalé d’effets indésirables graves. Les effets indésirables signalés étaient une gynécomastie, une sensibilité mammaire et quelques augmentations de SGOT.

La dose toxique aiguë de flutamide chez l’homme n’a pas été établie. Un patient a survécu après avoir ingéré plus de 5 g en dose unique, sans effets indésirables apparents. Puisque le flutamide est un composé anilide, il a le potentiel théorique de produire une méthémoglobinémie. En conséquence, un patient avec une intoxication aiguë peut être cyanotique.

La gestion

Si le vomissement ne se produit pas spontanément, il doit être induit, à condition que le patient soit alerte. Un lavage gastrique peut être envisagé. Comme pour la prise en charge du surdosage avec tout médicament, il faut garder à l’esprit que plusieurs agents peuvent avoir été pris. Des mesures de soutien générales sont appropriées, y compris une surveillance fréquente des signes vitaux et une observation attentive du patient. Étant donné que le flutamide est fortement lié aux protéines, la dialyse peut ne pas être utile comme traitement d’un surdosage.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Anatagonistes hormonaux et agents apparentés, Anti-androgènes, code ATC: L02BB01

Mécanisme d’action

Le flutamide est un agent anti-androgène actif non-stéroïdien, hautement spécifique et actif par voie orale. Il a été démontré qu’il réduit les poids de la prostate et des vésicules séminales chez les rats immatures intacts et qu’il prévient l’hypertrophie de ces organes par les androgènes chez les rats immatures castrés. Le poids de la prostate chez les chiens et les babouins a également été réduit par le traitement au flutamide. L’activité biologique du flutamide oral est attribuable à son métabolite pharmacologiquement actif, l’hydroxyflutamide, dont on pense qu’il exerce un effet anti-androgène directement sur les tissus cibles, soit en inhibant la fixation des androgènes ou en bloquant la liaison cytoplasmique et nucléaire des androgènes.

Efficacité clinique et sécurité

Dans l’essai clinique réalisé avec le flutamide lié aux agonistes de la LHRH comme traitement néoadjuvant pour les carcinomes prostatiques localement confinés, chirurgie pré-radicale ou radiothérapie, une augmentation du taux de survie n’a pas été prouvée, bien qu’une diminution de la taille de la tumeur, une réduction de la morbidité et des conséquences chirurgicales et des retards dans la progression de la maladie ont été observés.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Le flutamide est rapidement et largement absorbé et presque complètement métabolisé après l’administration orale.

Distribution

Une forte proportion de flutamide se lie aux protéines plasmatiques (94-96%), tout comme son métabolite actif (92-94%). La concentration plasmatique maximale d’hydroxyflutamide à l’état d’équilibre à la dose thérapeutique recommandée (250 mg trois fois par jour) est d’environ 1 700 μg / L.

Biotransformation

Le principal métabolite est l’hydroxyflutamide, dont il a été démontré qu’il possède une puissante activité anti-androgénique. Les études sur le flutamide radiomarqué révèlent une conversion rapide et étendue en ses métabolites; au moins 6 ont été identifiés dans le plasma jusqu’à 8 heures après l’administration.

Élimination

Environ 45% de la dose administrée est excrétée dans l’urine et 2% dans les fèces au cours des deux premiers jours. L’excrétion et le métabolisme sont essentiellement complets en deux jours. La demi-vie d’élimination dans le plasma est de 5 à 6 heures chez les adultes pour le flutamide et son principal métabolite, l’hydroxyflutamide, et de 8 heures chez les personnes âgées. La demi-vie d’élimination à l’état d’équilibre est d’environ 10 heures.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les effets observés dans les études toxicologiques à doses répétées administrées par voie orale chez le rat, le chien et le singe étaient conformes aux prévisions d’un puissant agent antiandrogénique.

Des études ont été réalisées chez des animaux pour déterminer la tolérance après une administration orale répétée pendant une période allant jusqu’à 6, 52 et 78 semaines chez des singes, des rats et des chiens, respectivement. Les doses orales administrées quotidiennement atteignaient 90 mg / kg chez les singes, 40 mg / kg chez les chiens et 180 mg / kg chez les rats, ce qui correspondait à 1,5 à 18 fois la dose utilisée chez l’homme. En plus de la perte de poids et de l’anorexie, survenues chez toutes les espèces animales, des vomissements ont été observés chez les chiens et les singes. Le reste des observations cliniques n’a révélé aucune anomalie.

Des réductions de la glande de la prostate et des poids des vésicules séminales ont été observées chez toutes les espèces et des poids testiculaires réduits ont été observés chez le rat et le singe. Des changements histologiques caractéristiques de l’activité anti-androgénique ont été observés chez toutes les espèces et il y avait des signes de suppression de la spermatogenèse.

En outre, une augmentation du poids du foie chez les rats et des chiens et des taux élevés de transaminases chez les chiens sans les changements morphologiques correspondants ont été observés. Chez les rats seulement, l’émergence d’adénomes des cellules testiculaires interstitielles liées au médicament a été observée (bien qu’ils ne soient pas dose-dépendants). Cet effet est lié au mécanisme d’action du flutamide et est spécifique à l’espèce. Dans une étude à long terme chez le rat, des augmentations ont été observées dans le taux d’apparition d’adénomes ou de carcinomes de la glande mammaire liés à la dose.

Mutagénicité

Aucun potentiel mutagène n’a été observé avec le flutamide dans divers tests de dépistage.

Toxicité pour la reproduction

L’influence du flutamide sur la fertilité et le développement de la progéniture a été étudiée chez le rat. Des études additionnelles de tératogénicité ont été réalisées chez le lapin. Les effets étaient liés aux actions anti-androgènes du flutamide. Ces effets ne sont pas pertinents pour l’utilisation clinique du flutamide dans le traitement du cancer de la prostate.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Cellulose microcristalline

Lactose monohydraté

Amidon de maïs prégélatinisé

Laurylsulfate de sodium

Silice colloïdale anhydre

Stéarate de magnésium

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

4 années.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Les comprimés de flutamide sont emballés dans des plaquettes thermoformées en PVC / aluminium ou dans des pots en polypropylène avec capuchons en polyéthylène (avec remplissage optionnel en polyéthylène) contenant 20, 21, 30 50, 60, 84, 100, 105, 250 ou 10 * 21 comprimés.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Generics [UK] Ltd t / a Mylan

Station Fermer

Potters Bar

Herts. EN6 lTL

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 04569/0338

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

22 décembre 1997 / décembre 2002

10. Date de révision du texte

04/05/2015