Citalopram 40mg / ml oral drops solution


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Citalopram 40 mg / ml Gouttes Orales, Solution

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque ml contient:

Chlorhydrate de Citalopram, correspondant à 40 mg de citalopram.

1 goutte = 2 mg de citalopram; 1 ml = 20 gouttes = 40 mg de citalopram

Éthanol = 76 mg / ml

Parahydroxybenzoate de méthyle = 1 mg / ml

Parahydroxybenzoate de propyle = 0.1mg / ml

Pour une liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Gouttes orales, solution.

Liquide incolore ou légèrement jaune.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement de la maladie dépressive dans la phase initiale et comme maintien contre la rechute / récidive potentielle.

Le citalopram est également indiqué dans le traitement du trouble panique avec ou sans agoraphobie.

4.2 Posologie et mode d’administration

Pour l’administration orale après le mélange avec de l’eau

ÉPISODES DÉPRESSIFS MAJEURS

Adultes:

Le citalopram doit être administré en une seule dose orale de 16 mg (8 gouttes) par jour. En fonction de la réponse individuelle du patient, la dose peut être augmentée jusqu’à un maximum de 32 mg (16 gouttes) par jour.

En général, l’amélioration chez les patients commence après une semaine, mais peut seulement devenir évidente à partir de la deuxième semaine de traitement.

Comme avec tous les médicaments antidépresseurs, la posologie doit être revue et ajustée si nécessaire dans les 3 à 4 semaines suivant le début du traitement, puis jugée cliniquement appropriée. Bien qu’il y ait un potentiel accru d’effets indésirables à des doses plus élevées, si après quelques semaines à la dose recommandée, une réponse insuffisante est observée, certains patients peuvent bénéficier d’une augmentation de la dose jusqu’à 16 mg par jour. (8 gouttes) en fonction de la réponse du patient (voir rubrique 5.1). Les ajustements de dosage devraient être faits soigneusement sur un patient individuel, pour maintenir le patient à la dose efficace la plus basse.

Les patients souffrant de dépression devraient être traités pendant une période suffisante d’au moins 6 mois pour s’assurer qu’ils sont exempts de symptômes.

TROUBLE PANIQUE

Adultes:

Une dose orale unique de 8 mg (4 gouttes) est recommandée pour la première semaine avant d’augmenter la dose à 16 mg (8 gouttes) par jour. En fonction de la réponse individuelle du patient, la dose peut être augmentée jusqu’à un maximum de 32 mg (16 gouttes) par jour.

Une dose de départ initiale faible est recommandée pour minimiser l’aggravation potentielle des symptômes de panique, ce qui est généralement reconnu comme se produisant tôt dans le traitement de ce trouble. Bien qu’il puisse y avoir un risque accru d’effets indésirables à des doses plus élevées, si après quelques semaines à la dose recommandée, une réponse insuffisante est observée, certains patients peuvent bénéficier d’une augmentation graduelle de leur dose jusqu’à 32 mg (16 gouttes) par jour (voir section 5.1). Les ajustements de dosage devraient être faits soigneusement sur une base individuelle de patient, pour maintenir les patients à la dose efficace la plus basse.

Les patients souffrant de trouble panique doivent être traités pendant une période suffisante pour s’assurer qu’ils sont exempts de symptômes. Cette période peut être de plusieurs mois ou même plus.

Patients âgés (> 65 ans)

Pour les patients âgés, la dose doit être réduite à la moitié de la dose recommandée, par exemple 8 mg (4 gouttes) à 16 mg (8 gouttes) par jour. La dose maximale recommandée pour les personnes âgées est de 16 mg (8 gouttes) par jour.

Enfants et adolescents (<18 ans)

Le citalopram ne doit pas être utilisé dans le traitement des enfants et des adolescents de moins de 18 ans (voir rubrique 4.4).

Fonction hépatique réduite

Une dose initiale de 8 mg (4 gouttes) par jour pendant les deux premières semaines de traitement est recommandée chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère ou modérée. Selon la réponse individuelle du patient, la dose peut être augmentée jusqu’à un maximum de 16 mg (8 gouttes) par jour. La prudence et une posologie très prudente sont conseillées chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (voir rubrique 5.2).

Fonction rénale réduite

Un ajustement posologique n’est pas nécessaire en cas d’insuffisance rénale légère ou modérée. Aucune information n’est disponible en cas d’insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <20 mL / min)

Métaboliseurs pauvres du CYP2C19

Une dose initiale de 8 mg (4 gouttes) par jour pendant les deux premières semaines de traitement est recommandée chez les patients qui sont des métaboliseurs lents du CYP2C19. La dose peut être augmentée jusqu’à un maximum de 16 mg (8 gouttes) par jour en fonction de la réponse individuelle du patient (voir rubrique 5.2).

Symptômes de sevrage observés à l’arrêt du citalopram

L’arrêt brusque devrait être évité. Lors de l’arrêt du traitement par citalopram, la dose doit être progressivement réduite sur une période d’au moins une à deux semaines afin de réduire le risque de sevrage (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi et section 4.8 Effets indésirables). Si des symptômes intolérables surviennent après une diminution de la dose ou à l’arrêt du traitement, la reprise de la dose précédemment décrite peut être envisagée. Par la suite, le médecin peut continuer à diminuer la dose, mais à un rythme plus progressif.

Méthode d’administration

Citalopram Oral Drops, Solution peut être pris comme une seule dose quotidienne, à tout moment de la journée, sans égard à la prise alimentaire.

Citalopram Oral Drops, Solution ont une biodisponibilité supérieure d’environ 25% par rapport aux comprimés. Par conséquent, les doses de comprimés correspondent aux doses de gouttes suivantes:

Comprimés / dose équivalente

Solution

10 mg

8 mg (4 gouttes)

20 mg

16 mg (8 gouttes)

30 mg

24 mg (12 gouttes)

40 mg

32 mg (16 gouttes)

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité au citalopram ou à l’un des excipients (voir rubrique 6.1).

IMAO (inhibiteurs de la monoamine oxydase)

Certains cas présentaient des caractéristiques ressemblant au syndrome sérotoninergique.

Le citalopram ne doit pas être administré aux patients recevant des inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO), y compris la sélégiline, à des doses quotidiennes supérieures à 10 mg / jour.

Le citalopram ne doit pas être administré pendant quatorze jours après l’arrêt d’un IMAO irréversible ou pendant la période spécifiée après l’arrêt d’un IMAO réversible (RIMA) comme indiqué dans le texte de prescription du RIMA. Les IMAO ne doivent pas être introduits pendant les sept jours qui suivent l’arrêt du traitement par le citalopram (voir rubrique 4.5).

Le citalopram est contre-indiqué en association avec le linézolide, sauf s’il existe des moyens permettant une surveillance étroite de la pression artérielle (voir rubrique 4.5).

Le citalopram ne doit pas être utilisé en association avec le pimozide (voir également rubrique 4.5).

Les effets sérotoninergiques du sumatriptan sont soupçonnés d’être renforcés par les ISRS. Jusqu’à ce que des preuves supplémentaires soient disponibles, il est conseillé de ne pas utiliser le citalopram en même temps que les agonistes de la 5-HT, par exemple le sumatriptan.

Le citalopram est contre-indiqué chez les patients ayant un allongement connu de l’intervalle QT ou un syndrome du QT long congénital.

Le citalopram est contre-indiqué en association avec des médicaments connus pour allonger l’intervalle QT (voir rubrique 4.5).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Suicide / pensées suicidaires – La dépression est associée à un risque accru de pensées suicidaires, d’automutilation et de suicide (événements liés au suicide). Ce risque persiste jusqu’à ce qu’une rémission significative se produise. Comme l’amélioration peut ne pas se produire au cours des premières semaines ou plus de traitement, les patients doivent être étroitement surveillés jusqu’à ce qu’une telle amélioration se produise. C’est l’expérience clinique générale que le risque de suicide peut augmenter dans les premiers stades de récupération.

D’autres troubles psychiatriques pour lesquels le citalopram est prescrit peuvent également être associés à un risque accru d’événements liés au suicide. De plus, ces conditions peuvent être comorbides avec un trouble dépressif majeur. Les mêmes précautions que celles observées lors du traitement de patients atteints d’un trouble dépressif majeur doivent donc être observées lors du traitement de patients souffrant d’autres troubles psychiatriques.

Les patients ayant des antécédents d’événements suicidaires, ceux qui présentent un degré élevé d’idées suicidaires avant le début du traitement, sont plus à risque de pensées suicidaires ou de tentatives de suicide et devraient faire l’objet d’une surveillance attentive pendant le traitement. Une méta-analyse d’essais cliniques contrôlés par placebo sur des antidépresseurs chez des patients adultes atteints de troubles psychiatriques a montré un risque accru de comportement suicidaire avec des antidépresseurs comparativement au placebo chez les patients de moins de 25 ans.

Une surveillance étroite des patients, en particulier des patients à haut risque, doit accompagner la pharmacothérapie, en particulier en début de traitement et après des changements de dose. Les patients (et les soignants des patients) doivent être avertis de la nécessité de surveiller l’apparition de tels événements et de consulter immédiatement un médecin si ces symptômes se manifestent.

Utilisation chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans

Citalopram ne doit pas être utilisé dans le traitement des enfants et des adolescents de moins de 18 ans. Les comportements liés au suicide (tentative de suicide et pensées suicidaires) et l’hostilité (agression prédominante, comportement oppositionnel et colère) ont été plus fréquemment observés dans les essais cliniques chez les enfants et adolescents traités par antidépresseurs comparativement à ceux traités par placebo. Si, en fonction des besoins cliniques, une décision de traiter est néanmoins prise, le patient doit être surveillé attentivement pour détecter l’apparition de symptômes suicidaires. En outre, les données de sécurité à long terme chez les enfants et les adolescents concernant la croissance, la maturation et le développement cognitif et comportemental font défaut.

Patients âgés

Des précautions doivent être prises pour le traitement des patients âgés (voir rubrique 4.2).

Fonction rénale et hépatique réduite

Des précautions doivent être prises pour le traitement des patients présentant une insuffisance rénale et hépatique (voir rubrique 4.2).

Anxiété paradoxale

Certains patients souffrant de trouble panique peuvent ressentir des symptômes d’anxiété intensifiés au début du traitement par les antidépresseurs. Cette réaction paradoxale disparaît généralement au cours des deux premières semaines du traitement. Une faible dose de départ est conseillée pour réduire la probabilité d’un effet anxiogène paradoxal (voir rubrique 4.2).

Hyponatrémie

L’hyponatrémie, probablement due à une sécrétion inappropriée d’hormone antidiurétique (SIADH), a été rapportée comme une réaction indésirable rare avec l’utilisation d’ISRS et s’inverse généralement à l’arrêt du traitement. Les patientes âgées semblent présenter un risque particulièrement élevé.

Akathisie / agitation psychomotrice

L’utilisation des ISRS / IRSN a été associée au développement de l’acathisie, caractérisée par une agitation désagréable ou désagréable et une nécessité de se déplacer souvent accompagnée d’une incapacité à s’asseoir ou à rester immobile. Ceci est le plus susceptible de se produire dans les premières semaines de traitement. Chez les patients qui développent ces symptômes, l’augmentation de la dose peut être préjudiciable.

La manie

Chez les patients atteints d’une maladie maniaco-dépressive, un changement vers la phase maniaque peut survenir. Si le patient entre dans une phase maniaque, le citalopram devrait être interrompu.

Saisies

Les convulsions sont un risque potentiel avec les médicaments antidépresseurs. Citalopram devrait être arrêté dans n’importe quel patient qui développe des saisies. Le citalopram doit être évité chez les patients souffrant d’épilepsie instable et les patients atteints d’épilepsie contrôlée doivent être surveillés attentivement. Citalopram devrait être arrêté s’il y a une augmentation dans la fréquence de saisie.

Diabète

Chez les patients diabétiques, un traitement par un ISRS peut altérer le contrôle glycémique. L’insuline et / ou la posologie hypoglycémique orale peuvent devoir être ajustées.

Glaucome

Comme les autres ISRS, le citalopram peut provoquer une mydriase et doit être utilisé avec prudence chez les patients ayant un glaucome à angle fermé ou des antécédents de glaucome.

Syndrome de sérotonine

Dans de rares cas, le syndrome sérotoninergique a été rapporté chez des patients utilisant des ISRS. Une combinaison de symptômes tels que l’agitation, le tremblement, la myoclonie et l’hyperthermie peut indiquer le développement de cette condition. Le traitement par citalopram doit être arrêté immédiatement et un traitement symptomatique doit être instauré.

Médicaments sérotoninergiques

Le citalopram ne doit pas être utilisé de façon concomitante avec des médicaments ayant des effets sérotoninergiques tels que le sumatriptan ou d’autres triptans, le tramadol, l’oxitriptan et le tryptophane.

Hémorragie

Des cas de saignements prolongés et / ou d’anomalies hémorragiques tels que des ecchymoses, des hémorragies gynécologiques, des saignements gastro-intestinaux et d’autres hémorragies cutanées ou muqueuses avec des ISRS ont été rapportés (voir rubrique 4.8). La prudence est recommandée chez les patients prenant des ISRS, en particulier en cas d’utilisation concomitante de substances actives connues pour affecter la fonction plaquettaire ou d’autres substances actives pouvant augmenter le risque d’hémorragie, ainsi que chez les patients ayant des antécédents de troubles hémorragiques (voir rubrique 4.5).

ECT (thérapie électroconvulsive)

L’expérience clinique de l’administration concomitante d’ISRS et d’ECT est limitée; par conséquent, la prudence est recommandée.

Inhibiteurs réversibles et sélectifs de la MAO-A

La combinaison du citalopram avec des inhibiteurs de la MAO-A n’est généralement pas recommandée en raison du risque de survenue d’un syndrome sérotoninergique (voir rubrique 4.5).

Pour les informations sur le traitement concomitant par des inhibiteurs non sélectifs et irréversibles de la MAO, voir rubrique 4.5.

Millepertuis

Les effets indésirables peuvent être plus fréquents lors de l’utilisation concomitante de citalopram et de préparations à base de plantes contenant du millepertuis (Hypericum perforatum). Par conséquent, les préparations de citalopram et de millepertuis ne doivent pas être prises de façon concomitante (voir rubrique 4.5).

Symptômes de sevrage observés à l’arrêt du traitement par ISRS

Les symptômes de sevrage à l’arrêt du traitement sont fréquents, en particulier si l’arrêt est brutal (voir rubrique 4.8). Dans un essai clinique sur la prévention des récidives avec le citalopram, des effets indésirables après l’arrêt du traitement actif ont été observés chez 40% des patients contre 20% chez les patients ayant poursuivi le traitement par le citalopram.

Le risque de symptômes de sevrage peut dépendre de plusieurs facteurs, notamment la durée et la dose du traitement, ainsi que le taux de réduction de la dose. Vertiges, troubles sensoriels (y compris paresthésies), troubles du sommeil (insomnie et rêves intenses), agitation ou anxiété, nausées et / ou vomissements, tremblements, confusion, transpiration, maux de tête, diarrhée, palpitations, instabilité émotionnelle, irritabilité et troubles visuels. les réactions les plus fréquemment rapportées. En général, ces symptômes sont légers à modérés; toutefois, chez certains patients, ils peuvent être sévères.

Ils surviennent habituellement dans les premiers jours suivant l’arrêt du traitement, mais de très rares cas de tels symptômes ont été signalés chez des patients ayant oublié une dose par inadvertance.

En général, ces symptômes sont spontanément résolutifs et disparaissent habituellement dans les deux semaines, mais chez certaines personnes, ils peuvent être prolongés (2-3 mois ou plus). Il est donc conseillé de réduire progressivement le citalopram à l’arrêt du traitement sur une période de plusieurs semaines ou mois, en fonction des besoins du patient (voir «Symptômes de sevrage observés à l’arrêt du traitement par ISRS, rubrique 4.2).

Psychose

Le traitement des patients psychotiques avec des épisodes dépressifs peut augmenter les symptômes psychotiques.

Allongement de l’intervalle QT

Le citalopram a provoqué une prolongation dose-dépendante de l’intervalle QT. Des cas d’allongement de l’intervalle QT et d’arythmie ventriculaire, y compris des torsades de pointes, ont été rapportés après la commercialisation, principalement chez les femmes, hypokaliémiques ou avec un allongement préexistant de l’intervalle QT ou d’autres maladies cardiaques (voir rubriques 4.3, 4.5, 4.8, 4.9 et 5.1).

La prudence est recommandée chez les patients présentant une bradycardie importante; ou chez les patients ayant récemment un infarctus aigu du myocarde ou une insuffisance cardiaque non compensée.

Les perturbations électrolytiques telles que l’hypokaliémie et l’hypomagnésémie augmentent le risque d’arythmies malignes et devraient être corrigées avant le début du traitement par le citalopram.

Si les patients atteints d’une maladie cardiaque stable sont traités, un examen ECG doit être envisagé avant le début du traitement.

Si des signes d’arythmie cardiaque surviennent pendant le traitement par le citalopram, le traitement doit être interrompu et un ECG doit être effectué.

Avertissements sur les excipients :

Ce médicament contient de petites quantités d’éthanol (alcool), moins de 100 mg par ml.

Ce médicament contient également du parahydroxybenzoate de propyle (E216) et du parahydroxybenzoate de méthyle (E218), qui peuvent provoquer des réactions allergiques (éventuellement retardées).

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Interactions pharmacodynamiques

Au niveau pharmacodynamique, des cas de syndrome sérotoninergique avec le citalopram et le moclobémide et la buspirone ont été rapportés.

Combinaisons contre-indiquées

Inhibiteurs de la MAO

L’utilisation simultanée du citalopram et des inhibiteurs de la MAO peut entraîner des effets indésirables graves, y compris le syndrome sérotoninergique (voir rubrique 4.3).

Des cas de réactions graves et parfois mortelles ont été rapportés chez des patients recevant un ISRS en association avec un inhibiteur de la monoamine oxydase (IMAO), y compris la sélégiline MAOI irréversible et le linéozolide et le moclobémide IMAO réversibles, ainsi que chez des patients ayant récemment arrêté un ISRS. commencé sur un IMAO.

Certains cas présentaient des caractéristiques ressemblant au syndrome sérotoninergique. Les symptômes d’une interaction de substance active avec un IMAO comprennent: l’agitation, le tremblement, la myoclonie et l’hyperthermie.

Allongement de l’intervalle QT

Des études pharmacocinétiques et pharmacodynamiques entre le citalopram et d’autres médicaments prolongeant l’intervalle QT n’ont pas été réalisées. Un effet additif du citalopram et de ces médicaments ne peut être exclu. Par conséquent, l’administration concomitante de citalopram et de médicaments prolongeant l’intervalle QT, tels que les antiarythmiques de classe IA et III, les antipsychotiques (dérivés de la fentiazine, pimozide, halopéridol), les antidépresseurs tricycliques, certains agents antimicrobiens (p. Ex. Sparfloxacine, moxifloxacine, érythromycine IV, pentamidine, traitement anti-malarique en particulier l’halofantrine), certains antihistaminiques (astémizole, mizolastine), etc., sont contre-indiqués.

Pimozide

L’administration concomitante d’une dose unique de 2 mg de pimozide à des sujets traités au citalopram 40 mg / jour racémique pendant 11 jours a entraîné une augmentation de l’ASC et de la C max du pimozide, mais pas de manière constante tout au long de l’étude. L’administration concomitante de pimozide et de citalopram a entraîné une augmentation moyenne de l’intervalle QTc d’environ 10 msec. En raison de l’interaction observée à faible dose de pimozide, l’administration concomitante de citalopram et de pimozide est contre-indiquée.

Combinaisons nécessitant une précaution d’utilisation

Selegiline (inhibiteur sélectif de la MAO-B)

Une étude d’interaction pharmacocinétique / pharmacodynamique avec le citalopram administré en concomitance (20 mg par jour) et la sélégiline (10 mg par jour) (un inhibiteur sélectif de la MAO B) n’a démontré aucune interaction cliniquement pertinente. L’utilisation concomitante de citalopram et de sélégiline (à des doses supérieures à 10 mg par jour) n’est pas recommandée.

Médicaments sérotoninergiques

Lithium et tryptophane

Aucune interaction pharmacodynamique n’a été observée dans les études cliniques dans lesquelles le citalopram a été administré en concomitance avec le lithium. Cependant, il y a eu des rapports d’effets augmentés quand les ISRS ont été donnés avec le lithium ou le tryptophane et par conséquent l’utilisation concomitante de citalopram avec ces médicaments devrait être entreprise avec prudence. La surveillance systématique des niveaux de lithium doit être poursuivie comme d’habitude.

L’administration concomitante de médicaments sérotoninergiques (p. Ex. Tramadol, sumatriptan) peut entraîner une augmentation des effets associés à la 5-HT.

Jusqu’à ce que de plus amples informations soient disponibles, l’utilisation simultanée de citalopram et d’agonistes de la 5-HT, tels que le sumatriptan et d’autres triptans, n’est pas recommandée (voir rubrique 4.4).

Millepertuis

Les effets indésirables peuvent être plus fréquents lors de l’utilisation concomitante d’inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de préparations à base de plantes contenant du millepertuis (hypericum perforatum). Les interactions pharmacocinétiques n’ont pas été étudiées.

Hémorragie

La prudence s’impose chez les patients traités simultanément par des anticoagulants, des médicaments agissant sur la fonction plaquettaire, tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), l’acide acétylsalicylique, le dipyridamole et la ticlopidine ou d’autres médicaments (antipsychotiques atypiques, phénothiazines, antidépresseurs tricycliques) qui peuvent augmenter le risque d’hémorragie (voir rubrique 4.4).

ECT (thérapie électroconvasive)

Il n’y a pas d’études cliniques établissant les risques ou les avantages de l’utilisation combinée de l’électroconvulsivothérapie (ECT) et du citalopram (voir rubrique 4.4).

De l’alcool

Aucune interaction pharmacodynamique ou pharmacocinétique n’a été démontrée entre le citalopram et l’alcool. Cependant, la combinaison de citalopram et d’alcool n’est pas conseillée.

Médicaments induisant un allongement de l’intervalle QT ou une hypokaliémie / hypomagnésémie

La prudence s’impose en cas d’utilisation concomitante d’autres médicaments prolongeant l’intervalle QT ou de médicaments hypokaliémiants / hypomagnésémiques, car, comme le citalopram, ils prolongent potentiellement l’intervalle QT.

Médicaments abaissant le seuil de saisie

Les ISRS peuvent abaisser le seuil de crise. La prudence est recommandée en cas d’utilisation concomitante d’autres médicaments capables d’abaisser le seuil épileptogène (par ex. Antidépresseurs [antidépresseurs, ISRS], neuroleptiques [phénothiazines, thioxanthènes et butyrophénones]), méfloquine, bupropion et tramadol).

Desipramine, imipramine

Dans une étude pharmacocinétique, aucun effet n’a été démontré sur les concentrations de citalopram ou d’imipramine, bien que le taux de désipramine, principal métabolite de l’imipramine, ait augmenté. Lorsque la désipramine est associée au citalopram, une augmentation de la concentration plasmatique de désipramine a été observée. Une réduction de la dose de désipramine peut être nécessaire.

Neuroleptiques

L’expérience avec le citalopram n’a révélé aucune interaction cliniquement significative avec les neuroleptiques. Cependant, comme avec d’autres ISRS, la possibilité d’une interaction pharmacodynamique ne peut être exclue.

Interactions pharmacocinétiques

La biotransformation du citalopram en déméthylcitalopram est médiée par les isozymes CYP2C19 (environ 38%), CYP3A4 (environ 31%) et CYP2D6 (environ 31%) du cytochrome P450. Le fait que le citalopram soit métabolisé par plus d’un CYP signifie que l’inhibition de sa biotransformation est moins probable, car l’inhibition d’une enzyme peut être compensée par une autre. Par conséquent, la co-administration du citalopram avec d’autres médicaments en pratique clinique a très peu de chance de produire des interactions médicamenteuses pharmacocinétiques.

Aliments

L’absorption et les autres propriétés pharmacocinétiques du citalopram n’ont pas été signalées comme étant affectées par les aliments.

Influence d’autres médicaments sur la pharmacocinétique du citalopram

La co-administration avec le kétoconazole (inhibiteur puissant du CYP3A4) n’a pas modifié la pharmacocinétique du citalopram.

Une étude d’interaction pharmacocinétique entre le lithium et le citalopram n’a révélé aucune interaction pharmacocinétique (voir aussi ci-dessus).

Cimetidine

La cimétidine (inhibiteur puissant du CYP2D6, 3A4 et 1A2) a entraîné une augmentation modérée des concentrations moyennes de citalopram à l’état d’équilibre. La prudence est recommandée lors de l’administration de citalopram en association avec la cimétidine. Un ajustement de la dose peut être justifié.

L’administration concomitante d’escitalopram (l’énantiomère actif du citalopram) et d’oméprazole à raison de 30 mg une fois par jour (un inhibiteur du CYP2C19) a entraîné une augmentation modérée (environ 50%) des concentrations plasmatiques d’escitalopram. Par conséquent, des précautions doivent être prises en cas d’utilisation concomitante avec des inhibiteurs du CYP2C19 (par exemple oméprazole, ésoméprazole, fluvoxamine, lansoprazole, ticlopidine) ou de la cimétidine. Une réduction de la dose de citalopram peut être nécessaire en fonction de la surveillance des effets indésirables au cours du traitement concomitant.

Métoprolol

L’escitalopram (l’énantiomère actif du citalopram) est un inhibiteur de l’enzyme CYP2D6. La prudence est recommandée lorsque le citalopram est co-administré avec des médicaments principalement métabolisés par cette enzyme et ayant un index thérapeutique étroit, par exemple flécaïnide, propafénone et métoprolol (en cas d’insuffisance cardiaque), ou certains médicaments agissant sur le SNC qui sont principalement métabolisés par le CYP2D6, par exemple les antidépresseurs tels que la désipramine, la clomipramine et la nortriptyline ou les antipsychotiques comme la rispéridone, la thioridazine et l’halopéridol. L’ajustement de dosage peut être justifié. L’administration concomitante avec le métoprolol a entraîné une augmentation de deux fois des taux plasmatiques de métoprolol, mais n’a pas augmenté de façon statistiquement significative l’effet du métoprolol sur la pression artérielle et le rythme cardiaque.

Effets du citalopram sur d’autres médicaments

Une étude d’interaction pharmacocinétique / pharmacodynamique chez des volontaires sains avec administration concomitante de citalopram et de métoprolol (substrat du CYP2D6) a montré une augmentation de deux fois des concentrations de métoprolol, mais aucune augmentation statistiquement significative de l’effet du métoprolol sur la pression artérielle et la fréquence cardiaque.

Le citalopram et le déméthylcitalopram sont des inhibiteurs négligeables des isoenzymes CYP2C9, CYP2E1 et CYP3A4, et seulement des inhibiteurs faibles des isoenzymes CYP1A2, CYP2C19 et CYP2D6 comparativement aux autres inhibiteurs de l’ISRS.

Levomepromazine, digoxine, carbamazépine

Ainsi, aucun changement ou seulement de très faibles changements sans importance clinique ont été observés lorsque le citalopram était administré avec des substrats du CYP1A2 (clozapine et théophylline), CYP2C9 (warfarine), CYP2C19 (imipramine et méphénytoïne), CYP2D6 (spartéine, imipramine, amitriptyline, rispéridone) et CYP3A4 (warfarine, carbamazépine (et son métabolite carbamazépine époxydé) et triazolam).

Aucune interaction pharmacocinétique n’a été observée entre le citalopram et la lévomépromazine ou la digoxine (indiquant que le citalopram n’induit ni n’inhibe la glycoprotéine P)

Aucune interaction pharmacodynamique n’a été observée dans les études cliniques dans lesquelles le citalopram a été administré en concomitance avec des benzodiazépines, des neuroleptiques, des analgésiques, du lithium, de l’alcool, des antihistaminiques, des antihypertenseurs, des bêta-bloquants et d’autres médicaments cardiovasculaires.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

La fertilité

Les données chez l’animal ont montré que le citalopram peut affecter la qualité du sperme (voir rubrique 5.3). Les rapports de cas humains avec certains ISRS ont montré qu’un effet sur la qualité du sperme est réversible. L’impact sur la fertilité humaine n’a pas été observé jusqu’à présent.

Grossesse

Une grande quantité de données sur les femmes enceintes (plus de 2500 résultats exposés) n’indique aucune toxicité fœtale / néonatale malformative. Citalopram peut être utilisé pendant la grossesse si nécessaire, en tenant compte des aspects mentionnés ci-dessous

Les nouveau-nés doivent être surveillés si l’utilisation de la solution orale de Citalopram par la mère se poursuit pendant les derniers stades de la grossesse, en particulier au troisième trimestre. L’arrêt brusque devrait être évité pendant la grossesse.

Les symptômes suivants peuvent survenir chez les nouveau-nés après l’utilisation de SSRI / IRSN maternel aux stades ultérieurs de la grossesse: détresse respiratoire, cyanose, apnée, convulsions, instabilité de température, difficulté d’alimentation, vomissements, hypoglycémie, hypertonie, hypotonie, hyperréflexie, tremblement, nervosité, irritabilité. , léthargie, pleurs constants, somnolence et difficulté à dormir. Ces symptômes peuvent être dus à des effets sérotoninergiques ou à des symptômes de sevrage. Dans la majorité des cas, les complications commencent immédiatement ou rapidement (<24 heures) après l’accouchement.

Des données épidémiologiques ont suggéré que l’utilisation d’ISRS pendant la grossesse, en particulier en fin de grossesse, peut augmenter le risque d’hypertension pulmonaire persistante chez le nouveau-né (PPHN). Le risque observé était d’environ 5 cas pour 1000 grossesses. Dans la population générale, 1 à 2 cas de PPHN pour 1000 grossesses se produisent.

Lactation

Le citalopram est excrété dans le lait maternel. On estime que le nourrisson allaité recevra environ 5% de la dose quotidienne maternelle liée au poids (en mg / kg). Aucun ou seulement des événements mineurs ont été observés chez les nourrissons. Cependant, les informations existantes sont insuffisantes pour évaluer le risque pour l’enfant.

La prudence est recommandée. Si un traitement par Citalopram est jugé nécessaire, l’interruption de l’allaitement doit être envisagée.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Le citalopram a une influence mineure ou modérée sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

On peut s’attendre à ce que les patients auxquels des médicaments psychotropes sont prescrits souffrent d’une altération de l’attention générale et de la concentration due à la maladie elle-même et que les médicaments psychoactifs réduisent la capacité de jugement et de réagir aux urgences. Les patients doivent être informés de ces effets et être prévenus que leur capacité à conduire une voiture ou à utiliser des machines pourrait être affectée.

4.8 Effets indésirables

Les effets indésirables observés avec le citalopram sont en général bénins et transitoires. Ils sont les plus importants au cours de la première ou des deux premières semaines de traitement et s’atténuent habituellement à mesure que l’état dépressif s’améliore. Les effets indésirables sont présentés au niveau des termes privilégiés de MedDRA.

Pour les réactions suivantes une dose-réponse a été découverte: Transpiration accrue, bouche sèche, insomnie, somnolence, diarrhée, nausée et fatigue. Le tableau montre le pourcentage d’effets indésirables associés aux ISRS et / ou au citalopram observés chez 1% des patients dans des essais contrôlés par placebo en double aveugle ou dans la période post-commercialisation. Les fréquences sont définies comme: très courantes (≥1 / 10); commun (≥ 1/100, <1/10); peu fréquent (≥ 1/1000, ≤ 1/100); rare ≥ 1/10000, ≤ 1/1000); très rare (≤ 1/10000), inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

La fréquence

Très commun

Commun

Rare

Rare

Pas connu

≥1 / 10

≥1 / 100 à <1/10

≥1 / 1,000 à <1/100

≥ 1/10 000 à <1/1 000

Sang et troubles lymphatiques

Thrombocytopénie

Troubles du système immunitaire

Hypersensibilité, réaction anaphylactique

Troubles endocriniens

Sécrétion ADH inappropriée

Troubles du métabolisme et de la nutrition

L’appétit a diminué, le poids a diminué, l’anorexie 1

Augmentation de l’appétit, augmentation du poids

Hyponatrémie

Hypokaliémie

Troubles psychiatriques

Trouble du sommeil 1

Agitation, nervosité, diminution de la libido, anxiété, état de confusion, rêves anormaux, apathie anormale de l’orgasme (féminin) 1 , altération de la concentration 1 , amnésie 1

Agression, dépersonnalisation, hallucination, manie

Euphorie, augmentation de la libido 1

Attaque de panique, bruxisme, agitation, idées suicidaires et comportement suicidaire 3

Troubles du système nerveux

Somnolence insomnie, maux de tête 1

Tremblements, vertiges, migraine 1 , paresthésies, troubles de l’attention

Syncope

Convulsion grand mal, dyskinésie, troubles du goût

Convulsions, syndrome sérotoninergique, trouble extrapyramidal, akathisie, trouble du mouvement

Troubles oculaires

Hébergement anormal

Vision anormale, mydriase (pouvant conduire à un glaucome aigu à angle fermé) voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Perturbation visuelle

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Acouphène

Troubles cardiaques

Palpitation 1

Hypotension orthostatique, tachycardie, bradycardie

QT – prolongation, Arythmie ventriculaire y compris torsade de pointes 2

Troubles vasculaires

Hémorragie

Hypotension orthostatique

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Bâillement, Rhinite 1

Tousser 1

Épistaxis

Problèmes gastro-intestinaux

Nausée, bouche sèche

Constipation, diarrhée, vomissements, perversion du goût 1 douleur abdominale 1 , flatulence 1 , augmentation de la salive 1 , dyspepsie 1

Hémorragie gastro-intestinale (y compris l’hémorragie rectale)

Troubles hépato-biliaires

Hépatite

Test de la fonction hépatique anormal

Peau et troubles sous-cutanés

Transpiration accrue

Prurit

Urticaire alopécie, éruption cutanée, purpura, photosensibilité

Ecchymose, angioedèmes

Troubles musculo-squelettiques, du tissu conjonctif et des os

Myalgie, arthralgie

Troubles rénaux et urinaires

Rétention urinaire, trouble de la miction, polyurie

Système reproducteur et troubles mammaires

Trouble de l’éjaculation de l’impuissance, échec de l’éjaculation

Femelle: Ménorragie

Femelle: Métrorrhagie, Mâle: Priapisme, galactorrhée

Troubles généraux

Asthenia 1

Fatigue

Œdème

Pyrexie

Malaise 1

Nombre de patients: Citalopram / placebo = 1346/545

1 Les événements indésirables suivants ont également été rapportés dans les essais cliniques.

2 Des cas d’allongement de l’intervalle QT et d’arythmie ventriculaire incluant des torsades de pointes ont été rapportés après la commercialisation, principalement chez des patients de sexe féminin, avec hypokaliémie ou avec un allongement préexistant de l’intervalle QT ou d’autres maladies cardiaques (voir rubriques 4.3, 4.4 , 4.5, 4.9 et 5.1).

3 Pensées suicidaires / comportement (fréquence inconnue): Des cas d’idées suicidaires et de comportements suicidaires ont été rapportés pendant le traitement par citalopram ou au début du traitement (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi)

Symptômes de sevrage observés à l’arrêt du traitement par citalopram

L’arrêt du citalopram (en particulier lorsqu’il est brutal) entraîne généralement des symptômes de sevrage. Vertiges, troubles sensoriels (y compris paresthésies et sensations de choc électrique), troubles du sommeil (insomnie et rêves intenses), agitation ou anxiété, nausées et / ou vomissements, tremblements, confusion, transpiration, maux de tête, diarrhée, palpitations, instabilité émotionnelle, irritabilité et les troubles visuels sont les réactions les plus fréquemment rapportées. En général, ces événements sont légers à modérés et spontanément résolus chez certains patients, mais ils peuvent être graves et / ou prolongés. Il est donc conseillé de ne pas interrompre progressivement le traitement par le citalopram en diminuant progressivement la dose (voir rubrique 4.2 Posologie et mode d’administration et rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

Effets de classe

Des études épidémiologiques, menées principalement chez des patients âgés de 50 ans et plus, montrent un risque accru de fractures osseuses chez les patients recevant des SSR et des TCA. Le mécanisme conduisant à ce risque est inconnu.

4.9 Surdosage

Toxicité

Les données cliniques complètes sur le surdosage de citalopram sont limitées et beaucoup de cas impliquent des overdoses concomitantes d’autres drogues / alcool. Des cas mortels de surdose de citalopram ont été rapportés avec le citalopram seul; Cependant, la majorité des cas mortels ont impliqué un surdosage avec des médicaments concomitants.

La dose fatale n’est pas connue. Les patients ont survécu à l’ingestion de plus de 2 g de citalopram.

Les effets peuvent être potentialisés par l’alcool pris en même temps.

Interaction potentielle avec les ATC, IMAO et autres ISRS.

Symptômes

Les symptômes suivants ont été observés lors d’un surdosage de citalopram: convulsions, tachycardie, somnolence, allongement de l’intervalle QT, coma, vomissements, tremblements, hypotension, arrêt cardiaque, nausée, syndrome sérotoninergique, agitation, bradycardie, vertiges, bloc de branche, allongement du QRS, hypertension, mydriase, torsade de pointes, stupeur, transpiration, cyanose, hyperventilation, hyperpyrexie et arythmie auriculaire et ventriculaire.

Des modifications de l’ECG, y compris le rythme nodal, des intervalles QT prolongés et de larges complexes QRS peuvent survenir. Des accidents mortels ont été signalés.

Une bradycardie prolongée accompagnée d’hypotension sévère et de syncope a également été rapportée.

Rarement, les caractéristiques du «syndrome sérotoninergique» peuvent survenir lors d’un empoisonnement grave. Cela comprend l’altération de l’état mental, l’hyperactivité neuromusculaire et l’instabilité autonome. Il peut y avoir une hyperpyrexie et une élévation de la créatine kinase sérique. La rhabdomyolyse est rare.

Traitement

Il n’existe pas d’antidote spécifique connu au citalopram.

Le traitement doit être symptomatique et de soutien et inclure le maintien d’une voie aérienne claire et la surveillance de l’ECG et des signes vitaux jusqu’à stabilisation.

La surveillance ECG est recommandée en cas de surdosage chez les patients présentant une insuffisance cardiaque congestive / bradyarythmie, chez les patients prenant des médicaments concomitants prolongeant l’intervalle QT ou chez les patients présentant un altération du métabolisme, par exemple une insuffisance hépatique.

Envisager le charbon activé par voie orale chez les adultes et les enfants qui ont ingéré plus de 5 mg / kg de poids corporel en 1 heure. Il a été démontré que le charbon activé administré une demi-heure après l’ingestion de citalopram réduisait l’absorption de 50%.

Le laxatif osmotique (comme le sulfate de sodium) et l’évacuation de l’estomac doivent être envisagés.

Si la conscience est altérée, le patient doit être intubé.

Contrôler les convulsions avec du diazépam par voie intraveineuse si elles sont fréquentes ou prolongées.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Code ATC: N06A B04

Groupe pharmacothérapeutique: Inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine

Des études biochimiques et comportementales ont montré que le citalopram est un puissant inhibiteur de la sécrétion de sérotonine (5-HT). La tolérance à l’inhibition de l’absorption de 5-HT n’est pas induite par un traitement à long terme par le citalopram.

Le citalopram est l’inhibiteur le plus sélectif du recaptage de la sérotonine (ISRS), mais il n’a aucun effet sur la noradrénaline (NA), la dopamine (DA) et l’absorption de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA).

Contrairement à de nombreux antidépresseurs tricycliques et certains des plus récents ISRS citalopram n’a pas ou très faible affinité pour une série de récepteurs, y compris les récepteurs 5-HT 1A , 5-HT 2 , DA D 1 et D 2 , α 1 -, α 2 – , ß-adrénergiques, histamine H 1 , récepteurs muscariniques cholinergiques, benzodiazépines et opioïdes. Une série de tests fonctionnels in vitro dans des organes isolés ainsi que des tests fonctionnels in vivo ont confirmé le manque d’affinité pour les récepteurs. Cette absence d’effets sur les récepteurs pourrait expliquer pourquoi le citalopram produit moins d’effets secondaires classiques tels que la sécheresse de la bouche, de la vessie et des intestins, une vision floue, la sédation, la cardiotoxicité et l’hypotension orthostatique.

La suppression du sommeil paradoxal est considérée comme un prédicteur de l’activité antidépressive. Comme les antidépresseurs tricycliques, d’autres ISRS et inhibiteurs de la MAO, le citalopram supprime le sommeil paradoxal et augmente le sommeil profond à ondes lentes.

Bien que le citalopram ne se lie pas aux récepteurs opioïdes, il potentialise l’effet anti-nociceptif des analgésiques opioïdes couramment utilisés. Il y avait une potentialisation de l’hyperactivité induite par la d-amphétamine après l’administration de citalopram.

Les principaux métabolites du citalopram sont tous des ISRS bien que leurs rapports de puissance et de sélectivité soient inférieurs à ceux du citalopram. Cependant, les ratios de sélectivité sont inférieurs à ceux du citalopram. Cependant, les ratios de sélectivité des métabolites sont plus élevés que ceux de nombreux ISRS récents. Les métabolites ne contribuent pas à l’effet antidépresseur global.

Chez l’humain, le citalopram n’altère pas la performance cognitive (fonction intellectuelle) et psychomotrice et n’a pas ou peu de propriétés sédatives, seul ou en combinaison avec l’alcool.

Le citalopram n’a pas réduit le flux salivaire dans une étude à dose unique chez des volontaires humains et, dans aucune des études chez des volontaires sains, le citalopram n’a eu une influence significative sur les paramètres cardiovasculaires. Le citalopram n’a aucun effet sur les taux sériques de prolactine et d’hormone de croissance.

Dans une étude ECG en double aveugle, contrôlée contre placebo chez des sujets sains, le changement de QTc (correction de Fridericia) par rapport au départ a été de 7,5 (IC à 90% 5,9-9,1) msec à la dose de 20 mg / jour et de 16,7 (IC à 90%). 15,0-18,4) ms à 60 mg / jour (voir rubriques 4.3, 4.4, 4.5, 4.8 et 4.9).

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

L’absorption est presque complète et indépendante de l’apport alimentaire (T max signifie 2 heures) après l’ingestion de gouttes et T max signifie 3 heures après la prise des comprimés. La biodisponibilité orale est d’environ 80% après l’ingestion de comprimés. La biodisponibilité relative des gouttes est supérieure d’environ 25% à celle des comprimés.

Distribution

Le volume apparent de distribution (V d ) ß est d’environ 12,3 L / kg. La liaison aux protéines plasmatiques est inférieure à 80% pour le citalopram et ses principaux métabolites.

Biotransformation

Le citalopram est métabolisé en déméthylcitalopram actif, en didéméthylcitalopram, en citalopram-N-oxyde et en dérivé d’acide propionique désaminé inactif. Tous les métabolites actifs sont également des ISRS, bien que plus faibles que le composé d’origine. Le citalopram inchangé est le composé prédominant dans le plasma.

Élimination

La demi-vie d’élimination (T ½ß ) est d’environ 1,5 jour et la clairance plasmatique systémique du citalopram (Cl s ) est d’environ 0,33L / min, et la clairance plasmatique orale (Cl orale ) est d’environ 0,41 L / min.

Le citalopram est excrété principalement par le foie (85%) et le reste (15%) par les reins. Environ 12% de la dose quotidienne est excrétée dans l’urine sous forme de citalopram inchangé. La clairance hépatique (résiduelle) est d’environ 0,35 L / min et la clairance rénale d’environ 0,068 L / min.

La cinétique est linéaire. Les niveaux de plasma à l’état d’équilibre sont atteints en 1-2 semaines. Des concentrations moyennes de 250 nmol / L (100 – 500 nmol / L) sont atteintes à une dose quotidienne de 40 mg. Il n’y a pas de relation claire entre les niveaux de plasma citalopram une réponse thérapeutique ou des effets secondaires.

Patients âgés (≥ 65 ans)

Des demi-vies plus longues et des valeurs de clairance réduites dues à un taux réduit de métabolisme ont été démontrées chez des patients âgés.

Fonction hépatique réduite

Le citalopram est éliminé plus lentement chez les patients dont la fonction hépatique est réduite. La demi-vie du citalopram est environ deux fois plus longue et les concentrations de citalopram à l’état d’équilibre à une dose donnée sont environ deux fois plus élevées chez les patients dont la fonction hépatique est normale.

Fonction rénale réduite

Le citalopram est éliminé plus lentement chez les patients présentant une réduction légère à modérée de la fonction rénale, sans impact majeur sur la pharmacocinétique du citalopram. À l’heure actuelle, aucune information n’est disponible pour le traitement des patients ayant une fonction rénale sévèrement réduite (clairance de la créatinine <20 mL / min).

5.3 Données de sécurité précliniques

Le citalopram a une faible toxicité aiguë. Dans les études de toxicité chronique, il n’y a pas eu de résultats préoccupants quant à l’utilisation thérapeutique du citalopram. Sur la base des données d’études de toxicité pour la reproduction (segments I, II et III), il n’y a aucune raison de s’inquiéter de l’utilisation du citalopram chez les femmes en âge de procréer. Le citalopram n’a aucun potentiel mutagène ou cancérogène.

Les données chez l’animal ont montré que le citalopram induit une réduction de l’index de fertilité et de l’indice de gestation, une réduction du nombre d’implants et un nombre anormal de spermatozoïdes à une exposition bien supérieure à l’exposition humaine.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

• Parahydroxybenzoate de méthyle (E218)

• Parahydroxybenzoate de propyle (E216)

• Ethanol

• Hydroxyéthylcellulose

• Eau purifiée

6.2 Incompatibilités

En l’absence d’études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments.

6.3 Durée de conservation

24mois.

Une bouteille peut être utilisée pendant 16 semaines après la première utilisation.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite aucune condition de stockage particulière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Bouteille en verre de type III de couleur ambre avec applicateur compte-gouttes contenant 15ml de solution.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Rosemont Pharmaceuticals Ltd

Maison Rosemont

Parc industriel de Yorkdale

Braithwaite Street

Leeds

LS11 9XE

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00427/0141

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

30 septembre 2009

10. Date de révision du texte

10 septembre 2012