Film buccal breakyl 800mcg


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

BREAKYL 800 microgrammes, film buccal

2. Composition qualitative et quantitative

Film buccal Breakyl 800 microgrammes

Un film buccal contient:

800 microgrammes de fentanyl (sous forme de citrate de fentanyl),

Excipients à effet connu:

Breakyl, force (microgramme)

Excipient

800

propylène glycol (E1520) (mg)

0.70

benzoate de sodium (E211) (mg)

0,46

parahydroxybenzoate de méthyle (E218) (mg)

0,48

parahydroxybenzoate de propyle (E216) (mg)

0,12

Pour une liste complète des excipients, voir la section 6.1

3. Forme pharmaceutique

Film buccal

Breakyl est un film buccal souple, rectangulaire, plat et flexible avec un côté rose et un côté blanc conçu pour délivrer du fentanyl directement dans la circulation sanguine. Le côté rose contient la substance active fentanyl. Le côté blanc minimise la libération de fentanyl dans la salive pour éviter d’avaler la substance active.

Le pochoir suivant montre les tailles des forces Breakyl disponibles:

Chaque film buccal est individuellement scellé dans un sachet résistant aux enfants.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Breakyl est indiqué pour le traitement de la douleur paroxystique (BTP) chez les adultes atteints d’un cancer qui reçoivent déjà un traitement opioïde d’entretien pour la douleur cancéreuse chronique.

BTP est une exacerbation transitoire de la douleur qui survient sur un fond de douleur persistante autrement contrôlée.

Les patients recevant un traitement opioïde d’entretien sont ceux qui prennent au moins 60 mg de morphine orale par jour, au moins 25 microgrammes de fentanyl transdermique par heure, au moins 30 mg d’oxycodone par jour, au moins 8 mg d’hydromorphone par voie orale ou une dose équianalgésique de un autre opioïde pendant une semaine ou plus.

4.2 Posologie et mode d’administration

Le traitement doit être initié et maintenu sous la direction d’un médecin expérimenté dans la prise en charge des opioïdes chez les patients cancéreux. Afin de minimiser les risques d’effets indésirables liés aux opioïdes et d’identifier la dose «réussie», il est impératif que les patients soient suivis de près par les professionnels de la santé pendant le processus de titrage.

Étant donné que la dose efficace de Breakyl pour traiter les accès douloureux paroxystiques ne peut pas être prédite à partir de la dose d’entretien quotidienne des opioïdes ou d’autres médicaments contre la douleur cancéreuse, elle doit être déterminée par titration de la dose.

Titrage de dose

Avant de commencer le titrage avec Breakyl, on s’attend à ce que la douleur persistante de fond soit contrôlée par un traitement d’entretien aux opioïdes. Dans le cas où les patients présentent plus de quatre épisodes douloureux peropératoires par jour, l’augmentation de la dose d’opioïde de maintenance doit être envisagée avant de commencer le processus de titrage avec Breakyl.

Titration chez les patients passant d’autres produits contenant du fentanyl

En raison de différents profils d’absorption, la commutation ne doit pas être effectuée dans un rapport de 1: 1. En cas de substitution d’un autre citrate de fentanyl par voie orale, une titration de dose indépendante avec Breakyl est nécessaire car la biodisponibilité entre les produits diffère de manière significative (voir le graphique à la section 5.2).

Dose de départ:

La dose initiale de Breakyl doit être de 200 microgrammes, titrant vers le haut si nécessaire en utilisant la gamme de dosages disponibles (200, 400, 600, 800, 1200 microgrammes). Le processus de titration doit être surveillé de près jusqu’à l’obtention d’une dose qui procure une analgésie adéquate avec des effets indésirables acceptables après une dose unique par épisode de douleur aiguë. Ceci est défini comme la dose réussie. Les doses de Breakyl doivent être séparées d’au moins 4 heures.

Deux présentations de Breakyl sont disponibles pour le titrage de dose:

Breakyl Start, contenant un film buccal de 200, 400, 600 et 800 microgrammes chacun et Breakyl 200 microgrammes, film buccal.

Avec Breakyl 200 microgrammes, des doses plus élevées peuvent être obtenues en appliquant une combinaison de films buccaux Breakyl 200 microgrammes simultanément:

1 film buccal Breakyl 200 équivaut à une dose de 200 microgrammes

2 films buccaux Breakyl 200 équivalent à une dose de 400 microgrammes

3 films buccaux Breakyl 200 équivalent à une dose de 600 microgrammes

4 films buccaux Breakyl 200 équivalent à une dose de 800 microgrammes

Dans le cas où la plus grande force dans Breakyl Start (800 microgrammes) ou la combinaison de 4 films buccaux Breakyl 200 à la fois (800 microgrammes) n’est pas suffisante pour le soulagement de la douleur, Breakyl 1200 peut être indiqué. C’est la force la plus élevée disponible de Breakyl.

Si un soulagement adéquat de la douleur est obtenu après l’application d’un dosage particulier, les épisodes douloureux paroxystiques ultérieurs doivent être traités en utilisant la dose de Breakyl identifiée.

Si un soulagement adéquat de la douleur n’est pas obtenu dans les 30 minutes suivant l’application d’une dose de Breakyl particulière et que le patient a toléré la dose, le patient doit traiter l’épisode douloureux paroxystique suivant en utilisant la dose de Breakyl immédiatement supérieure.

Si un soulagement adéquat de la douleur n’est pas obtenu dans les 30 minutes suivant l’application du film Breakyl buccal de 1200 microgrammes (la plus forte dose disponible), le patient doit discuter des options de traitement avec son médecin. L’utilisation combinée de films buccaux à faible dose pour atteindre la dose supérieure suivante est possible pendant le titrage. L’utilisation combinée de doses totales supérieures à 1200 microgrammes n’a pas été évaluée dans des conditions contrôlées.

Pendant tout épisode de douleur aiguë, si un soulagement adéquat de la douleur n’est pas obtenu dans les 30 minutes suivant l’application d’un film buccal Breakyl, le patient peut utiliser un médicament de secours pour soulager une douleur aiguë, si le médecin le lui prescrit. Cependant, les médicaments de secours opioïdes ne doivent pas être utilisés lorsque des effets indésirables inacceptables de Breakyl ou des signes de toxicité aux opioïdes ont été notés.

Les doses de Breakyl doivent être séparées d’au moins 4 heures. Lors d’un épisode de douleur aiguë, si le soulagement adéquat de la douleur n’est pas atteint dans les 30 minutes, le patient peut utiliser un médicament de secours comme indiqué.

Thérapie d’entretien

Une fois qu’une dose réussie est déterminée, l’utilisation de Breakyl devrait être limitée à quatre épisodes ou moins d’accès douloureux paroxystiques par jour, qui doivent être séparés d’au moins 4 heures. Breakyl ne devrait être utilisé qu’une fois par épisode.

Réajustement de dose

Le réajustement de la posologie de Breakyl ou de l’analgésique opioïde d’entretien (24 heures sur 24) peut être nécessaire chez certains patients afin de continuer à fournir un soulagement adéquat des accès douloureux paroxystiques. L’augmentation de la dose d’opioïde 24 heures sur 24 utilisée pour la douleur persistante devrait être envisagée chez les patients qui subissent plus de quatre épisodes douloureux paroxystiques tous les jours sur une période de plus de quatre jours consécutifs. Si la dose de l’opioïde à action prolongée est augmentée, la dose de Breakyl pour traiter les accès douloureux paroxystiques pourrait devoir être revue.

Il est impératif que toute nouvelle dose de tout analgésique soit surveillée par un médecin.

Arrêt du traitement

Le traitement par Breakyl doit être interrompu immédiatement si le patient ne présente plus d’accès douloureux paroxystiques. Le traitement de la douleur de fond persistante doit être conservé tel que prescrit.

Si l’arrêt de tout traitement opioïde est requis, le médecin doit suivre de près le patient afin de gérer le risque d’effets de sevrage brusques.

Méthode d’administration

Le patient devrait:

– ouvrir le sachet Breakyl immédiatement avant utilisation conformément aux instructions imprimées sur le sachet;

– utiliser leur langue pour mouiller l’intérieur de leur joue ou se rincer la bouche avec de l’eau pour humidifier la zone pour le placement de Breakyl;

– avec les mains sèches, prendre le film buccal Breakyl entre l’index et le pouce, le côté rose tourné vers le pouce;

– placer le film buccal Breakyl dans sa bouche, de sorte que le côté rose soit en contact lisse avec la paroi interne de sa joue

– appuyez et maintenez-le en place pendant au moins 5 secondes jusqu’à ce qu’il s’enclenche fermement; alors le côté blanc devrait être visible.

– Lors de l’application de plus d’un film buccal Breakyl en même temps, le patient doit s’assurer que chaque film adhère directement à sa muqueuse buccale. Pour éviter le chevauchement, il est possible d’appliquer des films sur les deux côtés gauche et droit de la muqueuse buccale.

Le film buccal Breakyl devrait rester en place après cette période. Les liquides peuvent être consommés après 5 minutes.

Le film buccal Breakyl se dissout habituellement complètement dans les 15 à 30 minutes suivant l’application. Dans certains cas, la dissolution complète du produit peut prendre plus de trente minutes, mais cela n’affecte pas l’absorption du fentanyl. Le patient doit être averti de ne pas manipuler le film buccal avec sa langue ou ses doigts et d’éviter de manger jusqu’à ce que le film buccal soit dissout.

Un film buccal de Breakyl, s’il est mâché et avalé, pourrait entraîner des concentrations de pointe plus faibles et une biodisponibilité plus faible que lorsqu’il est utilisé conformément aux instructions (voir rubrique 5.2).

Population pédiatrique:

L’innocuité et l’efficacité de Breakyl chez les enfants âgés de 0 à 18 ans n’ont pas été établies. Aucune donnée disponible

Utilisez chez les personnes âgées:

Il a été montré que les personnes âgées sont plus sensibles aux effets du fentanyl lorsqu’il est administré par voie intraveineuse par rapport à la population plus jeune. Chez les personnes âgées, l’élimination du fentanyl est plus lente et la demi-vie d’élimination terminale est plus longue, ce qui peut entraîner une accumulation de la substance active et un risque accru d’effets indésirables. Par conséquent, la titration de dose doit être abordée avec un soin particulier. Cependant, dans les études cliniques, il n’y avait aucune différence dans la dose titrée médiane de Breakyl sur les patients âgés 65 ans et plus comparés à ceux <65 ans.

Utilisation dans des populations particulières de patients:

Des précautions particulières doivent être prises pendant le processus de titration chez les patients présentant un dysfonctionnement rénal ou hépatique.

Les patients présentant une mucite de grade 1 doivent être étroitement surveillés, un ajustement posologique peut être envisagé. L’efficacité et l’innocuité de Breakyl chez les patients présentant une mucite plus sévère que Grade1 n’ont pas été étudiées.

Le film buccal ne doit pas être utilisé si le sachet a été endommagé avant l’ouverture.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité au fentanyl ou à l’un des excipients (voir rubrique 6.1).

L’utilisation simultanée d’inhibiteurs de la monoamine-oxydase (MAO), ou dans les 2 semaines après l’arrêt de l’utilisation des inhibiteurs de la MAO (voir également rubrique 4.5).

Dépression respiratoire sévère ou affections pulmonaires obstructives graves.

Patients sans traitement opioïde de maintenance (voir rubrique 4.1) car il existe un risque accru de dépression respiratoire.

Traitement de la douleur aiguë autre que la douleur aiguë.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Les patients et leurs soignants doivent être informés que Breakyl contient une substance active en quantité pouvant être fatale pour un enfant, et donc de garder Breakyl hors de la vue et de la portée des enfants et des non-patients en tout temps.

Afin de minimiser les risques d’effets indésirables liés aux opioïdes et d’identifier la dose efficace, il est impératif que les patients soient étroitement surveillés par un médecin au cours du processus de titration.

Il est important que le traitement opioïde à action prolongée utilisé pour traiter la douleur persistante du patient soit stabilisé avant le début du traitement par le médicament.

Dépression respiratoire:

Il existe un risque de dépression respiratoire cliniquement significative associée à l’utilisation du fentanyl. Une prudence particulière doit être utilisée lors du titrage de Breakyl chez les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive non sévère ou d’autres conditions médicales prédisposant à la dépression respiratoire, car même des doses normalement thérapeutiques de Breakyl peuvent réduire davantage la pulsion respiratoire jusqu’au point de défaillance respiratoire.

Augmentation de la pression intracrânienne:

Breakyl ne doit être administré qu’avec une extrême prudence chez les patients qui peuvent être particulièrement sensibles aux effets intracrâniens de la rétention du CO 2 , tels que ceux qui présentent une augmentation de la pression intracrânienne ou une altération de la conscience. Les opioïdes peuvent masquer l’évolution clinique d’un patient blessé à la tête et ne doivent être utilisés que si cela est cliniquement justifié.

Maladie cardiaque:

Le fentanyl peut produire une bradycardie. Le fentanyl doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant des bradyarythmies antérieures ou préexistantes.

Une attention particulière doit être accordée aux patients présentant une hypovolémie et une hypotension.

Insuffisance hépatique ou rénale

En outre, Breakyl doit être administré avec prudence aux patients présentant un dysfonctionnement hépatique ou rénal. L’influence de l’insuffisance hépatique ou rénale sur la pharmacocinétique du médicament n’a pas été évaluée. Cependant, lorsqu’il est administré par voie intraveineuse, il a été démontré que la clairance du fentanyl est altérée dans les maladies hépatiques et rénales en raison d’altérations de la clairance métabolique et des protéines plasmatiques. Après l’administration de Breakyl, une altération de la fonction hépatique ou rénale peut à la fois augmenter la biodisponibilité du fentanyl et diminuer sa clairance systémique, ce qui pourrait entraîner des effets opioïdes prolongés et prolongés. Par conséquent, des précautions particulières doivent être prises au cours du processus de titration chez les patients atteints d’insuffisance hépatique ou rénale modérée ou grave.

Syndrome de sérotonine:

La prudence est recommandée lorsque Breakyl est co-administré avec des médicaments qui affectent les systèmes de neurotransmetteurs sérotoninergiques.

Le développement d’un syndrome sérotoninergique potentiellement mortel peut survenir avec l’utilisation concomitante de médicaments sérotoninergiques tels que les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine norepinephrine (IRSN), et avec des médicaments qui altèrent le métabolisme de la sérotonine ( y compris les inhibiteurs de la monoamine oxydase [IMAO]). Cela peut se produire dans la dose recommandée.

Le syndrome sérotoninergique peut comprendre des changements mentaux (agitation, hallucinations, coma), une instabilité autonome (tachycardie, pression artérielle labile, hyperthermie), des anomalies neuromusculaires (hyperréflexie, incoordination, rigidité) et / ou des symptômes gastro-intestinaux ( par exemple, nausée, vomissement, diarrhée).

Si le syndrome sérotoninergique est suspecté, le traitement par Breakyl doit être interrompu.

Tolérance, dépendance:

La tolérance et la dépendance physique et / ou psychologique peuvent se développer lors de l’administration répétée d’opioïdes tels que le fentanyl. Cependant, la dépendance iatrogène suite à l’utilisation thérapeutique d’opioïdes est rare.

Les athlètes devraient être informés que le traitement au fentanyl pourrait entraîner des tests de dopage positifs.

Breakyl contient du benzoate de sodium, du parahydroxybenzoate de méthyle, du parahydroxybenzoate de propyle et du propylène glycol. Le benzoate de sodium est légèrement irritant pour la peau, les yeux et les muqueuses. Le parahydroxybenzoate de méthyle et le parahydroxybenzoate de propyle peuvent provoquer des réactions allergiques (possiblement retardées). Le propylène glycol peut causer une irritation de la peau.

Les patients présentant une mucite de grade 1 doivent être étroitement surveillés, un ajustement posologique peut être envisagé. L’efficacité et la tolérance de Breakyl chez les patients présentant une mucite plus sévère que Grade1 n’ont pas été étudiées (voir également rubriques 4.2 et 5.2)

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Breakyl ne doit pas être utilisé chez les patients recevant ou ayant reçu des inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) au cours des 14 derniers jours, car une potentialisation sévère et imprévisible des inhibiteurs de la MAO a été rapportée avec les analgésiques opioïdes (voir rubrique 4.3).

Médicaments sérotoninergiques

L’administration concomitante de fentanyl avec un agent sérotoninergique, comme un inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine (ISRS) ou un inhibiteur du recaptage de la sérotonine norepinephrine (IRSN) ou un inhibiteur de la monoamine oxydase (IMAO) (voir la section 4.3), peut augmenter le risque de syndrome sérotoninergique, une maladie potentiellement mortelle.

Le fentanyl est métabolisé par l’isoenzyme CYP3A4 dans le foie et la muqueuse intestinale (voir également rubrique 5.2). Inhibiteurs du CYP3A4 tels que

– les antibiotiques macrolides (par exemple l’érythromycine, la clarithromycine, la télithromycine),

– les antifongiques azolés (par exemple le kétoconazole, l’itraconazole et le fluconazole),

– certains inhibiteurs de la protéase (par exemple ritonavir, indinavir, nelfinavir, saquinavir),

– bloqueurs des canaux calciques (par exemple diltiazem ou vérapamil),

– anti-émétiques (par exemple, l’aprépitant ou le dronabinol),

– les antidépresseurs (par exemple la fluoxétine),

– les antiacides (par exemple la cimétidine),

peut augmenter la biodisponibilité du fentanyl avalé et peut également diminuer sa clairance systémique, ce qui peut entraîner des effets opiacés prolongés ou prolongés et causer une dépression respiratoire potentiellement mortelle. Des effets similaires pourraient être observés après l’ingestion concomitante de jus de pamplemousse, qui inhibe le CYP3A4. Par conséquent, la prudence est recommandée si le fentanyl est administré en concomitance avec des inhibiteurs du CYP3A4. Les patients traités par Breakyl et débutant un traitement par ou augmentant la dose d’inhibiteurs du CYP3A4 doivent faire l’objet d’une surveillance étroite afin de détecter les signes de toxicité des opioïdes pendant une période prolongée.

L’utilisation concomitante de Breakyl avec des inducteurs puissants du CYP3A4 tels que

– les barbituriques et autres sédatifs (par exemple, le phénobarbital),

– anti-épileptiques (par exemple carbamazépine, phénytoïne, oxcarbazépine),

– certains antiviraux (par exemple éfavirenz, névirapine),

– les agents anti-inflammatoires ou immunosuppresseurs (par exemple les glucocorticoïdes),

– antidiabétiques (p. ex. pioglitazone),

– antibiotiques pour le traitement de la tuberculose (par exemple, rifabutine, rifampicine),

– substances psychotropes (par exemple modafinil),

– les antidépresseurs (p. ex. le millepertuis),

peut entraîner une diminution des concentrations plasmatiques de fentanyl, ce qui pourrait diminuer l’efficacité de Breakyl. Les patients recevant Breakyl qui arrêtent le traitement avec ou diminuent la dose d’inducteurs du CYP3A4 devraient être surveillés pour des signes d’activité ou de toxicité augmentée de Breakyl et la dose de Breakyl devrait être ajustée en conséquence.

L’utilisation concomitante d’autres dépresseurs du SNC, y compris d’autres opioïdes, des sédatifs ou des hypnotiques, des anesthésiques généraux, des phénothiazines, des tranquillisants, des myorelaxants, des antihistaminiques sédatifs et de l’alcool peut entraîner des effets dépresseurs additifs.

L’utilisation concomitante d’agonistes / antagonistes opioïdes partiels (par exemple buprénorphine, nalbuphine, pentazocine) n’est pas recommandée. Ils ont une forte affinité pour les récepteurs opioïdes avec une activité intrinsèque relativement faible et par conséquent antagonisent partiellement l’effet analgésique du fentanyl et peuvent induire des symptômes de sevrage chez les patients dépendants aux opioïdes.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse:

Il n’y a pas de données adéquates sur l’utilisation du fentanyl chez les femmes enceintes. Des études chez l’animal ont montré une toxicité sur la reproduction (voir rubrique 5.3). Le risque potentiel pour les humains est inconnu. Le fentanyl ne doit pas être utilisé pendant la grossesse à moins d’une nécessité absolue.

Après un traitement à long terme, le fentanyl peut provoquer des symptômes de sevrage chez le nouveau-né.

Il est conseillé de ne pas utiliser de fentanyl pendant le travail et l’accouchement (y compris la césarienne) car le fentanyl traverse le placenta et peut causer une dépression respiratoire chez le fœtus. Si Breakyl est administré, un antidote pour l’enfant devrait être facilement disponible.

Allaitement maternel:

Le fentanyl passe dans le lait maternel et peut provoquer une sédation et une dépression respiratoire chez l’enfant allaité. Le fentanyl ne doit pas être utilisé par les femmes qui allaitent et l’allaitement ne doit pas être repris avant au moins 5 jours après la dernière administration de fentanyl.

La fertilité:

Il n’y a aucune donnée humaine sur la fertilité disponible. Lors d’études chez l’animal, l’infertilité masculine et féminine a été altérée aux doses sédatives (voir rubrique 5.3)

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Aucune étude des effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n’a été effectuée.

Cependant, les analgésiques opioïdes peuvent altérer la capacité mentale et / ou physique requise pour l’accomplissement de tâches potentiellement dangereuses (par exemple conduire une voiture ou faire fonctionner des machines). Les patients doivent être avisés de ne pas conduire de véhicules ou d’utiliser de la machinerie s’ils éprouvent de la somnolence, des étourdissements, une vision floue ou une vision double lorsqu’ils prennent Breakyl.

Ce médicament peut altérer la fonction cognitive et affecter la capacité du patient à conduire en toute sécurité. Cette classe de médicaments est dans la liste des médicaments inclus dans les règlements en vertu du paragraphe 5a du Road Traffic Act 1988. Lors de la prescription de ce médicament, les patients doivent être informés:

• Le médicament est susceptible d’affecter votre capacité à conduire

• Ne conduisez pas jusqu’à ce que vous sachiez comment le médicament vous affecte

• Conduire sous l’influence de ce médicament est une infraction

• Cependant, vous ne commettrez pas d’infraction (appelée «défense statutaire») si:

– Le médicament a été prescrit pour traiter un problème médical ou dentaire et

– Vous l’avez pris selon les instructions données par le prescripteur et dans les informations fournies avec le médicament et

– Ça n’affectait pas votre capacité à conduire en toute sécurité

4.8 Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

Des effets indésirables typiques des opioïdes sont à prévoir avec Breakyl. Fréquemment, ceux-ci cesseront ou diminueront d’intensité avec l’utilisation continue du produit, car le patient est titré à la dose la plus appropriée. Les effets indésirables les plus graves associés à tous les opioïdes, y compris Breakyl, sont la dépression respiratoire (pouvant entraîner un arrêt respiratoire), la dépression circulatoire, l’hypotension et le choc, et tous les patients doivent être étroitement surveillés.

Comme les études cliniques de Breakyl visaient à évaluer l’innocuité et l’efficacité du traitement des patients atteints de douleur liée au cancer, tous les patients prenaient également des opioïdes concomitants, comme la morphine à libération prolongée, l’oxycodone à libération prolongée ou le fentanyl transdermique pour leur douleur persistante. . Ainsi, il n’est pas possible de séparer définitivement les effets de Breakyl seul.

Les données de réaction défavorables présentées ici reflètent d’une part l’expérience actuelle avec Breakyl pour la douleur de rupture avec un opioïde concomitant pour la douleur persistante. D’autre part, les événements indésirables répertoriés comme très rares ont déjà été associés à la substance fentanyl, mais n’ont pas été observés au cours des études cliniques avec Breakyl jusqu’à présent. Il n’y a eu aucune tentative pour corriger l’utilisation concomitante d’autres opioïdes, la durée de la thérapie Breakyl ou les symptômes liés au cancer.

Les réactions défavorables les plus fréquemment observées étaient la nausée, la somnolence et le vertige.

Liste tabulée des effets indésirables

L’évaluation des effets indésirables est basée sur les fréquences suivantes: très fréquent (≥1 / 10), commun (≥1 / 100 à <1/10), rare (≥1 / 1000 à <1/100), rare (≥1 / / 10 000 à <1/1 000), très rare (<1/10 000) ou non connu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Les événements indésirables considérés comme étant au moins possiblement liés au traitement étaient les suivants:

System Organ Class

Commun

Rare

Très rare ou fréquence inconnue #

Troubles du métabolisme et de la nutrition

anorexie

Troubles psychiatriques

état confusionnel

anxiété, hallucination, illusion, rêves anormaux, nervosité, insomnie, agitation

pensée anormale, dépersonnalisation, dépression, labilité émotionnelle, euphorie

Troubles du système nerveux

somnolence, vertiges, maux de tête, sédation

dysgueusie, léthargie, amnésie, troubles cognitifs

myoclonies, paresthésies (y compris hyperesthésie / paresthésie péribuccale), démarche anormale / incoordination, convulsions

Troubles oculaires

vision anormale (floue, diplopie)

Troubles vasculaires

chasse d’eau chaude, rinçage

vaso-dilatation

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

dépression respiratoire, congestion des sinus

dyspnée

Problèmes gastro-intestinaux

nausée, constipation, vomissement, bouche sèche

diarrhée, stomatite, saignement gingival, dyspepsie, ulcération buccale, douleur buccale, odynophagie

douleur abdominale, flatulence, abdomen agrandi

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

prurit

hyperhidrose, tendance accrue à l’ecchymose

téméraire

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

contractions musculaires, arthralgies, faiblesse musculaire, douleurs musculo-squelettiques, douleurs aux extrémités, douleurs dans la mâchoire

Troubles rénaux et urinaires

incontinence urinaire

rétention urinaire

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

fatigue

asthénie, frissons, pyrexie, soif

malaise, syndrome de sevrage médicamenteux des œdèmes périphériques *

Enquêtes

la pression artérielle a augmenté

Blessure, empoisonnement et complications procédurales

blessure accidentelle (par exemple, chutes)

#Fréquence inconnue seul syndrome de sevrage médicamenteux *

* Des symptômes de sevrage aux opiacés tels que nausées, vomissements, diarrhée, anxiété, frissons, tremblements et transpiration ont été observés avec le fentanyl transmuqueux.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’ adresse suivante : www.mhra.gov.uk/yellowcard .

4.9 Surdosage

Symptômes:

Les symptômes d’un surdosage par Breakyl ou de signes de toxicité devraient être de nature similaire à ceux du fentanyl intraveineux et d’autres opioïdes, et constituent une extension de ses actions pharmacologiques, l’effet le plus grave étant la dépression respiratoire. D’autres symptômes peuvent être la sédation profonde, le coma, la bradycardie, l’hypotonie, l’hypothermie, la diminution du tonus musculaire, l’ataxie, les convulsions et le myosis.

Traitement:

Pour la prise en charge de la dépression respiratoire, des contre-mesures immédiates doivent être mises en place. Ceux-ci comprennent l’élimination de tout film buccal Breakyl, si elle est encore dans la bouche, la stimulation physique et verbale du patient, l’évaluation du niveau de conscience et l’état ventilatoire et circulatoire. Si la situation clinique le justifie, une voie aérienne devrait être assurée (éventuellement avec une voie oropharyngée ou une sonde endotrachéale), de l’oxygène administré et une ventilation assistée ou contrôlée si nécessaire.

L’accès intraveineux devrait être obtenu, et naloxone ou d’autres antagonistes d’opioïde peuvent être employés comme cliniquement indiqué. La durée de la dépression respiratoire après un surdosage peut être plus longue que les effets de l’antagoniste des opioïdes (par exemple, la demi-vie de la naloxone varie de 30 à 81 minutes) et une administration répétée ou continue de naloxone ou d’autres antagonistes opioïdes peut être nécessaire. L’inversion de l’effet narcotique peut entraîner un début aigu de douleur et la libération de catécholamines. Chez les patients opioïdes , l’utilisation de naloxone ou d’un autre antagoniste des opioïdes est associée au risque de déclencher un syndrome de sevrage aigu.

De plus, une température adéquate du corps et un apport hydrique devraient être maintenus. En cas d’hypotension sévère ou persistante, une hypovolémie doit être envisagée et la maladie doit être prise en charge par un traitement par fluide parentéral approprié. La rigidité musculaire, en cas de survenue, doit être prise en charge, en dernier recours, par un agent bloquant neuromusculaire.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: analgésiques; opioïdes, dérivés de phénylpipéridine

Code ATC: N02AB03

Le fentanyl, un agoniste opioïde pur, agit principalement par interaction avec les récepteurs μ-opioïdes situés dans le cerveau, la moelle épinière et le muscle lisse. Le site primaire de l’action thérapeutique est le système nerveux central (SNC). L’effet pharmacologique cliniquement le plus utile de l’interaction du fentanyl avec les récepteurs μ-opioïdes est l’analgésie.

Chez les patients souffrant de douleurs chroniques avec des doses régulières d’opioïdes réguliers pour contrôler leur douleur persistante, Breakyl a significativement réduit l’intensité de la douleur, évaluée comme la somme des différences d’intensité de la douleur (SPID), par rapport au placebo pendant 15, 30, 45, 60 min. administration.

Les effets analgésiques du fentanyl sont liés au taux sanguin de la substance active, si l’on tient compte du délai d’entrée et de sortie du SNC (un processus avec une demi-vie de 3 à 5 minutes). Chez les individus naïfs d’opioïdes, l’analgésie survient à des taux sanguins de 1 à 2 ng / ml, tandis que des taux sanguins de 10 à 20 ng / ml produisent une anesthésie chirurgicale et une dépression respiratoire profonde.

Les actions secondaires comprennent le myosis et une augmentation du tonus et une diminution des contractions du muscle lisse gastro-intestinal, ce qui entraîne une prolongation du temps de transit gastro-intestinal et peut être responsable de l’effet de constipation des opioïdes.

Alors que les opioïdes augmentent généralement le tonus du muscle lisse du tractus urinaire, l’effet global a tendance à varier, dans certains cas, à provoquer une urgence urinaire, dans d’autres, une difficulté à uriner.

Tous les agonistes des récepteurs μ opioïdes, y compris le fentanyl, produisent une dépression respiratoire dose-dépendante. Le risque de dépression respiratoire est moindre chez les patients souffrant de douleurs recevant un traitement opioïde chronique et développant une tolérance à la dépression respiratoire et à d’autres effets opioïdes.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Introduction générale

Le fentanyl est hautement lipophile et peut être absorbé très rapidement par la muqueuse buccale et plus lentement par la voie gastro-intestinale conventionnelle. Il est sujet au métabolisme hépatique et intestinal de premier passage et les métabolites ne contribuent pas aux effets thérapeutiques du fentanyl.

Absorption

Dans une étude pharmacocinétique, après application buccale, Breakyl a été rapidement absorbé et la biodisponibilité absolue était de 71%. Cette étude de biodisponibilité absolue a également démontré une pharmacocinétique similaire dans les sous-groupes de 6 volontaires normaux masculins et de 6 adultes adultes.

La pharmacocinétique d’absorption du fentanyl de Breakyl est une combinaison d’une absorption initiale rapide de la muqueuse buccale et d’une absorption plus prolongée du fentanyl avalé par le tractus gastro-intestinal. Basé sur l’étude de biodisponibilité absolue, environ 51% de la dose totale de Breakyl est rapidement absorbée par la muqueuse buccale et devient disponible par voie systémique. Les 49% restants de la dose totale sont avalés avec la salive, puis lentement absorbés par le tractus gastro-intestinal. Environ 1/3 de cette quantité (20% de la dose totale) échappe à l’élimination du premier passage hépatique et intestinal et devient disponible par voie systémique. Ainsi, la biodisponibilité absolue observée de 71% de Breakyl est divisée entre l’absorption rapide transmuqueuse et lente d’IG. Une dose unitaire de Breakyl, si elle est mâchée et avalée, entraînera vraisemblablement des concentrations de pointe plus basses et une biodisponibilité plus faible que si elle est consommée comme indiqué.

La proportionnalité de dose à travers la gamme disponible des doses (200 à 1200 microgrammes) de Breakyl a été démontrée. Après consommation d’un seul film buccal de Breakyl (200 à 1200 microgrammes), la C max moyenne varie généralement de 0,38 à 2,19 ng / ml (selon la dose) et la T max varie de 45 à 240 minutes (médiane 60 min). L’application de Breakyl sur un site actif de mucite (Grade 1) dans un groupe de patients cancéreux a été associée à des diminutions de la C max et de l’AUC inf . Il est recommandé de surveiller étroitement les patients atteints de mucite de grade 1, un ajustement posologique peut être envisagé. L’efficacité et la sécurité de Breakyl lorsqu’il est utilisé chez les patients présentant une mucite plus sévère que Grade1 n’ont pas été étudiés.

Concentrations plasmatiques moyennes de fentanyl en fonction du temps (24 heures et 1ère heure seulement) après des doses uniques de 800 μg de BREAKYL (XXX) ou 800 μg de comparateur (fentanyl oromucosal applicator) chez des sujets adultes en bonne santé

Distribution

Le fentanyl est hautement lipophile. Les données animales ont montré que suite à l’absorption, le fentanyl est rapidement distribué dans le cerveau, le cœur, les poumons, les reins et la rate, suivi d’une redistribution plus lente vers les muscles et les graisses. La liaison aux protéines plasmatiques du fentanyl est de 80 à 85%. La protéine de liaison principale est la glycoprotéine alpha-1-acide, mais l’albumine et les lipoprotéines contribuent dans une certaine mesure. La fraction libre de fentanyl augmente avec l’acidose. Le volume moyen de distribution à l’état d’équilibre (V ss ) est de 4 l / kg.

Biotransformation

Le fentanyl est métabolisé dans le foie et dans la muqueuse intestinale en norfentanyl par le cytochrome P450, le CYP3A4, l’isoforme. Le norfentanyl ne s’est pas montré pharmacologiquement actif dans les études sur les animaux. Le fentanyl est principalement (plus de 90%) éliminé par biotransformation en métabolites N-désalkylés et hydroxylés inactifs.

Élimination

Moins de 7% de la dose est excrétée sous forme inchangée dans l’urine et seulement environ 1% est excrété sous forme inchangée dans les fèces. Les métabolites sont principalement excrétés dans l’urine, tandis que l’excrétion fécale est moins importante. La clairance plasmatique totale du fentanyl est de 0,5 l / h / kg (plage de 0,3 à 0,7 l / h / kg). La demi-vie cliniquement pertinente du fentanyl après administration de Breakyl est d’environ sept heures et la demi-vie d’élimination terminale est d’environ 14 heures.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité à doses répétées, de génotoxicité et de cancérogénicité n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.

Les études de toxicité sur le développement embryonnaire et fœtal réalisées chez le rat et le lapin n’ont révélé aucune malformation induite par le composé ni aucune variation du développement lors de l’administration pendant la période d’organogenèse. Dans une étude sur la fertilité et le développement embryonnaire précoce chez le rat, un effet à médiation masculine a été observé à des doses élevées (300 mcg / kg / jour, sc) et est compatible avec les effets sédatifs du fentanyl dans les études animales. Dans les études sur le développement pré et postnatal chez le rat, le taux de survie de la progéniture était significativement réduit à des doses entraînant une toxicité maternelle sévère. D’autres découvertes à doses toxiques pour la mère chez les ratons F1 ont été le développement physique retardé, les fonctions sensorielles, les réflexes et le comportement. Ces effets pourraient être des effets indirects dus à une altération des soins maternels et / ou à une diminution du taux de lactation ou à un effet direct du fentanyl sur les petits.

Des études de cancérogénicité (essai biologique dermique alternatif de 26 semaines sur des souris transgéniques Tg.AC et une étude de cancérogénicité sous-cutanée de deux ans sur des rats) n’ont révélé aucun résultat indiquant un potentiel oncogène.

L’évaluation de lames de cerveau provenant de l’étude de cancérogénicité chez des rats a révélé des lésions cérébrales chez des animaux ayant reçu de fortes doses de citrate de fentanyl. La pertinence de ces résultats pour les humains est inconnue.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Couche active:

propylène glycol (E1520),

le benzoate de sodium (E211),

le parahydroxybenzoate de méthyle (E218),

propyl-parahydroxybenzoate (E216),

oxyde ferrique (rouge) (E 172),

l’acide citrique anhydre,

acétate de tout- rac -alpha-tocophéryle,

phosphate de sodium monobasique (anhydre),

hydroxyde de sodium,

phosphate de sodium tribasique (anhydre),

polycarbophile,

hydroxypropylcellulose,

hydroxyéthylcellulose,

carmellose sodique

Couche de support:

le benzoate de sodium (E211),

le parahydroxybenzoate de méthyle (E218),

propyl-parahydroxybenzoate (E216),

l’acide citrique anhydre,

acétate de tout- rac -alpha-tocophéryle,

hydroxypropylcellulose,

hydroxyéthylcellulose,

dioxyde de titane (E 171),

la saccharine sodique,

huile de menthe poivrée

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

2 ans

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 30 ° C.

Ne pas réfrigérer.

Conserver dans l’emballage d’origine afin de protéger de l’humidité

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Chaque film buccal est emballé individuellement dans un sachet résistant aux enfants, constitué d’un stratifié polyacrylonitrile / aluminium / polyéthylène téréphtalate (PET) / papier.

Film buccal Breakyl 800 microgrammes:

Cartons de 4, 10 ou 28 sachets avec un film buccal chacun.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

MEDA Pharmaceuticals Ltd.,

Skyway House, chemin Parsonage

Takeley, l’évêque de Stortford

CM22 6PU

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 15142/0071

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Juin 2011 / Décembre 2012

10. Date de révision du texte

27 avril 2015