Comprimés de dipipanone + cyclizine 10 mg + 30 mg


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Diconal 10 mg + 30 mg comprimés.

Comprimés de Dipipanone / Cyclizine 10 mg / 30 mg.

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 10 mg de chlorhydrate de dipipanone et 30 mg de chlorhydrate de cyclizine

Excipient à effet connu :

Lactose: 91,666 mg

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Tablette de couleur rose foncé, marquée et codée ‘F3A’

Le score est seulement pour faciliter la rupture pour faciliter la déglutition et ne pas diviser en doses égales

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Les Comprimés Diconal sont indiqués pour la gestion de la douleur modérée à sévère dans les conditions médicales et chirurgicales dans lesquelles la morphine peut être indiquée.

La cyclizine est efficace pour prévenir les nausées et les vomissements associés à l’administration d’analgésiques narcotiques.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie:

Adultes:

La dose initiale dans toutes les conditions est d’un comprimé toutes les 6 heures. Il est imprudent de dépasser cette dose en raison de la difficulté de prédire avec précision les effets centraux initiaux de la dipipanone.

Si cette dose n’aboutit pas à une analgésie adéquate, comme dans le cas d’une douleur sévère réfractaire ou lorsque d’autres opioïdes puissants ont été utilisés, elle peut être augmentée d’un demi-comprimé toutes les six heures.

Il est rarement nécessaire de dépasser une dose de 30 mg de dipipanone administrée toutes les 6 heures (soit 12 comprimés en 24 heures).

Personnes âgées :

Il n’y a pas d’informations spécifiques sur l’utilisation de Diconal chez les patients âgés. Comme c’est le cas avec les opioïdes, on peut s’attendre à ce que Diconal provoque une confusion dans ce groupe d’âge, et une surveillance attentive est recommandée (voir rubrique 4.4).

Population pédiatrique :

Il n’y a pas d’informations spécifiques sur l’utilisation de Diconal chez les enfants. Diconal est très rarement indiqué chez les enfants et les directives de dosage ne peuvent pas être indiquées.

Méthode d’administration:

Oral

4.3 Contre-indications

Diconal est contre-indiqué chez:

Les personnes qui présentent une hypersensibilité à la dipipanone ou à la cyclizine ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

Les patients souffrant de dépression respiratoire, en particulier en présence de cyanose et de sécrétions bronchiques excessives.

Patients atteints d’une maladie obstructive des voies respiratoires, lors d’une crise d’asthme bronchique ou d’insuffisance cardiaque secondaire à une maladie pulmonaire chronique.

Blessure à la tête et augmentation de la pression intracrânienne.

Intoxication alcoolique aiguë. Les propriétés anti-émétiques de la cyclizine peuvent augmenter la toxicité de l’alcool.

Les personnes recevant des inhibiteurs de la monoamine oxydase, ou dans les 14 jours suivant l’arrêt d’un tel traitement.

Les patients atteints de colite ulcéreuse, car en commun avec d’autres analgésiques narcotiques, il peut précipiter une dilatation toxique ou un spasme du côlon.

Patients avec un iléus paralytique et une vidange gastrique retardée.

Les patients atteints de spasme des voies biliaires ou rénales, en particulier immédiatement après des interventions chirurgicales sur les voies biliaires.

Période pré-opératoire ou pendant les premières 24 heures post-opératoires.

Patients atteints d’insuffisance hépatique sévère pouvant provoquer une encéphalopathie hépatique ou un coma.

Insuffisance rénale sévère . Le diconal, comme tous les analgésiques narcotiques, peut provoquer un coma ou une dépression respiratoire grave et prolongée.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

L’utilisation concomitante d’alcool et de comprimés de Diconal peut augmenter les effets indésirables des comprimés de Diconal et doit être évitée.

L’utilisation répétée de Diconal peut entraîner une tolérance et une dépendance physique ainsi qu’une dépendance psychologique vis-à-vis du produit. L’arrêt brutal du traitement après une utilisation prolongée peut entraîner des symptômes de sevrage.

Une utilisation abusive de Diconal a été signalée, en particulier par de jeunes toxicomanes qui ont déjà été dépendants ou ont abusé d’autres agents, qu’ils soient opiacés ou non. Une extrême prudence s’impose lors de la prescription de Diconal à ce groupe de patients.

Diconal doit être utilisé avec précaution chez les débilités car ils peuvent être plus sensibles aux effets dépresseurs respiratoires.

Diconal doit être utilisé avec précaution (y compris en tenant compte de la dose administrée) en présence de ce qui suit:

Troubles convulsifs

Delirium tremens

Hypothyroïdie

Insuffisance surrénale

Hypopituitarisme;

Hypertrophie prostatique

Choc

Diabète sucré

Myasthénie

Hypotension et hypovolémie

Pancréatite

Troubles intestinaux obstructifs

Troubles intestinaux inflammatoires

Maladies des voies biliaires (voir rubrique 4.3)

Fonction respiratoire altérée (voir rubrique 4.3)

Rétention urinaire

Diconal ne doit pas être utilisé lorsqu’il existe une possibilité d’apparition d’un iléus paralytique (voir rubrique 4.3). En cas de suspicion d’iléus paralytique au cours de l’utilisation, le traitement doit être arrêté immédiatement.

Diconal est métabolisé dans le foie et excrété avec ses métabolites dans l’urine. Lorsqu’il n’est pas contre-indiqué chez les patients présentant une insuffisance hépatique et / ou rénale, Diconal doit être administré à une dose inférieure à la dose habituelle recommandée, et la réponse du patient doit servir de guide pour d’autres dosages.

La cyclizine peut provoquer une chute du débit cardiaque associée à une augmentation de la fréquence cardiaque, de la pression artérielle moyenne et de la pression pulmonaire. Diconal doit donc être utilisé avec prudence chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque sévère.

Cyclizine doit être évitée chez les patients atteints de porphyrie. Par conséquent, l’utilisation de Diconal doit également être évitée chez ces patients.

Parce que la cyclizine a une activité anticholinergique, il peut précipiter un glaucome naissant. Il doit être utilisé avec prudence et une surveillance appropriée chez les patients atteints de glaucome.

Une extrême prudence doit être exercée lors de l’administration de Diconal chez les patients atteints de phéochromocytome, car une hypertension a été rapportée en association avec d’autres opioïdes puissants.

Les comprimés Diconal contiennent du lactose

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Les effets dépresseurs du système nerveux central de Diconal peuvent être augmentés par les médicaments à base de phénothiazine, l’alcool, les sédatifs, la gabapentine, les antihypertenseurs, les barbituriques, les hypnotiques, les neuroleptiques, les myorelaxants et les antidépresseurs tricycliques. L’administration concomitante de certaines phénothiazines augmente les effets dépresseurs respiratoires des analgésiques narcotiques et produit également une hypotension.

La cyclizine améliore l’effet soporifique de la péthidine.

L’action des opioïdes peut à son tour affecter les activités d’autres composés, par exemple ses effets gastro-intestinaux peuvent retarder l’absorption comme avec la mexilétine ou peuvent être contre-actifs comme avec le métoclopramide.

Les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) peuvent prolonger et augmenter les effets dépresseurs respiratoires des opioïdes. Les opioïdes et les IMAO utilisés ensemble peuvent provoquer une hypotension et un coma mortels (voir rubrique 4.3).

La cimétidine inhibe le métabolisme des opioïdes.

En raison de son activité anticholinergique, la cyclizine peut augmenter les effets secondaires d’autres agents anticholinergiques.

La cyclizine peut masquer les signes avant-coureurs de dommages causés par des médicaments ototoxiques tels que les antibactériens aminoglycosides.

Les effets analgésiques des médicaments opioïdes ont tendance à être améliorés par la co-administration de dexamphétamine et d’hydroxyzine

Les opioïdes peuvent réduire l’efficacité des diurétiques en induisant la libération de l’hormone antidiurétique.

Il a été rapporté que le propranolol augmente la létalité des doses toxiques d’opioïdes chez les animaux, bien que la signification de cette découverte ne soit pas connue pour l’homme. Des précautions doivent être prises lorsque ces médicaments sont administrés simultanément.

Les données in vitro suggèrent que le millepertuis (Hypericum perforatum) peut induire le cytochrome P450 3A4. Il existe donc une possibilité théorique que les concentrations plasmatiques d’opioïdes puissent être diminuées pendant l’administration concomitante et augmentées après le retrait du millepertuis.

Bien qu’il n’y ait pas de données pharmacocinétiques disponibles pour l’utilisation concomitante du ritonavir avec des opioïdes, le ritonavir induit les enzymes hépatiques responsables de la glucuronidation des opioïdes et peut éventuellement diminuer les concentrations plasmatiques d’opioïdes.

Interférence avec les tests de laboratoire

Les opioïdes peuvent réagir avec le réactif de Folin-Ciocalteau dans la méthode d’estimation des protéines de Lowry.

Les opioïdes peuvent également interférer avec la détermination des 17-cétostéroïdes urinaires en raison des effets de la structure chimique dans la procédure Zimmerman.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’y a aucune preuve sur la sécurité de l’association en cas de grossesse chez l’homme, et il n’y a aucune preuve provenant d’un travail sur les animaux que les constituants sont exempts de danger. Cependant, les données limitées provenant d’études épidémiologiques sur la cyclizine et la morphine chez les grossesses humaines n’ont trouvé aucune preuve de tératogénicité. En l’absence de données humaines définitives avec la combinaison, l’utilisation de Diconal pendant la grossesse n’est pas conseillée.

On peut s’attendre à ce que s’il est administré au cours du dernier trimestre, Diconal provoque des symptômes de sevrage chez le nouveau-né.

Diconal n’est pas recommandé pour le travail en raison de son potentiel de provoquer une dépression respiratoire chez le nouveau-né.

Allaitement maternel:

La cyclizine est excrétée dans le lait maternel, mais la quantité n’a pas été quantifiée.

Les opioïdes peuvent supprimer de manière significative la lactation. Les opioïdes sont excrétés dans le lait maternel, mais la quantité est généralement considérée comme inférieure à 1% de toute dose.

La fertilité:

Les effets de l’exposition aux opioïdes sur la maturation sexuelle des rats mâles, leur capacité de reproduction et le développement de leur progéniture ont été examinés. Les résultats ont montré que l’exposition pendant l’adolescence entraînait une inhibition prononcée de plusieurs indices de maturation sexuelle (p. Ex. Niveaux d’hormones, poids des gonades réduits), de plus petites portées et des effets sélectifs spécifiques au genre sur la fonction endocrinienne.

Une perturbation de l’ovulation et de l’aménorrhée peut survenir chez les femmes qui reçoivent de la morphine.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Comme c’est le cas avec d’autres opioïdes, la dipipanone peut entraîner une hypotension orthostatique et une somnolence chez les patients ambulatoires. Une sédation de courte durée a été rapportée chez des patients recevant de la cyclizine par voie intraveineuse. Les effets dépresseurs sur le SNC de Diconal peuvent être améliorés par une association avec d’autres agents à action centrale (voir Interaction avec d’autres médicaments et autres formes d’interactions).

Ce médicament peut altérer la fonction cognitive et affecter la capacité du patient à conduire en toute sécurité. Cette classe de médicaments est dans la liste des médicaments inclus dans les règlements en vertu du paragraphe 5a du Road Traffic Act 1988. Lors de la prescription de ce médicament, les patients doivent être informés:

• Le médicament est susceptible d’affecter votre capacité à conduire

• Ne conduisez pas jusqu’à ce que vous sachiez comment le médicament vous affecte

• Conduire sous l’influence de ce médicament est une infraction

Cependant, vous ne commettrez pas d’infraction (appelée «défense légale») si:

o Le médicament a été prescrit pour traiter un problème médical ou dentaire et

o Vous l’avez pris selon les instructions données par le prescripteur et dans les informations fournies avec le médicament et

o Cela n’affectait pas votre capacité à conduire en toute sécurité

4.8 Effets indésirables

Comme Diconal contient de la dipipanone et de la cyclizine, on peut s’attendre au type d’effets indésirables associés à de tels composés.

Les effets indésirables attribuables à la dipipanone comprennent:

Effet indésirable SOC

Effet indésirable

Troubles du système immunitaire

Réaction allergique, réaction anaphylactique, réaction anaphylactique.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Diminution de l’appétit

Troubles psychiatriques

Confusion, changements d’humeur, euphorie, dysphorie, psychose, agitation, insomnie, agitation, hallucinations, pharmacodépendance, diminution de la libido.

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

vertige

Troubles du système nerveux

Somnolence, sédation, élévation de la pression intracrânienne, contractions musculaires involontaires, vertiges, convulsions, hypertonie, paresthésie, syncope, coma, céphalée, myoclonie, perversion du goût.

Troubles oculaires

Miosis, troubles visuels.

Troubles cardiaques

Tachycardie, bradycardie, palpitations.

Troubles vasculaires

Rinçage facial, hypotension, hypertension, insuffisance circulatoire, hypotension orthostatique

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Dépression respiratoire, insuffisance respiratoire, bronchospasme, œdème pulmonaire, toux diminuée.

Problèmes gastro-intestinaux

Constipation, nausées, vomissements, douleurs abdominales, iléus, dyspepsie, bouche sèche, exacerbation de la pancréatite.

Troubles hépatobiliaires

Douleur biliaire, spasme biliaire.

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Hyperhidrose, urticaire, éruption cutanée, prurit.

Troubles rénaux et urinaires

Spasme urétéral, rétention urinaire, dysurie.

Système reproducteur et troubles mammaires

Aménorrhée, dysfonction érectile.

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Asthénie, syndrome de sevrage médicamenteux, malaise, œdème périphérique, tolérance aux médicaments, hypothermie.

Enquêtes

Augmentation des enzymes hépatiques.

Les effets indésirables attribuables à la cyclizine comprennent:

Effet indésirable SOC

Effet indésirable

Troubles du système sanguin et lymphatique

Agranulocytose, leucopénie, anémie hémolytique, thrombocytopénie.

Troubles du système immunitaire

Des réactions d’hypersensibilité, y compris l’anaphylaxie, sont survenues.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Diminution de l’appétit

Troubles psychiatriques

La désorientation, l’agitation ou l’agitation, la nervosité, l’euphorie, l’insomnie et les hallucinations auditives et visuelles ont été rapportées, en particulier lorsque les recommandations posologiques ont été dépassées.

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Acouphène

Troubles du système nerveux

Des effets sur le système nerveux central ont été rapportés avec la cyclizine: somnolence, céphalée, dystonie, diminution de la conscience, dyskinésie, troubles moteurs extrapyramidaux, tremblements, convulsions, vertiges, diminution de la conscience, troubles transitoires du langage, paresthésie, chorée généralisée, somnolence, incoordination .

De rares cas de patients présentant des niveaux de conscience / perte de conscience dépressifs ont été rapportés.

Troubles oculaires

Vision floue, oculogyration.

Troubles cardiaques

Tachycardie, palpitations, arythmies.

Troubles vasculaires

Hypertension, hypotension.

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Bronchospasme, apnée, sécheresse nasale, gorge sèche.

Problèmes gastro-intestinaux

Sécheresse de la bouche, du nez et de la gorge.

Constipation, reflux gastrique augmenté, nausée, vomissement, diarrhée, douleur d’estomac.

Troubles hépatobiliaires

Dysfonction hépatique, y compris l’hépatite due à l’hypersensibilité.

Ictère cholestatique, hépatite cholestatique

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Urticaire, éruption cutanée, œdème de Quincke

réactions cutanées allergiques, éruption médicamenteuse fixe, photosensibilité.

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Twitching, spasmes musculaires.

Troubles rénaux et urinaires

Rétention urinaire.

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Asthénie, malaise

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté par l’intermédiaire du Yellow Card Scheme (Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard).

4.9 Surdosage

Symptômes:

Les signes de surdosage avec Diconal sont les signes pathologiques d’intoxication aux opioïdes, à savoir la dépression respiratoire, la bradycardie, les pupilles, l’hypotension, l’insuffisance circulatoire et l’aggravation du coma. La mydriase peut remplacer le myosis alors que l’asphyxie intervient. Un surdosage d’opioïdes peut entraîner la mort.

La somnolence, le manque de souplesse, le myosis et l’apnée sont des signes de surdosage opioïde chez les enfants, tout comme les convulsions.

Une rhabdomyolyse évoluant vers une insuffisance rénale a été rapportée lors d’un surdosage d’opioïdes.

Les signes et les symptômes de la toxicité aiguë de la cyclizine découlent des effets anticholinergiques périphériques et des effets sur le système nerveux central.

Les symptômes anticholinergiques périphériques comprennent la bouche sèche, le nez et la gorge, la vision floue, la tachycardie et la rétention urinaire.

Les effets sur le système nerveux central comprennent la somnolence, les étourdissements, l’incoordination, l’ataxie, la faiblesse, l’hyperexcitabilité, la désorientation, le jugement altéré, les hallucinations, l’hyperkinésie, les troubles moteurs extrapyramidaux, les convulsions, l’hyperpyrexie et la dépression respiratoire.

La gestion:

Il est impératif de maintenir et de soutenir la respiration et la circulation.

L’antagoniste opioïde spécifique naloxone est le traitement de choix pour l’inversion du coma et la restauration de la respiration spontanée. La littérature devrait être consultée pour les détails du dosage approprié.

L’utilisation d’un antagoniste opioïde spécifique chez les patients tolérant à la dipipanone peut produire des symptômes de sevrage.

Les convulsions doivent être contrôlées par un traitement anticonvulsivant par voie parentérale.

Les patients doivent être étroitement surveillés pendant au moins 48 heures en cas de rechute.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: dérivés de pipérazine.

Code ATC: R06AE

Mécanisme d’action:

Le début de l’action analgésique de la dipipanone est d’environ une heure et dure de 4 à 6 heures.

La cyclizine est un antagoniste des récepteurs H1 de l’histamine de la classe des pipérazines qui se caractérise par une faible incidence de somnolence. Il possède des propriétés anticholinergiques et antiémétiques. Le mécanisme exact par lequel la cyclizine peut prévenir ou supprimer à la fois les nausées et les vomissements de diverses causes est inconnu. La cyclizine augmente le tonus du sphincter œsophagien inférieur et réduit la sensibilité de l’appareil labyrinthique. Il peut inhiber la partie du mésencéphale connue collectivement comme le centre émétique. Cyclizine produit son effet anti-émétique dans les 2 heures et dure environ 4 heures.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption:

La dipipanone est absorbée par le tractus gastro-intestinal.

Chez des volontaires adultes en bonne santé, l’administration d’une dose orale unique de 50 mg de cyclizine a entraîné une concentration plasmatique maximale d’environ 70 nanogrammes / ml survenant environ 2 heures après l’administration du médicament.

Biotransformation:

La dipipanone est métabolisée dans le foie.

Élimination:

La dipipanone est excrétée dans l’urine et les fèces, bien que les données sur les proportions du composé d’origine et des métabolites ainsi excrétés manquent.

La demi-vie d’élimination plasmatique était d’environ 20 heures.

Le dérivé N-déméthylé, la norcyclizine, a été identifié comme un métabolite de la cyclizine. La norcyclizine a peu d’activité antihistaminique (H 1 ) par rapport à la cyclizine et a une demi-vie d’élimination plasmatique d’environ 20 heures. Après l’administration orale d’une dose unique de 50 mg de cyclizine à un seul volontaire adulte, l’urine recueillie au cours des 24 heures suivantes contenait moins de 1% de la dose totale administrée.

5.3 Données de sécurité précliniques

A. Mutagénicité

La cyclizine n’était pas mutagène dans un test d’Ames (à une dose de 100 μg / boîte), avec ou sans activation métabolique.

Aucune étude de mutagénicité bactérienne avec dipipanone n’a été rapportée. Une revue de la littérature concernant les opioïdes a indiqué que la morphine était négative dans les tests de mutation génétique chez Drosophila melanogaster, mais qu’elle était positive dans un test sur les spermatocytes de mammifères. Les résultats d’une autre étude des mêmes auteurs ont indiqué que la morphine provoque des aberrations chromosomiques dans les cellules germinales de souris mâles lorsqu’elles sont administrées à des doses de 10, 20, 40 ou 60 mg / kg de poids corporel pendant 3 jours consécutifs.

B. Cancérogénicité

Aucune étude à long terme n’a été menée chez les animaux pour déterminer si la cyclizine ou la dipipanone sont potentiellement cancérogènes.

C. Tératogénicité

Certaines études chez l’animal indiquent que la cyclizine peut être tératogène à des doses allant jusqu’à 25 fois la dose clinique. Dans une autre étude, la cyclizine était négative à des doses orales allant jusqu’à 65 mg / kg chez le rat et 75 mg / kg chez le lapin. La pertinence de ces études pour la situation humaine n’est pas connue.

Il n’y a pas de données pertinentes pour la dipipanone, cependant, il a été démontré que la morphine n’était pas tératogène chez le rat lorsqu’il était administré pendant une période allant jusqu’à 15 jours à raison de 70 mg / kg / jour. La morphine administrée par voie sous-cutanée à des doses très élevées (200, 300 ou 400 mg / kg / jour) aux jours 8 et 9 de la gestation a entraîné quelques cas de fusions exencéphalie et squelettiques axiales. Les effets hypoxiques de ces doses élevées pourraient expliquer les défauts observés.

Des doses plus faibles de morphine (40, 4,0 ou 0,4 mg / ml) administrées aux souris en perfusion intraveineuse continue (à un volume de 0,3 ml / kg) entre les jours 7 et 10 de la gestation ont provoqué des malformations des tissus mous et du squelette. études précédentes.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose, amidons, colorant (FD et C rouge n ° 3), gélatine, stéarate de magnésium.

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

5 années

6.4 Précautions particulières de conservation

Conserver au-dessous de 25 ° C. Protéger de la lumière. Garder au sec.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Plaquettes thermoformées en PVC / aluminium contenant 50 comprimés.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Amdipharm UK Limited

Maison de la capitale,

85, rue King William,

London EC4N 7BL,

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 20072/0009

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 15 septembre 2003

10. Date de révision du texte

29/03/2016