Diclofénac sodique 25 mg comprimés gastro-résistants


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Diclofénac sodique 25 mg comprimés gastro-résistants

2. Composition qualitative et quantitative

Diclofénac sodique 25 mg

Excipients (s) à effet notoire

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Tablette gastro-résistante.

Comprimé rond, biconvexe, de couleur ocre, portant l’inscription «D25» sur une face.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Adultes et personnes âgées

Soulagement de tous les types de douleur et d’inflammation dans un large éventail de conditions, y compris:

(i) états arthritiques: polyarthrite rhumatoïde, arthrose, spondylarthrite ankylosante, goutte aiguë,

(ii) les troubles musculo-squelettiques aigus tels que la périarthrite (par exemple l’épaule congelée), la tendinite, la ténosynovite, la bursite,

(iii) d’autres affections douloureuses résultant d’un traumatisme, y compris une fracture, une lombalgie, une entorse, une foulure, une luxation, une chirurgie orthopédique, dentaire ou une autre chirurgie mineure.

Enfants

Enfants âgés de 1 à 12 ans: pour le traitement de l’arthrite chronique juvénile

Enfants âgés de 9 ans et plus: pour le traitement à court terme de la fièvre liée à des infections de l’oreille, du nez ou de la gorge (ORL), p.ex. pharyngotillose, otite moyenne. En monothérapie ou en complément de la morphine ou d’autres opiacés (en raison de son effet d’épargne opiacé) pour le soulagement de la douleur postopératoire aiguë

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Les effets indésirables peuvent être minimisés en utilisant la dose efficace la plus faible pendant la durée la plus courte nécessaire pour contrôler les symptômes (voir rubrique 4.4).

75 mg à 150 mg par jour en deux ou trois doses fractionnées.

La dose quotidienne maximale recommandée de diclofénac sodique est de 150 mg.

Populations spéciales

Personnes âgées

Bien que les paramètres pharmacocinétiques du Diclofenac sodique ne soient pas altérés de façon cliniquement significative chez les patients âgés, les anti-inflammatoires non stéroïdiens doivent être utilisés avec une prudence particulière chez les patients généralement plus sujets à des effets indésirables. En particulier, il est recommandé d’utiliser la dose efficace la plus faible chez les patients âgés fragiles ou ceux ayant un faible poids corporel (voir également les précautions) et le patient doit être surveillé pour un saignement gastro-intestinal pendant le traitement par AINS.

Insuffisance rénale: Diclofenac est contre-indiqué chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (voir rubrique 4.3). Aucune étude spécifique n’a été réalisée chez les patients présentant une insuffisance rénale. Par conséquent, aucune recommandation spécifique d’ajustement posologique ne peut être faite. La prudence est recommandée lors de l’administration de diclofénac à des patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Insuffisance hépatique: Diclofenac est contre-indiqué chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (voir rubrique 4.3). Aucune étude spécifique n’a été réalisée chez les patients atteints d’insuffisance hépatique, par conséquent, aucune recommandation d’ajustement de dose spécifique ne peut être faite. La prudence est recommandée lors de l’administration de diclofénac à des patients présentant une insuffisance hépatique légère à modérée (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Population pédiatrique:

Pour le traitement de l’arthrite chronique juvénile, la posologie suivante doit être administrée: Enfants (âgés de 1 à 12 ans): 1-3 mg / kg par jour en doses fractionnées. Pour le traitement à court terme de la fièvre liée aux infections de l’oreille, du nez ou de la gorge (ENT) et de la douleur post-opératoire, le dosage suivant doit être administré:

Les enfants âgés de 9 ans (min 35 kg de poids corporel) ou plus et les adolescents devraient recevoir jusqu’à 2 mg / kg de poids corporel par jour en 3 doses fractionnées, selon la gravité de la maladie.

Méthode d’administration

Pour l’administration orale.

A prendre entier avec du liquide, de préférence avec ou après la nourriture.

4.3 Contre-indications

• Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

• Actif, ou ulcère gastrique ou intestinal, saignement ou perforation.

• Antécédents de saignement ou de perforation gastro-intestinaux liés à un traitement antérieur par les AINS.

• Actif ou antécédent d’ulcère peptique récidivant / hémorragie (au moins deux épisodes distincts d’ulcération ou de saignement prouvés).

• Dernier trimestre de grossesse (voir rubrique 4.6)

• Défaillance hépatique

• Échec rénal

• Insuffisance cardiaque congestive établie (NYHA-II-IV), cardiopathie ischémique, artériopathie périphérique et / ou maladie cérébrovasculaire.

• Comme les autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), le diclofénac est également contre-indiqué chez les patients présentant des crises d’asthme, d’angiodème, d’urticaire ou de rhinite aiguë provoquées par l’ibuprofène, l’acide acétylsalicylique ou d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Général

Les effets indésirables peuvent être minimisés en utilisant la dose efficace la plus faible pendant la durée la plus courte nécessaire pour contrôler les symptômes (voir rubrique 4.2, et les risques GI et cardiovasculaires ci-dessous).

L’utilisation concomitante de diclofénac avec des AINS systémiques, y compris des inhibiteurs sélectifs de la cyclo-oxygénase-2, doit être évitée en l’absence de toute preuve démontrant des effets synergiques et un potentiel d’effets indésirables additifs (voir rubrique 4.5).

La prudence est indiquée chez les personnes âgées pour des raisons médicales de base. En particulier, il est recommandé d’utiliser la dose efficace la plus faible chez les patients âgés fragiles ou ceux ayant un faible poids corporel (voir rubrique 4.2).

Comme avec d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens, y compris le diclofénac, des réactions allergiques, y compris des réactions anaphylactiques / anaphylactoïdes, peuvent également survenir sans exposition préalable au médicament (voir rubrique 4.8).

Comme les autres AINS, le diclofénac peut masquer les signes et les symptômes de l’infection en raison de ses propriétés pharmacodynamiques.

Ce médicament contient du lactose et n’est donc pas recommandé chez les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, de déficit sévère en lactase ou de malabsorption du glucose-galactose.

Effets gastro-intestinaux

Des saignements gastro-intestinaux (hématémèse, méléna), ulcération ou perforation, pouvant être fatals, ont été rapportés avec tous les AINS, y compris le diclofénac, et peuvent survenir à n’importe quel moment du traitement, avec ou sans symptômes précurseurs ou antécédents d’événements gastro-intestinaux graves. Ils ont généralement des conséquences plus graves chez les personnes âgées. En cas de saignement gastro-intestinal ou d’ulcération chez les patients recevant du diclofénac, le médicament doit être retiré.

Comme pour tous les AINS, y compris le diclofénac, une surveillance médicale étroite s’impose et une prudence particulière s’impose lors de la prescription de diclofénac chez des patients présentant des symptômes de troubles gastro-intestinaux ou présentant des antécédents d’ulcération gastrique ou intestinale, de saignement ou de perforation (voir rubrique 4.8) . Le risque de saignement gastro-intestinal, d’ulcération ou de perforation est plus élevé avec l’augmentation des doses d’AINS y compris le diclofénac et chez les patients ayant des antécédents d’ulcère, en particulier si compliqué d’hémorragie ou de perforation.

Les personnes âgées présentent une fréquence accrue de réactions indésirables aux AINS, notamment des saignements gastro-intestinaux et des perforations pouvant être fatales (voir rubrique 4.2).

Pour réduire le risque de toxicité gastro-intestinale chez les patients ayant des antécédents d’ulcère, en particulier si compliqué d’hémorragie ou de perforation, et chez les personnes âgées, le traitement doit être initié et maintenu à la dose efficace la plus faible.

Un traitement combiné avec des agents protecteurs (par exemple misoprostol ou inhibiteurs de la pompe à protons) doit être envisagé chez ces patients, ainsi que chez les patients nécessitant un traitement concomitant avec de faibles doses d’acide acétylsalicylique (AAS / aspirine) ou d’autres médicaments susceptibles d’augmenter le risque gastro-intestinal. (voir ci-dessous et la section 4.5).

Les patients ayant des antécédents de toxicité gastro-intestinale, en particulier les personnes âgées, doivent signaler tout symptôme abdominal inhabituel (en particulier un saignement gastro-intestinal).

La prudence est recommandée chez les patients recevant des médicaments concomitants pouvant augmenter le risque d’ulcération ou de saignement, tels que les corticostéroïdes systémiques, les anticoagulants tels que la warfarine, les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou les antiagrégants plaquettaires tels que l’acide acétylsalicylique (voir rubrique 4.5) .

Une surveillance médicale étroite et une prudence particulière doivent également être exercées chez les patients atteints de colite ulcéreuse ou de maladie de Crohn, car leur état peut être aggravé (voir rubrique 4.8).

Insuffisance hépatique

Une surveillance médicale étroite est requise lors de la prescription de diclofénac à des patients atteints d’insuffisance hépatique, car leur état peut être exacerbé.

Comme avec d’autres AINS, y compris le diclofénac, les valeurs d’une ou plusieurs enzymes hépatiques peuvent augmenter. Au cours d’un traitement prolongé par le diclofénac, une surveillance régulière de la fonction hépatique est indiquée comme mesure de précaution.

Si des tests anormaux de la fonction hépatique persistent ou s’aggravent, des signes ou des symptômes cliniques compatibles avec une maladie du foie apparaissent ou, si d’autres manifestations se produisent (éosinophilie, éruption cutanée), le diclofénac doit être arrêté.

L’hépatite peut survenir avec le diclofénac sans symptômes prodromiques.

La prudence est de mise lors de l’utilisation du diclofénac chez les patients atteints de porphyrie hépatique, car elle peut déclencher une crise.

Insuffisance rénale

Comme la rétention hydrique et l’œdème ont été rapportés avec le traitement par AINS, y compris le diclofénac, une prudence particulière s’impose chez les patients présentant une insuffisance cardiaque ou rénale, des antécédents d’hypertension, des personnes âgées, des patients recevant un traitement concomitant par des diurétiques ou des médicaments impact sur la fonction rénale, et chez les patients présentant une déplétion substantielle du volume extracellulaire quelle qu’en soit la cause, par exemple avant ou après une chirurgie majeure (voir 4.3). La surveillance de la fonction rénale est recommandée comme mesure de précaution lors de l’utilisation du diclofénac dans de tels cas. L’arrêt du traitement est habituellement suivi d’un rétablissement à l’état de prétraitement.

Effets de la peau

Des réactions cutanées graves, dont certaines mortelles, y compris une dermatite exfoliatrice, un syndrome de Stevens-Johnson et une nécrolyse épidermique toxique, ont été signalées très rarement en association avec l’utilisation d’AINS, y compris le diclofénac (voir rubrique 4.8). Les patients semblent être les plus à risque de ces réactions au début du traitement: le début de la réaction survient dans la majorité des cas au cours du premier mois de traitement. Les comprimés de sodium de diclofénac doivent être arrêtés dès la première apparition d’une éruption cutanée, de lésions de la muqueuse ou de tout autre signe d’hypersensibilité.

LE SLE et la maladie mixte du tissu conjonctif

Chez les patients atteints de lupus érythémateux disséminé (LED) et de troubles mixtes du tissu conjonctif, il existe un risque accru de méningite aseptique (voir rubrique 4.8).

Effets cardiovasculaires et cérébrovasculaires

Les patients présentant des facteurs de risque significatifs d’événements cardiovasculaires (par exemple, hypertension, hyperlipidémie, diabète sucré, tabagisme) ne doivent être traités avec du diclofénac qu’après un examen attentif. Comme les risques cardiovasculaires de diclofénac peuvent augmenter avec la dose et la durée de l’exposition, la durée la plus courte possible et la dose quotidienne efficace la plus faible doivent être utilisées. Le besoin de pateint pour le soulagement symptomatique et la réponse au traitement devrait être réévalué périodiquement.

Une surveillance et des conseils appropriés sont requis chez les patients ayant des antécédents d’hypertension et / ou d’insuffisance cardiaque congestive légère à modérée, car une rétention d’eau et un œdème ont été rapportés en association avec un traitement par AINS, y compris le diclofénac.

Les essais cliniques et les données épidémiologiques indiquent systématiquement un risque accru d’événements thrombotiques artériels (par exemple infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral) associés à l’utilisation du diclofénac, en particulier à forte dose (150 mg par jour) et à long terme.

Les patients présentant une hypertension artérielle non contrôlée, une insuffisance cardiaque congestive, une cardiopathie ischémique établie, une artériopathie périphérique et / ou une maladie cérébrovasculaire doivent être traités avec du diclofénac après un examen attentif.

Effets hématologiques

Pendant un traitement prolongé par le diclofénac, comme avec d’autres AINS, la surveillance de la numération globulaire est recommandée.

Le diclofénac peut inhiber de manière réversible l’agrégation plaquettaire (voir les anticoagulants à la section 4.5). Les patients présentant des anomalies de l’hémostase, une diathèse hémorragique ou des anomalies hématologiques doivent être surveillés attentivement.

Asthme préexistant

Chez les patients asthmatiques, rhinite allergique saisonnière, gonflement de la muqueuse nasale (polypes nasaux), bronchopneumopathies chroniques obstructives ou infections chroniques des voies respiratoires (surtout si elles sont liées à des symptômes de rhinite allergique), réactions aux AINS telles que exacerbations de l’asthme ( ce qu’on appelle l’intolérance aux analgésiques / analgésiques-asthme), l’œdème de Quincke ou l’urticaire sont plus fréquents que chez les autres patients. Par conséquent, une précaution particulière est recommandée chez ces patients (état de préparation en cas d’urgence). Ceci s’applique également aux patients allergiques à d’autres substances, par exemple avec des réactions cutanées, prurit ou urticaire.

Comme d’autres médicaments qui inhibent l’activité de la prostaglandine synthétase, le diclofénac sodique et d’autres AINS peuvent précipiter le bronchospasme s’il est administré à des patients souffrant ou ayant des antécédents d’asthme bronchique.

Fertilité féminine

L’utilisation de Diclofenac peut nuire à la fertilité féminine et n’est pas recommandée chez les femmes qui tentent de concevoir. Chez les femmes qui peuvent avoir des difficultés à concevoir ou qui sont en cours d’investigation sur l’infertilité, un retrait du Diclofenac doit être envisagé (voir rubrique 4.6).

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Les interactions suivantes comprennent celles observées avec des comprimés gastro-résistants au diclofénac et / ou d’autres formes pharmaceutiques de diclofénac.

Lithium : En cas d’utilisation concomitante, le diclofénac peut augmenter les concentrations plasmatiques de lithium. La surveillance du taux sérique de lithium est recommandée.

Digoxine : En cas d’utilisation concomitante, le diclofénac peut augmenter les concentrations plasmatiques de digoxine. La surveillance du taux sérique de digoxine est recommandée.

Diurétiques et antihypertenseurs : Comme d’autres AINS, l’utilisation concomitante de diclofénac avec des diurétiques ou des antihypertenseurs (par exemple, bêta-bloquants, inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine) peut entraîner une diminution de leur effet antihypertenseur par inhibition de la synthèse des prostaglandines vasodilatatrices.

Par conséquent, l’association doit être administrée avec prudence et les patients, en particulier les personnes âgées, doivent faire surveiller périodiquement leur tension artérielle. Les patients doivent être suffisamment hydratés et il faut envisager de surveiller la fonction rénale après l’instauration du traitement concomitant et périodiquement par la suite, en particulier pour les diurétiques et les inhibiteurs de l’ECA en raison du risque accru de néphrotoxicité.

Médicaments connus pour provoquer une hyperkaliémie: Un traitement concomitant par des diurétiques épargneurs de potassium, la ciclosporine, le tacrolimus ou le triméthoprime peut être associé à une augmentation des taux sériques de potassium, qui doivent donc être surveillés fréquemment (voir rubrique 4.4).

Anticoagulants et antiplaquettaires : La prudence est recommandée car l’administration concomitante peut augmenter le risque hémorragique (voir rubrique 4.4). Bien que les investigations cliniques ne semblent pas indiquer que le diclofénac affecte l’action des anticoagulants, on signale un risque accru d’hémorragie chez les patients recevant simultanément du diclofénac et des anticoagulants (voir rubrique 4.4). Par conséquent, pour être certain qu’aucun changement de dosage d’anticoagulant n’est requis, une surveillance étroite de ces patients est requise. Comme avec d’autres agents anti-inflammatoires non stéroïdiens, le diclofénac à forte dose peut inhiber de manière réversible l’agrégation plaquettaire.

Autres AINS, y compris les inhibiteurs sélectifs de la cyclo-oxygénase-2 et les corticostéroïdes : L’administration concomitante de diclofénac et d’autres AINS systémiques ou de corticostéroïdes peut augmenter le risque de saignement gastro-intestinal ou d’ulcération. Évitez l’utilisation concomitante de deux AINS ou plus (voir rubrique 4.4).

Inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS): L’administration concomitante d’ISRS peut augmenter le risque de saignement gastro-intestinal (voir rubrique 4.4).

Antidiabétiques : Des études cliniques ont montré que le diclofénac peut être administré avec des antidiabétiques oraux sans influencer leur effet clinique. Cependant, il y a eu des rapports isolés d’effets hypoglycémiants et hyperglycémiques nécessitant des changements dans la posologie des antidiabétiques pendant le traitement par le diclofénac. Pour cette raison, il est recommandé de surveiller la glycémie par mesure de précaution pendant le traitement concomitant.

Méthotrexate : Le diclofénac peut inhiber la clairance rénale tubulaire du méthotrexate, ce qui augmente les taux de méthotrexate. La prudence est recommandée lorsque les AINS, y compris le diclofénac, sont administrés moins de 24 heures avant le traitement par le méthotrexate, car les concentrations sanguines de méthotrexate peuvent augmenter et la toxicité de cette substance peut être augmentée.

Des cas de toxicité grave ont été signalés lorsque le méthotrexate et les AINS, y compris le diclofénac, sont administrés dans les 24 heures. Cette interaction est médiée par l’accumulation de méthotrexate résultant de l’altération de l’excrétion rénale en présence de l’AINS.

Ciclosporine : Le diclofénac, comme d’autres AINS, peut augmenter la néphrotoxicité de la ciclosporine en raison de l’effet sur les prostaglandines rénales. Par conséquent, il doit être administré à des doses inférieures à celles qui seraient utilisées chez les patients ne recevant pas de ciclosporine.

Tacrolimus : risque accru de néphrotoxicité lorsque les AINS sont administrés avec le tacrolimus. Cela pourrait être médiée par les effets de l’antiprostagladine rénale à la fois des AINS et de l’inhibiteur de la calcineurine.

Antimicrobiens à base de quinolones : Des convulsions peuvent survenir en raison d’une interaction entre les quinolones et les AINS. Cela peut se produire chez les patients avec ou sans antécédents d’épilepsie ou de convulsions. Par conséquent, des précautions doivent être prises lors de l’utilisation d’une quinolone chez les patients qui reçoivent déjà un AINS.

Phénytoïne : Lors de l’utilisation concomitante de phénytoïne et de diclofénac, il est recommandé de surveiller les concentrations plasmatiques de phénytoïne en raison d’une augmentation prévue de l’exposition à la phénytoïne.

Colestipol et cholestyramine : Ces agents peuvent induire un retard ou une diminution de l’absorption du diclofénac. Par conséquent, il est recommandé d’administrer le diclofénac au moins une heure avant ou 4 à 6 heures après l’administration de colestipol / cholestyramine.

Glycosides cardiaques : L’utilisation concomitante de glycosides cardiaques et d’AINS chez les patients peut aggraver l’insuffisance cardiaque, réduire le taux de filtration glomérulaire et augmenter les taux plasmatiques de glycosides.

Mifepristone: Les AINS ne doivent pas être utilisés pendant 8 à 12 jours après l’administration de mifépristone, car les AINS peuvent réduire l’effet de la mifépristone.

Inhibiteurs puissants du CYP2C9 : La prudence est recommandée lors de la co-prescription de diclofénac avec des inhibiteurs puissants du CYP2C9 (tels que le voriconazole), ce qui pourrait entraîner une augmentation significative de la concentration plasmatique maximale et une exposition au diclofénac due à l’inhibition du métabolisme du diclofénac.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse:

L’inhibition de la synthèse des prostaglandines peut affecter la grossesse et / ou le développement embryonnaire / fœtal. Les données d’études épidémiologiques suggèrent un risque accru de fausse couche, de malformation cardiaque et de gastroschisis après l’utilisation d’un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines en début de grossesse. Le risque absolu de malformation cardiovasculaire était passé de moins de 1% à environ 1,5%.

On croit que le risque augmente avec la dose et la durée du traitement. Chez les animaux, l’administration d’un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines s’est révélée entraîner une perte pré- et post-implantation accrue et une létalité embryo-fœtale.

De plus, une incidence accrue de diverses malformations, y compris cardiovasculaires, a été rapportée chez des animaux ayant reçu un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines pendant la période organogénétique. Si le diclofénac est utilisé par une femme essayant de concevoir, ou pendant le premier et le deuxième la dose doit être maintenue aussi basse et la durée du traitement doit être aussi courte que possible.

Au cours du troisième trimestre de la grossesse, tous les inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines peuvent exposer le fœtus à:

– toxicité cardiopulmonaire (avec fermeture prématurée du canal artériel et hypertension pulmonaire);

– un dysfonctionnement rénal pouvant évoluer vers une insuffisance rénale avec oligo-hydroamniosis;

la mère et le nouveau-né, à la fin de la grossesse, à:

– l’allongement possible du temps de saignement, un effet anti-agrégant pouvant survenir même à très faible dose.

– inhibition des contractions utérines entraînant un travail retardé ou prolongé.

Par conséquent, les comprimés de diclofénac sodique sont contre-indiqués au cours du troisième trimestre de la grossesse.

Allaitement maternel:

Comme les autres AINS, le diclofénac passe dans le lait maternel en petites quantités. Par conséquent, le diclofénac ne doit pas être administré pendant l’allaitement afin d’éviter des effets indésirables chez le nourrisson (voir rubrique 5.2).

Fertilité féminine

Comme avec les autres AINS, l’utilisation du diclofénac peut nuire à la fertilité féminine et n’est pas recommandée chez les femmes qui tentent de concevoir. Chez les femmes qui ont des difficultés à concevoir ou qui sont en cours d’investigation sur l’infertilité, un retrait du diclofénac doit être envisagé (voir également rubrique 4.4, concernant la fertilité féminine).

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Les patients qui subissent des troubles visuels, des étourdissements, des vertiges, de la somnolence, des troubles du système nerveux central, de la somnolence ou de la fatigue lorsqu’ils prennent des AINS doivent s’abstenir de conduire ou d’utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

Les effets indésirables (Tableau 1) sont classés en fonction de la fréquence, la plus fréquente en utilisant la convention suivante: très fréquent: (> 1/10); commun (≥1 / 100, <1/10); peu fréquent (≥1 / 1000, <1/100); rare (≥ 1/10 000, <1/1 000); très rare (<1/10 000); Inconnu: ne peut être estimé à partir des données disponibles.

Les effets indésirables suivants comprennent ceux signalés avec une utilisation à court terme ou à long terme.

Tableau 1

Troubles du système sanguin et lymphatique

Très rare

Thrombocytopénie, leucopénie, anémie (y compris l’anémie hémolytique et aplasique), agranulocytose.

Troubles du système immunitaire

Rare

Très rare

Hypersensibilité, réactions anaphylactiques et anaphylactoïdes (y compris hypotension et choc).

Œdème angioneurotique (y compris l’œdème du visage).

Troubles psychiatriques

Très rare

Désorientation, dépression, insomnie, cauchemar, irritabilité, trouble psychotique.

Troubles du système nerveux

Commun

Rare

Très rare

Inconnu

Maux de tête, vertiges.

Somnolence, fatigue.

Paresthésie, troubles de la mémoire, convulsions, anxiété, tremblements, méningite aseptique, troubles du goût, accident vasculaire cérébral.

Confusion, hallucinations, troubles de la sensation, malaise.

Troubles oculaires

Très rare

Inconnu

Perturbation visuelle, vision floue, diplopie.

Névrite optique

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Commun

Très rare

Vertige.

Acouphène, malentendant.

Troubles cardiaques

Rare*

Infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, palpitations, douleurs thoraciques.

Troubles vasculaires

Très rare

Hypertension, hypotension, vascularite.

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Rare

Très rare

Asthme (y compris la dyspnée).

Pneumonite.

Problèmes gastro-intestinaux

Commun

Rare

Très rare

Inconnu

Nausées, vomissements, diarrhée, dyspepsie, douleurs abdominales, flatulences, anorexie.

Gastrite, hémorragie gastro-intestinale, hématémèse, diarrhée hémorragique, méléna, ulcère gastro-intestinal avec ou sans saignement ou perforation (parfois mortelle en particulier chez les personnes âgées).

Colite (y compris la colite hémorragique et l’exacerbation de la colite ulcéreuse ou de la maladie de Crohn), constipation, stomatite (y compris la stomatite ulcéreuse), glossite, trouble œsophagien, sténoses intestinales diaphragmatiques, pancréatite.

Colite ischémique

Troubles hépatobiliaires

Commun

Rare

Très rare

Les transaminases ont augmenté.

Hépatite, jaunisse, troubles hépatiques.

Hépatite fulminante, nécrose hépatique, insuffisance hépatique.

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Commun

Rare

Très rare

Téméraire.

Urticaire.

Eruptions bulleuses, eczéma, érythème, érythème polymorphe, syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique (syndrome de Lyell), dermatite exfoliative, perte de cheveux, réaction de photosensibilité, purpura, purpura allergique, prurit.

Troubles rénaux et urinaires

Très rare

Insuffisance rénale aiguë, hématurie, protéinurie, syndrome néphrotique, néphrite interstitielle, nécrose papillaire rénale.

Système reproducteur et troubles mammaires

Très rare

Impuissance

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Rare

Œdème

* La fréquence reflète les données d’un traitement à long terme avec une dose élevée (150 mg / jour).

Les essais cliniques et les données épidémiologiques indiquent systématiquement un risque accru d’événements thrombotiques artériels (par exemple infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral) associés à l’utilisation du diclofénac, en particulier à forte dose (150 mg par jour) et à long terme (voir rubriques 4.3 et 4.4 ).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le site Web du programme Carte Jaune: www.mhra.gov.uk/yellowcard

4.9 Surdosage

Symptômes

Il n’y a pas de tableau clinique typique résultant d’un surdosage de diclofénac. Une surdose peut causer des symptômes tels que maux de tête, nausées, vomissements, douleurs épigastriques, hémorragies gastro-intestinales, diarrhée, vertiges, désorientation, excitation, coma, somnolence, acouphènes, évanouissements ou convulsions. En cas d’intoxication significative, une insuffisance rénale aiguë et des lésions hépatiques sont possibles.

Mesures thérapeutiques

La prise en charge de l’intoxication aiguë par les AINS, y compris le diclofénac, consiste essentiellement en des mesures de soutien et un traitement symptomatique. Des mesures de soutien et un traitement symptomatique doivent être donnés pour des complications telles que l’hypotension, l’insuffisance rénale, les convulsions, les troubles gastro-intestinaux et la dépression respiratoire.

Des mesures spéciales telles que la diurèse forcée, la dialyse ou l’hémo-perfusion ne sont probablement d’aucune aide pour éliminer les AINS, y compris le diclofénac, en raison de la liaison élevée aux protéines et du métabolisme extensif.

Le charbon actif peut être envisagé après l’ingestion d’un surdosage potentiellement toxique et la décontamination gastrique (par exemple, vomissements, lavage gastrique) après l’ingestion d’une surdose potentiellement mortelle.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (NSAlDs).

Mécanisme d’action

Le diclofénac est un agent non stéroïdien aux propriétés analgésiques / anti-inflammatoires marquées. C’est un inhibiteur de la prostaglandine synthétase (cyclo-oxygénase).

Le diclofénac sodique in vitro ne supprime pas la biosynthèse du protéoglycane dans le cartilage à des concentrations équivalentes aux concentrations atteintes chez l’homme.

L’expérience des essais cliniques sur l’utilisation du diclofénac chez des patients pédiatriques JRA / JIA est limitée. Dans une étude randomisée, en double aveugle, de 2 semaines, en groupe parallèle chez des enfants âgés de 3 à 15 ans avec JRA / JIA, l’efficacité et l’innocuité de 2-3 mg / kg de diclofénac par jour ont été comparées à celles de l’acide acétylsalicylique. -100 mg / kg BW / j) et un placebo – 15 patients dans chaque groupe. Dans l’évaluation globale, 11 des 15 patients traités par le diclofénac, 6 des 12 patients aspirine et 4 des 15 patients du groupe placebo ont montré une amélioration, la différence étant statistiquement significative (p <0,05). Le nombre d’articulations douloureuses diminuait avec le diclofénac et l’ASS mais augmentait avec le placebo. Dans une deuxième étude randomisée, en double aveugle, en groupe parallèle de 6 semaines chez des enfants âgés de 4 à 15 ans avec JRA / JIA, l’efficacité du diclofénac (dose quotidienne de 2 à 3 mg / kg de poids corporel, n = 22) était comparable à celui de l’indométhacine (dose quotidienne de 2 à 3 mg / kg de poids corporel, n = 23).

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

L’absorption est complète mais l’apparition est retardée jusqu’au passage dans l’estomac, qui peut être affecté par la nourriture, ce qui retarde la vidange de l’estomac. La concentration plasmatique maximale moyenne de diclofénac atteignait environ 2 heures (la dose de 50 mg produisait 1511 ± 466 ng / ml).

Biodisponibilité

Environ la moitié du diclofénac administré est métabolisée lors de son premier passage dans le foie (effet «premier passage»), l’aire sous la courbe des concentrations (ASC) après l’administration orale est environ la moitié de celle d’une dose parentérale équivalente.

Le comportement pharmacocinétique ne change pas lors d’une administration répétée. L’accumulation ne se produit pas, à condition que les intervalles de dosage recommandés soient respectés. Les concentrations plasmatiques atteintes chez les enfants ayant reçu des doses équivalentes (mg / kg, pc) sont similaires à celles obtenues chez l’adulte.

Distribution

La substance active est liée à 99,7% aux protéines, principalement à l’albumine (99,4%).

Le diclofénac pénètre dans le liquide synovial, où les concentrations maximales sont mesurées 2 à 4 heures après que les valeurs plasmatiques maximales ont été atteintes. La demi-vie apparente pour l’élimination du liquide synovial est de 3 à 6 heures. Deux heures après avoir atteint les valeurs plasmatiques maximales, les concentrations de la substance active sont déjà plus élevées dans le liquide synovial qu’elles ne le sont dans le plasma et restent plus élevées jusqu’à 12 heures.

Le diclofénac a été détecté à une faible concentration (100 ng / mL) dans le lait maternel chez une mère allaitante. La quantité estimée ingérée par un nourrisson consommant du lait maternel équivaut à une dose de 0,03 mg / kg / jour (voir rubrique 4.6).

Métabolisme

La biotransformation du diclofénac se produit en partie par glucuronidation de la molécule intacte, mais principalement par hydroxylation et méthoxylation uniques et multiples, entraînant plusieurs métabolites phénoliques, dont la plupart sont convertis en glucuroconjugués. Deux métabolites phénoliques sont biologiquement actifs, mais dans une moindre mesure que le diclofénac.

Élimination

La clairance systémique totale du diclofénac dans le plasma est de 263 ± 56 mL / min (valeur moyenne ± écart-type). La demi-vie terminale dans le plasma est de 1-2 heures. Quatre des métabolites, y compris les deux actifs, ont également des demi-vies plasmatiques courtes de 1 à 3 heures.

Environ 60% de la dose administrée est excrétée dans l’urine sous forme de conjugué glucuronide de la molécule intacte et sous forme de métabolites, dont la plupart sont également convertis en glucuroconjugués. Moins de 1% est excrété sous forme inchangée. Le reste de la dose est éliminé sous forme de métabolites à travers la bile dans les fèces.

Caractéristiques chez les patients

Personnes âgées : Aucune différence significative d’absorption, de métabolisme ou d’excrétion du médicament n’a été observée, hormis le fait que chez cinq patients âgés, une perfusion intraveineuse de 15 minutes a entraîné des concentrations plasmatiques supérieures de 50% à celles attendues chez les sujets sains.

Patients atteints d’insuffisance rénale: Chez les patients souffrant d’insuffisance rénale, aucune accumulation de la substance active inchangée ne peut être déduite de la cinétique à dose unique lors de l’application du schéma posologique habituel. À une clairance de la créatinine inférieure à 10 mL / min, les concentrations plasmatiques à l’état d’équilibre calculées des métabolites hydroxy sont environ 4 fois plus élevées que chez les sujets normaux. Cependant, les métabolites sont finalement éliminés par la bile.

Patients atteints d’insuffisance hépatique: Chez les patients atteints d’hépatite chronique ou de cirrhose non décompensée, la cinétique et le métabolisme du diclofénac sont les mêmes que chez les patients sans maladie hépatique.

5.3 Données de sécurité précliniques

Aucun déclaré.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Fluide de granulation :

Copolyvidone

Noyau :

Lactose

La cellulose microcristalline

Amidon de maïs

Crospovidone

Dioxyde de silice colloïdal

Stéarate de magnésium

Manteau entérique :

Citrate de triéthyle

Copolymère acide méthacrylique-éthylacrylate

Talc

Couche de film pigmenté :

Hydroxypropylméthylcellulose

Oxyde de fer jaune E-172

Polyéthylène glycol

Dioxyde de titane E-171

Coucher de soleil jaune E-110

Polonais :

Cire de carnauba

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

3 années.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Les comprimés sont présentés dans des plaquettes thermoformées en PVC / aluminium ou PVC-PVDC, dont les bandelettes sont contenues dans un carton imprimé. Des conditionnements de 84 et 100 comprimés par boîte sont disponibles.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Dexcel®-Pharma Ltd.

7 Sopwith Way

Drayton Fields, Daventry

Northamptonshire NN11 8PB

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 14017/0018

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

03/12/1996 / 04/03/2009

10. Date de révision du texte

20/12/2017