Depo-provera 150 mg / ml injection


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Depo-Provera 150 mg / ml

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque ml de suspension contient 150 mg d’acétate de médroxyprogestérone

Excipients à effet connu :

Methylparaben (E218) – 1,35 mg

Propylparaben (E216) – 0,15 mg

Chlorure de sodium – 3.38mg

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1

3. Forme pharmaceutique

Suspension stérile pour injection.

4. Renseignements cliniques

4.1 Indications thérapeutiques

Progestatif: pour la contraception.

Le Depo-Provera est un contraceptif à long terme qui convient aux femmes qui ont reçu des conseils appropriés concernant la probabilité de troubles menstruels et le risque de retarder le retour à la pleine fécondité.

Depo-Provera peut également être utilisé pour la contraception à court terme dans les circonstances suivantes:

1) Pour les partenaires d’hommes subissant une vasectomie, pour la protection jusqu’à ce que la vasectomie devienne efficace.

2) Chez les femmes qui sont vaccinées contre la rubéole, pour prévenir la grossesse pendant la période d’activité du virus.

3) Chez les femmes en attente de stérilisation.

Comme la perte de densité minérale osseuse (DMO) peut survenir chez les femmes de tout âge qui utilisent l’injection de Depo-Provera à long terme (voir rubrique 4.4), une évaluation des risques / bénéfices prend également en compte la diminution de la DMO et / ou la lactation, devrait être considéré avant de donner l’injection de Depo-Provera.

Population pédiatrique (12-18 ans)

Chez les adolescents, le Depo-Provera peut être utilisé, mais seulement après que d’autres méthodes de contraception ont été discutées avec le patient et considérées comme inappropriées ou inacceptables.

Il est de la plus haute importance que des explications adéquates de la nature à long terme du produit, de ses effets secondaires possibles et de l’impossibilité d’inverser immédiatement les effets de chaque injection soient données aux utilisateurs potentiels et que tout soit mis en que chaque patient reçoive un tel conseil pour lui permettre de comprendre pleinement ces explications. Les notices d’information des patients sont fournies par le fabricant. Il est recommandé que le médecin utilise ces notices pour aider le patient avant l’injection de Depo-Provera.

Conformément à la bonne pratique clinique, un examen médical général ainsi qu’un examen gynécologique doivent être effectués avant l’administration de Depo-Provera et à intervalles appropriés par la suite.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Adultes:

Première injection: Pour fournir une couverture contraceptive au cours du premier cycle d’utilisation, une injection de 150 mg im doit être administrée pendant les cinq premiers jours d’un cycle menstruel normal. Si l’injection est effectuée conformément à ces instructions, aucune couverture contraceptive supplémentaire n’est requise.

Post-Partum: Pour augmenter l’assurance que la patiente n’est pas enceinte au moment de la première administration, cette injection doit être administrée dans les 5 jours après l’accouchement si elle n’est pas allaitée.

Il existe des preuves que les femmes qui ont reçu du Depo-Provera dans la période puerpérale immédiate peuvent présenter des saignements prolongés et abondants. Pour cette raison, le médicament doit être utilisé avec prudence dans la puerpéralité. Les femmes qui envisagent d’utiliser le produit immédiatement après l’accouchement ou l’interruption de grossesse devraient être avisées que le risque de saignement abondant ou prolongé peut être augmenté. Il est rappelé aux médecins que chez les patientes qui ne sont pas allaitantes, le post-partum peut être ovulé dès la semaine 4.

Si la femme puerpérale allaite, l’injection initiale doit être faite au plus tôt six semaines après l’accouchement, lorsque le système enzymatique du nourrisson est plus développé. D’autres injections doivent être administrées à intervalles de 12 semaines.

Doses supplémentaires: Elles doivent être administrées à des intervalles de 12 semaines, cependant, tant que l’injection est administrée au plus tard cinq jours après cette période, aucune mesure contraceptive supplémentaire (par exemple une barrière) n’est requise. (NB Pour les partenaires d’hommes subissant une vasectomie, une deuxième injection de 150 mg IM 12 semaines après la première peut être nécessaire chez une petite proportion de patients où la numération des spermatozoïdes du partenaire n’est pas tombée à zéro.) Si l’intervalle plus de 89 jours (12 semaines et cinq jours) pour une raison quelconque, la grossesse doit être exclue avant l’injection suivante et le patient doit utiliser des mesures contraceptives supplémentaires (par ex. barrière) pendant quatorze jours après cette injection subséquente.

Personnes âgées: Pas approprié.

Population pédiatrique: Le Depo-Provera n’est pas indiqué avant la ménarche (voir rubrique 4.1)

Les données chez les adolescentes (12-18 ans) sont disponibles (voir rubrique 4.4). Outre les préoccupations concernant la perte de la DMO, l’innocuité et l’efficacité du Depo-Provera devraient être les mêmes pour les adolescents après la ménarche et les femmes adultes.

Passer d’autres méthodes de contraception

Le Depo-Provera doit être administré de manière à assurer une couverture contraceptive continue. Cela devrait être basé sur le mécanisme d’action d’autres méthodes (par exemple, les patients qui passent d’un contraceptif oral à un autre devraient recevoir leur première injection de Depo-Provera dans les 7 jours suivant la prise de leur dernière pilule active)

Insuffisance hépatique

L’effet de la maladie hépatique sur la pharmacocinétique du Depo-Provera est inconnu. Comme le Depo-Provera subit en grande partie l’élimination hépatique, il peut être mal métabolisé chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (voir rubrique 4.3).

Insuffisance rénale

L’effet de la maladie rénale sur la pharmacocinétique du Depo-Provera est inconnu. Aucun ajustement posologique ne devrait être nécessaire chez les femmes atteintes d’insuffisance rénale, car le Depo-Provera est presque exclusivement éliminé par le métabolisme hépatique.

Méthode d’administration

La suspension aqueuse stérile de Depo-Provera doit être vigoureusement agitée juste avant son utilisation pour s’assurer que la dose administrée représente une suspension uniforme de Depo-Provera.

Les doses doivent être administrées par injection intramusculaire profonde. Des précautions doivent être prises pour s’assurer que l’injection de dépôt est donnée dans le tissu musculaire, de préférence le muscle grand fessier, mais d’autres tissus musculaires tels que le deltoïde peuvent être utilisés.

Le site d’injection doit être nettoyé en utilisant des méthodes standard avant l’administration de l’injection.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à l’acétate de médroxyprogestérone ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

Depo-Provera ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, que ce soit pour le diagnostic ou la thérapie.

Le Depo-Provera est contre-indiqué en tant que contraceptif à la posologie indiquée ci-dessus dans la malignité hormono-dépendante connue ou présumée des organes mammaires ou génitaux.

Depo-Provera est contre-indiqué chez les patients présentant des antécédents de maladie hépatique sévère dont les tests de la fonction hépatique ne sont pas revenus à la normale.

Qu’il soit administré seul ou en association avec de l’œstrogène, Depo-Provera ne doit pas être utilisé chez les patients présentant un saignement utérin anormal jusqu’à ce qu’un diagnostic définitif ait été établi et que la possibilité de malignité du tractus génital soit éliminée.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Perte de densité minérale osseuse

L’utilisation de Depo-Provera réduit les niveaux sériques d’œstrogènes et est associée à une perte importante de DMO en raison de l’effet connu de la carence en œstrogènes sur le système de remodelage osseux. La perte osseuse est plus grande avec la durée d’utilisation croissante; cependant, la DMO semble augmenter après l’arrêt du Depo-Provera et l’augmentation de la production ovarienne d’œstrogènes.

Cette perte de DMO est particulièrement préoccupante à l’adolescence et au début de l’âge adulte, une période critique de l’accrétion osseuse. On ne sait pas si l’utilisation de Depo-Provera par des femmes plus jeunes réduira le pic de masse osseuse et augmentera le risque de fracture plus tard dans la vie.

Une étude visant à évaluer les effets de la DMO de l’acétate de médroxyprogestérone IM (Depo-Provera, DMPA) chez des adolescentes a montré que son utilisation était associée à une baisse significative de la DMO par rapport au départ. Dans le petit nombre de femmes qui ont fait l’objet d’un suivi, la DMO moyenne s’est rétablie aux alentours des valeurs initiales de 1 à 3 ans après l’arrêt du traitement. Chez les adolescents, le Depo-Provera peut être utilisé, mais seulement après que d’autres méthodes de contraception ont été discutées avec les patients et considérées comme inadéquates ou inacceptables.

Chez les femmes de tout âge, une réévaluation prudente des risques et des avantages du traitement doit être effectuée chez ceux qui souhaitent continuer à l’utiliser pendant plus de 2 ans. En particulier, chez les femmes ayant un mode de vie important et / ou des facteurs de risque médicaux d’ostéoporose, d’autres méthodes de contraception doivent être envisagées avant l’utilisation de Depo-Provera.

Les facteurs de risque significatifs de l’ostéoporose comprennent:

• L’abus d’alcool et / ou le tabagisme

• Utilisation chronique de médicaments pouvant réduire la masse osseuse, par exemple les anticonvulsivants ou les corticostéroïdes

• Faible indice de masse corporelle ou trouble de l’alimentation, p. Ex. Anorexie mentale ou boulimie

• Fracture antérieure à faible traumatisme

• Antécédents familiaux d’ostéoporose

Une étude de cohorte rétrospective utilisant les données de la General Practice Research Database (GPRD) a montré que les femmes utilisant des injections de MPA (DMPA) présentent un risque de fracture plus élevé que les utilisatrices de contraceptifs sans DMPA (taux d’incidence 1,41, IC 95% 1,35-1,47 pour la période de suivi de cinq ans); on ne sait pas si cela est dû au DMPA, ou à d’autres facteurs liés au mode de vie qui ont une incidence sur le taux de fracture. En revanche, chez les femmes utilisant le DMPA, le risque de fracture avant et après le début du DMPA n’a pas augmenté (risque relatif 1,08, IC à 95% 0,92-1,26). Fait important, cette étude n’a pas pu déterminer si l’utilisation du DMPA a un effet sur le taux de fracture plus tard dans la vie.

Pour de plus amples informations sur les modifications de la DMO chez les femmes adultes et adolescentes, tel que rapporté dans les études cliniques récentes, se référer à la section 5.1. La prise adéquate de calcium et de vitamine D, que ce soit par l’alimentation ou par des suppléments, est importante pour la santé des os chez les femmes de tout âge.

Irrégularité menstruelle: L’administration de Depo-Provera provoque généralement une perturbation du cycle menstruel normal. Les profils de saignement comprennent l’aménorrhée (présente chez jusqu’à 30% des femmes au cours des 3 premiers mois et augmentant à 55% au mois 12 et 68% au mois 24); saignement irrégulier et spotting; des saignements prolongés (> 10 jours) (jusqu’à 33% des femmes dans les 3 premiers mois d’utilisation diminuant à 12% au 12ème mois). Rarement, des saignements prolongés peuvent survenir. Des preuves suggèrent qu’un saignement prolongé ou lourd nécessitant un traitement peut survenir entre 0,5 et 4 fois par 100 années d’utilisation. Si un saignement anormal persiste ou est sévère, une investigation appropriée doit avoir lieu pour exclure la possibilité d’une pathologie organique et un traitement approprié doit être instauré si nécessaire. Les saignements excessifs ou prolongés peuvent être contrôlés par l’administration concomitante d’œstrogènes. Celle-ci peut être administrée soit sous la forme d’une pilule contraceptive orale combinée à faible dose (30 microgrammes d’œstrogènes), soit sous la forme d’une thérapie de remplacement d’œstrogènes telle que l’œstrogène équin conjugué (0,625-1,25 mg par jour). La thérapie d’oestrogène peut devoir être répétée pendant 1-2 cycles. La co-administration à long terme d’œstrogène n’est pas recommandée.

Retour à la fertilité: Il n’y a aucune preuve que Depo-Provera provoque une infertilité permanente. Des grossesses sont survenues dès 14 semaines après une injection précédente, cependant, dans les essais cliniques, le délai moyen de retour de l’ovulation était de 5,3 mois après l’injection précédente. Les femmes devraient être avisées qu’il y a un risque de retard de retour à la pleine fécondité après l’utilisation de la méthode, quelle que soit la durée d’utilisation. Cependant, on peut s’attendre à ce que 83% des femmes conçoivent dans les 12 mois suivant la première injection (c’est-à-dire 15 mois après la dernière injection administrée). Le délai médian de conception était de 10 mois (extrêmes 4-31) après la dernière injection.

Risques de cancer: La surveillance à long terme des cas de Depo-Provera n’a pas révélé de risque global accru de cancer des ovaires, du foie ou du col de l’utérus et un effet protecteur prolongé de la réduction du risque de cancer de l’endomètre dans la population.

Le cancer du sein est rare chez les femmes de moins de 40 ans, qu’elles utilisent ou non des contraceptifs hormonaux.

Les résultats de certaines études épidémiologiques suggèrent une petite différence dans le risque de la maladie chez les utilisateurs actuels et récents par rapport aux non-utilisateurs. Tout excès de risque chez les utilisatrices actuelles ou récentes d’AMPR est faible par rapport au risque global de cancer du sein, en particulier chez les jeunes femmes (voir ci-dessous), et n’est pas apparent après 10 ans depuis la dernière utilisation. La durée d’utilisation ne semble pas importante.

Nombre possible de cas supplémentaires de cancer du sein diagnostiqués jusqu’à 10 ans après l’arrêt des progestatifs injectables *

Âge à la dernière utilisation du DMPA

Nombre de cas pour 10 000 femmes qui ne sont jamais des utilisatrices

Cas supplémentaires possibles pour 10 000 utilisateurs de DMPA

20

Moins que 1

Beaucoup moins de 1

30

44

2-3

40

160

dix

* basé sur l’utilisation pendant 5 ans ”

Gain de poids: Les femmes ont tendance à prendre du poids pendant le traitement par Depo-Provera. Des études indiquent qu’au cours des 1 à 2 premières années d’utilisation, le gain de poids moyen était de 5 à 8 lb. Les femmes complétant 4-6 années de thérapie ont gagné une moyenne de 14-16.5 livres. Il existe des preuves que le gain de poids est dû à l’augmentation de la graisse et n’est pas secondaire à un effet anabolique ou à la rétention d’eau.

Anaphylaxie: Des cas de réactions anaphylactiques (réactions anaphylactiques, choc anaphylactique, réactions anaphylactoïdes) ont été signalés.

Troubles thrombo-emboliques: Si le patient présente une embolie pulmonaire, une maladie cérébrovasculaire ou une thrombose rétinienne pendant le traitement par Depo-Provera, le médicament ne doit pas être ré-administré.

Troubles psychiatriques: Les patients ayant des antécédents de dépression endogène doivent être surveillés attentivement. Certains patients peuvent se plaindre d’une dépression de type prémenstruel pendant le traitement par Depo-Provera.

Formation d’abcès : Comme avec toute injection intramusculaire, surtout si elle n’est pas administrée correctement, il existe un risque de formation d’abcès au site d’injection, ce qui peut nécessiter une intervention médicale et / ou chirurgicale.

Précautions

L’anamnèse ou l’apparition des conditions suivantes nécessite un examen attentif et une investigation appropriée: migraine ou céphalées exceptionnellement sévères, troubles visuels aigus de toute nature, modifications pathologiques de la fonction hépatique et niveaux hormonaux.

Les patients présentant une maladie thromboembolique ou coronarienne doivent être soigneusement évalués avant d’utiliser Depo-Provera.

Une diminution de la tolérance au glucose a été observée chez certains patients traités par progestatifs. Le mécanisme de cette diminution est obscur. Pour cette raison, les patients diabétiques doivent être surveillés attentivement tout en recevant un traitement progestatif.

De rares cas de thrombo-embolie ont été rapportés avec l’utilisation de Depo-Provera, mais aucune relation de causalité n’a été établie.

Les effets de l’acétate de médroxyprogestérone sur le métabolisme des lipides ont été étudiés sans aucun impact clair démontré. Des augmentations et des diminutions du cholestérol total, des triglycérides et du cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL) ont été observées dans des études.

L’utilisation de Depo-Provera semble être associée à une réduction de 15-20% des taux sériques de cholestérol des lipoprotéines de haute densité (HDL) qui pourraient protéger les femmes contre les maladies cardiovasculaires. Les conséquences cliniques de cette observation sont inconnues. La possibilité d’un risque accru de maladie coronarienne doit être considérée avant l’utilisation.

Les médecins devraient examiner attentivement l’utilisation de Depo-Provera chez les patients atteints d’une maladie trophoblastique récente avant que les taux de gonadotrophine chorionique humaine soient revenus à la normale.

Les médecins doivent savoir que les pathologistes doivent être informés de l’utilisation du Depo-Provera par le patient si le tissu endométrial ou endocervical est soumis à un examen.

Les résultats de certains tests de laboratoire peuvent être affectés par l’utilisation de Depo-Provera. Ceux-ci comprennent les taux de gonadotrophine (diminution), les taux plasmatiques de progestérone (diminution), les taux urinaires de pregnanediol (diminution), les taux plasmatiques d’œstrogènes (diminution), les taux plasmatiques de cortisol (diminution), le test de tolérance au glucose, métyrapone , tests de la fonction thyroïdienne (les taux d’iode liés aux protéines peuvent augmenter et les niveaux d’absorption de T3 peuvent diminuer). Les valeurs de test de coagulation pour la prothrombine (facteur II) et les facteurs VII, VIII, IX et X peuvent augmenter.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

L’aminoglutéthimide administré en même temps que le Depo-Provera peut réduire considérablement la biodisponibilité du Depo-Provera.

Des interactions avec d’autres traitements médicamenteux (y compris les anticoagulants oraux) ont rarement été signalées, mais aucune relation de causalité n’a été établie. La possibilité d’interaction doit être prise en compte chez les patients recevant un traitement concomitant avec d’autres médicaments.

La clairance de l’acétate de médroxyprogestérone est approximativement égale à la vitesse du flux sanguin hépatique. En raison de ce fait, il est peu probable que les médicaments qui induisent des enzymes hépatiques affectent de manière significative la cinétique de l’acétate de médroxyprogestérone. Par conséquent, aucun ajustement posologique n’est recommandé chez les patients recevant des médicaments connus pour affecter les enzymes hépatiques métabolisantes.

L’acétate de médroxyprogestérone (AMP) est métabolisé in vitro principalement par hydroxylation via le CYP3A4. Des études d’interactions médicamenteuses spécifiques évaluant les effets cliniques avec des inducteurs ou des inhibiteurs du CYP3A4 sur l’AMP n’ont pas été menées et, par conséquent, les effets cliniques des inducteurs ou des inhibiteurs du CYP3A4 sont inconnus.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Les médecins doivent vérifier que les patientes ne sont pas enceintes avant l’injection initiale de Depo-Provera, et également si l’administration de toute injection subséquente est retardée au-delà de 89 jours (12 semaines et 5 jours).

Les nourrissons nés de grossesses accidentelles qui surviennent un à deux mois après l’injection de Depo-Provera peuvent être exposés à un risque accru de faible poids à la naissance, ce qui est associé à un risque accru de décès néonatal. Le risque attribuable est faible car de telles grossesses sont rares.

Les enfants exposés à l’acétate de médroxyprogestérone in utero et suivis jusqu’à l’adolescence n’ont montré aucun signe d’effets indésirables sur leur santé, y compris leur développement physique, intellectuel, sexuel ou social.

L’acétate de médroxyprogestérone et / ou ses métabolites sont sécrétés dans le lait maternel, mais rien n’indique que cela présente un risque pour l’enfant. Les nourrissons exposés à l’acétate de médroxyprogestérone via le lait maternel ont été étudiés pour les effets sur le développement et le comportement à la puberté. Aucun effet indésirable n’a été noté.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Depo-Provera peut causer des maux de tête et des vertiges. Les patients doivent être avisés de ne pas conduire ou utiliser de machines si elles sont touchées.

4.8 Effets indésirables

Le tableau ci-dessous fournit une liste des effets indésirables avec une fréquence basée sur des données de toutes les causes de causalité provenant d’études cliniques qui ont inclus plus de 4200 femmes ayant reçu du DMPA pour la contraception jusqu’à 7 ans. Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés (> 5%) étaient: augmentation du poids (69%), diminution du poids (25%), céphalées (16%), nervosité (11%), douleurs ou malaises abdominaux (11%), vertiges ( 6%), et diminution de la libido (6%).

Les listes d’effets indésirables suivantes sont répertoriées dans les classes du système d’organes, sous des rubriques de fréquence (nombre de patients susceptibles de connaître la réaction), en utilisant les catégories suivantes:

Très commun (≥1 / 10)

Commun (≥1 / 100 à <1/10);

Peu fréquent (≥1 / 1000 à <1/100);

Rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000);

Très rare (<1/10 000);

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

System Organ Class

Très commun ≥1 / 10

Commun ≥ 1/100 à <1/10

Peu fréquent ≥ 1/1000 à <1/100

Rare ≥ 1 / 10,000 à <1/1000

Néoplasmes bénins, malins et non spécifiés (y compris les kystes et les polypes)

Cancer du sein

Troubles du système sanguin et lymphatique

Anémie, trouble sanguin

Troubles du système immunitaire

Hypersensibilité médicamenteuse

Réaction anaphylactique, Réaction anaphylactoïde, Angioedème

Métabolisme et désordre nutritionnel

Augmentation de l’appétit, diminution de l’appétit

Troubles psychiatriques

Nervosité

Dépression, diminution de la libido

Insomnie

Anorgasmie, Troubles émotionnels, Troubles affectifs, Irritabilité, Anxiété

Troubles du système nerveux

Mal de tête

Vertiges

Saisie, Somnolence, Paresthésie

Migraine, paralysie, syncope

Trouble de l’oreille et du labyrinthe

vertige

Trouble cardiaque

Tachycardie

Troubles vasculaires

Bouffées de chaleur

Embolie et thrombose, Thrombose veineuse profonde, Thrombophlébite, Hypertension, Varices

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Dyspnée

Embolie pulmonaire

Problèmes gastro-intestinaux

Douleur abdominale, inconfort abdominal

Nausée, distension abdominale

Hémorragie rectale, Trouble gastro-intestinal

Troubles hépatobiliaires

Fonction hépatique anormale

Jaunisse, enzyme hépatique anormale

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Alopécie, acné, éruption cutanée

Hirsutisme, Urticaire, Prurit, Chloasma

Lipodystrophie acquise *, Dermatite, Ecchymose, Sclérodermie, Peau striée

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Mal de dos, Douleur aux extrémités

Arthralgie, spasmes musculaires, ostéoporose, fractures ostéoporotiques

Système reproducteur et troubles mammaires

Décharge vaginale, Tendresse mammaire, Dysménorrhée , infection des voies génito-urinaires

Saignements utérins anormaux (irrégularité, augmentation, diminution, spotting), Galactorrhée Douleurs pelviennes, dyspareunie, lactation supprimée

Vaginite, Aménorrhée, Douleurs mammaires, Métrorragies, Ménométrorragies, Ménorragies, Sécheresse vulvovaginale, Atrophie mammaire, Kyste ovarien, Syndrome prémenstruel, Hyperplasie de l’endomètre, Masse mammaire, Exsudat du mamelon ensanglanté, Kyste vaginal, Allaitement, Manque de retour à la fertilité, Sensation de grossesse

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Odema / rétention d’eau, Asthenia

Douleur de poitrine

Pyrexie, Fatigue, Réaction au site d’injection *, Atrophie persistante au site d’injection / indentation / fossette *, nodule / nodule au site d’injection *, Douleur / tendresse au site d’injection * Soif, Dysphonie, VIIème paralysie nerveuse, Gonflement axillaire

Enquête

Poids augmenté, poids réduit

Densité osseuse diminuée, Tolérance au glucose diminuée, Frottis cervical anormal

* ADR identifié après commercialisation

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté par le biais du programme de cartes jaunes sur www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Aucune action positive n’est requise autre que l’arrêt du traitement.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Progestatifs, code ATC: G03AC06

L’acétate de médroxyprogestérone exerce des effets anti-oestrogéniques, anti-androgènes et antigonadotrophiques.

Mécanisme d’action

Le DMPA, lorsqu’il est administré par voie parentérale à la dose recommandée pour les femmes, inhibe la sécrétion des gonadotrophines qui, à son tour, prévient la maturation folliculaire et l’ovulation et provoque un épaississement de la glaire cervicale qui inhibe l’entrée des spermatozoïdes dans l’utérus.

Modifications de la DMO chez les femmes adultes

Une étude comparant les changements de DMO chez les femmes utilisant Depo-Provera avec des femmes utilisant l’injection d’acétate de médroxyprogestérone (150 mg IM) n’a montré aucune différence significative dans la perte de DMO entre les deux groupes après deux ans de traitement. Le pourcentage moyen de changements dans la DMO dans le groupe Depo-Provera est indiqué dans le Tableau 1.

Tableau 1. Changement moyen en pourcentage de la DMO chez les femmes utilisant le Depo-Provera par site squelettique

Temps de traitement

Rachis lombaire

Total Hip

Col du fémur

N

% De changement moyen

(IC à 95%)

N

% De changement moyen

(IC à 95%)

N

% De changement moyen

(IC à 95%)

1 an

166

-2,7

(-3,1 à -2,3)

166

-1,7

(-2,1 à -1,3)

166

-1,9

(-2,5 à -1,4)

2 ans

106

– 4.1

(-4,6 à -3,5)

106

-3,5

(-4.2 à -2.7)

106

-3,5

(-4,3 à -2,6)

Dans une autre étude clinique contrôlée, des femmes adultes utilisant l’injection d’acétate de médroxyprogestérone (150 mg IM) pendant 5 ans ont montré une diminution moyenne de la DMO de la colonne vertébrale et de la hanche de 5 à 6%, sans changement significatif de la DMO dans le groupe témoin. La diminution de la DMO était plus prononcée au cours des deux premières années d’utilisation, avec des diminutions plus faibles au cours des années subséquentes. Des variations moyennes de la DMO du rachis lombaire de -2,86%, -4,11%, -4,89%, -4,93% et -5,38% après 1, 2, 3, 4 et 5 ans, respectivement, ont été observées. Les diminutions moyennes de la DMO de la hanche totale et du col fémoral étaient similaires. Veuillez vous référer au tableau 2 ci-dessous pour plus de détails.

Après l’arrêt de l’injection d’acétate de médroxyprogestérone (150 mg IM), la DMO a augmenté vers les valeurs de référence au cours de la période post-thérapeutique. Une durée de traitement plus longue était associée à un taux de récupération de la DMO plus lent.

Tableau 2. Variation moyenne en pourcentage de la DMO chez les adultes par site squelettique et cohorte après 5 ans de traitement par l’acétate de médroxyprogestérone 150 mg IM et après 2 ans de post-thérapie ou 7 ans d’observation (témoin)

Temps dans l’étude

Colonne vertébrale

Total Hip

Col du fémur

Acétate de médroxyprogestérone

Contrôle

Acétate de médroxyprogestérone

Contrôle

Acétate de médroxyprogestérone

Contrôle

5 années*

n = 33

-5,38%

n = 105

0,43%

n = 21

-5,16%

n = 65

0.19%

n = 34

-6.12%

n = 106

-0,27%

7 ans**

n = 12

-3,13%

n = 60

0,53%

n = 7

-1,34%

n = 39

0,94%

n = 13

-5,38%

n = 63

-0,11%

* Le groupe de traitement était composé de femmes ayant reçu une injection d’acétate de médroxyprogestérone (150 mg IM) pendant 5 ans et le groupe témoin était constitué de femmes n’ayant pas utilisé de contraception hormonale pendant cette période.

** Le groupe de traitement était composé de femmes ayant reçu de l’acétate de médroxyprogestérone injectable (150 mg IM) pendant 5 ans et suivies pendant 2 ans après l’utilisation et le groupe témoin était constitué de femmes n’ayant pas utilisé de contraceptifs hormonaux pendant 7 ans.

Modifications de la DMO chez les adolescentes (12-18 ans)

Résultats d’une étude clinique non randomisée en ouvert sur l’acétate de médroxyprogestérone injectable (150 mg d’IM toutes les 12 semaines pendant jusqu’à 240 semaines (4,6 ans), suivies de mesures post-traitement) chez les adolescentes (12-18 ans) a également montré que l’utilisation de l’acétate de médroxyprogestérone était associée à une baisse significative de la DMO par rapport au départ. Parmi les sujets ayant reçu ≥ 4 injections / période de 60 semaines, la diminution moyenne de la DMO du rachis lombaire était de 2,1% après 240 semaines (4,6 ans); les diminutions moyennes de la hanche et du col fémoral totaux étaient respectivement de -6,4% et -5,4%. Le suivi post-traitement a montré que, sur la base des valeurs moyennes, la densité minérale osseuse du rachis lombaire retrouvait son niveau initial environ 1 an après l’arrêt du traitement et que la DMO de la hanche retrouvait son niveau initial environ 3 ans après l’arrêt du traitement. Cependant, il est important de noter qu’un grand nombre de sujets ont abandonné l’étude, donc ces résultats sont basés sur un petit nombre de sujets (n = 71 à 60 semaines et n = 25 à 240 semaines après l’arrêt du traitement). En revanche, une cohorte non comparable de sujets non traités et non traités, avec différents paramètres osseux initiaux chez les utilisatrices du DMPA, a montré une augmentation moyenne de la DMO à 240 semaines de 6,4%, 1,7% et 1,9% pour le rachis lombaire, la hanche totale et le col fémoral, respectivement.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

L’acétate de médroxyprogestérone parentérale (AMP) est un stéroïde progestatif à action prolongée. La longue durée d’action résulte de sa lente absorption à partir du site d’injection. Immédiatement après l’injection de 150 mg / ml d’AMP, les taux plasmatiques étaient de 1,7 ± 0,3 nmol / l. Deux semaines plus tard, les niveaux étaient de 6,8 ± 0,8 nmol / l. Les concentrations sont tombées aux niveaux initiaux à la fin des 12 semaines. À des doses plus faibles, les concentrations plasmatiques de MPA semblent directement liées à la dose administrée. L’accumulation de sérum au fil du temps n’a pas été démontrée. L’AMP est éliminée par excrétion fécale et urinaire. La demi-vie plasmatique est d’environ six semaines après une injection intramusculaire unique. Au moins 11 métabolites ont été signalés. Tous sont excrétés dans l’urine, certains, mais pas tous, conjugués.

5.3 Données de sécurité précliniques

Aucune donnée détenue.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Methylparaben (E218)

Macrogol 3350

Polysorbate 80

Propylparabène (E216)

Chlorure de sodium

Acide hydrochlorique

Hydroxyde de sodium

Eau pour les injections

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

Seringue: 3 ans.

Flacon: 18 mois

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C.

Ne pas congeler.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Seringue jetable de 1 ml avec bouchon plongeur et embout. Flacon de 1 ml avec bouchon et embout.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières pour l’élimination.

7. Titulaire de l’autorisation

Pfizer Limitée

Ramsgate Road

Sandwich

CT13 9NJ

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00057/0965

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 27 août 1991

Date du dernier renouvellement: 6 février 1997

10. Date de révision du texte

12/2016

Réf .: DP 9_0