Chirocaine 7,5 mg / ml solution injectable / concentré pour solution pour perfusion


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Chirocaine 7,5 mg / ml solution injectable / concentré pour solution pour perfusion

2. Composition qualitative et quantitative

Un ml contient 7,5 mg de lévobupivacaïne sous forme de chlorhydrate de lévobupivacaïne.

Chaque ampoule contient 75 mg dans 10 ml.

Excipients à effet notoire: 3,6 mg / ml de sodium par ampoule.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Solution pour injection / concentré pour solution pour perfusion.

Solution transparente incolore.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Adultes

Anesthésie chirurgicale

– Majeur, par exemple péridurale, intrathécale, bloc nerveux périphérique.

– Mineur, par exemple infiltration locale, bloc péribulbaire en chirurgie ophtalmique.

Gestion de la douleur

– Perfusion péridurale continue, administration péridurale en bolus unique ou multiple pour la prise en charge de la douleur, en particulier de la douleur postopératoire.

Population pédiatrique

Analgésie (blocs ilio-inguinale / iliohypogastrique).

Aucune donnée n’est disponible dans la population pédiatrique <6 mois.

4.2 Posologie et mode d’administration

La lévobupivacaïne ne doit être administrée que par un clinicien ayant la formation et l’expérience nécessaires, ou sous sa surveillance.

Le tableau ci-dessous est un guide de dosage pour les blocs les plus couramment utilisés. Pour l’analgésie (par exemple l’administration épidurale pour la gestion de la douleur), les concentrations et les doses plus faibles sont recommandées. Lorsqu’une anesthésie profonde ou prolongée est requise avec un bloc moteur dense (p. Ex. Péridurale ou bloc péribulbaire), les concentrations les plus élevées peuvent être utilisées. Une aspiration soigneuse avant et pendant l’injection est recommandée pour prévenir l’injection intravasculaire.

L’expérience d’innocuité avec le traitement par lévobupivacaïne est limitée pour des périodes dépassant 24 heures. Afin de minimiser le risque de complications neurologiques graves, le patient et la durée d’administration de la lévobupivacaïne doivent être étroitement surveillés (voir rubrique 4.4).

L’aspiration doit être répétée avant et pendant l’administration d’une dose de bolus, qui doit être injectée lentement et en doses progressives, à raison de 7,5 à 30 mg / min, tout en observant de près les fonctions vitales du patient et en maintenant un contact verbal.

Si des symptômes toxiques apparaissent, l’injection doit être arrêtée immédiatement.

Dose maximale

La dose maximale doit être déterminée en évaluant la taille et l’état physique du patient, ainsi que la concentration de l’agent et la zone et la voie d’administration. La variation individuelle de l’apparition et de la durée du blocage survient. L’expérience des études cliniques montre l’apparition d’un bloc sensoriel adéquat pour une intervention chirurgicale dans les 10-15 minutes suivant l’administration épidurale, avec un délai de régression de l’ordre de 6-9 heures.

La dose unique maximale recommandée est de 150 mg. Lorsqu’un bloc moteur et sensoriel prolongé est requis pour une intervention prolongée, des doses supplémentaires peuvent être nécessaires. La dose maximale recommandée pendant une période de 24 heures est de 400 mg. Pour la gestion de la douleur post-opératoire, la dose ne doit pas dépasser 18,75 mg / heure.

Obstétrique

Pour les procédures obstétricales (y compris la césarienne), des concentrations plus élevées que la solution à 5,0 mg / ml ne doivent pas être utilisées (voir rubrique 4.3). La dose maximale recommandée est de 150 mg.

Pour l’analgésie du travail par perfusion péridurale, la dose ne doit pas dépasser 12,5 mg / heure.

Population pédiatrique

Chez les enfants, la dose maximale recommandée pour l’analgésie (blocs ilio-inguinal / ilio-hypogastrique) est de 1,25 mg / kg / côté. Le dosage maximum devrait être ajusté selon la taille, la constitution de corps et l’état physique du patient / enfant.

L’innocuité et l’efficacité de la lévobupivacaïne chez les enfants pour d’autres indications n’ont pas été établies.

Populations spéciales

Les patients affaiblis, âgés ou gravement malades doivent recevoir des doses réduites de lévobupivacaïne proportionnelles à leur état physique.

Dans la prise en charge de la douleur post-opératoire, la dose administrée lors de la chirurgie doit être prise en compte.

Il n’y a pas de données pertinentes chez les patients présentant une insuffisance hépatique (voir rubriques 4.4 et 5.2).

Table des doses

Concentration (mg / ml) 1

Dose

Bloc moteur

Anesthésie chirurgicale

Bol péridurale (lent) 2 pour la chirurgie

– Adultes

5,0-7,5

10-20 ml (50-150 mg)

Modéré à compléter

Injection lente épidurale 3 pour la césarienne

5.0

15-30 ml (75-150 mg)

Modéré à compléter

Intrathécal

5.0

3 ml (15 mg)

Modéré à compléter

Nerf périphérique

Blocs ilio-inguinal / ilio-hypogastrique chez les enfants <12 ans 4

2,5-5,0

2,5

5.0

1-40 ml (2,5-150 mg max)

0,5 ml / kg / côté (1,25 mg / kg / côté)

0,25 ml / kg / côté (1,25 mg / kg / côté)

Modéré à compléter

N’est pas applicable

Ophtalmique (bloc péribulbaire)

7,5

5-15 ml (37,5-112,5 mg)

Modéré à compléter

Infiltration locale

– – Adultes

2,5

1-60 ml (2,5-150 mg max)

N’est pas applicable

Gestion de la douleur 5

Analgésie du travail (bolus épidurale 6 )

2,5

6-10 ml (15-25 mg)

Minimal à modéré

Analgésie du travail (perfusion péridurale)

1,25 7

4-10 ml / h (5-12,5 mg / h)

Minimal à modéré

Douleur post-opératoire

1,25 7

2,5

10-15 ml / h (12,5-18,75 mg / h)

5-7,5 ml / h (12,5 -18,75 mg / h)

Minimal à modéré

1 Levobupivacaine solution injectable / concentration pour solution pour perfusion est disponible en solutions de 2,5, 5,0 et 7,5 mg / ml.

2 Répartissez sur 5 minutes (voir aussi le texte).

3 Étant donné plus de 15-20 minutes.

4 Aucune donnée n’est disponible dans la population pédiatrique <6 mois.

5 Dans les cas où la lévobupivacaïne est associée à d’autres agents tels que les opioïdes pour soulager la douleur, la dose de lévobupivacaïne doit être réduite et l’utilisation d’une concentration plus faible (par exemple 1,25 mg / ml) est préférable.

6 L’intervalle minimum recommandé entre les injections intermittentes est de 15 minutes.

7 Pour plus d’informations sur la dilution, voir la section 6.6.

4.3 Contre-indications

Les contre-indications générales liées à l’anesthésie régionale, quelle que soit l’anesthésie locale utilisée, doivent être prises en compte.

Les solutions de lévobupivacaïne sont contre-indiquées chez les patients présentant une hypersensibilité connue à la substance active anesthésique locale de type amide ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1 (voir rubrique 4.8).

Les solutions de Levobupivacaine sont contre-indiquées pour l’anesthésie régionale intraveineuse (bloc de Bier).

Les solutions de lévobupivacaïne sont contre-indiquées chez les patients présentant une hypotension sévère comme un choc cardiogénique ou hypovolémique.

La solution à 7,5 mg / ml est contre-indiquée en cas d’utilisation en obstétrique en raison d’un risque accru d’événements cardiotoxiques basé sur l’expérience avec la bupivacaïne (voir rubrique 4.6).

Les solutions de lévobupivacaïne sont contre-indiquées dans le bloc paracervical en obstétrique (voir rubrique 4.6).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Toutes les formes d’anesthésie locale et régionale avec la lévobupivacaïne doivent être réalisées dans des installations bien équipées et administrées par un personnel formé et expérimenté aux techniques d’anesthésie requises et capable de diagnostiquer et de traiter tous les effets indésirables indésirables qui peuvent survenir.

La lévobupivacaïne peut provoquer des réactions allergiques aiguës, des effets cardiovasculaires et des lésions neurologiques (voir rubrique 4.8).

La lévobupivacaïne doit être utilisée avec prudence pour l’anesthésie régionale chez les patients présentant une altération de la fonction cardiovasculaire, par exemple des arythmies cardiaques graves (voir rubrique 4.3).

Des cas de chondrolyse ont été signalés chez des patients recevant une perfusion continue intra-articulaire post-opératoire d’anesthésiques locaux. La majorité des cas de chondrolyse rapportés ont concerné l’articulation de l’épaule. En raison de multiples facteurs contributifs et d’une incohérence dans la littérature scientifique concernant le mécanisme d’action, la causalité n’a pas été établie. La perfusion continue intra-articulaire n’est pas une indication approuvée pour la lévobupivacaïne.

L’introduction d’anesthésiques locaux par voie intrathécale ou épidurale dans le système nerveux central chez des patients atteints de maladies préexistantes du SNC peut potentiellement exacerber certains de ces états pathologiques. Par conséquent, le jugement clinique devrait être exercé en considérant l’anesthésie épidurale ou intrathecal dans de tels patients.

Anesthésie péridurale

Au cours de l’administration épidurale de lévobupivacaïne, les solutions concentrées (0,5-0,75%) doivent être administrées en doses successives de 3 à 5 ml avec un temps suffisant entre les doses pour détecter les manifestations toxiques d’une injection intravasculaire ou intrathécale non intentionnelle. Des cas de bradycardie sévère, d’hypotension et de détresse respiratoire avec arrêt cardiaque (dont certains sont mortels) ont été rapportés en association avec des anesthésiques locaux, dont la lévobupivacaïne. Lorsqu’une dose importante doit être injectée, par exemple dans un bloc épidural, une dose d’essai de 3 à 5 ml de lidocaïne avec de l’adrénaline est recommandée. Une injection intravasculaire par inadvertance peut alors être reconnue par une augmentation temporaire de la fréquence cardiaque et une injection intrathécale accidentelle par les signes d’un bloc rachidien.

Les aspirations de la seringue doivent également être réalisées avant et pendant chaque injection supplémentaire dans des techniques de cathéter continues (intermittentes). Une injection intravasculaire est toujours possible même si les aspirations pour le sang sont négatives. Pendant l’administration de l’anesthésie péridurale, il est recommandé d’administrer une dose initiale et de surveiller les effets avant d’administrer la dose complète.

L’anesthésie péridurale avec n’importe quel anesthésique local peut provoquer une hypotension et une bradycardie. Tous les patients doivent avoir un accès intraveineux établi. La disponibilité de liquides appropriés , de vasopresseurs, d’anesthésiques ayant des propriétés anticonvulsivantes, de myorelaxants et d’atropine, d’équipement de réanimation et d’expertise doit être assurée (voir rubrique 4.9).

Analgésie péridurale

Des cas de syndrome de la queue de cheval et d’événements indiquant une neurotoxicité (voir rubrique 4.8) ont été rapportés dans le temps après l’administration de lévobupivacaïne pendant 24 heures ou plus pour l’analgésie péridurale. Ces événements étaient plus graves et, dans certains cas, ont entraîné des séquelles permanentes lorsque la lévobupivacaïne a été administrée pendant plus de 24 heures. Par conséquent, une perfusion de lévobupivacaïne pendant une période de plus de 24 heures doit être envisagée avec soin et ne doit être utilisée que lorsque les avantages pour le patient l’emportent sur les risques.

Il est essentiel que l’aspiration du sang ou du liquide céphalo-rachidien (le cas échéant) soit effectuée avant l’injection de tout anesthésique local, avant la dose initiale et toutes les doses subséquentes, afin d’éviter une injection intravasculaire ou intrathécale. Cependant, une aspiration négative ne garantit pas contre l’injection intravasculaire ou intrathécale. La lévobupivacaïne doit être utilisée avec précaution chez les patients recevant d’autres anesthésiques locaux ou des agents structurellement apparentés aux anesthésiques locaux de type amide, puisque les effets toxiques de ces médicaments sont additifs.

Principaux blocs nerveux régionaux

Le patient doit avoir des fluides intraveineux circulant via un cathéter à demeure pour assurer une voie intraveineuse fonctionnelle. La dose la plus faible d’anesthésique local qui entraîne une anesthésie efficace doit être utilisée pour éviter des taux plasmatiques élevés et des effets indésirables graves. L’injection rapide d’un grand volume de solution anesthésique locale doit être évitée et des doses fractionnées (incrémentielles) doivent être utilisées lorsque cela est possible.

Utiliser dans la région de la tête et du cou

De petites doses d’anesthésiques locaux injectés dans la région de la tête et du cou, y compris des blocs ganglionnaires rétrobulbaires, dentaires et stellaires, peuvent produire des effets indésirables similaires à la toxicité systémique observée avec des injections intravasculaires non intentionnelles de plus fortes doses. Les procédures d’injection nécessitent le plus grand soin. Les réactions peuvent être dues à l’injection intra-artérielle de l’anesthésique local avec écoulement rétrograde vers la circulation cérébrale. Ils peuvent également être dus à la perforation de la gaine durale du nerf optique pendant le bloc rétrobulbaire avec diffusion de tout anesthésique local le long de l’espace sous-dural au mésencéphale. Les patients recevant ces blocs doivent faire contrôler leur circulation et leur respiration et être constamment observés. L’équipement de réanimation et le personnel pour traiter les réactions défavorables devraient être immédiatement disponibles.

Utilisation en chirurgie ophtalmique

Les cliniciens qui pratiquent des blocs rétrobulbaires doivent savoir qu’il y a eu des cas d’arrêt respiratoire après une injection d’anesthésique local. Avant le bloc rétrobulbaire, comme pour toutes les autres procédures régionales, la disponibilité immédiate de l’équipement, des médicaments et du personnel pour gérer l’arrêt respiratoire ou la dépression, les convulsions et la stimulation cardiaque ou la dépression devrait être assurée. Comme avec d’autres procédures anesthésiques, les patients doivent être constamment surveillés à la suite de blocs ophtalmiques pour les signes de ces effets indésirables.

Populations spéciales

Patients affaiblis, âgés ou gravement malades: la lévobupivacaïne doit être utilisée avec précaution chez les patients débilités, âgés ou gravement malades (voir rubrique 4.2).

Insuffisance hépatique: étant donné que la lévobupivacaïne est métabolisée dans le foie, elle doit être utilisée avec précaution chez les patients atteints d’une maladie hépatique ou présentant un débit sanguin hépatique réduit, par exemple des alcooliques ou des cirrhotiques (voir rubrique 5.2).

Ce médicament contient 3,6 mg / ml de sodium dans le sac ou la solution d’ampoule à prendre en considération par les patients suivant un régime hyposodé.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Des études in vitro indiquent que l’isoforme CYP3A4 et l’isoforme CYP1A2 médient le métabolisme de la lévobupivacaïne. Bien qu’aucune étude clinique n’ait été réalisée, le métabolisme de la lévobupivacaïne peut être affecté par les inhibiteurs du CYP3A4, par exemple le kétoconazole et les inhibiteurs du CYP1A2, par exemple: les méthylxanthines.

La lévobupivacaïne doit être utilisée avec précaution chez les patients recevant des antiarythmiques ayant une activité anesthésique locale, par exemple la mexilétine, ou des antiarythmiques de classe III, car leurs effets toxiques peuvent être additifs.

Aucune étude clinique n’a été réalisée pour évaluer la lévobupivacaïne en association avec l’adrénaline.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Les solutions de Levobupivacaine sont contre-indiquées pour l’utilisation dans le bloc paracervical en obstétrique. D’après l’expérience avec la bupivacaïne, une bradycardie fœtale peut survenir après un bloc paracervical (voir rubrique 4.3).

La solution à 7,5 mg / ml est contre-indiquée pour un usage obstétrique en raison d’un risque accru d’événements cardiotoxiques basé sur l’expérience avec la bupivacaïne (voir rubrique 4.3).

Pour la lévobupivacaïne, il n’y a pas de données cliniques sur les grossesses exposées au premier trimestre. Les études chez l’animal n’indiquent pas d’effets tératogènes, mais ont montré une toxicité embryo-fœtale à des niveaux d’exposition systémique équivalents à ceux obtenus en utilisation clinique (voir rubrique 5.3). Le risque potentiel pour l’homme est inconnu. La lévobupivacaïne ne doit donc pas être administrée en début de grossesse, sauf en cas de nécessité absolue.

Lactation

On ne sait pas si la lévobupivacaïne ou ses métabolites sont excrétés dans le lait maternel humain.

En ce qui concerne la bupivacaïne, la lévobupivacaïne est probablement mal transmise dans le lait maternel. Ainsi, l’allaitement est possible après une anesthésie locale.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

La lévobupivacaïne peut avoir une influence majeure sur la capacité de conduire ou d’utiliser des machines. Les patients doivent être avertis de ne pas conduire ou d’utiliser des machines tant que tous les effets de l’anesthésie et les effets immédiats de la chirurgie ne sont pas passés.

4.8 Effets indésirables

Les réactions indésirables à la lévobupivacaïne sont compatibles avec celles connues pour sa classe de médicaments respective. Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés sont l’hypotension, la nausée, l’anémie, les vomissements, les vertiges, les maux de tête, la pyrexie, les douleurs procédurales, les douleurs dorsales et le syndrome de détresse fœtale en obstétrique (voir tableau ci-dessous).

Les effets indésirables rapportés spontanément ou observés dans les essais cliniques sont décrits dans le tableau suivant. Dans chaque classe de système, les réactions indésirables sont classées en fonction de la fréquence, selon la convention suivante: très fréquent (≥1 / 10), commun (≥1 / 100, <1/10), rare (≥1 / 1000) , <1/100), inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

System Organ Class

La fréquence

Réaction indésirable

Troubles du système sanguin et lymphatique

très commun

Anémie

Troubles du système immunitaire

Pas connu

Pas connu

Réactions allergiques (dans les cas graves choc anaphylactique)

Hypersensibilité

Troubles du système nerveux

Commun

Commun

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Vertiges

Mal de tête

Convulsion

Perte de conscience

Somnolence

Syncope

Paresthésie

Paraplégie

Paralysie 1

Troubles oculaires

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Vision floue

Ptosis 2

Miosis 2

Enophthalmos 2

Troubles cardiaques

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Bloc auriculo-ventriculaire

Arrêt cardiaque

Tachyarythmie ventriculaire

Tachycardie

Bradycardie

Troubles vasculaires

Très commun

Pas connu

Hypotension

Flushing 2

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Arrêt respiratoire

Oedème laryngé

Apnée

Éternuer

Problèmes gastro-intestinaux

très commun

Commun

Pas connu

Pas connu

La nausée

Vomissement

Hypoesthésie orale

Perte du contrôle du sphincter 1

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Pas connu

Angioedème

Urticaire

Prurit

Hyperhidrose

Anhidrose 2

Érythème

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Commun

Pas connu

Pas connu

Mal au dos

Contractions musculaires

Faiblesse musculaire

Troubles rénaux et urinaires

Pas connu

Dysfonction vésicale 1

Grossesse, puerpéralité et conditions périnatales

Commun

Syndrome de détresse fœtale

Système reproducteur et troubles mammaires

Pas connu

Priapisme 1

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Commun

Pyrexie

Enquêtes

Pas connu

Pas connu

La production cardiaque a diminué

Changement d’électrocardiogramme

Blessure, empoisonnement et complications procédurales

Commun

Douleur procédurale

1 Ceci peut être un signe ou un symptôme du syndrome de la queue de cheval (voir le texte supplémentaire de la section 4.8 ci-dessous).

2 Ceci peut être un signe ou un symptôme de syndrome de Horner transitoire (voir le texte supplémentaire de la section 4.8 ci-dessous).

Les réactions indésirables avec des anesthésiques locaux de type amide sont rares, mais elles peuvent survenir à la suite d’un surdosage ou d’une injection intravasculaire non intentionnelle et peuvent être graves.

Une sensibilité croisée entre les membres du groupe anesthésique local de type amide a été rapportée (voir rubrique 4.3).

L’injection intrathécale accidentelle d’anesthésiques locaux peut conduire à une anesthésie rachidienne très élevée.

Les effets cardiovasculaires sont liés à la dépression du système de conduction cardiaque et à une réduction de l’excitabilité et de la contractilité du myocarde. Habituellement, ceux-ci seront précédés par une toxicité majeure du SNC, c’est-à-dire des convulsions, mais dans de rares cas, un arrêt cardiaque peut se produire sans effets prodromiques sur le SNC.

Les lésions neurologiques sont une conséquence rare mais bien reconnue de l’anesthésie régionale et en particulier péridurale et rachidienne. Elle peut être due à une lésion directe de la moelle épinière ou des nerfs spinaux, au syndrome de l’artère spinale antérieure, à l’injection d’une substance irritante ou à l’injection d’une solution non stérile. Rarement, ceux-ci peuvent être permanents.

Des cas de faiblesse prolongée ou de troubles sensoriels, dont certains peuvent être permanents, ont été rapportés en association avec la lévobupivacaïne. Il est difficile de déterminer si les effets à long terme sont le résultat d’une toxicité médicamenteuse ou d’un traumatisme non reconnu au cours d’une intervention chirurgicale ou d’autres facteurs mécaniques, tels que l’insertion et la manipulation d’un cathéter.

Des cas de syndrome de la queue de cheval ou des signes et symptômes de lésion à la base de la moelle épinière ou des racines nerveuses spinales (paresthésie, faiblesse ou paralysie des membres inférieurs, perte de contrôle des intestins et / ou contrôle de la vessie) ont été signalés. administration de lévobupivacaïne. Ces événements étaient plus graves et, dans certains cas, n’ont pas été résolus lorsque la lévobupivacaïne a été administrée pendant plus de 24 heures (voir rubrique 4.4).

Cependant, il est impossible de déterminer si ces événements sont dus à un effet de la lévobupivacaïne, à un traumatisme mécanique de la moelle épinière ou des racines nerveuses de la moelle épinière ou à un prélèvement sanguin à la base de la colonne vertébrale.

Des cas de syndrome de Horner transitoire (ptosis, myosis, énophtalmie, transpiration unilatérale et / ou bouffées de chaleur) ont également été rapportés en association avec l’utilisation d’anesthésiques régionaux, y compris la lévobupivacaïne. Cet événement se résout avec l’arrêt du traitement.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le programme de carte jaune:

Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard

4.9 Surdosage

L’injection intravasculaire accidentelle d’anesthésiques locaux peut provoquer des réactions toxiques immédiates. En cas de surdosage, les concentrations plasmatiques maximales peuvent ne pas être atteintes jusqu’à 2 heures après l’administration en fonction du site d’injection et, par conséquent, les signes de toxicité peuvent être retardés. Les effets du médicament peuvent être prolongés.

Les effets indésirables systémiques consécutifs à un surdosage ou à une injection intravasculaire accidentelle signalés avec des anesthésiques locaux à longue durée d’action impliquent à la fois des effets sur le SNC et des effets cardiovasculaires.

Effets CNS

Les convulsions doivent être traitées immédiatement avec du thiopentone intraveineux ou du diazépam titré au besoin. Le thiopentone et le diazépam dépriment également le système nerveux central, la fonction respiratoire et cardiaque. Par conséquent, leur utilisation peut entraîner une apnée. Les bloqueurs neuro-musculaires ne peuvent être utilisés que si le clinicien est sûr de maintenir une voie aérienne brevetée et de prendre en charge un patient complètement paralysé.

Si elles ne sont pas traitées rapidement, les convulsions consécutives à une hypoxie et à une hypercapnie associées à une dépression myocardique résultant des effets de l’anesthésie locale sur le cœur peuvent entraîner des arythmies cardiaques, une fibrillation ventriculaire ou un arrêt cardiaque.

Effets cardiovasculaires

L’hypotension peut être prévenue ou atténuée par un prétraitement avec une charge de fluide et / ou l’utilisation de vasopresseurs. Si une hypotension survient, elle doit être traitée par des cristalloïdes ou des colloïdes par voie intraveineuse et / ou par des doses supplémentaires d’un vasopresseur tel que l’éphédrine 5-10 mg. Toute cause d’hypotension coexistante doit être traitée rapidement.

En cas de bradycardie grave, le traitement par l’atropine à 0,3-1,0 mg rétablira normalement la fréquence cardiaque à un niveau acceptable.

L’arythmie cardiaque doit être traitée au besoin et la fibrillation ventriculaire doit être traitée par cardioversion.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: anesthésiques locaux, amide

Code ATC N01B B10

La lévobupivacaïne est un anesthésique local à action prolongée et un analgésique. Il bloque la conduction nerveuse dans les nerfs sensoriels et moteurs largement en interagissant avec les canaux sodiques sensibles à la tension sur la membrane cellulaire, mais aussi les canaux de potassium et de calcium sont bloqués. De plus, la lévobupivacaïne interfère avec la transmission d’impulsions et la conduction dans d’autres tissus où les effets sur les systèmes cardiovasculaire et nerveux central sont les plus importants pour la survenue de réactions indésirables cliniques.

La dose de lévobupivacaïne est exprimée en base, tandis que dans la racémate bupivacaïne, la dose est exprimée en chlorhydrate. Cela donne lieu à environ 13% plus de substance active dans les solutions de lévobupivacaïne par rapport à la bupivacaïne. Dans des études cliniques aux mêmes concentrations nominales, la lévobupivacaïne a montré un effet clinique similaire à celui de la bupivacaïne.

Dans une étude de pharmacologie clinique utilisant le modèle du bloc nerveux cubital, la lévobupivacaïne était équivalente à la bupivacaïne.

L’expérience d’innocuité avec le traitement par lévobupivacaïne est limitée pour des périodes dépassant 24 heures.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

La concentration plasmatique de lévobupivacaïne après administration thérapeutique dépend de la dose et, en cas d’absorption à partir du site d’administration, est affectée par la vascularisation du tissu, sur la voie d’administration. L’expérience des études cliniques montre l’apparition d’un bloc sensoriel adéquat pour une intervention chirurgicale dans les 10-15 minutes suivant l’administration épidurale, avec un délai de régression de l’ordre de 6-9 heures.

Distribution

Dans les études chez l’homme, la cinétique de distribution de la lévobupivacaïne après administration intraveineuse est essentiellement la même que celle de la bupivacaïne.

La liaison de la lévobupivacaïne aux protéines plasmatiques chez l’homme a été évaluée in vitro et s’est avérée supérieure à 97% à des concentrations comprises entre 0,1 et 1,0 μg / ml. Le volume de distribution après l’administration intraveineuse était de 67 litres.

Biotransformation

La lévobupivacaïne est largement métabolisée sans lévobupivacaïne inchangée détectée dans l’urine ou les fèces. La 3-hydroxylévobupivacaïne, un métabolite majeur de la lévobupivacaïne, est excrétée dans l’urine sous forme de conjugués d’acide glucuronique et d’ester sulfate. Des études in vitro ont montré que l’isoforme CYP3A4 et l’isoforme CYP1A2 médiaient le métabolisme de la lévobupivacaïne en desbutyl-lévobupivacaïne et en 3-hydroxylevobupivacaïne, respectivement. Ces études indiquent que le métabolisme de la lévobupivacaïne et de la bupivacaïne est similaire.

Il n’y a aucune preuve de racémisation in vivo de la lévobupivacaïne.

Élimination

Après l’administration intraveineuse, la récupération de la lévobupivacaïne était quantitative, avec un total moyen d’environ 95% récupéré dans l’urine (71%) et les fèces (24%) en 48 heures.

La clairance plasmatique totale moyenne et la demi-vie terminale de la lévobupivacaïne après perfusion intraveineuse étaient de 39 litres / heure et de 1,3 heure, respectivement.

Dans une étude pharmacologique clinique où 40 mg de lévobupivacaïne ont été administrés par voie intraveineuse, la demi-vie moyenne était d’environ 80 + 22 minutes, C max 1,4 + 0,2 μg / ml et AUC 70 + 27 μg • min / ml.

Linéarité

La C max et l’ASC (0-24 h) moyennes de la lévobupivacaïne étaient approximativement proportionnelles à la dose après administration épidurale de 75 mg (0,5%) et de 112,5 mg (0,75%) et des doses suivantes de 1 mg / kg (0,25%) et 2 mg. / kg (0,5%) utilisé pour le blocage du plexus brachial. À la suite de l’administration épidurale de 112,5 mg (0,75%), les valeurs moyennes de Cmax et d’ASC étaient de 0,58 μg / ml et de 3,56 μg • h / ml, respectivement.

Insuffisance hépatique et rénale

Il n’y a pas de données pertinentes chez les patients présentant une insuffisance hépatique (voir rubrique 4.4).

Il n’y a pas de données chez les patients présentant une insuffisance rénale. La lévobupivacaïne est largement métabolisée et la lévobupivacaïne inchangée n’est pas excrétée dans l’urine.

5.3 Données de sécurité précliniques

Dans une étude de toxicité embryo-fœtale chez le rat, on a observé une incidence accrue de dilatation pelvienne rénale, d’uretères dilatés, de dilatation du ventricule olfactif et de côtes thoraco-lombaires à des niveaux d’exposition systémique similaires à ceux obtenus en clinique. Il n’y avait pas de malformations liées au traitement.

La lévobupivacaïne n’était pas génotoxique dans une batterie standard de tests de mutagénicité et de clastogénicité. Aucun test de cancérogénicité n’a été effectué.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Chlorure de sodium

Hydroxyde de sodium

Acide hydrochlorique

Eau pour injections

6.2 Incompatibilités

La lévobupivacaïne peut précipiter si elle est diluée avec des solutions alcalines et ne doit pas être diluée ou co-administrée avec des injections de bicarbonate de sodium. Ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments à l’exception de ceux mentionnés dans la rubrique 6.6.

6.3 Durée de conservation

Durée de conservation tel que conditionné pour la vente: 3 ans.

Durée de conservation après la première ouverture: Le produit doit être utilisé immédiatement.

Durée de conservation après dilution dans une solution de chlorure de sodium 0,9%: La stabilité chimique et physique en cours d’utilisation a été démontrée pendant 7 jours à 20-22 ° C. La stabilité chimique et physique en cours d’utilisation avec la clonidine, la morphine ou le fentanyl a été démontrée pendant 40 heures à 20-22 ° C.

D’un point de vue microbiologique, le produit doit être utilisé immédiatement. S’il n’est pas utilisé immédiatement, les heures et conditions de stockage en cours d’utilisation sont la responsabilité de l’utilisateur.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ampoules en polypropylène: les ampoules en polypropylène ne nécessitent aucune condition spéciale de stockage.

Pour les conditions de conservation du médicament reconstitué, voir la rubrique 6.3.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Chirocaine est disponible en deux présentations;

Ampoule en polypropylène de 10 ml en paquets de 5, 10 et 20

Ampoule en polypropylène de 10 ml, en plaquettes thermoformées stériles de 5, 10 et 20

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pour usage unique seulement. Jetez toute solution non utilisée.

La solution / dilution doit être inspectée visuellement avant utilisation. Seules des solutions claires sans particules visibles doivent être utilisées.

Un emballage-coque stérile doit être choisi lorsqu’une surface d’ampoule stérile est requise. La surface de l’ampoule n’est pas stérile si la plaquette thermoformée est perforée.

Les solutions étalons de lévobupivacaïne doivent être diluées avec une solution injectable de chlorure de sodium à 9 mg / ml (0,9%) en utilisant des techniques aseptiques.

La clonidine à 8,4 μg / ml, la morphine à 0,05 mg / ml et le fentanyl à 4 μg / ml se sont révélés compatibles avec la lévobupivacaïne dans une solution injectable de chlorure de sodium à 9 mg / ml (0,9%).

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

AbbVie Ltd.

Virginité

SL6 4UB

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL41042 / 0007

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 06 janvier 2000

Date du dernier renouvellement: 18 décembre 2013

10. Date de révision du texte

3 août 2015