Captopril 50 mg comprimés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Captopril 50 mg comprimés.

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient du captopril, 50 mg.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1

3. Forme pharmaceutique

Tablette

Comprimé blanc à blanc cassé, rond, plat, biseauté, non enduit avec inscription «BI» d’un côté et ligne de rupture de l’autre côté.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Hypertension artérielle: Prise en charge de l’hypertension légère à modérée. Dans l’hypertension sévère, il doit être utilisé lorsque la thérapie standard est inefficace ou inappropriée.

Insuffisance cardiaque congestive: Le captopril est indiqué pour le traitement de l’insuffisance cardiaque congestive. Le médicament doit être utilisé avec des diurétiques et, le cas échéant, des digitaliques et des bêta-bloquants.

Chez les patients recevant des doses de plus de 100 mg par jour plus ou moins un diurétique, chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère ou présentant une insuffisance cardiaque congestive sévère, l’utilisation du captopril doit être supervisée par un spécialiste.

Infarctus du myocarde

– traitement à court terme (4 semaines): le captopril est indiqué chez tout patient cliniquement stable dans les 24 heures suivant l’infarctus.

– Prévention à long terme de l’insuffisance cardiaque symptomatique: Le captopril est indiqué chez les patients cliniquement stables présentant un dysfonctionnement ventriculaire gauche asymptomatique (fraction d’éjection ≤ 40%) après infarctus du myocarde pour améliorer la survie, retarder l’apparition de l’insuffisance cardiaque symptomatique, réduire les hospitalisations pour insuffisance cardiaque et réduire les procédures récurrentes d’infarctus du myocarde et de revascularisation coronarienne.

Avant de commencer le traitement, la fonction cardiaque doit être déterminée par ventriculographie radionucléide ou échocardiographie.

Néphropathie diabétique de type I : Le captopril est indiqué chez les diabétiques insulino-dépendants pour le traitement de la néphropathie diabétique macroprotéinurique (microalbuminurie supérieure à 30 mg / jour) (voir rubrique 5.1). Le captopril peut prévenir la progression de la maladie rénale et réduire les événements cliniques associés, par exemple la dialyse, la transplantation rénale et la mort.

Le captopril peut être utilisé seul ou en association avec d’autres antihypertenseurs (voir rubriques 4.3, 4.4, 4.5 et 5.1).

4.2 Posologie et mode d’administration

Pour l’administration orale

La dose doit être individualisée en fonction du profil du patient (voir rubrique 4.4) et de la réponse de la pression artérielle. La dose quotidienne maximale recommandée est de 150 mg.

Le captopril peut être pris avant, pendant et après les repas.

Adultes

Hypertension: Le traitement par captopril doit être à la dose efficace la plus faible qui doit être ajustée en fonction des besoins du patient.

La dose initiale recommandée est de 25 à 50 mg par jour en deux doses divisées. La dose peut être augmentée progressivement, avec des intervalles d’au moins 2 semaines, à 100-150 mg / jour en deux doses divisées, au besoin, pour atteindre la tension artérielle cible. Le captopril peut être utilisé seul ou avec d’autres antihypertenseurs (voir rubriques 4.3, 4.4, 4.5 et 5.1). Une posologie uniquotidienne peut être appropriée lorsque des médicaments antihypertenseurs concomitants tels que des diurétiques thiazidiques sont ajoutés.

Chez les patients ayant un système rénine-angiotensine-aldostérone fortement actif (hypovolémie, hypertension rénovasculaire, décompensation cardiaque), il est préférable de commencer par une dose unique de 6,25 mg ou de 12,5 mg. L’inauguration de ce traitement doit de préférence avoir lieu sous surveillance médicale étroite. Ces doses seront ensuite administrées à raison de deux par jour. La posologie peut être progressivement augmentée à 50 mg par jour en une ou deux doses et si nécessaire à 100 mg par jour en une ou deux doses.

Insuffisance cardiaque congestive: le traitement par Captopril doit être démarré sous étroite surveillance médicale. La dose initiale habituelle est de 6,25 mg – 12,5 mg deux fois par jour ou deux fois par jour. La dose d’entretien (75-150 mg par jour) doit être dosée en fonction de la réponse, de l’état clinique et de la tolérabilité du patient, jusqu’à un maximum de 150 mg par jour en doses divisées. La dose doit être augmentée progressivement, avec des intervalles d’au moins 2 semaines pour évaluer la réponse du patient.

Infarctus du myocarde:

– Traitement à court terme: Le traitement par Captopril doit débuter à l’hôpital dès que possible après l’apparition des signes et / ou des symptômes chez les patients présentant une hémodynamique stable. Une dose test de 6,25 mg doit être administrée, une dose de 12,5 mg étant administrée 2 heures après et une dose de 25 mg 12 heures plus tard. Dès le lendemain, le captopril doit être administré à raison de 100 mg / jour, en deux administrations quotidiennes, pendant 4 semaines, si l’absence de réactions hémodynamiques indésirables le justifie. À la fin des 4 semaines de traitement, l’état du patient doit être réévalué avant de prendre une décision concernant le traitement de l’infarctus post-myocardique.

– traitement chronique: si le traitement par captopril n’a pas débuté pendant les 24 premières heures du stade aigu de l’infarctus du myocarde, il est recommandé d’instaurer un traitement entre le 3ème et le 16ème jour après l’infarctus une fois les conditions thérapeutiques nécessaires atteintes (hémodynamique stable et gestion de toute ischémie résiduelle). Le traitement doit être commencé à l’hôpital sous surveillance stricte (en particulier de la pression artérielle) jusqu’à ce que la dose de 75 mg soit atteinte. La dose initiale doit être faible (voir rubrique 4.4), en particulier si le patient présente une pression artérielle normale ou basse au début du traitement. Le traitement doit être initié avec une dose de 6,25 mg suivie par 12,5 mg 3 fois par jour pendant 2 jours et ensuite 25 mg 3 fois par jour si cela est justifié par l’absence de réactions hémodynamiques indésirables. La dose recommandée pour une cardioprotection efficace pendant un traitement à long terme est de 75 à 150 mg par jour en deux ou trois doses. En cas d’hypotension symptomatique, comme en cas d’insuffisance cardiaque, la dose de diurétiques et / ou d’autres vasodilatateurs concomitants peut être réduite afin d’atteindre la dose de captopril à l’état d’équilibre. Si nécessaire, la dose de captopril doit être ajustée en fonction des réactions cliniques du patient. Le captopril peut être utilisé en association avec d’autres traitements de l’infarctus du myocarde tels que les agents thrombolytiques, les bêta-bloquants et l’acide acétylsalicylique.

Néphropathie diabétique de type I : La dose recommandée est de 75 à 100 mg par jour en doses fractionnées. Le captopril peut être utilisé en association avec d’autres antihypertenseurs, tels que les diurétiques, les bêta-bloquants, les agents à action centrale ou les vasodilatateurs, si la réduction de la pression artérielle est inadéquate avec le captopril seul.

Patients atteints d’insuffisance rénale

Puisque le captopril est excrété principalement par les reins, la posologie doit être réduite ou l’intervalle posologique doit être augmenté chez les patients présentant une insuffisance rénale. Lorsqu’un traitement diurétique concomitant est requis, un diurétique de l’anse (par exemple le furosémide), plutôt qu’un diurétique thiazidique, est préférable chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère.

Chez les patients présentant une insuffisance rénale, la dose quotidienne suivante peut être recommandée pour éviter l’accumulation de captopril.

Clairance de la créatinine

(ml / min / 1,73 m 2 )

Dose de départ quotidienne

(mg)

Dose maximale quotidienne

(mg)

> 40

25-50

150

21-40

25

100

10-20

12,5

75

<10

6.25

37,5

Personnes âgées

Comme avec les autres antihypertenseurs, il faut envisager d’instaurer un traitement avec une dose initiale plus faible (6,25 mg 2 fpj) chez les patients âgés susceptibles de présenter une fonction rénale réduite et d’autres dysfonctions organiques (voir ci-dessus «insuffisance rénale» et rubrique 4.4).

Le dosage devrait être titré contre la réponse de tension artérielle et maintenu aussi bas que possible pour réaliser le contrôle adéquat.

Enfants et adolescents

L’efficacité et la tolérance du captopril n’ont pas été complètement établies. L’utilisation du captopril chez les enfants et les adolescents doit être initiée sous étroite surveillance médicale.

La dose initiale initiale doit être de 0,3 mg par kg de poids corporel. .Pour les patients nécessitant des précautions particulières (enfants atteints de dysfonction rénale, prématurés, nouveau-nés et nourrissons, car leur fonction rénale est différente de celle des enfants plus âgés et des adultes), la dose initiale ne doit être que de 0,15 mg de captopril / kg. En général, le captopril est administré aux enfants 3 fois par jour, mais la dose et l’intervalle de dose doivent être adaptés individuellement en fonction de la réponse du patient.

4.3 Contre-indications

1. Hypersensibilité au captopril et à d’autres inhibiteurs de l’ECA, ou à l’un des excipients.

2. Antécédents d’œdème de Quincke associé à un traitement antérieur par IEC.

3. Œdème angioneurotique héréditaire ou idiopathique.

4. Deuxième et troisième trimestres de la grossesse (voir rubrique 4.6).

5. L’utilisation concomitante de comprimés de Captopril, dures avec des produits contenant de l’aliskiren, est contre-indiquée chez les patients atteints de diabète sucré ou d’insuffisance rénale (DFG <60 ml / min / 1,73 m2) (voir rubriques 4.5 et 5.1).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Hypotension: rarement une hypotension est observée chez les patients hypertendus non compliqués. Une hypotension symptomatique est plus susceptible de survenir chez les patients hypertendus dont le volume et / ou le sodium sont appauvris par un traitement diurétique vigoureux, une restriction de sel alimentaire, une diarrhée, des vomissements ou une hémodialyse. L’appauvrissement en volume et / ou en sodium doit être corrigé avant l’administration d’un inhibiteur de l’ECA et une dose initiale plus faible doit être envisagée.

Les patients atteints d’insuffisance cardiaque présentent un risque plus élevé d’hypotension et une dose initiale plus faible est recommandée lors de l’instauration d’un traitement par un inhibiteur de l’ECA. L’ampleur de la diminution est maximale au début du traitement; cet effet se stabilise en une semaine ou deux, et revient généralement aux niveaux de prétraitement, sans diminution de l’efficacité thérapeutique, en deux mois. La prudence devrait être utilisée chaque fois que la dose de captopril ou de diurétique est augmentée dans les patients avec l’arrêt du coeur.

Comme avec tout antihypertenseur, un abaissement excessif de la pression artérielle chez les patients atteints d’une maladie cardiovasculaire ou cérébrovasculaire ischémique peut augmenter le risque d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral. Si une hypotension se développe, le patient doit être placé en décubitus dorsal. La repletion de volume avec la solution saline normale intraveineuse peut être exigée.

Les nourrissons, en particulier les nouveau-nés, peuvent être plus sensibles aux effets hémodynamiques indésirables du captopril. Excessive, prolongée et imprévisible

Des baisses de la pression artérielle et des complications associées, y compris l’oligurie et les convulsions, ont été signalées.

Hypertension rénovasculaire: il existe un risque accru d’hypotension et d’insuffisance rénale lorsque des patients présentant une sténose bilatérale de l’artère rénale ou une sténose de l’artère à un rein fonctionnant seul sont traités par des inhibiteurs de l’ECA. La perte de fonction rénale peut se produire avec seulement de légères modifications de la créatinine sérique. Chez ces patients, le traitement doit être instauré sous étroite surveillance médicale avec de faibles doses, une titration prudente et une surveillance de la fonction rénale.

Insuffisance rénale: L’incidence des réactions indésirables au captopril est principalement associée à la fonction rénale puisque le médicament est excrété principalement par le rein. En cas d’insuffisance rénale (clairance de la créatinine ≤40 ml / min), la dose initiale de captopril doit être ajustée en fonction de la clairance de la créatinine du patient (voir rubrique 4.2), puis en fonction de la réponse du patient au traitement. La dose ne doit pas dépasser celle nécessaire pour un contrôle adéquat et doit être réduite chez les patients présentant une insuffisance rénale.

L’évaluation du patient doit inclure l’évaluation de la fonction rénale (surveillance du potassium et de la créatinine) avant l’initiation du traitement et à intervalles appropriés par la suite. Les patients atteints d’insuffisance rénale ne devraient normalement pas être traités avec du captopril.

Sténose valvulaire aortique et mitrale / Cardiomyopathie hypertropique obstructive: Le captopril doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant une obstruction de la valvule ventriculaire gauche et de l’exutoire. Une expérience limitée ayant été obtenue dans le traitement des crises hypertensives aiguës, l’utilisation du captopril doit être évitée en cas de choc cardiogénique et d’obstruction hémodynamiquement significative.

Angio -œdème: un œdème de Quincke des extrémités, du visage, des lèvres, des muqueuses, de la langue, de la glotte ou du larynx peut survenir chez des patients traités par des inhibiteurs de l’ECA, y compris le Captopril. Cela peut se produire à tout moment pendant le traitement. Cependant, dans de rares cas, un angio-œdème sévère peut survenir après un traitement à long terme par un inhibiteur de l’ECA. Dans de tels cas, le Captopril doit être arrêté rapidement et une surveillance appropriée doit être mise en place pour assurer une résolution complète des symptômes avant de renvoyer le patient. Dans les cas où le gonflement a été confiné au visage et aux lèvres, la maladie s’est généralement résorbée sans traitement, bien que les antihistaminiques aient été utiles pour soulager les symptômes. Angioedème impliquant la langue, la glotte ou le larynx peut être fatal. En cas d’atteinte de la langue, de la glotte ou du larynx susceptible de provoquer une obstruction des voies respiratoires, un traitement approprié, comprenant une solution sous-cutanée d’épinéphrine 1: 1000 (0,3 ml à 0,5 ml) et / ou des rapidement. Le patient doit être hospitalisé et observé pendant au moins 12 à 24 heures et ne doit pas être libéré avant la disparition complète des symptômes.

Les patients noirs recevant des inhibiteurs de l’ECA ont été signalés avoir une incidence plus élevée d’angioedème par rapport aux non-noirs.

Les patients ayant des antécédents d’œdème de Quincke non lié au traitement par inhibiteurs de l’ECA peuvent présenter un risque accru d’œdème de Quincke lorsqu’ils reçoivent un inhibiteur de l’ECA (voir rubrique 4.3).

Un angio-œdème intestinal a également été signalé chez des patients traités par des inhibiteurs de l’ECA. Ces patients présentaient des douleurs abdominales (avec ou sans nausées ou vomissements); dans certains cas, il n’y avait pas d’angioedème facial antérieur et les taux de C-1 estérase étaient normaux. L’œdème de Quincke a été diagnostiqué par des procédures comprenant un scanner abdominal, une échographie ou une intervention chirurgicale et les symptômes ont été résolus après l’arrêt de l’inhibiteur de l’ECA. L’angio-œdème intestinal doit être inclus dans le diagnostic différentiel des patients sous inhibiteurs de l’ECA présentant des douleurs abdominales (voir rubrique 4.8).

Toux: la toux a été rapportée avec l’utilisation d’inhibiteurs de l’ECA. De manière caractéristique, la toux est non productive, persistante et disparaît après l’arrêt du traitement.

Double blocage du système rénine-angiotensine-aldostérone (RAAS)

Il existe des preuves que l’utilisation concomitante d’inhibiteurs de l’ECA, de bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine II ou d’aliskiren augmente le risque d’hypotension, d’hyperkaliémie et de diminution de la fonction rénale (y compris l’insuffisance rénale aiguë). Le double blocage du RAAS par l’utilisation combinée d’inhibiteurs de l’ECA, de bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine II ou d’aliskiren n’est donc pas recommandé (voir rubriques 4.5 et 5.1).

Si la thérapie à double insu est considérée comme absolument nécessaire, cela ne devrait se produire que sous la supervision d’un spécialiste et sous surveillance étroite et fréquente de la fonction rénale, des électrolytes et de la tension artérielle.

Les inhibiteurs de l’ECA et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II ne doivent pas être utilisés de façon concomitante chez les patients atteints de néphropathie diabétique.

Insuffisance hépatique: rarement, les inhibiteurs de l’ECA ont été associés à un syndrome qui débute par un ictère cholestatique et évolue vers une nécrose hépatique fulminante et (parfois) la mort. Le mécanisme de ce syndrome n’est pas compris. Les patients recevant des inhibiteurs de l’ECA qui développent un ictère ou des élévations marquées des enzymes hépatiques doivent arrêter l’inhibiteur de l’ECA et recevoir un suivi médical approprié.

Hyperkaliémie: Des élévations de la kaliémie ont été observées chez certains patients traités par des inhibiteurs de l’ECA, y compris le captopril. Les patients à risque de développer une hyperkaliémie comprennent ceux qui souffrent d’insuffisance rénale, de diabète sucré ou ceux qui utilisent des diurétiques d’épargne potassique, des suppléments de potassium ou des substituts du sel contenant du potassium; ou les patients prenant d’autres médicaments associés à des augmentations de potassium sérique (par exemple l’héparine). Si l’utilisation concomitante des agents mentionnés ci-dessus est jugée appropriée, une surveillance régulière du potassium sérique est recommandée.

Lithium: la combinaison de lithium et de captopril n’est pas recommandée (voir rubrique 4.5)

Protéinurie: une protéinurie peut survenir en particulier chez les patients présentant une insuffisance rénale ou des doses relativement élevées d’inhibiteurs de l’ECA.

Des protéines urinaires totales supérieures à 1 g par jour ont été observées chez environ 0,7% des patients recevant du captopril. La majorité des patients présentaient des signes de maladie rénale antérieure ou avaient reçu des doses relativement élevées de captopril (plus de 150 mg / jour), ou les deux. Le syndrome néphrotique est survenu chez environ un cinquième des patients atteints de protéinurie. Dans la plupart des cas, la protéinurie s’est calmée ou effacée dans les six mois, que le captopril ait été poursuivi ou non. Les paramètres de la fonction rénale, tels que l’azote uréique du sang et la créatinine, ont rarement été modifiés chez les patients présentant une protéinurie.

Chez les patients présentant des signes de maladie rénale antérieure doit avoir des estimations de protéines urinaires (bâton de trempage sur l’urine du premier matin) avant le traitement, et périodiquement par la suite.

Bien qu’une glomérulopathie membraneuse ait été trouvée dans des biopsies prélevées chez certains patients atteints de protéinurie, aucune relation causale avec le captopril n’a été établie.

Réactions anaphylactoïdes pendant la désensibilisation: De rares cas de réactions anaphylactoïdes prolongées menaçant le pronostic vital ont été signalés chez des patients soumis à un traitement de désensibilisation au venin d’hyménoptères, alors qu’ils recevaient un autre inhibiteur de l’ECA. Chez les mêmes patients, ces réactions ont été évitées lorsque l’inhibiteur de l’ECA a été temporairement retenu, mais elles sont réapparues lors d’une reprise par inadvertance. Par conséquent, des précautions doivent être prises chez les patients traités par des inhibiteurs de l’ECA subissant de telles procédures de désensibilisation.

Réactions anaphylactoïdes durant une dialyse à haut débit / exposition membranaire par aphérèse: Des observations cliniques récentes ont montré une forte incidence de réactions anaphylactoïdes pendant l’hémodialyse avec des membranes de dialyse à haut flux (par exemple AW 69) ou avec une aphérèse des lipoprotéines de basse densité avec absorption de sulfate de dextran chez les patients recevant des inhibiteurs de l’ECA. Par conséquent, cette combinaison devrait être évitée. Chez ces patients, il faut envisager d’utiliser un autre type de dialyse, une membrane ou une classe de médicaments différente.

Patients diabétiques: les taux de glycémie doivent être étroitement surveillés chez les patients diabétiques préalablement traités par des antidiabétiques oraux ou par l’insuline, notamment au cours du premier mois de traitement par un inhibiteur de l’ECA.

Fonction rénale chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque: Certains patients peuvent développer des élévations stables de l’azote uréique du sang et de la créatininémie> 20% au-dessus de la normale ou de base lors d’un traitement à long terme par captopril. Quelques patients, généralement ceux avec une maladie rénale préexistante sévère, ont nécessité l’arrêt du traitement en raison de l’augmentation progressive de la créatinine.

Neutropénie / Agranulocytose: neutropénie / agranulocytose, thrombocytopénie et anémie ont été rapportés chez des patients recevant des inhibiteurs de l’ECA, y compris le captopril. Chez les patients ayant une fonction rénale normale et aucun autre facteur de complication, la neutropénie est rare.

Captopril doit être utilisé avec une extrême prudence chez les patients présentant une insuffisance rénale préexistante, une maladie vasculaire collagène, un traitement immunosuppresseur, un traitement par l’allopurinol ou le procaïnamide, ou une combinaison de ces facteurs de complication. Certains de ces patients ont développé des infections graves qui, dans certains cas, n’ont pas répondu à un traitement antibiotique intensif.

Si le captopril est utilisé chez ces patients, il est conseillé d’effectuer le comptage des globules blancs et les numérations différentielles avant le traitement, toutes les deux semaines pendant les trois premiers mois du traitement par captopril et périodiquement par la suite.

Pendant le traitement, tous les patients doivent être avisés de signaler tout signe d’infection (p. Ex. Mal de gorge, fièvre), lorsqu’une numération leucocytaire différentielle doit être effectuée. Le captopril et les autres médicaments concomitants (voir rubrique 4.5) doivent être retirés si une neutropénie (neutrophiles inférieurs à 1000 / mm 3 ) est détectée ou suspectée.

Chez la plupart des patients, les neutrophiles sont rapidement revenus à la normale à l’arrêt du captopril.

Chirurgie / anesthésie: Chez les patients subissant une intervention chirurgicale majeure, ou lors d’une anesthésie avec des agents qui produisent une hypotension, captopril bloquera la formation d’angiotensine II secondaire à la libération de rénine compensatoire. Cela peut entraîner une hypotension qui peut être corrigée par l’expansion du volume.

Lactose: Le comprimé de Captopril contient du lactose, par conséquent, les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

Différences ethniques: Comme avec d’autres inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, le captopril est apparemment moins efficace pour abaisser la tension artérielle chez les noirs que chez les non-noirs, probablement en raison d’une prévalence plus élevée d’états rénins bas dans la population noire.

Grossesse: les inhibiteurs de l’ECA ne doivent pas être instaurés pendant la grossesse. À moins qu’un traitement continu aux inhibiteurs de l’ECA ne soit considéré comme essentiel, les patientes qui envisagent une grossesse devraient être remplacées par d’autres traitements antihypertenseurs qui ont un profil d’innocuité établi pour une utilisation pendant la grossesse. Lorsque la grossesse est diagnostiquée, le traitement par inhibiteurs de l’ECA doit être arrêté immédiatement et, le cas échéant, un traitement alternatif doit être instauré. (Voir les sections 4.3 et 4.6).

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Diurétiques: (diurétiques thiazidiques ou de l’anse): un traitement préalable par des diurétiques à fortes doses peut entraîner une déplétion volémique et un risque d’hypotension lors du début du traitement par le captopril (voir rubrique 4.4). Les effets hypotenseurs peuvent être réduits par l’arrêt du diurétique, en augmentant le volume ou la consommation de sel ou en initiant un traitement avec une faible dose de captopril. Cependant, aucune interaction médicamenteuse cliniquement significative n’a été trouvée dans des études spécifiques avec l’hydrochlorothiazide ou le furosémide.

Diurétiques épargneurs de potassium ou suppléments de potassium: Les inhibiteurs de l’ECA atténuent la perte de potassium induite par les diurétiques. Les diurétiques épargneurs de potassium (triamtérène, amiloride et spironolactone), les substituts de sel contenant du potassium ou les suppléments de potassium peuvent provoquer une augmentation significative du potassium sérique. Si l’utilisation concomitante est indiquée en raison d’une hypokaliémie démontrée, ils doivent être utilisés avec précaution et avec une surveillance fréquente de la kaliémie (voir rubrique 4.4).

Autres agents antihypertenseurs: Captopril a été administré sans danger avec d’autres agents antihypertenseurs couramment utilisés (p. Ex. Bêta-bloquants et inhibiteurs calciques à action prolongée). L’utilisation concomitante de ces agents peut augmenter les effets hypotenseurs du captopril. Le traitement par la nitroglycérine et d’autres nitrates, ou d’autres vasodilatateurs (tels que le minoxidil), doit être utilisé avec précaution.

Alpha bloquants: l’ utilisation concomitante d’alpha-bloquants peut augmenter

antihypertenseurs du captopril et augmentent le risque d’hypotension orthostatique.

Traitements de l’infarctus aigu du myocarde : Le captopril peut être utilisé en même temps que l’acide acétylsalicylique (à des doses cardiologiques), les thrombolytiques, les bêtabloquants et / ou les nitrates chez les patients présentant un infarctus du myocarde.

Lithium: Des augmentations réversibles des concentrations sériques et de la toxicité du lithium ont été rapportées lors de l’administration concomitante de lithium et d’inhibiteurs de l’ECA. L’utilisation concomitante de diurétiques thiazidiques peut augmenter le risque de toxicité du lithium et augmenter le risque déjà accru de toxicité du lithium avec les inhibiteurs de l’ECA. L’utilisation de captopril avec du lithium n’est pas recommandée, mais si l’association s’avère nécessaire, une surveillance attentive des taux sériques de lithium doit être effectuée (voir rubrique 4.4).

Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens: Il a été décrit que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (tels que l’indométhacine, l’ibuprofène) et les inhibiteurs de l’ECA exercent un effet additif sur l’augmentation de la kaliémie alors que la fonction rénale peut diminuer . Ces effets sont, en principe, réversibles. Rarement, une insuffisance rénale aiguë peut survenir, en particulier chez les patients dont la fonction rénale est compromise, comme les personnes âgées ou les personnes déshydratées. L’administration chronique d’AINS peut réduire l’effet antihypertenseur d’un inhibiteur de l’ECA.

Clonidine: Il a été suggéré que l’effet anti-hypertenseur du captopril peut être retardé lorsque les patients traités avec la clonidine sont changés en captopril.

Allopurinol, procaïnamide, agents cytostatiques ou immunosuppresseurs: l’ administration concomitante d’inhibiteurs de l’ECA peut entraîner un risque accru de leucopénie, surtout lorsque ces derniers sont utilisés à des doses supérieures aux doses actuellement recommandées.

Probénécide: La clairance rénale du captopril est réduite en présence de probénécide.

Antidépresseurs tricycliques / antipsychotiques: Les inhibiteurs de l’ECA peuvent augmenter les effets hypotenseurs de certains antidépresseurs tricycliques et antipsychotiques (voir rubrique 4.4). Une hypotension orthostatique peut survenir.

Sympathomimétiques: peuvent réduire les effets antihypertenseurs des inhibiteurs de l’ECA; les patients doivent être surveillés attentivement.

Antidiabétiques: des études pharmacologiques ont montré que les inhibiteurs de l’ECA, y compris le captopril, peuvent potentialiser les effets hypoglycémiants de l’insuline et des antidiabétiques oraux comme la sulfonylurée chez les diabétiques. Si cette interaction très rare se produit, il peut être nécessaire de réduire la dose de l’antidiabétique pendant le traitement simultané avec des inhibiteurs de l’ECA.

Chimie clinique: le Captopril peut provoquer un test d’urine faussement positif pour l’acétone.

Les données des essais cliniques ont montré que le double blocage du système rénine-angiotensine-aldostérone (RAAS) par l’utilisation combinée d’inhibiteurs de l’ECA, d’antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II ou d’aliskiren est associé à une fréquence plus élevée d’effets indésirables tels qu’hypotension, hyperkaliémie et diminution de la fonction rénale (y compris insuffisance rénale aiguë) par rapport à l’utilisation d’un seul agent agissant sur le RAAS (voir rubriques 4.3, 4.4 et 5.1).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse:

L’utilisation d’IEC n’est pas recommandée pendant le premier trimestre de la grossesse (voir rubrique 4.4). L’utilisation d’inhibiteurs de l’ECA est contre-indiquée pendant les 2ème et 3ème trimestres de la grossesse (voir rubriques 4.3 et 4.4). Les preuves épidémiologiques concernant le risque de tératogénicité suite à l’exposition aux inhibiteurs de l’ECA pendant le premier trimestre de la grossesse n’ont pas été concluantes; Cependant, une légère augmentation du risque ne peut être exclue. À moins qu’un traitement continu par inhibiteurs de l’ECA ne soit considéré comme essentiel, les patientes qui envisagent une grossesse doivent être remplacées par d’autres traitements antihypertenseurs qui ont un profil d’innocuité établi pour une utilisation pendant la grossesse. Lorsque la grossesse est diagnostiquée, le traitement par inhibiteurs de l’ECA doit être arrêté immédiatement et, le cas échéant, un traitement alternatif doit être instauré. On sait que l’exposition aux inhibiteurs de l’ECA pendant les deuxième et troisième trimestres induit une fœtotoxicité chez l’humain (diminution de la fonction rénale, oligoamnios, retard de l’ossification du crâne) et toxicité néonatale (insuffisance rénale, hypotension, hyperkaliémie). (Voir la section 5.3) En cas d’exposition à un inhibiteur de l’ECA à partir du deuxième trimestre de la grossesse, il est recommandé d’effectuer une échographie de la fonction rénale et du crâne. Les nourrissons dont les mères ont pris des inhibiteurs de l’ECA doivent être surveillés de près pour détecter une hypotension (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Lactation:

Les données pharrnacocinétiques limitées démontrent de très faibles concentrations dans le lait maternel (voir section 5,2). Bien que ces concentrations semblent cliniquement non pertinentes, l’utilisation de [Produit] dans l’allaitement n’est pas recommandée pour les nourrissons prématurés et pour les premières semaines. après l’accouchement, en raison du risque hypothétique d’effets cardiovasculaires et rénaux et parce que l’expérience clinique est insuffisante. Dans le cas d’un nourrisson plus âgé, l’utilisation de comprimés de Captopril chez une mère allaitante peut être envisagée si ce traitement est nécessaire. la mère et l’enfant sont observés pour tout effet indésirable.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Comme avec les autres antihypertenseurs, l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines peut être réduite, notamment au début du traitement ou en cas de modification de la posologie, mais également en association avec l’alcool, mais ces effets dépendent de la susceptibilité individuelle.

4.8 Effets indésirables

La fréquence est définie selon la convention suivante: commune (> 1/100, <1/10), rare (> 1/1 000, <1/100), rare (> 1/10 000, <1/1 000) et très rare ( <1/10 000). Les effets indésirables signalés pour le captopril et / ou l’inhibiteur de l’ECA comprennent:

Sang et troubles lymphatiques:

très rare: neutropénie / agranulocytose (voir rubrique 4.4), pancytopénie en particulier chez les patients présentant un dysfonctionnement rénal (voir rubrique 4.4), anémie (y compris aplasique et hémolytique), thrombocytopénie, lymphadénopathie, éosinophilie, maladies auto-immunes et / ou titres ANA positifs .

Troubles métaboliques et nutritionnels:

Rare: Anorexie

Très rare: hyperkaliémie, hyponatrémie et hypoglycémie (voir rubrique 4.4)

Troubles psychiatriques:

commun: troubles du sommeil

très rare: confusion, dépression.

Troubles du système nerveux:

Fréquent: altération du goût réversible et auto-limitante et vertiges.

Peu fréquent: paresthésie, maux de tête.

Rare: Somnolence

Très rare: incidents cérébro-vasculaires, y compris accident vasculaire cérébral et syncope.

Troubles oculaires :

très rare: vision floue.

Troubles cardiaques:

rare: tachycardie ou tachyarythmie, angine de poitrine, palpitations.

très rare: arrêt cardiaque, choc cardiogénique

Troubles vasculaires

peu fréquent: hypotension (voir rubrique 4.4), syndrome de Raynaud, flush, pâleur

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux:

Fréquent: toux sèche, irritante (non productive) (voir rubrique 4.4) et dyspnée

Varie rarement: bronchospasmes, rhinite, alvéolite allergique / pneumonie éosinophilique.

Problèmes gastro-intestinaux:

Fréquent: nausées, vomissements, gêne épigastrique, douleurs abdominales, diarrhée, constipation, sécheresse de la bouche, ulcère gastro-duodénal, dyspepsie.

Rare: stomatite / stomatite aphteuse, angioedème de l’intestin grêle (voir rubrique 4.4)

Très rare: glossite, pancréatite.

Troubles hépato-biliaires :

Très rare : fonction hépatique anormale, cholestase, ictère, hépatite, nécrose hépatique, augmentation de l’activité hépatique, augmentation de la bilirubine sanguine, augmentation de la transaminase, augmentation de la phosphatase alcaline du sang.

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés:

Fréquent: prurit avec ou sans éruption cutanée, éruption cutanée et alopécie.

Peu fréquent: angioedème (voir 4.4)

très rare: urticaire, syndrome de Stevens-Johnson, érythème polymorphe, photosensibilité, érythrodermie, réactions pemphigoïdes et dermatite exfoliatrice.

Troubles musculo-squelettiques, du tissu conjonctif et des os:

très rare: myalgie, arthralgie.

Troubles rénaux et urinaires

rare: insuffisance rénale, insuffisance rénale, polyurie, oligurie, pollakiurie.

très rare: syndrome néphrotique.

Système reproducteur et troubles mammaires:

très rare: dysfonction érectile, gynécomastie.

Troubles généraux et anomalies au site d’administration:

peu fréquent: douleur thoracique, fatigue, malaise, asthénie

très rare: pyrexie

Enquêtes

très rare: protéinurie, éosinophilie, augmentation du taux de potassium sanguin, diminution du taux de sodium sanguin, augmentation de la créatinine sanguine, augmentation de la bilirubine sanguine, diminution de l’hémoglobine, diminution de l’hématocrite, baisse du nombre de globules blancs, anticorps antinucléaires positifs, globules rouges le taux de sédimentation a augmenté ..

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté par l’intermédiaire du programme de carte jaune.

Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Les symptômes de surdosage sont une hypotension sévère, un choc, une stupeur, une bradycardie, des troubles électrolytiques et une insuffisance rénale.

Des mesures visant à prévenir l’absorption (par exemple, lavage gastrique, administration d’adsorbants et de sulfate de sodium dans les 30 minutes suivant l’ingestion) et à accélérer l’élimination doivent être appliquées si l’ingestion est récente. Si une hypotension survient, le patient doit être placé en position de choc et les suppléments de sel et de volume doivent être administrés rapidement. Un traitement par angiotensine-II doit être envisagé. La bradycardie ou les réactions vagales étendues doivent être traitées par l’administration d’atropine. L’utilisation d’un stimulateur cardiaque peut être envisagée.

Le captopril peut être retiré de la circulation des adultes par hémodialyse. Le captopril n’est pas correctement éliminé par dialyse péritonéale.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: – Agents agissant sur le système rénine-angiotensine, Inhibiteurs de l’ECA,

Code ATC: C09A A01

Le captopril est un inhibiteur hautement spécifique et compétitif de l’enzyme de conversion de l’angiotensine-I (inhibiteurs de l’ECA).

Les effets bénéfiques des inhibiteurs de l’ECA semblent résulter principalement de la suppression du système rénine-angiotensine-aldostérone plasmatique. La rénine est une enzyme endogène synthétisée par les reins et libérée dans la circulation où elle convertit l’angiotensinogène en angiotensine-I, un décapeptide relativement inactif. L’angiotensine I est ensuite convertie par l’enzyme de conversion de l’angiotensine, une peptidyldipeptidase, en angiotensine-II. L’angiotensine-II est un puissant vasoconstricteur responsable de la vasoconstriction artérielle et de l’augmentation de la pression artérielle, ainsi que de la stimulation de la sécrétion d’aldostérone par la glande surrénale. L’inhibition de l’ECA entraîne une diminution de l’angiotensine-II plasmatique, ce qui entraîne une diminution de l’activité vasopressive et une réduction de la sécrétion d’aldostérone. Bien que cette diminution soit faible, de faibles augmentations des concentrations sériques de potassium peuvent survenir, ainsi qu’une perte de sodium et de liquide. L’arrêt de la rétroaction négative de l’angiotensine-II sur la sécrétion de rénine entraîne une augmentation de l’activité rénine plasmatique.

Une autre fonction de l’enzyme de conversion est de dégrader le puissant peptide kinase vasodépressive bradykinine en métabolites inactifs. Par conséquent, l’inhibition de l’ECA entraîne une activité accrue du système kallikréine-kinine circulant et local qui contribue à la vasodilatation périphérique en activant le système prostaglandine; il est possible que ce mécanisme soit impliqué dans l’effet hypotenseur des inhibiteurs de l’ECA et soit responsable de certains effets indésirables.

Les réductions de la pression artérielle sont généralement maximales de 60 à 90 minutes après l’administration orale d’une dose individuelle de captopril. La durée de l’effet est liée à la dose. La réduction de la pression artérielle peut être progressive, de sorte que pour atteindre les effets thérapeutiques maximaux, plusieurs semaines de traitement peuvent être nécessaires. Les effets hypotenseurs des captopril et des diurétiques thiazidiques sont additifs.

Chez les patients hypertendus , le captopril entraîne une réduction de la pression artérielle en décubitus et en érection, sans induire d’augmentation compensatoire de la fréquence cardiaque, ni de rétention d’eau et de sodium.

Dans les études hémodynamiques, le captopril a entraîné une réduction marquée de la résistance artérielle périphérique. En général, il n’y avait pas de changements cliniquement significatifs dans le débit plasmatique rénal ou le taux de filtration glomérulaire. Chez la plupart des patients, l’effet antihypertenseur a commencé environ 15 à 30 minutes après l’administration orale de captopril; l’effet maximal a été atteint après 60 à 90 minutes. La réduction maximale de la pression artérielle d’une dose définie de captopril était généralement visible après trois à quatre semaines.

Dans la dose quotidienne recommandée, l’effet antihypertenseur persiste même pendant le traitement à long terme. L’arrêt temporaire du captopril ne provoque pas d’augmentation rapide et excessive de la pression artérielle (rebond). Le traitement de l’hypertension avec captopril conduit également à une diminution de l’hypertrophie ventriculaire gauche.

Des études hémodynamiques chez des patients atteints d’ insuffisance cardiaque ont montré que le captopril entraînait une réduction de la résistance systémique périphérique et une augmentation de la capacité veineuse. Cela a entraîné une réduction de la pré-charge et de la post-charge du cœur (réduction de la pression de remplissage ventriculaire). De plus, des augmentations du débit cardiaque, de l’indice de travail et de la capacité d’effort ont été observées pendant le traitement par captopril. Dans une vaste étude contrôlée contre placebo chez des patients présentant un dysfonctionnement ventriculaire gauche (FEVG ≤40%) à la suite d’un infarctus du myocarde, le captopril (initié entre le 3ème et le 16ème jour après infarctus) a prolongé la survie et réduit la mortalité cardiovasculaire. Ce dernier s’est manifesté comme un retard dans le développement de l’insuffisance cardiaque symptomatique et une réduction de la nécessité d’hospitalisation due à l’insuffisance cardiaque par rapport au placebo. Il y avait aussi une réduction du ré-infarctus et des procédures de revascularisation cardiaque et / ou de la nécessité de prendre des médicaments supplémentaires avec des diurétiques et / ou de la digitale ou une augmentation de leur dosage par rapport au placebo.

Une analyse rétrospective a montré que le captopril réduisait les infarctus récurrents et les procédures de revascularisation cardiaque (aucun des critères cibles de l’étude).

Une autre étude de grande envergure contrôlée contre placebo chez des patients ayant un infarctus du myocarde a montré que le captopril (administré dans les 24 heures suivant l’événement et pendant un mois) réduisait significativement la mortalité globale après 5 semaines par rapport au placebo. L’effet favorable du captopril sur la mortalité totale était encore détectable après un an. Aucune indication d’un effet négatif par rapport à la mortalité précoce le premier jour de traitement n’a été trouvée.

Les effets de cardioprotection du Captopril sont observés quel que soit l’âge ou le sexe du patient, la localisation de l’infarctus et les traitements concomitants à efficacité prouvée au cours de la période post-infarctus (agents thrombolytiques, bêtabloquants et acide acétylsalicylique).

Néphropathie diabétique de type I

Dans un essai clinique multicentrique, à double insu, contrôlé par placebo sur le diabète insulino-dépendant (type I) avec protéinurie, avec ou sans hypertension (administration simultanée d’autres antihypertenseurs pour contrôler la pression artérielle), le captopril a significativement réduit (de 51%) temps de doubler la concentration initiale de créatinine par rapport au placebo; l’incidence de l’insuffisance rénale terminale (dialyse, transplantation) ou de la mort était également significativement moins fréquente sous captopril que sous placebo (51%). Chez les patients atteints de diabète et de microalbuminurie, le traitement par captopril a réduit l’excrétion d’albumine dans les deux ans.

Les effets du captopril sur la préservation de la fonction rénale s’ajoutent aux bienfaits qui pourraient découler de la réduction de la pression artérielle.

Deux grands essais contrôlés randomisés (ONTARGET (ONT Telmisartan seul et en combinaison avec Ramipril Global Endpoint Trial) et VA NEPHRON-D (La néphropathie des anciens combattants dans le diabète) ont examiné l’utilisation de l’association d’un inhibiteur de l’ECA avec une angiotensine Bloqueur des récepteurs II.

ONTARGET était une étude menée chez des patients ayant des antécédents de maladie cardiovasculaire ou cérébrovasculaire, ou de diabète sucré de type 2, accompagnés de signes de lésions des organes cibles. VA NEPHRON-D était une étude chez des patients atteints de diabète sucré de type 2 et de néphropathie diabétique.

Ces études n’ont montré aucun effet bénéfique significatif sur les résultats rénaux et / ou cardiovasculaires et la mortalité, alors qu’un risque accru d’hyperkaliémie, de lésion rénale aiguë et / ou d’hypotension par rapport à la monothérapie a été observé. Compte tenu de leurs propriétés pharmacodynamiques similaires, ces résultats sont également pertinents pour d’autres inhibiteurs de l’ECA et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II.

Les inhibiteurs de l’ECA et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II ne doivent donc pas être utilisés de façon concomitante chez les patients atteints de néphropathie diabétique.

ALTITUDE (Essai d’aliskiren dans le diabète de type 2 utilisant des critères cardiovasculaires et rénaux) a été conçu pour tester le bénéfice de l’ajout d’aliskiren à un traitement standard d’un inhibiteur de l’ECA ou d’un antagoniste des récepteurs de l’angiotensine II chez des patients atteints de diabète sucré chronique. une maladie rénale, une maladie cardiovasculaire ou les deux. L’étude a été interrompue prématurément en raison d’un risque accru de résultats indésirables. Les décès cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux étaient numériquement plus fréquents dans le groupe aliskiren que dans le groupe placebo et les événements indésirables et les événements indésirables graves (hyperkaliémie, hypotension et dysfonction rénale) étaient plus fréquemment rapportés dans le groupe aliskiren que dans le groupe placebo.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Le captopril est un agent actif par voie orale qui ne nécessite pas de biotransformation pour l’activité. L’absorption minimale moyenne est d’environ 75%. Les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes en 60-90 minutes. La présence de nourriture dans le tractus gastro-intestinal réduit l’absorption d’environ 30-40%. Environ 25% à 30% du médicament circulant est lié aux protéines plasmatiques.

La demi-vie d’élimination apparente du captopril inchangé dans le sang est d’environ 2 heures. Plus de 95% de la dose absorbée est éliminée dans l’urine dans les 24 heures; 40-50% est un médicament inchangé et le reste sont des métabolites disulfures inactifs (disulfure de captopril et disulfure de cystéine captopril). Une altération de la fonction rénale peut entraîner une accumulation de médicament. Par conséquent, chez les patients présentant une insuffisance rénale, la dose doit être réduite et / ou l’intervalle entre les prises doit être prolongé (voir 4.2).

Des études chez l’animal indiquent que le captopril ne franchit pas la barrière hémato-encéphalique de façon significative.

Lactation:

Dans le rapport de douze femmes recevant 100 mg de captopril par voie orale 3 fois par jour, le niveau de lait maximal moyen était de 4,7 μg / L et s’est produit 3,8 heures après la dose. Sur la base de ces données, la dose quotidienne maximale qu’un nourrisson allait recevoir est inférieure à 0,002% de la dose quotidienne maternelle.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les études chez l’animal réalisées pendant l’organogenèse avec le captopril n’ont montré aucun effet tératogène mais le captopril a produit une toxicité fœtale chez plusieurs espèces, y compris la mortalité fœtale en fin de gestation, le retard de croissance et la mortalité postnatale chez le rat. Les données précliniques ne révèlent aucun autre risque spécifique pour l’homme d’après les études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicologie en doses répétées, de génotoxicité et de cancérogénicité.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose monohydraté

Amidon prégélatinisé

Cellulose microcristalline 102

Acide stéarique

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

3 années.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C. Stocker dans l’emballage d’origine.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

AL / PVC ou PVC / PVdC / AL Blister

Conditionnements: 28, 30, 56 et 90 comprimés.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’instructions spéciales

7. Titulaire de l’autorisation

Accord Healthcare Limited

Sage House, 319, chemin Pinner,

North Harrow, Middlesex, HA1 4HF

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 20075/0310

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

26 avril 2005

10. Date de révision du texte

17/05/2017